Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Event 1: The Phantom Panic - Interlude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dim Rebon



Messages : 126
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 20
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Event 1: The Phantom Panic - Interlude   Ven 30 Sep - 16:18

"Revenez nous voir" dit l’hôtesse d'accueil alors que les portes automatiques du magasin se refermaient derrière Dim.
Laissant derrière lui la chaleur du magasin, l'esper ajusta son écharpe et s'enfonça dans la froideur de la nuit. Son souffle ne se condensait pas encore, mais peut s'en fallait s'il devait en croire ses oreilles.

Après être allé récupérer son bâton dans la ruelle où avait eu lieu son affrontement avec l'assassin, l'esper avait rapidement examiné les lieux et, à se grande surprise, n'avait trouvé aucune douille prouvant que le moindre coup de feu ait été tiré. En y repensant, il n'avait pas non plus remarqué de douilles dans la ruelle où l'élève de Judgment s'était fait abattre, ce qui lui faisait penser que ces hommes utilisaient soit des munitions sans étuis, sois des armes ne laissant pas échapper les douilles. Il n'était pas particulièrement instruit en balistique, mais il n'avait pas besoin d'être un génie pour comprendre que ce type d'arme n'était définitivement pas de l'entrée de gamme, et il doutait même que de telles armes existent sur le marché. Ses ennemis disposaient de fonds important et d'équipement de très haute qualité, ce qui excluait la thèse d'un simple gang ou de mercenaires.
L'esper s'était ensuite dirigé vers une pharmacie de garde où il avait acheté de quoi panser ses plaies, pour finalement trouver un magasin général encore ouvert, au grand dam des caissières qui pensaient avoir enfin fini leur journée. Ne souhaitant pas attirer l'attention l'esper acheta un bandana, un aimant et de quoi grignoter avec l'argent qu'il avait prévu pour le buffet à volonté, avant de repartir rapidement.

Rangeant le bandana dans la poche arrière de son pantalon, il rejoignit une laverie publique où il s'appliqua à passer au peine fin son sweat tout en y appliquant l'aimant, mais sans autre effet qu'effrayer une vieille femme en robe de chambre venant chercher son linge. L'esper commença tout d'abord par l'ignorer, avant que la femme ne l'interpelle d'un ton qui trahissait son inquiétude:

"Jeune homme, est-ce que tout va bien?
- Hein?"

Intrigué par la réaction a demi choquée et à demi inquiète de l'ancêtre qui fixait son torse, l'esper jeta un œil à son t-shirt et fronça les sourcils. Il ne s'en était pas rendu compte, mais celui-ci semblait imbibé de sang. Inquiet d'avoir peut-être été blessé sans le savoir, Dim se mit torse nu sans cérémonie, alors que la vieille femme portait la main à sa bouche pour réprimer un petit cri.
Les deux estafilade qu'il avait reçue, l'une au niveau de la clavicule et l'autre striant son torse au niveau du sternum, saignaient abondamment.
Plus inquiet qu'il ne l'aurait cru, l'esper entreprit de sortir rapidement de son sac de pharmacie les compresses et le désinfectant alors que la vieille dame s'approchait de lui précautionneusement, craignant sans doute qu'il ne soit ivre ou drogué.

"Vous avez l'air mal en point. Voulez-vous que j'appelle une...
- Inutile, la coupa Dim un peu plus abruptement qu'il ne l'aurait voulu."

Il secoua la tête et se repris, tout en épongeant ses plaies à l'aide des compresses:
"Je veux dire, je ne suis pas gravement blessé ne vous inquiétez pas. Repris-til en souriant. Rien qui mérite qu'on dérange les gens de l’hôpital en tout cas, ils sont déjà bien assez débordés comme ça."

Son sourire semblait avoir apaisé la femme, qui acquiesça doucement.
"Je comprends. Tenez, dit-elle en fouillant dans sa machine, prenez au moins cette serviette. Elle est propre."
Étonne de l'ouverture d'esprit de la vieille femme, l'esper accepta sans un mot la serviette éponge qu'elle lui tendit et entreprit de se nettoyer du sang qui le maculait. Il se rendit rapidement compte néanmoins que les deux estafilade, bien que peu profondes, ne semblait pas s'arrêter de produire du sang. Aussi désinfecta t-il rapidement ses plaies, écoutant d'une oreille la vieille femme lui expliquer qu'il lui rappelait son petit fils, que la jeunesse de nos jours semblait vraiment apprécier de se mettre dans les ennuis et qu'elle était quelque peu dépassée par tous ces changements que subissaient le monde.
Étonnamment, Dim ne s'en trouvait pas ennuyé comme il l'aurait été d'habitude. Sans qu'il s'en rende compte, les paroles de la grand-mère le rassuraient quelque peu. Il aurait très bien pu panser ses plaies à l'extérieur, à la lumière d'un réverbère. Il ne faisait pas si froid après tout, et ses chances d'être découvert étaient minimes. Peut-être était-il entré dans cette laverie automatique en espérant être découvert. Peut-être avait-il inconsciemment cherché le contact.
L'esper balaya nonchalamment ces pensées. Il n'avait pas été SI effrayé que ça par ces types. Et même si la prudence s'imposait, il avait malgré tout réussit à s'enfuir. Contre un ennemi qu'il ne pouvait pas battre, c'était une victoire.
Alors pourquoi les babillage sans intérêt de cette femme lui donnait cette sensation de sérénité? C'était stupide.

Il se releva assez brusquement dès que ses plaies furent pansées. Du baume cicatrisant, une épaisse couche de compresse, le tout fermement maintenu en place par une bande à broche. La Cité Scolaire n'était pas connue comme l'un des hauts-lieux de la médecine mondiale pour rien, et même les fournitures disponibles dans le commerce étaient d'excellente qualité.
Il accepta avec plaisir l'offre de la vieille femme d'échanger son t-shirt contre l'un de ceux de son petit fils. Apparemment ils avaient plus ou moins la même taille, ce qui vexa légèrement Dim lorsqu'il compris que le petit-fils en question était probablement un collégien, et la couleur gris uni du vêtement lui convenait parfaitement.
L'esper parti sans demander son reste dès qu'il fut habillé, remerciant la vieille femme pour sa gentillesse mais ne restant évidemment pas assez longtemps pour qu'elle pense à lui demander un paiement pour sa serviette, ou son t-shirt. Il s'arrêta quelques minutes plus tard pour passer de nouveau son aimant sur ses vêtements, juste au cas où cette vieille ait été un agent ennemi. Mais si traceur il y avait, c'était sans doute chimique et non électronique, car il ne trouva rien.

Dim contemplait donc ses possibilités en marchand dans la nuit.
D'un côté, les hommes de mains et l'assassin avaient disparus, mais rien ne lui prouvait qu'ils ne soient pas à sa recherche en ce moment-même. L'homme en noir était après tout visiblement surhumain, et pas une fois durant leur face à face Dim n'avait eut l'impression qu'il utilisait un pouvoir d'esper. Aussi, il n'aurait même pas été surpris si ce gars sortait soudain de l'ombre, pleinement guéri, pour en finir avec lui. Cette simple pensée le fit frissonner, et il se rendit compte que c'était la raison principale pour laquelle, contrairement à d'habitude, il marchait dans la rue, à l'abri de la lumière des réverbères et des caméras de surveillance. Il n'avait réussit à qu'a s'enfuir après tout, son ennemi n'avait pas été éliminé.
De l'autre, la scène du crime ne contenait que deux cadavres lorsqu'il était venu l'inspecter, et il soupçonnait fortement le grand gaillard aux dreads et le blond d'avoir réussi à fuir la scène, sans qu'il sache vraiment comment ces mecs avaient pu faire. Quoi qu'il en soit, ces mecs semblaient n'avoir été que des passants un peu trop sûrs d'eux, mais ils étaient les seuls à avoir aperçu les capacités de l’homme en noir.
Dim renifla dédaigneusement. Ils étaient sans doute interrogés par Anti-skill en ce moment-même, mais même si les agents décidaient par miracle de croire leurs dires, l'ancien membre de Judgment avait suffisamment été témoins de la corruption de la cité scolaire lorsqu'on titillait ses côtés les plus secrets. L'enquête n'aboutirait pas, il en était persuadé. Classé sans suite, disparitions de preuves, bug informatique... Quel qu'en soit le moyen, le double homicide ne ferait rien de plus qu'un encart fais divers dans le journal du lendemain et l'enquête serait enterrée en quelques jours.
Les survivants ne serviraient pas à Anti-skill. Mais ils pourraient servir à Dim.
En ce moment-même, un meurtrier et son équipe paramilitaire parcouraient la ville sans être inquiétés, et les seules personnes à être au courant étaient lui, le mec au dreadlocks, et Hasakura-kun, si par miracle il avait survécu.

Cette pensée lui rappelle la carte mémoire qu'il avait récupérée sur les lieux de l'affrontement.
Seul, il ne pouvait rien faire contre des hommes armés. Mais il était dans la cité scolaire, la ville où certaines personnes étaient considérés comme équivalentes à une escouade entière de militaires.
Si ce gamin avait des amis, cela lui donnait un début de réseau, un vivier d'esper potentiels dont l'état critique de leur camarade serait un levier, peut-être suffisant pour les faire entrer dans l'action.
Mais avant tout, Dim décida de retrouver le mec aux dreads. Ne serait-ce que pour savoir où le gamin blond avait été emmené.

"Ouais, c'est un bon plan."

[Une paire d'heures plus tard]


La silhouette négligée du mec aux dreads venait de quitter le poste d'anti-skill. Il avait l'air froissé de ceux ayant subis une interrogation un peu musclée, mais semblait en bonne santé. L'esper le pris en filature quelques rues, vérifiant qu'il était seul, puis coupa par les toits lorsqu'il emprunta une ruelle peu fréquentée.
Dim profita des quelques secondes d'avance pour peaufiner sa mise en cène, se perchant sur un boitier d'air conditionné au deuxième étage.
Il attendit que l'homme soit proche, et sauta négligemment de son perchoir en l'interpellant:

"Sacré soirée pas vrai?" Commença t-il, avant de finir par un "Yo. Comment va le gamin?" lorsque ses pieds touchèrent le sol.

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genji Harumichi



Messages : 74
Date d'inscription : 30/10/2015
Localisation : En train de dormir ou dans une pizzaria

MessageSujet: Re: Event 1: The Phantom Panic - Interlude   Sam 1 Oct - 1:48

Genji regardait le plafond d’un air ennuyé, comme s’il attendait quelque chose de particulier, un évènement qui le ferait arrêter de se faire chier. Oui, littéralement cela faisait plusieurs heures qu’il était assis sur une chaise menotté à répondre toujours la même chose. Les membres d’Anti-skill en avait tellement marre qu’il sorte toujours la même version qu’ils sont passés de l’interrogation musclée aux gentils et méchants flics pour finir avec une interrogation normale…

Il semblait vraiment ne pas vouloir admettre que ce qu'il leur avait dit reflétait la vérité, pour eux sa version semblait totalement absurde et inconcevable. La personne qui interrogeait Genji était un homme, possédant une carrure normal et une chemise blanche avec ses manches remonté accompagner d'un pantalon marron. Scrutant le Skill-out de haut en bas comme si c'était quelqu'un qui cachait quelque chose, ce regard était surement dû à son casier remplis de ses mauvais coups depuis le lycée.

« Harumichi-san… »

L'homme poussa un soupire, plaçant ses mains sur hanche, continuant de regarder le skill-out d'un air suspect. Essayant de voir s'il commençait à stresser ou à avoir peur. Pour toutes les fois où il s'est fait interroger…Genji connaissait ce regard, c'est un regard qui n'attendait qu'une chose : une faille pour te lire, savoir si tu mentais.


« Vous pensez me faire avaler que la légende urbaine sur un « fantôme » qui sévit dans une ruelle est véridique, mais qu’en réalité il s’agissait d’une personne ? Et que cette dite personne vous a attaqué ? »

Dit comme ça, c'était vrai qu'il était plutôt difficile de croire qu'une des rumeurs urbaine était véridique, mais il y a bien un début à tout non ? Il devrait faire un effort, c'est pas comme s'il allait inventer une histoire aussi absurde ou alors ça veut dire qu'il a trop d'imagination.

« …Exactement… »


« Foutaises, on a vérifié cette ruelle un bon nombre de fois et on a jamais rien trouvé. Dites-moi la vérité. »


Genji poussa un soupire, ces longues heures d'interrogatoire étaient devenues répétitives. Déjà qu'elles étaient ennuyantes alors si elle devienne de plus en plus chiante, le temps allait passer très très lentement et il n'avait aucune envie de supporter tout ça trop longtemps. Et puis bon, soyons honnêtes si eux, des personnes totalement normales ont pu tomber sur l'assassin et un cadavre, c'est que :

{C’est parce que vous faîtes mal votre boulot…}

« Je vous le dit pour énième fois : On est sortis du restaurant, on a entendu un cri et on a accourut puis on est tombé sur le meurtrier qui nous as attaqué. Il a eu des renforts militant et le petit s’est fait planté. Un membre de Judgment est arrivé et je me suis enfui avec le gamin dans les bras pour vous rejoindre. »

« On t’a connu meilleur comme menteur Harumichi-san… »

Il est vrai que le fait qu’il se soit fait arrêter à plusieurs reprises par Anti-Skill et qu’il leur racontait beaucoup de mensonge pour essayer de s’en sortir et parfois ça marchait un peu. Il pouvait comprendre qu’il était méfiante envers lui, toutefois il n’avait aucune raison de ment…un gamin a failli mourir. Genji poussa un autre soupire avant de réponde à l’inspecteur.

« C’est parce que je vous dis la vérité.. »

L'inspecteur soupira avant de sortir de la salle, retournant à son bureau remplie de paperasse désordonnée à l'exception d'une chose : le dossier d'Harumichi Genji et le rapport des membres d'Anti-skill qui était intervenu sur les lieux du crime. Il était le seul témoin et le seul suspect de cette affaire, mais il n'aurait jamais pu perpétrer tout cela, pas tout seul en tout cas. Grenade fumigène, utilisation d'arme blanche et d'arme à feu…arme jamais retrouvé alors qu'il courrait avec un étudiant blessé dans les bras. Il n'était pas coupable, l'inspecteur le savait, mais il ne pouvait pas croire sa version qui ressemblait à un énorme mensonge à tenir debout et cela malgré toute la conviction que le skill-out mettait dans son regard.

Son téléphone s’était mis a sonner, il s’empressa de répondre, peut-être qu’une nouvelle preuve avait fait surface.


« Inspecteur Kogoro, j’écoute… »

Son visage sérieux se décomposa lorsqu’il entendit les paroles de la voix aux téléphones, laissant échapper quelques gouttes de sueur, tapant la table d’un coup sec renversant son café sur quelques-uns de ses dossiers.


« Comment ?!! »

Le membre d’anti-skill agitait les bras dans les sens par pure mécontentement, tapant de nouveaux sur la table. On pouvait même sentir sa voix trembler à cause de la frustration.


« Mais…Mais… »

Le membre d’anti-skill serra les dents, prêt à sortir une cigarette du parquet qui se trouvait sur lui. Sa frustration était clairement sur le point d’atteindre sa limite et il s’apprêtait à se soulage, mais il rangea finalement son paquet de cigarette dans poche tout en baissant sa tête.


« J’ai compris… »

Le téléphone fut raccroché violemment. De là où il était Genji n’entendait pas ce qui se passait à l’extérieur, il ne savait pas qui avait construit une salle pareille, mais elle était sacrément bien insonorisée. Le skill-out, toujours assis menotté, regarda le ciel en se demandant quand est-ce qu’il allait sortir de maudit endroit. Cela faisait bien 2 heures et quelques minutes qu’il se faisait interroger, quand soudain la porte s’ouvrit. { Encore… ?! Je commence à en avoir marre…}, toutefois le membre d’Anti-skill resta silencieux s’approchant de sa chaise et le détachant avant l’emmener à la sortis.


« Dehors, tu es libre. »

La surprise était voyante sur le visage de Genji, il savait qu’il finirait par sortir, mais pas aussi vite. Il se faisait guider vers la sortie dans un silence bien gênant, le membre d’Anti-skill refusait pertinemment de lui parler et interrompait tous ses débuts de phrase en toussant. Le silence était pesant, même pire que gênant, il était finalement arrivé à la sortie du bureau d’Anti-skill. Quel agréable bouffé d’air frais, mais vu l’heure qu’il était et ce qu’il venait de se passer autant rentrer chez lui pour se reposer bien tranquillement.

Marchant dans la nuit, profitant des rues presque vides pour apprécier le paysage et la douce mélodie du silence. Jusqu'à ce qu'il emprunte une ruelle isolée, qui était un petit raccourcit pour arriver chez lui plus vite. En effet, une voix qu'il semblait connaitre l'interrompit dans son moment de calme et de solitude :

"Sacré soirée pas vrai?"

Le skill-out leva les yeux tout en laissant échapper un petit « Ah ? », observant l'esper atterrir sur ses pieds. Quel genre de pouvoir ce gars avait et puis il devait avoir un problème avec la hauteur…il devait vraiment aimer ça, car en dehors du restaurant les seules apparitions qu'il a fait sont en arrivant d'un toit. Une fois les pieds aux sols, il lui posa une question : comment allait le gamin. Le même avec qui il a couru dans ses bras pendant que le membre de Judgment et le nain jardin occupaient les ennemis. Genji plaça ses mains dans ses poches, poussant un soupire avant de prendre la parole :

« Et bien, j’ai pas beaucoup d’information… »

« Mais de ce qu’a bien voulu me dire Anti-skill, il est hospitalisé dans un état critique. »

Genji jeta un petit coup d’œil à la personne en face de lui, histoire de voir si elle était intacte ou si elle avait été gravement blessée. Il ne voyait pas à travers les vêtements, mais il semblait s’en être sortis sans trop de blessures. C’était impressionnant, il ne s’attendait pas à ce qu’il en sorte aussi indemne ou bien peut-être qu’il a fui, ce qui aurait été totalement logique vu comment ce mec était monstrueusement solide.

« Et toi, alors, comment tu vas ? Quand je suis parti, ce monstre avait l’air de vouloir ta peau.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon



Messages : 126
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 20
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Event 1: The Phantom Panic - Interlude   Sam 1 Oct - 2:56

Dim grimaça à la mention de l'hospitalisation de l'adolescent. Pour qu'un état soit considéré comme critique à la cité scolaire, Hasakura devait être dans un très sale état. Étrangement, Dim se sentait concerné par l'état du collégien. S'il était resté suffisamment concentré il aurait sans doute pu l'aider...peut-être.
Mais il était inutile de ressasser ce qui aurait pu être maintenant qu'ils en étaient là. Tout ce qu'il restait à faire était préparer la suite de ce qui s'annonçait une longue nuit.

« Et toi, alors, comment tu vas ? Quand je suis parti, ce monstre avait l’air de vouloir ta peau.»

Dim eut un ricanement nerveux en allant s'asseoir sur une volée de marches en béton.

"J'me suis enfui, qu'est-ce que tu crois. Ce type en manteau noir... Il à fini par faire une erreur et j'ai réussit à m'enfuir. J'lui ait peut-être brûlé un œil aussi, mais j'parierais pas dessus. Ce mec est un monstre." Expliqua sombrement l'esper. Le simple souvenir de l'affrontement lui donnait envie de jeter un coup d'oeil derrière lui, juste au cas où.

Il s'appuya sur le mur froid derrière lui, enfouissant également les mains dans ses poches.
"C'est pas pour ça qu'il faut baisser ta garde néanmoins. Les mecs qui ont débarqué... J'ai de bonnes raisons de penser que c'était des nettoyeurs. Tu vois de quoi je parle? Des mecs trop lâches pour commettre eux-même un crime, mais payés et équipés pour faire disparaître les preuves... et les témoins."

L'esper s'arrêta là, laissant le sous-entendu atteindre son interlocuteur.

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genji Harumichi



Messages : 74
Date d'inscription : 30/10/2015
Localisation : En train de dormir ou dans une pizzaria

MessageSujet: Re: Event 1: The Phantom Panic - Interlude   Sam 1 Oct - 4:09

"J'me suis enfui, qu'est-ce que tu crois. Ce type en manteau noir... Il a fini par faire une erreur et j'ai réussi à m'enfuir. J'lui ait peut-être brûlé un œil aussi, mais j'parierais dessus. Ce mec est un monstre."

Genji siffla pour féliciter l’espers, non seulement il avait survécu à une confrontation en 1 contre 1 alors qu’ils avaient galéré en 3 contre 1. Sans oublié qu’il lui avait peut-être brûlé un œil, ce qui le rendrait beaucoup moins chiant à affronter si jamais ils venaient à le recroiser, mais il espérait ne jamais le revoir. Enfin comme l’avait dit le jeune homme à côté de lui, c’était un vrai monstre donc il avait peut-être conservé son œil…après il ne savait pas exactement ce qui s’était passé.  Tout ce qu’il pouvait dire, c’est qu’il avait eu raison de fuir face à une tel abomination physique.

Contrairement à l’esper, le skill-out préférait rester debout avec les mains dans ses poches. Il était resté assis beaucoup trop longtemps dans les bureaux d’Anti-Skill et il n’avait aucune envie de sentir une plateforme quelconque sous ses fesses.

"C'est pas pour ça qu'il faut baisser ta garde néanmoins. Les mecs qui ont débarqué... J'ai de bonnes raisons de penser que c'était des nettoyeurs. Tu vois de quoi je parle? Des mecs trop lâches pour commettre eux-même un crime, mais payés et équipés pour faire disparaître les preuves... et les témoins."

Ces mots précis était exactement les mots que le skill-out ne souhaite pas entendre, ces mots qui traduisait très clairement que ce soir il ne sera pas tranquille. Il poussa un soupire avant de lever la tête vers le ciel.

« Honnêtement, j’espérais rentrer chez moi et dormir bien tranquillement sans jamais revoir ces sales enfoirés. Mais…Je suppose qu’on ne peut pas toujours avoir ce que l’on veut… »

Genji posa le regard sur Dim, le regardant droit dans les yeux.

« Ils vont venir nous tués, huh. Ce n’est pas surprenant…En plus on n’est que 2 et ils sont trois voir plus, tout en ayant ce maudit monstre. »

Genji sortit sa main droite de sa poche en se frottant l’arrière du crâne et se mit à tchiper, exprimant sa désapprobation par rapport à ce qu’il était sur le point de dire.

«  J’ai horreur d’être sur la défensive, mais pas le choix il nous faut un plan. »

Très clairement Genji était du genre à attaquer avant que l’on attaque, mais vu leur nombre…ils allaient devoir être sur la défensive et concocter un plan à eux deux pour essayer de s’en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Event 1: The Phantom Panic - Interlude   Aujourd'hui à 18:21

Revenir en haut Aller en bas
 
Event 1: The Phantom Panic - Interlude
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Event Chasse au trésor]Un indice, un écureuil et un problème ! [Kaya - Ahito - Jaky]
» L'épi des mies du piou vert [Event Medjaii And Tachy Show]
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: La Citée Scolaire :: District 7-
Sauter vers: