Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
/Ai Etsu/

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 66
Localisation : Juste ici

MessageSujet: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Lun 7 Nov - 21:39

Ce soir était un soir calme et tranquille. Ai faisait ses devoirs et révisait ses cours, assise devant son bureau, éclairée simplement par la lampe de bureau qui était braquée sur ses feuilles remplies de notes diverses prises pendant toutes ses heures de cours et qu’elle remettait au propre pour la quatrième fois maintenant. Armée de son surligneur et de sa règle, elle entreprit de mettre en évidence les parties les plus importantes qu’elle devrait absolument revoir et apprendre par cœur dès que possible lorsqu’elle entendit du bruit venant de la chambre de son colocataire. Ce dernier courait. De toute évidence, il avait dû se rendre compte de quelque chose d’assez important pour ne pas penser à faire attention au bruit qu’il faisait en sortant. La lycéenne se leva et alla voir ce qu’il se passait mais ne put voir que la porte de l’appartement claquer après que le jeune Haruhiro ne parte avec précipitation.

Retournant dans sa chambre, Ai ne s’affola pas plus que cela à l’idée que son ami soit parti ainsi. Il était plutôt tête en l’air et prompt à paniquer pour pas grand-chose. Il avait peut-être simplement oublié quelque chose en classe et était parti sans réfléchir, espérant que ce serait encore ouvert. Il reviendrait bien assez tôt, l’air déçu, espérant donc que cela ne poserait pas trop de problèmes et qu’il pourrait récupérer son bien demain. Plusieurs dizaines de minutes passèrent. Les feuilles de cours se succédaient les unes aux autres, finissant classées puis remplacées dans leur classeur d’origine par une version améliorée et plus concise d’elles-mêmes que la jeune fille avait consciencieusement écrite pour simplifier ses futures révisions.

C’est alors que son attention fut détournée par son téléphone, posé à côté d’elle, qui s’était mis à vibrer, recevant l’appel de Haru qui n’était toujours pas rentré. * Que me veut-il ? Il a dû se perdre ou oublier ses clés encore une fois. * pensa-t-elle avant de décrocher.

« Allô ? » Répondit-elle d’un ton un peu désabusé, se demandant pourquoi il la dérangeait à cette heure-ci.

« Bon..soir Ai-senpai. » Répondit-il, semblant un peu troublé, hésitant. « Ecoute, j’ai une petite, nan une énorme faveur à te demander en fait. Anti-Skill est bloqué et on a absolument besoin d'aide, il y a eu… un meurtre et disons simplement qu'un support de leur part est nécessaire. Est-ce que tu penses que tu pourrais les faire bouger ? »

« Attends ralentis un peu. Il se passe quoi ? » Répondit-elle à son tour. Un meurtre ? Ai ne savait pas trop comment réagir, plus prise de court que paniquée ou quoi que ce soit. En plus il avait dit ça comme ça, ne ménageant pas ses effets. Bon sang, dans quoi il s’était embarqué encore ?

« Je suis désolé je ne peux pas vraiment t'en dire plus... On a besoin d'Anti-Skill ou au moins d'informations. Je me suis dit que tu pourrais peut être faire bouger les choses chez eux en tant que membre de Judgement. C'est assez compliqué mais si tu pouvais le faire ça serait super... »

*Pas m’en dire plus ? Si tu crois que je vais te laisser faire tes bêtises dans ton coin sans bouger après ce que tu viens de me dire, tu te trompes*
« Où tu es ? Tout va bien ? Je vais appeler mon chef de branche, il devrait pouvoir faire remonter l'info » Demanda-elle, gardant totalement son calme, préférant l’approche rationnelle et posée des choses.

« Je heuuu.. quelque part ! Tout va bien ne t'inquiètes pas. Merci beaucoup, c'est très important, je te revaudrais ça, Ai-senpai »

Quelque part… Il croyait vraiment que ça allait se passer comme ça. Prenant un ton quelque peu agacé, elle rétorqua, ne comptant pas se laisser faire comme ça.

« Attends attends ! Si je ne sais pas où tu te trouves comment veux-tu que j'envois des gens pour t'aider ?! »

« Je suis près de l'hôpital, dans le discrict 7. Mais l'endroit où a eu lieu le meurtre est une ruelle à côté du Cat's Eyes »

« J'arrive. Et je préviens le chef de la branche. Toi tu bouges pas. » Finit-elle tout en raccrochant, ignorant ce qu’Haru allait dire vu qu’il allait probablement lui demander de ne pas venir de toute façon.

Ai s’était déjà levée pendant la discussion et était sortie de sa chambre. Elle attrapa sa veste qu’elle enfila par-dessus son uniforme et enfila ses chaussures avant de s’élancer en direction de l’hôpital où se trouvait Haru. Une fois dehors, elle sortit son téléphone et composa le numéro de portable de Akai, son chef de branche, espérant qu’il pourrait répondre. Elle pouvait très bien faire remonter l’info d’elle-même mais l’aide du jeune homme pourrait s’avérer utile et elle irait plus vite si elle ne devait pas garder son téléphone trop longtemps pendant qu’elle courait.

« Allô, Sugimori a l'appareil »

« Akai, c'est Ai. J'ai absolument besoin de toi » répondit Ai, légèrement essoufflée.

« Euh, bien sûr, qu'est-ce que je peux pour toi ? Tu as un problème ? »

« Un ami m'a appelé, il y a eu un meurtre et anti-skill refuse de les aider. Il est avec d'autres gens à côté de l'hôpital et ils m'ont demandé d'essayer de faire bouger les choses côté judgement. J'ai peur qu'ils fassent n'importe quoi alors je les rejoins »

« Attends, un meurtre ? Comment ça un meurtre ? »

« J'en sais rien, il m'a pas expliqué. Ils sont à l'hôpital du 7ème district et le meurtre a eu lieu au cat's eye apparemment »

« Attends. Ne bouge pas d'où tu es. Je vais appeler Anti-Skill et leur demander ce qui se passe. Je vais aussi appeler la branche de Judgement locale, ils doivent bien être au courant de quelque chose. En attendant, rappelle ton ami et dis-lui de ne bouger sous aucun prétexte. De ce que je comprends, il est témoin dans une affaire de meurtre, selon la procédure on doit garder un œil sur lui. C'est pas comme si il pouvait faire quelque chose face à un meurtrier, à moins qu'il ne soit niveau 5... »

Elle n’avait pas du tout envie de partir dans un débat quant à savoir si elle devait y aller ou pas mais elle savait parfaitement quoi répondre. Son chef n’était pas un idiot, contrairement à beaucoup il savait réfléchir et interpréter les règles, une grande qualité pour un chef de branche il fallait le reconnaître. Et puis il savait bien qu’elle savait ce qu’elle faisait.

« Le connaissant il a déjà prévu de faire n'importe quoi, je suis déjà en chemin pour le rejoindre j'y serai bientôt »

« Etsu-san, je vais avoir besoin de toi pour enquêter là-dessus, alors essaye de faire vite à l'hôpital. Quoi qu'il arrive, surtout ne le laisse pas quitter l'hôpital. C'est un témoin dans une affaire de meurtre, si il ne veut pas se tenir tranquille n'hésite pas à le menacer de poursuites. Et au pire, attache le à un brancard. » dit-il, les claquements de ses doigts sur un clavier pouvant être entendus en fond.

« T'en fais pas, j'y vais justement pour ça. Merci beaucoup » dit-elle, concluant l’appel là-dessus.

Parfait, elle pouvait donc aller sur place sans se soucier du reste, Akai allait s’en occuper. La seule chose qu’elle espérait était que cet idiot de Haru n’avait pas décidé de s’en aller avant qu’elle n’arrive. Si il avait fait ça elle le tuerait la prochaine fois qu’elle le verrait, si le fameux meurtrier ne s’en était pas occupé avant… S’arrêtant sur cette pensée qui la fit frissonner, elle accéléra le pas encore un peu plus, serrant les dents, espérant que tout irait bien le temps qu’elle arrive.

Le chemin lui sembla durer une éternité, une éternité durant laquelle une multitude de scénarios catastrophe avaient pu germer dans son esprit. Elle n’était pas du genre à s’inquiéter mais elle préférait toujours imaginer le pire dans ce genre de cas car la réalité se montrait plus simple à affronter ensuite. A bout de souffle, elle finit par arriver devant l’hôpital, se demandant où aller ensuite. Elle composa le numéro de Haruhiro, espérant que cet idiot répondrait, il était bien capable de ne pas répondre pour éviter d’avoir à lui indiquer sa position mais elle savait parfaitement quoi faire dans ce cas.

« Allô ?! Ai-senpai qu'est ce que tu faisais ? T'es où là ? »

« Devant l'hôpital, vous êtes où exactement ? »

« Quoi ?! Comment ça devant l'hôpital ? Pourquoi tu es venue, je ne t'ai pas appelée pour que tu bouges de la maison... Désolé mais je vais devoir te demander de faire demi-tour, senpai. »

*Comme si j’allais simplement faire demi-tour après tout ça*

« Dis-moi où tu es, m'oblige pas à te chercher » Répondit-elle sèchement.

« Hein ? Mais.. non... C'est hors de question ! Tu rentres immédiatement je veux pas que tu sois mêlée à tout ça. »

« Ecoutes, tu m'as appelé, je suis déjà mêlée à tout ça que tu le veuilles ou non. Maintenant tu ne m'as parlé que de deux lieux, donc si tu me dis pas où tu es je vais être obligée d'aller te chercher vers le cat's »

« AH NON ! Surtout pas ! Ne t'approches pas du Cat's Eyes !S'il te plait Ai... Enfin Ai-senpai ! C'est très important alors j'aimerai vraiment que tu rentres maintenant. »

*Ce qu’il peut être borné !*

Commençant à s’énerver, elle continua. « Ecoute, il est hors de question que je rentre. Maintenant t'as cinq minutes pour me dire où c'est ou je te jure que tu vas le regretter.  Que ce soit vis à vis de moi qui m'inquiète et veux m'assurer que tout va bien ou judgement qui te considère comme un témoin important et m'a demandé de veiller sur toi »


« Ah heu... » répondit-il, visiblement à court d’arguments.
« Désolé Ai-senpai, vraiment. Ce que tu vas entendre ne va certainement pas te plaire mais la situation est vraiment grave et ça pourrait devenir très dangereux. Alors je t'en prie, rentre et ne sors plus ce soir, j'ai pas envie de m'inquiéter pour ta sécurité... Si il t'arrivait quelque chose à cause de moi je ne me le pardonnerai pas. » dit-il avant de raccrocher au nez de Ai.

Elle resta là, sans bouger pendant plusieurs secondes, sentant une rage monter en elle. Elle composa à nouveau le numéro de Haru, le regard vide. C’est lorsqu’elle entendit que ce dernier avait raccroché avant même la fin de la sonnerie qu’elle explosa, les larmes aux yeux. Elle serrait son téléphone le plus fort possible dans sa main, se retenant de hurler et d’envoyer son appareil s’écraser contre un mur. Bon sang, cet abrutit ne comprenait décidément rien. Gnagnagna, je veux pas m’inquiéter pour toi… Quel égoïste… Il la mettait lui-même dans cette situation et lui demandait tranquillement de rentrer chez elle, à s’inquiéter sans rien pouvoir faire. Se rendait-il compte d’à quel point c’était horrible ce qu’il lui faisait vivre ?! Bon c’était décidé, elle n’allait pas rentrer comme ça, elle ne le supporterait pas. Elle prit une grande respiration pour se calmer et rappela son chef de branche.

« Akai c’est encore moi. » son ton n’était pas agressif mais témoignait d’un agacement intense et d’une colère refoulée. « Je n’ai pas trouvé le témoin. Il s’agit de Haruhiro Wilkowski et pour le moment il entrave l’enquête. Je vais le chercher dans le coin et le ramener de force si il faut. Les soucis ayant eu lieu au cat’s je ne pense pas être en danger. Rejoins-moi dès que tu peux. Tu as réussi à contacter anti-skill ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Sugimori

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 31/08/2016

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Mar 8 Nov - 0:41

Le soleil était parti au lit depuis belle lurette. Toutefois, les fenêtres de la 136éme branche de Judgement luisaient dans l'obscurité de la cité scolaire. Dedans, Akai était seul, assis a son bureau. Il était resté derrière pour finir les derniers rapports de la journée. Ai et Takuya était rentrée chez eux quelques heures plus tôt, aussi avait il décider de prendre ses aises. L'un des moniteurs de son bureau diffusait un épisode de Jetman, qu'Akai re-re-re-re-re-re-regardait. Ses pieds étaient bien au chaud, dans de grosses pantoufles confortables. Dans sa tasse, un délicieux thé vert. "J'adore mon boulot" pensait t il en terminant joyeusement le rapport de sa patrouille de la soirée.

-Eeeeeet.... Envoyé !

Il frappa la touche Entrée et s'enfonça dans son siège, satisfait. 22H30. Il était encore tôt, il pouvait rentrer a la maison. Peut être même que Naru voudrait bien faire une partie de console avant d'aller se coucher. Malgré les tensions entre lui et Ai, le jeune homme ne pouvait s'empêcher de reconnaitre que sa nouvelle camarade faisait du très bon boulot. Depuis qu'elle était arrivée, il avait beaucoup moins de boulot et ça se voyait sur son visage, outrement moins fatigué que quelques semaines plus tôt. Il admira une fois de plus Red Hawk administrer une bonne correction au méchant de la semaine. "Halalala... Ils le montrent pas a la télé, ça, quand Red Hawk il aura trois heures de paperasse a régler parce qu'il reste une tache de sang sur la chaussée, hein ? Veinard..." L'épisode se termina sur une victoire écrasante de Jet Ikaros, qui atomisa le monstre géant. Laissant l'ending résonner dans les locaux de la branche alors qu'il récupérait ses affaires, se préparant a rentrer chez lui après une bonne journée de travail.

-KOKORO WA TAMAGO ! CHIISANA TAMAGOOOOOOOO !!! ASHITA MADE ATATAMERYA !!! TORI NI MO.... Hein ?

Son incroyable performance de Barython fut interrompue par la sonnerie de son téléphone. Il coupa le son de l'ordinateur et décrocha. "Qui peut bien appeler a une heure pareille ?"

« Allô, Sugimori a l'appareil »

« Akai, c'est Ai. J'ai absolument besoin de toi »

Akai écarquilla légèrement les yeux. C'était une surprise.

« Euh, bien sûr, qu'est-ce que je peux pour toi ? Tu as un problème ? »

Etsu-san qui appelait a une heure pareille et qui avait absolument besoin d'aide ? Akai entendit sa soirée tranquille s'envoler pour ne devenir qu'une avec les nuages. Il reposa son derrière sur sa chaise et écouta attentivement.

« Un ami m'a appelé, il y a eu un meurtre et anti-skill refuse de les aider. Il est avec d'autres gens à côté de l'hôpital et ils m'ont demandé d'essayer de faire bouger les choses côté judgement. J'ai peur qu'ils fassent n'importe quoi alors je les rejoins »

Si Akai avait était en train de boire quelque chose en entendant ça, nul doute que les écrans auraient eu besoin d'un remplacement

« Attends, un meurtre ? Comment ça un meurtre ? »

« J'en sais rien, il m'a pas expliqué. Ils sont à l'hôpital du 7ème district et le meurtre a eu lieu au cat's eye apparemment »

Ça sentait la catastrophe a plein nez. Il ouvrit la page internet du réseau interne de Judgement et scruta des yeux le flux des nouvelles. Un meurtre, ça devait forcement y être... Et en effet, un avis d'enquête diffusé par Anti-Skill. Avec note de rester prudent. Traduction : Ne vous en mêlez pas.

« Attends. Ne bouge pas d'où tu es. Je vais appeler Anti-Skill et leur demander ce qui se passe. Je vais aussi appeler la branche de Judgement locale, ils doivent bien être au courant de quelque chose. En attendant, rappelle ton ami et dis-lui de ne bouger sous aucun prétexte. De ce que je comprends, il est témoin dans une affaire de meurtre, selon la procédure on doit garder un œil sur lui. C'est pas comme si il pouvait faire quelque chose face à un meurtrier, à moins qu'il ne soit niveau 5... »

« Le connaissant il a déjà prévu de faire n'importe quoi, je suis déjà en chemin pour le rejoindre j'y serai bientôt »

Akai tapota furieusement sur son clavier. Il avait besoin de plus d'infos. Il trouva l'adresse du Cat's Eye, nota le numéro de la branche d'Anti-Skill a contacter, et chercha celui de la branche de Judgement la plus proche du restaurent. "Mais en attendant... Il nous faut un plan d'action. Première chose a faire : mettre les civils a l'abri et leur tirer les vers du nez"

« Etsu-san, je vais avoir besoin de toi pour enquêter là-dessus, alors essaye de faire vite à l'hôpital. Quoi qu'il arrive, surtout ne le laisse pas quitter l'hôpital. C'est un témoin dans une affaire de meurtre, si il ne veut pas se tenir tranquille n'hésite pas à le menacer de poursuites. Et au pire, attache le à un brancard. »

« T'en fais pas, j'y vais justement pour ça. Merci beaucoup »

Elle raccrocha. Akai ne laissa pas tomber son téléphone et composa le numéro d'Anti-Skill. Il ne fallait pas perdre de temps. Trois sonneries, et une voix bourrue décrocha :

-36éme branche d'Anti-Skill, que puis je pour vous ?

-Bonsoir. Je suis Sugimori, de la 136éme de Judgement. J'ai des informations importantes concernant l'enquête sur l'agression dans les environ du Cat's Eye, dans le district 7. Il me semble que c'est votre juridiction.

-Sugimori-san, vous n'êtes pas au bon endroit. Si vous voulez effectuer un transfert d'information, il va falloir passer par le QG d'Anti-Skill et remplir le formulaire approprié.

Akai cligna des yeux. Il ne s'attendait pas a ça.

-Excusez moi ? Je pense que c'est urgent. Des civils sont peut être en danger.

-Passez par la chaine de commande, s'il vous plait. Je ne peut pas recevoir d'informations de sources non certifiée.

Le jeune homme resta sans voix, incapable de trouver une répartie face a la puissante machine administrative.

-Ce sera tout ?

-Euh... Oui, je suppose...

Anti-Skill racrocha. Akai s'enfonça a nouveau dans son siège. Il lui fallait réfléchir. Un plan d'action. "On ne peut pas risquer quoi que ce soit... La procédure ne va pas m'aider dans ce cas la. Bon. Ce qu'on va faire c'est demander au témoin de venir içi. Içi, personne ne viendra lui chercher des noises. On va le protéger cette nuit, puis demain on ira a Anti-Skill remplir les papiers. Vu l'appel a l'aide du témoin, il doit avoir peur de représailles... Il ne peut quand même pas être assez stupide pour aller courir après un meurtrier avec ses petits bras quand même ?"

Le téléphone vibra a nouveau. Le numéro d'Etsu s'afficha, aussi Akai décrocha immédiatement :

« Akai c’est encore moi. Je n’ai pas trouvé le témoin. Il s’agit de Haruhiro Wilkowski et pour le moment il entrave l’enquête. Je vais le chercher dans le coin et le ramener de force si il faut. Les soucis ayant eu lieu au cat’s je ne pense pas être en danger. Rejoins-moi dès que tu peux. Tu as réussi à contacter anti-skill ? »

Quelque chose dans la voix d'Etsu était étrange. Akai connaissait vaguement ce ton : C'était semblable a celui qu'elle avait quand elle était énervée contre lui. Il essaya de passer outre et commença :

-Oui, j'ai pu les contacter, mais y as rien a attendre d'eux. La procédure va prendre un temps fou. Ce Wikobusuki, une idée d'ou il peut bien se trouver ?

-Probablement autour de l'hôpital mais si je dois fouiller toutes les ruelles il sera parti avant que je le trouve. A moins que j'aie vraiment de la chance

-Laisse tomber la chance, c'est pas pour nous ce soir. Je vais lancer un avis de recherche a son nom. Ou est ce que tu veut qu'on se retrouve ?

-Si tu veux enquêter le mieux est de commencer à l'hôpital. Tu me rejoins ici ?

-Ok, je vais venir. Il faut qu'on le retrouve vite, d'après Anti-Skill, c'est assez sérieux comme affaire. On a normalement ordre d'être prudent, mais on va pas risquer un autre meurtre ce soir. Et dis, ce Wilkobuss... Wirukob... Ce Haruhiro, je vois sur la base de données qu'il est en entrainement pour rejoindre Judgement ?

Sous les yeux d'Akai, la fiche d'un jeune homme aux cheveux bruns et a l'air un peu niais était affiché. "Instant Shift" niveau 3. "Avec un pouvoir pareil tu m'étonne que c'est une tête brulée" pensa Akai.

-Oui, il arrive bientôt au bout, pourquoi ?

-J'espère pour lui qu'il a pris en compte la gravité d'ignorer les ordres d'un agent de Judgement alors qu'il est témoin d'un meurtre. J'ai vu des candidatures rejetée pour moins que ça

Ce n'était pas une provocation en l'air. Judgement ne pouvait pas accueillir en son sein des personnes incapable de respecter le plus basique des ordres, a savoir "Pas bouger". Surtout quand la personne en question était témoin dans une affaire de meurtre.

-Je ne pense pas... Répondit finalement Etsu. Il a tendance à faire les choses de façon un peu trop irréfléchie et puérile. C'est aussi pour ça que je m'inquiète

-Tss... J'arrive. J'ai mon vélo, ça ne devrait pas prendre trop de temps. Si tu le revoit, menotte le a un poteau.

Akai raccrocha immédiatement et se rua sur son sac, puis se précipita vers la porte... Avant de s'arrêter net. Aujourd'hui... Aujourd'hui il aurait peut être a se battre. A se battre de façon sérieuse. Cela n'aurait rien a voir avec ses cabrioles a la télé ou sur un terrain de base-ball. Ce n'était pas avec de l'esprit combattif qu'il sauverait sa peau si il se retrouve nez a nez avec un meurtrier prêt a récidiver.

"Peut être... Peut être que je vais avoir besoin de plus de puissance de feu. Ce n'est pas encore tout a fait prêt... Mais qu'est ce que ça me coute de me préparer ?"

Il se détourna de l'entrée de la branche et se rua dans les vestiaires. Il était temps de se transformer.

-----------------------------

Cinq minutes plus tard, Akaiko était dehors et pédalait a toute allure en direction de l'hôpital, son bandeau de Judgement au bras. De son sac dépassait deux battes de baseball en fer, et au fond on pouvait entendre rouler une bonne douzaine de balles. De grosses bosses au niveau de ses poches indiquait qu'elle en avait en stock içi aussi. De l'extérieur, on aurait pu la prendre pour la manager du club de base-ball local. En réalité, Akaiko était, a sa manière, préparée au combat.

Elle arriva enfin en vue de l'hôpital, après dix minute de sprint. Elle gara son vélo en vitesse, bloqua l'anti-vol et se rua sur Ai qu'elle avait aperçu un peu plus loin. Essoufflée, elle salua sa camarade de la main et lança :

-Désolée du retard... C'est moi, Sugimori... Désolé d'avoir pris un peu trop de temps, mais j'ai préféré parer a toute éventualités.

Elle rajusta son sac sur son dos et pris un air plus sérieux.

-Bon, Etsu-san. Premièrement, je suggère qu'on rentre dans l'hôpital et qu'on essaye de savoir pourquoi Haruhiro-san était la. Si on sait ça, ça devrait nous donner une bonne idée d'ou il est aller. Qu'est ce que tu en dis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
/Ai Etsu/

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 66
Localisation : Juste ici

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Ven 11 Nov - 2:11

La nuit était noire ce soir et, malgré l’éclairage des rues qui permettait d’y voir presque en plein jour, Ai n’était pas rassurée. Elle venait de raccrocher avec son chef de branche, un peu rassurée qu’il ait décidé de la rejoindre au plus vite. Il n’y avait plus qu’à l’attendre sans rien faire… pendant probablement une bonne quinzaine de minutes. Le souci dans ce genre de soirées ce n’était pas vraiment les événements en eux-mêmes mais plutôt tous ces instants de flottement entre deux. Ces moments qui permettaient de réfléchir et de s’imaginer comment à chaque seconde tout pouvait dégénérer et finir tragiquement. Il était plus facile d’agir, s’occuper la tête avec autre chose pour éviter de craquer sous une pression inutile que l’on s’infligeait soi-même, mais pour le moment elle devait attendre et c’est cette attente qui entretenait sa colère et sa frustration.

5 minutes avaient déjà dû passer, elle avait l’impression que cela faisait déjà une éternité qu’elle était devant l’hôpital mais un rapide coup d’œil à sa montre indiquait qu’une minute à peine s’était effectivement écoulée. Ce que le temps pouvait être long… C’était marrant de voir comme on pouvait se plaindre de tout et de son contraire en fonction des circonstances. On pense toujours que le temps file trop vite et quand quelque chose comme ça arrive on le trouve trop lent. Peut-être Haru était-il déjà en danger. Il était peut-être déjà parti quand il avait appelé la première fois, préférant ne pas perdre de temps ou empêcher Ai de le retrouver.

Deux minutes. Bon sang il fallait qu’elle arrête de penser à ce genre de choses. Sa manie de toujours imaginer le pire pouvait finalement se montrer être une très mauvaise chose… Si seulement elle pouvait simplement s’arrêter de penser, juste le temps de pouvoir faire autre chose qu’attendre. Elle fixait la façade de l’hôpital quand elle finit par craquer et se diriger à l’intérieur. Elle pourrait peut-être gagner un peu de temps sur l’enquête après tout. Elle enfila son brassard de judgement et avança en direction de la femme qui gérait les admissions et guidait les gens. Elle passa devant les trois personnes qui attendaient devant, ils n’étaient pas aux urgences et pouvaient donc attendre.

-« Bonsoir, j’ai des questions pour une enquête de judgement s’il-vous-plaît. Vous avez cinq minutes à m’accorder ? »

Lui faisant signe de venir, Ai passa dans la petite loge. La femme semblait perplexe, elle devait plus être habituée à voir des gens d’antiskill que des membres de judgement venant poser des questions car si la victime avait fini à l’hôpital, c’était souvent signe que c’était un peu plus grave que ce dont judgement devait s’occuper normalement.

-« Avant de commencer, vous auriez un bloc-notes et un stylo ? J’ai été prise un peu de court avec cette affaire et je n’ai pas pu prendre ce qu’il fallait. »
Un bloc de médecin et un stylo en main, elle put noter toutes les informations que l’autre femme lui donnait. Il y avait eu trois personnes admises des suites d’une agression récemment déjà, et l’une d’entre elle avait été grièvement blessée au couteau et était toujours sur la table d’opération à causes de complications inattendues.

C’était probablement celui qu’elle cherchait. Elle finit par ressortir et s’assit sur le bord d’un trottoir, notant tout ce qui s’était passé pour prendre un peu de recul et comprendre ce qui s’était passé. Elle avait entendu Haru partir en courant de leur appartement, il avait donc été prévenu par quelqu’un. Les médecins ne prévenant que les membres les plus proches de la famille, il s’agissait de quelqu'un d’autre. Un ami de la victime ? Probablement un témoin du meurtre… La lycéenne consulta sa montre un instant et fit un rapide calcul. Si on enlevait le temps qu’avait pris Ai à venir, plus le temps pour que Haru vienne, il ne restait qu’une poignée de minutes entre le moment où il avait quitté l’appartement et le moment de l’appel.

Elle retraça ainsi la soirée de Haru sans trop de difficultés. Il avait été prévenu qu’il se passait quelque chose pour quelqu’un qu’il connaissait. Il était venu le plus vite possible et avait décidé avec la personne en question qu’ils allaient faire quelque chose… Tout semblait logique au final, et son colocataire devait être proche de la victime pour réagir ainsi. Elle fut soudain coupée dans sa réflexion par une fille qui arrivait à son côté. Elle mit un instant à reprendre ses esprits et fixa Akaiko qui semblait presque aussi stressée qu’elle.

-Désolée du retard... C'est moi, Sugimori... Désolé d'avoir pris un peu trop de temps, mais j'ai préféré parer a toute éventualités.

-Bon, Etsu-san. Premièrement, je suggère qu'on rentre dans l'hôpital et qu'on essaye de savoir pourquoi Haruhiro-san était la. Si on sait ça, ça devrait nous donner une bonne idée d'ou il est aller. Qu'est ce que tu en dis ?


- « Ah euh oui… » dit-elle un peu perdue dans ses pensées, se levant finalement d’un bond et enchaînant à un débit rapide. « Oui ! Pendant que je t’attendais je suis entrée pour essayer d’obtenir quelques informations. Du coup il y a un garçon là-dedans qui a été blessé grièvement au couteau, un certain… Izayoi Hasakura. » Continua-t-elle, regardant ses notes pour bien se souvenir du nom. « Il est actuellement en soins intensifs. Je n’ai pas été plus loin, j’ai pensé qu’il serait mieux de t’attendre pour la suite. Aussi j’ai tiré mes propres conclusions et souhaiterais ton avis là-dessus. J’ai entendu l’individu Haruhiro Wilkowski partir, très probablement vers l’hôpital aux alentours de 21h30, peut-être un peu après. Sachant qu’il était à l’hôpital et qu’il m’a appelée vers 22h20, je ne pense pas qu’il ait été témoin de quoi que ce soit. Il a probablement rejoint quelqu’un qui l’a entraîné dans tout ça. Peut-être est-il proche de Hasakura, je n’en sais rien. En plus il me semble qu’il a parlé comme s’il n’était pas seul au téléphone. Je sais pas si c’est important mais voilà, c’est tout. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Sugimori

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 31/08/2016

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Ven 11 Nov - 17:50

- « Ah euh oui… Oui ! Pendant que je t’attendais je suis entrée pour essayer d’obtenir quelques informations. Du coup il y a un garçon là-dedans qui a été blessé grièvement au couteau, un certain… Izayoi Hasakura. Il est actuellement en soins intensifs. Je n’ai pas été plus loin, j’ai pensé qu’il serait mieux de t’attendre pour la suite. Aussi j’ai tiré mes propres conclusions et souhaiterais ton avis là-dessus. J’ai entendu l’individu Haruhiro Wilkowski partir, très probablement vers l’hôpital aux alentours de 21h30, peut-être un peu après. Sachant qu’il était à l’hôpital et qu’il m’a appelée vers 22h20, je ne pense pas qu’il ait été témoin de quoi que ce soit. Il a probablement rejoint quelqu’un qui l’a entraîné dans tout ça. Peut-être est-il proche de Hasakura, je n’en sais rien. En plus il me semble qu’il a parlé comme s’il n’était pas seul au téléphone. Je sais pas si c’est important mais voilà, c’est tout. »

-Excellent travail, Etsu-san ! On peut vraiment compter sur toi pour l'efficacité, bien joué ! Déclara Akaiko avec un grand sourire. Je pense que ton raisonnement est juste... Maintenant il s'agit de savoir ce qu'on va faire. Même si Ouirukosuki-san n'est pas témoin lui même... J'ai l'impression qu'il va se jeter dans la gueule du loup sans réfléchir...

La jeune fille tritura le haut de sa casquette. Il fallait réfléchir a un plan d'action. "Il faut qu'on trouve l'identité de la personne qui a embarquer Haruhiro-sans dans cette affaire. C'est elle qui doit avoir le plus d'informations concernant le meurtre... A moins que ce ne soit un piège. Tant qu'on ne sait rien de cette personne, on ne peut pas exclure cette possibilité. Quoi qu'il arrive, on doit retrouver Haruhiro-san, l'inconnu sera surement avec lui. Je ne vois qu'un seul endroit ou ils ont pu se rendre... Mais dans ce cas la..."

Akaiko regarda Etsu-san dans les yeux. Cette affaire pouvait dégénérer très vite si ils ne faisaient pas attention. Ce n'était pas le genre de cas auquel les agents de Judgement étaient habitués...

-Etsu-san. Voila ce que j'en pense : Nous devons a tout prix arrêter ce jeune homme. J'ai l'impression qu'il c'est lancé dans une vendetta personnelle qui ne peut que tourner mal, et nous devons mettre fin a ça avant qu'il ne trouve son adversaire. Esper ou pas, ce meurtrier a agressé deux personnes en une journée et en a tué une. Wilkoruski n'as aucune chance. Même nous, nous n'avons aucune chance. A mon avis, il va aller a l'endroit ou il aura le plus de chance de trouver des indices... Et cet endroit, c'est le Cat's Eye. Si on veut le retrouver, on va devoir y arriver avant lui.

Akaiko poussa un léger soupir et continua d'une voix qui laissait transparaitre une certaine nervosité :

-Le problème, c'est que la possibilité que le meurtrier soit encore dans la zone n'est pas a exclure. Je serais très surprise qu'il décide d'attaquer qui que ce soit cette nuit... Mais j'ai un très mauvais pressentiment concernant cette affaire. Anti-Skill semble beaucoup trop mystérieux... J'ai l'impression qu'il y as quelque chose de plus dangereux qu'on ne le pense la bas. Aussi... Si tu décide de ne pas venir avec moi la bas, je comprendrais. Je n'en ferais pas mention dans les rapports et ce ne sera pas considéré comme une faute. Je ne peut pas te forcer a risquer autant juste parce que je suis un chef de branche.

Elle ne voulait pas y aller seule. En réalité, Akaiko était terrifiée. Ça n'avait rien a voir avec ses séries préférés. Ici, le super vilain ne raconterait pas son plan pendant cinq minutes. Ici, il n'y aurait pas de filet de secours pour les rattraper en cas de problème. Aussi de tout son cœur Akaiko espérait que Ai ne la laisse pas seule. Essayant tant bien que mal de confiner sa nervosité, elle pointa le vélo du doigt et déclara finalement :

-Donc ? Tu viens ? Ou tu reste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
/Ai Etsu/

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 66
Localisation : Juste ici

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Jeu 9 Fév - 8:05

-Etsu-san. Voila ce que j'en pense : Nous devons a tout prix arrêter ce jeune homme. J'ai l'impression qu'il c'est lancé dans une vendetta personnelle qui ne peut que tourner mal, et nous devons mettre fin a ça avant qu'il ne trouve son adversaire. Esper ou pas, ce meurtrier a agressé deux personnes en une journée et en a tué une. Wilkoruski n'as aucune chance. Même nous, nous n'avons aucune chance. A mon avis, il va aller a l'endroit ou il aura le plus de chance de trouver des indices... Et cet endroit, c'est le Cat's Eye. Si on veut le retrouver, on va devoir y arriver avant lui.

A ces mots, Ai sentit un énorme poids s’abattre sur elle. Elle baissa la tête, les larmes aux yeux, repensant à ce que son chef de branche venait de dire. Il n’a aucune chance… C’était vrai, il risquait sa vie et Ai ne l’avait pas réellement réalisé jusque-là. Quel idiot, l’appeler pour lui annoncer qu’il allait faire ça pour finalement ne plus répondre après, qu’est-ce qu’il pouvait bien avoir en tête décidément ? N’arrivant pas à retenir les premières larmes qui lui montaient aux yeux, Ai eut du mal à se calmer avant de fondre totalement en larme mais finit tout de même par y arriver, essayant de montrer le moins possible à quel point elle était touchée par cette histoire. Se frottant les yeux, elle redressa la tête pour regarder Akaiko qui était devant elle, visiblement peu rassurée par ce dans quoi elles étaient parties juste toutes les deux.

-Donc ? Tu viens ? Ou tu reste ?

-« Non non, je tiens à venir, c’est moi qui t’ai appelé à la base et je ne peux pas rester à rien faire en sachant ce qu’il se passe. Et toi aussi tu as le choix, rien ne t’oblige à venir, ce n’est pas une enquête de judgement dont on a la charge, au contraire même. Tu peux très bien décider d’en rester là personne ne te le reprochera. »

Tout cela était vraiment incroyable et jamais Ai n’avait envisagé finir dans une telle histoire quand elle s’était engagée chez Judgement. Il aurait été d’ailleurs bien plus sage pour les deux de décider de ne rien faire, elles avaient plus de chances d’augmenter le nombre de victimes que de réellement sauver des personnes qui -de toute évidence- cherchaient à éviter leur protection. Qu’est-ce qui n’allait pas ce soir ? Comment était-il possible qu’un meurtre se soit déroulé sans qu’anti-skill ne puisse intervenir tout de suite ? Tout cela dépassait totalement la lycéenne qui n’y comprenait véritablement rien et plus elle y pensait, plus elle écartait la possibilité de retrouver son ami avant qu’il ne se soit passé des choses terribles.

Chassant ces idées, Ai décida de se concentrer sur sa détermination et sa colère et rougit un peu, honteuse de s’être laissée aller même si la situation pouvait totalement l’excuser. Se sentant à nouveau d’attaque, elle serra le poing et regarda Akaiko droit dans les yeux après qu’elle ait décidé de continuer l’enquête.

-« Bien ! Direction le cat’s eyes au plus vite. Par contre je n’ai pas de vélo, on fait comment ? Et de nuit notre principal soucis c’est le bruit qu’on fait alors j’utiliserai mon pouvoir pendant tout le temps de l’enquête pour que personne ne puisse nous entendre marcher, courir ou même parler à part ceux à qui on s’adressera. Ce ne sera pas très difficile, j’ai l’habitude. » Elle se prépara à partir et s’arrêta un instant pour regarder Akaiko avec insistance « Ah et euh… merci. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Sugimori

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 31/08/2016

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Jeu 9 Fév - 19:05

-« Non non, je tiens à venir, c’est moi qui t’ai appelé à la base et je ne peux pas rester à rien faire en sachant ce qu’il se passe. Et toi aussi tu as le choix, rien ne t’oblige à venir, ce n’est pas une enquête de judgement dont on a la charge, au contraire même. Tu peux très bien décider d’en rester là personne ne te le reprochera. »

Akaiko pouvait voir dans les yeux de sa camarade a quel point cette affaire la secouait. Haruhiro semblait compter pour elle. Assez pour que la Ai Etsu sure d'elle qu'elle connaissait et qui n'avait aucun problème pour rentrer dans le lard de ses supérieurs brise légèrement son masque d'assurance. Pendant un instant, la shapeshifter fut tentée de retirer sa proposition. Mais Ai sembla retrouver ses esprits : son visage déterminée revint, et c'est avec le poing ferme et les yeux inflexibles qu'elle déclara :

-« Bien ! Direction le cat’s eyes au plus vite. Par contre je n’ai pas de vélo, on fait comment ? Et de nuit notre principal soucis c’est le bruit qu’on fait alors j’utiliserai mon pouvoir pendant tout le temps de l’enquête pour que personne ne puisse nous entendre marcher, courir ou même parler à part ceux à qui on s’adressera. Ce ne sera pas très difficile, j’ai l’habitude. »

Akaiko hocha la tête. C'était une excellente idée, plus elles étaient discrètes, mieux ce serait. Elle allait retourner enfourcher son vélo quand les yeux d'Ai l’arrêtèrent. Ils étaient plus intenses que d'habitude.

« Ah et euh… merci. »

Akaiko ouvrit la bouche pour répondre, mais rien ne vint immédiatement. Ce "merci" semblait si simple, mais il eut le don de la calmer. "Nous faisons le bon choix, et c'est pour ça qu'on survivra" se dit elle. Elle adressa un sourire a Ai et répondit :


-On va le sauver, tu verra.

C'était peut être un peu gauche, mais c'est tout ce dont était capable Akaiko pour le moment. Son attention se porta alors sur le vélo.

-Tu as raison en tout cas, on ne va pas pouvoir monter a deux la dessus... Surtout qu'on serait très vulnérable en cas d'embuscade... Hmh...

"Tu connais la solution. Tu l'as en stock." murmura une voix a son oreille. "Pourquoi est ce que tu serais venu en Akaiko sinon ? La nouvelle forme est prête. Tu sais ce qu'il te reste a faire." La Shapeshifter poussa un soupir et déclara :

-Tu va prendre le vélo. Moi je vais courir a côté. J'ai une forme qui devrait arriver a courir aussi vite qu'un vélo, si tu ne te décide pas a faire des sprints. Laisse moi juste une toute petite minute... (Elle hésita a dévoiler cette information un instant, puis se lança de toute façon) C'est la première fois que je fais ça...

Elle ôta sa veste. Dessous, elle portait un t-shirt bleu qui avait l'air beaucoup trop grand pour elle. En réalité, a y regarder de plus près, ça semblait être aussi le cas de son short, qui avait était serré au maximum par un gros nœud qu'elle s'empressa de défaire. Elle ferma les yeux et se concentra. Très rapidement, elle trouva le plan de sa nouvelle forme. Une rapide inspection lui rappela ce qu'elle savait déjà : Elle n'était pas entièrement terminée. 97% complétée, selon ses estimations. "Bah, 3% de marge d'erreur. C'est a peu près égal a nos chances de réussite..." Elle chassa cette pensée pessimiste de sa tête, et sans attendre plus longtemps, activa son pouvoir.

Elle prit progressivement une bonne vingtaine de centimètres, pour atteindre un bon mètre 85. Ses épaules s'élargirent, tout comme ses hanches, remplissant ses vêtements comme si ils avaient était pensés précisément pour la corpulence de cette nouvelle forme. Sous sa peau, ses muscles s'activaient, créant une musculature taillée pour la vitesse et l'acrobatie, souple et explosive. Tout ses cheveux tombèrent soudainement, la laissant complétement chauve pour une fraction de seconde, avant qu'une nouvelle chevelure ne se mette a pousser, d'un noir profond, presque bleue sous la lumière des projecteurs qui les éclairaient et qui arrêta un peu en dessous de ses oreilles . Son visage s'étira, devint plus chevalin. Et quand elle ouvrit finalement les yeux, ils étaient devenus bleus. La transformation avait pris en tout et pour tout une vingtaine de seconde.

-Ok, de quoi j'ai l'air ? murmura t elle nerveusement pour elle même

Elle se tata le visage. Un nez, une bouche, deux oreilles, deux yeux. Tout était la. Deux bras deux jambes. Parfait. Elle jeta un coup d’œil rapide a sa main droite. Son auriculaire et son majeur était étrangement engourdis. A bien y réfléchir, c'était aussi le cas pour une partie de son pied droit, qu'elle ne sentait même plus. Elle regarda Ai. Quelque chose semblait étrange avec sa vision. Ce n'est qu'en ramassant sa veste au sol qu'elle se rendit compte : Elle était devenu daltonienne. Plus précisément, elle ne voyait plus le rouge. "Oh... C'était pas prévu ça... 3% de marge d'erreur hein..." A sa grand surprise cependant, être devenu daltonienne ne la choquait pas plus que ça. Au contraire, elle se sentait dans une forme olympienne. Dans ce corps, elle se sentait capable de réaliser des miracles. Elle lança un sourire a Ai et déclara :

-Allez, en selle, je nous ai fait perdre assez de temps avec mes tours de passe-passe !

Et les deux membres de Judgement commencèrent leur poursuite, s'enfonçant sans un bruit dans la pénombre de la Cité Scolaire. Direction : Le Cat's Eye.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
/Ai Etsu/

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 66
Localisation : Juste ici

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Sam 11 Mar - 23:10

-On va le sauver, tu verra.

Suite à ces mots, Ai hocha vivement la tête, comme si une vague de détermination venait de passer en elle, lui donnant envie d’aller en découdre avec ceux qui menaçaient ce pauvre Haru. Elle savait qu’elle pourrait l’aider, pas aller combattre ceux qui le menaçaient mais elle avait bon espoir de le retrouver avant qu’il ne fasse n’importe quoi ou qu’il ne se mette en trop grand danger. Il suffirait pour Akaiko et elle de… Elle fut coupée dans sa réflexion par quelque chose qui la troubla légèrement, ne sachant pas trop de quoi il s’agissait exactement. Se concentrant à nouveau sur Akaiko, elle fronça légèrement les sourcils d’incompréhension, passant de cette expression à une autre de surprise lorsqu’elle lui parla d’une nouvelle forme puis à une certaine perplexité lorsqu’elle lui avoua que c’était la première fois qu’elle faisait cela.

Ai se tourna vivement dans une autre direction. Elle savait ce qui n’allait pas. Elle percevait un son, une onde sonore si ténue qu’elle était à peine perceptible mais elle était suffisamment étrange et inconnue pour attirer son attention. Regardant dans le vide comme pour chercher un fantôme, elle reporta finalement son attention sur Akaiko qui entamait sa transformation dans un enchaînement de changements bien trop rapides pour ne pas rendre le tout effrayant et assez écœurant. Ai ne détourna cependant pas le regard de sa partenaire et de toute façon le « bruit » étrange qu’elle avait perçu s’était alors arrêté et elle pouvait donc se concentrer sur cette vision pour le moins atypique.

Au bout de quelques secondes, c’était une toute autre personne qui se trouvait devant elle. Plus grande, plus athlétique, la fille bien plus grande qu’avant qui se trouvait devant elle semblait être taillée pour faire de l’athlétisme à haut niveau. Son corps montrait une force évidente mais il restait pourtant certain qu’elle avait gagné en souplesse. Il lui aurait été impossible de dire si cette fille était belle ou non tant la transformation l’avait troublée mais il semblait en tout cas que cette forme permettrait à Akaiko d’être bien plus efficace, sur le plan physique tout du moins.

-Ok, de quoi j'ai l'air ? Demanda la grande fille aux cheveux sombres qui venait d’apparaître.

-« Eh bien tu as l’air… puissante. C’est le premier mot qui me vient à l’esprit là. Par contre je ne t’avais jamais vue te transformer c’est… impressionnant… Finit-elle en tentant de cacher l’expression de dégoût qui l’avait traversée en y repensant.

Ai prit donc le vélo et partit en direction du Cat’s Eye tandis que Akaiko courrait à côté d’elle. Elle avait tenté d’aller plus doucement que la normale au début, mais la lycéenne avait compris que sa chef de branche pouvait sans problème suivre la cadence même quand elle ne se retenait pas. Tandis qu’elle pédalait à toute vitesse, Ai fut à nouveau troublée. C’était plus proche ce coup-ci et le bruit était sourd, c’est tout ce qu’elle pouvait dire. Ce n’était pas perceptible à l’ouïe mais cette variation illogique avait suffit à l'interpeller. Elle laissa une partie de son esprit se concentrer sur l’endroit d’où semblait venir cette perturbation tout en continuant son chemin, l’air visiblement contrariée par cette chose qu’elle n’arrivait pas à expliquer. Elle continua quelques secondes avant de s’arrêter vivement et de se retourner d’un coup, regardant vers sa gauche. Elle se tourna ensuite vers Akaiko qui ne semblait pas trop comprendre et montra une ruelle du doigt.

-« Là-bas, il y a un truc. Ça s’approche. Viens. »

Elle alla dans la direction du bruit presque constant. Comme si une chose rebondissait doucement tout en s’approchant à une bonne vitesse de la rue où elles se trouvaient toutes deux. Ai ne comprenait pas quelle était cette chose qui avait un moyen de déplacement bien étrange quand elle finit par se trouver à moins de 200 mètres. Ai se tourna vivement vers Akaiko.

-« C’est une personne ! Elle arrive assez vite. »

Ai était restée là, à attendre de voir la personne plutôt que de se mettre d’elle-même dans son champ de vision. Plus la personne approchait plus elle la « voyait » clairement. Sa démarche était étrange, comme si elle ne sautait pas vraiment d’obstacle en obstacle mais plutôt en volant plus ou moins droit, sans devoir pousser réellement sur ses jambes. La personne semblait perdue et entrain de vagabonder, comme entrain de se diriger vers la lumière un peu au hasard plutôt que vraiment déterminée à venir dans leur direction. Elle semblait avoir quelque chose dans la main, la traînant derrière n’y faisant pas attention. C’est lorsqu’elle se retrouva à à peine 50 mètres qu’elle put en deviner le contour exact. Une arme !

-« Attention ! On dirait qu’elle est armée ! » fit-elle à Akaiko avant de se cacher comme elle pouvait.

Elle attendit quelques instants avant de voir la silhouette d’un homme déboucher dans leur rue. Il semblait effectivement un peu ailleurs et était couvert de sang, à peine conscient en réalité. Il avançait sans vraiment faire attention, la tête tournée vers le ciel et ne faisant visiblement pas attention à l’arme qu’il avait dans la main. Il continua sur quelques mètres avant de s’écrouler dans un tas de poubelles un peu plus loin. Ai se leva tout doucement pour mieux voir la scène et constata qu’une traînée de sang suivait le chemin de l’homme qui venait de tomber. Elle hésita un long moment, se demandant ce qu’il valait mieux faire dans cette situation, ayant envie d’y aller autant pour avoir des informations que pour aider le pauvre homme dans un état vraiment déplorable. Elle se tourna donc vers Akaiko pour chercher son approbation et voir ce qu’elle allait faire de son côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Sugimori

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 31/08/2016

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Dim 12 Mar - 16:31

"C'est fou ce que je me sens légère. Je suis sure que si je sautais assez haut, je pourrais m'envoler !" La shapeshifter était aux anges. Son nouveau corps était absolument formidable, léger, puissant, rapide. Cela faisait déjà plusieurs minutes qu'elle courrait a côté du vélo d'Ai, et elle était sur que sa camarade se fatiguerait avant qu'elle. Toute sa peur et sa panique c'était envolée. Si un meurtrier arrivait en face d'elle, il lui suffirait de le rouer de coups jusqu’à ce qu'il cesse de bouger. Ça n'avait rien a voir avec le corps frêle d'Akaiko ou les longs bras empâtés d'Akai. Maintenant elle était comme une feuille dans le vent. Impossible a attraper et pleine de mauvaise attentions. Comme un espèce de gros, gros moustique. "Un moustique... Hmh... Ka ? Aoka ?" Elle retint un gloussement. Aoka c'était parfait comme nom. Elle était tellement fier de son baptême qu'elle ne remarqua qu'un quart de seconde en retard qu'Ai avait pillé a côté d'elle. Dans un dérapage, Aoka s'arrêta a son tour et regarda sa camarade, l'air perplexe. Etsu semblait a l'écoute de quelque chose.

-« Là-bas, il y a un truc. Ça s’approche. Viens. » déclara t elle soudainement en pointa la rue a leur gauche

Aoka s'engouffra a la suite d'Ai dans la rue, dubitative. Elle n'entendait absolument rien. Et pourtant elle avait une ouïe parfaite. Enfin sur le papier.

-« C’est une personne ! Elle arrive assez vite. »

La shapeshifter se mis sur ses appuies, prête a s'élancer au moindre bruit suspect. Le sang lui battait aux oreilles comme un tambour. L'attente la tuait. Il lui fallait quelque chose a faire. Sa main droite tapotait nerveusement son genou. Elle jeta un coup d’œil a Ai. Son regard était tordu par la concentration, comme si elle essayait de plisser les yeux pour voir quelque chose d'indiscernable. Puis elle s'exclama soudain

-« Attention ! On dirait qu’elle est armée ! »

En une demi seconde, Aoka avait sauté derrière un muret proche et sa main c'était crispée sur une des battes qui dépassait de son sac. Ai la rejoint presque aussi vite, ne laissant dépasser qu'un œil pour continuer a voir ce qu'il se passait dans la rue. "Amène toi, amène toi, amène toi..."

Mais la menace ne semblait pas en être une. Aoka entendit quelque chose tomber avec un bruit de fracas. Incapable de rester dans le mystère, elle se releva de sa cachette, et aperçut quelqu'un, écrasé dans un tas d'ordure, une trainée d'une étrange couleur marquant la trajectoire hasardeuse qu'il avait emprunté avant de s'échouer. Il fallut un petit instant pour qu'Aoka se rende compte que c'était du sang. Ai la consulta du regard.

-Reste içi, je vais voir. Si quelqu'un approche, préviens moi, décida rapidement Aoka tout en se dirigeant vers la silhouette, tout en sortant sa batte de son sac.

L'homme avait un fusil d'assaut. "Mais... Mais qu'est ce que fous un type pareil avec une arme a feu dans la rue a une heure pareil ? On dirait un calibre militaire en plus..." nota t elle. Du bout de sa batte, elle éloigna l'arme, puis s'approcha. Il respirait, et semblait beaucoup trop jeune pour se balader la nuit avec une arme a feu. Son flanc droit était couvert de sang. "Vu le sang qu'il a versé en venant içi, c'est probablement une anémie..." Elle se remémora rapidement la procédure de premier secours : vérifier si l'homme était conscient.

-Monsieur, vous allez bien ? Je suis Sugimori, de Judgement. Je vais vous aider. Serrez moi la main si vous m'entendez.

Elle pris sa main droite dans la sienne et serra légérement, non sans c'être assuré que la main soit en bonne état. A la grande surprise d'Aoka, un grognement se fit entendre, suivit d'une phrase, prononcée a voix très faible :

-"Ugh, manquait plus qu'ça"

"Bah vas y, dis le si je te fais chier" manqua de lancer Aoka avant d'être interrompue

-"Vous devriez pas rester là, j'ai pas envie d'avoir encore plus de gamins sur la conscience ce soir"

Cela eu le don de faire réagir Aoka, qui attrapa le jeune homme par le col et secoua brusquement tout en s'écriant :

-Comment ça des gamins sur la conscience ? Qu'est ce que tu raconte ? Est ce que ça a voir avec Haruhiro Wilkowski ?

Elle était allée trop loin. L'homme cracha quelque chose de vert sur sa main. Encore une fois, il fallut un instant de réflexion pour comprendre que c'était du sang. Elle le lâcha. L'individu toussa une nouvelle fois et répondit positivement avec un hochement de tête :

-Mais j'ai aucune idée de comment il s'en sort. Eux aussi se sont sans doute fait attaquer, comme Reitoko et moi.

Il toussa a nouveau. Dans ses yeux, on pouvait voir tout le calvaire qu'il subissait pour rester éveillé.

-Attaquer par qui ? Et...

L'information arriva finalement a son cerveau. Son visage devint presque aussi pâle que celui de l'homme

-Et qu'est ce que Reitoko vient foutre la dedans ? De quel Reitoko tu parle ?

-Une level 4. On à été séparé. Les gggggh soldats...je sais pas. 'Sont liés à l'assassin... Akurei à toutes les infos sur kof kof sur mon portable.

-Des soldats ? Quels soldats ? Reste avec moi, réponds !

Mais l'homme ne l'écoutait plus. Son regard glissait vers l'abysse.

-Vous devriez...rentrer...chez...vous...

-OY, RÉPONDEZ, C'EST UN ORDRE.

Pendant un quart de seconde son regard devint lucide. Dans un souffle, il prononça alors deux mots qu'Aoka entendit a peine.

-B...basakura. Hito...ga...mi...

Il ferma alors les yeux et s'affaissa légèrement. Sa respiration restait constante, mais il n'était clairement plus capable de subir un interrogatoire.

-Merde, lâcha Aoka.

Il fallait faire vite. Cette affaire prenait des proportions inattendues, et chaque seconde qui passait semblait complexifier un peu plus le problème. "Reitoko-san est mêlée a ça... Elle a besoin d'aide. Mais il faut aussi sauver Haruhiro... Et c'est qui ça ? Basakura Hitogami ? Ca ressemblait a un nom, mais le nom de qui ? Le meurtrier peut être." Son regard se posa sur Ai. Oui. Voila ce qu'il fallait faire.

-Etsu, cet homme a des infos sur Haruhiro. Je veut que tu te débrouille pour l'amener a l'hôpital. Assure toi qu'on s'occupe de lui et dès que c'est possible, récupère le plus d'informations possibles. Je sais que ça va être dur de le porter jusque le bas, mais si jamais tu n'en peut plus, cache toi quelque part et appelle les secours.

Elle se pencha et récupéra le fusil d'assaut que le jeune homme avait avec lui. Impossible de savoir ou il se l'était procuré. Il avait mentionné des soldats a un moment... Si ça se trouve il leur avait volé ? Toujours est il que ça lui serait utile. Elle n'avais jamais tiré avec une arme a feu avant. Enfin, jamais une vrai. Elle avait eu entre les mains des faux pistolets, des trucs pour enfants, mais rien ne s'approchait de ce qu'elle manipulait actuellement. L'arme était plus lourd que ce a quoi elle s'attendait. "Bah. Ca ne peut pas être bien compliqué. J'aligne et j'appuie sur la détente." Elle se tourna vers Ai et continua :

-Moi je vais aller a la recherche de Reitoko-san, en suivant la piste laissée par les traces de sang je devrais arriver a tomber sur elle. Tu dois la connaitre, c'est l'une des élites de Nagatenjôki. Elle est impliqué dans cette histoire et possède des informations capitales. On doit l'interroger. D'autant plus qu'elle est probablement en danger, elle aussi. Dès que j'ai atteint Reitoko, je t'envoie toutes les informations que je peut.

-Des objections ? Je pense pas qu'on ait d'autres choix mais ça me gênerait pas d'entendre des propositions.

Elle planta son regard dans celui d'Etsu. Se séparer n'était peut être pas la meilleure des idées, la, maintenant. Mais si ils voulaient s'assurer de sauver tout le monde, c'était le seul moyen. Demain, a l'aube, toutes les personnes possédant les réponses a cette funeste affaire serons morts si ils ne faisaient rien. C'était a eux de les sauver. C'était leur travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
/Ai Etsu/

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 66
Localisation : Juste ici

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Dim 12 Mar - 18:01

L’homme ensanglanté venait donc de s’écrouler dans le tas d’ordures disposé un peu plus loin. Ai eut à peine le temps de regarder la nouvelle Akaiko avant qu’elle ne bondisse par-dessus le muret, partant en direction de l’homme inconnu et armé tout en ordonnant à Ai de rester derrière. Ai s’exécuta, écoutant ce qui se disait tout en restant cachée derrière, scrutant les environs à la recherche du moindre mouvement suspect qui pourrait alerter son « sixième sens ». Elle réfléchit un moment pour rassembler les nouvelles informations avec les anciennes. Il était peu probable que, dans une zone aussi proche de l’incident qui avait impliqué Haru et surtout dans un laps de temps aussi court, tout cela ne soit au final qu’une coïncidence. L’homme avait dû participer à un affrontement, que ce soit du côté de Haru ou de l’autre côté ce qui semblait plus probable vu l’armement dont il disposait. En tout cas il allait probablement pouvoir les aider à retrouver son colocataire et c’était tout ce qu’elle voulait, ne se souciant finalement que peu du sort de l’homme amoché qui avait fait son entrée avec pertes et fracas.

De ce qu’en avait vu la lycéenne, le gars là-bas était vraiment en sale état. Elle fut envahie par un stress terrible en se disant que des affrontements à armes lourdes avaient pu éclater et que peut-être était-il déjà trop tard pour Haru. Elle écarta cette pensée le plus loin possible de son esprit et se concentra sur la discussion entre sa collègue de Judgement et l’inconnu qui venait de débuter un peu plus loin.

-Monsieur, vous allez bien ? Je suis Sugimori, de Judgement. Je vais vous aider. Serrez moi la main si vous m'entendez.

"Ugh, manquait plus qu'ça"

Bon, c’était un bon début. Au moins il était encore conscient et en état de répondre aux questions. Il ne restait plus qu’à attendre que la bonne question ne soit posée.

"Vous devriez pas rester là, j'ai pas envie d'avoir encore plus de gamins sur la conscience ce soir" Continua-t-il, tandis que le stress qu’avait ressenti Ai revenait démultiplié.

*Bon sang, qu’est-ce qu’il est arrivé à Haru, où il est ce crétin ?!* Pensa-t-elle, ayant peur de ce qui allait suivre dans la discussion. Peur d’apprendre que tout avait été vain et qu’il était déjà trop tard. Akaiko sembla elle aussi réagir à cette phrase puis qu’elle attrapa l’homme par le col et continua sur un volume bien plus élevé.

-Comment ça des gamins sur la conscience ? Qu'est ce que tu raconte ? Est ce que ça a voir avec Haruhiro Wilkowski ?

Bien, la question fatidique avait été posée. Ai resta derrière son muret en attendant la réponse, plus stressée que jamais dans toute sa vie. Elle brûlait d’envie d’aller les rejoindre pour secouer l’homme pour qu’il réponde plus vite, mais il était plus intelligent pour elle de rester en arrière à guetter ce qui allait se passer et surtout vérifier que personne ne venait. De toute façon secouer quelqu’un dans un état pareil n’aurait fait que le faire tomber dans les pommes plus vite et elle savait que Akai gérait l’interrogatoire sans elle.

Mais j'ai aucune idée de comment il s'en sort. Eux aussi se sont sans doute fait attaquer, comme Reitoko et moi.

Ai sentit un nouveau coup de stress, cédant presque à la panique. Mais elle se ressaisit, il n’y avait rien de sûr après tout. Ils se sont « sans doute » fait attaquer mais il ne l’avait pas vu, tout allait peut-être encore très bien. Elle allait bientôt savoir où il se trouvait de toute façon.

Attaquer par qui ? Et.. Ai fronça les sourcils pendant le temps de pause. Pour le moment ce n’était pas ce qui était important ! Il faut demander où ils sont !

Et qu'est ce que Reitoko vient foutre la dedans ? De quel Reitoko tu parle ?

C’en était trop, il avait complètement oublié Haru ou quoi ? Ai se leva et entreprit de les rejoindre tandis que l’homme répondait difficilement. Il perdait du temps avec ses questions, il fallait faire vite et poser toutes ces questions ne faisait que risquer de leur faire perdre le peu de réponses qu’ils auraient pu avoir. Elle avançait, crispée, prête à dégager Akai du chemin pour poser elle-même ses questions.

Une level 4. On à été séparé. Les gggggh soldats...je sais pas. 'Sont liés à l'assassin... Akurei à toutes les infos sur kof kof sur mon portable.

Des soldats ? Quels soldats ? Reste avec moi, réponds !

Ai arriva finalement au niveau des deux autres, se préparant à hurler ce qu’elle avait à dire mais fut interrompue par l’homme qui semblait lutter pour dire sa dernière phrase avant de tomber finalement dans les pommes.

Vous devriez...rentrer...chez...vous...

Ai s’immobilisa, les larmes lui montant aux yeux. *Merde merde merde merde merde merde ! On l’a perdu ! Et on n’a aucune information !* hurla-t-elle en elle, n’arrivant pas à parler pour le moment, les mâchoires trop crispées par la colère qui montait en elle et qui était prête à exploser.

OY, RÉPONDEZ, C'EST UN ORDRE. Tenta Akai visiblement un peu paniqué.

B...basakura. Hito...ga...mi.. Dit finalement l’homme avant de sombrer dans l’inconscience, sous le regard impuissant de Ai, figée, observant la scène.

Ai voyait la scène comme depuis une fenêtre, semblant extérieure à tout ça. Elle ne bougeait pas tandis que son chef de branche lui expliquait son « plan ». L’envoyer, elle, derrière pour tenter de récupérer les informations que Akai avait oublié de demander tandis que lui irait chercher cette fille qu’il connaissait de toute évidence. Elle le laissa parler sans bouger, le fixant, n’arrivant pas à réaliser ce qui venait de se passer.

Des objections ? Je pense pas qu'on ait d'autres choix mais ça me gênerait pas d'entendre des propositions. conclua Akai ayant visiblement l’air préocuppé uniquement par l’autre fille qui était impliquée dans cette histoire.

A ces mots, Ai serra d’un coup les dents et vint attraper le col de la nouvelle Akaiko, la poussant le plus fort possible en arrière pour la plaquer contre le mur du bâtiment juste derrière avec une force qu’elle ne se connaissait pas. Approchant le plus possible son visage du sien, elle finit par décrisper sa mâchoire, fixant les yeux de Akaiko d’un regard remplit de colère et de rage exacerbée par le stress constant de cette soirée d’enfer qu’elle vivait.

-« Des objections ?! » commença-t-elle, se retenant visiblement de hurler « Evidemment que j’en ai ! T’as pas un peu oublié de demander des informations sur la position de Haru pendant que tu t’inquiétais pour Reitoko en te foutant royalement du reste ?! Alors quoi ?! je retourne derrière en croisant les doigts pour qu’il se réveille pendant que tu vas sauver l’autre fille ?! Et une fois que t’auras les informations tu vas faire quoi hein ?! Rentrer pour mettre en sécurité celle qui compte pour toi parceque les autres tu t’en fous, c’est plus ton problème ?! Tu es décidément le pire des crétins ma parole ! Il est hors de question que tu y ailles pendant que je retourne à l’hôpital, tu m’entends ?! Ou je dois te faire fondre la cervelle avec mon pouvoir pour que ça entre dans ce qui te sert de tête ?! »

Ai s’arrêta sur ces mots, toute rouge et quelques larmes restant au coin de ses yeux tandis qu’elle avait laissé sortir toute la colère qu’elle avait en elle. Décidément entre lui et Haru, elle était servie. L’un qui appelle pour dire qu’il est en danger de mort et lui raccroche au nez en espérant qu’elle n’allait pas venir l’embêter et l’autre qui s’en moquait totalement de l’aider dès lors qu’une de ses connaissances était en danger et espérait qu’elle retourne à l’hôpital bien sagement en priant pour que celui qui aurait pu leur donner l’information qu’elle voulait ne se réveille en lui faisant encore confiance pour venir l’aider une fois que les informations seraient en sa possession. Elle allait prendre les choses en main, et peu importait que ce soit avec ou contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Sugimori

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 31/08/2016

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Dim 12 Mar - 19:11

La réaction d'Ai fut complétement inattendu. Il s'attendait a ce qu'elle obéisse, car c'était son devoir et la marche a suivre la plus logique.

Aussi quand elle se retrouva littéralement a trois centimètre de son visage, plaquée au mur, nez a nez avec une Etsu dans un état de rage qu'elle n'avait jamais vu, Aoka se retrouva tellement prise au dépourvu qu'elle en oublia de se débattre. Le fusil d'assaut qu'elle tenait chuta au sol quand son dos percuta le mur en béton derrière elle.

-« Des objections ?! » commença-t-elle, se retenant visiblement de hurler « Evidemment que j’en ai ! T’as pas un peu oublié de demander des informations sur la position de Haru pendant que tu t’inquiétais pour Reitoko en te foutant royalement du reste ?! Alors quoi ?! je retourne derrière en croisant les doigts pour qu’il se réveille pendant que tu vas sauver l’autre fille ?! Et une fois que t’auras les informations tu vas faire quoi hein ?! Rentrer pour mettre en sécurité celle qui compte pour toi parceque les autres tu t’en fous, c’est plus ton problème ?! Tu es décidément le pire des crétins ma parole ! Il est hors de question que tu y ailles pendant que je retourne à l’hôpital, tu m’entends ?! Ou je dois te faire fondre la cervelle avec mon pouvoir pour que ça entre dans ce qui te sert de tête ?! »

Aoka resta silencieuse un moment, fixant les yeux d'Ai.

-Toi... grogna t elle finalement. J'aurais du m'en douter. T'as pas pensé une seule seconde que Reitoko pouvait savoir ou se trouve ton petit ami ? Ça t'est pas venu a l'esprit une seule seconde ? Mais c'est sur, quand il s'agit d'aller sauver un crétin qui va courir après des meurtriers seuls avec rien d'autre que ses petites mains d'incapable, je devrais me mettre en quatre ! Pourquoi est ce que tu ne te contente pas d'obéir aux ordres, hein !? Ça va plus loin que cet idiot, il y as un meurtrier dans la nature et demain il aura disparu. Les seuls qui peuvent l'arrêter, c'est nous, et ce n'est pas pour quelqu'un qui a décidé de se jeter dans la gueule du loup que je vais m'arrêter ! Alors, dégage de mon chemin !

Avec toute la force dont elle était capable dans ce maigre espace, Aoka écrasa le pied d'Ai. Cela eu l'effet escompté : Elle lâcha légèrement sa prise, permettant a Aoka de la repousser. Elle voulu enchainer sur un direct du droit, mais c'était sans compte sur la vélocité de son adversaire. Elle fit un pas en arrière, prête a se défendre. Aoka était confiante. Elle était indubitablement la plus forte. "Elle ne fait pas le poids contre moi" était la seule pensée dans son esprit. Aussi fonça t elle directement sur elle, et lança un grand coup de pied en direction de sa figure, profitant de sa nouvelle souplesse. Un quart de seconde plus tard, elle voyait le ciel et son dos percutait brutalement le sol. Désorientée, Aoka ne vit alors pas le coup de pied qui vint la cueillir en plein ventre. Son souffle fut instantanément coupé, et elle toussa bruyamment, incapable de respirer pendant un quart de seconde. "Pourquoi... Pourquoi je me fais battre ? Je suis censée être la plus forte. Je peut courir un marathon. Je soulève 80kg a bout de bras. Mes réflexes son parfaits. Pourquoi est ce qu'elle est plus forte, hein ?" Ces pensées fusaient dans l'esprit d'Aoka comme des charbons ardents, qui alimentaient le feu de sa frustration. Un profond sentiment de haine monta en elle. La respiration bruyante et sacadée, elle se releva. Ai n'avait pas semblé vouloir pousser son avantage. Peut être parce qu'elle pensait avoir fait passer son message. Mais Aoka n'en avait clairement pas fini. Elle se jeta a nouveau sur son adversaire, sans garde cohérente, fonçant tel un animal blessé, dans sa fierté et dans sa chair. Un nouveau coup de poing, sec et technique, s'écrasa sur son nez. Un violent gout de fer emplit alors ses narines. Il fut suivit immédiatement d'un crochet. Par pur réflexe, Aoka l'esquiva en tournant rapidement la tête, atténuant l'impact. Elle aperçut alors quelque chose qui lui donnerait a coup sur l'ascendant.

Elle sauta en arrière, n'hésitant pas a donner coup de poing et de pieds pour les séparer. Elle comprenait ce qui les séparait maintenant : la technique. Aoka était peut être la plus forte physiquement, mais il n'empêche que ses connaissances restaient celles d'Akai, celui qui avait les pires notes en auto-défense de sa promo Judgement. Elle était tout simplement incapable de la battre dans un combat comme celui ci, d'autant plus qu'avec sa rage elle était incapable de penser correctement a une stratégie. Sa frustration l'emporta une nouvelle fois, et avec un grognement de rage elle tenta un nouveau coup de poing. Une nouvelle fois, elle fut projetée au sol, impuissante face aux arts martiaux impeccables d'Ai.

Alors de désespoir Aoka fit un dernier bond, tendit la main, s'empara du fusil d'assaut qui gisait a côté d'elle et braqua Ai. Son ancienne camarade s'arrêta sous la menace de l'arme. Sans cesser de la regarder et de la tenir en joue, Aoka se releva, lentement. Elle renifla, le sang dans son nez l'empêchant de respirer correctement.

-Tu va obéir a l'ordre direct qui t'as était donné par ton supérieur. Tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
/Ai Etsu/

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 66
Localisation : Juste ici

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Dim 12 Mar - 21:36

-Toi... J'aurais du m'en douter. T'as pas pensé une seule seconde que Reitoko pouvait savoir ou se trouve ton petit ami ? Ça t'est pas venu a l'esprit une seule seconde ? Mais c'est sur, quand il s'agit d'aller sauver un crétin qui va courir après des meurtriers seuls avec rien d'autre que ses petites mains d'incapable, je devrais me mettre en quatre ! Pourquoi est ce que tu ne te contente pas d'obéir aux ordres, hein !? Ça va plus loin que cet idiot, il y as un meurtrier dans la nature et demain il aura disparu. Les seuls qui peuvent l'arrêter, c'est nous, et ce n'est pas pour quelqu'un qui a décidé de se jeter dans la gueule du loup que je vais m'arrêter ! Alors, dégage de mon chemin !

*Bon sang mais quel idiot, il a rien compris* Pensa-t-elle pendant que son « partenaire » faisait son petit laïus. Elle ne souhaitait pas laisser tomber Reitoko et elle avait conscience qu’elle avait probablement les informations qu’elle cherchait, ce qu’elle redoutait c’était que Akai ne la laisse tomber une fois Reitoko sauvée, ne cherchant même plus à sauver les autres. Cette crainte se confirma lorsqu’il déclara clairement qu’il voulait arrêter le meurtrier sans se préoccuper aucunement du sort de Haru. Tout ce qu’elle voulait c’était qu’il se rappelle qu’il y avait autre chose en jeu que Reitoko mais elle pris simplement conscience qu’il n’y avait rien à lui rappeler puisque son objectif n’avait visiblement jamais été de l’aider à sauver son ami, mais bien de l’utiliser pour arrêter un tueur. Après tout Akai était toujours un gamin stupide bercé par ses feuilletons idiots avec des héros qui combattent des monstres, sauver une personne ne l’intéressait pas, il voulait arrêter le grand méchant.

Avant que Ai ne puisse enchaîner pour lui expliquer ce qu’elle voulait vraiment dire, elle sentit une vive douleur dans son pied alors que Akai lui écrasait pour pouvoir la repousser. Ai pensa que c’était terminé, Akai cherchant simplement à se dégager mais elle vit, étonnée, qu’il continuait, envoyant son poing droit dans un mouvement circulaire en direction de sa mâchoire. *Alors toi tu vas être bien reçu* pensa-t-elle tandis qu’elle reculait d’un pas pour éviter le coup.

- « Mais qu’est-ce-que tu f… » commença-t-elle avant de voir le pied de son adversaire se diriger à pleine vitesse vers son visage.

Ai fronça les sourcils et en une fraction de seconde elle vint mettre sa main contre le tendon d’Achille de Akai, levant le bras pour faire partir le coup en l’air tout en fauchant le pied d’appui de la grande fille largement plus forte mais moins expérimentée qu’elle, la faisant perdre l’équilibre et tomber en une magnifique vrille digne d’une spécialiste de gymnastique mais sans l’atterrissage maîtrisé. Elle profita que son adversaire soit au sol et désorienté pour venir lui mettre un coup de pied dans le ventre pour lui couper la respiration et tenter d’arrêter le combat ici.

Elle laissa Akai se relever doucement, restant à distance de combat au cas où il voudrait continuer même si elle pensait l’avoir bel et bien calmé. Elle vit dans son regard qu’il n’en avait clairement pas terminé et soupira en constatant qu’il avait décidé de se laisser complètement aller, se jetant sur elle sans vraiment réfléchir plus que cela, ne laissant pas de trous dans sa garde, mais n’ayant absolument pas de garde du tout. Ai en profita pour lui mettre un coup de poing droit et sec qui vint s’écraser avec force contre le nez de l’assaillante et tenta de suivre par un crochet du gauche qui fit mouche mais atténué par le mouvement de tête de Akai qui, ne pouvant pas totalement l’esquiver, avait décidé d’atténuer la force du coup.

Ai ne cherchait pas spécialement l’affrontement et laissa son adversaire reculer sans chercher à l’immobiliser. Elle avait le dessus et ça ne changerait pas. Malgré son nouveau corps, Akai était brouillon et trop aléatoire dans ses attaques pour que cela ne soit d’une quelconque utilité face à elle. La lycéenne ne baissa cependant pas sa garde et à raison puisqu’elle intercepta un nouveau coup de poing, l’esquivant rapidement, l’attrapant et le tordant dans une clé de bras avant de faucher les pieds de son adversaire pour le mettre de nouveau au sol. Elle vit la fille sauter sur le côté et attraper une chose qu’elle pointa droit sur elle.

Il lui fallut quelques instants pour comprendre ce qu’il se passait. Akai pointait le fusil d’assaut de l’homme inconscient sur elle. Elle se tenait juste devant elle et pourtant Ai refusait de croire ce qu’elle voyait. Il était vraiment entrain de… Sérieusement ? Ai s’immobilisa et soupira longuement, son visage toujours impassible et strict, concentrée sur un moyen de s’en sortir sans se faire tirer dessus par son « chef de branche ».

-Tu va obéir a l'ordre direct qui t'as était donné par ton supérieur. Tout de suite.

Ai soupira de nouveau et planta son regard dans celui d’Akai.

-« D’accord d’accord, pose ça maintenant. » dit-elle en essayant de prendre une intonation qui se voulait rassurante.

Ai prit un air naturel, vide de toute colère et vint replacer une de ses mèches de cheveux, mettant l’autre main dans sa poche. Elle appuya sur un bouton et le son qui s’ensuivit fit l’effet d’une bombe dans les oreilles d'Akai qui, n’ayant pas perdu l’audition pour autant, fut surpris et chancela légèrement sous la douleur. Ai en profita pour attraper l’arme, dévier le canon pour ne pas risquer de se faire tirer dessus et alla mettre un coup de poing dans le visage de Akai tout en tirant sur le fusil d’assaut qu’elle récupéra. Elle ne laissa pas le temps à Akai de se remettre et vint lui mettre un coup de crosse en pleine mâchoire, brandissant l’arme comme une massue et l’envoya finalement au sol.

Elle pointa ensuite l’arme sur son chef de branche et s’approcha doucement, faisant bien attention à ce qu’il ne bouge pas. Elle vint ensuite lui remettre un coup sur la tête en espérant l’avoir assez secouée pour qu’elle ne bouge plus avant un moment. Elle se redressa et recula de quelques pas, levant la tête vers le ciel dans un long soupire et coupa les ultrasons qui sortaient de son téléphone.

-« Ça marche pas pour faire fuir les moustiques mais ça peut servir quand même comme application… » dit-elle avant de se pencher vers le corps de Akai et de prendre son téléphone pour appeler les secours pour qu’ils viennent chercher les deux blessés. Elle sortit un vieux dictaphone de sa poche et vérifia qu’il enregistrait toujours et surtout qu’il était en bonne état. Elle l’arrêta et vérifia l’état de la cassette qu’elle retourna avant de lancer la lecture, écoutant une petite voix qui disait son nom.

Ai jeta le téléphone de Akai à côté d’elle, maintenant plus calme et déterminée et décida de suivre les traces de sang et de se diriger vers l’endroit d’où elle pensait avoir perçu les premières perturbations, essayant de rester aussi discrète que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maitre du Jeu

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 30/11/2015

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Jeu 16 Mar - 12:22

Victor regardait avec dégoût l'icône indiquant la fin de la communication. Echo avait raison, sur toute la ligne, mais quelque chose le poussait encore à hésiter. L'indécision n'avait jamais fait partie de son caractère, mais s'il en croyait le nerd il était désormais le chiffre le plus élevé du groupe, faisant de lui le leader de facto. Peut-être était-ce un sens des responsabilités mal placé ou peut-être la vision de son camarade au sol, le visage couvert de larmes comme le dernier des morveux et gémissant de manière pitoyable qui le troublait.
Sierra n'avait toujours été un dur à cuire. Il l'avait vu encaisser des rafales de balles et se relever juste après, ignorant la douleur de ses fractures sans plus qu'un grognement. C'était un homme qui avait confiance en la médecine pour le réparer, sachant pertinemment que la frontière entre la vie et la mort était sens cesse repoussée par les médecins de la cité scolaire. Même dans son état actuel, il pouvait être sauvé si la prise en charge était suffisamment rapide.
Il fallu quelques secondes supplémentaires à Victor pour comprendre la situation. Sierra avait déjà compris que la mission importait bien évidemment plus que lui. Il devait savoir que Victor choisirait de poursuivre la cible malgré tout. Il était devenu un poids. Un témoin gênant. Tout ça, il l'avait compris avant lui et restait impuissant alors que son camarade tergiversait sur un faux problème, sachant pertinemment que seule la mort l'attendait.

Sa résolution trouvée, le mercenaire sorti son pistolet et jeta un dernier regard à son camarade.
"Merci pour tout Hiro. T'étais un bon gars."
La première balle suffit à faire cesser les gémissements, mais deux autres vînrent se loger dans le cerveau de Sierra 34. Rangeant son pistolet et récupérant son fusil d'assaut, le mercenaire ralluma son communicateur.
" Echo, ici Victor. Sierra est mort, demande évacuation du corps. Je reprends la poursuite. Terminé"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Sugimori

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 31/08/2016

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Jeu 16 Mar - 14:49

"On voit... On voit bien les étoiles ce soir... Le sol est doux, c'est fou. Qu'est ce que j'ai faim. Je tuerais pour une glace. Non. Pas de glace. J'en mange trop. J'aurais pas du accepter ce prix, mon taux de sucre va m'en vouloir... Mais pourquoi je suis allongé au sol, moi ?"

Un bruit attira l'attention d'Aoka a sa droite. Son téléphone venait de tomber par terre, dans un bruit qui sembla résonner partout dans son crâne. Quelqu'un s'éloignait. Ses oreilles sifflaient, alors qu'elle essayait tant bien que mal de reconstituer ce qui venait de lui arriver. Elle se souvenait d'un gros, gros bruit, puis d'une grosse douleur dans la mâchoire. Un coup. Ça expliquait aussi le gout de fer dans sa bouche. Elle cracha sur le côté : a sa salive était mêlée une quantité non négligeable de sang. "Ah... c'est vrai... Ai m'as cogné... C'est bon, c'était pour rire, j'aurais jamais tiré..." Ses oreilles cessèrent de siffler. Aoka profita du retour a la normale de son audition pour rouler sur le coté et récupérer son téléphone. L'écran était cassé.

-Salope, grogna-t-elle

Avec un grondement, elle essaya de se mettre a genoux. Peine perdu, ses jambes refusaient de lui répondre : tout ce qu'elle arriva a faire, c'est rouler sur le côté. Sa casquette, qui avait miraculeusement tenu, tira finalement sa révérence et s'écrasa au sol, en plein dans la petite flaque de sang qu'elle avait fait en crachant. Rouge sur rouge. Ça ne se verrait surement pas après lavage.

-Merde, merde, merde, merde, merde.

Elle roula a nouveau sur le dos. Ce n'était pas juste. Pourquoi est ce qu'elle était la a rouler au sol et a baver comme un bébé ? Elle avait un corps taillé pour l'action, le combat en un contre un et l'autodéfense autant que pour la vitesse et l'esquive. Elle pouvait courir le marathon sans problème, soulever 80kg et sa souplesse était a toute épreuve. Ce n'était pas juste. Elle voulait juste arrêter un meurtrier. Un monstre. Un homme capable de tuer les autres. Un méchant. Alors pourquoi c'était elle qui roulait au sol ? Pourquoi c'était elle qui mordait la poussière ?

-C'est pas juste...

Elle se mis a quatre pattes, et dans un effort qui lui parut surhumain, se remit sur ses jambes, vacillante. Tout ça c'était la faute d'Etsu. C'était elle la coupable. Elle était d'ailleurs aussi coupable que le meurtrier. Elle allait la retrouver et lui écraser son poing dans la figure jusqu’à ce qu'on ne puisse plus reconnaitre son corps. La rouer de coups jusqu’à ce qu'elle s'excuse. Lui faire regretter chaque insubordination. C'était Aoka le chef. C'était elle la gentille dans l'histoire. Alors il fallait lui obéir. Elle avança d'un pas titubant. C'était ce qu'il fallait faire. Mais même Etsu était contre elle désormais. Tout le monde était contre elle.

-Pourquoi... Hein, Estu, pourquoi...

Aoka trébucha et s'écrasa lourdement contre un mur. Lentement, elle glissa contre. Pourquoi ? Elle avait tout fait comme il fallait, alors pourquoi est ce qu'elle se faisait battre comme ça ? C'est les gentils qui sont censés gagner normalement.

"Et si ce n'était pas toi le gentil dans l'histoire ?"


La question résonnait, sourdement, dans les oreilles d'Aoka. Sa tête lui faisait mal. Son ventre aussi. Et cette question. Et si elle méritait tout ce qui venait de lui arriver ? "Tu as menacé une camarade. Tu était prête a laisser quelqu'un qui lui était cher se débrouiller seul contre un fou dangereux juste parce que tu te sentais attaqué dans ton ego. A cause de toi, si ça trouve, Ai, Haru, Reitoko, ce type dans la poubelle : tous vont mourir parce que tu a refusé d'écouter."

"C'est toi le méchant."


-C'est moi le méchant. Bah merde alors.

Adossée contre le mur, les yeux perdus dans le vide et le visage inexpressif, Aoka pleurait, vide comme si on venait de lui apprendre que le Père Noël n'existait pas. Elle était rentrée a Judgement pour aider les gens. Pour les protéger. Pour prouver que même un asocial peut être utile aux autres. Elle avait réussi tout l'inverse.

"Ce n'est pas tout a fait vrai"


Ses yeux se posèrent sur l'homme, toujours dans les poubelles. "Je devrais peut être le mettre en PLS" songea-t-elle vaguement.

"Il reste encore du temps"

Ses yeux se posèrent sur sa casquette. Tout compte fait, le sang allait être compliqué a enlever. Cette teinte verte était affreuse. Être daltonien ne lui plaisait pas.

"Tu peut encore te racheter. Tu peut encore faire quelque chose de bien ce soir."


Elle essuya le sang qui coulait de son nez. Elle ne le sentait plus d'ailleurs. Il était peut être cassé. Mais il ne lui faisait pas mal. D'ailleurs, son ventre avait cessé de crier famine. Sa tête en avait fini avec les douleurs lancinantes. Ses jambes étaient moins tremblantes.

"Tu sais ce qu'il te reste a faire"


Elle se releva, ramassa sa casquette, et la posa sur sa tête, a l'envers pour ne pas géner son champ de vision. D'un coup de pouce, elle ôta les larmes qui chatouillaient le coin de ses yeux. Elle ramassa son téléphone et le rangea dans sa poche.

-Je reviens, Inconnu-san. Je dois aller aider quelqu'un. Tiens bon.


Et elle s'élança dans le noir, suivant les traces de sang. Ai n'avait pu aller que par la.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
/Ai Etsu/

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 66
Localisation : Juste ici

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Jeu 16 Mar - 17:59

Ai marchait dans la pénombre. La rue était à peine éclairée par les lampadaires de l’avenue où elle avait laissé Akai sous sa forme d’Aoka et le pauvre homme blessé. Elle continuait de s’enfoncer dans le noir, ne voyant plus qu’à quelques mètres derrière elle. Elle continuait de s’éloigner de l’endroit où elle avait affronté la seule personne qui avait bien voulu l’aider au début. Elle voulait autant s’approcher de l’endroit où elle pourrait trouver des informations sur l’endroit où se trouvait Haru que mettre de la distance entre elle et la grande rue qu’elle venait de quitter. De toute façon la pénombre ne l’avait jamais dérangée et peu importait qu’elle n’y voie rien, ce n’était pas le sens le plus important pour elle. Elle continuait toujours de scruter les environs à l’aide de son « sixième sens » octroyé par son pouvoir, voyant les proches alentours encore plus clairement qu’une personne normale en plein jour.

Ai pleurait. Elle avançait à un rythme régulier, refusant de ralentir mais elle pleurait silencieusement. Elle aurait aimé s’arrêter là et se rouler en boule pour pleurer en attendant que tout aille mieux mais elle savait que ça n’arriverait pas si elle ne continuait pas ce pour quoi elle était venue. Elle trainait son fusil qu’elle tenait dans la main gauche et écoutait en boucle la petite voix de son dictaphone qui disait « Ai viens jouer ! » avant de l’arrêter, de rembobiner et de réécouter encore et encore.

Un cliquetis retentit soudain, venant de l’arme qu’elle portait. Rangeant son dictaphone dans sa poche, Ai épaula l’arme et visa une poubelle un peu plus loin, pressant doucement la détente, s’assurant que personne n’entendrait la détonation avec son pouvoir mais rien ne se passa. La lycéenne examina l’arme un instant avant de l’abandonner sur le bord du chemin. Elle aurait pu la garder pour menacer ses ennemis mais ce serait inutile, ils devaient tous savoir que l’arme ne fonctionnait plus. Elle se retrouvait donc dans une situation encore plus favorable. Elle était seule et maintenant elle n’avait même plus d’arme. Bah peu importait de toute façon ça ne changeait pas grand-chose, elle ne pensait pas être capable d’affronter des militaires entraînés en utilisant un fusil.

Ai reprit son dictaphone et continua de l’écouter tout en marchant, fredonnant doucement une comptine. Elle était calmée maintenant et ne pleurait plus. Entendre cette voix l’apaisait toujours autant et elle souriait presque à chaque fois qu’elle repassait l’enregistrement. C’est alors que quelque chose vint à nouveau perturber son calme. Elle entendait quelque chose et percevait maintenant l’arrivée de quelqu’un derrière elle qui courait vers elle à toute vitesse. Il ne lui fallut pas longtemps pour deviner qu’il s’agissait de Aoka qui s’était relevée bien plus vite que ce qu’aurait espéré Ai. Elle poussa un long soupire et se retourna pour l’attendre, gardant son dictaphone dans la main. Elle avait abandonné l’idée de courir pour la semer, c’était rigoureusement impossible et si elle s’était cachée pour éviter d’être vue, Aoka aurait pu venir la gêner à un moment bien plus embêtant.

Elle avait donc décidé de lui faire face, de voir ce qu’elle avait encore à lui dire, reprenant son expression stricte en espérant que ça ne prendrait pas trop de temps. Aoka arriva finalement à portée de voix et Ai créa sa bulle de silence autour d’elles pour qu’elles puissent discuter sans risquer d’alerter qui que ce soit.

-« Laisse-moi tranquille. S’il-te-plaît. » dit-elle d’une voix un peu tremblotante, ayant perdu un peu de son assurance au moment de parler, venant serrer son dictaphone contre elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Sugimori

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 31/08/2016

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Ven 17 Mar - 9:23

Le bruits des pas d'Aoka résonnait contre les murs de la rue qu'elle remontait, au pas de course. Elle essayait tant bien que mal de former un plan dans sa tête. "Vu ce que nous a dit l'homme dans la poubelle, il est peu probable qu'Haruhiro soit au Cat's Eye maintenant. Mais qu'est ce que ce type avait a voir la dedans ? Pourquoi est ce qu'il portait un fusil d'assaut avec lui ? Il a parlé de soldats : m'est avis qu'il leur a volé. C'est eux qui l'ont mis dans cet état ? Il a dit qu'ils avaient était séparés avec Reitoko... Ca veut dire qu'elle est en ce moment en train de se battre. Peut être qu'eux aussi était témoins de ce meurtre. Et donc si eux se font attaquer... Ca veut dire qu'Haruhiro est en ce moment ou dans un proche futur va se faire attaquer. Et il n'y as qu'Ai et moi pour les aider..." Un sourire crispé apparut. C'était compliqué comme situation.

Il ne lui fallut en réalité que peu de temps pour rejoindre Ai. Aoka était persuadé qu'elle se serait mise a courir, mais ça ne semblait pas être le cas. Elle était la, au milieu de la route, lui faisant face, une expression stricte et méfiante au visage.

-« Laisse-moi tranquille. S’il-te-plaît. »

Sa voix n'était pas stable. Un léger trémolo, presque invisible. Mais comme une craquelure dans la façade qu'elle essayait d'afficher. Elle portait un magnétophone a la main. Aoka ouvrit la bouche pour parler. Rien ne lui vint alors elle la referma. Elle essuya du revers de la manche le sang qui lui coulait du nez. Il faisait de plus en plus mal.

-Désolé, parvint t elle finalement a dire. Je voulais pas que ça en arrive la. Je... Je... Je me suis emporté... Je suppose que tu ne me fera plus confiance. Mais seul je n'y arriverais pas. Et qu'importe ton talent, toi non plus tu n'y arrivera pas. Le seul moyen de sauver tout le monde, c'est ensemble. C'est... Tu as le droit de m'envoyer chier. Je comprendrais. Donc...

Elle se gratta l'arrière de la tête. Pourquoi c'était si dur ? Aoka était censé être légèrement plus ouverte aux autres qu'Akai, pourquoi est ce que c'était cette partie qui nous voulait pas fonctionner ? Ça lui aurait était utile tiens.

-Je veut pas te donner un ordre, hein. Juste... S'il te plait. Aide moi. Il y as eu assez de meurtre pour ce soir, ou de tentative, pour ce que ça compte... J'aurais du me garder la dernière partie, désolé.

Elle jeta un coup d’œil a sa main droite. Il y avait du sang dessus, aussi essaya t elle de l'effacer rapidement (avec peu de succès) avant de tendre la main a Ai, comme pour enterrer la hache de guerre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
/Ai Etsu/

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 66
Localisation : Juste ici

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Mer 12 Avr - 14:57

Aoka se trouvait donc devant elle. Ai la regardait, tandis qu’elle semblait chercher ses mots, laissant ce moment durer avant qu’elle n’essuie le sang qui lui coulait du nez et de commencer à parler.

- Désolé… Je voulais pas que ça en arrive la. Je... Je... Je me suis emporté... Je suppose que tu ne me fera plus confiance. Mais seul je n'y arriverais pas. Et qu'importe ton talent, toi non plus tu n'y arrivera pas. Le seul moyen de sauver tout le monde, c'est ensemble. C'est... Tu as le droit de m'envoyer chier. Je comprendrais. Donc...

Ai ne bougea pas, ne sachant pas trop comment réagir. Elle ne savait pas si Aoka était vraiment venue dans l’intention de s’excuser et de calmer les choses ou si elle avait été calmée en voyant Ai. Elle devait avoir l’air bien pathétique pour même donner pitié à une personne qui lui avait pointé une arme dessus à peine quelques minutes plus tôt… Enfin bon, cela n’importait que peu finalement, ce qui comptait pour le moment c’est qu’elles n’allaient pas recommencer à se battre alors qu’il y avait clairement bien mieux à faire. L’étudiante de Nagatenjouki serra doucement son dictaphone contre sa poitrine et fit un pas en avant, s’apprêtant à répondre quand Aoka continua sur un ton un peu plus détendu.

-Je veut pas te donner un ordre, hein. Juste... S'il te plait. Aide moi. Il y as eu assez de meurtre pour ce soir, ou de tentative, pour ce que ça compte... J'aurais du me garder la dernière partie, désolé.

Cette dernière remarque fit défiler dans l’esprit de la lycéenne un tas d’images des choses qui s’étaient passées dans la soirée et lui rappela tout d’un coup toutes ces choses terribles qui se passaient et qu’elle n’arrivait pas à chasser de sa tête. Aoka tendit sa main vers Ai qui recula instinctivement, fixant l’autre fille en face d’elle tout en continuant de se reculer doucement.

-« Je… Je te demande de me laisser… Pourquoi tu le fais pas ? Je veux pas me battre avec toi… V... vas aider l'homme là-bas.» dit-elle difficilement, essayant de se calmer.

Ai n’avait clairement pas envie de se battre et n’était pas prête pour ça. Aoka ne semblait pas être là dans le but de lui faire du mal mais elle n’arrivait pas à penser à autre chose qu’au fait qu’elle l’ait attaquée et même braquée avec un fusil. L’adrénaline et son entraînement lui avaient permis de réagir correctement mais le court moment de répit qui était venu après avait fait redescendre la tension et remonter l’horreur de la situation.

La lycéenne était coincée. Elle ne pouvait pas partir en courant, Aoka la suivait quand elle allait à pleine vitesse en vélo et sans réel effort, alors tenter de la semer à la course à pied n’aurait aucun sens. Et puis Akai, enfin Akaiko à ce moment là, était venue pour l’aider à l’origine. Tout était tellement compliqué et chaque seconde qui passait pouvait faire basculer la fin de l’histoire d’un côté ou de l’autre. Un simple moment de doute pouvait transformer de belles retrouvailles et un sauvetage en un massacre terrible.

*Ce n'est pas pour quelqu'un qui a décidé de se jeter dans la gueule du loup que je vais m'arrêter !*

Cette phrase qu’avait dit son coéquipier se répétait en boucle dans sa tête. Aoka n’allait pas l’aider, elle s’en fichait, elle n’était pas là pour ça. Ai ne pouvait pas lui faire confiance.

-« Je te dem…. Attention ! » s’écria-t-elle en se jetant sur Aoka pour la pousser à s’abriter derrière une cage d’escalier.

Elle n’avait jamais cessé de scruter les environs avec son pouvoir et voyait maintenant qu’un homme visiblement armé se tenait sur un des toits au-dessus. Il les braquait du bout de son arme, c’est tout ce que Ai avait pu voir. Elle n’avait pas entendu de tir mais ils n’auraient pas tiré en pleine ville et de surcroît de nuit sans avoir un moyen de camoufler le son.

Son premier réflexe avait été de protéger celle qui se tenait devant-elle. Elle n’y avait pas réfléchit et espérait qu'Aoka n'allait pas le prendre comme une attaque. Une vive douleur se manifesta sur son flanc tandis qu’elle était toujours sur l’autre fille, essayant de voir ce que faisait le soldat. Ce n’était pas assez douloureux pour que ce soit sérieux mais elle sentit qu’elle saignait. Portant sa main à l’endroit d’où venait la douleur, elle constata une belle estafilade qui courait sur quelques centimètres sur son côté. Ce n’était pas profond mais si cela venait bel et bien du tireur, elles l’avaient échappé belle…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Sugimori

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 31/08/2016

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Mer 12 Avr - 16:42

-« Je… Je te demande de me laisser… Pourquoi tu le fais pas ? Je veux pas me battre avec toi… V... vas aider l'homme là-bas.»

"Autant pour la diplomatie" pensa Aoka. Elle aurait espéré une réponse positive, ne serait-ce que pour avoir de l'aide pour sauver Haruhiro. Tout son langage corporel sentait la méfiance, ainsi qu'une pointe de détresse. Comme si elle était acculée face à un mur. "Comme si c'était moi, l'ennemi" conclut tristement la shapeshifter. Elle ne pouvait pas vraiment s'en étonner, au final : son comportement avait était plus qu'hostile... Mais elles n'avaient pas le choix : si elles voulaient réussir à sauver Haruhiro, Akutoku, l'homme dans la poubelle et toutes les personnes impliquées dans cette affaire, elles allaient devoir coopérer.

« Je te dem…. Attention ! »

Ai se jeta sur elle. Si ce n'avait pas était pour l'avertissement, Aoka se serait probablement défendue, pensant a une attaque. Mais le sifflement et le léger bruit de déchirure accompagnant leur chute derrière la première couverture venue ne faisaient aucun doute : elles étaient en train de se faire tirer dessus. "Attends, comment ça une déchirure ?" Elle leva les yeux vers Ai, encore plaquée contre elle et le mur : quelque part sur son flanc, une légère tache de sang commençait a imbiber son uniforme. Un frisson coula le long de sa colonne vertébrale : Si Ai ne l'avait pas poussée, peut être qu'elle aurait pris la balle... "Je vais jamais arriver à me faire pardonner", pensa Aoka avec une pointe d'ironie très incongrue dans cette situation

-M-Merci... balbutia-t-elle toutefois

À première vu, la blessure semblait superficielle, mais surement douloureuse. Ça ne l'handicaperait pas pour courir ou fuir... mais la douleur pourrait être un problème. Le pire était en train d'arriver : elles étaient sous le feu ennemi, sans moyen de se défendre, complètement à la merci de leur agresseur. Les questions fusaient dans la tête d'Aoka : "Est-ce qu'il a déjà eu l'inconnu ? Pourquoi il attaque sans somation ? C'est quoi ce bazar ? Il vient d'ouvrir le feu sur deux agents de Judgement en service !" Elle tenta de récupérer sa contenance : c'était pas le moment de paniquer. Il fallait réagir vite. Fuir. Loin. "On court au vélo, on récupère l'inconnu et on se barre." Oui. Ça semblait être un bon plan. Mais elles ne pouvaient pas juste se mettre à courir au milieu de la rue, ce serait signer leurs arrêts de mort ! Elles ne savaient même pas précisément ou était le tireur ! Quioque... Par rapport à l'angle de tir, il était forcement de l'autre côté de la rue. Probablement sur un toit. Donc quasiment aucun angle mort sur toute la rue... Elles étaient faites comme des rats. Monter dans la cage d'escalier derrière laquelle elles se cachaient était impensable : trop exposée. Derrière elles il n'y avait qu'un mur sans moyen d'entrer dans le bâtiment. La seule échappatoire qu'elle voyait était le bâtiment qui leur faisait face : cela semblait être un petit immeuble de trois étages, probablement plein d'habitations, donc forcement avec plusieurs issues de secours qui leur permettrait de semer leur agresseur. La porte automatique coulissante était surement verrouillée, mais était en verre, donc défonçable sans trop de problèmes. Il suffirait de se jeter dedans à pleine vitesse. Ça tombe bien, il allait falloir courir vite pour franchir les 15 mètres qui les séparaient de la porte. 15 mètres... C'était trop risqué. Une diversion. Il fallait une diversion. Elle se tourna donc vers Ai et susurra à voix basse :

-Etsu-san, ce truc qui m'a mis KO tout à l'heure, j'ai besoin que tu le refasses sur ce type. Après ça, tu me suis et tu me lâches pas d'une semelle OK ? Si ça risque de m'affecter aussi, je peux me remplir les oreilles de cérumen ou un truc dans le genre.

Ce n'était pas un tour qu'elle avait déjà fait, mais elle n'avait pas le moindre doute quand a son succès.

-Alors ? C'est dans tes cordes ?


Un signe de tête positif de la part d'Ai.

-OK. Alors à mon signal on court vers le bâtiment d'en face OK ?


Nouveau signe de tête. "On doit vraiment être désespéré pour qu'elle accepte de suivre mes idées dans un moment pareil" ne put s'empêcher de penser Aoka. "Si ça se trouve, elle ne me suivra même pas..." Elle chassa l'idée et se concentra. Pleine vitesse vers la porte. Juste la porte. On oublie le reste et on ouvre cette porte.

-GO !


Elle s'élança comme une flèche. Une suite de sifflement lui glaça le sang : le tireur avait quand même fait feu ! Panique à cause de la diversion ou bouchon d'oreille, pas le temps de s'en occuper, elle était a découvert maintenant, il fallait continuer a foncer quoi qu'il arrive. 6 secondes. C'était l'estimation qu'elle s’était donnée pour qu'elles traversent toutes deux les 15 mètres. Si le tireur était incapacité pendant 6 secondes, elles seraient à l'abri. Courant de toutes ses forces, Aoka couvrit les 10 premiers mètres sans encombre. À 5 mètres de la porte, elle mit son épaule en avant, ferma les yeux pour les protéger des éclats de verre et sans aucune retenue aucune, se propulsa de toutes ses forces contre la porte coulissante. Une vive, très vive douleur se manifesta dans son épaule et pendant un quart de seconde elle pensa que la vitre avait tenu bon. Puis un éclat de verre griffa son visage et son épaule s'écrasa au sol et elle sut qu'elle avait ouvert la voie. Pas le temps de reprendre ses esprits, elle se retourna immédiatement : Ou était Ai ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
/Ai Etsu/

avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 66
Localisation : Juste ici

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Jeu 20 Avr - 0:16

Ai se retrouvait donc allongée sur Aoka, ne cherchant pas spécialement à se relever étant données les circonstances. L’enfoiré de soldat qui les avait pris pour cible était toujours au même endroit sur son toit, attendant probablement une nouvelle occasion de leur tirer dessus. La cage d’escalier en métal ne leur offrait pas une protection parfaite mais au moins le grillage serré en métal posé sur le tour des escaliers pouvait peut-être dévier les balles s’il tentait de tirer au travers. Cela ne l’empêcherait probablement pas de les toucher s’il tirait assez mais il semblait assez sûr de pouvoir les toucher dès qu’elles sortiraient pour préférer attendre ce moment.

La blessure de Ai continuait de saigner et lui faisait un mal de chien. La douleur finirait bien par se calmer mais pour le moment elle essayait autant que possible de ne pas faire de geste qui ne tire sur les tissus déchirés par la balle qu’elle avait prise à la place de sa partenaire. Elle reporta son attention sur cette dernière qui semblait légèrement paniquée mais qui reprit cependant rapidement une expression plus neutre, retrouvant visiblement son calme, et lui expliqua son plan.

-Etsu-san, ce truc qui m'a mis KO tout à l'heure, j'ai besoin que tu le refasses sur ce type. Après ça, tu me suis et tu me lâches pas d'une semelle OK ? Si ça risque de m'affecter aussi, je peux me remplir les oreilles de cérumen ou un truc dans le genre. Alors ? C'est dans tes cordes ?

Ai acquiesça d’un simple mouvement de tête. Il ne serait pas nécessaire à Aoka de se boucher les oreilles, la lycéenne pouvait orienter l’attaque sonore uniquement sur le soldat si elle le voulait. Ai regarda rapidement autour d’elle. Le plan d’Aoka était probablement de traverser la rue en courant pour entrer dans le bâtiment d’en face. Ce serait clairement du suicide, le soldat pouvait avoir des protections aux oreilles pour se prémunir en cas d’explosion ou autre. Et même si elle arrivait à l’affecter avec son attaque, ça ne durerait pas assez longtemps pour qu’elles traversent. Ce gars était un soldat, une douleur -aussi vive et forte soit elle– ne le gênerait pas plus d’une fraction de seconde. Il lui fallait un autre plan.

Elle tenta de se retourner pour regarder ce qu’il y avait de l’autre côté et buta dans le grillage de la cage d’escalier derrière laquelle les deux membres de judgement s’étaient réfugiées. Cela donna une idée à Ai, une idée un peu folle mais qui pouvait peut-être marcher contrairement au plan de sa camarade. Il fallait qu’elle essaye.

-OK. Alors à mon signal on court vers le bâtiment d'en face OK ?

Ai hoche la tête distraitement et profita du temps de flottement pour mettre sa théorie à l’épreuve. Elle donna un petit coup de pied dans le grillage et tenta d’altérer l’onde sonore qui parcourait le métal. Les calculs étaient trop complexes surtout que c’était la première fois qu’elle tentait quelque chose de ce genre. Elle retenta avec la main, la laissant dessus et y arriva à peine. Il n’y avait alors qu’une possibilité.

-GO ! cria Aoka avant de s’élancer vers la porte en verre du bâtiment d’en face.

Ai activa l’ultra-son sur son téléphone, priant pour que cela lui fasse effectivement gagner ne serait-ce qu’une fraction de seconde, c’était tout ce dont elle avait besoin. Tandis que l’autre fille se levait pour aller s’abriter, Ai quant à elle se leva pour aller dans la cage d’escalier. Elle serait très certainement la cible du soldat mais maintenant qu’elle était là le plus dur était fait. Elle avait trouvé le moyen de couvrir la retraite d’Aoka, la sienne elle s’en occuperait le moment venu.

Ai plaqua ses mains sur les parois en grillage qui l’entouraient une fois dans la cage de fer. Elle ferma les yeux et tout sembla ralentir. Le monde du son comme elle l’appelait allait bien plus vite que ce que la perception humaine pouvait voir lorsqu’elle se contentait de ses quelques images par seconde.

Ai fit presque instantanément ses calculs pour agir sur les ondes parcourant le fer. Elle avait besoin de se trouver en plein cœur de la structure. Si les ondes dans l’air étaient devenues faciles à manipuler pour elle, elles n’allaient qu’à 340,29m/s en moyenne. Dans le fer, le son allait environ à 5 120m/s ce qui représentait environ 15 fois celle dont elle avait l’habitude et ses calculs devaient aller de même. Elle ressentait ce mouvement, ne se concentrant plus que sur la structure métallique, discernant la moindre irrégularité dans sa conception. Les ondes étaient parties en cercle autour de ses mains après qu’elle les ai posées sur le grillage et elles filaient à toute vitesse, même malgré l’impression que le temps avait ralenti. Elle se concentra sur ces vagues qui provoquaient un léger mouvement lorsqu'elles passaient de particule en particule et commença à les façonner. Elle se sentait comme un artisan qui travaillait sur un matériau pour en changer la forme. Là il s’agissait d’agir le plus possible sur l’amplitude de l’onde.  Il faudrait que ces vaguelettes deviennent de véritables raz de marée emportant tout sur leur passage.

C’était là que le travail devenait compliqué. Il fallait travailler sur ces ondes alors même qu’elles passaient leur temps à s’échapper bien trop vite. Elle le fit petit à petit, provoquant une légère vibration dans toute la structure qui devenait de plus en plus forte à chaque fois qu’elle parvenait à agir un peu plus sur sa cible. Les ondes sonores avançaient, atteignaient un bord et Ai s’arrangeait pour qu’en repartant dans l’autre sens elles se superposent et s’amplifient l’une l’autre, minimisant la puissance qu’elle devait déployer.

De l’extérieur, tout se passa en un instant à peine. Une fois Ai en position, le bruit de ses mains avait augmenté très rapidement, comme une explosion sauf qu’il n’y avait pas ici de flamme ou quoi que ce soit de ce genre, seulement la vibration intense du métal de la cage d’escalier. Le métal avait remué d’un coup, comme s’il prenait vie et qu’il tentait de s’arracher au mur qui le retenait, venant ensuite à pencher et s’écraser au sol dans un énorme fracas.

Ai n’avait pas pu en sortir. La lycéenne avait dû entrer dans la prison métallique pour provoquer le mouvement qui permettrait de la faire s’écrouler et elle n’avait pas eu la possibilité de ne serait-ce qu’essayer de s’échapper avant que tout ne s’écroule au sol. Heureusement l’escalier s’était arraché du mur avant que toute la structure ne se disloque complètement, faisant basculer tous les étages du dessus vers la rue en contrebas et non sur Ai. Elle put voir Aoka entrer finalement dans le bâtiment en défonçant la porte sans prêter spécialement attention à ce qui se passait derrière. Cette dernière ne semblait pas s’être pris une balle et Ai essaya de remuer, se rendant compte qu’elle n’avait pas d’autre blessure que celle qu’elle avait eu un peu avant. Il ne lui restait plus qu’à se dégager pour sortir, mais alors elle serait totalement à la merci de l’homme qui n’attendait que ça pour l’abattre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akai Sugimori

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 31/08/2016

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   Hier à 19:55

-Mais qu'est ce que c'est que cette m...

Le murmure d'Aoka se perdit dans un fracas métallique. Toute la cage d'escalier venait de prendre congés du mur et c'était écraser au sol. Comment ? Une grenade ? Le bâtiment était si vétuste que ça ? Et Ai ? Est ce que ça allait ? Elle ne pouvait pas la voir avec la poussière... Elle devait être bloquée dessous, ou dedans... Le tireur avait peut être fait tomber la structure pour les piéger ? Si c'était le cas, c'était en partie réussi : Pas moyen qu'Ai se sorte de la sans être complétement exposée, si tant est qu'elle était saine et sauve, ce qui était fort improbable. Aoka était donc seule, et cette situation ne lui plaisait pas. Pourquoi est ce qu'Ai ne l'avait pas suivi ? Peut être qu'elle aurait échapper a la chute. Elle avait du hésiter. La shapeshifter ne pouvait pas lui en vouloir : Pas sur qu'elle se soit elle même suivi en temps normal. Surtout si on venait de la menacer avec un fusil d'assaut.

Le problème restait présent : Que faire ? Elle ne pouvait décemment pas fuir comme prévu, pas sans Ai. Pas moyen non plus d'aller l'aider directement, pas sans se retrouver aussi trouée qu'un fromage suisse. "Bon. Bah il ne me reste plus qu'a m'occuper de ce type." Si elle prenait l'escalier de secours, elle aurait un accès direct au toit. Sans la différence de hauteur, peut être que le combat sera plus égal. Même si ça ne réglait pas le problème du fusil d'assaut... Pas de temps a perdre cependant. Elle pris juste le temps de consulter le plan d'évacuation du bâtiment (Un seul accès au toit, mais au moins quatre sorties en tout dans le bâtiment) et s'élança dans l'escalier.

-J'ai six balles de base-ball, une bouteille d'eau, une batte et une veste trop petite pour moi, murmura t elle, faisant l'inventaire du contenu de son sac. Que faire ?

Au sommet des escaliers, la porte d'accès au toit. Une porte simple, avec une fenêtre. Prudemment, Aoka jeta un coup d’œil. Elle aperçut une silhouette massive, qui tenait en joue la rue avec une arme qui semblait similaire a celle qu'ils avaient trouvés sur l'homme dans la poubelle. Pas moyen de s'approcher de lui discrètement, il n'y avait littéralement aucune couverture entre eux, sans compter l'espace de quatre mètres qui séparait les deux immeubles. Elle devrait pouvoir sauter ça avec un peu d'élan, mais pas discrètement. "Bon. Bah on est pas dans la merde"

Changement de plan. Impossible de se débarrasser du tireur. Et si elle fournissait a Ai une couverture ? Quelque chose qui la rendrait intouchable le temps de se mettre a l'abri ? Le plan d'évacuation lui revint a l'esprit. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle avait un plan.

**

Mariko avait eu une dure journée. Son professeur de musique lui avait passé un savon et sa soirée avait était bien morne, devant son cours de japonais. Aussi, quand sa colocataire la secoua en plein milieu de la nuit, son air était plus que bougon.

-Squisspasse ? Grommela t elle

-Le bâtiment d'en face viens de s'effondrer !

Mariko fronça les sourcils.

-Retourne au lit, Ami, tu rêve...

-Mais si ! Regarde !

Avec un soupir agacée, elle se leva et se pencha a la fenêtre. En effet, il y avait quelque chose de bizarre... Bon, certes, pas tout le bâtiment. Mais toute la cage d'escalier c'était écrasée au sol.

-Mais... Il y as eu un tremblement de terre ?

-Non... Ça a fait un boucan d'enfer, mais comme tu dors toujours comme un ours tu l'as pas enten...

Elle fut coupée par le son d'une alarme qui leur vrilla les tympans. Elles connaissaient toutes deux cette alarme. C'était l'alarme incendie. Un voix s'éleva, venant du couloir :

-Suivez le protocole d'évacuation, le lieu de rassemblement se situe devant l'immeuble, gardez votre calme, messieurs dames. Judgement est la !

Toutes deux sortirent la tête de leur appartement et se trouvèrent rapidement arrosée par les sprinklers. Une jeune fille en veste bleue courait dans le couloir, un brassard de Judgement au bras. Les deux colocataires échangèrent un regard, puis enfilèrent rapidement une robe de chambre et des pantoufles avant de descendre les escaliers.

**

Aoka n'avait pas penser un instant a ce qui aurait pu se passer si le tireur avait décidé de tirer dans la foule. Elle n'avait pas non plus envisagé le cas de figure ou il ignorerait les témoins et abattrais tout de même ses cibles de sang froid. En cela, elle avait agi de manière particulièrement imprudente. Toujours était il qu'un petit groupe se formait désormais devant le bâtiment, s'amassant autour de la structure en métal qui c'était effondrée. Aoka s'exposa sans aucune crainte et vérifia les toits. Le soldat avait disparu. C'était déjà ça de gagner, mais il fallait faire vite, il était probablement parti en quête de la poubelle la plus proche pour en achever le contenu. Du regard, elle se mit a chercher Ai, priant pour qu'elle n'ait pas était blessée par la chute de la structure. Ou pire, que le tireur ait eu le temps de l'abattre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Ai Etsu et Akai Sugimori]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vraie Raison du Départ de Batista
» event coupe du monde la semaine prochaine
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: La Citée Scolaire :: Autre lieux :: Bureaux de Judgement-
Sauter vers: