Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Une épée sacré à Pripyat"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 18
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: "Une épée sacré à Pripyat"   Sam 17 Déc - 8:05


Ethan Law
« Putain j’ai louper mon arrêt !»


IDENTITÉ
Prénom : Ethan
Nom : Law
Âge : 24 ans
Sexe : un Homme, un vrai ! Bourrer de testostérone !
Nationalité : Anglais
Type de Mage : Magicien
Organisation Magique : Necessarius


PHYSIQUE
Ethan Law, contrairement à un certain nombre de magicien n’utilise pas de style vestimentaire particuliers ou de couleur précise pour renforcer sa magie, son « style » général est bien souvent simple et décontracté, il est même plutôt fier de le qualifier de « passe partout », il mesure 1m72 pour 75 kg, ses cheveux sont sombres et ses yeux bleu, pourvu d’une excellente forme physique, il est endurant et plutôt agile, toutefois malgré son âge et sa taille, son apparence juvénile prête bien souvent à confusion.
PERSONNALITÉ

Bien que calme et réfléchi en règle générale, il a une vilaine tendance à se laisser « transporter par les événements », ce trait de caractère que l’on pourrait simplifier par « impulsif » est son défaut le plus prononcé et le plus ancré en lui, il n’est pas particulièrement sérieux dans la vie courante mais fait preuve d’une grande application dans son travail, son leitmotiv est « Je préfère la tranquillité mais ce que je dois faire, sera fait. », bien qu’il aime faire les choses rapidement pour s’en débarrasser, il sait faire preuve de patience  et préfère de loin perdre du temps plutôt que perdre tout court.  

PETITE INTERVIEW !

Parle-nous un peu de ta famille... Fils unique, et il a une mère et un père ( putain c’te spoil de dingue … je me dégoute parfois.)
As-tu déjà commis des délits ? Ouais plein !

Es-tu ou étais-tu poursuivis ? Ouais !

Quelles sont tes qualités et tes défauts ? stéphanie de monaco !

Dis-nous ce que tu aimes et ce que tu détestes ? vous pouvez répéter la question ?

Des phobies ? stéphanie de monaco !

Des Allergies ou autres choses dans le genre ? Nan ! Aucune.

Des antécédents médicaux ? vous pouvez répéter la question ?
( la partie précédente est évidemment une manière de remplir des questions auquel je ne voulais rien mettre mais quand je l’ai supprimer ça ma niquer toute la mise en page… )  
VOTRE MAGIE

Nom de mage : Statera624 : Je suis l’équilibre, je maintiens l’harmonie entre mes droits et mes responsabilités.

Votre arme magique : le « Grimm-oire », ou plus sérieusement un grimoire rassemblant tous les contes originaux des frères Grimm.

Type(s) de magie : Sa Magie est baser sur le persona, il utilise l’idol theory sur les « rôles » des personnages des contes des frères Grimm pour reproduire une situation, une relation ou un résultat quelconque, sa magie a toutefois des limites, il ne peut pas endosser deux rôles incompatible ( ex : un bucheron / un renard ), et son grimoire ne peut pas « mentir » ainsi avec le rôle d’un agneau par exemple, il ne peut pas être hostile sous peine de perdre les effets ou pire, de subir le contre coup du conte si celui-ci le permet ( ex : dans le conte « Le loup et les sept chevreaux » si il choisit d’utiliser le rôle du chevreau cacher dans la pendule pour échapper à des poursuivants et qu’il se cache, si il sort comme si de rien n’était alors que ses poursuivant sont présent, alors le conte qui permet bien un « sort » au chevreaux trouver par le « loup » lui enverra un contrecoup similaire au conte, ce qui dans le cas présent sera « la mort »…

HISTOIRE
Sa famille étant une famille de mage faisant partie de Necessarius de génération en génération, il a était tout naturellement entrainer depuis sa plus tendre enfance à devenir un mage et n’y a jamais était retissant, bien au contraire, il a montré très jeune des capacités exemplaire et a ainsi hérité très jeune de son grimoire qui s’est transmis dans sa famille depuis plusieurs siècles, et en plus d’avoir pu survivre à cela il a même fini après quelques années de travails et de souffrances à l’assimiler et à rejoint Necessarius peu de temps après, cela fait maintenant des années qu’il effectue des missions pour Necessarius.  
.




Quelque part en Russie. Date inconnue.

Un jeune homme portant le nom de Ethan Law montât nonchalamment dans le bus qui à son terminus dans à peu près trois heures devait le faire arriver à l’aéroport duquel il prendrait l’avion pour rentrer en Angleterre, cela faisait déjà beaucoup de correspondance en bus qu’il faisait et bien qu’il aurait pu choisir des moyens de locomotions plus rapides et moins coûteux sur l’ensemble, il appréciait le calme de cette odyssée et l’attente dans le froid hivernale entre deux bus ne le gênait pas particulièrement, après tout cela lui permettait de profiter du paysage et surtout d’un répit bienvenue après sa dernière mission pour Necessarius, il avait eu tout le temps nécessaires pour rédiger son rapport et ajouter tel un collectionneurs ses tickets de bus qui s’additionner au fur et à mesure aux notes de frais qu’il allait soumettre à Necessarius, après tout c’était l’argent du contribuable, et puis qu’est-ce que c’est une dizaine de ticket de bus, se disait-il pour se donner bonne conscience, il admira pendant un long moment les paysages enneiger qui défilait par la fenêtre, laissant la torpeur l’étreindre lentement.

Après une période indéterminé il finit par se réveiller, il scruta tout autour de lui tout en s’étirant avant de ponctuer l’effort d’étirer ses bras vers le haut par un bâillement qui aurait presque pu lui décrocher la mâchoire, le bus était déjà un peu plus rempli que tout à l’heure et bien que nuageux, la luminosité avait augmenter, ce qui était le signe qu’il s’était assoupi un certain temps, après une légère inquiétude il jetât un rapide coup d’œil à son sac à dos qui traînait toujours à ses pieds dans la même position qu’il l’avait laisser et se dit qu’il avait de la chance de le retrouver à ses pieds au vu de la vulnérabilité de ces affaires dans son sommeil, après cela il renvoya son regards sur l’extérieure et finit après un court instant par se rendre compte que son odyssée en bus arrivait finalement à son terme quand il lut le panneau qui lui indiquer que dans un petit peu plus d’une demi-heure il serait arrivé à bon port, il laissât échapper un soupir et dit d’un ton légèrement mélancolique dans sa langue natal : « je suppose que les bonne choses ont une fin … ».

Trois minutes plus tard il se tenait debout appuyer contre l’abri bus son sac à dos sur l’épaule tout en sortant une cigarette, après tout si il pouvait prolonger son périple d’un bus supplémentaire, où était le mal ? Puis bon s’était pas le prix d’un ticket supplémentaire qui allait changer grand-chose, alors qu’il l’allumait une sonnerie familière retentit accompagner d’une vibration dans sa poche de manteau, Ethan ne put s’empêcher de réprimer un mauvais pressentiment alors qu’il sortait son téléphone de sa poche tout en lâchant sans réel interlocuteur :

« Je ne sais pas qui m’appelle, mais il va découvrir les joies des prix pour les appels internationaux … »

Et alors qu’il voyait finalement son contact s’affichait sur son téléphone, il comprit que son mauvais pressentiments était fonder et le prix des appels internationaux serait le dernier des soucis de son interlocutrice : Laura Stuart.

Et alors qu’Ethan décrochât et lui adressa machinalement en Anglais une salutation normale, une voix retentît en russe à l’autre bout du fil, il s’agissait bien de Laura Stuart et alors que la normalité aurait voulu un échange en Anglais entre deux Anglais, Laura eut l’air de vouloir continuer en Russe, Si bien que la réponse suivante de Ethan se fit elle aussi en Russe :

« Tu te fout de ma gueule ou tu me prend pour un con ? »

« Voyons Ethan ce n’est pas ainsi qu’un gentlemen Anglais doit répondre à une Lady. »

« C’est vrai que notre discutions à le «chic Anglais », avec un soupçon de « classe soviétiques » … » déclarât-il avec un sarcasme clairement ressenti dans sa voix.

« Alors que j’appelais pour prendre de tes nouvelles, je te trouve bien froid, ….. Tu as fini ta mission ? »  

« Ouais… »

« Ah tu m’en voit ravie ! d’ailleurs je suppose que tu es encore en Russie car l’avion qui aurait dû te ramener et arriver sans toi, hier, par chance, j’aurais justement besoin que tu ailles me faire une petites course dans une petite ville Ukraine … »

Ethan fut à nouveau parcourut d’un frisson en attendant la suite de sa phrase.

«  … Ah, j’ai retrouvé ! « Pripyat » ! Je suppose que tu connais ? N’est-ce pas ? » En l’entendant dire ça, son cœur manquât un battement, alors qu’il pouvait clairement l’imaginer se moquer de lui à l’autre bout du fil.

« On parle bien du même « Pripyat » ? La ville qui en 1986 … »

« Oui, on parle bien de cette ville … ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LapiNaru Komao

avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Au royaume des Lapins !

MessageSujet: Re: "Une épée sacré à Pripyat"   Sam 17 Déc - 9:53


Quelque part en Ukraine, même date.

Une jeune femme portant le nom de Lumic Solenne sortit joyeusement d'un bus ayant atteint son terminus, c'était une française qui savourait ses vacances en russie avec deux de ses amis, elle ne portait pourtant malgré le terrible froid russe qu'un sweat violet aux motifs rappelant les « walkmans », un pantalon treillis vert à poche dont la jambe gauche était retroussée ainsi que des baskets vertes et un bonnet à pompon vert clair, enfin elle avait aussi une écharpe qui, je vous le donne en mille était verte à son tour ; elle s'adressa alors à ses amis qui descendaient du bus :

-Il fait chaud hein ? (FR)

-T t t tait toi !!! je hais ce maudd dit pays ! C Comment tu fait pour tenir p p par un froid pa pareille en étant si peu vêtus ?! (FR)

-Tu n'a qu'a te dire et te répété « ce n'est QUE de la douleur », « ce n'est QUE de la douleur » autant de fois qu'il le faut jusqu'à ce que tu l'oublie ; répondit la jeune fille avec un gentil sourire qui indiqué qu'elle souhaitait vraiment aider son ami d'enfance. (FR)

-COMME SI C'ETAIT AUSSI SIMPLE !!! Hurla le jeune homme qui ne prit même pas la peine de concevoir ni essayer la technique de son amie. (FR)

Il s'appelait Axel Mothé et il portait actuellement un épais manteau blanc qui était tellement épais que si Lumic l'avait voulu, elle aurait pu se glisser dedans sans y mettre trop d'efforts ; toutefois la jeune fille n'en avait absolument pas l'intention et elle attendait qu'Axel ose descendre du Bus dont le chauffeur commençait à s'impatienter :


- C'est pour aujourd’hui ou pour demain ? Il y en a qui aimerait bien rentrer chez eux voire leur famille ! (RU)

Offusqué, le jeune homme se retourna alors pour rétorquer au vieux chauffeur quelque chose en russe, mais avant même d'avoir pu commencer sa phrase il se retrouva en lévitation un bref instant avant de s’écraser lourdement au sol tète la première dans la neige qui camoufla bien vite les quelques partis du corps qui n'était pas caché par le gros manteau.
Descendant à son tour après s'être excusés auprès du chauffeur de bus, un homme d'âge mûr vêtue d'un costard-cravatte et d'un manteau léger de couleur sombre descendit du bus et s'adressa à Axel tendit que le bus s'en allait;


- Un touriste qui commet une faute dans un autre pays ne devrait pas se permettre de l'ouvrir autant que toi. (RU)

-ET TU APPELLE CA UNE RAISON SUFFISANTE POUR ME POUSSER DU HAUT DES MARCHES ? C'EST QUOI TON PROBLEME ? Répondit Axel tout en se retournant rouge de colère, à moins que ce soit dût au contact avec la neige.  (RU)

- Si je ne l'avais pas fait, on y serez encore . (FR)

- haaaaa les garçons, tous les mêmes..., soupira Lumic tendit qu'elle aidé Axel à se relever sans prendre parti pour l'un ou l'autre. (FR)

Leur échange verbal vigoureux continua ainsi durant une bonne dizaine de minutes, tendit que le petit groupe progressait dans le paysage blanc.
Au bout d'une bonne heure de « marche », il se trouvait enfin à proximité d'une clôture dont il ne semblait pas se soucier plus que ça.

Axel soupira soudain et brisa le silence :

-On est vraiment une bande de tarés …

Lumic et Montague (le professeur de Lumic et Axel) se retournèrent en cœur vers lui silencieusement et Montague prit alors la parole :

-Tu n'a jamais voulu voir cela de tes propres yeux ?
 
Axel répondit en rigolant légèrement :

- ha ha, On parle d'une ville fantôme, d'un trésor ou d'une bande de psychopathe ?

Lumic répondit alors avec son habituel sourire:

- Allons allons, comme disait Schrödinger : « l'esprit au dessus du corps » ; arrête donc d'être aussi pessimiste Axel, Je crois en toi et toi aussi tu devrais avoir plus confiance en toi, on ne serez pas la si on avait aucune chance.

Axel sourit alors à son tour comme boosté par les encouragements de son amie:

-Hé, parfois, j'envie vraiment ton coté insouciante.

Montague prit alors la parole à son tour après avoir allumé une cigarette :

- Maintenant que tout est dit, je propose que l'on confirme rapidement tout ce que l'on sait et que l'on vérifie une dernière fois notre équipement avant d'y allez, car une fois de l'autre coté de la clôture, on aura peut être plus l'occasion …
 
Axel et Lumic acquiescèrent en cœur et c'est ainsi que la petite équipe effectuèrent leur ultime préparation à la nuit qui commençait à peine et qui promettait d'être mouvementé.


Dernière édition par Nyaru Komao le Sam 17 Déc - 10:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 18
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: "Une épée sacré à Pripyat"   Sam 17 Déc - 10:36

Après le coup de fil de Laura Stuart, Ethan avait dû louer une voiture pour se rendre à la tristement célèbre «Pripyat », il avait dû avancer la note qu’il se ferait rembourser plus tard avec ses nombreux tickets de bus, alors qu’il roulait sans réellement se soucier des limitations de vitesses il repensât aux raisons de cette « petite course dans une petite ville d’Ukraine » qu’il devait effectuer, les informations était fractionnaires  et sembler parler « d’un incident sans grande ampleur qui n’avait peut-être pas lieu mais qui pouvait nécessité un coup d’œil rapide puisqu’il n’était pas trop loin… ».

Intérieurement Ethan regrettait déjà son séjour prolonger en bus, qui lui avait par conséquent rallonger son séjour et son travail de manière indéterminé, surtout qu’il devait faire cela à cause d’une « hypothétique nécessité », ce qui avait le don de le contrarier, le trajet dura plusieurs heures, tant est si bien que quand il arriva l’après-midi était déjà bien entamé, il gara la voiture sur un parking non loin de la zone de quarantaine et se dirigea en direction du poste de contrôle de la zone de quarantaine à pied, après une petite demi-heure de marche, le poste de contrôle était en vue, il s’arrêtât à environ 500 mètre et se mit dans le sentier à l’abri des regards cacher par la végétation, il restât quelques minutes à observer la sécurité qui n’était pas exceptionnel, les quelques agents de sécurité restait là à discuter sans réellement se soucier des divers mouvements environnant, l’espace d’un instant, Ethan ne put s’empêcher de les envier en se disant qu’il devait être bien à se la couler douce, puis après avoir vu l’un des agents bailler à gorge déployé, il ne put s’empêcher de bailler à son tour, il s’accroupit tout en marmonnant pour lui-même :

« c’est fou ce que le sommeil est communicatif … », il laissât tomber son sac de son épaule et après en avoir fouiller le contenu brièvement en sortit un vieux volume, ce volume était en réalité un grimoire qui rassembler tous les contes originaux des frères Grimm, il ouvrit le grimoire à la page souhaité directement et en sortit un petit marque page qu’il avait placer au préalable il y a quelque jours, il prit le petit marque page et le plaça dans la doublure de sa capuche puis l’enfila, ceci fait il rangea son grimoire dans son sac, il le remit sur son dos et sortit du sentier en revenant sur la route, il se dirigea tranquillement en direction du poste de contrôle, lorsqu’il fut arrivé à leur niveau il se pencha pour passer sous la barrière routière puis passât à côtés des agents de sécurité qui ne réagirent pas,  et il continuât ainsi sa marche pendant quelques minutes dans le territoire désert et abandonné de Pripyat, au fur et à mesure qu’il avançait, il découvrait un territoire silencieux et immobile, des voitures rester en l’états, les routes était éclater par la végétations, cette ville lui laissait véritablement un arrière-gout amère, sans compter ce qui le rassurait le moins…

Un poison mortelle et vicieux répandu partout autour de lui, ce même poison invisible qui avait fait fuir toute la population de cette ville en 1986, non loin de là où c’était produit la tristement célèbre explosion du réacteur n°4 de la centrale de Tchernobyl, un frisson parcourus son corps alors qu’il contempler cette ville déserte et triste, il secoua vivement le visage et recentra son attention sur la raison qu’il avait d’être ici, il restât immobile, fermât les yeux et sondât son environnement à la recherche d’un quelconque indice de ce pourquoi on l’avait envoyer ici, après tout si Laura Stuart l’avait envoyer ici, cela ne pouvait être que pour une raison, « les problèmes de magiciens se règle entre magiciens » se répétât il intérieurement, et après un court instant il sentit une réaction ou plutôt une absence de réaction, il y avait bel et bien quelque chose d’anormal, et sans cette atmosphère si calme et particulière il n’y aurait peut-être pas prêter attention, mais quelqu’un s’était efforcé de tellement bien maquiller ces traces avec une telle précision que cette absence de traces en elle-même en devenait louche, il rouvrit ses yeux et comme un limier ayant trouvé l’odeur d’une proie il dirigea son regard en direction du bâtiments le plus proche dans cette direction, il s’agissait d’un immeuble d’habitations collectives d’une dizaine d’étages.

Il lâchât un soupir puis sortit un paquet de cigarettes dont il en tirât une et l’allumât, il expirât un petit nuage de fumée et se remit en marche en direction de l’immeuble tout en lâchant :

« Faut bien commencer quelque part…. Putain, Je sens que je vais me taper des heures sup’ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LapiNaru Komao

avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Au royaume des Lapins !

MessageSujet: Re: "Une épée sacré à Pripyat"   Sam 17 Déc - 10:42


Lumic Solenne
« Je crois en toi. »


IDENTITÉ
Prénom : Lumic
Nom : Solenne
Âge : 18 ans
Sexe :
Nationalité : Française
Type de Mage : Magicienne et Épéiste
Organisation Magique : « Traceurs de lumières »


PHYSIQUE
Lumic est une jeune femme au style vestimentaire très "libéral", ses cheveux sont teints en vert pour renforcer son affinité à l’élément de la terre, elle porte un sweat "walkman" ainsi qu'un pantalon treillis à poche  et une paire de chaussures vertes (leur couleur ayant toujours le but de renforcer son affinité à la terre); toujours souriante et enjouée, elle cache sous ses grands airs et une apparente juvénilité une motivation en acier trempé et un esprit aiguisé tel le tranchant d'une lame.
PERSONNALITÉ

C'est une passionnée de l'escrime qui à pratiquait de nombreuses disciplines à la recherche de la "sensation grisante que tu ressens lorsque tu regarde un anime, un film ou un jeu de combat"; n'ayant pas réussi à s'attacher à sa religion initiale (christianisme) et grande fan du shintoïsme, elle s'est "fabriqué sa propre religion", mélange entre le christianisme, le shintoïsme et le bouddhisme qui lui serve de base pour sa magie avec les accords toltèques.

Elle n'hésita pas une seule seconde à tout abandonné derrière elle lorsque Montague BELANGER lui proposa de le suivre en tant qu'apprentie ce qui surprit l'ex-chevalier, elle prétextât que si elle n'était pas capable d'avoir ce genre de motivation à la base, elle ne ferait probablement pas long feu dans "le monde secret".

PETITE INTERVIEW !

Parle-nous un peu de ta famille... (sourire)

As-tu déjà commis des délits ? (sourire)

Es-tu ou étais-tu poursuivis ? (sourire)

Quelles sont tes qualités et tes défauts ? (sourire)

Dis-nous ce que tu aimes et ce que tu détestes ? (sourire)

Des phobies ? (sourire)

Des Allergies ou autres choses dans le genre ? (sourire)

Des antécédents médicaux ? (sourire)

VOTRE MAGIE

Nom de mage : Sapere579: Mon nom est le savoir, mon but est l’évolution et la recherche personnelle de moi-même à travers l'altruisme et le développement de mes compétences pour le plus grand nombre.

Votre arme magique :Bateren spécialisé – Kanemitsu Toushou; Un vieux katana japonais aussi appelé "trancheur de livre", capable par son unique tranchant de découper en une fois un livre de 1000 feuilles dont l'utilisation de la magie sur celui-ci renforce encore davantage le tranchant; il a été fabriqué par un artisan japonais de façon être utilisé avec la magie occidentale.

Type(s) de magie : Elle utilise le renforcement magique à l'aide d'un mélange de shintoïsme (Kami) et de magie occidentale d'origine chrétienne (l’élément terre pour l'acier), elle connaît aussi un vaste nombre de magies lié à la terre ainsi que des sorts originaux inspirés d'épéiste français de légende.

Description de vos sorts :

-"la legende de durandal" -> Idol théory sur la légende de l'épée du compte Roland, neveu de Charlemagne, il se décline en deux sorts:
-"projection miraculeuse" qui lui permet de projeter une épée avec une force imitant celle qui fut nécessaire à Durandal pour aller s'enfoncer à Notre-Dame de Rocamadour.
-"La brèche de Roland" qui constitue un sort mélangé avec une frappe haute verticale à l'épée, cette action symbolisant le jour ou le compte Roland tenta de briser Durandal contre un immense rocher afin qu'elle ne tombe pas aux mains des sarrasins, ce qui échoua et fendit le rocher ce qui devint la brèche de Roland.

"La legende du pont de garigliano" -> Idol theory utilisant la légende du chevalier Bayard qui prit en charge avec une poignée d'éclaireur l’arrière-garde de l'armée française face à l'armée espagnole au pont du Garigliano (3° guerres espagnoles, 1500-1504), pont tellement étroit que les Espagnols devaient passer un par un pour affronter le chevalier Bayard qui élimina 200 d'entre eux alors qu'il n'avait même pas pris le temps d'enfiler son armure, avant de finalement laisser place à ses compagnons d'armes, permettant ainsi à l'armée française de se réorganiser et d'utiliser leur artillerie pour repousser l'armée ennemie.
Lumic a alors utilisé cette légende pour créer un sortilège très puissant qui supprime toutes ses protections magiques ainsi que ses renforcements et la prive de l'ensemble de ses sorts, elle ne peut alors se déplacer que sur 15m autour du lieu ou elle a lancé son sort et préparé le terrain, toutefois, elle se voit alors dotée d'une force, d'une vitesse et d'une endurance équivalant à celle d'un homme capable de vaincre 200 hommes sans protection et sans être blessé.
-Elle possède aussi un panel varié de sorts liés à son élément associé: la terre; leurs effets plus ou moins modérés peuvent aller du simple projectile à des sorts de traque ou d’immobilisation sans oublier les sorts de renforcement en tous genres, les majorités de ses sortilèges s'inspirent des nombreuses légendes liées aux kamis de la terre peuplant toute chose en ce monde ainsi que des légendes liées à l'archange Uriel.



HISTOIRE
à découvrir dans l'histoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LapiNaru Komao

avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Au royaume des Lapins !

MessageSujet: Re: "Une épée sacré à Pripyat"   Sam 17 Déc - 11:47

Les Trois amis venait tout juste de sauter au dessus de la clôture qui entourait la zone de quarantaine, comme si il ne risquait plus rien ils retirèrent l'ensemble des protections qui servaient à empêcher les gens normaux de voire leur armes.

Lumic n'avait pas modifié sa tenue, toutefois, elle venait de sortir de son tube de transport de dessin un véritable sabre japonais dont elle avais sanglé le fourreau à une sorte de ceinture réglé sur mesure.

Axel quant à lui venait de sortir son épée d'escrime française modifié qu'il possédait depuis qu'il était enfant, en plus de cela, il avait aussi retiré le grand manteau blanc et activé sa magie de feu qui lui permettait de ne plus ressentir le froid, rapidement il replaça rapidement l’élastique qui tenait ses cheveux teint en rouge attaché en arrière afin qu'ils ne le gênent pas en combat, il ouvrit alors sa veste verte qu'il vantait « steam-punk » parfois.

Enfin, Montague s'était contenté d'allumer une nouvelle cigarette et il s'adressa alors à ses deux apprentis :

- C'est bon, vous avez fini les magical girl ?

Cette phrase ne manquât absolument pas de déclencher une vive réaction chez les deux jeunes.

-HOOO ♥, est ce que tu pourrais le redire encore une fois s'il te plait ?

-QUI TU INSULTE DE MAGICAL GIRL?! FAUDRA PAS TE PLAINDRE SI TU TE FAIT DEMONTER PARCE QUE TU N'ETAIT PAS PRET !!!!

Montague fit alors claquer sa langue de mécontentement en entendant leurs réponses.

Cela ne se voyait pas directement mais Lumic était une Fan inconditionnelle des Magical-girl et il ne fallait pas grand chose pour réveiller sa passion, Axel était même persuadé qu'elle avait apprit la magie en partie à cause de cette passion, mais il n'avait jamais obtenue de réponse claire de la part de Lumic.

La jeune femme ouvrit alors la marche suivit de Montague puis de Axel :

-Bon, on va pas y passer 10 ans, allons y !

-Tu a trouver quelque chose ?

-Non absolument rien, je ressent aucune trace de magie ni rien qui me permettrait de trouver leur cachette...

-On y va à l'instinct en fait?

-Ha ha ha en quelque sorte.

-Sérieusement ?

-Non pas tout à fait, disons que j'essaye de me mettre à leur place...

-c'est vrai que dans le genre « auto-persuasion » tu te démarque particulièrement ...

- Merci !

-Ce n'était pas un compliment je crois ...

-Laisse tomber, si ça peut lui faire plaisir...

-tee hee ♫

Tendit que les amis avançait dans la neige tout en prenant le temps de s'habituer aux ténèbres de la nuit faiblement éclairer par une lune presque pleine masqué par intermittence par des nuages innombrables dans le ciel nocturne de l'Ukraine, ils pouvaient apercevoir de temps en temps les restes d'une ville qui s'était effondré en un instant, un seul.

Montague s’arrêta alors lorsqu'il sentit le contact de sa semelle avec autre chose que de la neige, il baissa alors les yeux sur ce qui se trouvait sous ses pieds et il aperçut une poupée, un énorme flot de souvenirs lui revinrent à l'esprit et il ne put que rester immobile à fixer le sol incapable de bouger, le moindre muscle.

Lumic et Axel se retournèrent tout les deux lorsqu'ils remarquèrent que leur professeur s'était arrêter pour une raison inconnus ; le magicien au cheveux rouge s’apprêta à lui demander si il avait trouvé quelque chose avant de remarquer ce sur quoi son regard était resté bloquer.

Une seconde plus tard Lumic remarqua aussi la raison de l'étrange comportement de leur ami, elle se rapprocha alors de lui et l'attrapa délicatement par la main et le tira vers elle.

-Axel et moi, ont est de ton coté et on doit avancer tout les trois ensemble.

Montague acquiesça d'un hochement de tête et les « traceurs de lumière » se remirent en route vers central square, la prochaine zone qu'ils voulaient inspecter.

Soudain, tout trois arrivèrent aux royaumes des morts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 18
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: "Une épée sacré à Pripyat"   Sam 17 Déc - 13:58

Ethan se tenait actuellement sur le toit du bâtiment ouest du central square, il avait traversé sans s’éterniser l’immeuble de 12 étages en suivant la piste ténu qu’il avait réussi à trouver et était rentrer sans se presser dans le bâtiment suivant, sentant que la piste était proche il avait pris le temps de « fouiller » ou plutôt d’observer le bâtiment, comme toute cette ville, il avait était évacué dans la précipitation et de nombreuses installations et objets du quotidien était rester là, figer dans le temps à en subir la longue et triste usure, rien n’indiquait un passage depuis lors, il avait traversé les étages avec pour seule compagnie l’écho de ses pas dans les couloirs vide et sans vie, lorsque finalement il avait atteint le toit, il s’était poser pour observer si un quelconque mouvement se produisait et pendant une bonne demi-heure, rien ne s’était passer, la nuit était tomber sur Pripyat aussi silencieusement que la neige tombait, et malgré de nombreux efforts pour retrouver la trace de l’anomalie qu’il avait suivi jusqu’au central square, il ne parvenait plus à trouver une quelconque trace de ce qui l’avait intrigué tant et si bien qu’il finit par se demander si il n’avait pas poursuivi une chimère.

Et soudain alors qu’il se déclarât à lui-même passablement irrité : « bon, je réessaye une dernière fois et je me casse d’ici, Laura et ces « possibles incidents », je les emmerde, cette ville est comme elle est depuis 1986 : morte, inhabité et toxique ! » et alors qu’il se reconcentrer pour réitérer sa recherche, un frisson douloureux parcourus la totalité de son corps qui fut bientôt parcouru de sueurs froides, alors que son sens de l’équilibre flanchât l’espace d’un instant, peu après il se reprit et jetât un regard tout autour de lui, la hauteur lui permettant de comprendre facilement ce qu’il venait de se passer :

« Putain, les enfoirés ! », déclarât-il tout en prenant conscience de ce qu’il venait de se passer et en contemplant les environs, les environs du central square se trouvaient désormais délimité par un immense dôme sombre et opaque, c’était un sort à grande échelle : un sort d’isolation.
Ethan ne savait pas qui, mais ce qu’il pouvait affirmer avec sûretés c’est qu’il s’agissait d’un groupe, il ne voyait pas quelqu’un lancer et maintenir un tel sort seul, de plus l’énergie du groupe ayant lancé ce sort était désormais omniprésente et saturé complètement l’environnement, il prit une grande inspiration et sortit une autre cigarette tout en s’avançant sur le rebord du toit, il fumât tranquillement en regardant le central square la végétation présente dans la cour était légère mais l’obscurité de la nuit offrait un couvert idéale pour une chasse à l’homme, toutefois un affrontement frontal ne lui permettrait aucun répit, de plus le nombre et la force de ses opposants était encore inconnues : il lui fallait obtenir des informations sur ceux qui avait lancer ce rituel et leur motivations, la zone présente dans le dôme pouvait se résumer assez facilement : il y avait face à lui tout au bout du central square, l’hôtel « Polissya » sur sa gauche légèrement excentré à cause du square se trouvait un grand bâtiments portant le nom de « Energetyk », et derrière ce bâtiment se trouvait une espèce de petite forêt dont dépasser une grande roue…

Ethan expirât une dernière fois la fumée de sa cigarette avant de la laisser tomber au sol et de l’écraser du talon, il s’étira lentement et partit en direction de l’intérieure du bâtiment, tout d’abord, il devait identifier le lieu où il se terraient, ainsi après avoir fini par sortir du bâtiments il se dirigea vers le bâtiment portant l’enseigne « Energetik », ce bâtiment semblait être au centre du sort d’isolation, cela voulait dire qu’il s’agissait du lieu avec le plus de chance d’être leur repère ainsi Ethan se dirigea d’un pas rapide en direction du bâtiments et lorsqu’il fut arrivé à l’entrée il vit trois personnes légèrement en retrait dans le préau du bâtiment, ce qui expliquait pourquoi il n’avait pas pu les voir depuis le toit, il restât quelques minutes à même pas deux mètres d’eux en leur faisant face, alors que les trois individus parlait tranquillement, il les observait en détails, écoutant chacune de leurs paroles, cherchant des informations dans chaque geste, en temps normal il aurait était impossible de ne pas voir quelqu’un d’aussi proche toutefois le sort qu’il avait gardé actif depuis qu’il était arrivé à Pripyat était un sort inspiré du conte «Toutes-fourrures » des frères Grimm, ce sort lui faisait revêtir le persona de « Toutes-fourrures » qui dans le conte avait utiliser un manteau fait de fourrures pour échapper à son père et a son royaume, ici le résultat souhaité était donc d’échapper au regards ainsi il lui avait suffi de marquer en vieux allemands la traduction exacte de « Toutes-fourrures » sur un marque page, le glisser dans une partie de son manteau à « enfiler », et dès l’instant qu’il l’avait « enfiler », il devenait indétectable au regards, c’est ainsi qu’il avait pu échapper au regards des Agents et au leurs.

Une fois qu’il eut l’impression d’avoir obtenue le plus d’informations qu’il pouvait de leur conversation il enleva son sac de son épaule, en sortit deux katars les enfilât à ses poings sans lâcher son sac à dos, il sortit aussi deux petit marque page ainsi qu’un stylos sur lequel il rédigea en vieux allemand « Cendrillon » sur le premier et «marâtre » sur le deuxième, il mit chacun des marque pages dans ces mains et s’approcha des trois hommes, lorsqu’il fut suffisamment proche pour atteindre les deux plus vieux, il jetât son sac au visage du plus jeune des trois avant de se précipiter sur les deux autres en leur plantant les katars dans la gorge, sans réellement se soucier de si ils étaient morts il se précipitât sur le seul survivant et lui enfonçât de force l’un des marques pages dans la bouche tout en le plaquant au mur et en déclarant avec un sourire semblable à un rictus :

« Tu vas me suivre bien gentiment, cendrillon, on a quelques mots à se dire … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LapiNaru Komao

avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Au royaume des Lapins !

MessageSujet: Re: "Une épée sacré à Pripyat"   Mar 20 Déc - 5:56

Après un cour silence, Axel qui était adossé contre une voiture abandonnée se redressa et prit la parole d'un ton irrité:

-Putain, tu m'étonnes qu'avec un atout pareil, ils aient pu échapper aux orthodoxes, aux anglicans et aux catholiques durant des siècles et des siècles !


-Cette fois, il n'y a plus de retours en arrière possible, mais ça ne change rien à ce qui doit être fait, on était déjà prêt à cette éventualité, répondit Montague qui était parvenu à rester debout.


-Un sort d'isolement capable de couvrir une zone résidentielle tout entière basée sur une conception de l'enfer; tout ce qui s'y trouvant étant alors considéré comme "mort" et donc sur une autre "phase" que le plan des vivants....; résuma Lumic tout en observant ses mains tremblantes qui se souvenait encore de la sensation fulgurante qui avait disparu aussi vite qu'elle n'était arrivée.

Montague sortit son paquet de cigarettes ainsi qu'une petite boîte d'allumettes de la poche intérieure de sa veste de costard puis d'un geste habituel, alluma sa cigarette avant de ranger son paquet et la petite boîte dans sa poche.

-Un habile moyen de se cacher aux yeux du monde et de s'immuniser contre toute attaque, que ce soit une attaque à distance telle que le chant grégorien des catholiques, une escouade de magicien spécialisé dans la chasse au sorcier ou même les radiations d'un certain réacteur.

Axel sourit alors tout en ajoutant:

- Oui, mais malheureusement pour eux, un tel sort nécessite déjà beaucoup de mage doté d'un bon niveau ainsi que beaucoup de matériel magique et une longue préparation, de plus ils ne devaient pas s'attendre à ce que l'ont parviennent à les traquer jusqu’ici.

- À partir de maintenant, une grande partie de leur force sera affecté au rituel qui leur permet de maintenir le sortilège, ils ne nous restent plus qu'à en profiter pour les frapper à la gorge et récupérer ce qu'ils ont volés...., continua Montague entre deux expirations de sa cigarette.

Lumic se releva alors doucement avant de demander d'un air inquiet :

-d'ailleurs, Montague, tu ne trouves pas cela étrange, je veux dire un sort de cette ampleur pour seulement une cinquantaine de mages, cela me paraît vraiment peu, par exemple ; le chant grégorien des catholiques nécessite tout de même 3333 prêtres pour une échelle à peu près similaire.


Montague expira la fumée de sa cigarette avant de répondre à son élève :

- On manque d'information.

Lumic et Axel restèrent alors silencieux d'un air interrogateur qui poussa Montague à poursuivre.  

-Comment dire … ton exemple n'est pas adapté, tout d'abord, ils ne sont que les « lanceurs du sort » tout comme le sont les chevaliers catholiques pour le chant grégorien donc, si ces deux sorts sont identiques, ils disposent probablement de l'aide d'un très gros groupe dans leur repaire, ensuite il ne s’agit probablement pas d'un chant, donc les conditions ne sont probablement pas les mêmes ....

Lumic acquiesça alors d'un hochement de tête devant la réponse de son professeur :

-je vois, je vois … Merci beaucoup Montague-sensei !

La réponse de la jeune femme suivit d'une pose tirer d'un quelconque anime fit soupirer Montague.

Axel rajouta alors d'un ton tendu :

-mouais, il ne faut pas oublier qu'il dispose aussi d'une épée très particulière ...

Montague et Lumick déglutirent aussitôt avant que Lumic ne prononce le nom de cette épée :

- « Kusanagi-no-tsurugi »...

- j’espère qu'ils n'ont pas déjà trouvé comment l'utiliser ou cela risque de nous poser de gros problèmes quand bien même il n'y aurait qu'une poignée d'entre eux capable de se battre sans se soucier du rituel…, ajouta Montague.

Axel répondit alors d'un air toujours plus tendu :

- Ils ont déjà été capables avec seulement une cinquantaine de personnes de s'introduire sur un archipel où se trouve le cœur du camp de la science ainsi qu'une secte dont la tête n'est rien d'autre que la famille impériale japonaise qui est aussi la plus vieille dynastie monarchique de la planète.  

Axel marqua alors une courte pose avant de poursuivre :

-Et ils sont aussi parvenue à retrouver l'épée original qui avait été perdu et que personne n'était parvenue à retrouver pendant 800 ans.

- La légende dit même que ce serait le Yamata-no-orochi en personne qui l'aurait récupéré en faisant en sorte qu'il coule au fond de la mer et que c'est pour cela que personne n'aurait pu la repêcher, ajouta Lumic fière d'avoir correctement fait ses recherches, il y a quelques jours.

Montague qui arrivait à la fin de sa cigarette dit alors d'un ton légèrement autoritaire tout en la lâchant au sol avant de l’écraser du talon  :

- Et si on arrêtait de parler ce que nous savons déjà pour nous concentrer sur ce que l'on ne sait pas .

Axel soupira tout en se demandant intérieurement si ses compères avaient réellement compris tout ce qui découlait de ce qu'ils avaient découvert durant leur recherche préparatoire.

5 minutes plus tard.

Ils se trouvaient actuellement derrière l’hôtel « Polissya », comme ils ne voulaient pas pénétrer dans les bâtiments directement sans avoir confirmé les positions de leurs ennemis et les éventuels pièges et mesure de sécurité ; ils attendaient que Montague ait terminé de vérifier le premier bâtiment.

Lumic était actuellement assise sur un gravas et elle était en train d'écouter son générique d'anime favori grâce à son téléphone portable, comme elle n'avait pas d'écouteur, elle avait baissé le son au maximum et elle avait donc collé son téléphone à son oreille tout en chantonnant sur le rythme de la musique.    

- mh mhhh mh mhhhh mh m m~

Montague tenta de se concentrer davantage sur sa tache tout en faisant fi de sa disciple qui ne faisait rien.

-m m m  …. na na na na mh mmmm mh mm~

Montague ferma les yeux pour se concentrer davantage.

- La LAA la la~

Le maître à bout de patience se retourna alors pour voir sa disciple avec un grand sourire, les yeux fermés en train de danser sur un morceau de béton comme s'il s’agissait d'une petite estrade avec son téléphone sur l'oreille.

« Non mais elle se moque de moi ? »

Montague s’apprêtait à sévèrement réprimander sa disciple soudain son regard se détourna de la jeune fille, cela n'avait duré qu'un court instant mais à l'extrême droit de sa vision, il avait perçu un mouvement.  

SCKLANG

Un bruit métallique retentit alors dans la nuit, c'était le contact entre une hache de bûcherons et une épée.

L'épée était une longue épée à deux mains de l'inquisition mesurant prés de 170 cm avec une lame de type flamberge, La hache était une hache de bûcheron au manche étrange en forme de " ( " qui semblait avoir été personnalisé par son utilisateur, il s'agissait d'une essence d'orme, un arbre duquel l'ont pouvais tirer des manches d'excellente facture, le fer quant à lui était ancien quoique parfaitement entretenu, sa longueur quant à elle, rappelait celle des haches de bourreau mais la forme du fer quant à elle rappelais celle du bûcheron.

Montague tenait l'épée à deux mains tandis qu'n autre magicien tenait la hache de bûcheron.

Montague était actuellement en garde que l'ont appelés garde pendante droite tendit que l'autre magicien était actuellement au-dessus de lui ou plutôt son pied droit était sur l'épaule gauche de Montague, le pied gauche du magicien était quant à lui, placé sur le biceps droit de Montague.

Le magicien qui avait attaqué Montague par surprise avait sauté sur lui depuis l'étage du dessus avec les bras levés et la hache en arrière tout en essayant de faire son atterrissage sur les épaules de Montague afin de le faire tomber à la renverse et lui asséner un coup de hache avant qu'il n'est le temps de faire quoi que ce soit.

Toutefois, Montague n'était pas tombé à la renverse, pire que ça, il était resté immobile supportant la force de la chute du magicien qui était malgré tout parvenue à propulser son coup de hache qui avait été bloqué juste en dessous du fer non pas par la lame de Montague mais par la garde de son épée.

Actuellement, le magicien exercé une force colossale dans son arme afin de désarmer son opposant tout en utilisant ses appuis sur les épaules de Montague afin de le forcer à lâcher prise et en tirant sur sa hache qui grâce au fer, tirais le sabre de Montague vers le magicien.

L'homme qui était connu comme le chef des « traceurs de lumière », un groupe de garde du corps chevalier et magicien qui vendaient leurs services a travers l’Europe entière aussi bien aux personnes connaissant l'existence de la magie que celle ne la connaissant pas et qui refusait d'aider les criminelles mais n'hésiter jamais à aider les innocents quel qu'ils soient quand bien même ceux-ci n'avaient pas les moyens de les payer, n'avait pas bougé d'un pouce.

Cet homme s’appelait Montague Belanger.

Ce même homme prit la parole tout en maintenant ce bras de fer avec son assaillant :

- Lumic ! Comment ça se passe de ton coté ?

- J'AI FAILLIE MOURIR !!!!

Montague sourit alors légèrement en entendant la douce voix de son imprudente disciple, heureux qu'elle ne soit pas morte et qu'elle soit encore en état de parler.

- Tu va t'en sortir ? Reprit-il tendit que le magicien qui se trouvait sur lui était en train de l'insulter de tout les noms d'oiseaux qu'il connaissait tout en forçant sur la hache de bûcheron par à-coups .

La jeune fille quant à elle, se trouvait actuellement couchée au sol sur son côté gauche avec une plaie ouverte au niveau de son épaule gauche ; un peu plus loin à quelques mètres se trouvait un autre magicien qui avait tout comme son collègue sauté sur sa proie depuis l'étage.

Heureusement pour la jeune fille, celle-ci se trouvait sur un morceau de gravats et elle se trouvait à une plus grande distance que son maître du bâtiment, ce qui avait conduit l'assaillant à louper sa cible et ne parvenir qu'a lui ouvrir une plaie au niveau de l'épaule et non à lui enfoncer la machette dans le corps, elle était alors tombé à la renverse tout en emmenant son assaillant dans la chute. Qui s'était désarmé lorsque son poignet avait heurté l'épaule de la jeune fille.

Montague avait compris ce qui s'était passé en un instant en ne jetant qu'un simple coup d’œil à la scène, ce qui démontrait d'ailleurs sa grande expérience de combat, il avait ensuite recentré son attention immédiatement sur l'homme qui se trouvait actuellement encore sur lui ou plutôt l'enfant.

Cet enfant borgne aux cheveux coupé court brun avait une tenue composée d'un polo au motif de tigre blanc par dessus duquel il portait une chemise blanche ouverte ainsi qu'un parka rouge sang avec une capuche a fourrure brune qui était elle aussi ouverte, il portait aussi un jean délavé à coupure ainsi que des baskets de skateur.

Montague ne relâcha pas son attention de l'enfant pour autant car il sentait bien que la force de celui-ci était tout sauf naturelle, de plus, pas un seul instant, l'enfant n'avait lâché ou fui le regard de Montague malgré cette situation délicate.  

Lumic tenta alors de se relever tout en répondant à son maître :

- ca va allez, ce n'est qu'une coup~
 
Soudain la jeune femme sentit une vive sensation se répandre dans tout son corps.

« UNE MALEDICTION ?! »

Elle s'écroula soudain au sol, n'arrivant plus à dire le moindre mot, devant l'autre magicien qui s'était remis debout, toutefois il se tenait douloureusement la main qui était pendante dans une position peu naturelle, il prit alors la parole tout en rigolant malgré la douleur qui se lisait sur son visage en sueur :

- Hé hé hé, ça picote hein ?

Le gamin pressa alors son collègue :

-Dépêches-toi de venir m'aider ! Celui-là est vraiment puissant, je ne parviens pas à lancer de sort et je ne le retiendrais pas éternellement ! Laisse la fille et Tue le d'abord !

- Entendu, tient bon Darin, j'arrive !

L'autre magicien se saisit alors de la machette en passant rapidement au-dessus de Lumic sans lui prêter attention avant de foncer vers Montague qui ne relâcha pas son attention un seul instant du jeune garçon nommé Darin, pas même lorsque son second assaillant se trouvait à cinq mètres de lui.

Soudain un bruit sourd retentit alors dans toute la zone, c'était un coup de feu.  

Une voix s’éleva alors depuis la direction où se trouvait Lumic mais ce n'était pas la jeune fille, il s'agissait d'Axel qui dit alors avec un grand sourire :

-Ça Picote hein ?

Darin observa alors son collègue tomber au sol toucher au flanc droit.

- MEEEEEERDE !!!

Le jeune homme lâcha alors sa hache afin de se laisser tomber en arrière, puis soudain avant même de toucher le sol ou plutôt, au moment où il toucha le sol, il s'y enfonça comme s'il était tombé dans de l'eau tout en emportant son collègue qu'il avait attrapé dans sa chute laissant les trois magiciens ennemis sur place ainsi que ses armes.


Dernière édition par Nyaru Komao le Mar 20 Déc - 8:44, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 18
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: "Une épée sacré à Pripyat"   Mar 20 Déc - 5:57

La salle où se trouvait Ethan et sa pauvre victime n’avait plus de porte, pas plus qu’elle n’avait encore de vitres aux fenêtres, elle possédait encore quelques meubles, mais le temps, son ouverture sur l‘extérieur et son expositions au courant d’air avait fortement altérer son état initial, tant et si bien que l’obscurité de la nuit lui donnait un caractère lugubre que l’on aurait pu retrouver dans une œuvre basé sur l’horreur sans compter la ville dans lequel elle se trouvait, cela faisait maintenant presque une heure qu’il avait utilisé l’autorité que lui avait conférer son rôle sur celui qu’il avait imposé au jeune homme, dans le conte original de « cendrillon », l’autorité de la « marâtre » n’avait jamais était contesté ou du moins jamais directement et jamais en sa présence ainsi en se basant sur cela, son grimoire reproduisait cet effets sur ceux ayant ces « rôles », c’était un sort extrêmement simple mais très efficace tant qu’il n’y avait pas d’intervention extérieure et c’est ainsi qu’il avait pu l’emmener sans résistance et sans aucune peine dans le bâtiments où il se trouvait précédemment, de plus, si il avait pu conserver l’effet du rôle de « toutes-fourrures » en plus de celui de la « marâtre », c’était grâce à l’absence de « précision », il était évident que ces deux rôles différer énormément l’un de l’autre toutefois aucune précisions ne les rendait incompatible, aucun indice sur l’âge, aucun indice physique, de ce fait il pouvait utiliser cette absence de précisions pour les revêtir tous les deux, toutefois ce genre de manipulation était dangereux car en plus d’augmenter les contraintes liées aux deux rôles, il s’exposait à une cumulation d’effet néfaste si des événements venait à faire « continuer » les contes, ainsi, lorsqu’ils eurent atteint la salle, il s’était assuré de trancher les tendons des bras et des jambes du jeune captif puis s’était débarrassé rapidement des rôles de « toutes-fourrures » et de la « marâtre ».

Après cela, il avait opté pour un sort simple lui aussi basé sur deux rôles : celui de la « Reine » et de « Sainte Marie », ce sort baser sur le conte de « l’enfant de Marie » était idéale pour les interrogatoires : il suffisait de trois mensonges de la part de la « Reine » pour que celui possédant ce rôle meurt, toutefois tant que la « Reine » était honnête, une sensation de bien-être se déverser en « elle », ainsi ce sort était idéale pour les interrogatoires de plus, avec  le rôle de « Sainte Marie », Ethan pouvait déceler instantanément lorsque sa victime mentait, c’était d’ailleurs pour cette raisons qu’il avait décidé d’emmener le plus jeune, car c’était celui qui avait le plus de chance de se laisser avoir par ce « bien-être » et celui ayant le moins de chances d’être entrainer à résister à la « torture », il avait ainsi put en une heure de temps, récolter suffisamment d’informations pour lever ce sort, et le laisser progressivement reprendre ces esprits sur la réalité de sa situation, durant toute la durée de l’interrogatoire, il avait écrit chaque questions et chaque réponses sur un carnet qui avait retranscrit à l’identique chaque trait, chaque lettres dans son alter ego dans la cathédrale saint George à Londres, cette magie était courantes et utiliser par de nombreux mages, grâce a sa simplicité et à sa fiabilité, si il aurait était plus simple de tout retranscrire par téléphone, dans cette situation, le téléphone ne pouvait pas passer outre le sort d’isolement or cette vieille méthode de communications magique le pouvait par contre.     .

Alors qu’Ethan sortait une cigarette tout en relisant les informations qu’il avait pu tirer, le jeune homme qui tout à l’heure semblé nager en plein bonheur se mit à le dévisager violemment et lorsque leurs regards se croisèrent, il déclarât avec un anglais dont l’accent rappeler les pays de l’est :

« Tu … tu m’as piégé ! »

Ethan, restât un instant silencieux  et allumât sa cigarette avant de prendre la parole :

« Cela me parait plutôt évident, toutefois tu n’as pas opposé beaucoup de résistance… »

Le visage du jeune homme se crispât d’indignation avant de reprendre la parole en s’écriant :

« Espèce de sale enfoiré ! C’est de la faute de ton sort ! Lorsque mes compagnons t’auront trouvé, ils te feront payer ! Pour moi et pour mes camarades ! … »

Ethan restât silencieux, la douleur aussi bien physique que morale que le jeune homme devait ressentir ainsi que sa conscience retrouvé avait vraisemblablement eut raisons de son calme, alors qu’il hurlait sa haine à tue-tête, Ethan vint se placer devant lui et lui répondit d’une voix forte, coupant net les propos de son interlocuteur :

« Je suis de Necessarius ! Je vais par me faire baiser par les premiers connards qui passent ! »

Le jeune homme restât bouche bée sans savoir quoi répondre, ainsi sans lui laisser de temps, Ethan reprit :

« Après ce que vous avez fait, vous n’imaginiez tout de même pas disparaitre en toute impunités, c’est déjà impressionnant que vous ayez survécu autant de temps, alors après un tel acte ce n’était qu’une question de temps avant que quelqu’un ne s’en rende compte et que vous deveniez une cible à abattre ! … »

Tout en disant cela, Ethan se demandât jusqu’à quel point Laura Stuart en savait avant de lui demander de venir ici, et quelque instant après il reprit la parole :
                   
« En tant que mage, tu aurais dû être préparé à cette éventualité, entre deux mages il n’y a que deux choses qui priment : la préparation et la connaissance, l’une comme l’autre définissent qui survit à la fin et c’est ce qui vous a fait défaut à vous trois, vous ignoriez tout de moi jusqu’à ma présence et vous n’étiez pas sur vos gardes, ce résultat n’est donc que la suite logique de cette situation. »  

Après cela, Ethan retournât vers le meuble où il avait laissé le carnet et en vérifiât le contenu rapidement puis alors qu’il découvrait une réponse qui avait rédigé durant son altercations avec le jeune homme il déclarât :

« … et bien il semblerait que ton sort ai était sceller… »

Ethan sortit son grimoire, l’ouvrit à une page en particulier et en sortit dix marque pages, alors que sa victime l’interpellait tout en laissant la panique prendre le dessus sur lui :

« Qu’est-ce que tu veux dire ? Que – que vas-tu faire ? … »

« Eh bien, disons que tu vas reprendre un rôle que tu commences à bien connaitre alors que moi je vais en changer pour permettre un petit tour amusant … » répondit Ethan alors qu’il vagabonder dans la pièce décalant certains meubles dans les coins de la pièce, il venait de déposer au sol et au plafond, dans chacun des coins huit marques pages portant l’inscription « château », le rituel qu’il était en train de mettre en place nécessité de délimiter un espace qui représenterais son « château », une fois cela fait, cette salle était donc un « château », il prit les deux marque page restant et les montrât au jeune homme immobiliser :

« Comme je me doute que tu ne sais pas lire cette écriture, je vais te traduire, sur celui-ci que je vais déposer dans tes vêtements est écrit « Cendrillon » et sur celui-ci que je vais mettre dans les miens est écrit « Prince », alors je t’arrête tout de suite, je ne vais pas te faire enfiler une pantoufle d’or et me marier avec toi… »

Alors qu’Ethan parlait tranquillement son interlocuteur devenait de plus en plus pale alors que l’incompréhension se lisait sur chaque ligne de son visage.

« Non, sache que nous sommes au « château » et que tu dois être rentré avant minuit, or cela ne regarde que toi car toutes les jolies filles du royaume ont était invités et aucunes d’elles ne doit rentrer avant minuit, ainsi quelque part à Londres, mes collègues sont en train de « préparer » une « jolie jeune fille » qui va se rendre au « château » par le biais d’une invitation sous la forme d’un marque page que j’ai volontairement laisser auprès de Necessarius pour ce genre de situations, malheureusement votre sort d’isolements ne permet pas à des individus extérieurs de rentrer librement, toutefois que se passerait-il si « Cendrillon » quittait le château au moment où une « jolie jeune fille » arrivait, eh bien laisse-moi te donner la réponse, tu possèdes l’autorisation d’être là et elle ne la possède pas or si on échange vos places grâce à mon sort, elle aura ton droit d’être là, et quant à toi tu pourras passer le bonjour à mes collègues enfin si tu n’en est pas capable je ne t’en tiendrais pas rigueur… »

En effet, si tout avait était mis en place pour que le renfort que Necessarius allait lui envoyer passe sans encombre la zone d’isolement, l’inverse ne s’appliquait pas au jeune homme, concrètement, le jeune homme allait traverser de force le sort d’isolement et finir entre les mains de Necessarius peut importe l’état dans lequel il arriverait, et Ethan n’avait aucune envie de partager la vision du « colis » qu’il allait envoyer à ses collègues.

Après avoir déposé les deux derniers marque pages à leur place respectif, il rédigeât une demande écrite sur le carnet pour confirmer que le « renfort » était bel et bien prêt, quelques secondes plus tard une réponse se rédigeait sous ses yeux : «Let’s go. »

Il prit une grande inspiration et déclarât  dans la langue maternel des frères Grimm : « A cette fête de trois nuits, auquel j’ai invité toutes les jolies filles du royaume, il est bientôt minuit, Seul Cendrillon est partie, toutes sont resté, et je ne puis m’absenter. » Soudain, l’espace semblât se distordre tout autour du jeune homme tant est si bien que ses cris furent bientôt inaudible et son apparence d’abord flou laissa apparaitre une silhouette debout, l’espace semblât redevenir de plus en plus net au fur et à mesure que les secondes passer jusqu’à laisser apparaitre une jeune fille blonde, de taille moyenne, Ethan la reconnut immédiatement et lui lâchât un léger signe de main suivit d’un légers sourire avant de déclarer :

« J’espère que la route n’a pas était trop dur car la fête est loin d’être finie et la nuit s’annonce longue, Mademoiselle Von freiheit. »  

La jeune fille lui rétorquât un sourire et lui déclarât :

« Ravie de te revoir Ethan. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 18
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: "Une épée sacré à Pripyat"   Mar 20 Déc - 6:31

Amélia Von Freiheit
« The pacific lady »


Libre Réservé Pris

IDENTITÉ

Prénom : Amélia
Nom : Von freiheit
Nom de mage : Pacem293 – Atteindre la paix par la diplomatie [Explication du nom de mage: Pacem: Paix (latin)// 2: L'union, L'association, La complémentarité et l’exécution // 9: L'altruisme et les grand idéaux // 3: La création et la communication]
Âge : 22 ans
Nationalité : Allemande
Affliation : Église Anglicane (Necessarius)
Groupe : Magicien
Description de la magie : Amélia est une experte dans la magie des sceaux, elle préfère les interventions ''pacifique'' (qui ne déclenche pas ou très peu d'affrontement) aux Raid "barbare et futile" (selon ses dires); elle est capable de sceller différant objets ou contenus (sacs, ordinateurs ou livres par exemple), elle peut aussi modifier les conditions des sceaux déjà en place et même les déverrouillés (les grimoires ou grand espace peuvent nécessiter plusieurs personnes).

Amélia a en sa possession la flûte du joueur de Hamelin (raccourcie : la flûte de Hamelin) qui apparaît dans la légende du joueur de flûte et les rats ; celle-ci est un héritage familial dont le secret est découvert lorsque Amélia termine son apprentissage de la magie ( à ses dix ans) ; cette flûte permet, en jouant des airs très précis sans aucune faute de communiquer avec des personne ciblés et sous certaine condition, de donnez des ordres aux esprit faible (Les animaux, jeunes enfants, ou personnes physiquement affaiblit) dans une certaine mesure (le contrôle n'est pas parfait).

Niveau demandé : à voir


CARACTÈRE


SES TECHNIQUES :
Corrupted Seal: Une technique simple qui consiste à pousser un sceau à s’autodétruire en y incorporant des lignes magique précise, cela peut aussi modifier les caractéristiques du sceau, il est nécessaire d'analyser le sceau avant tout essai de modification (certain étant capable de s'auto-protégé).

Divine shield: C'est un sort de base permettant de protéger via un sceau basique un petit objet (le sceau étant préalablement tracer sur des post-it)

Chapter: La première mélodie de la flûte du joueur de Hamelin, la préparation (la mélodie en elle même) dure 1 minute et 38 secondes, la suite de la mélodie constitue le véritable corps du message (=télépathie), les destinataires sont sélectionner mentalement et doivent se trouver à portée Auditive (cette règle peut être enfreint si une rune de communication relie Amélia au destinataire voulue).

Chapter : Cette mélodie permet d'affaiblir l'audition des personnes qui l'écoute via des séries de notes cachées dans la mélodie, Amélia l'utilise en cas de filature en laissant ses poursuivants se rapprocher assez pour l'écouter; la préparation dure 5 secondes mais peut être prolonger en rejouant le même morceau jusqu'à ce que la personne voulue soit suffisamment près.

Chapter : La dernière mélodie que Amélia maîtrise(il existe probablement d'autres chapitres, mais seuls ses trois là sont connues), Cette mélodie permet d'hypnotiser les personnes peu résistante psychiquement ( un adulte parfaitement normal peut être victime de cette mélodie si il est en grand manque de sommeil ou droguer par exemple), la préparation dure 10 minutes mais a l'avantage d'être extrêmement agréable à l'oreille et peut être répétée plusieurs fois. Lorsque Amélia à prit le contrôle de ses victimes, elle utilise la même méthode que pour le premier chapitre (l'hypnose se brise si une note inutile est jouer avec la flûte); les ordres peuvent être donner oralement et les victimes ne se rendent pas compte de l'hypnose (lorsqu'ils le comprennent, l'hypnose se brise).  

HISTOIRE

Amélia est la fille unique de l'illustre famille des Von Freiheit (riche famille de banquier allemand) qui fit faillite à cause d'un père bien trop dépensier, il sera assassiner avec sa femme par un groupe venu « réglés » les dettes du père ; leur Dame de ménage (Félice Amstrong) assistera à leur assassinat mais sera épargnée, elle sauvera Amélia de ces même personnes, se sentant coupable de n'avoir rien fait pour ses précédents employeurs, elle ramènera la jeune fille de sept ans en Angleterre (le pays natale de Félice) pour être certaine qu'elle soit à l'abri.

Félice ne l'adoptera pas (par manque de moyen financier), mais suivra de près sa vie,  Amélia sera élevée par l'église Anglicane, Félice tombera malade un an après leur arrivée en Angleterre, Amélia s’engagera définitivement dans la religion qui lui apportera un soutien morale dans sa vie.

Deux années était passé depuis l’arrivée d'Amélia à Londres, l'état de Félice s’améliorât nettement, c'est cela qui permit à la fillette de tenir le coup, elle termine son apprentissage de la magie à dix ans et souhaite mettre ses connaissances au service du monde ; c'est aussi à ce moment qu'elle se rend compte de la valeur de l'un des rares héritages que Félice à pût récupérer chez les Von Freiheit : La flûte d'Hamelin.

Amélia passera les 6 années suivante à apprendre à utilisé La flûte de Hamelin (qui demande de véritable capacité musicale) et à maîtriser les quelques sort qu'elle connaît, Félice meurt d'une crise cardiaque un peu avant que Amélia ne décide de rentrer dans la branche secrète de l'église Anglicane : Necessarius.

La jeune fille déboussolée s'investira énormément dans son travail pour oublié la peine d'avoir perdue sa "seconde" mère, au point de devenir l'une des meilleurs expertes dans le domaine des sceaux et tout ce qui y a trait en Angleterre.

Actuellement, Amélia est en Angleterre, mais est régulièrement envoyer aux quatre coins du globe pour le compte de l'église Anglicane.  

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Une épée sacré à Pripyat"   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Une épée sacré à Pripyat"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conspiration en lieu sacré [ Marianne ]
» Les 4 sacrés du ciel
» Un sacré merdier pour un premier RP
» Un secret, c'est sacré. [solo]
» La famille c'est sacré... enfin il parait [Solo/Ouvert]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: En dehors du Rp :: To Aru no Alter World-
Sauter vers: