Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Event 1: Hospital boogaloo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maitre du Jeu

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 30/11/2015

MessageSujet: Event 1: Hospital boogaloo   Lun 6 Nov - 20:57

A l'étage des soins expérimentaux, dont une grande partie était désormais occupé par les blessés des altercations de la nuit, l'activité ne faiblissait pas malgré l'heure avancée. Médecins allaient et venaient alors que les membres d'anti-skill récupéraient les dépositions des victimes...ainsi que des suspects.
Menotté aux barreaux de son lit d'hôpital, visage couvert par un masque respiratoire et cathéter fermement planté dans le bras Dim, que les analyses sanguines avaient identifié comme un ancien agent de Judgment porté disparu des années auparavant, restait inconscient sous la vigilance attentive d'un garde armé.
Dans sa chambre, Ai Etsu terminait son rapport à une membre échevelée des forces de l'ordre, celle-ci ayant visiblement été tiré de son lit pour pallier au drain d'effectifs que la surveillance de l'hôpital avait provoqué dans la ville. Dans le couloir, les pas pressés et les voix inquiètes de ses parents pouvaient se faire entendre.
Dans une pièce hermétique, la couveuse abritant Akurei était l'objet d'âpres débats entre un homme en blouse blanche insistant pour que l'esper soit transférée dans les locaux de son organisation et un docteur visiblement agacé par l'insistance de son interlocuteur à ramener une patiente dans un laboratoire privé.

Dans les étages inférieurs, un Haruhiro menotté et séparé de Genji et Alex est interrogé par un officier peu commode:
"J'espère que tu te rends compte de la gravité de ta situation gamin? Autant pas y aller par quatre chemin, je veux savoir à quel point tu es impliqué dans les activités terroristes de cette nuit, et j'aurais mes infos. A toi de décider si tu préfère me les donner pacifiquement ou si je vais devoir être persuasif. Alors fais nous gagner du temps à tout les deux et cracher le morceau."
Faisant claquer le dossier sur la table, devant Haru, l'homme continua à tourner autour du jeune homme comme un oiseau de proie.
"Je veux tout savoir sur ton implication dans les évènements de ces dernières heures. L'identité de tes complices, le but de votre organisation, la raison de ces meurtres et la manière dont vous vous y êtes pris pour créer ces blessures."

La nuit continue, l'heure est au calme. Mais alors que certains pansent leurs plaies d'autres ne sont pas encore tout à fait sortis d'affaire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
/Ai Etsu/

avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 67
Localisation : Juste ici

MessageSujet: Re: Event 1: Hospital boogaloo   Jeu 9 Nov - 1:09

Finalement tout n’avait duré qu’une heure. L’appel qui avait fait irruption dans les habituelles révisions du soir, la course jusqu’à l’hôpital, l’interrogatoire en attendant Akai, le combat contre ce dernier, la fuite face au soldat, la recherche de Reitoko… Tous ces événements s’étaient finalement déroulés si vite que les autorités n’étaient arrivées que plusieurs minutes après que Ai n’ait pu secourir sa camarade de Nagatenjouki des griffes de son agresseur… Cette effroyable nuit touchait enfin à sa fin même si Ai n’avait finalement pas pu retrouver Haru. Cette dernière regardait son téléphone, une atèle serrant sa main droite à cause du coup de poing un peu trop violent qu’elle avait donné au dernier soldat qu’elle avait vu avant de se réfugier dans un coin pour essayer d’aider la reine des glaces de Nagatenjouki.

Comment allait-elle d'ailleurs ? Et Haru ? Comment allait-il ? Elle n’arrêtait pas de poser ces questions à tous ceux qu'elle voyait venir pour la soigner et finit par apprendre que Haru était à l’hôpital et surtout qu’il allait bien. Le temps passait terriblement lentement depuis qu'elle était là, restant assise sur le rebord du lit de sa chambre d’hôpital à fixer le sol, refaisant dans sa tête un à un les évènements de la soirée. Chaque fois qu'elle repassait la soirée dans sa tête elle se remémorait un nouveau détail qu’elle aurait préféré oublier… Akai s’était emporté et l’avait menacée avec un fusil ramassé sur le garçon qui s’était évanoui… Il faudrait penser à demander de ses nouvelles à lui aussi d’ailleurs, pensa la jeune fille avant de continuer sa revue de cette soirée si éprouvante.

Elle avait appris désormais à se méfier de ceux qu’elle considérait comme ses amis. Ses habituelles prises de bec avec son chef de branche ne lui avaient pas permis de s'attendre à une telle réaction de sa part... Sugimori était tout de même le chef de la branche où Ai officiait et, même si elle ne pensait pas qu’il était le meilleur chef au monde, elle n’avait jamais eu de raison de remettre ça en cause jusqu’ici…

Après ça il y avait eu l’arrivée du soldat, l’effondrement de la cage d’escalier et l’alarme incendie utilisée pour faire sortir les gens pour faire diversion… Ai avait gardé ses vêtements qui étaient encore en état même si un peu sales et déchirés suite à sa diversion face à l'homme qui leur avait tiré dessus. Elle avait des pansements partout et un bandage qui faisait le tour de sa taille, à l’endroit où le tir l’avait frôlée quand elle avait sauvé Akai en détectant le soldat prêt à les abattre tous les deux.

Une infirmière frappa et entra dans la chambre, venant lui annoncer que plusieurs personnes étaient arrivées pour la voir. La première était un agent d’Anti-Skill venant pour l’interroger et avoir sa version des faits et les deux autres étaient ses parents qui avaient été contactés suite à tout ça. C'est surtout cette deuxième partie qui déclencha la pire réaction chez Ai. La jeune fille sentit une boule se former dans sa gorge tandis que le stress montait en elle. Elle avait pourtant dit qu’il n’y avait personne à contacter ! Pourquoi avaient-ils tout de même décider de les appeler ?! Cela faisait plusieurs années qu’elle ne les avait pas vus et les revoir était la dernière chose que Ai voulait après tout ce qui s’était passé.

Cherchant à gagner du temps, Ai demanda à voir d’abord la membre d’Anti-Skill qui entra pour venir s'asseoir en face d'elle. La membre de judgement entreprit donc son récit sur un ton hésitant et l'air un peu absent.

-« Bon tout a commencé il y a une heure environ, je me rappelle pas l’heure exacte… Je... Je travaillais dans ma chambre et j’ai entendu Haruhiro, mon colocataire partir en courant… Il m’a appelée un peu plus tard pour me dire qu’il y avait eu un meurtre ou une tentative et qu’il n’arrivait pas à faire venir Anti-Skill ou judgement donc il a demandé mon aide. » commença-t-elle, reprenant de l’assurance au fur et à mesure du récit.

-« Et donc je l’ai rejoint à l’hôpital… Enfin devant et comme il voulait pas me mettre en danger comme il disait, il était déjà parti… Du coup j’ai appelé Sugimori qui m’a rejoint un peu après. On est allés vers le cat’s eyes vu qu’apparemment c’est là-bas qu’avait eu lieu l’attaque. Sur le chemin on a rencontré un type blessé qui arrivait vers nous avec un fusil à la main, on l’a ramené ici un peu après. Il nous a dit qu’il y avait des jeunes attaqués et Sugimori l’a un peu interrogé avant qu’il ne tourne de l’œil, on a eu juste le temps d’apprendre que Reitoko avait des soucis… Ensuite… » Ai hésita un instant avant de reprendre.

-« On est allés dans la ruelle d’où venait le gars et on s’est fait tirer dessus par… un soldat ou je ne sais pas trop qui. C’est là que j’ai utilisé mon pouvoir pour faire s’écrouler une cage d’escalier pour éviter que Sugimori ne se fasse tirer dessus et l’alarme incendie du bâtiment d’en face s’est déclenchée, peut être à cause de ça. Du coup on a rassemblé les gens pour les emmener à l’hôpital. »

Ai raconta la suite des événements comme elle s’en souvenait, n’essayant pas de cacher quoi que ce soit. Le fait qu’elle se soit esquivée du groupe pour suivre sa piste, sa rencontre avec le corps sans vie d’un autre soldat, la remontée de la rue où le garçon blessé avait fait du surf sur un couvercle de poubelle… Tout jusqu’au moment de la flashbang, restant assez floue sur ce dernier point…

L’agent lui posa des questions, cherchant à obtenir des précisions, voulant démêler le vrai du faux même si elle ne semblait pas être spécialement soupçonneuse, essayant surtout de s’assurer que Ai n’oubliait rien. Ayant fait le choix de ne pas révéler les actions d’Akai qui pouvaient se retourner contre lui, elle s’y tint et resta assez floue pour ne pas être accusée de mensonges, occultant simplement leur altercation et le fait qu’il ait actionné l’alarme incendie vu qu’après tout elle ne l’avait pas vu le faire.

La femme, son calepin rempli de notes, finit par se lever pour partir. Ai l’arrêta un instant pour lui poser une dernière question :
-« Où est Haruhiro ? Il n’a pas de soucis ? »

Mais tout ce qu’elle eut pour réponse était qu’il allait bien, ce qui au final commençait à l’inquiéter tant on lui répétait ça sans jamais entrer plus dans les détails.

Quelques instants après, c’était au tour du couple Etsu d’entrer dans la salle. Ai avait pu entendre l’impatience de son géniteur derrière la porte et il avait presque bousculé la femme qui sortait en voulant rentrer précipitamment dans la chambre pour voir son héritière. Ai ne dit pas un mot, se concentrant sur leurs visages qui avaient pas mal changé depuis la dernière fois qu’elle les avait vus. Les traits de l’homme qui lui faisait face étaient déformés par une expression de colère contenue visiblement bien trop longtemps tandis que sa femme qui le suivait semblait plus chamboulée et tentait de contenir tant bien que mal ses émotions.

Ce qui la frappa le plus fut cet air de tristesse qui se cachait derrière leurs façades bien construites et solidement renforcées par le temps. L’homme énervé, toujours bien habillé et coiffé comme s’il sortait tout juste d’un rendez-vous d’affaire, prit la parole sur un ton visiblement agacé.

-« Tu imagines un peu ce que tout ça va provoquer ? Notre unique héritière, impliquée dans une espère d’histoire de meurtre ou je ne sais quoi, agissant dans la désobéissance totale des règles qui lui ont été demandées de suivre. Tout ce temps sans aucune nouvelle et au final c’est dans ces circonstances qu’on te retrouve… »

Ai fixait le sol tout en écoutant les reproches qui lui étaient faits. Ce n'était pas vraiment elle qui avait rompu le contact mais elle préféra s'abstenir de répondre sur le coup. La jeune fille se moquait éperdument de ce qu’on lui reprochait, elle avait fait ce qu’elle avait cru bon et croyait toujours avoir fait les bons choix. Elle avait même sauvé la vie de Reitoko au final, même si pour ça il avait fallu faire une chose terrible.

Se levant du rebord de son lit, Ai leva des yeux pleins de lassitude vers les deux personnes qui se trouvaient en face d’elle et entreprit de se diriger vers la porte.

-« Avec votre permission, je vais prendre l’air. Pas la peine de rester, vous pouvez rentrer, je vais bien. » fit-elle en se frayant un chemin vers la sortie avant de sentir une poigne puissante lui attraper le bras et la retourner.

Elle n’eut pas le temps de regarder celui qui la retenait de force et sentit un choc qui lui fit détourner la tête sur la gauche. Un claquement résonna dans la pièce tandis qu’une trace rouge montrant une paume et cinq doigts se dessina sur sa joue droite. La douleur venant de sa main abîmée par le coup qu’elle avait donné s’estompa pour laisser place à une douleur plus vive encore à l’endroit où le coup avait été donné.

Ai ne bougea pas, lançant un regard furieux à celui qui venait de la frapper. Elle ignora ce qu'il lui dit et répondit les mâchoires serrées.

-« Allez-vous en ! Partez ou je rappelle l’agent d’Anti-Skill pour qu’elle vous fasse sortir ! On verra bien si ça fait plus de bruit que mon histoire de ce soir ! »

Ai attendit que la porte ne se referme derrière eux pour se laisser tomber sur son lit d’hôpital. Elle attrapa sa sacoche et en sortit le dictaphone qu’elle ne quittait jamais et recommença à écouter encore et encore cette phrase enregistrée, entendant cette petite voix qui répétait toujours les mêmes mots. La jeune lycéenne resta seule un moment à regarder le plafond, attendant que la colère et la douleur dans sa joue ne disparaissent totalement, laissant finalement place à un sentiment de vide et de tristesse.

Se décidant finalement à sortir, Ai se leva et se dirigea vers la porte, les yeux encore rouges. Elle l’ouvrit lentement et risqua un regard à l’extérieur pour vérifier que personne ne l’attendait dans le couloir. Il y avait beaucoup de passage et le personnel soignant devait partager le passage avec les membres d’anti-skill qui allaient et venaient dans une cohue bruyante mêlant de l'inquiétude et de l'empressement.

Faisant attention à ne pas bousculer qui que ce soit, Ai se dirigea vers la salle des infirmières de l'étage, suivie de près par sa "garde du corps" attitrée, pour essayer d’obtenir des informations. Déambulant doucement jusqu'au bout du couloir, la jeune lycéenne se sentait terriblement seule. Il y avait des gens tout autour et pourtant elle avait l’impression que rien au monde ne pourrait combler cette solitude. Elle se sentait comme une petite fille perdue dans un parc d’attraction, tout le monde courait partout et faisait du bruit, n’ayant pas le temps de s’occuper d’elle qui était perdue.

Finissant par arriver à l’endroit voulu, Ai attira l’attention d'une dame qui était occupée et entreprit de poser ses questions, la voix un peu tremblante.

-« E… excusez-moi… Je voudrais avoir des nouvelles de plusieurs personnes s’il-vous-plaît… Déjà mon c… ma collègue de Judgement qui a dû passer pour amener un groupe de gens exposés à une fuite de gaz… Je voudrais savoir si vous savez où elle est… Ensuite euh… la fille qu’on a amené avec moi tout à l’heure et un garçon appelé Haruhiro Wilkowski si possible… Est-ce qu’ils vont bien ? Est-ce que je peux les voir ? »

_________________
Chut Invité ! Tu vois bien que tu agaces tout le monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

avatar

Messages : 221
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 19
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: Event 1: Hospital boogaloo   Sam 11 Nov - 19:55

Des bandages un peu partout sur le corps, Haruhiro n’avait pas eu à patienter longtemps après qu’on l’ait soigné pour qu’un homme, visiblement membre d’Anti-Skill ne vienne se mettre en face de lui, un air sévère sur le visage. « Sévère » n’était cela dit pas vraiment assez fort aux yeux de l’adolescent qui redoutait la discussion qu’il allait avoir avec ce personnage effrayant. Il fallait ajouter à cela qu’il avait été menotté pour x ou y raisons qu’il ne comprenait pas. Bon si, peut-être un peu quand même, il était couvert de sang et de blessures superficielles et ses vêtements étaient en lambeaux, ça avait du faire une impression pas très positive à l’arrivée mais… c’était lui la victime dans l’histoire, non ?
Le jeune homme se figea lorsque l’officier grommela quelque chose, il aurait bien voulu lui poser des questions concernant Genji et Alexandra ainsi qu’Ai, sans oublier Izayoi dont il ne savait même pas s’il était toujours en vie ou non, mais il avait la mauvaise impression que toute réponse serait un hurlement voir une claque. Haruhiro déglutit péniblement alors que l’homme prenait la parole.

"J'espère que tu te rends compte de la gravité de ta situation gamin? Autant pas y aller par quatre chemin, je veux savoir à quel point tu es impliqué dans les activités terroristes de cette nuit, et j'aurais mes infos. A toi de décider si tu préfère me les donner pacifiquement ou si je vais devoir être persuasif. Alors fais nous gagner du temps à tout les deux et cracher le morceau."

Le visage du jeune garçon se décomposa. Activités terroristes ? Pourquoi c’était lui qu’on interrogeait ? Et les hommes qui les avaient attaqués, manquant de les tuer d’innombrables fois, ils ne les avaient pas interrog-
Le fil de ses pensées fut brutalement coupé par le claquement du dossier sur la table qui fit sursauter l’adolescent. Il osa à peine regarder l’épais classeur, déjà l’interrogatoire reprenait.

"Je veux tout savoir sur ton implication dans les évènements de ces dernières heures. L'identité de tes complices, le but de votre organisation, la raison de ces meurtres et la manière dont vous vous y êtes pris pour créer ces blessures."

« De… quoi… ? »

[ Stop, pause, pouce si vous voulez. Il y a un problème. Un énorme problème… ]

Le cerveau de l’adolescent se mit à fonctionner à plein régime. Il était suspecté d’attaque terroriste, pour de vrai ? Comme dans les films et tout ? Une pensée apaisante traversa l’esprit de Haruhiro ; ça pouvait être une blague, pour l’effrayer ou quelque chose ! Ses yeux croisèrent ceux de l’officier au moment ou il passa devant lui. Non, ça n’était pas une blague.

« A-attendez ! C’est un.. un malentendu ! J’ai rien fait moi ! Enfin non, pas rien mais… Enfin je veux dire… »

Trop de choses se passaient dans la tête du jeune garçon qui commença à paniquer, il devait leur dire ce qui s’était passé mais… et si il était inculpé ? C’était possible, même très probable vu sa situation actuelle ! Il devait faire extrêmement attention à ce qu’il allait dire. Son corps commença à trembler lorsqu’il repensa aux scènes qu’il avait vues, les canons des armes, les silhouettes noires de ces hommes qui avaient manqué de lui ôter la vie. Il revit en détails le moment où Alexandra avait tranché la gorge de l’un d’entre eux, entendit le grognement noyé de ce dernier suivit de l’effusion de sang qui s’était échappé de la blessure.

Ses deux yeux implorants levés vers l’homme qui l’interrogeait, Haruhiro ne savait pas quoi dire. Etrangement, le regard dur de l’officier fit l’effet d’une ancre qui le ramena à la réalité, lui permettant de reprendre un peu ses esprits. Il devait se calmer et raconter ce qu’il avait vécu, autrement il ne savait pas ce qui lui arriverait et il n’avait clairement pas envie de le découvrir. Lentement, Haruhiro ralentit tant bien que mal sa respiration, sortant lentement de sa brève crise de panique. Il avait beau être un simple élève de Tokumei, bien loin du niveau des brillants étudiants de Nagatenjouki, il était tout de même un esper de niveau trois et habitait à la Cité Scolaire, ça n’était pas pour rien. Après un temps d’arrêt, il reprit la parole, maitrisant difficilement les tremblements dans sa voix.

« O..ok, je vais vous raconter… »

[Il va me croire au moins ? J’ai pas le choix de toute façon… autant prier.]

Haruhiro démarra ensuite un long monologue, faisant des pauses de temps en temps sans jamais lever les yeux vers son interlocuteur. Il expliqua qu’il avait reçu un message concernant Izayoi, raconta sa rencontre avec Alexandra et Genji. Vint ensuite le moment critique du véritable combat à mort qui avait suivit. Mais l’adolescent ne se laissa pas démonter et décrivit les hommes auxquels ils avaient été confrontés aussi fidèlement que possible en omettant la partie où Alexandra avait pris des vies, parlant uniquement d’un combat qui s’était soldé par une fuite de leur part, en restant vague sur les évènements précis. Il décrivit ensuite la course-poursuite en voiture, tout en s’excusant mentalement auprès de Genji sur qui il avait l’impression de rejeter la faute toute entière.

Comme l’officier d’Anti-Skill le lui avait demandé, il expliqua comment il avait été blessé, non sans souligner que la plupart de ses blessures étaient en fait dues à son pouvoir. Les paroles de Genji lui revinrent en mémoire, lui faisant marquer un nouveau temps d’arrêt dans son monologue. Parlant plus lentement, Haruhiro choisit soigneusement ses mots pour éviter de mentionner l’arme qu’ils avaient récupérée, il prit soin de ne lever le regard à aucun moment, redoutant qu’il ne trahisse son témoignage.

« Ils ont arrêté de nous suivre alors… c’est comme ça qu’on est arrivé un peu après à l’hôpital. »

Haruhiro releva les yeux vers l’homme, son regard d’acier lui faisait toujours peur mais il devait le croire ! Même pour les capacités surhumaines des mercenaires qu’il avait justifiées en émettant l’hypothèse que des combinaisons avaient permis les prouesses physiques des soldats.

« Vous devez me croire ! On… on a essayé de nous tuer cette nuit, et si Genji-san n’avait pas pris cette voiture on serait morts et vous seriez en train d’interroger quelqu’un d’autre en ce moment ! »

Le ton de l’adolescent avait brusquement haussé, devenant presque un cri dans ses dernières paroles. Il s’était un peu emporté, mais cet homme devaient comprendre, même si l’histoire qu’il avait racontée n’avait ni queue ni tête, ce type devait le croire, coûte que coûte !

Baissant de nouveau la tête, Haruhiro reprit la parole d’une voix beaucoup plus faible.

« Monsieur… comment ils vont tous les deux ? Et Izayoi, et Ai ? Il faut que je sache !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maitre du Jeu

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 30/11/2015

MessageSujet: Re: Event 1: Hospital boogaloo   Mar 14 Nov - 19:51

L'infirmière d'astreinte, visiblement fatiguée, faisait clairement de son mieux pour supporter le capharnaüm qu'était devenu son service tout en remerciant silencieusement la direction de l'hôpital d'avoir eu la présence d'esprit de déplacer les autres patients. En plus de deux médecins et quatre aides soignant, une demi-douzaine de membres d'antiskill s'étaient appropriés l'aile.
Aussi dû-elle fournir un effort surhumain de patience et de compréhension lorsqu'elle vit l'une des patiente entrer dans son bureau, suivie par l'officier chargé de sa protection. Apparemment l'idée de demander à la blessée de garder le lit ne lui avait pas traversé l'esprit.

"E… excusez-moi… Je voudrais avoir des nouvelles de plusieurs personnes s’il-vous-plaît… Déjà mon c… ma collègue de Judgement qui a dû passer pour amener un groupe de gens exposés à une fuite de gaz… Je voudrais savoir si vous savez où elle est… Ensuite euh… la fille qu’on a amené avec moi tout à l’heure et un garçon appelé Haruhiro Wilkowski si possible… Est-ce qu’ils vont bien ? Est-ce que je peux les voir ?"

Un léger sourire étira le visage de l'infirmière alors qu'elle répondit avec tout l’amabilité qu'elle était encore capable de fournir:

" Mademoiselle Etsu c'est cela? Je suis heureuse de voir que vous pouvez marcher mais s'il vous plaît regagnez votre chambre. Vous n'avez pas l'autorisation de sortir avant demain, on ne sait jamais."

Elle attrapa un petit calepin sur le bureau et commença à noter

"Pour vos amis je ne sais pas, mais je peux essayer d'en savoir plus. Wilukobsky-san et votre partenaire donc, très bien. Dès que j'en saurais plus je viendrais vous voir d'accord? D'ici là je vous prie de ne pas quitter votre chambre, ni votre lit. Je comprends que dans votre situation ça peut paraître agaçant, mais c'est une question de sécurité. Surtout dans votre cas."

Elle posa son stylo et se leva:

"Bon, je vais vous raccompagner."



L'officier écoutait depuis maintenant quelques minutes l'histoire de l'adolescent en face de lui. Visiblement apeuré, il avait suffit de brandir le mot "terrorisme" pour le faire vider son sac. Non pas qu'il eut été récalcitrant pour commencer ceci dit. Se flagellant mentalement, l'officier se força à admettre que l'association de son jeune suspect avec Harumichi-san lui avait fait supposé une aptitude commune à la langue de bois.
Mais les soupçons mis à part, si ce que le jeune homme disait était vrai alors l'affaire était d'une importance absolument capitale. Des mercenaires armés? De l'équipement aussi high-tech que plusieurs combinaisons hard-tapping? Ce que l'adolescent racontait était totalement fou. Imaginer que la Cité Scolaire puisse être infiltrée par un groupement paramilitaire de cette envergure était généralement réservé aux conspirationnistes, aux tabloïds sensationnalistes et aux forums de partage de légendes urbaines.
La gêne évidente avec la quelle Wilkowski-san expliquait les divers crimes qu'ils avaient commis était le plus étrange. Soit le garçon était un excellent acteur qui essayait de balancer son complice, en révélant des faits dont anti-skill n'avait aucune connaissance, dans l'espoir de se disculper. Soit il était sincère.

"Monsieur… comment ils vont tous les deux ? Et Izayoi, et Ai ? Il faut que je sache !"

Le jeune interrogé semblait à bout de nerfs. Peut-être que vider son sac avait agit comme un catalyseur pour ses émotions de la nuit, peut-être qu'il s'inquiétait de ne plus revoir ceux qu'il disait être ses amis. L'officier se  pinça l'arrête du nez avant de répondre:

"Qu'on soit clair, je ne te disculpe pas encore. Mais en admettant que ce que tu dise soit vrai l'affaire serait très sérieuse. J'espère que tu te rends compte de ce que ta déclaration implique comme niveau d'urgence pour l'ensemble de la cité scolaire et que tu n'invente pas toute cette histoire à la légère. Tu risques plus qu'une amende si c'est le cas."

Il se leva et fit signe à Haruhiro de faire de même

"Néanmoins, tu as été coopératif. Je ne peux pas te laisser voir les victimes, mais je peux t'assurer qu'elles sont vivantes et soignées avec tous les moyens disponibles. Suivant le déroulement de cette affaire on pourrait même envisager de te laisser leur passer un coup de fil."


Il s'approcha de la porte et toqua quatre fois, ce qui correspondait visiblement à quelque chose puisque la porte s'ouvrit sur deux membres armés de la force de maintien de l'ordre.

"Allez gamin, je te fais attendre dans le couloir sous la surveillance de mes collègues, j'ai pas encore interrogé Harumichi-san. On verra ce qu'il en ressort."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
/Ai Etsu/

avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 67
Localisation : Juste ici

MessageSujet: Re: Event 1: Hospital boogaloo   Hier à 16:17

L’infirmière qui faisait face à la jeune fille semblait visiblement exténuée malgré ses efforts évidents pour paraître la plus aimable possible et pour cacher son agacement quant au fait de voir la jeune lycéenne sortir de sa chambre ainsi que sa fatigue suite à cette soirée particulièrement éprouvante. Un sourire fatigué se dessina sur ses lèvres tandis qu’elle entreprit de répondre avec une douceur forcée qui mit presque Ai mal à l’aise.

" Mademoiselle Etsu c'est cela? Je suis heureuse de voir que vous pouvez marcher mais s'il vous plaît regagnez votre chambre. Vous n'avez pas l'autorisation de sortir avant demain, on ne sait jamais."

Elle attrapa un petit calepin et le feuilleta rapidement avant de continuer.

"Pour vos amis je ne sais pas, mais je peux essayer d'en savoir plus. Wilukobsky-san et votre partenaire donc, très bien. Dès que j'en saurais plus je viendrais vous voir d'accord ? D'ici là je vous prie de ne pas quitter votre chambre, ni votre lit. Je comprends que dans votre situation ça peut paraître agaçant, mais c'est une question de sécurité. Surtout dans votre cas. Bon, je vais vous raccompagner."

La dame se leva et alla se mettre à côté de la porte, invitant la jeune demoiselle à passer devant jusqu’à arriver à sa chambre. Ai marchait la tête baissée, comme une petite fille qu’on emmenait au coin après qu’elle ait fait une bêtise mais ses pensées étaient bien plus sombres que celles d’une innocente petite fille que l’on allait gronder. Cette soirée n’était pas vraiment la pire qu’elle ait jamais vécu mais elle ne souhaitait absolument pas repenser à d’autres événements qu’elle estimait pires encore. Le voyage se passa dans le plus grand des silences et Ai alla directement s’allonger sur son lit d’hôpital une fois arrivée. L’infirmière en chef ferma la porte derrière elle une fois passée, lui assurant qu’elle n’aurait pas à rester là trop longtemps.

Ai attrapa son téléphone pour passer le temps mais resta à fixer l’écran tandis qu’elle voyait les appels en absence d’Onizuka -qu’elle avait débloqué- mais n’eut pas le courage d’écouter les messages qu’il avait laissés, préférant les effacer directement plutôt que de recevoir des menaces sur quelque chose qui n’était de toute façon déjà plus d’actualité. Le temps passait lentement et Ai se demanda ce qu’elle aurait été entrain de faire si tout ça ne s’était pas passé. Peut-être se serait-elle déjà couchée ou peut-être serait-elle encore entrain de réviser à cette heure-là.

La jeune patiente finit par laisser tomber son téléphone qui rebondit sur le matelas. Elle n’avait pas envie de jouer à quoique ce soit et n’avait de toute façon personne à qui parler, surtout à propos de tels événements. Les minutes passèrent tandis qu’elle fixait le plafond, espérant finalement s’endormir pour n’être réveillée que lorsqu’elle pourrait enfin sortir et voir les autres. Réfléchissant à ce qui allait se passer après sa sortie, Ai se demanda quels genres d’ennuis toute cette histoire allait lui causer. Elle avait été embarquée dans une terrible histoire avec des blessés graves et des morts après tout. Tout cela aurait forcément des conséquences surtout que la jeune fille avait pris le partit de dire la vérité. Vu le temps qu’avaient mis les agents d’anti-skill à arriver, une autre équipe de nettoyage avait peut-être déjà eu le temps d’effacer les preuves avant leur arrivée. Il aurait peut-être été plus judicieux de ne rien dire au final…

Ai chassa cette idée de sa tête, il était hors de question de mentir dans une déclaration à anti-skill. Enfin elle avait un peu menti par omission pour couvrir Akai mais cela ne comptait pas vraiment, pas vrai ? Elle fut soudain interrompue par le bruit de trois coups hésitants donnés sur la porte, de l’autre côté. Ai ne répondit pas au début mais la personne derrière la porte frappa à nouveau et devant le silence prolongé, finit par ouvrir la porte doucement pour entrer.

-« Ai… C’est moi, je rentre… » fit une voix féminine et visiblement gênée que Ai reconnu être celle de sa mère.

Soupirant longuement, la jeune fille se tourna sur le côté pour se mettre dos à celle qui venait d’entrer, ne souhaitant visiblement pas engager la discussion. La femme qui venait d’entrer s’avança un peu pour s’approcher du lit, hésitant un peu avant de prendre la parole.

-« Excuse-le… Il s’est beaucoup inquiété. Et puis c’est éprouvant pour lui de tout gérer depuis… enfin tu sais. » Elle marqua une pause avant de reprendre, la voix emplie de tristesse. « Parle-moi… Réponds-moi s’il te plaît, c’est tout ce que je demande… »

Plusieurs secondes s’écoulèrent dans un silence total. Ai ne bougeait pas et n’arrivait pas à se décider à répondre aux attentes de sa mère qui finit par faire demi-tour et faire quelques pas vers la porte, la tête basse, avant de s’arrêter en entendant le son de la voix de sa fille qui lui répondit sur un ton sec, visiblement agacée ou en colère.

-« Il a dit que j’étais son unique héritière… Il ne croit plus que je puisse faire quoi que ce soit… Vous avez laissé tomber tous les deux… Non contents de ne plus me donner de nouvelles ou répondre à mes messages, vous avez carrément décidé de la laisser tomber… Je vous déteste pour ça… Je… Pourquoi vous êtes venus ? Ç’aurait été tellement plus simple que vous ne reveniez pas… »

-« Ai… Qu’est-ce que je dois faire pour… »

-« Partez… Et ne revenez pas tant que je n’aurai pas fait ce que j’ai à faire… Je… Je vois bien que vous n’arrivez pas à oublier et que vous m’en voulez… Le moment où nous pouvions en discuter et s’aider à tourner la page est passé depuis longtemps… Je veux juste ne plus vous voir pour le moment… »

Toujours debout au milieu de la chambre, la femme qui était entrée quelques instants plus tôt ouvrit la bouche pour répondre quelque chose mais se ravisa, se retournant finalement vers la porte pour se diriger vers la sortie. Elle s’arrêta un instant, la main sur la poignée, espérant quelque chose peut-être avant de finalement se décider à l’actionner pour ouvrir la porte et la refermer derrière elle une fois dehors.

Ai se retrouvait donc à nouveau seule, restant allongée sur le côté à fixer la fenêtre, regardant la lumière d’un lampadaire qui était toujours allumé au loin, seule lumière au milieu de la noirceur de la nuit.

_________________
Chut Invité ! Tu vois bien que tu agaces tout le monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Event 1: Hospital boogaloo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Event 1: Hospital boogaloo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» Halloween event !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: La Citée Scolaire :: District 7 :: L'hôpital du Heaven's Canceller-
Sauter vers: