Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Haruhiro Wilkowski

Haruhiro Wilkowski

Messages : 285
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]   Lun 15 Oct - 16:44

Haruhiro eut à peine le temps d’ouvrir la porte de l’appartement que déjà Ai avait filé dans sa chambre et lui criait d’une voie un peu étouffée par la distance :

-« Ah, installe toi ! Je ramène les cassettes pour qu’on les écoute ! »

« Hai, hai. » fit simplement l’adolescent en retirant ses chaussures. Ai était tellement excitée à l’idée d’écouter les bandes qu’elle ne semblait plus vraiment tenir en place.

[ On dirait un peu Coco… nah quand même pas. ] pensa le jeune homme en souriant avant de s’installer dans le canapé. Sa colocataire réapparut dans le salon, une centaine de livres noirs empilés dans ses bras.

« Whoa ! Mais euh, tu voulais pas écouter des cassettes ? »

[ Pas que j’aime pas la lecture mais bon… si quand même un peu en fait. ]

« Tu vois, c’est dans ces livres-là que j’ai trouvé les cassettes et… là tu vois il y a des dates sous chacune des cassettes. Ça remonte plusieurs années en arrière et c’est dans l’ordre. T’avais jamais vu ça avant ? Je me dis que si Ai l’avait montré à quelqu’un ce serait à toi. Enfin si je l’avais montré à quelqu’un… ‘fin tu comprends. »

[ Ah. ]

Haruhiro cligna des yeux en hochant la tête au rythme des explications d’Ai, loin de percuter tout ce qu’elle lui racontait sur le moment. Elle avait passé combien de temps à étudier tout ça au juste ? Son regard se fit pensif après que son regard se soit posé sur la date de l’une des cassettes.

« Non, du tout. Enfin j’avais déjà vu les livres oui mais tu ne m’avais rien montré de tout ça. »

Haruhiro serra un peu les lèvres, Ai et lui s’étaient beaucoup rapprochés depuis qu’il était venu vivre ici mais elle ne lui avait effectivement jamais parlé de ces cassettes. Si elle ne lui en avait même pas parlé à lui, ça signifiait qu’il pouvait s’agir de quelque chose de vraiment important pour elle, ou un genre de secret. A vrai dire, l’adolescent n’était pas vraiment sûr d’avoir le droit d’écouter les cassettes maintenant. Hésitant un peu, il s’apprêta à exposer sa pensée à la jeune fille mais cette dernière le prit de vitesse.

-« Bon, on y va ? »

« On… on y va. »

Le petit regard hésitant que lui lança Ai avant d’appuyer sur le bouton de lecture manqua de faire fondre l’adolescent instantanément. Si elle ne le montrait pas trop, Haruhiro était maintenant sûr qu’elle était stressée.

[ Pas étonnant. ] pensa-t-il en caressant l’idée de lui prendre la main pour se raviser ensuite, il valait mieux se concentrer sur la cassette et ses secrets.

Et puis… rien. Rien d’autre qu’un bruit abîmé, plein de friture et qui rappela à Haruhiro les interférences sur l’antique télé cathodique que sa famille possédait en Pologne. Ai, perdant patience, commença à manipuler le dictaphone.

-« Bon… cette cassette doit sûrement être cassée ou trop usée, on va essayer la suivante. »

« Hm. » acquiesça seulement l’adolescent, ne sachant pas quoi dire. À chaque cassette essayée, il se sentait un peu plus désolé pour Ai. Elle qui avait finalement décidé de rechercher son passé se retrouvait face à des indices vides de sens et de réponses.

-« Rah ça m’énerve ! Tout ça pour ça ! Je comprends vraiment pas l’intérêt d’avoir gardé les enregistrements de ces trucs. Tu crois que le dictaphone qu’on a marché peut être déjà cassé ? »

Haruhiro tira la grimace, peu convaincu par cette explication. Se retrouver avec un objet défectueux après un achat était quelque chose de très rare à Gakuen Toshi, même s’ils faisaient l’aller-retour, le résultat serait probablement le même.

« Je pense pas… peut-être qu’elles sont vraiment trop abîmées ces cassettes. »
il hésita un peu, cherchant les bons mots « Peut-être qu’on pourrait essayer chez un spécialiste ? »

S’il n’était pas satisfait le moins du monde de sa propre réponse, il n’était pas difficile d’imaginer la déception d’Ai en l’entendant. Sans compter que Haruhiro était plutôt du genre à se sentir coupable pour un rien et regardant Ai, son impuissance le déprima légèrement.

Même s’il n’y avait plus rien sur les bandes, Ai avait tout de même fait le choix de garder les cassettes en souvenir. Au fond, c’était déjà une piste, non ? Et puis les garder dans des gros livres n’était peut-être pas la meilleure façon de les conserver en bon état. Haruhiro fronça les sourcils à cette pensée. Garder des vieilles cassettes d’accord, mais pourquoi dans des livres alors ? Une boite aurait parfaitement fait l’affaire. De plus, Ai n’était pas vraiment dans le souci de devoir économiser son argent, même un équipement adéquat protégeant de l’humidité et autres agressions extérieures n’aurait pas été difficile à obtenir. Alors pourquoi des livres ? Le cerveau de Haruhiro tournait à plein régime, cherchant la réponse à l’énigme sur laquelle il avait mis le doigt. Stocker des cassettes dans un coin pour s’apercevoir que le temps les avait abîmées n’était pas une erreur qu’aurait commise Ai, elle était beaucoup trop prévoyante pour ça.

« Elles sont pas abîmées… » reprit-il soudain très concentré. Il fouilla dans les cassettes éparpillées pour retrouver la plus ancienne. « Si on entend rien c’est parce que c’est fait exprès ! »

Le jeune homme se tourna vers Ai, soudain très sûr de lui. Les livres n’étaient pas un moyen de conservation, il s’agissait d’une cachette. Et le son incompréhensible qui était enregistré était le plus gros indice que Haruhiro n’aurait jamais pu obtenir de la part de la jeune fille.

« T’es une génie, sourit-il, mais je te connais trop bien ! »

L’adolescent, les mains légèrement tremblantes par l’excitation, retira la dernière cassette du dictaphone pour y insérer celle qu’il avait dans la main puis rembobina jusqu’au début de l’enregistrement.

« C’est pas juste de la friture, je pense que c’est bien un enregistrement qui avait du sens, seulement il n’en avait que pour toi en fait. » fit un Haruhiro tout sourire et visiblement très fier de sa découverte.

« Wave Modifier, le pouvoir qui permet de manipuler les ondes sonores, tu vois où je veux en venir ? »

Cachées comme l’étaient les cassettes, il était très peu probable qu’il ne s’agisse que de vieilles reliques inutilisables. Haruhiro en était persuadé du moins, l’enregistrement n’était rien d’autre qu’un message codé déchiffrable par Ai uniquement.

« T’en es où de ta capacité en fait ? Tu penses pouvoir déchiffrer ça ? » demanda-t-il en perdant un peu d'assurance.

Ai avait beau être de nouveau capable de vivre et de se comporter comme une personne normale, Haruhiro n’était pas certain des effets secondaires sur sa capacité. D’après ce qu’il savait, il y avait eu des cas d’amnésie d’espers mais aucune sans aucune incidence sur la maitrise ou le niveau de leur pouvoir. Ai avait probablement eu des instructions à ce sujet de la part des infirmières mais dans tous les cas, c’était à elle de jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ai Etsu

Ai Etsu

Messages : 91
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 99
Localisation : Juste ici

MessageSujet: Re: Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]   Lun 12 Nov - 4:18

Complètement relâchée après avoir vu ses espoirs voler en éclats, Ai fixait le plafond sans prêter attention aux mouvement de son colocataire. Ce que tout ça pouvait être frustrant ! Mais plutôt que de s’énerver et de fulminer, Ai avait fait le choix de la blasitude et fixait le plafond en relâchant totalement son corps le temps que la déception ne passe. Qu’est-ce qui pouvait bien y avoir sur ces cassettes ? La jeune fille n’en avait aucune idée et doutait de plus en plus du fait qu’elle le saurait un jour.

« Je pense pas… peut-être qu’elles sont vraiment trop abîmées ces cassettes. Peut-être qu’on pourrait essayer chez un spécialiste ? » déclara Haruhiro en réponse à la précédente question de Ai.

Soupirant longuement, Ai considéra la possibilité mais n’avait plus la force de se lever. Ses espoirs avaient été brisés tellement forts qu’elle avait du mal à considérer une solution aussi simple à son problème. Ça ou alors elle avait perdu tellement d’énergie dans la manœuvre qu’elle avait simplement la flemme de bouger du canapé. Bah, de toute façon c’est pas comme si son ancienne elle était une agent infiltrée des forces spéciales ou un truc du genre. Les secrets que renfermaient ces cassettes étaient peut-être juste le genre d’infos qu’une lycéenne mettrait dans un journal intime, mais sous forme de son vu son affinité toute particulière avec cet élément.

Ne bougeant toujours pas, Ai tenta une réponse avec un ton totalement las et vide d’énergie.
- « Meeeeh… Tu veux pas qu’on se r’garde un film en mangeant de la glace plutôt ? Dis-moi que t’en as acheté en courses Haruuuuuu. »

Mais aucune réponse ne vint accueillir ses paroles. Reportant son regard vers le garçon, Ai apperçut un Haru très concentré, probablement entrain de réfléchir à tout ça en utilisant la totalité de ses capacités pour trouver la solution. Se redressant au bout de quelques instants, Ai tenta de parler avant d’être interrompue par les pensées à voix haute du garçon.

« Elles sont pas abîmées… » commença-t-il en fouillant dans les cassettes.

- « Eh je t’ai posé une... »

« Si on entend rien c’est parce que c’est fait exprès ! » annonça Haru en se tournant vivement vers Ai ce qui provoqua chez elle une soudaine expression de surprise. « T’es une génie mais je te connais trop bien ! »

Clignant des yeux deux fois, Ai essaya de suivre la logique du garçon, ayant du mal à accepter un tel compliment sortant de nulle part et sans aucun contexte.

- « Euh d’accord, mais encore ? »

Soudain, Haruhiro éjecta la cassette actuellement dans le dictaphone et y inséra une autre qu’il avait dans la main avant de la faire rembobiner. Le léger son caractéristique de la pellicule qui tournait rapidement dans l’appareil fut le seul son qu’ils purent entendre pendant le temps qu’il lui fut pour retourner au début. Un léger cliquetis retentit lorsque la cassette arriva à son point de départ et Haru appuya sur le bouton de lecture, laissant une nouvelle fois le son incompréhensible sortir de l’appareil.

« C’est pas juste de la friture, je pense que c’est bien un enregistrement qui avait du sens, seulement il n’en avait que pour toi en fait. Wave Modifier, le pouvoir qui permet de manipuler les ondes sonores, tu vois où je veux en venir ? »

Fixant Haruhiro avec l’air incrédule, Ai fit l’effort de la réflexion et ouvrit d’un coup de grands yeux en comprenant où le garçon voulait en venir. Alors c’était ça ? Les bobines avaient été trafiquées d’une manière ou d’une autre pour en coder le contenu ? Effectivement c’était super malin mais ça n’aidait pas vraiment à savoir comment Ai pourrait les déchiffres maintenant.

« T’en es où de ta capacité en fait ? Tu penses pouvoir déchiffrer ça ? »

Mettant un instant à sortir de ses pensées, Ai fixa soudain à nouveau ses yeux dans ceux de Haru avant de répondre.

- « Ah euh… Non, là je vois vraiment pas comment je pourrais faire… Si j’en suis capable ? Beeeen tout dépend de la complexité du brouillage en fait. Mais de toute façon si ça a été brouillé, ça a dû être fait suivant une manière particulière, des changements de fréquences particuliers. Et vu ce qu’on entend, je pense pas qu’il n’y ait qu’une seule variation. Attends, donne le dictaphone. » dit-elle avant de la prendre sans vraiment laisser le temps à Haru de lui tendre.

Le son était différent sur chaque cassette mais tous les enregistrements semblaient suivre ce même schéma. Une lente variation partant du grave, vers l’aiguë puis vers le grave et ainsi de suite jusqu’au bout. Réfléchissant à ce qu’elle avait appris sur le son et ses comportements ainsi que sur son pouvoir depuis son réveil, Ai essaya de comprendre le fonctionnement du brouillage.

- « Alors de ce que j’en comprends… Je dirais que le changement de fréquence est différent d’une cassette à l’autre… Et ensuite je pense que c’est pas le même changement tout le long de l’enregistrement… Tu vois ? Comme si on codait un message. On pourrait ajouter par exemple 7 lettres à chaque lettre du message pour le rendre incompréhensible. Ou alors on pourrait ajouter 7 à la première, puis 6 à la deuxième, puis 5, 4, 3, 2, 1 et en enlever sur les lettres d’après. J’espère que le cryptage n’est pas plus compliqué que ça parce que sinon ça va devenir super compliqué. »

Ai marqua une pause et réfléchit.
* Bon… Il y a 8 cassettes dans chaque livre plein, 9 livres pleins et 1 qui n’en contient encore que 2. Le reste des livres étant encore vide ça fait quand même pas moins de 74 cassettes cryptées, chacune suivant une fréquence de base différente. La Ai d’avant avait beau être super intelligente, c’est impossible qu’elle ait retenu les fréquences de chaque cassette comme ça. Enfin c’est possible mais ce serait prendre le risque d’en oublier une et je suis sure qu’elle ne l’accepterait pas. Il y a forcément un indice quelque part… *

Attrapant le premier livre, Ai l’ouvrit et regarda à la première série de cachettes pour voir ce qui était écrit en-dessous de la première cassette. Il n’y avait que la date, quelle que soit la page où elle regardait. Lisant encore et encore les dates, Ai cherchait une logique, quelque chose de plus que simplement l’indication du jour où l’enregistrement avait été fait mais elle ne trouva rien. Les dates étaient de plus en plus proches, espacées sans visiblement suivre un quelconque schéma. Il n’y avait vraiment rien de concret.

- « Rah, Haru ! Il y a forcément un endroit où la fréquence de base de chaque cassette est indiquée. Aide-moi à trouver ! »

_________________
Invité ? On se connaît ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

Haruhiro Wilkowski

Messages : 285
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]   Ven 23 Nov - 21:58

- « Ah euh… Non, là je vois vraiment pas comment je pourrais faire… Si j’en suis capable ? Beeeen tout dépend de la complexité du brouillage en fait. Mais de toute façon si ça a été brouillé, ça a dû être fait suivant une manière particulière, des changements de fréquences particuliers. Et vu ce qu’on entend, je pense pas qu’il n’y ait qu’une seule variation. Attends, donne le dictaphone. »

Haruhiro rendit son regard à Ai alors qu’elle lui prenait le dictaphone des mains, il avait eu un peu peur qu’elle lui apporte une réponse négative, auquel cas ils resteraient bloqués là à chercher une façon de décrypter un message codé par un pouvoir d’esper de niveau 3. Mais les quelques doutes du jeune homme furent rapidement effacés, par la concentration d’Ai alors qu’elle manipulait le dictaphone. Les infirmières et médecins pouvaient dire ce qu’ils voulaient, la jeune fille semblait parfaitement dans son élément actuellement.

- « Alors de ce que j’en comprends… Je dirais que le changement de fréquence est différent d’une cassette à l’autre… Et ensuite je pense que c’est pas le même changement tout le long de l’enregistrement… Tu vois ? Comme si on codait un message. On pourrait ajouter par exemple 7 lettres à chaque lettre du message pour le rendre incompréhensible. Ou alors on pourrait ajouter 7 à la première, puis 6 à la deuxième, puis 5, 4, 3, 2, 1 et en enlever sur les lettres d’après. J’espère que le cryptage n’est pas plus compliqué que ça parce que sinon ça va devenir super compliqué. »

« Waw, et ben, ça va beaucoup nous aider ça ! »

[ Pourquoi je me suis inquiété, au juste ? ]

Cela dit, le cryptage était effectivement compliqué, et multiple avec ça. Haruhiro avait espéré quelque chose de simple, que Ai aurait pu simplement rembobiner avec son pouvoir pour rendre les enregistrements compréhensibles. Mais maintenant, sa naïveté lui sautait aux yeux ; il l’avait dit lui-même après tout : Ai était un petit génie. Il n’y avait donc pas moyen qu’elle ait mal caché ses secrets.

[ Ses secrets, hein ? ]

Maintenant que Ai cherchait son passé et qu’elle était venue à lui avec les cassettes, l’adolescent repensa aux doutes qui l’avaient envahis lorsqu’elle avait apporté les cassettes. Ces cassettes dont elle ne lui avait jamais parlé et qui refermaient les secrets de sa colocataire… Est-ce qu’il avait le droit de découvrir ces secrets maintenant alors ? Pas forcément.

Un livre dans la main, Ai poussa un grognement d’exaspération : - « Rah, Haru ! Il y a forcément un endroit où la fréquence de base de chaque cassette est indiquée. Aide-moi à trouver ! »

« Ah, oui ! Réfléchissons un peu, on va bien finir par trouver quelque chose. »

Tiré de ses pensées un peu brutalement, Haruhiro chassa de nouveau ses doutes et inquiétudes. Ai lui demandait son aide, à lui et lui seul. Elle devait déjà avoir pensé à tout ça, et avoir choisi en conséquence. Cette idée remplit le jeune homme de joie en plus de l’apaiser, pour honorer le choix de Ai, il allait devoir se montrer à la hauteur !

« On a donc plusieurs changements de fréquence pour chaque cassette et à tous les coups il n’y en a jamais deux identiques… bon ben va falloir se creuser la tête ! »

Regardant à son tour le livre qu’avait pris Ai, Haruhiro leva un sourcil en lisant les dates. Évidemment ça aurait été sympa si elles étaient les clés, mais ça semblait un peu trop facile. Cacher la clé de déchiffrement au même endroit que le message à déchiffrer n’était pas vraiment optimal comme façon de garder un secret, et il savait que même lui n’aurait pas commit une telle erreur, alors Ai ? Non sûrement pas.
Remplit d’une motivation nouvelle, le jeune homme se leva d’un bond et tendit sa main à Ai toujours sur le canapé.

« Autant de numéros sont forcément notés quelque part, on n’a plus qu’à chercher dans tout l’appartement jusqu’à trouver quelque chose, un indice ou n’importe quoi ! »

Et c’est ce qu’ils firent, cherchant tantôt ensemble tantôt séparément, le duo fouilla l’appartement de fond en comble. Dans la chambre d’Ai d’abord puis dans toutes les autres pièces, espérant trouver l’ombre d’un indice même dans les endroits les plus inhabituels ou improbables. Deux longues heures passèrent ainsi sans que ni l’un ni l’autre n’ait trouvé quoi que ce soit de concret. Fatigués et las, les deux adolescents finirent par retourner à leur point de départ : les cassettes et le confortable canapé du salon.

Frustré de n’avoir rien trouvé, Haruhiro grimaça en voyant la mine déçue de Ai, elle qui était si énergique il y a peu semblait aussi dépitée que lui.

[ J’ai pas regardé sous le micro-onde… Rhaaaaa mais n’importe quoi ! C’est pas possible ça peut pas se finir comme ça ! ]

Prenant une cassette dans sa main et commençant à l’examiner sous tous les angles, Haruhiro énumérait ses hypothèses les moins plausibles unes à unes.

« Y aurait quoi… le nombre de lettres dans prénom, nom de famille, l’étage, le nombre de mètres carrés, de livres, de cassettes, les dates… ça pourrait être caché n’importe où… et en plus avec ton pouvoir à tout les coups c’est même pas écrit quelque part. »

Reposant l’objet en faisant attention à ne pas l’abîmer, Haruhiro s’affala dans le canapé puis étira son dos comme l’avait fait la jeune fille un peu plus tôt. Il tourna la tête vers elle et lui adressa un sourire un peu triste malgré lui.

« Désolé… chui pas bon en devinettes. J’aurai vraiment aimé t’aider à trouver ça rapidement mais j’arrive pas à penser à un endroit où trouver ce qu’on cherche. »

Mais ça n’était pas le moment de baisser les bras. Ce moment ne viendrait pas d’ailleurs, Haruhiro se l’était juré. Comme il s’était juré au début de ramener Ai. Cette promesse s’était muée en une autre après leur discussion qui avait suivit le retour de la jeune fille de l’hôpital : maintenant, son unique but était de l’aider par tous les moyens possibles et de suivre ses choix.

Alors pourquoi est-ce qu’il bloquait, là tout de suite ? Il n’arrivait pas à trouver une réponse qui aiderait Ai à faire ce qu’elle voulait faire malgré ses paroles et il n’y avait rien de plus énervant pour lui que de ne pas pouvoir respecter sa promesse à cause de son incompétence.

« C’est vrai quoi ! Ca sert à quoi de faire du blabla si derrière je peux pas l’appliquer ?! Rha chui nul ! Ça peut pas être aussi compliqué de filer un coup de main ! » maugréa-t-il à voix haute sans s’en rendre compte. Au fond, qu’est-ce qui leur manquait ? Des fréquences, une tonne de fréquences, deux à trois ou peut-être même dix par cassette, et vu le nombre de cassettes ça faisait un paquet de numéros. Haruhiro n’avait jamais été bon en maths, pas plus maintenant que durant les seize dernières années de sa vie et il n’avait aucune envie de faire un calcul mental maintenant, aussi simple que ce dernier pouvait l’être. Et puis de toute façon, il n’en avait pas besoin. Parce que ça faisait de toute manière un gros numéro et que Ai n’aurait jamais retenu une suite de aussi longue, mais elle ne l’avait pas marquée non plus…

À l’intérieur, Haru bouillonnait. Non pas contre Ai mais contre lui-même qui n’arrivait pas à résoudre l’énigme qui lui était posée malgré sa promesse. Son agitation était suffisamment visible à l’extérieur pour que Ai la remarque maintenant, entre ses sourcils froncés par la frustration et son grommellement à voix haute, elle ne pouvait plus la louper.

[ POURQUOI diable est-ce que c’est aussi compliqué ! Mouais bon en même temps ça serait pas un secret bien gardé sinon… et je me bats contre l’esprit de celle qui disait que Nagatenjouki c’est « pas si compliqué, suffit de suivre ». ]

Pas étonnant qu’il galérait alors, mais la frustration était toujours là, si Ai n’avait rien marqué nulle part, où est-ce qu’elle aurait pu…

« Et si… »

Une idée un peu tordue germa dans le cerveau fatigué de Haruhiro, casse-cou et aux résultats très moyens à l’école.

« Et si jamais la clé était dans l’enregistrement ? Je sais que c’est tordu mais… »

[ Pas tordu, tu l’insultes là, Haru. ]

« Enfin, space, reprit-il, encore moins convaincu par sa correction, mais les cassettes font toutes la même chose au début quand on les écoute. Y a peut-être quelque chose dans le blanc au début de chaque enregistrement, tu veux essayer de réécouter ? »

Le cœur palpitant de nouveau dans sa poitrine, l’adolescent se pencha en avant pour mieux entendre le dictaphone fonctionner. Il n’était pas sûr de son idée, mais c’était la dernière chose qui lui serait venu à l’esprit après-tout, alors qui sait ? Un miracle se produirait peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ai Etsu

Ai Etsu

Messages : 91
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 99
Localisation : Juste ici

MessageSujet: Re: Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]   Sam 26 Jan - 17:14

Ai regardait le plafond tandis que son colocataire semblait réfléchir à nouveau à voix haute. La jeune fille commençait à en avoir légèrement marre de toutes ces énigmes et ces mystères à propos de simples enregistrements. Tout ça pour finalement entendre quoi ? Le journal intime d’une lycéenne un peu trop parano ? Sérieusement, si il n’y avait pas au moins les codes nucléaires sur ces enregistrements, tout ce cryptage était clairement superflus.

« Autant de numéros sont forcément notés quelque part, on n’a plus qu’à chercher dans tout l’appartement jusqu’à trouver quelque chose, un indice ou n’importe quoi ! »

Peu convaincue, Ai s’exécuta et alla chercher un peu partout, s’occupant tout d’abord de sa chambre, préférant éviter que le garçon ne vienne fouiller, déjà qu’elle elle se sentait gênée quand elle fouillait un peu trop dans ses propres affaires… Cela dit elle ne trouva rien, pas sous le lit, ni sous le matelas, rien derrière ou sous aucun des meubles, rien derrière ou dans les livres de la bibliothèque, rien de rien de rien de rien… Rejoignant Haruhiro, Ai l’aida à chercher dans le reste de l’appartement sans grande conviction, pas que c’était impossible que les chiffres y soient cachés mais, sans vraiment savoir pourquoi, la jeune fille doutait très sérieusement du fait qu’elle allait les y trouver.

D’ailleurs ils ne les trouvèrent pas. Dans aucun des recoins que les deux colocataires avaient pu fouiller ensemble d’ailleurs. Ils avaient eu beau retourner tout l’appartement et regarder dans les endroits les plus improbables, au final ils avaient fini par se retrouver à nouveau assis tous deux sur le canapé, l’air encore plus découragés qu’avant.

« Y aurait quoi… le nombre de lettres dans prénom, nom de famille, l’étage, le nombre de mètres carrés, de livres, de cassettes, les dates… ça pourrait être caché n’importe où… et en plus avec ton pouvoir à tout les coups c’est même pas écrit quelque part. »

N’ayant même pas la volonté nécessaire pour articuler, Ai se contenta de répondre un long et las « Meeeeeeh... ». Aucune de ces possibilités ne marchait, il fallait au moins un chiffre différent pour chaque cassette donc un nombre unique ne permettrait certainement pas de trouver la solution. Peut-être qu’il y avait un nombre de départ et que chaque cassette voyait sa fréquence de base évoluer à partir de là, suivant une suite logique ou un truc du genre. Si c’était le cas, ils n’avaient pas fini de chercher. Le moindre numéro que l’ancienne Ai avait trouvé un peu marquant aurait pu être l’origine du cryptage et malheureusement la Ai actuellement assise sur le canapé de son salon n’avait aucun moyen de se souvenir des chiffres marquant de sa vie.

« Désolé… chui pas bon en devinettes. J’aurai vraiment aimé t’aider à trouver ça rapidement mais j’arrive pas à penser à un endroit où trouver ce qu’on cherche. C’est vrai quoi ! Ca sert à quoi de faire du blabla si derrière je peux pas l’appliquer ?! Rha chui nul ! Ça peut pas être aussi compliqué de filer un coup de main ! »

-« Hmmmm... » fut la seule réponse que le garçon obtint malgré toute la bonne volonté qu’il mettait et le fait qu’il semblait véritablement embêté de voir son amie aussi dépitée.

*Si ça se trouve c’est juste écrit sur un bout de papier dans mon casier à l’école...* pensa Ai sans oser le dire à voix haute pour ne pas décourager Haru et lui donner l’impression qu’il avait cherché pour rien. C’est vrai qu’il n’y avait pas forcément de raison qui rendait évident le fait que les chiffres étaient cachés dans l’appartement. Il était tout à fait possible que la solution au déchiffrement soit en fait caché dans un tout autre endroit. C’était d’ailleurs le plus logique, quand on veut cacher ses clés on évite de les mettre juste sous le paillasson, c’est mieux de les mettre dans un endroit plus éloigné pour éviter qu’on ne fasse le lien entre les deux trop facilement. Il était donc possible que la clé soit dans un autre endroit, peut-être même encore moins évident que le casier à l’école…

« Et si… » commença le garçon, provoquant une imperceptible hausse d’énergie chez la jeune fille qui trouva le courage de tourner les yeux dans sa direction. « Et si jamais la clé était dans l’enregistrement ? Je sais que c’est tordu mais…  Enfin, space mais les cassettes font toutes la même chose au début quand on les écoute. Y a peut-être quelque chose dans le blanc au début de chaque enregistrement, tu veux essayer de réécouter ? »


Ai ne bougea pas un moment. Elle avait eu trop d’ascenseurs émotionnels ces dernières heures pour ne pas évaluer la possibilité avant de voir sa joie revenir. Bon… Si les clés sont pas sous le paillasson elles seraient… dans la serrure ? Ou dans le bois de la porte ? Ai marqua une pause dans sa pensée en prenant conscience d’une chose terrible : son analogie était absolument nulle.

Acceptant finalement de se redresser, elle ne montra pas la même excitation que les fois précédentes, préférant se montrer prudente quant à cette nouvelle idée. En fait, elle semblait totalement sérieuse et concentrée, prête à analyser la moindre chose qu’elle pourrait voir. Prenant donc le dictaphone dans lequel se trouvait encore une cassette et la rembobina.

- « Eh ben on va voir si je suis une personne « tordue » du coup. » dit-elle sur un ton absolument neutre.

Le rem-bobinage s’arrêtant tout seul, Ai inspira longuement avant d’appuyer sur le bouton de marche, écoutant attentivement le son qui sortait de l’appareil et décelant… rien. *Pas comme ça, avec ton pouvoir grosse débile* pensa-t-elle en restant parfaitement stoïque vue de l’extérieur avant de rembobiner encore et de relancer en cherchant à percevoir non plus un son tel quel, mais cette sensation étrange qu’elle avait lorsqu’elle percevait les ondes avec son pouvoir directement.

Arrêtant l’enregistrement au moment où les bruits commencèrent à se faire entendre, Ai rembobina une nouvelle fois mais ferma les yeux cette fois pour mieux se concentrer.

- « Tu peux respirer moins fort s’il te plaît ? » demanda-t-elle au moment de la quatrième écoute, espérant réduire les interférences qui la dérangeaient. « Je… je crois que j’ai quelque chose… c’est… des infrasons mais à très bas volume je dirais… attends. » dit-elle avant de mettre le volume du dictaphone à fond et de se concentrer.

Soudain le dictaphone sembla partir de sons graves pour remonter plus dans les aiguës avant que quelque chose de compréhensible n’en sorte.

« 3... » puis le son habituel avant que Ai ne mette pause et ne revienne en arrière avant de remettre pause et que sa propre voix ne sorte de l’appareil. « Sauvegarde AS et HW. Fréquence 143.3. » puis elle se tut un instant avant que le bruit étrange ne commence.

Arrêtant l’enregistrement ici, Ai ouvra les yeux et marqua une pause avant de se retourner vers Haru et de le fixer dans les yeux, observant sa réaction après qu’ils aient enfin trouvé la solution tandis qu’elle ne semblait pas partager la joie de son camarade.

- « C’est… c’est beaucoup trop précis… J’y arriverai pas... »

***

La prise de conscience suite à la découverte de la fréquence avait fait l’effet d’une grande claque. Elle n’avait pas besoin de faire le changement de fréquence exactement à l’inverse de celui que l’ancienne avait fait pour que cela puisse être déchiffrable mais le fait que l’autre Ai ne puisse faire des changements aussi précis avait simplement fait comprendre à la nouvelle que, même si elle avait globalement compris comment les enregistrements avaient été cryptés, elle n’avait probablement pas saisit la complexité du problème auquel elle se frottait. Visiblement l’ancienne avait une maîtrise de son pouvoir dépassant totalement ce que la Ai amnésique pouvait seulement envisager.

Les jours suivants furent donc presque exclusivement réservés à l’entraînement à l’utilisation du wave modifier. Passant des heures et des heures à tenter de modifier le plus précisément possible des sons et à les faire varier en suivant des schémas de plus en plus précis, il semblait presque impossible à Ai de réussir à rendre les enregistrements compréhensibles pendant plus de quelques secondes après qu’ils ne commencent. La jeune esper restait toute la journée enfermée dans sa chambre à écouter des ultrasons, des infrasons et d’autres plus normaux et à jouer avec, allant bien souvent jusqu’au moment où elle devait arrêter à cause du déclenchement d’une terrible migraine.

Même si sa progression n’était pas assez rapide à son goût, fort était de constater qu’elle avançait tout de même relativement vite, se rappelant parfois certaines subtilités dans l’utilisation de sa capacité qu’elle semblait avoir déjà découvertes bien des années auparavant. Et finalement, au bout d’un peu plus d’une semaine elle alla accueillir son colocataire lorsqu’il rentra de la même manière que lorsqu’elle avait trouvé les cassettes.

- « Haru ! J’y arrive ! On reconnaît pas encore les voix mais on comprend ce qu’elles disent la plupart du temps. C’était vraiment pas évident, en fait les variations étaient beaucoup plus erratiques et compliquées que ce que je pensais, il fallait sans cesse compenser parce que les modifications de fréquence n’étaient que la surface du truc mais je me suis rappelé d’un truc que j’ai appris y a longtemps et je me suis dit que ce serait pile le bon moyen pour crypter ce genre d’enregistrement et boum ! » dit-elle sans s’arrêter, à une vitesse délirante et en faisant de grands gestes pour illustrer ses propos.

Sans laisser le temps à son ami de se ressaisir, elle le prit par la main et l’emmena dans le canapé où elle avait déjà préparé les cassettes et le dictaphone.

- « Alors attends, je vais te montrer. Enfin... te faire écouter. »

Puis elle lança la lecture. La cassette commença comme la dernière fois puisque c’était la même. La voix de Ai retentit et on l’entendit dire « Sauvegarde AS et HW. Fréquence 143.3. » avant que le silence ne retombe et qu’une voix déshumanisée, visiblement féminine et en colère ne retentisse.

- « Mais tu peux pas ranger ces documents comme ça ! C’est n’importe quoi. Si tu ne fais pas les choses correctement c’est pas la peine de les faire. Je vais le faire, pousse-toi. »

- « On range comme ça depuis que je suis arrivé ici et y a que toi qui t’en plains. Vas plutôt t’occuper des rapports de patrouille. Je m’occupe de ça. » répondit une voix sensiblement plus masculine bien qu’il était difficile de le dire avec exactitude.

- « C’est parcequ’il y a que moi qui veux faire les choses comme il faut c’est tout. Regarde, on s’y retrouve à peine, ça n’a aucun sens. »

- « On s’y retrouve très bien ! C’est pas compliqué de comprendre que là t’as les rapports de patrouille, là les plaintes et là les factures. A chaque fois c’est pareil, quand tu ranges je m’y retrouve plus et je perds du temps. »

Puis s’ensuivit un silence de quelques secondes avant que le son ne reprenne, faisant interagir la voix féminine déjà entendue précédemment et une autre voix différente des précédentes.

« Je crois que j'ai choisi, Je me disais bien que ça devait être des spécialités étrangères, ça a l'air délicieux tout ça  ! » commença la voix inconnue avant que le son ne semble se brouiller légèrement.

- « Ah attends, je vais essayer de corriger le son. » dit Ai avant de revenir un peu en arrière.

« ...cieux tout ça  ! Alors heu.. suuppu dee tomatu ee b...blanquetto dee vô.. ? »

Un léger rire retentit de la part de l’autre voix avant qu’elle ne réponde.

« Soupe de tomate et blanquette de veau. Bon choix, c’est très bon et raffiné, même si la soupe de tomate n’est pas vraiment le plat le plus incroyable qu’ils servent ici en entrée. »

Puis un léger cliquetis retentit avant qu’une nouvelle phrase ne soit prononcée.

« Merci beaucoup pour ce geste, c’est incroyablement généreux. Du coup, si tu as besoin de quoi que ce soit, je serai ravi de t’aider à mon tour. Par contre, je risque d’être un peu perdu au début alors je m’en remets à toi, Ai-senpai. »

Puis l’enregistrement sembla se couper ici. Se tournant vers son colocataire, Ai lança un regard interrogateur vers lui, essayant de savoir si il avait une idée de ce que tout ça pouvait bien vouloir dire.

_________________
Invité ? On se connaît ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]
» Les Retrouvailles ... [Pv WoOd]
» ragots, secrets et retrouvailles [M., M-A., P-J.]
» Des Retrouvailles inattendu...[PV Reve du passé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: La Citée Scolaire :: District 7-
Sauter vers: