Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez
 

 Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Haruhiro Wilkowski

Haruhiro Wilkowski

Messages : 301
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]   Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 EmptyLun 15 Oct - 16:44

Haruhiro eut à peine le temps d’ouvrir la porte de l’appartement que déjà Ai avait filé dans sa chambre et lui criait d’une voie un peu étouffée par la distance :

-« Ah, installe toi ! Je ramène les cassettes pour qu’on les écoute ! »

« Hai, hai. » fit simplement l’adolescent en retirant ses chaussures. Ai était tellement excitée à l’idée d’écouter les bandes qu’elle ne semblait plus vraiment tenir en place.

[ On dirait un peu Coco… nah quand même pas. ] pensa le jeune homme en souriant avant de s’installer dans le canapé. Sa colocataire réapparut dans le salon, une centaine de livres noirs empilés dans ses bras.

« Whoa ! Mais euh, tu voulais pas écouter des cassettes ? »

[ Pas que j’aime pas la lecture mais bon… si quand même un peu en fait. ]

« Tu vois, c’est dans ces livres-là que j’ai trouvé les cassettes et… là tu vois il y a des dates sous chacune des cassettes. Ça remonte plusieurs années en arrière et c’est dans l’ordre. T’avais jamais vu ça avant ? Je me dis que si Ai l’avait montré à quelqu’un ce serait à toi. Enfin si je l’avais montré à quelqu’un… ‘fin tu comprends. »

[ Ah. ]

Haruhiro cligna des yeux en hochant la tête au rythme des explications d’Ai, loin de percuter tout ce qu’elle lui racontait sur le moment. Elle avait passé combien de temps à étudier tout ça au juste ? Son regard se fit pensif après que son regard se soit posé sur la date de l’une des cassettes.

« Non, du tout. Enfin j’avais déjà vu les livres oui mais tu ne m’avais rien montré de tout ça. »

Haruhiro serra un peu les lèvres, Ai et lui s’étaient beaucoup rapprochés depuis qu’il était venu vivre ici mais elle ne lui avait effectivement jamais parlé de ces cassettes. Si elle ne lui en avait même pas parlé à lui, ça signifiait qu’il pouvait s’agir de quelque chose de vraiment important pour elle, ou un genre de secret. A vrai dire, l’adolescent n’était pas vraiment sûr d’avoir le droit d’écouter les cassettes maintenant. Hésitant un peu, il s’apprêta à exposer sa pensée à la jeune fille mais cette dernière le prit de vitesse.

-« Bon, on y va ? »

« On… on y va. »

Le petit regard hésitant que lui lança Ai avant d’appuyer sur le bouton de lecture manqua de faire fondre l’adolescent instantanément. Si elle ne le montrait pas trop, Haruhiro était maintenant sûr qu’elle était stressée.

[ Pas étonnant. ] pensa-t-il en caressant l’idée de lui prendre la main pour se raviser ensuite, il valait mieux se concentrer sur la cassette et ses secrets.

Et puis… rien. Rien d’autre qu’un bruit abîmé, plein de friture et qui rappela à Haruhiro les interférences sur l’antique télé cathodique que sa famille possédait en Pologne. Ai, perdant patience, commença à manipuler le dictaphone.

-« Bon… cette cassette doit sûrement être cassée ou trop usée, on va essayer la suivante. »

« Hm. » acquiesça seulement l’adolescent, ne sachant pas quoi dire. À chaque cassette essayée, il se sentait un peu plus désolé pour Ai. Elle qui avait finalement décidé de rechercher son passé se retrouvait face à des indices vides de sens et de réponses.

-« Rah ça m’énerve ! Tout ça pour ça ! Je comprends vraiment pas l’intérêt d’avoir gardé les enregistrements de ces trucs. Tu crois que le dictaphone qu’on a marché peut être déjà cassé ? »

Haruhiro tira la grimace, peu convaincu par cette explication. Se retrouver avec un objet défectueux après un achat était quelque chose de très rare à Gakuen Toshi, même s’ils faisaient l’aller-retour, le résultat serait probablement le même.

« Je pense pas… peut-être qu’elles sont vraiment trop abîmées ces cassettes. »
il hésita un peu, cherchant les bons mots « Peut-être qu’on pourrait essayer chez un spécialiste ? »

S’il n’était pas satisfait le moins du monde de sa propre réponse, il n’était pas difficile d’imaginer la déception d’Ai en l’entendant. Sans compter que Haruhiro était plutôt du genre à se sentir coupable pour un rien et regardant Ai, son impuissance le déprima légèrement.

Même s’il n’y avait plus rien sur les bandes, Ai avait tout de même fait le choix de garder les cassettes en souvenir. Au fond, c’était déjà une piste, non ? Et puis les garder dans des gros livres n’était peut-être pas la meilleure façon de les conserver en bon état. Haruhiro fronça les sourcils à cette pensée. Garder des vieilles cassettes d’accord, mais pourquoi dans des livres alors ? Une boite aurait parfaitement fait l’affaire. De plus, Ai n’était pas vraiment dans le souci de devoir économiser son argent, même un équipement adéquat protégeant de l’humidité et autres agressions extérieures n’aurait pas été difficile à obtenir. Alors pourquoi des livres ? Le cerveau de Haruhiro tournait à plein régime, cherchant la réponse à l’énigme sur laquelle il avait mis le doigt. Stocker des cassettes dans un coin pour s’apercevoir que le temps les avait abîmées n’était pas une erreur qu’aurait commise Ai, elle était beaucoup trop prévoyante pour ça.

« Elles sont pas abîmées… » reprit-il soudain très concentré. Il fouilla dans les cassettes éparpillées pour retrouver la plus ancienne. « Si on entend rien c’est parce que c’est fait exprès ! »

Le jeune homme se tourna vers Ai, soudain très sûr de lui. Les livres n’étaient pas un moyen de conservation, il s’agissait d’une cachette. Et le son incompréhensible qui était enregistré était le plus gros indice que Haruhiro n’aurait jamais pu obtenir de la part de la jeune fille.

« T’es une génie, sourit-il, mais je te connais trop bien ! »

L’adolescent, les mains légèrement tremblantes par l’excitation, retira la dernière cassette du dictaphone pour y insérer celle qu’il avait dans la main puis rembobina jusqu’au début de l’enregistrement.

« C’est pas juste de la friture, je pense que c’est bien un enregistrement qui avait du sens, seulement il n’en avait que pour toi en fait. » fit un Haruhiro tout sourire et visiblement très fier de sa découverte.

« Wave Modifier, le pouvoir qui permet de manipuler les ondes sonores, tu vois où je veux en venir ? »

Cachées comme l’étaient les cassettes, il était très peu probable qu’il ne s’agisse que de vieilles reliques inutilisables. Haruhiro en était persuadé du moins, l’enregistrement n’était rien d’autre qu’un message codé déchiffrable par Ai uniquement.

« T’en es où de ta capacité en fait ? Tu penses pouvoir déchiffrer ça ? » demanda-t-il en perdant un peu d'assurance.

Ai avait beau être de nouveau capable de vivre et de se comporter comme une personne normale, Haruhiro n’était pas certain des effets secondaires sur sa capacité. D’après ce qu’il savait, il y avait eu des cas d’amnésie d’espers mais aucune sans aucune incidence sur la maitrise ou le niveau de leur pouvoir. Ai avait probablement eu des instructions à ce sujet de la part des infirmières mais dans tous les cas, c’était à elle de jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ai Etsu

Ai Etsu

Messages : 107
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 99
Localisation : Juste ici

Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]   Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 EmptyLun 12 Nov - 4:18

Complètement relâchée après avoir vu ses espoirs voler en éclats, Ai fixait le plafond sans prêter attention aux mouvement de son colocataire. Ce que tout ça pouvait être frustrant ! Mais plutôt que de s’énerver et de fulminer, Ai avait fait le choix de la blasitude et fixait le plafond en relâchant totalement son corps le temps que la déception ne passe. Qu’est-ce qui pouvait bien y avoir sur ces cassettes ? La jeune fille n’en avait aucune idée et doutait de plus en plus du fait qu’elle le saurait un jour.

« Je pense pas… peut-être qu’elles sont vraiment trop abîmées ces cassettes. Peut-être qu’on pourrait essayer chez un spécialiste ? » déclara Haruhiro en réponse à la précédente question de Ai.

Soupirant longuement, Ai considéra la possibilité mais n’avait plus la force de se lever. Ses espoirs avaient été brisés tellement forts qu’elle avait du mal à considérer une solution aussi simple à son problème. Ça ou alors elle avait perdu tellement d’énergie dans la manœuvre qu’elle avait simplement la flemme de bouger du canapé. Bah, de toute façon c’est pas comme si son ancienne elle était une agent infiltrée des forces spéciales ou un truc du genre. Les secrets que renfermaient ces cassettes étaient peut-être juste le genre d’infos qu’une lycéenne mettrait dans un journal intime, mais sous forme de son vu son affinité toute particulière avec cet élément.

Ne bougeant toujours pas, Ai tenta une réponse avec un ton totalement las et vide d’énergie.
- « Meeeeh… Tu veux pas qu’on se r’garde un film en mangeant de la glace plutôt ? Dis-moi que t’en as acheté en courses Haruuuuuu. »

Mais aucune réponse ne vint accueillir ses paroles. Reportant son regard vers le garçon, Ai apperçut un Haru très concentré, probablement entrain de réfléchir à tout ça en utilisant la totalité de ses capacités pour trouver la solution. Se redressant au bout de quelques instants, Ai tenta de parler avant d’être interrompue par les pensées à voix haute du garçon.

« Elles sont pas abîmées… » commença-t-il en fouillant dans les cassettes.

- « Eh je t’ai posé une... »

« Si on entend rien c’est parce que c’est fait exprès ! » annonça Haru en se tournant vivement vers Ai ce qui provoqua chez elle une soudaine expression de surprise. « T’es une génie mais je te connais trop bien ! »

Clignant des yeux deux fois, Ai essaya de suivre la logique du garçon, ayant du mal à accepter un tel compliment sortant de nulle part et sans aucun contexte.

- « Euh d’accord, mais encore ? »

Soudain, Haruhiro éjecta la cassette actuellement dans le dictaphone et y inséra une autre qu’il avait dans la main avant de la faire rembobiner. Le léger son caractéristique de la pellicule qui tournait rapidement dans l’appareil fut le seul son qu’ils purent entendre pendant le temps qu’il lui fut pour retourner au début. Un léger cliquetis retentit lorsque la cassette arriva à son point de départ et Haru appuya sur le bouton de lecture, laissant une nouvelle fois le son incompréhensible sortir de l’appareil.

« C’est pas juste de la friture, je pense que c’est bien un enregistrement qui avait du sens, seulement il n’en avait que pour toi en fait. Wave Modifier, le pouvoir qui permet de manipuler les ondes sonores, tu vois où je veux en venir ? »

Fixant Haruhiro avec l’air incrédule, Ai fit l’effort de la réflexion et ouvrit d’un coup de grands yeux en comprenant où le garçon voulait en venir. Alors c’était ça ? Les bobines avaient été trafiquées d’une manière ou d’une autre pour en coder le contenu ? Effectivement c’était super malin mais ça n’aidait pas vraiment à savoir comment Ai pourrait les déchiffres maintenant.

« T’en es où de ta capacité en fait ? Tu penses pouvoir déchiffrer ça ? »

Mettant un instant à sortir de ses pensées, Ai fixa soudain à nouveau ses yeux dans ceux de Haru avant de répondre.

- « Ah euh… Non, là je vois vraiment pas comment je pourrais faire… Si j’en suis capable ? Beeeen tout dépend de la complexité du brouillage en fait. Mais de toute façon si ça a été brouillé, ça a dû être fait suivant une manière particulière, des changements de fréquences particuliers. Et vu ce qu’on entend, je pense pas qu’il n’y ait qu’une seule variation. Attends, donne le dictaphone. » dit-elle avant de la prendre sans vraiment laisser le temps à Haru de lui tendre.

Le son était différent sur chaque cassette mais tous les enregistrements semblaient suivre ce même schéma. Une lente variation partant du grave, vers l’aiguë puis vers le grave et ainsi de suite jusqu’au bout. Réfléchissant à ce qu’elle avait appris sur le son et ses comportements ainsi que sur son pouvoir depuis son réveil, Ai essaya de comprendre le fonctionnement du brouillage.

- « Alors de ce que j’en comprends… Je dirais que le changement de fréquence est différent d’une cassette à l’autre… Et ensuite je pense que c’est pas le même changement tout le long de l’enregistrement… Tu vois ? Comme si on codait un message. On pourrait ajouter par exemple 7 lettres à chaque lettre du message pour le rendre incompréhensible. Ou alors on pourrait ajouter 7 à la première, puis 6 à la deuxième, puis 5, 4, 3, 2, 1 et en enlever sur les lettres d’après. J’espère que le cryptage n’est pas plus compliqué que ça parce que sinon ça va devenir super compliqué. »

Ai marqua une pause et réfléchit.
* Bon… Il y a 8 cassettes dans chaque livre plein, 9 livres pleins et 1 qui n’en contient encore que 2. Le reste des livres étant encore vide ça fait quand même pas moins de 74 cassettes cryptées, chacune suivant une fréquence de base différente. La Ai d’avant avait beau être super intelligente, c’est impossible qu’elle ait retenu les fréquences de chaque cassette comme ça. Enfin c’est possible mais ce serait prendre le risque d’en oublier une et je suis sure qu’elle ne l’accepterait pas. Il y a forcément un indice quelque part… *

Attrapant le premier livre, Ai l’ouvrit et regarda à la première série de cachettes pour voir ce qui était écrit en-dessous de la première cassette. Il n’y avait que la date, quelle que soit la page où elle regardait. Lisant encore et encore les dates, Ai cherchait une logique, quelque chose de plus que simplement l’indication du jour où l’enregistrement avait été fait mais elle ne trouva rien. Les dates étaient de plus en plus proches, espacées sans visiblement suivre un quelconque schéma. Il n’y avait vraiment rien de concret.

- « Rah, Haru ! Il y a forcément un endroit où la fréquence de base de chaque cassette est indiquée. Aide-moi à trouver ! »

_________________
Ah Invité ! On est amis, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

Haruhiro Wilkowski

Messages : 301
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]   Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 EmptyVen 23 Nov - 21:58

- « Ah euh… Non, là je vois vraiment pas comment je pourrais faire… Si j’en suis capable ? Beeeen tout dépend de la complexité du brouillage en fait. Mais de toute façon si ça a été brouillé, ça a dû être fait suivant une manière particulière, des changements de fréquences particuliers. Et vu ce qu’on entend, je pense pas qu’il n’y ait qu’une seule variation. Attends, donne le dictaphone. »

Haruhiro rendit son regard à Ai alors qu’elle lui prenait le dictaphone des mains, il avait eu un peu peur qu’elle lui apporte une réponse négative, auquel cas ils resteraient bloqués là à chercher une façon de décrypter un message codé par un pouvoir d’esper de niveau 3. Mais les quelques doutes du jeune homme furent rapidement effacés, par la concentration d’Ai alors qu’elle manipulait le dictaphone. Les infirmières et médecins pouvaient dire ce qu’ils voulaient, la jeune fille semblait parfaitement dans son élément actuellement.

- « Alors de ce que j’en comprends… Je dirais que le changement de fréquence est différent d’une cassette à l’autre… Et ensuite je pense que c’est pas le même changement tout le long de l’enregistrement… Tu vois ? Comme si on codait un message. On pourrait ajouter par exemple 7 lettres à chaque lettre du message pour le rendre incompréhensible. Ou alors on pourrait ajouter 7 à la première, puis 6 à la deuxième, puis 5, 4, 3, 2, 1 et en enlever sur les lettres d’après. J’espère que le cryptage n’est pas plus compliqué que ça parce que sinon ça va devenir super compliqué. »

« Waw, et ben, ça va beaucoup nous aider ça ! »

[ Pourquoi je me suis inquiété, au juste ? ]

Cela dit, le cryptage était effectivement compliqué, et multiple avec ça. Haruhiro avait espéré quelque chose de simple, que Ai aurait pu simplement rembobiner avec son pouvoir pour rendre les enregistrements compréhensibles. Mais maintenant, sa naïveté lui sautait aux yeux ; il l’avait dit lui-même après tout : Ai était un petit génie. Il n’y avait donc pas moyen qu’elle ait mal caché ses secrets.

[ Ses secrets, hein ? ]

Maintenant que Ai cherchait son passé et qu’elle était venue à lui avec les cassettes, l’adolescent repensa aux doutes qui l’avaient envahis lorsqu’elle avait apporté les cassettes. Ces cassettes dont elle ne lui avait jamais parlé et qui refermaient les secrets de sa colocataire… Est-ce qu’il avait le droit de découvrir ces secrets maintenant alors ? Pas forcément.

Un livre dans la main, Ai poussa un grognement d’exaspération : - « Rah, Haru ! Il y a forcément un endroit où la fréquence de base de chaque cassette est indiquée. Aide-moi à trouver ! »

« Ah, oui ! Réfléchissons un peu, on va bien finir par trouver quelque chose. »

Tiré de ses pensées un peu brutalement, Haruhiro chassa de nouveau ses doutes et inquiétudes. Ai lui demandait son aide, à lui et lui seul. Elle devait déjà avoir pensé à tout ça, et avoir choisi en conséquence. Cette idée remplit le jeune homme de joie en plus de l’apaiser, pour honorer le choix de Ai, il allait devoir se montrer à la hauteur !

« On a donc plusieurs changements de fréquence pour chaque cassette et à tous les coups il n’y en a jamais deux identiques… bon ben va falloir se creuser la tête ! »

Regardant à son tour le livre qu’avait pris Ai, Haruhiro leva un sourcil en lisant les dates. Évidemment ça aurait été sympa si elles étaient les clés, mais ça semblait un peu trop facile. Cacher la clé de déchiffrement au même endroit que le message à déchiffrer n’était pas vraiment optimal comme façon de garder un secret, et il savait que même lui n’aurait pas commit une telle erreur, alors Ai ? Non sûrement pas.
Remplit d’une motivation nouvelle, le jeune homme se leva d’un bond et tendit sa main à Ai toujours sur le canapé.

« Autant de numéros sont forcément notés quelque part, on n’a plus qu’à chercher dans tout l’appartement jusqu’à trouver quelque chose, un indice ou n’importe quoi ! »

Et c’est ce qu’ils firent, cherchant tantôt ensemble tantôt séparément, le duo fouilla l’appartement de fond en comble. Dans la chambre d’Ai d’abord puis dans toutes les autres pièces, espérant trouver l’ombre d’un indice même dans les endroits les plus inhabituels ou improbables. Deux longues heures passèrent ainsi sans que ni l’un ni l’autre n’ait trouvé quoi que ce soit de concret. Fatigués et las, les deux adolescents finirent par retourner à leur point de départ : les cassettes et le confortable canapé du salon.

Frustré de n’avoir rien trouvé, Haruhiro grimaça en voyant la mine déçue de Ai, elle qui était si énergique il y a peu semblait aussi dépitée que lui.

[ J’ai pas regardé sous le micro-onde… Rhaaaaa mais n’importe quoi ! C’est pas possible ça peut pas se finir comme ça ! ]

Prenant une cassette dans sa main et commençant à l’examiner sous tous les angles, Haruhiro énumérait ses hypothèses les moins plausibles unes à unes.

« Y aurait quoi… le nombre de lettres dans prénom, nom de famille, l’étage, le nombre de mètres carrés, de livres, de cassettes, les dates… ça pourrait être caché n’importe où… et en plus avec ton pouvoir à tout les coups c’est même pas écrit quelque part. »

Reposant l’objet en faisant attention à ne pas l’abîmer, Haruhiro s’affala dans le canapé puis étira son dos comme l’avait fait la jeune fille un peu plus tôt. Il tourna la tête vers elle et lui adressa un sourire un peu triste malgré lui.

« Désolé… chui pas bon en devinettes. J’aurai vraiment aimé t’aider à trouver ça rapidement mais j’arrive pas à penser à un endroit où trouver ce qu’on cherche. »

Mais ça n’était pas le moment de baisser les bras. Ce moment ne viendrait pas d’ailleurs, Haruhiro se l’était juré. Comme il s’était juré au début de ramener Ai. Cette promesse s’était muée en une autre après leur discussion qui avait suivit le retour de la jeune fille de l’hôpital : maintenant, son unique but était de l’aider par tous les moyens possibles et de suivre ses choix.

Alors pourquoi est-ce qu’il bloquait, là tout de suite ? Il n’arrivait pas à trouver une réponse qui aiderait Ai à faire ce qu’elle voulait faire malgré ses paroles et il n’y avait rien de plus énervant pour lui que de ne pas pouvoir respecter sa promesse à cause de son incompétence.

« C’est vrai quoi ! Ca sert à quoi de faire du blabla si derrière je peux pas l’appliquer ?! Rha chui nul ! Ça peut pas être aussi compliqué de filer un coup de main ! » maugréa-t-il à voix haute sans s’en rendre compte. Au fond, qu’est-ce qui leur manquait ? Des fréquences, une tonne de fréquences, deux à trois ou peut-être même dix par cassette, et vu le nombre de cassettes ça faisait un paquet de numéros. Haruhiro n’avait jamais été bon en maths, pas plus maintenant que durant les seize dernières années de sa vie et il n’avait aucune envie de faire un calcul mental maintenant, aussi simple que ce dernier pouvait l’être. Et puis de toute façon, il n’en avait pas besoin. Parce que ça faisait de toute manière un gros numéro et que Ai n’aurait jamais retenu une suite de aussi longue, mais elle ne l’avait pas marquée non plus…

À l’intérieur, Haru bouillonnait. Non pas contre Ai mais contre lui-même qui n’arrivait pas à résoudre l’énigme qui lui était posée malgré sa promesse. Son agitation était suffisamment visible à l’extérieur pour que Ai la remarque maintenant, entre ses sourcils froncés par la frustration et son grommellement à voix haute, elle ne pouvait plus la louper.

[ POURQUOI diable est-ce que c’est aussi compliqué ! Mouais bon en même temps ça serait pas un secret bien gardé sinon… et je me bats contre l’esprit de celle qui disait que Nagatenjouki c’est « pas si compliqué, suffit de suivre ». ]

Pas étonnant qu’il galérait alors, mais la frustration était toujours là, si Ai n’avait rien marqué nulle part, où est-ce qu’elle aurait pu…

« Et si… »

Une idée un peu tordue germa dans le cerveau fatigué de Haruhiro, casse-cou et aux résultats très moyens à l’école.

« Et si jamais la clé était dans l’enregistrement ? Je sais que c’est tordu mais… »

[ Pas tordu, tu l’insultes là, Haru. ]

« Enfin, space, reprit-il, encore moins convaincu par sa correction, mais les cassettes font toutes la même chose au début quand on les écoute. Y a peut-être quelque chose dans le blanc au début de chaque enregistrement, tu veux essayer de réécouter ? »

Le cœur palpitant de nouveau dans sa poitrine, l’adolescent se pencha en avant pour mieux entendre le dictaphone fonctionner. Il n’était pas sûr de son idée, mais c’était la dernière chose qui lui serait venu à l’esprit après-tout, alors qui sait ? Un miracle se produirait peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ai Etsu

Ai Etsu

Messages : 107
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 99
Localisation : Juste ici

Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]   Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 EmptySam 26 Jan - 17:14

Ai regardait le plafond tandis que son colocataire semblait réfléchir à nouveau à voix haute. La jeune fille commençait à en avoir légèrement marre de toutes ces énigmes et ces mystères à propos de simples enregistrements. Tout ça pour finalement entendre quoi ? Le journal intime d’une lycéenne un peu trop parano ? Sérieusement, si il n’y avait pas au moins les codes nucléaires sur ces enregistrements, tout ce cryptage était clairement superflus.

« Autant de numéros sont forcément notés quelque part, on n’a plus qu’à chercher dans tout l’appartement jusqu’à trouver quelque chose, un indice ou n’importe quoi ! »

Peu convaincue, Ai s’exécuta et alla chercher un peu partout, s’occupant tout d’abord de sa chambre, préférant éviter que le garçon ne vienne fouiller, déjà qu’elle elle se sentait gênée quand elle fouillait un peu trop dans ses propres affaires… Cela dit elle ne trouva rien, pas sous le lit, ni sous le matelas, rien derrière ou sous aucun des meubles, rien derrière ou dans les livres de la bibliothèque, rien de rien de rien de rien… Rejoignant Haruhiro, Ai l’aida à chercher dans le reste de l’appartement sans grande conviction, pas que c’était impossible que les chiffres y soient cachés mais, sans vraiment savoir pourquoi, la jeune fille doutait très sérieusement du fait qu’elle allait les y trouver.

D’ailleurs ils ne les trouvèrent pas. Dans aucun des recoins que les deux colocataires avaient pu fouiller ensemble d’ailleurs. Ils avaient eu beau retourner tout l’appartement et regarder dans les endroits les plus improbables, au final ils avaient fini par se retrouver à nouveau assis tous deux sur le canapé, l’air encore plus découragés qu’avant.

« Y aurait quoi… le nombre de lettres dans prénom, nom de famille, l’étage, le nombre de mètres carrés, de livres, de cassettes, les dates… ça pourrait être caché n’importe où… et en plus avec ton pouvoir à tout les coups c’est même pas écrit quelque part. »

N’ayant même pas la volonté nécessaire pour articuler, Ai se contenta de répondre un long et las « Meeeeeeh... ». Aucune de ces possibilités ne marchait, il fallait au moins un chiffre différent pour chaque cassette donc un nombre unique ne permettrait certainement pas de trouver la solution. Peut-être qu’il y avait un nombre de départ et que chaque cassette voyait sa fréquence de base évoluer à partir de là, suivant une suite logique ou un truc du genre. Si c’était le cas, ils n’avaient pas fini de chercher. Le moindre numéro que l’ancienne Ai avait trouvé un peu marquant aurait pu être l’origine du cryptage et malheureusement la Ai actuellement assise sur le canapé de son salon n’avait aucun moyen de se souvenir des chiffres marquant de sa vie.

« Désolé… chui pas bon en devinettes. J’aurai vraiment aimé t’aider à trouver ça rapidement mais j’arrive pas à penser à un endroit où trouver ce qu’on cherche. C’est vrai quoi ! Ca sert à quoi de faire du blabla si derrière je peux pas l’appliquer ?! Rha chui nul ! Ça peut pas être aussi compliqué de filer un coup de main ! »

-« Hmmmm... » fut la seule réponse que le garçon obtint malgré toute la bonne volonté qu’il mettait et le fait qu’il semblait véritablement embêté de voir son amie aussi dépitée.

*Si ça se trouve c’est juste écrit sur un bout de papier dans mon casier à l’école...* pensa Ai sans oser le dire à voix haute pour ne pas décourager Haru et lui donner l’impression qu’il avait cherché pour rien. C’est vrai qu’il n’y avait pas forcément de raison qui rendait évident le fait que les chiffres étaient cachés dans l’appartement. Il était tout à fait possible que la solution au déchiffrement soit en fait caché dans un tout autre endroit. C’était d’ailleurs le plus logique, quand on veut cacher ses clés on évite de les mettre juste sous le paillasson, c’est mieux de les mettre dans un endroit plus éloigné pour éviter qu’on ne fasse le lien entre les deux trop facilement. Il était donc possible que la clé soit dans un autre endroit, peut-être même encore moins évident que le casier à l’école…

« Et si… » commença le garçon, provoquant une imperceptible hausse d’énergie chez la jeune fille qui trouva le courage de tourner les yeux dans sa direction. « Et si jamais la clé était dans l’enregistrement ? Je sais que c’est tordu mais…  Enfin, space mais les cassettes font toutes la même chose au début quand on les écoute. Y a peut-être quelque chose dans le blanc au début de chaque enregistrement, tu veux essayer de réécouter ? »


Ai ne bougea pas un moment. Elle avait eu trop d’ascenseurs émotionnels ces dernières heures pour ne pas évaluer la possibilité avant de voir sa joie revenir. Bon… Si les clés sont pas sous le paillasson elles seraient… dans la serrure ? Ou dans le bois de la porte ? Ai marqua une pause dans sa pensée en prenant conscience d’une chose terrible : son analogie était absolument nulle.

Acceptant finalement de se redresser, elle ne montra pas la même excitation que les fois précédentes, préférant se montrer prudente quant à cette nouvelle idée. En fait, elle semblait totalement sérieuse et concentrée, prête à analyser la moindre chose qu’elle pourrait voir. Prenant donc le dictaphone dans lequel se trouvait encore une cassette et la rembobina.

- « Eh ben on va voir si je suis une personne « tordue » du coup. » dit-elle sur un ton absolument neutre.

Le rem-bobinage s’arrêtant tout seul, Ai inspira longuement avant d’appuyer sur le bouton de marche, écoutant attentivement le son qui sortait de l’appareil et décelant… rien. *Pas comme ça, avec ton pouvoir grosse débile* pensa-t-elle en restant parfaitement stoïque vue de l’extérieur avant de rembobiner encore et de relancer en cherchant à percevoir non plus un son tel quel, mais cette sensation étrange qu’elle avait lorsqu’elle percevait les ondes avec son pouvoir directement.

Arrêtant l’enregistrement au moment où les bruits commencèrent à se faire entendre, Ai rembobina une nouvelle fois mais ferma les yeux cette fois pour mieux se concentrer.

- « Tu peux respirer moins fort s’il te plaît ? » demanda-t-elle au moment de la quatrième écoute, espérant réduire les interférences qui la dérangeaient. « Je… je crois que j’ai quelque chose… c’est… des infrasons mais à très bas volume je dirais… attends. » dit-elle avant de mettre le volume du dictaphone à fond et de se concentrer.

Soudain le dictaphone sembla partir de sons graves pour remonter plus dans les aiguës avant que quelque chose de compréhensible n’en sorte.

« 3... » puis le son habituel avant que Ai ne mette pause et ne revienne en arrière avant de remettre pause et que sa propre voix ne sorte de l’appareil. « Sauvegarde AS et HW. Fréquence 143.3. » puis elle se tut un instant avant que le bruit étrange ne commence.

Arrêtant l’enregistrement ici, Ai ouvra les yeux et marqua une pause avant de se retourner vers Haru et de le fixer dans les yeux, observant sa réaction après qu’ils aient enfin trouvé la solution tandis qu’elle ne semblait pas partager la joie de son camarade.

- « C’est… c’est beaucoup trop précis… J’y arriverai pas... »

***

La prise de conscience suite à la découverte de la fréquence avait fait l’effet d’une grande claque. Elle n’avait pas besoin de faire le changement de fréquence exactement à l’inverse de celui que l’ancienne avait fait pour que cela puisse être déchiffrable mais le fait que l’autre Ai ne puisse faire des changements aussi précis avait simplement fait comprendre à la nouvelle que, même si elle avait globalement compris comment les enregistrements avaient été cryptés, elle n’avait probablement pas saisit la complexité du problème auquel elle se frottait. Visiblement l’ancienne avait une maîtrise de son pouvoir dépassant totalement ce que la Ai amnésique pouvait seulement envisager.

Les jours suivants furent donc presque exclusivement réservés à l’entraînement à l’utilisation du wave modifier. Passant des heures et des heures à tenter de modifier le plus précisément possible des sons et à les faire varier en suivant des schémas de plus en plus précis, il semblait presque impossible à Ai de réussir à rendre les enregistrements compréhensibles pendant plus de quelques secondes après qu’ils ne commencent. La jeune esper restait toute la journée enfermée dans sa chambre à écouter des ultrasons, des infrasons et d’autres plus normaux et à jouer avec, allant bien souvent jusqu’au moment où elle devait arrêter à cause du déclenchement d’une terrible migraine.

Même si sa progression n’était pas assez rapide à son goût, fort était de constater qu’elle avançait tout de même relativement vite, se rappelant parfois certaines subtilités dans l’utilisation de sa capacité qu’elle semblait avoir déjà découvertes bien des années auparavant. Et finalement, au bout d’un peu plus d’une semaine elle alla accueillir son colocataire lorsqu’il rentra de la même manière que lorsqu’elle avait trouvé les cassettes.

- « Haru ! J’y arrive ! On reconnaît pas encore les voix mais on comprend ce qu’elles disent la plupart du temps. C’était vraiment pas évident, en fait les variations étaient beaucoup plus erratiques et compliquées que ce que je pensais, il fallait sans cesse compenser parce que les modifications de fréquence n’étaient que la surface du truc mais je me suis rappelé d’un truc que j’ai appris y a longtemps et je me suis dit que ce serait pile le bon moyen pour crypter ce genre d’enregistrement et boum ! » dit-elle sans s’arrêter, à une vitesse délirante et en faisant de grands gestes pour illustrer ses propos.

Sans laisser le temps à son ami de se ressaisir, elle le prit par la main et l’emmena dans le canapé où elle avait déjà préparé les cassettes et le dictaphone.

- « Alors attends, je vais te montrer. Enfin... te faire écouter. »

Puis elle lança la lecture. La cassette commença comme la dernière fois puisque c’était la même. La voix de Ai retentit et on l’entendit dire « Sauvegarde AS et HW. Fréquence 143.3. » avant que le silence ne retombe et qu’une voix déshumanisée, visiblement féminine et en colère ne retentisse.

- « Mais tu peux pas ranger ces documents comme ça ! C’est n’importe quoi. Si tu ne fais pas les choses correctement c’est pas la peine de les faire. Je vais le faire, pousse-toi. »

- « On range comme ça depuis que je suis arrivé ici et y a que toi qui t’en plains. Vas plutôt t’occuper des rapports de patrouille. Je m’occupe de ça. » répondit une voix sensiblement plus masculine bien qu’il était difficile de le dire avec exactitude.

- « C’est parcequ’il y a que moi qui veux faire les choses comme il faut c’est tout. Regarde, on s’y retrouve à peine, ça n’a aucun sens. »

- « On s’y retrouve très bien ! C’est pas compliqué de comprendre que là t’as les rapports de patrouille, là les plaintes et là les factures. A chaque fois c’est pareil, quand tu ranges je m’y retrouve plus et je perds du temps. »

Puis s’ensuivit un silence de quelques secondes avant que le son ne reprenne, faisant interagir la voix féminine déjà entendue précédemment et une autre voix différente des précédentes.

« Je crois que j'ai choisi, Je me disais bien que ça devait être des spécialités étrangères, ça a l'air délicieux tout ça  ! » commença la voix inconnue avant que le son ne semble se brouiller légèrement.

- « Ah attends, je vais essayer de corriger le son. » dit Ai avant de revenir un peu en arrière.

« ...cieux tout ça  ! Alors heu.. suuppu dee tomatu ee b...blanquetto dee vô.. ? »

Un léger rire retentit de la part de l’autre voix avant qu’elle ne réponde.

« Soupe de tomate et blanquette de veau. Bon choix, c’est très bon et raffiné, même si la soupe de tomate n’est pas vraiment le plat le plus incroyable qu’ils servent ici en entrée. »

Puis un léger cliquetis retentit avant qu’une nouvelle phrase ne soit prononcée.

« Merci beaucoup pour ce geste, c’est incroyablement généreux. Du coup, si tu as besoin de quoi que ce soit, je serai ravi de t’aider à mon tour. Par contre, je risque d’être un peu perdu au début alors je m’en remets à toi, Ai-senpai. »

Puis l’enregistrement sembla se couper ici. Se tournant vers son colocataire, Ai lança un regard interrogateur vers lui, essayant de savoir si il avait une idée de ce que tout ça pouvait bien vouloir dire.

_________________
Ah Invité ! On est amis, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

Haruhiro Wilkowski

Messages : 301
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]   Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 EmptyJeu 21 Mar - 21:54

« Eh ben on va voir si je suis une personne « tordue » du coup. »

« Egh… » laissa échapper Haruhiro en jetant un coup d’œil presque effrayé à sa camarade. Sa remarque n’était pas passée inaperçue apparemment.

Encore un peu plus sur les nerfs, l’adolescent restait aux aguets pendant que Ai examinait le bruit blanc, au cas où il percevrait une quelconque information, lui aussi.

[ On sait jamais après tout…]

« Tu peux respirer moins fort s’il te plaît ? »

Deuxième coup d’œil. Est-ce qu’il l’avait mise en colère… ? S’écartant légèrement, Haruhiro inspira le plus silencieusement possible et décida de retenir sa respiration pour se faire le plus petit possible.

« Je… je crois que j’ai quelque chose… c’est… des infrasons mais à très bas volume je dirais… attends. »

« 3… Sauvegarde AS et HW. Fréquence 143.3. »


Les yeux du garçon s’arrondirent subitement, quelque chose de compréhensible venait de sortir du dictaphone ! Mais lorsque Ai se tourna vers un Haruhiro se dégonflant comme un ballon de baudruche, elle ne lui présenta pas une once de joie ou de soulagement.

« C’est… c’est beaucoup trop précis… J’y arriverai pas... »

Haruhiro ne put s’empêcher de se sentir désolé pour elle. Elle venait à peine de faire un pas en avant et voilà qu’elle se heurtait à un mur qui semblait bien trop haut et épais pour être franchis par sa détermination seule. Un sourire rassurant s’afficha néanmoins sur le visage du garçon : il s’était retrouvé dans la même situation lorsqu’il était niveau 2, aussi bien au sens figuré qu’au sens littéral. Si lui pouvait le faire alors Ai aussi, il n’avait pas le moindre doute là-dessus. Tout ce dont elle avait besoin maintenant c’était d’un petit coup de pouce pour regonfler sa motivation.

L’adolescent s’était préparé à remotiver Ai lorsque nécessaire mais force était de constater qu’elle avait l’esprit tenace. Passant le plus clair de son temps à s’entrainer, il ne la vit que quelques fois seulement durant la semaine qui suivit, s’assurant qu’elle allait bien sans pour autant la déranger. Un peu inquiet les premiers jours, il avait tout de même pris le temps d’appeler l’hôpital pour avoir quelques informations. Les espers qui perdaient des souvenirs était quelque chose d’extrêmement rare à sa connaissance aussi il était difficile de savoir où chercher les informations mais après plusieurs heures de recherches infructueuses, il avait finit par se rabattre sur l’hôpital malgré sa réticence à les recontacter. Finalement, même si Ai avait en quelque sorte « perdu » une bonne partie du contrôle de son pouvoir, ça n’était pas vraiment le cas. Avec du travail elle pourrait normalement retrouver ses capacités progressivement, sans avoir à repartir de zéro.

Ainsi, après sept jours d’entrainement intensif, Ai lui montra le fruit de ses progrès.

« Haru ! J’y arrive ! On reconnaît pas encore les voix mais on comprend ce qu’elles disent la plupart du temps. C’était vraiment pas évident, en fait les variations étaient beaucoup plus erratiques et compliquées que ce que je pensais, il fallait sans cesse compenser parce que les modifications de fréquence n’étaient que la surface du truc mais je me suis rappelé d’un truc que j’ai appris y a longtemps et je me suis dit que ce serait pile le bon moyen pour crypter ce genre d’enregistrement et boum ! »

« Et… Boum ?! » fit-il en arquant un sourcil, partagé entre le rire et l’interrogation.

Une forte poigne le tira à travers le salon sans lui laisser le temps d’enlever ses chaussures ou son manteau. En vérité Haruhiro se serait bien affalé sur le canapé de son plein gré mais l’excitation de Ai lui redonna l’énergie dépensée à l’entrainement.

« Alors attends, je vais te montrer. Enfin... te faire écouter. »

Un court silence eut le temps de s’installer avant que du son ne sorte du dictaphone. Haruhiro se concentra sur son ouïe.

« Sauvegarde AS et HW. Fréquence 143.3. »

« Mais tu peux pas ranger ces documents comme ça ! C’est n’importe quoi. Si tu ne fais pas les choses correctement c’est pas la peine de les faire. Je vais le faire, pousse-toi. »

[ Whoa, j’espère que c’est pas une dispute de ses parents ou un truc du genre, sinon je devrais vraiment pas écouter… ]

« On range comme ça depuis que je suis arrivé ici et y a que toi qui t’en plains. Vas plutôt t’occuper des rapports de patrouille. Je m’occupe de ça. »

« C’est parcequ’il y a que moi qui veux faire les choses comme il faut c’est tout. Regarde, on s’y retrouve à peine, ça n’a aucun sens. »

« On s’y retrouve très bien ! C’est pas compliqué de comprendre que là t’as les rapports de patrouille, là les plaintes et là les factures. A chaque fois c’est pareil, quand tu ranges je m’y retrouve plus et je perds du temps. »

Haruhiro soupira intérieurement de soulagement en comprenant qu’il s’agissait probablement d’Ai travaillant à Judgement. La voix masculine devait probablement appartenir à Sugimori, donc.

Un second enregistrement, réalisé à un autre moment et un autre endroit prit la relève pour combler le silence après la fin du premier. L’adolescent cligna deux fois des yeux en reconnaissant sa propre voix. Il se sentit transporté des mois en arrière, le jour où il avait rencontré Ai. Les voix sortant du dictaphone remplaçant la bande son de ses souvenirs.

« Je crois que j'ai choisi, Je me disais bien que ça devait être des spécialités étrangères, ça a l'air délicieux tout ça  ! »

« Ah attends, je vais essayer de corriger le son. » dit Ai avant de revenir un peu en arrière.

« ...cieux tout ça  ! Alors heu.. suuppu dee tomatu ee b...blanquetto dee vô.. ? »

Un autre changement d’environnement survint, comme une avance rapide de la journée cette fois. Haruhiro esquissa un sourire discret.

« Merci beaucoup pour ce geste, c’est incroyablement généreux. Du coup, si tu as besoin de quoi que ce soit, je serai ravi de t’aider à mon tour. Par contre, je risque d’être un peu perdu au début alors je m’en remets à toi, Ai-senpai. »

Le dictaphone émit quelques cliquetis signalant la fin de l’enregistrement puis laissa un silence s’installer doucement dans la pièce. Le jeune homme sentait le regard interrogateur de Ai posé sur lui mais s’accorda quelques secondes avant de prendre la parole.

« Et bah, si je m’attendais à ça… Bon tu dois te demander ce que ça veut dire. Le premier enregistrement date probablement de peu après ton entrée dans la 136ème branche de Judgement mais je ne saurais pas trop t’en dire plus. Le deuxième par contre… »

Il prit une petite inspiration avant de reprendre, esquissant le sourire caractéristique de sa bonne humeur.

« La première partie a été enregistrée le jour où on s’est rencontrés, ça commence à faire un moment maintenant. Tu étais venue aider à l’entrainement des nouvelles futures recrues de Judgement et pour être honnête, tu m’as mi une bonne raclée ! »

Haruhiro chercha les détails dans sa mémoire mais préféra finalement partir sur une version simplifiée de l’histoire pour ne pas trop en dire d’un seul coup. Si Ai voudrait des précisions elle pourrait toujours lui demander plus tard.

« Tu m’as invité dans un restaurant après ça, un restaurant pour riches ! » s’esclaffa-t-il en insistant bien sur ce dernier mot. « J’étais un peu perdu et paaaas du tout dans mon élément donc tu m’as aidé à commander, c’est ce qu’on a entendu là. J’aurai jamais imaginé que tu savais lire le Français à ce moment. Et puis la dernière phrase date aussi de ce jour, tu m’as directement proposé de vivre ici, dans ton appartement. »

L’adolescent se passa une main dans les cheveux, les ébouriffant un coup. « Sympa, hein ? N’empêche que « Ai-senpai » ça fait un moment tiens, je savais pas trop comment t’appeler au début. »

Son histoire terminée, Haruhiro regarda Ai un moment, observant ses réactions. Il s’en était passé des choses depuis ce jour là, il y avait eu beaucoup de changements pour eux deux et voilà où ils en étaient maintenant. Ca n’avait rien de négatif, malgré la formulation qu’avait fait son cerveau, c’était juste que leur chemin les avait amenés à ce moment précis après tout ce temps. Une histoire comme une autre.

Le jeune brun fit une grimace et fronça les sourcils avant de tourner de nouveau la tête vers Ai. Elle devait probablement avoir une tonne de questions. Ou peut-être pas, mais elle voudrait en tout cas continuer à écouter les cassettes toute la journée jusqu’à avoir le maximum d’informations possibles. Seulement voilà, elle avait actuellement la dégaine du dimanche matin et Haruhiro souhaitait lui laisser le temps de digérer ce qu’il venait de lui raconter. Elle avait beau s’y être préparée, elle se heurtait à son ancienne vie, ses anciennes relations et ses anciennes paroles et ressasser trop de moments oubliés d’un seul coup n’était peut-être pas bon. Ce fut en tout cas la troisième réflexion de Haruhiro.

« Hai haaaai, avant que tu me bombardes de question je propose que tu y réfléchisses tranquillement quelques minutes ! » Fermant les yeux et tendant le bras vers le couloir, il pointa une porte du doigt sans la regarder. « Tout d’abord Ai-senpai va devoir aller prendre une douche ! Allez hop hop hop, ouste ! Je te prépare un thé en attendant. »

En réalité il y avait d’autres pensées qui avaient germées dans l’esprit du garçon avant ce qu’il venait de trouver pour réellement justifier une pause dans l’écoute des cassettes. Ai venait de passer une grosse semaine à se démener sur l’amélioration de son pouvoir ainsi que le déchiffrement des messages cachés dans les cassettes. Aussi fort qu’il voulait l’aider à retrouver son passé, il s’inquiétait également pour sa santé. Trop de calculs intensifs pourraient même la clouer au lit si elle ne faisait pas attention, sans compter que la journée était presque finie. Une pause, même courte, s’imposait.

Et puis il y avait une question à laquelle il n’arrivait pas à répondre. Il y avait pensé juste après avoir entendu le premier passage. Pourquoi ? Pourquoi elle avait enregistré ça ? Pareil pour leur déjeuner au restaurant puis leur discussion, c’était comme si elle enregistrait des moments de sa journée au hasard, tous les jours comme pour tenir un journal. Haruhiro ne voulait pas faire de conclusions hâtives mais n’arrivait pas à exclure l’idée que ça pouvait être lié à quelque chose de plus important. Il avait besoin d’y réfléchir. Même si c’était aléatoire, pourquoi crypter ces enregistrements alors ? Peut-être qu’ils en apprendraient plus en écoutant d’avantages d’extraits mais dans le même temps, sur quoi est-ce qu’ils pourraient bien tomber ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ai Etsu

Ai Etsu

Messages : 107
Date d'inscription : 02/09/2016
Age : 99
Localisation : Juste ici

Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]   Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 EmptySam 8 Juin - 2:19

Lorsque Haru expliqua l’origine des enregistrements, Ai écouta religieusement, n’osant pas l’interrompre un instant de peur qu’il ne perde le fil et n’omette une quelconque précision, tout lui importait. Que ce soient ses souvenirs précis ou la façon dont il les avait vécus, Ai voulait tout savoir et ne prendrait pas le risque de le pousser à dissimuler quoique ce soit. Lorsqu’il eut fini, Ai baissa les yeux quelques instants vers le lecteur de cassettes pour se laisser partir dans ses pensées. Qu’est-ce que tout cela signifiait ? Des enregistrements de moments du quotidien ? La cassette commençait par « Sauvegarde » et visiblement les initiales des personnes présentes sur les enregistrements… Plus ça allait et plus la Ai actuelle se disait que l’ancienne Ai devait bel et bien être assez tordue pour que ses intentions soient aussi obscures même à la lumière de ces découvertes.

Bien qu’elle soit encore perdue dans la pénombre de son ignorance, Ai avait cependant désormais une lueur à suivre dans le brouillard. Peut-être ces cassettes allaient-elles lui permettre de retrouver ses souvenirs ? Ou au moins de comprendre qui elle était et pourquoi elle avait tout oublié… Si tant est qu’il y ait une réelle raison profonde à la perte de ses souvenirs. Autre que les événements de la fameuse nuit de l’incident j’entends bien.

« Hai haaaai, avant que tu me bombardes de question je propose que tu y réfléchisses tranquillement quelques minutes ! Tout d’abord Ai-senpai va devoir aller prendre une douche ! Allez hop hop hop, ouste ! Je te prépare un thé en attendant. » dit-il d’un ton pressant comme si c’était urgent.

Ne se faisant pas prier, Ai se dirigea vers la salle de bain, bien que vexée. Les insinuations sur son hygiène ne lui plaisaient guère d’autant plus qu’elle avait fait attention à ça tous les jours même si du coup elle avait parfois pris sa douche au beau milieu de la nuit, ayant perdu toute notion du temps tant elle était plongée dans ses travaux.

Retournant auprès de son colocataire après s’être changée, elle revint s’asseoir dans le canapé pour prendre une bonne tasse de thé qu’il lui avait préparé histoire de pouvoir discuter tranquillement de ce qu’ils avaient pu conclure de tout ça et de confronter les idées. Ayant réfléchit pendant sa douche, la jeune fille amnésique n’arrivait cependant pas à comprendre l’objectif de toutes ces cassettes et le terme de « sauvegarde » ne l’aidait pas plus que ça. Était-ce de simples souvenirs ? Ayant en cela de sauvegarde qu’ils permettaient de garder un enregistrement précis de certains événements qu’elle ne souhaitait pas oublier ? Dans ce cas il n’y aurait pas de réelle raison de crypter les enregistrements à ce point. Plus ça allait -plus Ai trouvait de nouvelles informations- et moins elle y comprenait quoi que ce soit…

Il y avait forcément encore une pièce du puzzle qui manquait. Un élément qui permettrait à la Ai actuelle de comprendre la façon de penser de l’ancienne, même si elle était tordue comme le disait Haru… Lorsqu’elle sortit finalement de ses pensées, elle regarda son colocataire avec un regard empli de détresse.

-« Plus ça va et plus je me dis que j’arriverai jamais à comprendre ce que c’est… T’as une idée, toi ? »

*****

Les jours passèrent et Ai continua d’écouter les dizaines de cassettes. Chaque fois il s’agissait de personnes différentes, jamais deux fois la même. Il s’agissait toujours de moments relativement anodins, durant lesquels on entendait principalement la personne désignée au début de l’enregistrement parler. Il n’y avait aucune raison visible pour que tel ou tel événement n’ait été enregistré plus qu’un autre mais, petit à petit, Ai arrivait de mieux en mieux à reconstituer les voix des personnes. Plus ça allait et plus elle comprenait les choses. Le contexte des enregistrements, les personnes qui parlaient… Elle commençait doucement à se rappeler des événements, et des personnes aussi.

Chaque fois qu’elle pensait se rappeler de quelque chose, elle venait en parler à Haruhiro quand il rentrait. Son arrivée à elle dans la branche de judgement, celle de Haru aussi, et tout un tas d’autres choses. Elle se rappelait de certains de ses amis, de ses parents… Et même de sa rencontre avec Haru maintenant et de la raison pour laquelle elle lui avait si vite proposé de venir vivre avec elle…


Un soir, presque deux semaines après qu’elle ait déchiffré la première cassette, Ai et Haru étaient tranquillement chez eux. Ai préparait à manger pendant que Haru était dans le salon, entrain de choisir ce qu’ils allaient regarder comme film. Ils discutaient comme d’habitude de leur journée et Ai racontait tranquillement l’avancée de ses recherches.

-« Je me souviens de beaucoup de choses au final… Mais c’est… Comme si c’était des histoires qu’on m’avait raconté, tu vois ? Comme si c’était des souvenirs qu’on m’avait montré en vidéo, j’ai l’impression que c’est quelqu’un d’autre qui a vécu ça… Quelqu’un de différent. » dit-elle depuis la cuisine.

Revenant dans le salon et posant le plat sur la table basse, elle fit un allé-retour pour amener l’entrée et le plat en s’inclina légèrement vers le garçon en souriant.

-« Voici donc votre supuuuu de tomatu et sa blanqueto de vô. » dit-elle en se retenant de rire.

Elle avait passé un bon moment à essayer d’apprendre les recettes de ces deux plats pour pouvoir lui resservir, petit clin d’oeil à leur première rencontre pour le remercier de tout ce qu’il avait fait pour elle depuis son accident. S’asseyant à côté de lui, elle le regarda en souriant.

-« Voilà, j’espère que ça te plaît, j’ai fait ça pour toi. » dit-elle, un peu hésitante. « Mes… souvenirs sont comme ceux d’une autre personne mais… Je crois que je comprends certaines choses d’avant, vis à vis de la façon dont je voyais les choses… tu vois ? Et je voulais… Je voulais te remercier pour tout donc euh… Voilà. » dit-elle en montrant la table basse avec les plats dessus.

Hésitant un instant, elle vint étreindre doucement Haru, lovant sa tête dans le creux de son cou. Elle resta un instant avant de se reculer légèrement pour regarder Haru dans les yeux et, laissant un instant de flottement, elle vint l’embrasser longuement, espérant qu’il ne la repousserait pas. Elle n’avait pas tout compris encore, mais elle savait qu’avant déjà elle l’aimait et que ça ne risquait pas de changer de sitôt…

_________________
Ah Invité ! On est amis, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

Haruhiro Wilkowski

Messages : 301
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]   Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 EmptyMer 12 Juin - 0:03

Les yeux tristes de la jeune fille avaient transpercé Haruhiro jusqu’au cœur, à tel point que la tristesse l’envahit lui aussi. Les images d’Ai dans la chambre de l’hôpital, effrayée par le moindre bruit, le moindre souvenir apparurent dans son esprit.

« Plus ça va et plus je me dis que j’arriverai jamais à comprendre ce que c’est… T’as une idée, toi ? »

Tout comme lui, elle n’arrivait pas à trouver le but de ces enregistrements. Non il n’en avait aucune idée, comment aurait-il pu trouver le secret de sa camarade avec si peu d’indices ? C’était là quelque chose dont il se savait incapable. L’ironie était vraiment cruelle ; dans le cas présent la personne qui avait le plus de chance de résoudre ces énigmes était celle-là même qui avait perdu la mémoire.
Alors Haruhiro fit ce qu’il faisait le mieux ; il esquissa un sourire chaleureux et d’une voix douce, entreprit de donner la seule réponse qu’il pouvait apporter à Ai pour l’instant.

« Aucune. Mais c’est pas grave, je sais que tu vas finir par trouver. Si on passe en revue tout le chemin que tu as parcourue ces derniers mois, alors il ne fait absolument aucun doute que cette énigme aussi, tu la résoudras sans aucun problème. »



***



Affalé sur le canapé, le pied droit sur le genou gauche et la télécommande dans la main, Haruhiro naviguait dans la liste de films qu’il avait présélectionnés la veille. Le dernier X-men ? Pourquoi pas mais il avait l’air un peu moyen celui-là. Quelque chose de plus classique peut-être… Titanic ? Trop… romantique. Janosik alors ? Pas sûr qu’ils restent éveillés jusqu’au bout.

La voix de Ai retentit sur sa droite alors qu’il continuait la lecture de sa liste qui lui paraissait de moins en moins convaincante.

« Je me souviens de beaucoup de choses au final… Mais c’est… Comme si c’était des histoires qu’on m’avait raconté, tu vois ? Comme si c’était des souvenirs qu’on m’avait montré en vidéo, j’ai l’impression que c’est quelqu’un d’autre qui a vécu ça… Quelqu’un de différent. »

L’adolescent interrompit son mouvement quelques instants avant de le reprendre, ne laissant que le bruit irrégulier de la pression du bouton de la télécommande dans le salon. Il ne pouvait pas comprendre ça. Il pouvait comprendre l’idée et la logique derrière le ressentit d’Ai mais pas le sentiment en lui-même. Qui le pourrait, de toute façon ?

Il lui avait dit qu’à ses yeux, elle restait la même personne malgré sa perte de mémoire et les changements de comportement qu’elle avait présenté. Évidemment c’était facile, et quand bien même Haruhiro le pensait vraiment, la réalité n’était peut-être pas si facile à accepter pour Ai.

Les sens de l’adolescent furent ramenés à la réalité par la télévision qui refusait son action en boucle, faisant comprendre à Haruhiro qu’il avait zappé tous les films de sa liste jusqu’au dernier et que le choix « suivant » n’existait donc pas.

Un sourire radieux attira son attention ailleurs, lui faisant momentanément oublier et la liste de films et sa réflexion précédente.

« Voici donc votre supuuuu de tomatu et sa blanqueto de vô. »

Le jeune homme cligna des yeux à plusieurs reprises et regarda la table basse, réalisant alors la chose. Maintenant qu’il y prêtait attention, c’est vrai qu’il aurait du reconnaitre ces odeurs.

« Oh… »

« Voilà, j’espère que ça te plaît, j’ai fait ça pour toi. Mes… souvenirs sont comme ceux d’une autre personne mais… Je crois que je comprends certaines choses d’avant, vis à vis de la façon dont je voyais les choses… tu vois ? Et je voulais… Je voulais te remercier pour tout donc euh… Voilà. »

Le visage surpris de Haruhiro s’empourpra, c’était beaucoup trop mignon.

Après tout ce qui s’était passé Haruhiro n’attendait pas de remerciements, si les rôles avaient été inversés il aurait indéniablement cherché à faire tout ce qui aurait été en son pouvoir pour remercier Ai mais la situation présente était différente. Suite aux évènements de la nuit d’octobre, le jeune homme était passé par de nombreux états différents mais avait fini par se raccrocher à un but, comme une raison de continuer à faire des efforts, encore et encore. Ce but avait été de « ramener » Ai, en clair de l’aider à recouvrer la mémoire pour qu’elle ne perde rien. Mais ce but avait évolué en même temps que la jeune fille, et quand elle avait fait le choix de se confronter à son passé, Haruhiro avait lui fait le choix de la soutenir.

« C’est vraiment gentil Ai, il f- »

Une douce étreinte lui coupa la parole, laissant Haruhiro aussi bien surpris qu’immobile. Comme s’il pouvait oser bouger maintenant ! Il s’inquiéta momentanément pour Ai, est-ce qu’il s’était passé quelque chose ? Mais elle ne sanglotait pas et avec le sourire qu’elle avait lui avait montré un peu plus tôt, il ne pouvait pas s’agir de quelque chose de négatif.

Le rythme cardiaque de l’adolescent tripla. Alors c’était pour le remercier peut-être ? Ai n’avait encore jamais réagit de la sorte mais il était vrai que depuis qu’elle était revenue vivre dans l’appartement, la jeune fille le surprenait de jour en jour. Haruhiro tenta de bouger légèrement les bras pour lui rendre son étreinte mais ces derniers étaient comme retenus par d’épais liens ; il n’osait pas. Alors il resta là à ne pas bouger, tentant de se détendre un peu pour savourer le moment présent.

Et puis Ai se recula, brisant son étreinte au grand regret de l’adolescent qui voulut dire quelque chose mais se retrouva noyé dans les deux grands yeux aux reflets gris. Haruhiro se sentit attiré comme par un aimant, l’attraction lui paru si forte qu’il crut ne jamais réussir à y résister et, l’instant d’après, toutes les pensées qui se bousculaient dans son esprit furent purement et simplement balayées, ne laissant qu’un vide qu’il ne pourrait probablement jamais décrire.

Il sentait les lèvres d’Ai contre les siennes, son souffle, son odeur et même les longs cheveux noirs qui lui caressaient le visage. Et même avec tout cela, Haruhiro mit du temps à comprendre ce qui était en train de lui arriver. Ce fut comme une explosion dans l’esprit du jeune homme qui sentit ses doutes disparaitre en mille morceaux et comme un long labeur arriver à sa fin. Si elle l’acceptait ça voulait dire que… c’était bon ? Il avait réussi ?

Le cœur du jeune homme battait si fort qu’il lui faisait mal, alors qu’il sentait que la jeune fille allait s’écarter ses mains se glissèrent sous les cheveux d’Ai pour lui entourer délicatement le visage et prolonger le baiser d’encore quelques instants.

Finalement, au bout d’un moment qui lui parut à la fois une éternité que quelques courtes secondes, le contact fut rompu et Haruhiro, colla son front contre celui de celle qu’il aimait. Ses mains descendirent pour se poser sur les épaules de la jeune fille. Haletant et les yeux fermés, il n’osait pas la regarder, pas encore. Ai ne l’avait peut-être pas réalisé mais pour Haruhiro ce baiser avait une seconde signification. Bien sûr il était heureux, incroyablement heureux même. Mais le message qui venait de passer dans l’esprit du jeune homme était double : d’un côté Ai avait répondu à ses sentiments, chose qui l’aurait fait sauter de joie en temps normal. De l’autre, et probablement sans s’en rendre compte, elle venait de lui ôter un poids immense des épaules.

Au cours des derniers mois, Haruhiro avait travaillé d’arrache-pied autant sur lui-même que sur Ai, en aidant autant qu’il pouvait la jeune fille dans ses recherches et en l’accompagnant dans chacune de ses entreprises. Plus encore que d’amour, ce désir de réparer ce qui avait été brisé était dû à la culpabilité qu’il éprouvait au fond de lui : quelque chose d’invisible mais de profondément ancré dans son âme. C’était un sentiment à la fois léger et lourd et surtout présent à chaque instant depuis la nuit cauchemardesque. Cette nuit là, l’adolescent avait cru naïvement que tout se passerait bien, comme toujours, mais avait très vite été heurté à la réalité. Il avait mêlé Ai à toute cette histoire et l’avait mise en danger, pire encore elle avait été blessée par sa faute. Elle avait perdu la mémoire par sa faute. Alors il s’était mis en tête de tout faire pour rendre ce qu’il avait fait perdre, pensant d’abord que ce qui le poussait à avancer était ses sentiments amoureux pour Ai avant de découvrir petit à petit qu’une lourde culpabilité était aussi là, l’entrainant vers le fond. Et ironiquement, c’était peut-être bien Ai qui l’avait gardé à la surface et poussé à continuer aussi, par ses progrès comme par ses sourires.

Mais maintenant qu’elle lui avait donné sa réponse, le poids de la culpabilité s’était envolé laissant place à un immense sentiment de soulagement. Les bras de Haruhiro entourèrent la jeune fille et il la serra contre lui de toutes ses forces, maintenant c’était bon. Maintenant c’était fini.

« Tu peux me croire quand je te dis ça mais… je vais plus jamais te lâcher. »,  balbutia-t-il les yeux humides. Sa voix se brisa sur la fin, trahissant en partie ce qui se passait dans l’esprit du jeune homme.

Haruhiro posa son visage dans le creux de l’épaule d’Ai comme elle l’avait fait précédemment et laissa tomber ses bras avant de renifler.

« Je… je suis tellement désolé pour tout ce qui s’est passé Ai, si tu savais à quel point je suis désolé… pardon. »

Plusieurs minutes passèrent durant lesquelles l’adolescent fit de son mieux pour se calmer, réussissant finalement à reprendre une respiration normale et un rythme cardiaque plus lent. Il risqua un coup d’œil vers le visage de la jeune fille avant de murmurer un « Merci. »

Il se sentait un peu bête maintenant, d’avoir réagit de la sorte à leur premier baiser. Il n’avait pas pu retenir le torrent émotionnel qui l’avait subitement envahit. Ai n’avait sûrement rien du comprendre d’ailleurs, d’abord il s’excusait et voilà qu’il la remerciait. Pour quoi ? Ça lui faciliterait grandement la tâche qu’elle le devine d’elle-même pour le coup.

Néanmoins le jeune homme ne voulait pas vraiment en rester là. Il avait apprécié l’expérience mine de rien. Replongeant son regard dans celui de la jeune fille, il s’approcha doucement pour déposer un baiser sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]   Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles éprouvantes [PV Haruhiro]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» Les Retrouvailles ... [Pv WoOd]
» ragots, secrets et retrouvailles [M., M-A., P-J.]
» Des Retrouvailles inattendu...[PV Reve du passé]
» Premières lettres et retrouvailles [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: La Citée Scolaire :: District 7-
Sauter vers: