Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les débuts d'une grande détective ! [PV Ounchet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lena Anderson

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 01/07/2017

MessageSujet: Les débuts d'une grande détective ! [PV Ounchet]   Ven 16 Mar - 14:43

Il faisait nuageux ce jour-là. Pas que ça changeait grand-chose mais il est vrai que le vent glacial qu’il y avait et qui arrivait à pénétrer mes vêtements pour me glacer le sang malgré la quantité de tissu que je portais commençait à me taper sur les nerfs. Cela faisait bien 4 heures que je suivais ces types en faisant attention de ne pas me faire remarquer. Ce n’était pas si difficile vu qu’ils ne se méfiaient pas du tout de ceux qui les entouraient, habitués qu’ils étaient d’être les caïds du coin, agressant les gens pour leur voler leurs biens ou harcelant telle ou telle pauvre fille.

En fait, ça faisait déjà plusieurs jours que je traquais ce groupe de délinquants, cherchant à trouver la tête pensante de la bande pour pouvoir m’occuper de son cas et flanquer suffisamment la trouille aux autres pour qu’ils arrêtent leurs forfaits d’eux-mêmes. C’était complètement rasoir et même frustrant par moments. Regarder une bande de débiles voler des pauvres gens sans défenses sans réagir me mettait véritablement hors de moi mais il serait totalement inutile de m’attaquer à eux directement alors qu’arrêter celui qu’ils considéraient comme leur chef marcherait probablement bien mieux.

J’étais donc là, à les suivre et à les observer aller d’un bar à une salle de jeu tout en pillant les gens qu’ils croisaient un peu trop à l’écart de la foule en se marrant comme des baleines. Je conservais un petit calepin sur moi, notant tout ce que je voyais, notamment les vols qu’ils perpétraient afin de pouvoir rendre les affaires que je retrouverais à Anti-Skill avec une description suffisamment détaillée de la personne à qui elles appartenaient vraiment.

Cette journée était partie pour se finir comme les précédentes. Ils étaient dans un bar à boire comme des trous et en parlant trop fort pendant que moi, j’étais restée à l’extérieur cette fois, prête à partir si je me rendais compte que la filature n’avait à nouveau mené à rien quand, finalement, quelque chose attira mon attention. L’un des gars du bar reçut visiblement un appel et se calma tout de suite en décrochant. Sortant assez rapidement, il s’éloigna du bar en laissant ses petits camarades déjà bien éméchés derrière.

Prenant la décision de le suivre, je pris mille précautions pour ne pas être repérée, certaine que quelque chose d’important allait se passer. L’homme marchait assez vite et semblait bien plus sur ses gardes qu’avant mais ne put malgré tout pas me voir, passant par des chemins détournés et prenant dès que possible de la hauteur pour ne pas être vue. Au détour de plusieurs ruelles de moins en moins fréquentées, nous arrivâmes finalement à un coin totalement perdu où personne ne pourrait se retrouver par hasard tant il fallait prendre de minuscules ruelles et des passages ne menant à rien d’autre qu’ici.

Le garçon attendit ici sans bouger et j’en profitais pour prendre de la hauteur, grimpant sur un échafaudage qui faisait le tour du bâtiment se trouvant juste derrière lui. Placée deux étages au-dessus de ma cible, je pouvais voir qui arrivait de chaque côté tout en restant bien à l’abri des regards indiscrets.

Le temps sembla particulièrement long. Les minutes s’égrainaient tandis que rien ni personne ne semblait arriver et je commençais légèrement à m’impatienter, espérant ne pas avoir suivi une fausse piste. Et finalement, quelqu’un arriva. Une jeune fille, à en juger par sa carrure, et plutôt frêle en plus. Me penchant pour essayer de mieux voire tout en luttant contre ma curiosité pour ne pas faire de geste inconsidéré et me faire repérer, j’essayai de voir mieux l’apparence de la personne que je cherchais depuis tout ce temps et qui se révélait enfin à moi.

Elle était vraiment très jeune, ou en tout cas elle en donnait l’air. A vue d’œil, je ne lui aurais pas donné plus de 15 ans en restant large. C’était assez étonnant et pour le moins intéressant. Je m’attendais à voir le parfait méchant de film d’action et au lieu de ça j’avais une collégienne qui semblait encore plus frêle face au gars baraqué qu’elle était venue voir ce qui montrait bien que je n’avais pas affaire à n’importe qui. Je ne pouvais pas vraiment discerner à quoi elle ressemblait exactement mais sa peau, plus foncée que la moyenne, me donnait déjà un élément atypique que je pourrais utiliser pour la retrouver si elle me filait entre les doigts.

L’homme s’approcha de la jeune fille et commença à lui parler sans que je ne puisse comprendre ce qu’ils disaient. Peut-être parlaient-ils de leurs futurs plans, ils prévoyaient de braquer une banque ou quelque chose du genre d’après les informations que j’avais pu récupérer et, visiblement, mon nouvel informateur devait être fiable vu qu’il ne m’avait pas menée dans un piège et m’avait permis de retrouver celle que je cherchais. Toujours était-il qu’ils ne devaient pas être d’accord sur la marche à suivre car l’homme commença à s’énerver et haussa le ton, devenant de plus en plus agressif. C’est ce moment exact que je choisis pour intervenir.

Passant par-dessus la barrière de sécurité de l’échafaudage, je me laissai pendre, accrochée au rebord, avant de lâcher prise pour me laisser tomber jusqu’en bas. Plaçant mes pieds sur les deux épaules de l’homme, il s’affaissa sur lui-même en s’écroulant au sol tout en amortissant ma chute. Pliant bien mes jambes pour ne pas m’écraser au sol, je bondis sur le côté et pointa mon index droits vers la fille en esquissant un léger sourire.

-« Stop ! Je sais qui tu es et j’ai entendu parler de vos plans, à tes petits camarades et toi. Je suis là pour vous arrêter et je te conseille de te laisser faire car je ne suis pas le genre qu’il est bon d’affronter ! »

La jeune fille avait vraiment un physique atypique et je fus quelque peu décontenancée en voyant ses deux yeux violets me lancer un regard qui me déplut au plus haut point. Je ne savais pas encore à qui j’avais à faire mais j’étais prête à tout pour arrêter ce groupe que j’avais suivi tout ce temps et pouvoir remonter plus encore dans la hiérarchie jusqu’à trouver les grands chefs du gang…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ounchet

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 28/02/2018
Localisation : Dans une ville qui n'en est pas une avec des abrutis

MessageSujet: Re: Les débuts d'une grande détective ! [PV Ounchet]   Ven 16 Mar - 23:38

Marchant depuis une bonne quinzaine de minutes avec les yeux rivés sur son téléphone, la jeune fille à la peau foncée tentait tant bien que mal de suivre la carte de Gakuen Toshi qui était affichée à l’écran. Elle frissonna légèrement sous les assauts répétés du vent, seulement vêtue d’un sweat à capuche violet clair sans fermeture éclair ainsi que d’une jupe semblable à celles des écolières de l’un des collèges dont elle n’arrivait jamais à se souvenir le nom. À cela s’ajoutaient des rubans de couleurs dorée qui coiffaient ses longs cheveux en deux mèches encadrant son visage sur l’avant ainsi qu’une bonne quantité de bracelets de la même couleur, donnant une pointe d’originalité au style vestimentaire de la petite Égyptienne.

S’arrêtant de marcher au niveau d’un carrefour de petites rues étroites, Ounchet releva une énième fois la tête de l’écran puis fronça les sourcils en même temps qu’une moue renfrognée apparaissait sur son visage. Il n’y avait aucun doute, ce qui se trouvait devant elle ne correspondait absolument pas à ce qu’il y avait sur la portion de carte de son gps.

« Kurumi m’avait pourtant dit que je ne pourrais pas me perdre en utilisant ça… » marmonna-t-elle pour sa propre personne en reprenant sa marche, se frictionnant les bras alors qu’un courant d’air qui lui sembla glacial souffla dans la ruelle.

[ Je mettrai deux de ces pulls la prochaine fois, ce climat est vraiment trop désagréable. ]

Tournant son téléphone portable dans toutes les directions possibles, la jeune fille continua d’évoluer dans les petites rues étroites, tournant tantôt à gauche tantôt à droite, sans se douter une seule seconde qu’elle s’enfonçait de plus en plus profondément dans les ruelles de Strange. Elle abandonna finalement au bout de plusieurs minutes supplémentaires l’idée d’essayer de se fier à la carte -qui ne lui affichait de toute façon aucunement la position du parc qu’elle cherchait à l’origine – et finit par ranger le téléphone dans la poche de sa jupe, oubliant comme toujours de fermer l’application qui resta ouverte.

Une fois de plus, Ounchet tourna la tête à droite, puis à gauche avant de soupirer en fixant le mur devant elle d’un air contrarié. Un juron en langue ancienne s’échappa de sa bouche alors qu’elle choisit le chemin de droite, sentant la frustration de s’être encore perdue dans cette ville immense monter lentement mais sûrement en elle.

[ Même dans le palais royal de Memphis c’était plus simple de s’y retrouver ! Huh ? ]

À quelques mètres devant la fillette se trouvait un jeune homme qu’elle venait de remarquer. Adossé contre le mur derrière lui, il semblait attendre quelque chose. Sans ralentir l’allure, Ounchet redressa ses épaules pour se grandir un peu. Arina l’avait mise en garde contre les gens seuls dans les petites rues étroites, elle devait éviter leur contact au maximum. Mais le problème était là ; il l’avait maintenant remarquée et bloquait le passage, un large sourire écœurant plaqué sur le visage.

« Hoy hooy, salut Chibi-chan ! »

La petite Égyptienne s’arrêta juste devant le Skill-Out pour le dévisager du haut de son mètre 46. L’haleine du jeune adulte empestait suffisamment l’alcool pour faire apparaître une grimace de dégout sur son visage.

[ Je suis une souveraine… ]

« Hors de mon chemin, ivrogne. »

« Allez ne sois pas timide on est juste entre nous ! C’est quoi ton petit nom ? »

Les dents de la fillette se serrèrent en même temps qu’elle plantait son regard en colère droit dans celui du délinquant. Articulant aussi clairement et lentement que possible, elle répéta ses paroles.

« Tu ne m’as pas entendue ? J’ai dit hors de mon chemin, ivrogne. Tu empestes ! »


Cette fois-ci, le message sembla passer puisque les traits du jeune homme se crispèrent alors qu’il haussa brusquement le ton et fit un pas en avant vers Ounchet qui ne bougea pas d’un millimètre, son regard arrogant toujours verrouillé droit devant elle. Peu importe ce qui arriverait, elle ne bougerait pas. Et si lui se risquait à toucher ne serait-ce qu’un seul de ses cheveux, il était certain de le regretter amèrement. Ce fut à l’instant où la main d"Ounchet effleura le mur à sa droite que la chose se produisit ; une jeune femme venait de tomber du ciel pour s’écraser sur le Skill-Out, l’envoyant au sol sans sembler se préoccuper de lui plus que nécessaire. Alors que la jeune Égyptienne faisait un pas en arrière, un index triomphant se pointa dans sa direction.

« Stop ! Je sais qui tu es et j’ai entendu parler de vos plans, à tes petits camarades et toi. Je suis là pour vous arrêter et je te conseille de te laisser faire car je ne suis pas le genre qu’il est bon d’affronter ! »


Les yeux de la jeune fille à la peau foncée s’agrandirent un instant avant de s’allumer d’une lueur menaçante qui montrait bien l’état d’esprit de la magicienne. À l’intérieur de la tête d’Ounchet, les pensées se bousculaient déjà les unes contre les autres.

[ N-nos plans ? Nous arrêter ? Est-ce qu’elle serait au courant, elle connaitrait l’existence de la cabale ? Ou alors elle a des suspicions et tente de me faire avouer par la ruse… non avant tout, comment pourrait-elle savoir des choses ? Il n’y a aucun moyen qu’elle ait pu obtenir des informations à notre sujet. Mais si elle en a, je m’assurerai de la faire taire moi-même si nécessaire. ]

« Nous arrêter ? Ne me dis pas que tu penses que j’ai un quelconque lien avec cet ivrogne déplorable ? »
lâcha l’adolescente sur un ton hautain qu’elle ne masqua pas le moins du monde. Cette nouvelle arrivante devait avant toute chose comprendre qui elle était, c’était la base de toute discussion avec les personnes qui pensaient pouvoir lui parler de la sorte sans conséquences.

Raidissant ses deux longues oreilles pour les maintenir droites, Ounchet fit un pas sur la gauche afin se placer sur le côté de la jeune femme aux yeux bleus. Lui lançant de nouveau le même regard que précédemment, elle reprit la parole.

« Quand à toi, qui es-tu pour oser me parler sur ce ton ? Ah… tu attends peut-être des remerciements pour m’avoir débarrassée de cet idiot, vous autres japonais semblez très respectueux les uns envers les autres… Quoi qu’il en soit, parle ou écarte-toi, mais ne t’avises pas de me menacer à nouveau. »

Fixant la jeune fille sans ciller, Ounchet ne se préoccupait pas de la différence de taille qui faisait qu’elle était forcée de lever le regard pour la regarder dans les yeux, pas plus qu’elle se préoccupait de la mettre en colère. La façade respectueuse du peuple japonais cachait une bonne partie de spécimens hautains et arrogants, et elle était bien décidée à ouvrir les yeux de tous ceux qui auraient l’audace de la prendre de haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Anderson

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 01/07/2017

MessageSujet: Re: Les débuts d'une grande détective ! [PV Ounchet]   Mer 23 Mai - 13:59

Du mépris. C’était du mépris que je pouvais voir dans le regard de la fille étrange qui me faisait face. C’était typiquement le genre de regard que j’attendais de la part de quelqu’un de haut placé qui toisait le monde depuis sa petite tour de suffisance. Elle pensait qu’elle contrôlait tout et était au-dessus de tout le monde mais elle se trompait et il m’incombait de détruire tout ce qu’elle avait battit avec son groupe de hors la loi, bien au chaud derrière une armée de pions.

Son regard sembla changer un peu, dégageant une lueur menaçante tandis qu’elle semblait réfléchir avant de donner sa réponse. Il était certain qu’elle choisirait ses mots avec soin et qu’elle se méfierait car, même si elle ignorait peut-être qui j’étais, elle devait se douter qu’il y avait un piège quelque part.

« Nous arrêter ? Ne me dis pas que tu penses que j’ai un quelconque lien avec cet ivrogne déplorable ? » dit-elle sur un ton suffisant et plein de mépris qui s’accordait parfaitement au regard que je décrivais plus tôt.

Soudain, la jeune fille fit quelques pas pour se mettre sur mon côté, raidissant ce qui devait être… des fausses oreilles bizarres ? Peut-être que les oreilles de chats étaient passées de mode ou peut-être qu’elle avait des goûts différents des autres gens mais ces longues oreilles pointues, bien que véritablement étranges, collaient plutôt bien avec son apparence et je compris pourquoi elle avait préféré ça à des oreilles de chat.

Ne bougeant pas spécialement, je la suivais du regard, attendant de voir ce qu’elle comptait faire, restant sur mes gardes et glissant doucement mes mains dans mes poches. Si elle m’attaquait il faudrait réagir au plus vite et le contact froid des billes en terre-cuite que j’utilisais comme arme me permit de me détendre un peu. Je n’avais pas peur, évidemment que non, mais c’était assez tendu comme situation et il fallait bien admettre que cette fille en imposait carrément.

« Quand à toi, qui es-tu pour oser me parler sur ce ton ? Ah… tu attends peut-être des remerciements pour m’avoir débarrassée de cet idiot, vous autres japonais semblez très respectueux les uns envers les autres… Quoi qu’il en soit, parle ou écarte-toi, mais ne t’avises pas de me menacer à nouveau. »

Et voilà, toujours ce ton suffisant et exaspérant. J’aurais aimé tomber un jour sur un adversaire qui ne soit pas un idiot, un pervers ou une personne méprisante qui se la pétait grave juste parcequ’elle avait un pouvoir plutôt puissant. Soupirant longuement, j’entrepris de répondre à ces paroles sur un ton plus lassé qu’autre chose.

-« Oh comme tu te la joues. Je sais que t’as un genre de standing à préserver en tant que supérieure de tout ce petit monde mais là il n’y a que nous… en tout cas de conscient, du coup t’es pas obligée de jouer la dure. Ceci étant dit, je dois bien avouer que t’en imposes un peu pour une demi-portion. » répondis-je en souriant, l’air un brin provocateur.

Me tournant finalement vers elle, j’avançai d’un pas dans sa direction histoire de l’empêcher de continuer à me tourner autour en me toisant comme elle le faisait.

-« Et biensur que tu n’as rien à voir avec lui, je l’ai juste utilisé pour t’amener ici et pouvoir attirer ton attention. Et si tu m’avouais ce que vous mijotez au lieu de perdre le temps de tout le monde à jouer la dure ? Je sais que vous préparez un truc pour bientôt et je préférerais ne pas avoir besoin de te frapper pour savoir quoi… Promis je t’achèterai une autre paire d’oreilles bizarres en échange si t’es gentille. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ounchet

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 28/02/2018
Localisation : Dans une ville qui n'en est pas une avec des abrutis

MessageSujet: Re: Les débuts d'une grande détective ! [PV Ounchet]   Jeu 31 Mai - 17:26

Ce fut un ton désagréable qui répondit à la mise en garde de la jeune princesse, ne manquant pas de faire vibrer ses oreilles d’irritation.

-« Oh comme tu te la joues. Je sais que t’as un genre de standing à préserver en tant que supérieure de tout ce petit monde mais là il n’y a que nous… en tout cas de conscient, du coup t’es pas obligée de jouer la dure. Ceci étant dit, je dois bien avouer que t’en imposes un peu pour une demi-portion. »

[ Tu ne crois pas si bien dire, impertinente petite humaine. ]

Les lèvres d’Ounchet s’étirèrent à ces paroles, dévoilant une canine pointue. Elle n’avait pas changé d’état d’esprit mais les remarques de la jeune femme avaient un intéressant effet à attiser son amusement.

[ Alors les japonais sont vraiment complexés par leur petite taille à ce que je vois… Kurumi avait raison, comme d’habitude. Il va falloir que je m’habitue à ce point de vue, pour un temps. ]

-« Et biensur que tu n’as rien à voir avec lui, je l’ai juste utilisé pour t’amener ici et pouvoir attirer ton attention. Et si tu m’avouais ce que vous mijotez au lieu de perdre le temps de tout le monde à jouer la dure ? Je sais que vous préparez un truc pour bientôt et je préférerais ne pas avoir besoin de te frapper pour savoir quoi… Promis je t’achèterai une autre paire d’oreilles bizarres en échange si t’es gentille. »


Son sourire se crispa légèrement.

« Tu penses vraiment tout savoir sur tout le monde toi, je me trompe ? »

Passant une main dans ses cheveux, l’adolescente commença à jouer avec l’une de ses mèches, l’enroulant autour de son doigt.

« Tu cherches à me vexer avec des insultes si primitives ? Franchement je m’attendais à mieux de la part d’une résidente de la ville la plus avancée du Japon. »

Son doigt se figea dans son mouvement avant de laisser tomber la mèche son l’épaule de la petite Égyptienne, qui releva entièrement la tête pour mieux s’adresser à la jeune femme.

« Sans oublier ces insinuations non… ce sont des accusations. Tu oses ainsi t’adresser à moi de la sorte, toi la simple marionnette d’un grand système ? Penses-tu vraiment en avoir le droit, le privilège ? Dans ce cas laisse-moi te retourner la pareille et t’accuser à mon tour, usurpatrice. Je ne pense pas me tromper en disant que tu n’es pas une gardienne officielle des lois de cette ville. En plus de tes insultes et accusations tu me menaces, quel protecteur de la justice agirait ainsi ? Tes méthodes t’ont trahie, idiote. »

Les points d’Ounchet se serrèrent, la dernière remarque de cette brute n’avait pas encore quitté son esprit.

« Cela fait la deuxième fois qu’on me parle de la sorte, vous autres japonais aimez bien vous cacher derrière vos artifices de respect et droiture n’est-ce pas ? J’ai cru en vos codes, et me voilà bien déçue par la trahison que vous m’avez montrée… »

« Étant donné ton esprit limité je vais faire preuve de pitié et te donner une seconde chance de comprendre ce que j’ai dit plus tôt. » soupira-t-elle avant de reprendre d’une voix plus sérieuse. « Tu es sur mon chemin. Alors nous pouvons continuer cette discussion sur ton passe-temps de pseudo-gardienne de la paix ou bien tu peux te décaler et disparaitre de mon air ici et maintenant, choisis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Anderson

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 01/07/2017

MessageSujet: Re: Les débuts d'une grande détective ! [PV Ounchet]   Lun 27 Aoû - 14:57

La tension monta à nouveau d’un cran tandis que l’expression de l’autre fille se crispa légèrement.

« Tu penses vraiment tout savoir sur tout le monde toi, je me trompe ? » commença-t-elle, toujours avec son ton condescendant avec une légère pointe d’agressivité.

Son insistance pour me faire comprendre qu’elle n’avait rien à voir avec tout ça commença à me faire prendre un peu de recul et me poussa à remettre en cause ce que je croyais avoir compris sur elle et les raisons pour lesquelles elle était ici. Après tout, peut-être qu’elle était arrivée au mauvais endroit au mauvais moment, qui sait ? C’était vraiment peu probable vu l’endroit où on se trouvait mais ce n’était pas totalement impossible et puis… à bien la regarder il fallait bien avouer qu’elle n’avait pas du tout la dégaine d’une dirigeante d’organisation illégale faisant dans le banditisme… Elle faisait plus… cosplayeuse mignonne un peu tsundere…

« Tu cherches à me vexer avec des insultes si primitives ? Franchement je m’attendais à mieux de la part d’une résidente de la ville la plus avancée du Japon. » dit-elle ensuite, continuant sur sa lancée.

Primitives ? C’était quoi cette façon de parler d’abord ? Visiblement elle n’était pas du Japon et encore moins de la cité académique. Décidément cette fille était vraiment bizarre avec son air supérieur et ses oreilles dressées sur la tête. Soudai nelle s’arrêta et redressa la tête pour mieux me regarder.

« Sans oublier ces insinuations non… ce sont des accusations. Tu oses ainsi t’adresser à moi de la sorte, toi la simple marionnette d’un grand système ? Penses-tu vraiment en avoir le droit, le privilège ? Dans ce cas laisse-moi te retourner la pareille et t’accuser à mon tour, usurpatrice. Je ne pense pas me tromper en disant que tu n’es pas une gardienne officielle des lois de cette ville. En plus de tes insultes et accusations tu me menaces, quel protecteur de la justice agirait ainsi ? Tes méthodes t’ont trahie, idiote.

Cela fait la deuxième fois qu’on me parle de la sorte, vous autres japonais aimez bien vous cacher derrière vos artifices de respect et droiture n’est-ce pas ? J’ai cru en vos codes, et me voilà bien déçue par la trahison que vous m’avez montrée…

Étant donné ton esprit limité je vais faire preuve de pitié et te donner une seconde chance de comprendre ce que j’ai dit plus tôt. Tu es sur mon chemin. Alors nous pouvons continuer cette discussion sur ton passe-temps de pseudo-gardienne de la paix ou bien tu peux te décaler et disparaitre de mon air ici et maintenant, choisis. »


Eh ben. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle savait s’écouter et se donner un genre. Bon en réalité je pouvais un peu comprendre qu’elle soit énervée après la façon dont on s’était rencontrées mais il fallait me comprendre aussi. Après tout ce temps à jouer au chat et à la souris avec les membres de l’organisation, je commençais à aller un peu trop vite en besogne et compris alors qu’il faudrait que je reprenne du recul et prenne plus mon temps au risque de foncer droit dans des ennuis.

Soupirant longuement, c’est plus un air de lassitude et d’ennui qu’autre chose qui répondit à sa grande tirade plutôt qu’un quelconque énervement ou autre. Haussant les épaules, j’entrepris de répondre, cherchant juste à dissiper le malentendu plutôt que de me justifier.

-« La marionnette d’un grand système hein ? T’es dans le délire des théories du complot alors ? ‘fin bref, je comprends que t’es pas celle que je cherchais, c’est bon. Et je suis pas une gardienne des lois ou une justicière mais j’ai pas de temps à perdre à t’expliquer, je pense pas que je t’apprécierais de toute façon alors c’est pas la peine de chercher à te faire comprendre. » dis-je sur un ton calme et posé.

-« Ah et au fait, je suis pas japonaise alors les généralités basées sur deux rencontres tu peux te les garder… Maintenant c’est bon tu peux t’en aller, tu m’auras juste fait perdre mon temps et une des seules occasions que j’aurai de trouver la personne que je cherche. »

La regardant un instant pour voir sa réaction, je pris conscience de ce que je venais de dire et réalisa la simple arrivée de cette fille au mauvais endroit au mauvais moment avait gâché des jours de planification et d’enquête et que, si je pouvais tenter de reprendre les recherches de zéro, ce serait bien plus dur maintenant qu’ils étaient au courant du fait que je les poursuivais. Décidément c’était vraiment du gâchis et j’avais du mal à cacher ma frustration.

M’apprêtant à me retourner pour m’en aller, je m’arrêtai et fronça les sourcils en regardant la jeune fille.
-« Tu parles des habitants de la cité scolaire comme d’inconnus mais t’es nouvelle ici ? Tu viens y faire quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ounchet

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 28/02/2018
Localisation : Dans une ville qui n'en est pas une avec des abrutis

MessageSujet: Re: Les débuts d'une grande détective ! [PV Ounchet]   Mar 28 Aoû - 20:28

-« La marionnette d’un grand système hein ? T’es dans le délire des théories du complot alors ? ‘fin bref, je comprends que t’es pas celle que je cherchais, c’est bon. Et je suis pas une gardienne des lois ou une justicière mais j’ai pas de temps à perdre à t’expliquer, je pense pas que je t’apprécierais de toute façon alors c’est pas la peine de chercher à te faire comprendre. »

Le visage toujours sévère, Ounchet arqua un sourcil. Après avoir fait tant d’insinuations, la jeune femme lâchait l’affaire finalement. Elle s’était attendue à d’avantages de reproches mais ça facilitait les choses si elle se rendait compte de son erreur toute seule. En revanche, et c’était bien quelque chose qui ne plaisait pas à la petite princesse, elle s’était débrouillée pour la rabaisser dans sa phrase. Cette fille avait indéniablement une haute estime de soit, doublée d’un air hautain qu’il n’y avait pas lieu d’afficher devant une véritable princesse d’Egypte.

-« Ah et au fait, je suis pas japonaise alors les généralités basées sur deux rencontres tu peux te les garder… Maintenant c’est bon tu peux t’en aller, tu m’auras juste fait perdre mon temps et une des seules occasions que j’aurai de trouver la personne que je cherche. »

Le deuxième sourcil d’Ounchet rejoignit le premier déjà levé.

[ Donc effectivement, Kurumi ne plaisantait pas en disant que ces gens, les espers pouvaient réellement être imbus d’eux-mêmes. ]

Alors qu’elle s’apprêtait à ouvrir la bouche pour répliquer, la jeune femme aux yeux bleus sembla comprendre quelque chose.

-« Tu parles des habitants de la cité scolaire comme d’inconnus mais t’es nouvelle ici ? Tu viens y faire quoi ? »

Les sourcils de la fillette reprirent leurs positions normales alors qu’elle posait sa main gauche sur sa hanche et relayait son poids sur la jambe du même côté, l’air soudain fatigué.

« Décide-toi, tu me soupçonnes ou tu ne me soupçonnes pas ? »

[ Est-ce qu’elle est revenue sur sa conclusion ? Non, est-ce que ce n’était pas un coup de bluff depuis tout à l’heure pour me faire baisser ma garde… ? ]

Mais le manque de preuves faisait penser à Ounchet que sa théorie n’était que spéculations, elle risquait de devenir complètement paranoïaque si elle se mettait à soupçonner chaque personne qui rencontrait sa route. Et puis de toute façon, qui pourrait seulement imaginer un fragment de son histoire ? Sûrement pas un étudiant ou une étudiante rencontré(e) par hasard en tout cas.

« J’imagine que c’est forcément trop flagrant au milieu de tous ces japonais. » se dit-elle tout bas en jetant un coup d’œil à ses vêtements. Puis plus fort : « Soit, je vois que d’une façon ou d’une autre, ma présence a retenu ton attention. »

D’un mouvement ample, Ounchet leva la main droite et en posa le bout des doigts sur sa poitrine, relevant bien la tête pour se donner un air royal.

« Je me nomme Saliha, et sache que tu t’adresses à quelqu’un qui est à un rang bien plus élevé que le tien ! »

Saliha Khâlid, l’identité qu’endossait Ounchet en face des habitants de la cité Scolaire. Une sécurité supplémentaire voulue par Arina pour la protéger, elle et son secret. Pourquoi pas après-tout, et puis ça lui offrait une couverture plus « moderne ».

Le regard de la fillette redevint glacial le temps de transpercer celui de la jeune femme « Alors je te demanderai de mesurer tes paroles. »

[ Mais puisqu’elle est si fière, je ferai en sorte de lui montrer son infériorité, et ce sur son propre terrain. Car pour avoir le droit d’aspirer à mon futur… oui, je dois dominer partout. ]

Elle reprit d’un ton plus léger après une courte pause, tout en faisant quelques pas vers son interlocutrice :

« Me dire en face des choses comme ça, tu en as du culot, est-ce parce que tu es une esper puissante ? J’ai cru comprendre que ces derniers étaient souvent hautains. Mais ce n’est rien de plus qu’un répugnant excès de confiance mal placée, finalement. »

Ounchet sourit en faisant un dernier pas qui l’arrêta juste devant la jeune femme, ses oreilles la dépassant même en hauteur. Elle leva la tête.

« Tu es celle qui m’a interpelée et c’était ta décision de passer ton temps à me questionner moi, celle qui est bien visiblement étrangère à ce pays. Ne rejette pas la faute sur autrui si l’erreur est tienne ! Tu te comportes comme une enfant. » Elle soupira à son tour. « Enfin, ça doit être un peu compliqué à comprendre… Pour répondre à ta question, je suis arrivée il y a peu à Gakuen Toshi et tout aussi récemment au japon. Disons que je passe des vacances avant de réellement me mettre au travail. Mais ne te méprends pas, je ne suis pas une esper, ces petites guerres de puissance ne m’intéressent pas. »

[ Ceux qui voulaient obtenir de la force et ont échoué sont traités comme les rebuts de cette société, mais elle a l’air moins bêtes que d’autres, peut-être qu’elle comprendra que je ne suis pas de ceux là. ]

« Et toi alors, qu’est-ce que tu es venue y faire, dans cette ville ? Ta si complète justification me laisse penser que faire régner ta justice est ton passe-temps favori, comme tu l’as fait avec cet ivrogne sur le sol. »

Le regard de la petite égyptienne fit un rapide aller-retour de l’homme à la jeune femme.

« Ma connaissance de cette ville est effectivement limitée, mais suite à tes accusations je commence à penser qu’elle n’est pas aussi brillante à l’extérieur qu’à l’intérieur. Est-ce que tu traques une réunion de malfrats ? »

Ounchet avait bien entendu été mise au courant de l’existence du côté sombre et des inégalités de la Cité Scolaire, bien qu’elle n’en savait pas beaucoup plus que cela. Mais pour citer Arina, « tout exercice est bon à prendre », et la princesse savait mieux que quiconque qu’elle avait des compétences à aiguiser. Elle avait également lu quelque part sur un écran une phrase qui était apparemment devenue célèbre à travers les âges ; « prudence est mère de sûreté ». Et pour une raison qui lui échappait, ce dicton l’amusait.

[ Combiner les deux est alors très simple, je dois devenir plus forte tant que l’entrainement en est encore un ! ]

Très fière de son cheminement de pensée et de sa conclusion, Ounchet « Saliha » adressa un sourire convaincu à la jeune femme, attendant sa réponse avec une excitation nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Anderson

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 01/07/2017

MessageSujet: Re: Les débuts d'une grande détective ! [PV Ounchet]   Lun 24 Sep - 17:25

Ma question sembla tout particulièrement ennuyer la jeune fille qui posa sa main sur sa hanche avant de me toiser d’un regard fatigué.

« Décide-toi, tu me soupçonnes ou tu ne me soupçonnes pas ? »

*Je peux très bien faire les deux si je veux* pensai-je en gardant cet élan d’immaturité pour moi, préférant préserver cette facette de ma personnalité pour une autre fois.

En tous cas cette fille était bien mystérieuse. Elle semblait du genre à s’agacer vite et parlait toujours avec son ton un peu hautain et désagréable, toujours avare de réponse, le genre à garder pour elle le moindre détail de sa vie et de ses aspirations. C’était marrant en réalité et je ne pouvais pas m’empêcher de me dire qu’elle en jetait un peu quand même. Moins que moi mais bon, tout le monde ne peut pas atteindre un tel niveau sans exercice.

« J’imagine que c’est forcément trop flagrant au milieu de tous ces japonais. » commença-t-elle, son racisme lattant se montrant à nouveau un peu plus. « Soit, je vois que d’une façon ou d’une autre, ma présence a retenu ton attention. »

Elle est vraiment forte. Je sais toujours pas comment elle fait ça. Même en répondant à de simples questions cette gamine trouvait le moyen de se donner un air détestable, c’est fou. Un vrai talent. Un talent chiant et pas très utile, mais un talent tout de même.

« Je me nomme Saliha, et sache que tu t’adresses à quelqu’un qui est à un rang bien plus élevé que le tien ! Alors je te demanderai de mesurer tes paroles. »

Ah ouais c’était ça en fait. Elle était juste chiante de base. Sur le moment je n’ai pas spécialement réagit, trop occupée que j’étais à être dépitée par ce qu’elle racontait comme bêtises avec son air sérieux et supérieur qui la rendait encore plus adorable. Chiante mais adorable. ‘fin je me comprends.

Et qu’est-ce qu’elle entendait par « un rang bien plus élevé que le tien » ? C’était peut-être une esper de haut niveau ? Enfin dans le meilleur des cas c’était une lvl 4, ce qui correspondait à mon propre niveau dont n’était pas si incroyable que ça mais ça pourrait justifier sa façon d’agir… j’imagine ? Je sais pas trop si les autres lvl 4 agissent comme en général, je dois bien avouer que je n’en fréquente pas beaucoup. Je fréquente pas beaucoup de monde tout court en fait, mais encore moins de lvl 4. Toujours était-il qu’elle sembla se calmer légèrement avant de continuer sa diatribe, imperturbable.

« Me dire en face des choses comme ça, tu en as du culot, est-ce parce que tu es une esper puissante ? J’ai cru comprendre que ces derniers étaient souvent hautains. Mais ce n’est rien de plus qu’un répugnant excès de confiance mal placée, finalement. »

Paf, retour du racisme. Décidément elle avait une dent contre les japonais et surtout contre les espers. Enfin bon, il paraît que les racistes sont des gens peu éduqués et aux avis très arrêtés, ça pourrait expliquer un peu son attitude, après tout. Cela dit ça ne me plaisait pas tellement d’être encore une fois caractérisée d’après des préjugés hâtifs, bêtes et totalement infondés. Surtout qu’elle s’excluait de cette catégorie donc elle jugeait de l’extérieur en faisant à nouveau des généralités basées sur des choses qu’elle avait entendues. Elle avança encore jusqu’à arriver juste devant moi, creusant d’autant plus la différence de taille tant je devais baisser les yeux pour pouvoir la regarder.

« Tu es celle qui m’a interpelée et c’était ta décision de passer ton temps à me questionner moi, celle qui est bien visiblement étrangère à ce pays. Ne rejette pas la faute sur autrui si l’erreur est tienne ! Tu te comportes comme une enfant. Enfin, ça doit être un peu compliqué à comprendre… Pour répondre à ta question, je suis arrivée il y a peu à Gakuen Toshi et tout aussi récemment au japon. Disons que je passe des vacances avant de réellement me mettre au travail. Mais ne te méprends pas, je ne suis pas une esper, ces petites guerres de puissance ne m’intéressent pas. »

Ah maintenant c’est moi qu’elle taxait de racisme ? Elle ne manquait vraiment pas d’air cette gamine. Cela dit on dit que tout le monde est un peu raciste au fond, est-ce que sa couleur de peau était une des raisons qui m’avaient poussée à l’interroger ? J’étais perplexe et ne fis pas trop attention à ses paroles suivantes, me questionnant sur ce sujet de société des plus important avant de me reprendre. C’était n’importe quoi, je l’avais même pas vue en plus à la base donc ses accusations étaient totalement infondées ! Pas vrai ? Puis elle reprit, encore une fois, semblant déchaîner un flot de paroles comme si elle se sentait attaquée et n’était pas vraiment sure d’elle.

« Et toi alors, qu’est-ce que tu es venue y faire, dans cette ville ? Ta si complète justification me laisse penser que faire régner ta justice est ton passe-temps favori, comme tu l’as fait avec cet ivrogne sur le sol. Ma connaissance de cette ville est effectivement limitée, mais suite à tes accusations je commence à penser qu’elle n’est pas aussi brillante à l’extérieur qu’à l’intérieur. Est-ce que tu traques une réunion de malfrats ? »

M’arrêtant un moment pour la fixer, une pointe d’amusement fit naître un grand sourire sur mon visage avant que je ne réponde à sa question.
-« Décide-toi, je t’intéresse ou je t’intéresse pas ? » dis-je en rigolant un peu. Posant la main sur sa tête, j’entrepris de lui ébouriffer doucement les cheveux avant de continuer. « Eh mais c’est des vraies oreilles ou quoi ? En tous cas ça te va plutôt bien, faut bien admettre. »

Me reconcentrant sur la discussion et enlevant ma main, je repris d’un ton plus sérieux, la regardant cette fois dans les yeux sans sourire amusé cette fois.

-« Eh ben, moi qui croyais que t’étais du genre peu bavarde et mystérieuse, quand tu commences tes monologues on ne t’arrête plus. Et si tu veux clouer le bec de quelqu’un en faisant ta maligne sache qu’une simple phrase bien choisie est plus efficace qu’un monologue chiant et trop long. »

Je ne savais pas trop comment elle allait réagir à cette remarque, elle était clairement pas du genre à accepter les remarques et autres conseils. Après tout elle était « d’un rang bien supérieur au mien », elle n’avait aucune raison de bien prendre ce que je venais de lui dire. Réfléchissant à ce que j’allais dire après, j’essayais de me rappeler ce qu’elle m’avait dit et ce qui appelait une réponse ou non pour organiser mon chemin de pensées.

-« Et du coup euh… Je suis lvl 4 pour info, mais c’est pas spécialement important. Ce que je fais à Gakuen Toshi… disons juste que mes parents m’ont abandonnée ici donc j’y ai toujours plus ou moins été. Ah et fais attention avec tes remarques racistes, c’est pas bien d’être raciste surtout une jeune fille comme toi. » dis-je avant de répondre à sa dernière question.

-« Et pour la réunion de malfrats, bah c’est pas vraiment tes affaires en fait. Je voudrais pas gêner le planning d’une personne aussi importante tu vois. Surtout une petite fille lunatique qui n’a pas de pouvoirs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ounchet

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 28/02/2018
Localisation : Dans une ville qui n'en est pas une avec des abrutis

MessageSujet: Re: Les débuts d'une grande détective ! [PV Ounchet]   Sam 29 Sep - 15:39

-« Décide-toi, je t’intéresse ou je t’intéresse pas ? »

L’irritation d’Ounchet grimpa d’un cran : pour avoir reprit sa phrase de la sorte, cette femme se moquait clairement d’elle. La fillette aurait bien lâché une réponse cinglante mais se figea en sentant une pression sur sa tête, lui ébouriffant les cheveux et ruinant la partie haute de sa coiffure.

[ Qu- ]

« Eh mais c’est des vraies oreilles ou quoi ? En tous cas ça te va plutôt bien, faut bien admettre. »

Portant immédiatement ses deux mains à sa tête, Ounchet eut un mouvement de recul. Est-ce qu’elle l’avait… caressée ? Comme le ferait quelqu’un de cette époque avec un « animal de compagnie » ? Qu’est-ce que c’était censé vouloir dire ? Était-ce de l’affection… ou au contraire une façon de montrer sa supériorité ? Les seules personnes qui avaient fait de même étaient les membres de la cabale, et bien entendu sa famille de sang. Le regard d’Ounchet se perdit un instant en repensant à ceux avec qui elle avait vécu pendant 14 ans il y avait de cela plusieurs millénaires. C’est vrai, cette marque d’affection, ce n’était pas quelque chose qu’elle avait eu pour habitude de détester. Au contraire c’était même plutôt agréable…

-« Eh ben, moi qui croyais que t’étais du genre peu bavarde et mystérieuse, quand tu commences tes monologues on ne t’arrête plus. Et si tu veux clouer le bec de quelqu’un en faisant ta maligne sache qu’une simple phrase bien choisie est plus efficace qu’un monologue chiant et trop long. »

La voix de la jeune femme la ramena brusquement au présent en même temps que sa mauvaise humeur grandissante. Non, ça avait clairement été une façon de la rabaisser. Ce que venait de faire cette roturière impertinente était un véritable lèse-majesté, et elle n’en avait absolument aucune idée.

« Es-tu « baaaka » ? » rétorqua finalement Ounchet en baissant les mains, son accent ressortant subitement. « Je ne cherche pas à te faire taire, au contraire je te questionne. »

[ Moi qui croyais que ceux habitant cette ville étaient intelligents… celle là ne semble pas très capable, finalement. ]

-« Et du coup euh… Je suis lvl 4 pour info, mais c’est pas spécialement important. Ce que je fais à Gakuen Toshi… disons juste que mes parents m’ont abandonnée ici donc j’y ai toujours plus ou moins été. Ah et fais attention avec tes remarques racistes, c’est pas bien d’être raciste surtout une jeune fille comme toi. Et pour la réunion de malfrats, bah c’est pas vraiment tes affaires en fait. Je voudrais pas gêner le planning d’une personne aussi importante tu vois. Surtout une petite fille lunatique qui n’a pas de pouvoirs. »

[ Hooo, alors les enfants non désirés sont toujours une réalité à cette époque. Tcheh, rien d’étonnant finalement, ce monde est tellement pourri que même les Dieux s’en sont détournés. ]

L’adolescente se fendit d’un sourire à son tour :

« Tu m’intéresses, et je commence à comprendre un peu mieux quel genre de personne tu es. Mais c’est dommage, tu confirmes ce que je dis par ton arrogance. Donc tu as toujours vécu ici finalement, tes origines ont beau être autres ça ne change rien si tu as vécu comme les japonais, pourquoi est-ce que tu prétends être différente ? »

La question pouvait paraître absurde, mais Ounchet voulait une vraie réponse. Pourquoi cette fille se considérait-elle différente des japonais alors qu’hormis les traits de son visage, tout en elle rappelait une japonaise de Gakuen Toshi ? Ounchet voulait savoir, sans parents, sans ancre à laquelle s’accrocher, qu’est-ce qui l’empêchait d’être comme tous les autres alors, en quoi était-elle différente ? De ce côté-ci, elle lui ressemblait bien trop pour qu’elle puisse ignorer cette occasion. La petite Égyptienne avait eu cette discussion à propos d’elle-même avec Arina une fois, mais n’avait pas pu apporter de réponse. Avec les circonstances de son passé, comment était-elle différente du reste du monde et quel rang cela lui apportait exactement ? L’héritage du sang était là, mais outre cela, comment trouver sa place dans le monde ?

Commençant à lever sa main droite, elle continua « Raciste hm ? J’ai tout de même légèrement l’impression que tu n’écoutes pas ce que je dis, c’était effectivement un peu trop long pour toi apparemment… Je t’ai expliqué que j’étais en vacances, non ? »

[ Elle n’a pas répondu convenablement à mes questions, est-ce qu’elle évite de me donner des informations ? Ou bien était-ce réellement trop compliqué à comprendre ? Elle fait passer son niveau d’esper pour un détail mais l’arrogance est bien là… en un sens elle se pavane, exactement comme moi. Excepté que pour ma part, tout est bien réel. ]

Le bras maintenant tendu à la verticale, Ounchet posa sa main sur le sommet du crâne de son interlocutrice qu’elle frotta légèrement avant d’empoigner une touffe de cheveux pour forcer la tête à descendre de quelques centimètres.

« Hora, hora, je te rends la pareille puisque c’est ta façon de saluer. Je crois bien t’avoir dit que mon rang était supérieur au tien… alors tes affaires sont mes affaires si je le souhaite. Je veux t’entendre me parler. »

Elle tira un peu plus sur la mèche pour la rapprocher encore, sans faire mal à la jeune femme pour autant. Son visage était d’autant plus près maintenant, suffisamment pour qu’Ounchet puisse plonger son regard dans les deux yeux bleus de l’esper. « D’ailleurs, je me suis présentée mais il ne me semble pas avoir encore entendu ton nom, level 4. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les débuts d'une grande détective ! [PV Ounchet]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les débuts d'une grande détective ! [PV Ounchet]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» La Grande Marée Qui Surbmergera Le Monde! (Résultat Des Sondages #1) [Avec de jolies images pour Tar... Car sinon il comprend rien...]
» Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!
» Une ile d'ordures plus grande que le Texas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: La Citée Scolaire :: District 7-
Sauter vers: