Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Izayoi Hasakura

avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 20/10/2015
Localisation : Là où se trouve le strawberry parfait !

MessageSujet: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Mer 21 Mar - 0:31

La cloche du midi avait retenti depuis plusieurs minutes, une foule d’étudiant était présent, alignée les uns derrières les autres tel un troupeau attendant d’être nourri par leur maître. Parmi ce troupeau se trouvait une personne aux cheveux d’une couleur inhabituel pour un japonais, un piercing a son oreille gauche et vêtu d’un sweat à capuche en dessous de son uniforme scolaire : Izayoi Hasakura. Le blondinet poussa un léger soupire alors qu’il voyait le nombre de personne derrière lui augmenter à grand pas, il était bien heureux d’être parti aussi vite que possible de la salle de classe, mais il se rendait compte que ce sentiment ne l’avait pas du tout manqué. Cet atmosphère étouffant, oppressant où les gens se poussaient pour avoir les meilleurs plats.

Finalement arrivé en face du vendeur de la cafétéria, l’étudiant jeta un petit regard sur ce qu’il restait et comme il le pensait, le fameux sandwich tant prisé par les étudiants, celui qui fond dans la bouche au premier croc : le golden eggwich de la cafétéria, était déjà en rupture de stock. Commandant un simple sandwich et deux onigiri avant de le ramener dans sa salle de classe, s’installant tranquillement prêt à prendre un croc à son sandwich dans le silence avant de sentir un bras se poser sur son épaule. Une chaise s’installa à sa table sans demander la moindre autorisation.

Il n’était pas un pariât, ni un rejeté ou un esquivé, mais il y avait peu de personne qui se permettrait d’être aussi proche de lui dans sa classe à l’exception d’une personne. L’individus qui s’était installer à sa table n’était nul autre que son fidèle coéquipier, son fidèle compagnon de connerie : Sakurako. Il afficha un léger sourire avant de s’asseoir sur la chaise qu’il avait placé, croisant les jambes affalées sur la chaise et pointant le sandwich ainsi que les onigiri du doigt.

« C’est plutôt inhabituel. »

Déclara l’adolescent avant de se servir et de prendre un onigiri, laissant Izayoi plutôt perplexe. Avant d’ignorer le fait qu’il lui avait voler un onigiri et qu’il était en train de le manger fièrement devant lui. Le jeune homme poussa un soupire avant de prendre la parole et éloignant son deuxième onigiri de la portée de ce voleur de première.

« Pas vraiment eu le temps de préparer quoique ce soit ces temps-ci. »

« Et ça revient plutôt cher » qu’il avait envie d’ajouter, mais qu’il garda sous silence pour ne pas se faire assaillir de question. Hasakura croqua dans son sandwich avant de lever ses yeux pour voir le reste de la troupe débarquer. Saito et Takahata entrèrent dans la salle de classe pour s’installer à sa table comme s’il s’agissait d’un rituel entre eux. Maintenant que l’équipe était au complet, il ne pouvait définitivement pas en parler, absolument pas sinon ça allait surement déraper.

« Hum…les parfaits ont finalement eu raison de ton porte-monnaie ? »

Demanda Saito alors qu’il ouvrait son ben-to pour commencer à le manger avec le groupe. Izayoi hocha la tête tout en continuant à manger son sandwich, il n’avait pas totalement tort, mais le blondinet n’allait pas non plus lui dire toute la vérité pour pas qu’ils ne lui prennent la tête. Affichant un petit sourire, le genre de sourire que les trois autres connaissent, c’était un sourire qui n’annonçait rien de bon. La dernière fois qu’il avait un tel sourire, Sakurako qui l’avait écouté s’était retrouvé coursé par un groupe de mère de famille en colère pour une raison encore inconnu aux groupes et Sakurako refuse d’en parler quand on lui demandait pourquoi.

« Si tu veux faire des économies, j’ai quelque chose à te proposer. »

L’alerte « danger » d’Izayoi s’activa faisant lever l’épis qu’il avait sur la tête tel un détecteur. C’était clairement un piège ou alors quelque chose dans le genre, cet homme aimait les demi-mensonges. Il ne dit jamais toute la vérité, mais ses conseils te permettent plus ou moins toujours d’obtenir ce qu’il te dit, malheureusement c’est souvent un véritable périple qui attend la personne.

« Ecouté ce qu’il a dire ne pouvait pas faire de mal…je suppose…»

Finissant son sandwich, Izayoi lança un regard défiant à son ami avec un petit sourire.

« Je t’écoute »

***

Une fois la journée de cours terminé, ramener un plat moins cher n’était pas forcément une mauvaise idée selon lui et puis son estomac était capable d’avaler n’importe quoi. Poussant un soupire et sortant un petit papier de sa poche, un petit cadeau de Takahata avant qu’il ne quitte la salle de classe après que la cloche n’ait retenti. Une adresse était écrite dessus accompagné d’un petit mémo pour lui dire de ne pas oublier de le remercier.

Obtenir des plats pas chers, c’était quelque chose qui pouvait intéresser quelqu’un qu’il connaissait. Sortant son téléphone pour composer le numéro et appeler son ami. Malheureusement après 5 minutes de discussion l’appel pris fin, une discussion des plus gênantes. « ça va.. », « J’ai piscine » accompagné de quelques blagues comme pour camoufler quelque chose, son ton faisait de son mieux pour être normal, mais ce n’était pas le cas.

« Cet idiot… »

C’était la seule chose que pouvait dire l’étudiant d’Eiri avant de se remettre à suivre les directions de son GPS, au bout de quelques minutes de marche le blondinet tomba sur un supermarché. Il entra tranquillement avant de voir une dizaine de personne déjà présente, mais contrairement à un supermarché habituel ils ne faisaient pas la queue pour sortir et acheter leur produit, non, non, ils attendaient patiemment à l’entrée du supermarché.

« … »

Assez perturbé par la situation, le blondinet marcha de long en large, observant un peu toutes les personnes qui se trouvait dans le supermarché. Il tentait de comprendre pourquoi tout le monde attendait là au lieu d’aller simplement faire leurs courses. Certaine tête lui revenait presque, en espérant que ce ne soit pas des skill-out qu’il a croisé par accident, mais parmis toute ces têtes. Une d’entre elle le marqua particulièrement. Jamais il ne pourrait oublier cette personne, même s’il ne l’avait vu qu’un court instant. Ses yeux de mort, sa petite taille et cette veste rouge, c’était sans aucun doute le jeune homme qu’il avait croisé le soir où il s’était fait poignarder. Il ne connaissait pas du tout son nom, mais leur regard se croisa alors Izayoi se dirigea vers lui, en espérant qu’il lui explique pourquoi autant de monde était présent à attendre.

« Hey ! Tu sais ce qui se passe ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 22
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Sam 12 Mai - 20:56

Une légère douleur à la joue fit remuer Dim dans son sommeil, agité de cauchemards. Un groupe d'hommes en armure le poursuivaient encore dansles ruelles sombres de la ville. La peur lui etreignait le ventre alors qu'il cherchait à s'enfuir. Il n'arrivait plus à s'envoler, comme cloué au sol, condamné à fuir comme une simple proie.
Un museau froid vint se loger dans l'oreille de l'esper. Par réflexe, celui-ci abattit sa main sur la cause de cette soudaine sensation, ce qui n'eut pour d'autre conséquence qu'une gifle magistrale auto-administrée. Surpris, Dim se réveilla en sursaut.

"Qu'est-ce que..." Encore dans les choux, les paupières papillonantes, Dim regarda autour de lui de manière paniquée. Il lui fallut quelques secondes pour se revenir à la réalité et se souvenir d'où il était. Couché au sol sur un matelas de camping, entouré de dossiers éparpillés et de chats dont les regards hautains semblaient le juger, une étincelle de mépris au fond des yeux pour celui qui avait troublé leur sommeil.

Alors qu'il se remettait encore de sa frayeur, l'esper se rendit compte que l'attaque ne s'était pas arrêtée. Maintenant au niveau de sa main Schrödinger, l'un des chat de gouttière qui avait pris possession de l'appartement de Dim, avait entreprit de le pincer suffisament fort pour que l'esper ressente le besoin de retirer sa main. Leurs caractères variait, mais chacun de petit protégé de Dim était encore à moitié marron et leur comportement était relativement violent comparé aux chats d'appartements dont profitaient ses compatriotes urbains.
Ignorant la boule de poil qui était visiblement d'humeur joueuse, l'esper se releva en prenant garde à ménger son bras gauche. Encore en écharpe, les muscles de son bras n'avaient toujours pas guérit suite à sa blessure par balle quelques jours plus tôt et le moindre mouvement restait péniblement douloureux.

S'habillant en vitesse pour échapper au froid qui régnait dans son squat mal chauffé, Dim en profita pour jeter un oeil pensif à la forme encore blottie sur le canapé. Lovée sous la quasi-totalité des couvertures de l'appartement, la ptite tête brune d'Aiko dépassait à peine de son cocon de tissu, une Katarina royalement posée au sommet de ce mont-Aiko.
Depuis qu'il l'avait amenée au cimetière, Aiko avait pris l'habitude de dormir de plus en plus. Sans beaucoup de recours, Dim avait continué son enquête sur l'origine de cette gamine qui partageait son ADN tout en s'inquiétant quelque peu de la santée de celle qu'il avait été prompt à considérer comme sa petite soeur. Si quelqu'un pouvait lui donner des infos quand à l'état d'Aiko, c'était son créateur. En attendant, la jeune fille dormait lorsque Dim était allé se coucher, aux premières lueurs de l'aube, et semblait toujours dormir alors qu'il se réveillait en début de soirée. Elle semblait s'être levée entretemps, mais cela n'aidait pas beaucoup l'esper à cesser de s'inquiéter.

Néanmoins, pour le moment, Dim avait une mission secondaire à accomplir. Son ventre grondait, et celui de Schrödinger aussi à en juger par ses coup de griffes vicieux en direction des orteilles de l'esper. Et il était définitivement impossible de mener une enquête correcte le ventre vide.
Attrapant son chat dissident, Dim le plaça dans un sac qu'il accrocha à son ventre, sous son manteau, ce qui calma immédiatement le petit félin. Puis, après avoir laissé un mot à l'attention d'Aiko au cas où elle se réveille, il parti par la fenêtre.

Quelques années auparavant, un Dim affamé et au bord de la ruine s'était retrouvé à partager le même fond de poubelle qu'une petite boule de poil, qui à l'époque pouvait tenir dans sa main. Dim se cachait d'un groupe de mafieux, le petit chat semblait attendre la mort, dévoré par les parasites. Une fois ses poursuivants passés, l'esper avait récupéré le chaton et cherché un moyen de lui sauver la mise, respectant par là une des plus ancienne tradition de Strange, dictant que nul ne doit faire de mal à un enfant perdu ou à chat errant.
La première étape de cette mission de sauvetage coïncidait avec l'objectif premier de Dim: Trouver à manger. De préférence rapidement. Mais malgré l'abondance d'endroits fournissant de la nourriture, l'esper devait bien se rendre à l'évidence, tout était trop cher pour la maigre bourse qui lui restait encore.
Leur salvation apparut sous la forme d'un petit magasin niché à la périphérie du District. Intrigué par le rassemblement qu'il y avait aperçu, l'esper s'en était approché, chaton fermement tenu contre lui. Quand à ce qu'ils y trouvèrent...

Dim atterit dans une ruelle non loin du magasin, prenant garde à ne pas se faire apercevoir par un passant trop curieux. Ouvrant son sac pour laisser Schrödinger respirer, l'esper se dirigea vers le champ de bataille. Une lutte terrible se préparait alors que l'air semblait suffisament électrique pour ébouriffer la fourrure de Schrödinger.
Ne prenant pas la peine de se faire discret à l'approche de l'arène, Dim se rendit compte qu'une tête connue venait droit vers lui. Blond, un visage de gentil benêt et visiblement en pleine forme. Pas de doute, c'était ce lycéen que Dim avait tenté de sauver de l'homme au masque. Celui qui avait commencé toute cette affreuse nuit. Il avait l'air à moitié paumé, mais est-ce que c'était vraiment un hasard? L'esper décidait de rester prudent.

« Hey ! Tu sais ce qui se passe ? »

L'esper l'accueilli avec un léger signe de la main, un sourire en coin devant la question de l'adolescent. Après tout, savoir ce qui se passe était littéralement son métier. Il décida d'être conçis, il lui était inutile de cacher ce que le jeune homme pourrait apprendre auprès de n'importe quel autre participant.

"Evidemment. C'est très simple en réalité, cette boutique fait des promotions de fin de journée. D'excellents repas préparés pour un prix absolument ridicule, même le dernier des crevard pourrait se payer un délicieux repas. Clairement, une haubaine..."
Le sourire en coin de Dim s'élargit alors qu'il continuait

"A ceci près que nous ne sommes pas les seuls à avoir faim, pas mal de ventres affamés ne demandent qu'un de ces délicieux bentô préparés pour un prix aussi modique. Le reste devrait te venir naturellement." termina l'esper avec un air complice. Tant qu'à avoir ce gosse sous le coude, autant gagner sa confiance. Après un évènement comme "cette" nuit-là, il étiat une ressource potentielle intéressante en cas de besoin.

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 19/03/2016
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Mar 12 Juin - 16:09

La réunion de cette journée n’avait pas été aussi longue que les autres, mais aucun associé n’eut besoin de plus d’information. Cela faisait un bon bout de temps, depuis que le Bloc avait réussit à renaître des cendres des anciennes instalations, que chaque membre avait sué sang et eau pour le bien de la Cité Académique, et pour que le Bloc obtienne des fonds. Expérience après expérience, rapport après rapport. Tout, absolument tout avait été fait pour la Cité, avec la Cité, selon la Cité. Aucun écart, aucune défaillance majeur qui puisse lui amputer quoi que ce soit. Comme un chien agitant la queue devant son maître, le Bloc G avait décidé d’embrasser sa position. Mais les récents évènements avaient changés la donne. Kotaro Kihara avait changé la donne.

Le petit poing d’Akutoku Reitōko s’enfonça dans le mur blanc en émettant un petit « poc ». Afin de mieux distribuer et garder la chaleur, les murs de sa chambre étaient fabriqués avec des matériaux plastiques isothermes qui faisaient aussi office d’amortisseurs. Ainsi elle n’eut pas à subir une douleur après son action. Pourtant, le visage de l’adolescente aux cheveux bleus était toujours crispé. Dans sa chambre blanche de poupée où tout était bien rangé et à sa place, les restes d’une installation se trouvaient aux côtés de son lit, une tringle porteuse d’un sac à IV et du matériel médical de base, dont une seringue. Juste après avoir passé son énervement sur le mur, deux petits coups de doigts vinrent se faire entendre devant l’entrée de sa chambre à la porte ouverte. Par courtoisie, la personne n’avait pas encore mis un pied à l’intérieur.

« …Kh… Oui ? »

« Je vois que tu es de nouveau sur pied. Quel soulagement. La rapidité avec laquelle tu es capable de te remettre des tes blessures est impressionnante. »

« Il ne marche plus. »

Akutoku n’avait pas écouté les dires de Mayumi-sensei. Coupant à toute règle de politesse, elle avait simplement lancé sa phrase après la sienne, comme on aurait lancé un coup de poing. Les cheveux de l’étudiante de Nagatenjouki lui tombaient sur les épaules et dans sa nuque d’une manière anarchique, et Mayumi dû se retenir très fort de ne pas attraper les deux nœuds noirs sur la table de chevet pour les accrocher de force sur le crâne de cette adolescente dévergondée. A la place, la femme au serre-tête se contenta d’entrer en ramassant un morceau de carrelage découpé au cutter. Visiblement, ce modèle là n’était pas le meilleur outil pour dessiner au mur.

« Cryogenisation est un pouvoir... Tu sais qu’il y a encore une grande marge d’amélioration. Cela n’est qu’une résultante de ta dernière mésaventure, ce n’est que passager. Mais tu n’as absolument aucun besoin de t’inquiéter, Reitōko-kun. Je sais que cela faisait longtemps que tu désirais enfin te rendre utile, et il se trouve qu’une nouvelle expérience avec ta personne en vedette est en préparation. Tout le Bloc est très excité. J’imagine que toi aussi ? »

« Jusqu’à maintenant... C’était… Un problème de calcul. Mais maintenant, c’est différent… Qu’est ce qui a changé… ? Depuis que j’ai perdu connaissance dans le hall de l’hôpital après-…  »

« Un souvenir désagréable, je présume. Ne te fait pas de mal en y repensant, Reitoko-kun. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que tu puisses l’utiliser à nouveau. N’ais pas d’inquiétude. »

Le visage de Mayumi était toujours aussi imperméable aux émotions. Réminiscent de ses différents métiers, elle ne trouvait plus aucun intérêt au contact humain et Akutoku n’était pour elle qu’un nom sur un tableau blanc. Et pourtant, Mayumi ne put s’empêcher elle aussi à repenser à la voix du haut-parleur en se mettant à la place d’Akutoku Reitoko et de son expérience face à ses évènements. Quelque chose de nouveau était en marche, et le devoir qu’elle devait aux dirigeants de la Cité Académique en même temps qu’au Bloc G rendait sa position des plus instable. Pour l’instant, elle n’avait reçu aucune information ou requête des directeurs, donc elle n’était encore que « la surveillante et organisatrice des déplacements et  activités extérieurs » de l’adolescente.

« Comme tu le sais, nous avons déjà prévu ta désinscription à Nagatenjouki Academy afin que tu sois totalement disponible pour l’expérience qui va arriver. Tu n’auras plus besoin de sortir durant les pauses, ce qui te donnera plus de temps pour entraîner ta capacité. Profiter de ses quelques derniers jours pour te mettre dans un état d’esprit plus calme. »

« S-…Sensei ! Mais… Il y a le festival culturel et… Et j’ai encore beaucoup de devoir à remplir avant de finir mon année ! Je ne peux pas juste rester à l’intérieur… ! »

« Cette décision est irrévocable, malheureusement. C’est aussi pour ton bien, regarde ce qui arrive à chacune de tes sorties… Il y a bien des dangers dehors, voilà pourquoi tu seras plus en sécurité à l’intérieur de l’installation. Mais évidemment, tu pourras participer aux ‘‘évènements important’’ si ils sont mandatoires. »

Akutoku Reitoko semblait sans surprise ne pas bien prendre ses nouvelles directives. L’oiseau en cage s’était apparemment fait à la vie en société durant l’expérimentation. Mayumi aussi trouvait que cette décision était bien trop précoce. A quoi est ce que le groupe d’Ako et Himiko pensaient au juste pour demander un revirement aussi rapide ? C’était tout sauf discret, comme décision. Le fait d’avoir dû leur rapporter l’évènement avec Kotaro Kihara commençait à lui faire remonter une légère crispation incontrôlée. Aurait-elle dû garder ça pour elle ?

« Et… Et pour la réputation que j’ai réussi à construire ? J’ai fait comme Papa et Maman me l’ont demandé ! Je suis… Dans le top de Nagatenjouki Academy ! Je suis connue, maintenant ! J’ai fait tout ce que l’on m’a demandé, et je peux encore aller plus loin, je le sais ! Laissez-moi juste encore un peu de temps… S’il vous plaît ! »

Une surprise invisible sur le visage de Mayumi vint la faire faire un pas sur le côté. Akutoko Reitoko était encore plus déterminé que jamais à garder sa position, si bien qu’elle en venait de nouveau à passer outre les directives du Bloc… Comme elle l’avait fait en outrepassant les systèmes de sécurité cette nuit là. Emancipation. Akutoku Reitoko n’était plus la poupée de chiffon que l’on pouvait tout simplement bouger de droite à gauche en poussant un bouton. Tout s’éclairait d’un seul coup. Pourquoi Ako avait précipité Ice Castle. Parce que la princesse ne voulait plus rester dans son château. Suite à une nouvelle explication barbante de Mayumi-sensei, deux petites mains vinrent s’aggriper à sa blouse blanche.

« Il y a ses gens… Ils faut que les retrouve. Une fois que je l’aurais fait, je pourrais me remettre à… Mais je dois d’abord trouver ses gens. Cette fois je ne vous causerais pas d’autre problèmes, alors faites moi confiance ! »

Retirant doucement les mains de l’adolescente de sa blouse, Mayumi émit un léger mouvement de la tête en l’inclinant vers l’avant, comme pour faire comprendre que la conversation s’arrêtait là. Refermant la porte derrière elle après avoir salué une nouvelle fois l’étudiante, la scientifique s’assura qu’elle était bien fermée avant de cligner des yeux en voyant Himiko dans le couloir, les bras croisés et regardant dans sa direction d’un air dénué de toute chaleur qui commençait à devenir redondant entre ses murs.

« Himiko-san. »

Akutoku se posa sur son lit en faisant passer de doigt à doigt ce qu’elle avait dans la main avant de lever la tête vers le plafond. La carte magnétique de Mayumi-sensei devait bien ouvrir les plus petites portes cachées de l’installation, alors elle ne doutait pas qu’elle puisse aller où elle le voulait en la gardant avec elle. Mais aujourd’hui, Aku n’avait pas envie de jouer à cache-cache avec les robots de nettoyage de l’installation, et encore moins au loup une fois que la scientifique allait remarquer qu’elle n’avait plus sa carte sur elle.

[ Qu’est ce que je fais… Merde, je ne sais plus ce qui est juste du tout. Sempai, à cause de vous, tout est plus difficile ! ]

Attrapant son cutter planté dans un mur, Akutoku Reitoko ouvrit la porte fermée à clef de sa chambre en agitant la carte. Dirigeant la lame de son cutter dans l’entre-brasure de celle-ci, elle la plaça en biais vers la gauche, puis vers la droite, l’utilisant comme un miroir. Une fois s’être assuré que Mayumi-sensei n’était plus dans le coin, elle fit cliqueter le mécanisme pour rentrer la lame, plaçant son outil dans la poche de sa veste. L’uniforme de Nagatenjouki Academy qu’elle portait ne possédait pas de nœud, et pas d’insigne, et ses cheveux étaient toujours dans un état pas possible. Akutoku aurait aimer enfiler quelque chose d’autre, mais cela restait le cadet de ses soucis.

[ Mais ce que je sais, c’est que si mon temps est limité… Je vais rattraper ses connards. Le garçon au cheveux noirs aux ordres de Genji-san… Le garçon aux cheveux blonds… Et Satoshi Sugimori. Vous ne vous en tirerez pas comme ça, vous trois ! ]

Ouvrant la grande porte métallique, Akutoku vint rapidement accélérer le pas en direction d’un des agents d’entretien encore en service malgré l’horaire.

« Excusez-moi ! J’ai trouvé ça par terre, je crois que ça appartient à une scientifique de l’installation… ! »

***


« Alors, tu… Tu as besoin de mes talents pour retrouver des gens… ? Je n’imaginais pas que… Tu te mettes à demander l’aide des autres personnes, dis donc… Tu es sûr que t- »

Le bruit d’un cutter fendant l’air fit avaler sa salive à l’étudiant à lunettes, qui releva ses mains devant lui par réflexe. Il ne savait pas si il ressentait plus d’appréhension à recevoir une vilaine coupure de cutter ou une morsure de ses canines pointues qui se dessinaient derrière l’expression agacée d’Akutoku Reitoko. Agacée, pas énervée. Pas dégoûtée, ou en pleine crise de rage. Akutoku Reitoko semblait simplement agacée.

« Tu as réussi à me trouver dans la ville avec ton drone, durant l’entrevue avec l’esper qui manipulait la lave. Comment tu as fait ? Je dois retrouver des gens, alors si tu pouvais arrêter de baver et me filer ton truc, ça accélererait vraiment les choses, espèce de trouillard dégoulinant. »

« Oh tu… Tu veux dire… ça ? C’est rien d’extraordinaire, tu sais… C'est juste de la reconnaissance faciale. »

Levant distraitement un sourcil en direction de la fenêtre apparaissant sur le téléphone brandit par le garçon, Akutoku vint s’en saisir sans autre forme de procès, pour regarder la liste de photo qui venaient d’apparaître sur celle-ci. Des mots clefs étaient écrits sur un encart à côté de cadre apparaissant sur le visage des personnages apparaissant sur les photos.

« C’est quoi ce merdier, au juste… ? »

« … Tu… Tu ne sais pas ce que c’est, un selfie ? »

Akutoku se mit à cligner des yeux, avant d’articuler un sourire carnassier, sensé cacher un doute dans son expression. Elle agita son cutter de gauche à droite en fermant les yeux, comme si c’était une main qu’elle déplaçait.

« P-Pour qui tu me prends, espèce d’abruti ! Evidemment que je sais ce que c’est ! C’est ce type de photographies cadrées d’une manière à mettre l’accent sur différents traits physiques. »

[ Elle sait pas c’que c’est. ]

Une goutte de sueur vint s’écouler sur la tempe de l’étudiant à lunettes qui compris que le faire remarquer à l’étudiante ne servirait à rien d’autre qu’à écourter sa durée de vie. Pointant du doigt les cadres à côté des photos en gardant une distance de sécurité, le garçon se mit tout de même à éclairer un peu sa camarade.

« Ce n’est pas vraiment du hacking, puisque toutes ses informations sont récupérable en ligne. Mais ce logiciel permet rapidement d’en faire l’inventaire sur une banque de données ! Avec ça, on peut taper un mot clef, et trouver quelque chose de spécifique... Q-Quand quelqu’un prend une photo dans un espace public, ou active la fonction de sa caméra, les données sont récupérée si il active l’échange avec… l’extérieur. Si quelqu’un apparaît dans l’image ou le cadre, alors on peut le trouver aussi, même si il ne le sait pas… Mes drones prennent des images aussi, et si on couple les données, on peut trouver pas mal de gens si tanté qu’ils soient… Dans un espace public, ou ce genre de chose… Tu vois ? »

Akutoku vint réfléchir un instant en clignant des yeux.

[ Un mot clef, hein… ]

« Tu es vraiment un espèce de pervers dégueulasse et répugnant, et tu me donnes la gerbe. Mais c’est exactement ce que je cherchais, sale stalker. Tape ‘‘cheveux noirs’’, ‘‘taille moyenne’’, ‘‘garçon’’ et  ‘‘yeux noirs’’ dans ton logiciel ! »

L’étudiant de Nagatenjouki articula un sourire à l’adolescente aux cheveux bleus en bataille, pensant d’abord à une plaisanterie. Voyant que celle-ci semblait sérieuse, il commença à se mordre la joue en attrapant doucement le téléphone, avant de le tendre à Akutoku.

« Hum… T-tiens. Il y a… 780 résultats sur la première page. Il n’y en a que 17, parce que ça n’englobe que les résultats les plus récents, environs une à deux heures. »

Serrant les dents en faisant défiler les dizaines d’image de garçons japonais et de leurs groupes d’amis, Aku compris que le peu de chose qu’elle avait apprise sur ce garçon mystérieux de la ruelle du Seventh Mist  n’allait pas lui être d’une grande aide. Comment elle avait pu penser une seule seconde pouvoir le retrouver aussi facilement ? Elle n’avait pas le choix, si elle voulait avoir une chance de le retrouver, elle devait faire d’une pierre de coup et se remettre sur la trace de Genji lui aussi. Mais depuis que son téléphone et que sa console avaient été détruit durant l’incident avec les paramilitaires inconnus… Oui, le sort s’acharnait décidément à empêcher Akutoku Reitoko de ne réussir quoi que ce soit.

« Kh… A quoi ce truc débile peut servir au juste, à part poursuivre des adolescentes dans des ruelles, espèce de détraqué… ? »

« Et-et bien... Avec toi c’était plus simple, je veux dire… Avec tes cheveux bleus et ton costume de lapin blanc… »

Levant son cutter en direction du garçon à lunettes, le regard d’Aku changea en l’espace d’une seconde, comme si quelque chose s’était connecté. Après avoir tilté, l’adolescente se mit à attraper de nouveau le téléphone des mains du garçon.

[ Une couleur de cheveux spécifique… Je ne pourrais peut-être pas trouver les deux autres, mais… ]

« Hé-… Une seconde ! Reitoko-san ! C’est… C’est mon téléphone ! Tu ne vas quand même pas partir avec, le dernier tu l’as jeté par… Elle est partie avec. »

Contente de trouver les mots clefs qu’elle cherchait, Akutoku Reitoko accéléra la cadence… Avant de se rappeller qu’elle était tout sauf sportive. A bout de souffle contre un mur du District 18, elle attrapa son téléphone dans l’autre main en essuyant son front d’un revers de main. Les résultats venaient juste d’apparaître pour ‘‘barrettes’’, ‘‘garçon’’, ‘‘yeux bleus’’ et ‘‘cheveux blonds’’. Derrière la photographie d’un adolescent plutôt bien portant et d’un des tickets qu’il avait à la main se trouvait un garçon qui apparut dans l’esprit d’Aku aussi vite qu’elle le vit. Un sourire se dessina sur son visage. Une phrase vint retentir elle aussi dans sa tête, faisant apparaître les canines pointues de l’étudiante.

« Aku-chan ! Pour être honnête je suis déçu. La reine de glace de Nagatenjouki a eut du mal contre un pauvre esper d’une école méconnu, tu as carrément frôlé la défaite. Je me demande comment va réagir ton école ? Tes proches et surtout ceux qui pensaient que tu pourrais devenir la « meilleure »… ils seront surement déçu…»

[ Dans le District 7, hein ? Je peux l’atteindre avec le train magnétique. Le résultat date… D’il y a trois minutes. On dirait que je t’ai trouvé, blondinet. On a à s’expliquer, tous les deux. J’espère que tu as préparé ta culotte de rechange. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izayoi Hasakura

avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 20/10/2015
Localisation : Là où se trouve le strawberry parfait !

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Sam 14 Juil - 17:18

"Evidemment. C'est très simple en réalité, cette boutique fait des promotions de fin de journée. D'excellents repas préparés pour un prix absolument ridicule, même le dernier des crevard pourrait se payer un délicieux repas. Clairement, une haubaine..."

L’air interrogateur de l’adolescent se transforma en sourire en entendant la réponse de l’homme à l’aura mystérieuse, à la plus grande des surprises Saito n’avait pas l’air de lui avoir menti. Personne ne cracherait sur des repas préparés à prix réduits et qui sont délicieux selon les habitués ! C’était on ne peut plus parfait, un peu trop parfait…

"A ceci près que nous ne sommes pas les seuls à avoir faim, pas mal de ventres affamés ne demandent qu'un de ces délicieux bentô préparés pour un prix aussi modique. Le reste devrait te venir naturellement."

Légèrement dans le flou face à certains mots de cet homme, le blondinet haussa un sourcil.

« Hum ? Le reste devrait me venir naturellement… ? »

Il n’arrivait pas à percuter la vraie signification de ces paroles, elle le laissait complètement dans le flou sur ce qui allait se passer. Le brouhaha de fond cessa d’un seul coup, laissant place à un silence omniprésent et des yeux concentrés en un seul emplacement. Instinctivement il suivit le regard des autres pour observer un vieil homme avec son apron marchant vers les plats préparés plaçant tranquillement des étiquettes dessus alors que le silence était de plus en plus fort et que les yeux de certaines personnes ressemblaient clairement à ceux de loups affamés.

« Pourquoi ?... »

Pourquoi n’allaient-ils pas tout simplement chercher leurs plats dès maintenant ? Qu’attendent-t-ils ? Cette pression dans l’atmosphère l’empêchait de faire un acte irréfléchi tel que se diriger vers les plats dès maintenant, aux vu des yeux de certaines personnes, il devait exister des règles tacites et l’adolescent l’avait plus ou moins remarqués. Des « personnes affamés » qui regardent ces ben-tô comme si c’était leur dernier repas n’attendrait pas patiemment sans aucune raison, il était préférable d’attendre patiemment. Lâchant du regard les loups et reposant son regard sur ceux du vieil homme qui venait de terminer de poser les étiquettes sur les boites, s’en allant silencieusement.

Une fois la porte fermé, le silence se brisa aussitôt, se transformant en un ramassis de cri de guerre alors que toutes les personnes présentes se dirigeait vers les ben-tô comme des fous furieux. Ebahit par le changement soudain d’atmosphère, l’étudiant d’Eiri perdit de vue son seul « allié » et vit alors de plus en plus de personne se battre pour éliminer l’autre afin de tenter d’obtenir un ben-tô. Ce n’était de petit coup pour écarter la personne, ils cherchaient littéralement à mettre l’autre K.O pour avoir la route…c’était quelques peu surprenant de savoir qu’un tel lieu existait à la citée scolaire.

« Se battre pour obtenir un plat ? Saito…soit maudit ! »

Ce n’était pas prévu, Izayoi imaginait plus une situation calme comme un dans un vrai magasin. C’était tout l’inverse du calme qu’il imaginait, c’était chaotique et anarchique. Néanmoins il y avait de bonnes nouvelles, pas besoin d’attendre une éternité pour atteindre la caisse et il ne risquait pas de s’ennuyer. Le problème étant :

« Ai-je vraiment le droit de participer ? Elle a dit de ne pas utiliser ce qu’elle m’apprend à mauvais escient ? Je ne pense pas que taper les gens pour se nourrir soit une bonne utilisation ! »

Il n’avait pas encore appris grand-chose, mais il considérait plus ces instructions comme une interdiction de se battre sans raison ou de faire le mal avec et il n’avait aucune envie qu’elle vienne lui faire la peau. Alors qu’il se tracassait le crâne à trouver un moyen d’obtenir ces bentô pas cher sans pour autant contourner ou enfreindre les règles qu’on lui a ordonné de respecter, son regard se posa sur une jeune fille aux cheveux châtains dont on ne pouvait pas voir le visage à cause de sa frange beaucoup trop longue.

« Hum…Ninja style ! »

Bourrinés n’est pas toujours la meilleure solution, la discrétion pouvait être une bonne chose parfois ! Même si le jeune homme aux cheveux blonds n’était pas un expert dans cet art, c’était quelque chose qui se tentait. Il avait bien réussi son coup de Solid Snake pendant la partie de paintball avec Haru alors pourquoi n’arriverait-il pas à se faufiler jusqu’au plats pendant que ces brutes s’entretuent ? Même sans fidèle carton, c’était jouable.

Sans plus attendre, observant son entourage du mieux qu’il pouvait et en attendant que chacun d’entre eux se frappe pour avancer dans l’ombre sans se faire remarquer. La poule aux œufs d’or, l’objectif final était en vue après quelques minutes de furtivité, à sa portée se tenait une victoire facile. Alors qu’il tendait la main pour attraper son dû, celui-ci s’éloigna d’un seul coup de sa main…non, c’était Izayoi qui s’était éloigné du plat. Ses pieds avaient quitté les sols, une force inconnue le soulevait, une sensation désagréable autour de ses côtes.

« Qu…quoi ?! »

Le regard du blondinet descendit, cette sensation désagréable n’était nulle autre qu’une paire de mains épaisses et usées. Un gros balourd s’était amusé à soulever ses 68kg comme s’il était une barre d’altère légère. Il était si près du but et si loin à la foi.

« Lache-moi ! Espèces de muscles sur pattes ! »

Un sourire se dessina sur les lèvres du gros balourd alors que le visage d’Izayoi se décomposa légèrement…Il n’allait pas oser ? Le jeune homme devait s’échapper des griffes de cet homme au plus vite, mais avant qu’il ne puisse tenter quoique ce soit, l’homme aux cheveux court qui le tenait fit retentir sa voix grave « Oryaa !» lançant l’étudiant d’Eiri loin de la ligne d’arrivée et renversant quelques personnes aux passages.

« Aïe…ça fait mal… »

Le plan Ninja était un terrible échec, grimaçant légèrement, l’étudiant se releva.

« C’est définitivement de la légitime défense maintenant ! »

L’adolescent courut pour se relancer dans les champs de bataille, bien déterminé à rendre le moindre coup et à prendre sa revanche sur lui s’il venait à le recroiser. Quelques secondes après son retour, un coup de poing atterrit en plein dans sa joue ! Prenant appuis avant de perdre l’équilibre, l’étudiant aux cheveux dorée rendit le coup aussi tôt dans la joue de l’adversaire. Un autre coup de poing contre un autre coup de poing, concentré sur l’attaque, les deux négligeaient la défense. Au troisième coup, Izayoi esquiva le coup de poing qui se dirigeait à nouveau vers son visage, saisissant ensuite le bras et utilisant la force du mouvement ainsi que son épaule comme levier pour faire basculer l’adversaire de l’autre côté dos au sol.

« Fiouu… »

1 au sol, plus qu’une vingtaine…non, une vingtaine c’était trop. Il suffisait juste de se débarrasser de ceux qui se trouvait sur son chemin, avançant de nouveau vers les plats. Le regard de l’adolescent croisa une scène unique, le jeune homme à la veste rouge semblait être un vrai habitué. Il faisait lui partit de ces « loups », cela n’annonçait rien de bon. Le croisé sur le chemin vers les ben-tô pouvait signifier une défaite…l’adolescent soupira légèrement à cette pensée, plus le challenge est grand et plus c’est triomphant de le surpasser pas vrai ? Affichant un sourire confiant, Izayoi continua son chemin n’ayant peur de personne.

Une petite sonnette retentit, le genre de sonnette qui indique aux employés du magasin et toute les personnes présentes que quelqu’un venait d’arriver ou venait de sortir. Beaucoup ont juste ignorés cette sonnette par habitude, mais pas l’étudiant d’Eiri. Quelqu’un avait déjà récupéré un ben-tô et avait quitté le magasin ? Qui ? Ou alors quelqu’un vient juste d’arriver ? Ce genre de question lui était venu à l’esprit et sa curiosité l’avait poussé à regarder en direction de la porte.

« … »

Alors que les cheveux bleutés de la personne virevoltaient en entrant dans le magasin, le visage d’izayoi se décomposa totalement. Affichant un air surpris puis agacé…presque énervé. Les cheveux bleus étaient quelques choses de rares, mais pas impossible à voir. Toutefois, ce visage, cette démarche…non, elle était unique à une seule et unique personne : Akutoku Reitoko. L’idéale serait de l’éviter autant que possible, mais ça ne semble pas possible dans ce genre d’endroit. La soirée allait s’annoncé beaucoup plus chaotique qu’il ne le pensait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 22
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Mar 14 Aoû - 15:24

Dim mettait à profit son jeu de jambe. Ces affrontements pour de la nourriture étaient les seuls moments où il acceptait de se battre sans armes, ni pouvoir, ni triche. Plus un sport de combat bourrin qu'une véritable échauffourée, les blessés graves étaient rares et la plupart des participants ne quittaient le champ de bataille qu'avec un joli lot de bleus et égratignures.
Personne ici ne se connaissait de nom. Le Tronc, Brunette, Fouine, seuls les pseudos étaient de mise, et ceux-ci n'étaient ni officiels ni formels. Ils n'apparaissaient que lorsqu'un joueur se démarquait de la masse.
"Hey Maman Chat, tu dors?"

Trois garçons venaient de sortir de la foule pour barrer le chemin à Dim, qui jusqu'ici avait prudemment esquivé les affrontements. Il ne les avait jamais vu auparavant, comment connaissaient-ils son nom?
"T'as pas l'air en forme, c'est notre chance. Allez les gars, yaaaa!"

Maman chat. C'était comme ça qu'on l'appelait depuis littéralement sa première participation.
C'était peu après son arrivée dans Strange. Encore affamé, à moitié mort de froid à cause d'une mousson apocalyptique, l'esper avait sauvé de la noyade un petit chat noir dans le même état que lui. Avec un nombre ridicule de yen en poche, le jeune homme était entré, en désespoir de cause, dans le premier magasin venu, en espérant que les employés donneraient au moins à manger au chaton.
Ce qui l'attendait...

Le premier adversaire attaqua. Une charge frontale pour couvrir ses alliés qui faisaient mouvement en tenaille. Prévisible. Prenant son élan, Dim s'élança vers son adversaire, pour lancer un tacle frontal au dernier moment. Celui-ci sauta par dessus sans soucis. Se relevant prestement tout en gardant un œil sur la cohue alentours, Dim recommença à faire face aux trois loups affamés face à lui.

"C'est bien ce que je pensait. T'utilises pas ton bras gauche.
- Tch." Ils étaient observateurs.
En effet, l'esper aurait facilement pu empêcher son adversaire de garder son équilibre en agrippant sa cheville alors qu'il lui sautait par dessus. Mais avec le bras droit occupé à garder son équilibre lors de la glissade, l'esper ne pouvait utiliser son bras gauche encore handicapé par sa récente blessure par balle.

"Allez te fous pas de nous, t'as du culot de vouloir une proie sans nous prendre au sérieux!"

La mêlée repris rapidement. Les trois loups n'étaient pas un modèle de travail d'équipe, mais ils étaient suffisamment synchronisés pour donner du fil à retordre à l'esper, qui se retrouvait forcé d'esquiver au lieu d'attaquer. Ayant compris sa faiblesse, ils attaquaient souvent sur son côté gauche, conscients que c'était une ouverture quasi-permanente dans la garde de l'esper. Heureusement, même sans avantage injuste Dim restait un combattant vastement supérieur à n'importe lequel d'entre eux. Il pourrait sans doute éviter leurs plans maladroits pendant un moment, mais ce qui l'inquiétait était le nombre de bentos en baisse régulière. Aujourd'hui, plus que tout autre jour, il devait absolument s'en procurer.

Roulant sur le dos d'un des loup, l'esper bloqua le coup d'un second avec un coup de pied. Et alors que le troisième arrivait de nouveau de son côté gauche, l'arme secrète de l'esper s'activa.
Pelotonné dans son manteau, une boule de fourrure sorti soudain de son col avec un feulement terrible, manquant de griffer le malheureux imprudent. Choqué, celui-ci recula précipitamment, ouvrant la défense de son allié que Dim envoya rapidement voler dans un rayonnage.

"Hey! C'est de la triche ça!"

Dim leva un sourcil amusé. Maintenant qu'ils n'étaient que deux, il regagnait l'avantage. Schrödinger sauta sur un des loup, bloquant sa vision et l'effrayant suffisamment longtemps pour que Dim lance un chassé à l'arrière de ses jambes, l'envoyant au sol.

"De la triche? Vous m'appelez par mon nom sans savoir ce qu'il représente? C'est pas sérieux ça.
Je me contente de faire équipe, tout comme vous.
dit-il de manière amusée alors que son petit chat noir revenait sur son perchoir. Lui aussi se bat pour avoir le droit de manger, avec bien plus de courage que n'importe lequel d'entre vous d'ailleurs!"

Il restait un loup de la meute debout, mais il était inutile de continuer. Tous savaient qu'ils avaient perdus. Ils avaient attaqué un adversaire affaibli dans le but express de l'éliminer et s'étaient fait vaincre par un infirme et un chat. Dans de telles conditions, la lutte était inutile et deux d'entre eux repartaient déjà vers les rayons, se détournant des bentos restant. Avant de les suivre, le dernier lança "C'est pas fini Maman Chat! On se reverra!" avant de rejoindre ses camarades.
En les suivant du regard un instant, l'esper fût soudain interloqué par une chevelure bleue.

"Mais qu'est-ce que quoi?"

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 


Dernière édition par Dim Rebon le Jeu 23 Aoû - 2:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 19/03/2016
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Jeu 23 Aoû - 2:09

Akutoku Reitoko éternua bruyamment en posant une main sur son nez. De l’autre, elle baissa le téléphone qu’elle venait « d’emprunter » de force -ça ne s’apparentait pas légalement à du vol si c’était elle qui le faisait- en passant en revue l’attroupement qui était en train de se former devant le magasin où elle avait tracé Izayoi Hasakura. Jetant de nouveau un œil au selfie où on pouvait voir apparaître clairement le garçon dans l’arrière plan, l’adolescente remarqua qu’on pouvait en effet discerner un léger groupement autour de lui. Mais d’un groupe, c’était désormais un conglomérat de têtes grouillantes comme des mouches. Elle qui voulait une ruelle déserte pour pouvoir disposer du garçon en toute tranquillité ! Cherchant un moyen de l’aborder, elle termina rapidement par perdre patience et pénétrer dans le troupeau. Grossière erreur.

« Hiik- ! »

Un coup d’épaule vint la faire tomber au sol, révélant une douleur aiguë dans son bras. Fermant un œil, Aku balaya les alentours du regard furieusement, bien destinée à rouer de coups celui qui avait osé la bousculer. Mais en se relevant, désormais éloignée de la foule, Aku commençait à se demander si il n’y avait pas une raison particulière à l’excitation qui commençait à gagner la plupart des individus de l’attroupement. Piquée par la curiosité en imaginant déjà une humiliation publique d’Izayoi Hasakura, l'adolescente eut un léger pincement au cœur que ce ne soit pas elle et elle seule qui ait le droit de lui donner une leçon lui donna mal au ventre et l’obligea à se redresser. Tirant le bras d’un pnj au visage et aux vêtements randomisés dans l’esprit d’Aku, l’adolescente s’efforça de ne pas avoir l’air trop hostile, histoire d’en apprendre un peu plus.

[ Une lutte organisée pour obtenir des ben-to à bas prix ?! Mais dans quelle situation débile est-ce que cet abruti s’est encore fichu ! ]

Croquant férocement son ongle après avoir extirpée les informations du jeune homme qui s’était déjà éloigné, Akutoku Reitoko était mise face à face avec un nouveau problème. Devait-elle attendre que cette mascarade ridicule prenne fin pour attendre le blondinet à la sortie, ou comptais-elle s’immiscer là dedans ? Même si l’idée de s’occuper de son cas dans ce chaos n’était pas vraiment à son goût, c’était surtout la question du facteur temps qui était à prendre. Combien en avait-elle encore à sa disposition avant qu’on ne remarque qu’elle avait encore mise les voiles ? Peu. Bien trop peu, et elle en avait déjà perdu beaucoup pour le trajet. Il n’était pas question de perdre plus de temps, et de risque que celui-lui lui passe encore entre les mains. Alors c’était décidé. Mais après avoir fait quelques pas vers la masse grouillante d’individus dans la boutique, Aku s’arrêta finalement, se rappelant de la bousculade.

[ Bon sang ! Sans aucun pouvoir… Là dedans, je risque même pas de réussir à arriver jusqu’à lui… ! Mordre je sais faire, mais pousser et frapper… Au premier vilain coup, c’est dans un brancard que le Bloc G viendra me récupérer… ]

Comme pour la sensation d’une brûlure, le souvenir de l’incident avec les paramilitaires cette nuit là lui rappela encore une fois sa plus grande faiblesse. Lorsqu’elle perdait patience, elle se mettait à agir sans réfléchir. Désormais, c’était sa lèvre inférieure qu’elle mordait en se retenant le poignet gauche, pendant que les premiers assauts commençaient à être lancés dans la boutique. Si Aku mettait un pied là dedans sans avoir prévu quelque chose, alors ça prouverait qu’elle n’est pas en mesure de s’améliorer. Et ça, plus que tout au monde, et même plus que de botter les fesses d’Izayoi Hasakura, l’étudiante ne pouvait se le permettre. Il fallait donc trouver quelque chose. Mais quoi ? Le regard d’Aku passa en revu les alentours comme si elle s’attendait à être inspiré par le paysage. Peut-être une autre entrée ? Mais le grand écran au dessus d’un building ne vint que lui donner les images colorés d’une nouvelle idol de la musique aux cheveux roses.

[ Je pari qu’une pétasse comme ça n’aurait qu’à lever la main pour qu’on lui ouvre le passage… ]

La tête d’Aku bascula en direction de la vitre du magasin où se reflétait vaguement son visage déformé par une grimace malveillante, ses vilaines canines pointues à demi-sortie, ses cheveux longs glissant sur le contour de ses épaules et de son dos comme de longs rideaux opaque à la lumière, sa peau dont la pâleur autrefois étincelante lui donnait désormais plutôt l’impression d’être devenue blafarde. Elle faisait toujours bien plus délinquante que princesse, mais du haut de son mètre 59, il aurait fallu être Satoshi Sugimori pour frissonner.

[ Satoshi Sugimori… L’Inter High Castle Battle ! Et le Daihaseisai ! Si c’est de la renommée qu’il faut, celle que je suis en train de construire devrait bien faire l’affaire ! ]

Ni une ni deux, Akutoku retira les lacets plats de ses chaussures à étoiles qui oscillaient entre la chaussure de sport et la chaussure de ville –elle n’avait jamais vraiment cherché la différence, de toute façon- et commença à mettre un peu d’ordre dans ses cheveux bleus. Une fois ses deux couettes signatures enfin de retour dans la réflexion de la vitre, elle se força à sourire. Si elle avait vraiment tendue l’oreille, elle aurait presque pu entendre le verre se fissurer. La jeune fille aux couettes bleues de l’autre côté avait articulé un rictus carnassier rempli de dents aux bouts pointus qui aurait été à lui tout seul une preuve suffisante pour la faire incarcérer. Est-ce qu’elle pouvait faire mieux ? Peut-être. Mais est-ce qu’au final, le public qu’elle cherchait à attirer n’était pas à la recherche d’authenticité ? Cette pensée seule suffit à lui faire apparaître les fossettes d’une grimace sournoise. Pour la première fois, Akutoku Reitoko allait utiliser une autre approche.

« Merci à tous d’être venu ! La Reine de Glace est heureuse à en MOURIR de vous voir en chair et en os ! »

Sur son petit marchepied, Aku venait d’élever la voix comme elle savait si bien le faire, accompagnant ses paroles d’un ‘‘v’’ de la paix avec l’index et le majeur de sa main gauche qui commençait déjà à lui remonter des renvois acides dans la gorge. Mais sa petite démonstration n’avait que déplacé deux têtes relativement plus surprises qu’intéressées, venant d’un petit groupe qui se dirigeait vers le magasin eux aussi. Visiblement, c’était l’une des dernières vague pour remplir la zone de combat. En l’occurrence, le dernier train pour que l’adolescente ait l’occasion de rentrer. Si elle ne réussissait pas à pénétrer avec celui-là, alors sa fugue aurait été totalement inutile. En dernier recours, l’adolescente leva le téléphone de son autre main, faisant apparaître en format paysage le logo de 326 Ice Cream.

« Aujourd’hui, cette nouvelle chasse au ben-to est sponsorisée par 326 Ice Cream ! Celui qui réussira à atteindre le gros lot gagnera… Un bon pour des glaces gratuites pendant un mois, et en prime, une après-midi avec la Reine de Glace ! Doki-doki, mon cœur bat tellement fort que j’ai envie de tous vous mordiller, kh kh kh ! »

Akutoku n’avait pas été en mesure de savoir d’où est-ce que ça avait commencé, et la taille du groupe qui s’était retourné. Tout s’était passé bien trop vite. Dans tous les cas, elle était désormais sur les épaules d’un fanboy en surcharge pondérale et tout poisseux de sueur, et autour de celui-ci s’était organisé un petit groupe galvanisé par l’idée des récompenses. Son destrier était assez grand pour lui permettre de voir le champ de bataille d’un point de vue bien plus différent que celui des autres paysans d’en dessous. Cette position, ce groupe autour d’elle, cette atmosphère chaotique tout autour… Une impression de puissance remplissait les poumons de la jeune fille, pénétrait dans tout son corps et lui donnait l’impression d’être invincible. Qui avait besoin d’un pouvoir d’esper ?

[ Ahahahaha ! Je suis un génie ! Je suis la plus forte ! ]

Autour d’elle, de nombreux combats isolés faisaient rage, mais ce n’était pas ceux-ci qui intéressaient Akutoku Reitoko. C’était une tête blonde en particulier, et la chance lui souriait parce qu’aujourd’hui aussi, il n’y avait pas beaucoup de concurrence. Survolant rapidement le champ de bataille, son regard à la vue parfaite fini par se poser sur une tignasse dorée en particulier. D’un coup de pied qu’elle ne ménagea même pas, elle pointa du doigt vers une nouvelle direction en glapissant, ce qui avait visiblement suffit à déplacer activement son familier dans la bonne direction. Aux prises avec les autres combattants plus aiguisés, son groupe désorganisé s’était bien trop disloqué pour être une force armée efficace, mais il restait tout de même une parfaite protection pour elle et sa monture.

« Par là, gros porc ! Ce type là ! Ahahaha ! »

Le sourire d’Aku était devenu dément. Devant elle, il n’y avait plus d’obstacle, il n’y avait même plus de menaces. Elle avait le champ libre, elle avait des troupes, elle avait un véhicule et plus encore, elle avait sa cible. Izayoi était là, juste devant elle, comme une proie blessée devant son prédateur. Le visage de l’adolescente repris des couleurs, ses pommettes venant à devenir roses alors que son sourire s’agrandissait pour lui présenter ses fidèles dents de requins bien rangées. Désormais, c’était à elle de rire.

« Et bah alors c’est quoi cette tronche ? C’est de la surprise, de la peur, ou quoi ? HOY ! CELUI QUI RÉUSSIT A SE DÉBARRASSER DU GARÇON GAGNE LA RÉCOMPENSE ! »

Comme un seul homme, l’essaim d’Akutoku fondit sur Izayoi Hasakura. Et la reine des abeilles, du haut de son piédestal, avait la chance d’assister au carnage avec une place privilégiée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izayoi Hasakura

avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 20/10/2015
Localisation : Là où se trouve le strawberry parfait !

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Ven 24 Aoû - 0:32

Le blondinet n’arrivait pas à en croire ses yeux. C’était elle. La reine des glaces de Nagatenjouki, l’ennemi numéro 1 d’Izayoi Hasakura et probablement l’étudiante la plus dangereuse qu’il a croisé de sa vie : Akutoku Reitoko. Elle était pire qu’une mauvaise nouvelle, c’était un véritable dilemme. Devait-il fuir le plus vite possible avant qu’elle ne le voit ? Non, elle est à l’entrée et bloque toute sortie possible pour lui. Il ne restait donc qu’une seule solution viable pour l’instant. Le blondinet secoua sa tête avant de se retourner dos à son « pire ennemi », serrant fermement le poing.

« Bon sang, c’est la dernière personne que je pensais voir ici…Elle ne m’a pas vu, autant essayer de gagner le plus rapidement possible et sortir avant qu’elle ne me trouve. »

Poussant une grande expiration, l’étudiant d’Eiri s’élança à nouveau vers la foule qui se battait pour acquérir des Ben-tô à bas prix. Le temps était compté, avec un peu de chance elle est venue par hasard ici, mais une chevelure dorée comme celle du jeune homme ne se loupe pas facilement. Si elle sait qu’il est ici et qu’il se croise, un affrontement risque d’explosé et ce qui s’est passé aux 326 Ice Cream va très probablement se reproduire. Non. Non. NON ! Il n’y aura ni blessé, ni destruction de matériel et ni l’intervention d’Anti-skill. Il avait promis de ne pas faire n’importe quoi, de ne pas utiliser ce qu’il apprenait à mal, même si ce serait de la légitime défense affronter Reitoko ici était une mauvaise idée.

« Pas une seconde à perdre… »

Izayoi ignorait tous les loups qui n’étaient pas sur son chemin, ils n’étaient pas importants, rien n’était plus important que d’attraper un des ben-tô et partir loin de cet endroit avant que ça ne finisse mal. Continuant sur sa lancée, un ombre pesait au-dessus du jeune homme, Izayoi se baissa très rapidement. Observant les bras qui avait tenté de l’attraper avant de voir un coup d’épaule se diriger vers lui, le forçant à se protéger avec ses bras alors qu’il venait d’être envoyé un peu plus loin du saint graal.

« Kuh…toi… »

C’était lui, le même grand gaillard que tout à l’heure, à l’exception qu’il avait des marques de coups sur le visage. Quelqu’un avait dû l’empêcher d’obtenir le ben-tô qu’il avait protégé du blondinet, tel un gardien, il se dressait toujours sur sa route pour le bloquer à coup de « Doryaaa ». C’était parfait, totalement parfait, cela lui offrait une occasion parfaite de se venger de son attaque surprise. Fixant du regard le sourire de l’adolescent, le géant s’élança vers Izayoi pour l’attraper avec son bras. Pivotant légèrement son corps, le blondinet dévia le bras de son adversaire avec son avant-bras gauche.

« Je ne te laisserais plus m’attraper…Ce ben-tô…est miens ! »

Il était encore assez loin de la destination, mais une fois ce gardien éliminé, il restera un loup de moins pour lui barrer le chemin. Une grimace anxieuse se dessina sur le grand gaillard alors qu’une détermination enflammée était visible à travers les yeux bleutés de l’étudiant.  Il ne perdra pas, il refuse de perdre ! Izayoi mit un coup de poing dans le ventre de son adversaire, même s’il avait commencé son entraînement auprès de Renka, sans Offense Armor ses coup de poing était bien moins puissant. Tenant facilement sur ses deux pieds, le jeune brun rendit le coup aussitôt en visant l’estomac d’Iza, le faisant reculer de quelques pas. Il a essayé à plusieurs reprises de l’attraper en vain, l’adolescent à la chevelure dorée était bien décidé à ne pas se faire attraper, toutefois il ne pouvait pas se permettre de perdre trop de temps.

Il était coriace, s’il continuait à juste s’échanger des coups, Izayoi finirait par perdre à cause de la différence de corpulence. Toutefois, coriace ne veut pas dire invincible, suivant cette pensée le blondinet se dirigea vers son adversaire ! Décalant sur le côté d’un pas subtil, l’étudiant d’Eiri esquiva le coup de son adversaire avant d’écraser les orteils de son adversaire avec son talon sans aucune vergogne. Dans un combat, il n’y a pas de coup bas, surtout si l’adversaire s’amuse à faire des attaques surprise à plusieurs reprises. La douleur attira les yeux de son adversaire et pendant ce court instant, le blondinet en profita pour mettre un uppercut bien placé à celui qu’il appelait « le gardien », le faisant tomber au sol comme un meuble qu’on aurait poussé.

« Ça t’apprendra … »

L’ennemi à terre, le blondinet expira un bon coup avant de se remettre en route, il devait avoir un peu de temps avant qu’un autre loups se débarrasse de son adversaire et lui tombe dessus. Il pensait pouvoir souffler un coup, mais ce temps de repos n’était pas aussi long que prévu, un autre loup sorti de nulle part bloquait l’avancer d’Izayoi. Yeux dans les yeux, il avait clairement pris le blondinet pour cible. Malheureusement il n’était pas seul, à travers ce bazar sonore provoqué par le combat, il put voir arrivé derrière 5 autre gaillard dont un assez imposant.

« Hum… ? Ce sont des…jambes ? »

Un sourcil se leva sur le visage de l’adolescent, longeant le dernier arrivé du regard afin de savoir à qui appartenait ces jambes et ces mèches bleu qui..dé…passait…Les yeux d’Izayoi s’écarquillèrent, elle était là, elle l’avait trouvé. Akutoku Reitoku s’était trouvé un destrier et avait fait tout le chemin jusqu’ici. Le blondinet se mordit la lèvre inférieure, quittant son état de surprise, le pire scénario s’était produit et il n’y avait aucun moyen de faire un retour en arrière. 6…il ne savait pas comment elle avait fait, mais la reine de glace avait réussi à trouver 6 personnes pour l’aider à attaquer Izayoi.

« Et bah alors c’est quoi cette tronche ? C’est de la surprise, de la peur, ou quoi ? HOY ! CELUI QUI RÉUSSIT A SE DÉBARRASSER DU GARÇON GAGNE LA RÉCOMPENSE ! »

Les ordres étaient donnés, tel un troupeau, les sbires d’Akutoku se ruait vers le blondinet. Leurs supériorités numériques étaient un problème, un gros problème.  Un sourire forcé se dessina sur les lèvres de l’adolescent alors qu’il cherchait un moyen de s’en sortir, scrutant les horizons pour voir ce qu’il pouvait utiliser. Six contre 1, c’était trop défavorable pour tenter un affrontement frontal, il avait de les éliminer 1 par 1 ou bien d’aller chercher de l’aide. La silhouette du jeune homme aux cheveux sombre et à la veste rouge lui vint en tête, c’était un loup habitué à tout ça, l’utiliser pour se débarrasser de quelques-uns des sbires de la reine de Nagatenjouki n’était pas forcément une mauvaise idée.

Il n’y avait qu’un sbire derrière lui, alors que celui-ci courrait vers Izayoi, le blondinet se retourna pour courir vers lui. Evitant son coup de poing et attrapant son bras, positionnant son pied droit en croche-pied et le soulevant pour lui faire perdre l’équilibre et le lancer au sol. Retardant la petite armée qui se dirigeait vers lui.

« Je ne m’attendais pas à ce que tu te fasses des amis…ici. Je croyais que tu n’avais pas le temps pour ce genre de chose… »

Sans lui laisser de repos, le mob se releva et les 6 sbires l’attaquaient sans répit, de manière simultanée, mais assez chaotique. Ce qui rendait leurs attaques plus que désorganisé, ils se gênent mutuellement et ça les rendaient assez prévisible pour échapper à leur assaut. Une fois, deux fois, mais pas trois. Un des sbires arriva à placer dans les côtes du blondinet, un coup de pied assez amateur et qui manquait de force. La douleur était réelle, il n’avait rien de cassé, mais il allait surement finir avec un joli bleu. Toutefois la douleur importait peu, il le tenait ! Izayoi attrapa sa jambe avec son bras droit avant de lui mettre un coup de tête dans le visage avant qu’il ne puisse se protéger. Avec ça, il n’était pas près de se relever avant un long moment, son front lui faisait mal, mais il avait un adversaire de moins…plus que 5…c’était trop…Encore 1, juste un de moins et ça serait parfait.

Tel un samouraï prêt à affronter la mort, Izayoi s’élança en direction du troupeau de l’étudiante au cheveux bleus. Une droite se dirigeait vers son visage, mais le blondinet monta sa garde pour se protéger. Gâchant son champ de vision pour se protéger, le deuxième sbire se faufila pour lui mettre un coup dans l’abdomen et le troisième surgit de derrière le blondinet afin de l’attraper pour le transformer en punching ball avec un masterlock. La situation sentait mauvais, vraiment mauvais alors qu’il approchait avec leur coup, il n’avait pas beaucoup de choix que de tenter le tout pour le tout. Faisant appel à toute la souplesse de son dos, de ses épaules et de ses bras, Izayoi passa ses bras derrière la tête de son assaillant avant de courber son dos et le faire passer par-dessus pour l’envoyé au sol.

On dit souvent de ne pas frapper un homme au sol, mais là…Izayoi lui mis un coup de poing sans hésiter pour le mettre dans les vapes. Il ne restait plus que 4 ennemis, sans compter la reine qui regardait depuis son piédestal, ils semblaient réfléchir à deux fois avant de l’attaquer sans réfléchir. Comme quoi toute ces rencontres hasardeuse et catastrophique avec tous ces skill-out n’étaient pas complètement inutile, il pouvait au moins se débrouillait un petit peu et puis cet affrontement avec l’homme masqué aura aiguisé ses yeux un minimum. Un chose était sûr, il ne pourra pas gagner de cette manière, même désorganisé…4 adversaires c’était beaucoup trop surtout sans l’utilisation d’Offense Armor. Le blondinet recula de quelques pas se rapprochant du rayon avant de pousser un soupir.

« Reitoko ! Je ne savais pas que tu étais une lâche qui se cachait derrière les autres ! De toute façon, je n’ai pas de temps à perdre avec toi et tes mobs à deux balles. »

Sur ces mots de provocations envers la reine des glaces, il avait espoir qu’elle descende l’affronter elle-même, mais il ne fallait pas trop en demander. Attrapant le premier truc qui lui tombait sous la main : une boîte de poivre, parfait pour gêner les adversaires. Il la lança en direction du troupeau subalterne avant de courir dans le sens opposé à la recherche de quelque chose ou plutôt de quelqu’un. Poursuivit par les 4 membres restant du groupe d’Akutoku, le blondinet scrutait les horizons du regard rapidement, cherchant une couleur vive et facile à reconnaître. Les loups se battaient, se gênaient mutuellement pour empêcher d’obtenir un ben-tô à prix réduit, c’était une guerre où chacun était pour sa pomme. La destination était la même pour tous le monde, s’il était quelque part, il devait être en direction des ben-tô ou en train de se battre pour se diriger vers eux.

« Là ! »

Il était là, sa fidèle veste rouge était facilement reconnaissable ! Le blondinet se dirigea vers lui sans hésiter une seule seconde, il allait probablement croire qu’il était venu l’attaquer, mais Izayoi s’arrêta juste avant d’être à portée pour se battre. Après il n’était pas venu pour se battre, pas contre lui en tout cas.

« Hey..une alliance, ça te dit ?  J’ai une folle furieuse à mes trousses, elle a ramené des mobs…mais 6 c’était un peu trop…haha. »

Oui, Il n’était pas venu pour se battre contre lui, mais avec lui. Aussi peu qu’il le connaisse, c’était la seule personne dans ce lieu qu’il connaissait un minimum à l’exception de son némesis. S’il y a bien une personne qui pouvait l’aider, c’était bien lui. S’il décidait de ne pas l’aider, Izayoi allait devoir se débrouiller tout seul pour se débarrasser de la reine de glace et ses sbires, une mission loin d’être facile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 22
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Dim 9 Sep - 21:16

L'arrivée de Akurei avait rendu Dim chafouin. Ce qui était censé être un simple combat à l'abandon pour de la nourriture à moitié prix risquait fort de se transformer en chasse à l'homme sans pitié. APrès sa première rencontre avec la jeune esper, Dim n'avait pas la meilleure image de son caractère. Impulsive, violente et avec un caractère largement soupe-au-lait. Il en avait d'ailleurs fait l'expérience, l'adoelscente ayant essayé de le tuer lors de leur première rencontre.
Et avec ce qui s'était passé par la suite...

S'éloignant de la mêlée de quelques pas, l'esper eut une grimace lorsqu'Akurei et ses sbires visiblement recrutés pour l'occasion, se lancèrent dans la chasse à l'homme prévue. Mais à la surprise de Dim, leur attention semblait focalisée sur...Izayoi?
Les deux lycéens se connaissaient donc, et visiblement Akurei était totalement du genre à attaquer ses interlocuteurs. Rancunière également. Décidément, une personne de plus en plus agréable aux yeux de Dim, qui se demandait vraiment s'il ne ferait pas mieux de simplement abandonner là et rentrer chez lui. Il était blessé, n'était pas SI affamé que ça et pourrait toujours se contenter d'un grand bol de lait chaud.

D'un autre côté...
Certains des sbires d'Akurei étaient des réguliers de la curée, ces gars n'avaient donc aucun honneur? L'hypocrisie ne lui échappait pas, mais l'esper ne pouvait s'empêcher d'être agacé par un comportement aussi minable de leur part.
La boule de poil sur son épaule semblait également de l'avis de rester. D'autant que les belligérants se frittaient dans les allées, loin de la surface vide devant les bacs à bento, ce qui ne pouvait que signifier la destruction des biens du magasin. Jetant un oeil alentours, l'esper pu apercevoir une employée en discussion avec le vieux gérant, un téléphone à la main. Ils comptaient appeler les autorités si ça dégénérait? C'était sans doute la chose la plus sage à faire.
Et dernier clou au cercueil du moindre effort, Dim ne pouvait plus simplement penser qu'à lui. Maintenant, il devait également surveiller, protéger et nourrir Aiko.

- Ok Schrody. dit-il avec un demi-sourire en coin tout en caressant le chat qui se tenait avec lui. C'est l'heure de faire des bêtises.
Le petit chat noir se contenta d'être un chat et planta ses griffes dans l'épaule de Dim lorsque son perchoir se mit à bouger.

Au même moment, Izayoi arrivait en direction de Dim, poursuivit par Akurei et ses sbires.

- Hey..une alliance, ça te dit ? J’ai une folle furieuse à mes trousses, elle a ramené des mobs…mais 6 c’était un peu trop…haha.

Le sourire en coin de Dim se fit machiavélique alors qu'il s'approchait rapidement du garçon. Le dépassant pour faire face à ses poursuivants, il lui mit une main sur l'épaule et le dirigea d'un signe de tête vers un rayonnage non loin de là.

- Fais mine de fuir par là, et ne touche à rien. On va équilibrer les chances.

L'important était d'exuder d'une aura de confiance en lui-même. Heureusement Dim était bon acteur et malgré ses muscles douloureux il pensait donner une représentation plutôt convenable.
Les hommes de moufle de Akurei s'approchaient maintenant. Il les interpella tout détachant sa veste pour l'envoyer sur le côté, de manière à être certain d'attirer leur attention.

- Hoy hoy hoy. Il se passe quoi là? Sa voix était pleine d'assurance, feinte comme réelle. Vous cherchez même pas à récupérer d'la bouffe, c'est pas un ring de combat ici.
- Hah, tu devrais pas rentrer chez toi gamin? Ce serait bête que ton deuxième bras se retrouve dans le plâtre.
- Hey Tadano, c'est un mec qui vient souvent lui.
- Ah ouais? Bah il va plus venir quand j'aurais fini avec lui. Et après ça, à moi les faveurs de la Reine des Glaces!
"Ah, des abrutis finis donc..."

"Tadano" se précipitait vers lui de manière bien peu coordonnée, les trois autres sbires plus préoccupés par l'idée de poursuivre le blondinet que par celle de frapper une demi-portion. Il fallait leur donner une raison de le prendre comme une menace.
Le crochet du droit fut dévié à la main, l'esper enveloppant son adversaire pour passer sous sa garde et lui faucher les jambes, envoyant Tadano manger le carrelage.
L'attention de ses acolytes étant maintenant acquise, Dim sauta en arrière en prenant soin d'atterrir sur Tadano pour faire bonne mesure.

- Vous pensez que vous pouvez venir mettre le boxon comme ça dans notre magasin? Que vous pouvez profiter de l'agitation pour régler vos comptes tranquillement?

Dim avisa un membre régulier des affrontements du kombini, Gros Porc, tournant au coin du rayonnage. A la traîne mais servant de monture à Akurei. Il avait l'air vexé, énervé et affamé. La recette parfaite.

- Et toi Gros Porc? T'as donc aucun honneur? Aucune honte?

Dim ignorait volontairement la jeune fille perchée sur ses épaules. Pour le moment, son problème principal était qu'ils réagissent comme il le désirait. Faute de quoi...et bien il pouvait toujours s'enfuir.
Gros Porc le chargeait maintenant. Excellent. Dim recula rapidement, tournant les talons et disparaissant des le rayonnage où il avait envoyé Izayoi peu auparavant. Un rayonnage qui contenait...bingo.
Un seau, un balais, et un panneau sol glissant au beau milieu de l'allée. Aussi tard le soir, il était normal que le personnel soit en plein nettoyage, mais il s'arrêtaient généralement lorsque les combats commençaient, question de sécurité. Dim allait utiliser cela à son avantage.
S'engageant dans l'allée, il s'avança juste suffisamment pour dépasser la plaque de sol glissant et se retourna, apparemment prêt à arrêter l'attaque. Gros Porc le chargeait toujours.

- Alors c'est ça? Tu abandonne tout honneur? Tu va détruire le magasin, hein? Pour qui tu nous prends! Tu crois qu'on va rester là, sans rien faire, pendant que vous détruisez notre terrain de chasse? Un sourire mauvais illumina le visage de Dim alors qu'il tombait en arrière, dans un dernier effort pour éviter la charge de Gros Porc. Juste avant l'impact néanmoins, des mains agrippèrent le géant, opposant sa course à quelques centimètres de Dim et des rayonnages qu'il n'aurait pas manqué de renverser s'il avait continué sur sa lancé.
- Ouais, le chat à raison!
- Si vous foutez le bordel, anti-skill va interdire l'évènement!
- Vous foutez pas de nous, vous ignorez notre fierté là!

Un sourire mauvais s'afficha sur le visage de Dim, encore au sol. Il le savait bien, juste parce qu'ils se battaient pour des Bento ne voulait pas dire que les Loups n'avaient pas un sentiment de communauté, une fierté territoriale. Depuis le début, ce n'était pas ses adversaires que Dim provoquait, mais ses alliés. Titillant leur fierté, les poussant à agir pour protéger leur territoire.

La situation n'était pas réglée, mais les forces étaient maintenant équilibrées, et le magasin risquait de moins en moins de se retrouver sens dessus dessous. Dans un coin, le vieux gérant souriait de soulagement.

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 19/03/2016
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Lun 10 Sep - 2:49

[ Kh ! C’est quoi ce coup ? Depuis quand il maîtrise les arts martiaux, lui ! ]

Sur son siège personnel, le menton d’Aku grelottait à chaque fois que les pas de son destrier venaient faire répercuter leurs vibrations  contre les coudes qu’elle avait allègrement posés sur son cuir chevelu, et qui retenait sa tête à elle. L’un de ses drones venaient de se faire mettre hors d’état de nuire sans la moindre difficulté, et avec style, en plus. Un léger tic apparu sur le visage d’Akutoku, perturbant un instant son sourire machiavélique. La vérité, c’est qu’évidemment, c’était parfait. Si Izayoi allait juste se décider à abandonner ou n’avait aucune chance, la partie était déjà finie. Il n’y avait aucun intérêt à ce qu’il soit tout simplement écrasé depuis le début. Si le combat était totalement inégal, alors…

[ Maintenant que j’y pense… Les motiver je peux… Mais les arrêter ? Ses abrutis risquent rapidement de passer outre mon contrôle. Il ne faut pas que je perdre mes objectifs à l’esprit. Pourchassons-le un peu jusqu’à ce qu’il ne puisse plus m’échapper. Et là, je m’expliquerai avec lui en écartant ses pnjs. Seule à seul. ]

« Je ne m’attendais pas à ce que tu te fasses des amis…ici. Je croyais que tu n’avais pas le temps pour ce genre de chose… »

Akutoku retira un des coudes de la tête de son cheval, afin de faire un vague signe de la main, laissant ses drones se remettre en chasse. Alors ils comptaient comme des amis ? L’adolescente devait avouer qu’elle n’était pas totalement. Il était vrai que là tout de suite, elle était après tout en train de les manipuler, après leur avoir menti. Elle avait tout simplement prévue de leur fausser compagnie au meilleur moment après avoir finis sa besogne. Et si ils se retournaient contre elle comme les mutins d’une force armée quelconque une fois qu’on ai arrêté de les payer ? Une grimace se dessina sur le visage d’Aku. Elle ne devait pas abuser de son contrôle trop longtemps ou elle allait le regretter. Le Bloc G n’était pas là pour lui porter secours au dernier moment cette fois. Le coup qui se connecta dans le flan d’Izayoi fit revenir l’adolescente au direct.

[ C’est frustrant de ne pas participer ! J’ai l’impression de n’être qu’un observateur, kh ! ]

Mais Izayoi n’en démordait pas, voilà qu’il s’était saisi de la jambe qui l’avait touchée, rendant coup sur coup. Il y avait un sérieux manque de coordination et de travail d’équipe dans la force armée d’Akutoku Reitoko. Elle enfonça un peu plus profondément son poing dans sa joue rose alors qu’un de ses sbires tombait lourdement au sol après un coup de boule en plein front. Elle avait misée sur le fait que la majorité d’entre eux semblaient être du coin. Ils devaient forcément savoir se battre, non ? Mais visiblement, quelque chose avait changé en le blondinet depuis leur accrochage au glacier. Le regard effrayé et impressionné en voyant ses lames de glace tournoyer dans les airs… Il n’y avait plus de ça. Il était faible, et pourtant il avait réussi à tenir tête à Aku. Et maintenant, il tenait tête à ses types qui étaient là seulement pour se battre et récupérer un pauvre ben-tō. Peut-être qu’il n’était pas aussi ‘‘faible’’ après tout.

« Reitoko ! Je ne savais pas que tu étais une lâche qui se cachait derrière les autres ! De toute façon, je n’ai pas de temps à perdre avec toi et tes mobs à deux balles. »

« Ce sale petit… Il continue à l’ouvrir ! Hey ! Reste pas planté là ! Je veux loger une de mes chaussures dans ses cheveux couleur glace banane ! »

« Dîtes, c’est pas juste une revanche contre un ex hein ? Je veux dire… Moi je veux juste manger ce soir m’dame… »

Les pieds d’Akutoku vinrent se balloter d’avant en arrière avec impatience, donnant des petits coups répétés contre les épaules de son porteur, alors qu’elle grinçait férocement des dents, pointant droit devant.

« Si tu veux manger, fais c’que j’te dis ! Sinon c’est mon pied dans la figure que tu vas manger pour m’avoir associé avec ce gros naze, kh kh ! »

Un soupire réticent s’échappa de la bouche de son destrier bien enrobé, qui fonça de nouveau vers la bataille qui faisait rage, alors qu’Izayoi était en train de s’enfuir.  Elle ne POUVAIT pas le laisser lui échapper cette fois là. Si jamais il disparaissait encore… Avec l’expérience qui allait prendre place, sortir de chez elle allait être encore plus dur qu’avant, du moins c’était ce qu’elle avait cru comprendre. Elle devait en finir avec toutes ses vielles rancunes, et fermer toutes les portes encore ouvertes. Aku ne voulait pas que ce soit le dernier souvenir qu’Iz possède d’elle avant qu’elle ne puisse plus le voir. Après tout, c’était lui qui lui avait tenu tête, et leur liste se comptait sur les doigts d’une main. Lena en était une… Mais lui, c’était différent. Lui, elle avait quelque chose à lui prouver d’autre. Et c’est là qu’elle le vit, lorsque son armée pénétra sur les lieux. Lui. La bouche de l’adolescente s’ouvrit. Une aura maléfique vint grandir peu à peu autour d’elle, grimpant le long de son porteur qui dû le remarquer puisqu’il leva un visage poisseux dans sa direction.

[ Toi… Le pigeon voyageur… ]

« Le destin... »

Une main se posa doucement sur les cheveux du garçon, mais elle était encore plus effrayante qu’un coup de pied sur l’épaule. Ses drones à elles semblaient désormais scindées en deux groupes. L’un était toujours sur le point de mettre la main sur Izayoi, l’autre était en pleine conversation avec le garçon à la veste rouge. Voilà que l’un d’eux fonçait dans sa direction d’une démarche mal assurée qui fut rapidement punie. Mais c’est dans son mouvement de parade qu’elle le vit encore plus clairement : Il avait un bras paralysé. Alors c’était ça, sa punition divine pour l’avoir entraînée dans un champ de bataille ? Pour avoir causé la perte de la capacité de calcul nécessaire de son pouvoir ? Certainement pas. Ce n’était pas assez pour Akutoku, surtout que c’était une blessure qu’elle n’avait pas causée elle-même. Alors qu’elle poids pouvait elle avoir ? Non, ce qu’il fallait c’était une trace dont il allait se souvenir lui. Akutoku passa son autre main dans sa veste, en sortant son cutter qu’elle plaça dans sa manche, la lame brillant un instant à la lumière d’un néon.

« Vous pensez que vous pouvez venir mettre le boxon comme ça dans notre magasin? Que vous pouvez profiter de l'agitation pour régler vos comptes tranquillement ? Et toi Gros Porc ? T'as donc aucun honneur ? Aucune honte ? »

[ Manipuler mes troupes ? Ouais, c’est à ce qu’t’es bon, je le reconnais. Maintenant, à moi de te montrer à quoi moi, je suis bonne. ]

Une veine nouvelle apparu sur le cou d’Akutoku, palpitant au même rythme que se tendait et se détendait les muscles de ses épaules. Ses dents pointues s’entrechoquaient les unes contre les autres comme si elles se préparaient déjà à se planter dans quelque chose de mou. Il ne la regardait même pas, alors que son destrier fonçait désespérément vers son chasseur. Mais qu’importe, parce que pour Akutoku, c’était sa proie à elle qui se rapprochait. Dans son dos, elle étendit légèrement le cutter entre ses doigts, raffermissant puis relâchant le manche, avant de faire courir l’un de ses doigts sur la mollette. Glissant le mécanisme vers l’avant, elle fit sortir la lame de son châssis, laissant le chant de l’oiseau atteindre ses oreilles en ne faisant qu’attiser un peu plus sa volonté de combattre.

« Alors c'est ça? Tu abandonne tout honneur? Tu va détruire le magasin, hein? Pour qui tu nous prends! Tu crois qu'on va rester là, sans rien faire, pendant que vous détruisez notre terrain de chasse? »

« Ouais, le chat à raison ! »

« Si vous foutez le bordel, anti-skill va interdire l'évènement ! »

« Vous foutez pas de nous, vous ignorez notre fierté là ! »

Le destrier d’Akutoku lui-même commençait à douter de ses propres actions. L’adolescente fit tourner son regard tout autour d’elle, voyant que des ennemis nouveaux venaient d’apparaître. En attisant l’orgueil des participants et en jouant avec leur amour-propre, le garçon à la veste rouge venait de prouver qu’il était bien meilleur influenceur, bien meilleur orateur qu’Akutoku. Il n’avait même pas besoin de faire miroiter une récompense quelconque, puisque la récompense était dans l’action elle-même. Se faisant, il n’avait pas créer un essaim désorganisé mué par le désir d’atteindre un trésor, mais une force armée qui trouvaient le leur en faisant action eux-même. Les gros bras de son porteur vinrent se desserrer et ses épaules devenir plus molles, comme si il décidait de ne pas mettre toute sa force pour résister à ceux qui le tirait en arrière. Son autre groupe quand à lui, semblait embêté par les nouvelles personnes qui jouaient des coudes pour les empêcher d’atteindre Izayoi.

« Ça me va… »

Baissant la tête, l’adolescente joua des petits coups de pieds répétés pour retirer les mains les moins déterminée à retenir « Gros Porc ». Elle utilisa ce petit moment pour faire glisser sa tête jusqu’au creux de l’une des épaules de celui-ci, lui faisant entendre un dernier ordre avec sa voix sifflante.

« Ça ira. Lance-moi sur celui à la veste rouge. »

Elle ne s’attendait pas à ce que ça soit aussi rapide. Mué par l’envie d’en finir avec cette peste qui commençait à lui user les épaules et dont le contact n’était même plus si agréable (elle avait la peau sacrément froide et sentait les produits chimiques), son porteur attrapa Aku par la taille entre ses grosses mains comme un oiseau dans son nid. Il ne semblait avoir aucun mal à la porter, même si la sueur redoublait d’intensité en s’écoulant de son front. Ni une ni deux, il tendit les bras vers l’arrière en obligeant ceux derrière lui à s’éloigner, plia les genoux, puis se laissa retomber lourdement vers l’avant en tirant de toutes ses forces sur ses muscles, projetant l’adolescente dans les airs. Se laissant légèrement aller sur la droite, elle utilisa son autre main pour retrousser un peu sa manche tenant le cutter, qu’elle dirigeait vers son angle mort. Le sourire d’Akutoku s’étira. Si il évitait, elle pivoterait sur le côté et lui fera une jolie cicatrice sur la joue. Elle l’avait fait à l’Inter-High, alors elle pouvait le refaire, non ? Son atterrissage contrôlé.
Spoiler:
 

« Content d’me voir, messager ?!! »

[ Si t’es pas content d’me voir, tu vas être content d’me voir !]

Laissant juste dépasser subrepticement le bout de la lame, elle se prépara à la descente au dessus du champ de bataille, comme un assaut final avec son dard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izayoi Hasakura

avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 20/10/2015
Localisation : Là où se trouve le strawberry parfait !

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Ven 14 Sep - 2:14

Il l’avait trouvé, celui qui allait lui permettre de sortir de cette situation. Il affichait un sourire confiant et plutôt machiavélique, si ce n’était pas pour ce qui s’était passé cette nuit-là, Izayoi aurait évité de lui faire confiance. Le mystérieux jeune homme avait posé sa main sur l’épaule du blondinet tout en montrant un direction d’un signe de la tête.

- Fais mine de fuir par là, et ne touche à rien. On va équilibrer les chances.

L’étudiant d’Eiri clignait des yeux, il ne comprenait pas vraiment ce que mijotait cet homme. Il savait qu’il n’avait pas un mauvais fond, mais cela n’enlevait pas son côté louche d’homme qui tombe du ciel à des moments opportun. Il se demandait qu’est-ce qu’il avait prévu pour « équilibrer les chances », y réfléchir maintenant n’allait que leur faire perdre du temps.

« Pas le choix…5 c’est vraiment trop. »

Izayoi avait beau en avoir mis un K.O, les 5 autres n’allaient pas tarder à venir leur sauter dessus. Suivre l’idée de l’homme de petite taille était vraisemblablement le seul moyen qu’il avait pour ne pas finir en 1 contre 5. Un soupire s’était extirpé de la bouche du blondinet alors que la bande de mobs de Reitoko commençait à être en vue, Ce n’était pas des loups pour rien, ils ne lâchaient pas l’affaire, il ne pouvait pas rester plus longtemps. Suivant les instructions de son alliés, Izayoi se dirigeait vers le rayonnage qu’il lui avait montré et pendant sa course, son regard se posa sur le matériel de nettoyage. Quelque chose d’utile et qui pourrait servir dans un avenir proche si la situation dérapait.

« Ça devrait le faire… »

Arrivant au bout du rayon, l’étudiant aux cheveux d’or s’était retourné pour voir le nombre de poursuivant à ses trousses. Un sourire en coin, montrant une certaine confiance, s’était laissé apparaître sur son visage. Le blondinet s’était arrêté d’un coup sec avant d’arriver au bout du rayon, tout en se retournant vers son seul poursuivant. « Je vois, c’était donc ça… », le jeune homme venait de comprendre le fameux plan : « diviser pour mieux régner ». Il ne savait pas comment il avait fait pour attirer l’attention d’Akutoku et ses mobs, mais il n’allait pas refuser un affrontement plus facile.

« Il va s’en sortir… ? »

Accepter un combat plus facile était évident, mais de là à le laisser affronter 4 personnes à la fois. Il ne pensait pas que c’était une bonne idée, même s’il devait avoir un plan pour les affronter à lui tout seul ou peut-être qu’il avait un back-up dans sa manche…qui sait. Une chose était sûre, Izayoi avait l’intention d’en finir le plus vite possible pour aller le rejoindre et transformer ce 1 contre 4 en 2 contre 4, un 2 contre 4 ça devrait le faire ! Quant à son adversaire, il n’avait aucune intention d’attendre, fonçant sur le blondinet pour en découdre. Un crochet du droit se dirigeait vers le visage de l’étudiant, un coup assez facile à prévoir et encore plus facile à esquiver. Beaucoup plus facile que l’uppercut qui avait frappé l’estomac d’Izayoi, le forçant à reculer d’un pas avant de mettre une droite à son adversaire.

Une question trottait la tête de l’étudiant d’Eiri : « Pourquoi ? », « Pourquoi ils venaient en aide à Reitoko pour le poursuivre ? ». C’était étrange, la Akutoku Reitoko qu’il connaissait n’était pas du genre à se faire des amis. Elle n’avait pas le temps pour ça, c’était une provocation comme une autre de l’adolescent. Pour l’avoir affronté au 326 Ice Cream, elle était impulsive, arrogante, hautaine, insupportable, toutefois elle semblait plus être du genre à régler ses comptes elle-même, sans demander de l’aide aux autres. Alors pourquoi ?

« Pourquoi  ? »

Un petit sourire était apparu sur le visage du loup, légèrement moqueur. Craquant les os de ses mains à la Hokuto no Ken pour impressionner la gallerie, il avait finalement décidé de prendre la parole en voyant l’air sérieux du blondinet.

« …Tout ce que tu as besoin de savoir, c’est qu’une fois à terre. Je serais heureux et récompensé. »

Il se la jouait dur à cuir, ce n’était probablement pas la première fois qu’il venait ici. Néanmoins sa réponse était loin d’être satisfaisante aux oreilles d’Izayoi, ce mystère était contrariant, mais ce n’était pas forcément quelque chose qu’il devait absolument élucider. Ce qu’il devait faire, c’était vaincre son ennemi et aider son allié le plus vite possible.

« Celui qui sera par terre, ce sera toi. »

Ils couraient l’un vers l’autre, mais le blondinet savait une chose : il n’était pas patient, il était beaucoup trop précipité. A peine à portée de poing, serrant de toute ses forces, le loup donnait à nouveau un coup de poing en direction du visage de l’adolescent. Avec la distance qui les séparait, il lui était impossible de refaire un uppercut dans l’estomac sans être prévisible. L’étudiant d’Eiri avait pivoté sur son pied doit pour esquiver le coup de son adversaire avant de frapper son nez avec un coup de paume main gauche, suivit d’un crochet du droit et profitant de la force du mouvement pour effectuer une rotation sur la pointe des pieds et frapper la tempe avec son coude. Malheureusement pour lui, le blondinet avait raté son dernier coup de plusieurs centimètres, heurtant le front de son adversaire qui s’est tout de même écroulé au sol. K.O au deuxième coup. Son cœur battait à toute allure et l’adrénaline commençait à lui monter à la tête avec tout ces affrontements et course poursuite.

« Saito…fais tes prières…demain, tu vas payer ! »

La vengeance est un plat qui se mange froid, mais c’était aussi un plat qui pouvait se manger chaud quand on met rapidement la main sur sa cible. Toutefois, il n’avait pas le temps de penser à ce genre de choses, pas maintenant. Il devait retourner l’aider au plus vite, sans plus attendre le blondinet s’était à mis à cavaler le long du rayon.

Un peu plus loin se trouvait le gros porc qui servait de véhicule de transport à la reine des glaces, le reste de ses troupes étaient retenu par d’autres loups. Il avait bel et bien un tour dans son sac, cet homme était impressionnant. Même si la victoire semblait être acquise, quelque chose inquiétait le blondinet, Reitoko n’était pas du genre à abandonner. Non, elle va surement essayer d’aller jusqu’au bout, peu importe comment…La seule chose qui l’avait arrêté à ce moment-là, c’était Anti-Skill. Toutefois, ce même Anti-Skill n’était pas là, il n’était même pas prévenu de ce qui se passait ici.

Closant de plus en plus la distance alors que « Gros Porc » soulevait la jeune fille aux cheveux bleus, mais pour faire quoi ? Il n’allait quand même pas ?! Il prenait son élan pour la projeter en direction du l’homme à la veste rouge. Izayoi n’était qu’à quelques pas, ses yeux était rivée sur la reine de Nagatenjouki, alors qu’elle s’envolait, retroussant sa manche et laissant apparaître un objet des plus déstabilisants.

Il n’allait pas arriver à temps, encore une fois il allait arriver trop tard. Il pouvait se souvenir qu’il a ressenti en arrivant sur les lieux de la scène, un sentiment d’effroi, de peur et de colère. Izayoi n’était pas un héros, mais il refusait d’être un lâche qui fuyait la queue entre les jambes et il n’avait pas non plus l’intention de laisser quelqu’un « mourir » devant lui, pas encore une fois. Plus jamais ! Puisant dans ses ressources physiques, le blondinet fit un bond pour se mettre en Reitoko et sa cible.

Se servant de sa main comme d’un fourreau pour arrêter la lame ennemie, utilisant son corps comme un bouclier pour le protéger. Il avait réussi, il était arrivé à temps, il avait bloqué le cutter qu’avait dissimulé Akutoku avec sa main. Le bout de lame s’était planté et avec la vitesse à laquelle les deux adolescents était entré en collision, le cutter s’était planté plus profondément qu’il ne l’aurait dû. Le sang de l’étudiant à la chevelure dorée coulait, salissant le parquet blanc du magasin, mais peu importe. Le blondinet serra sa main malgré la douleur engendrée, il était hors de question qu’elle récupère son cutter.

« Reitoko…. »

La voix d’Izayoi tremblait, de douleur, mais surtout de colère. Son regard noir se posa sur Reitoko.

« Qu’est-ce que tu fais ?…Si tu veux pointer ton arme vers quelqu’un, fais-le vers moi. « JE » suis ton adversaire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 22
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Ven 14 Sep - 20:18

La situation se dégradait vraiment rapidement.
Après le vandalisme dans les rayons, voilà que la gamine sortait un cutter.

Dim avait eut un point de vue privilégié sur la scène qui venait de se dérouler. Gros Porc avait catapulté Akutoku vers lui. Elle avait quelque chose dans la main mais Dim n'avait pas réussi à déterminer quoi exactement avant qu'elle ne lui arrive dessus. Mais alors qu'il était sur le point de faire appel à son pouvoir pour éviter le coup, Izayoi s'était interposé entre la lame de cutter et le visage de Dim. La lame pénétra profondément dans la paume, suffisamment pour ressortir par le dos de la main, éclaboussant le visage de Dim de quelques gouttes de sang chaud.
C'était très mauvais comme situation. Les gars qui venaient ici n'étaient pas des mauvais bougre pour la plupart, simplement des crevards comme lui, à la recherche de quelque chose pour améliorer leur ordinaire de nouilles instantanées et de riz blanc. Mais les types de Strange sont toujours légèrement "a cran" lorsque des armes sont impliquées. Et même si tout le monde restait civil lors de l’événement, Dim savait parfaitement que le nombre de couteaux dans ce magasin approximait de près le nombre de loups.
Si personne n'y avait prêté attention, la situation aurait sans doute pu être étouffée, ignorée par le staff du magasin comme par les combattants. Mais en appelant les loups à défendre leur territoire Dim avait crée une bande contrôlée uniquement par leur propre honneur. Faire couler le sang de cette manière, c'était une provocation, un déclaration de guerre. Pour n'importe qui d'autre, cela aurait été synonyme de gros ennuis.

Mais là, on parlait de Akutoku Reitoko, une level 4 de Nagatenjouki, une jeune fille qui se fichait bien d'oblitérer  les pauvres gars assez stupides pour réellement s'en prendre à elle. S'il Dim n'agissait pas rapidement l'un des loups allait la provoquer, et tout le monde dans le magasin allait le regretter amèrement.
L'urgence de la situation dissuada Dim de trop réfléchir aux conséquences. Il devait calmer le jeu, maintenant.

- Ok, ça suffit.

De sa position au sol, l'esper manipula son centre de gravité pour se relever sans le moindre effort, dégageant son bras gauche de l'écharpe où il se trouvait et pivotant pour s'interposer entre les deux adolescents. Son entraînement de Judgment repris le dessus. Même après des années, les mouvements étaient gravés dans sa mémoire comme les calculs de son pouvoir.
Sa première action fut de faire lâcher prise à l'agresseur. Une prise sur le nerf de la main tenant l'arme créaient un engourdissement. La jeune fille n'opposa aucune résistance décelable alors que l'esper tordait son poignet pour lui faire lâcher prise.
Une fois la lame sécurisée, il fallait empêcher la victime d'agir irrationnellement. En espérant que la lame du cutter de se casse pas dans la main d'Izayoi, Dim lâcha Akutoku et balaya les jambes du jeune homme pour l'envoyer face contre terre. S'agissant néanmoins d'une victime, l'esper fit en sorte de l'accompagner dans sa chute, empêchant toute partie vraiment importante de frapper le sol. On ne voudrait pas un procès d'un parent d'élève zélé. A califourchon sur le dos du garçon, l'esper se pencha brièvement vers lui pour lui souffler

- Ne t'agite pas, je nous sors d'ici. Et ne bouge pas ta main!

En même temps, le bras gauche de l'esper fouillait dans la poche arrière de son pantalon pour extraire son vieux bandeau de Judgment. Depuis qu'il cherchait l'origine de Aiko, Dim avait décidé de ne plus s'en séparer, préférant garder tous les avantages de son côté. Un choix qui s'avérait d'ors et déjà pratique.
Levant le bras au-dessus de lui, il réprima une grimace lorsque ses sutures se tendirent et agita son brassard.

- Agent de Judgment! Tout le monde reste bien sagement là où il est!

Un silence choqué se fit au sein des loups. Il les fréquentait depuis des années maintenant. Participait à leurs batailles, s'amusait de leurs efforts et chapardait toujours une chose ou une autre de manière sournoise. Au fil du temps, ces rencontres anonymes étaient devenus presque comme un club, plus un événement social pour Dim qu'une véritable lutte pour la survie.
Un poids abattis sur son cœur lorsqu'il vit les regards trahis des skill-out présents. Ce bandeau avait beau ne plus être d'actualité, toute cette mascarade était bien réelle pour toute personne présente. Il venait de se révéler comme un membre de Judgment sous couverture, les surveillant secrètement depuis tout ce temps. Ou du moins, c'est comme ça qu'ils allaient le voir.
La fureur, l'impuissance, la déception. Aucun des loups n'oserait attaquer un membre de Judgment, ni en public au milieu des caméras, ni dans l'ombre à l'abri des regards. Mais les murmures accusateurs étaient autant de coups de surins. Jusqu'à maintenant, Dim ne s'en était pas rendu compte, mais le respect de ces gens lui plaisait. Le perdre de cette manière...
"Pas le temps de s'appesantir, bouge."

- Ok. Il se reprit rapidement, le blond et la reine des glaces, venez avec moi. Vous autres vous pouvez continuer vos activités.

Inutile de s'excuser, cela ne servirait à rien, et vu l'ambiance les combats n'allaient sans doute pas reprendre de si tôt. Dim se releva avec Izayoi et pris Akutoku par le poignet. La reine des glaces fit mine de résister mais l'esper raffermit sa prise sur son poignet, tirant un peu son bras pour lui faire comprendre de ne pas essayer de s'enfuir. Schrödinger n'était nulle part en vue mais Dim ne s'en souciait pas trop. Personne ici ne lui ferait de mal et il retrouverait facilement le chemin de la maison. Il espérait juste qu'un employé lui récupérerait son manteau, son t-shirt blanc était marqué d'une grosse tâche rouge et il sentait le sang d'Izayoi couler le long de son bras pour venir goutter jusqu'au sol depuis son coude.
La tension étant toujours au maximum dans le rayon, Dim guida les deux adolescents sans mouvements brusques jusqu'à la sortie, les quelques clients faisant encore la queue devant les caisses les regardant passer, totalement médusés. Avant de sortir, Dim se retourna vers une employée et demanda très poliment, d'une voix se voulant rassurante:

- Excusez-moi, est-ce qu'il serait possible d'avoir du matériel médical? J'ai la situation sous contrôle et m'occupe d'appeler les secours mais je vais avoir besoin d'effectuer les premiers soins rapidement. On sera juste à l'extérieur.

Enfin, dans un chuintement, les portes vitrées s'ouvrirent sur la fraîcheur nocturne, le soleil s'étant complètement couché depuis leur entrée dans le magasin.
En silence, il guida les deux espers à l'écart des regards indiscrets, dans une ruelle donnant sur une entrée de service du magasin. Il prit néanmoins soin de conserver tout le monde dans un angle mort de la caméra. Toutes celles du magasin les avaient déjà vues, mais ses vieilles habitudes avaient la peau dure.
Après s'être assuré qu'aucun des deux esper n'allait se sauter à la gorge au moment où il les relâcherait, il les laissa libre de leurs mouvements et soupira un grand coup, gardant Akutoku dans son champ de vision, celle-ci visiblement soulagée de l'étreinte de l'esper.

- Hé ben, c'est pas passé loin. On m'explique ce que c'était que ça? Reitoko-san, c'est ton habitude d'attaquer les gens en guise de salutation?

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 19/03/2016
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Lun 17 Sep - 15:12

[ Je t’ai raté la première fois, je te raterai pas deux fois. ]

Les cheveux d’Aku flottaient dans le vent en même temps qu’elle sentait l’air passer de part et d’autre de la lame ressortie de son cutter. Mais ce n’était pas ça qu’elle regardait. Ce qu’elle regardait, c’était sa cible, le garçon à la veste rouge, le messager de Genji-san de cette nuit-là, celui qui l’avait fait vivre un sacré enfer. Le cerveau d’Aku fonctionnait à plein régime. Elle avait encore de bons souvenirs de ce qui c’était passé cette fois-là, lorsque l’adolescente se concentrait sur un fait en particulier, il était toujours bien sécurisé dans sa mémoire au cas où son ordinateur cérébral en est besoin dans ses calculs. Le pouvoir d’esper de ce gars-là était une sorte de capacité de déplacement, qui lui avait permis d’échapper sans difficulté à la première accélération de ses projectiles de glace par un genre de « bond ascendant » vers le ciel. Cela voulait dire qu’il pouvait en une seule fraction de seconde dépasser la base de 17 km/h, la vitesse initiale de ses projectiles.

[ Il a de l’espace en hauteur pour espérer éviter de la même manière… Sauf que la dernière fois, je n’étais pas au courant de ça. J’ai dû séparer la direction de mes projectiles en deux étapes, droit devant, puis vers le haut. Le temps de réaction était du coup, bien trop faible. ]

La distance qui séparait le duo était de plus en plus petite. Elle le voyait dans les yeux du garçon, dans sa nouvelle posture et dans le mouvement de ses jambes. Il se préparait à éviter, mais en même temps… à encaisser quelque chose ? Il allait utiliser sa capacité d’esper. Le sourire d’Aku vint s’agrandir, tandis que le temps continuait à se dilater dans son esprit. Quand les pieds du garçon décolleront du sol par sa capacité, Akutoku elle n’aura pas encore posés les siens, sinon sa manœuvre d’évitement n’aurait pas été assez efficace, elle était persuadée qu’elle allait le toucher avant de poser pied à terre. Son plan était donc simple, au moment où il préparait sa propulsion ascendante si il l’utilisait comme la dernière fois, elle jetterait son cutter vers le haut, lame en avant. Il lui fallait des calculs compliqués pour ajuster les points de pressions qui lui permettaient d’orienter ses projectiles. Mais qu’ils soient en glace ou en plastique, des pics ou des cutters, ça ne changeait pas grand-chose. Elle était en mesure d’ajuster la direction de son bras et de calculer le bon moment pour le plier, et était confiante de pouvoir calculer où est-ce que la lame allait atterrir.

[ Plus qu’un mètre vingt-trois. Combien est-ce qu’il mesure… La même taille que moi, je dirai. Dans deux secondes je le lance, dans quatre j’atterrirais. Dans cinq il se retrouvera avec la lame de mon cutter creusant à l’intérieur de sa bouche. Je suis sûre qu’avec la bouche ouverte comme ça, il n’aura aucune difficulté à m’expliquer ce qu’il s’est passé là-bas ! ]

*Chunk*


« Hu ? »

Les chaussures de l’adolescente aux couettes bleues vinrent crisser sur le parquet alors que la friction faisait effet, ralentissant sa chute alors qu’elle glissait encore sur quelques centimètres vers l’avant… Avant d’atteindre le mur qu’elle venait d’entendre. Des perles rouge vifs vinrent arroser sa main gauche, une venant même se poser doucement sur sa joue. Le regard confiant et le sourire machiavélique de l’adolescente disparurent aussi vite qu’ils étaient apparus, et maintenant, il n’y avait plus que de l’incompréhension. Elle n’avait pas mal calculé, tout était bon avec une marge d’erreur de peut-être quelques millimètres. Alors pourquoi est-ce qu’il avait fallu que cet imbécile vienne tout gâcher ?

« C’est pas ce que je voulais… »

« Reitoko…. »

Akutoku serra les dents en se crispant au moment où les doigts de la main d’Izayoi vinrent toucher la sienne.

« Qu’est-ce que tu fais ?…Si tu veux pointer ton arme vers quelqu’un, fais-le vers moi. « JE » suis ton adversaire. »

« …C’est pas ce que je voulais, espèce d’imbécile !! »

Qu’est-ce qu’il pouvait encore bien faire là ? Elle pensait que le reste de ses drones étaient encore occupés à l’occuper lui. L’intention d’Akutoku n’avait jamais été de le blesser lui avec le cutter. Le menacer tout au plus, c’était assuré, mais il n’y avait aucun intérêt à lui faire physiquement du mal. Mais voilà que cet imbécile sautait lui-même sur un coup qui ne lui était même pas destiné ! Le garçon à la veste rouge lui, méritait une correction d’une autre mesure. Comment est-ce qu’il n’avait pas pu le comprendre lui-même ? Et plus encore, si il l’avait aidé, est-ce que ça voulait dire qu’ils étaient amis ? Après tout, le messager de Genji-san avait bien utilisé son stratagème pour tout autant aider le garçon. Mais ça ne changeait pas l’ordre des choses. A cause d’Izayoi, sa cible allait s’en sortir. Sauf si elle agissait avant…


« Ok, ça suffit. »

« Hiik- ! »

Akutoku Reitōko lâcha son arme après avoir laissé entendre un glapissement aigüe d’animal blessé. Elle n’avait même pas eu le temps de réagir après que l’adolescent à la veste rouge s’était interposé, trop perturbée par l’action d’Izayoi. Elle ne sentit pas tout de suite d’où venait la douleur mais elle était assez violente pour lui faire perdre prise en un instant, il avait visiblement des capacités en self-défense et des connaissances du corps humain qui échappaient à Aku. La pensée de devoir encore lui léguer des domaines de prédilection ne faisant qu’attiser un peu plus la haine qu’elle éprouvait à son égard. Voilà que le générateur de soucis dans sa vision des choses voulait calmer le jeu ? Il n’en avait pas le droit ! Et pourtant, Aku ne fit rien d’autre lorsque Dim lâcha sa main pour s’occuper du garçon. Et quand la main de celui-ci se referma sur la sienne, si d’abord répugné par son contact elle tenta de se défaire de son emprise, elle n’essaya pas d’y planter les crocs, trop perturbée par la course des actions des deux dernières minutes.

[ Judgment… ? Non… Ce n’est pas possible, ça ne colle pas avec les évènements de cette nuit là… Alors pourquoi et comment… ? ]

L’air froid s’engouffra dans l’uniforme de Nagatenjouki de l’adolescente, mais ne la fit pas frissonner, elle n’était pas du genre à réagir tant que ça aux changements de températures sur sa peau, il fallait dire que la majeure partie du temps, c’était plus froid à l’intérieur qu’à l’extérieur. Son poignet lui faisait encore mal, mais elle ne pouvait pas retirer ses yeux du garçon à la veste rouge. Une seconde d’inattention de plus et elle perdait ses objectifs de vue. Elle était là pour en finir avec ses liens là, ses questions encore sans réponses et ses visages encore floutés. Elle n’aurait pas d’autre occasion. Il n’y avait pas d’échec aujourd’hui, et de nouvel essai demain. A partir de demain, tous ses mouvements seraient sans exceptions encadrés par le Bloc G. Elle devait régler ça maintenant, puis rentrer. Elle suivit sans faire d’histoire le groupe jusqu’à la ruelle, jusqu’à ce que le calme apparent de son expression lui permette de récupérer son bras. Akutoku n’avait en effet aucune envie de sauter à la gorge d’Izayoi.

« Hé ben, c'est pas passé loin. On m'explique ce que c'était que ça? Reitoko-san, c'est ton habitude d'attaquer les gens en guise de salutation? »

[ Bras gauche. ]

La chaussure d’Akutoku Reitōko se leva presque instantanément à la fin de la phrase du garçon, dès l’apparition de l’intonation interrogative. Sa jambe droite se plia et elle ne misa ici que sur leurs tailles équivalentes. Mais les réflexes du garçon étaient supérieurs, et il n’avait visiblement pas assez baissé sa garde pour se faire prendre par un tel coup. L’étudiante de Nagatenjouki grinça des dents en enfonçant son pied dans le mur dans un claquement du cuir contre le béton, ses yeux brûlant de la même détermination que dans le magasin.

« Cette nuit-là, c’était quoi cette merde ? Où est Genji-san ? »

L’adolescente fit un pas de recul sur le côté sans faire attention à Izayoi sur sa droite, puis planta ses pupilles comme deux dagues dans celles du garçon, ses canines pointues glissant de gauche à droite au rythme de sa patience qui s’amenuisait. Le temps jouait contre elle. Heureusement, elle avait encore un bon moyen de pression. Aucun d’eux ne devait savoir qu’elle avait perdu sa capacité. Pour Izayoi et le messager, elle était encore une esper de level 4 munie d’un pouvoir lui permettant de geler l’eau. Du bout de l’ongle, elle pointa les gouttelettes pourpres qui s’étaient déjà transformées en fines coulures traçant l’angle de la mâchoire du garçon à la veste rouge, son autre doigt posé sur sa joue à elle.

« Je me fiche bien de qui tu es, réponds sans détour ou tu vas regretter encore plus  d’avoir échappé au cutter, kh kh. Si je t’ai pas gelé jusqu’ici, c’est parce que ça me ferait bien chier que tu crèves la gueule ouverte avant d’avoir dit tout c’que t’avais à dire. »

Contre ses deux garçons capables de prouesses physiques dont elle ne se vantait certainement pas, il n’y avait plus que le bluff, maintenant qu’elle n’avait plus contrôle de Cryogenisation. Mais masquer ses véritables intentions et son ressentis était devenu une habitude pour l’adolescente, et utiliser la rage réelle, profonde qui distordait ses traits et qu’elle éprouvait en ce moment même pour chacun d’entre eux était parfaite pour jouer le rôle de la confidence dans ses propres dires, dans la confidence qu’elle avait encore du pouvoir sur eux deux. Et en un sens, elle en avait : elle n’abandonnerait pas le combat, même dos au mur, et même avec un kilomètre de retard. Cette confiance en soi là, elle n’avait pas besoin de la jouer, elle se lisait dans chaque muscle tendu de son visage, son cou, jusque dans ses petits poings qui s’étaient déjà remis à se serrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 22
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Mer 19 Sep - 13:47

Spoiler:
 

Sans soucis, Dim se décala légèrement pour éviter le pied de Akurei, se retrouvant "piégé" par sa jambe contre le mur.

« Cette nuit-là, c’était quoi cette merde ? Où est Genji-san ? »

"Nous y voilà donc."

Dim ne l'avait pas remarqué. Ou plutôt, il avait essayé de faire comme si de rien n'était. Mais maintenant qu'ils étaient réunis tous les trois il semblait évident que la conversation allait se tourner vers les évènements de cette nuit, à peine une semaine auparavant. Et en la matière, Dim ne savait pas s'il aurait le courage de supporter le regard de la reine des glaces.
Beaucoup de choses étaient restées en suspens. Des questions sans réponses, des conflits sans conclusion et des émotions qui ne demandaient qu'à sortir. La plupart des personnes engagées dans la folle course-poursuite avec les mercenaires s'étaient retrouvées avec leur lot de séquelles, mentales ou physiques, et l'insistance de la Cité Scolaire à étouffer l'affaire n'avait pas permis de régler tout ce qui aurait dû l'être.
Et la cause de toutes ces victimes, la raison pour laquelle tous ces enfants s'étaient retrouvés à se battre pour leur vie...

« Je me fiche bien de qui tu es, réponds sans détour ou tu vas regretter encore plus  d’avoir échappé au cutter, kh kh. Si je t’ai pas gelé jusqu’ici, c’est parce que ça me ferait bien chier que tu crèves la gueule ouverte avant d’avoir dit tout c’que t’avais à dire. »

Dim ne releva pas la menace. Elle était légitime.
Il ferma les yeux un instant pour rassembler ses pensées, puis planta ses yeux dans ceux de l’adolescente, faisant face sans sourciller aux poignards qu'elle lui lançait. Hors de question de fuir cette fois-ci. Hors de question de tourner autour du pot ou de mentir.
Encore une fois, s'excuser ne servirait à rien. Ces enfants avaient souffert à cause de ses erreurs de jugement, le moins qu'il leur devait était la vérité.

" Très bien Reitoko-san. Je vais te dire tout ce que je sais. Plus de mystère, plus de flou.
Tout d'abord, je ne sait pas vraiment où est Genji, je ne suis pas en contact avec lui. Cette nuit-là, nous n'étions que des alliés de circonstance. Néanmoins, je peux t'assurer qu'il à quitté l'hôpital sain et sauf. On ne peut pas en dire autant de tous ceux qui nous ont rejoint pour combattre les mercenaires, mais au moins ils sont en vie."


Une bien faible consolation. Pour l'instant, Dim n'avait pas eut le courage d'aller à la rencontre des autres élèves impliqués. L'apparition soudaine d'Aiko lui avait prodigué une diversion bien pratique, lui permettant de justifier ce qui n'était finalement qu'une fuite de sa propre culpabilité.

" Quand à ce qui s'est passé il y a une semaine, autant te donner une image complète. Cela peut te sembler...difficile à avaler, mais j'espère que notre ami ici présent pourra te confirmer que je dis la vérité. Du moins en ce qui concerne le moment où il était conscient, pour la suite tu devra me faire confiance. Il continua.
Par hasard, Hasakura-san et Genji sont tombés sur un homme masqué armé d'un couteau. Un meurtrier, qu'ils ont combattu. Je suis venu à leur aide à ce moment-là, mais Iz et moi-même avons été blessés. Ce type était fort, vraiment très fort, mais s'il n'y avait eut que lui jamais les choses n'auraient dégénérées à ce point. Il n'agissait pas seul. Quelques minutes après le combat, des "nettoyeurs" sont arrivés. Des mecs chargés de dissimuler des preuves compromettantes...et de supprimer des témoins gênants. Je pense que tu as déjà compris où tout cela nous..."

L'esper s'interrompit. La porte de service venait de s'ouvrir, une employée en sortant avec une trousse de secours à la main.
Se dégageant du kabe-don de Akurei l'esper se dirigea vers elle avec un sourire apaisant.

"Merci mademoiselle, j'ai déjà appelé les secours mais cela sera très utile.
- Ah, je vous en prie. Elle sourit en sortant un morceau de tissu rouge. Ceci est à vous je crois?
Dim récupéra sa veste, toujours souriant.
- Vous avez besoin d'aide? J'ai mon diplôme de secourisme vous savez.
- Haha, non merci je vais m'en sortir. Sa blessure est impressionnante mais pas très grave, les infirmiers sauront facilement la refermer. Par contre, je pense avoir perdu mon ID Card près des Ben-to en promotion, vous pensez que vous pouvez me la retrouver?
- Ah, bien sûr!"
Elle s'empressa de refermer la porte alors que Dim se tourna vers les deux autres.

"Elle ne va rien trouver mais on devrait bouger d'ici. Aucun d'entre nous n'as envie d'expliquer ce qu'il vient de se passer à Anti-skill, et il leur faut généralement moins de dix minutes pour arriver sur les lieux d'un crime.
L'esper se tourna vers Izayoi et lui tendit la main. Tu peux te lever? Ne retire pas la lame de ta main, ça risque d'aggraver la perte de sang. Je m'occuperais de ta plaie quand on sera un peu éloigné. Puis il jeta un oeil à Akurei. Et ne t'inquiète pas Ice Queen, j'ai pas prévu de m'arrêter là. Je te dois bien la vérité après ce que tu as fait pour nous tous. Et pas qu'à toi d'ailleurs. Je suppose que tu as également des questions Hasakura-san?"

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 


Dernière édition par Dim Rebon le Jeu 20 Sep - 10:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izayoi Hasakura

avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 20/10/2015
Localisation : Là où se trouve le strawberry parfait !

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Mer 19 Sep - 23:02

Ce n’est pas ce qu’elle voulait ? Qu’est-ce qu’elle racontait ? Sans même avoir le temps de demander des réponses, a sa grande surprise Dim l’avait immobilisé aux sols. Sa technique n’était pas à prendre à la légère, elle était peaufinée avec les années. Même en l’ayant vu venir, il doutait fortement qu’il aurait pu faire quoi que ce soit. Peut-être qu’il serait capable d’offrir une résistance convenable à la fin de son entraînement, mais à l’heure actuelle tout ce qu’il pouvait faire était subir la prise de soumission. C’est alors qu’il entendit les mots que l’homme à la veste rouge lui avait soufflé « Je nous sors d’ici »…il semblait avoir un plan pour éviter que cela dérape et que l’intervention d’Anti-skill ne soit pas nécessaire ? Izayoi était assez impressionné par la maitrise de soi qu’il avait et sa vitesse d’adaptation. Plus surprenant..Lui, un agent de Judgment ? C’était extrêmement surprenant, un retournement de situation. Un agent de Judgment s’était amusé à descendre du ciel avec un pot de brique sans appeler de renforts, c’était louche…très louche en soit.

Malgré tout Izayoi resta silencieux jusqu’à ce qu’il les sorte du magasin, jusqu’à une ruelle près d’une entrée de service. Une fois relâché de l’emprise du jeune homme, le blondinet s’attendait à ce qu’Akutoku Reitoko leur saute à la gorge et l’homme à la veste rouge aussi. Il immobilisa Aku à nouveau sans vraiment de difficulté, prouvant à nouveau sa technique et ses réflexes.

« Cette nuit-là, c’était quoi cette merde ? Où est Genji-san ? »

Genji-san ? Si l’adolescent se souvenait bien, il s’agissait de l’homme aux dreads, celui avec qui il avait combattu l’homme masqué. C’était plus ou moins grâce à lui qu’il n’était pas mort de ce qu’il avait compris, il l’avait porté sur son dos. Et lui aussi, il était là à combattre à leur côté pour survivre, alors le blondinet se demandait bien de quelle nuit parlait Reitoko. Quel genre de nuit était capable de provoquer ce genre de comportement chez la reine de glace de Nagatenjouki ? Au point qu’elle décide de sortir un cutter et attaquer cette personne, elle n’était pas impulsive à ce point, non ? Néanmoins, Akutoku lançait des regards meurtriers à cet homme, c’était impressionnant et étonnant.  Il se demandait bien ce qu’il s’était passé et il semblerait qu’il était prêt à lui donner des réponses, Izayoi préférait écouter silencieusement cette histoire pour leur laisser régler leur compte.

Des alliés de circonstances ? Une image de la nuit où Izayoi s’était allié avec ce Genji et lui, mais à ce moment-là Reitoko n’était pas là. A table, les deux ne semblaient pas se connaitre du tout…Pourtant Genji, Reitoko et lui aurait combattu des mercenaires ensembles ? Et ce fameux Genji aurait finis à l’hôpital ? Est-ce que c’est possible que…non, plusieurs jours sont passées depuis. C’était peut-être plus récents que cette fameuse nuit, néanmoins ses craintes étaient fondées….

" Quand à ce qui s'est passé il y a une semaine, autant te donner une image complète. Cela peut te sembler...difficile à avaler, mais j'espère que notre ami ici présent pourra te confirmer que je dis la vérité. Du moins en ce qui concerne le moment où il était conscient, pour la suite tu devra me faire confiance.

Après tout, ils parlaient « bien » de cette nuit-là, cette nuit où il avait été poignardé et avait finis inconscient pendant un long moment. Pendant qu’il était inconscient, incapable de faire quoique ce soit, ces deux là ont affronté des mercenaires ? Non, seulement Haruhiro et Alexandra, mais aussi Reitoko avait été impliqué, comment ? Il n’avait jamais compris comment ces deux-là avait été impliqués dans cette histoire, alors Reitoko ? Le mystère ne faisait que s’agrandir. Que s’était-il passé pendant qu’il était inconscient ?

Par hasard, Izayoi et Genji sont tombés sur un homme masqué armé d'un couteau. Un meurtrier, qu'ils ont combattu. Je suis venu à leur aide à ce moment-là, mais Iz et moi-même avons été blessés. Ce type était fort, vraiment très fort, mais s'il n'y avait eut que lui jamais les choses n'auraient dégénérées à ce point. Il n'agissait pas seul. Quelques minutes après le combat, des "nettoyeurs" sont arrivées. Des mecs chargés de dissimuler des preuves compromettantes...et de supprimer des témoins gênants. Je pense que tu as déjà compris où tout cela nous..."

Des Nettoyeurs étaient arrivés ? Cela expliquait la grenade fumigènes…L’histoire de cet homme mystérieux avait été interrompu par une employée qui avait ramené la trousse de secours. L’étudiant d’Eiri n’écoutait plus, cela ne l’intéressait pas, il n’entendait que des brides de leurs conversation. Certaines choses ne collaient pas, elles n’étaient pas logiques. Un problème important était survenu, Izayoi avait perdu son téléphone cette nuit-là et il était détenu en tant que preuves par Anti-skill. Ces fameux nettoyeurs n’ont donc jamais mis la main sur le téléphone du blondinet, mais il ne pouvait directement tombés entre les mains des forces polices…après tout ce téléphone était plus ou moins le seul moyen logique pour qu’elle soit impliqué dans cette histoire. Le téléphone avait dû passer par un intermédiaire, quelqu’un avait dû utiliser son téléphone avant qu’Anti-skill ne mette la main dessus…et pendant cet intervalle il n’y avait que deux personnes possibles…

La voix de cet homme l’avait fait quitter sa réflexion. Il avait fini de discuter avec l’employée, mais l’étudiant aux cheveux dorée avait trouvé la réponse à une des questions qui le tourmentait et à laquelle il n’avait jamais pu répondre, jusqu’à aujourd’hui. Il était hésitant à prendre sa main pour se relever, mais il avait surement une explication logique, il n’avait pas l’air d’être un mauvais gars. Il n’avait pas l’air d’être le genre de personne à s’amuser à mettre les personnes qui cher aux yeux des autres en danger…Acceptant son aide, l’étudiant d’Eiri s’était relevé. Il ne comptait pas retirer ce cutter de sa main sans qu’il ne soit soigné…Toutefois, Izayoi fixait l’homme à la veste rouge du regard. Un regard qui était accusateur plutôt qu’animée par la colère, alors qu’il supposait qu’il avait des questions.

« Lequel des deux…Lequel de vous deux a été celui qui a impliqué Haru et Alex ?! Qu’est-ce qui s’est passé pendant que j’étais inconscient ? Qu’est-il arrivé après que cet enfoiré m’ait poignardé ?! »

Soufflant un bon coup, comme un poids que l’on retirait de ses épaules. Le blondinet avait brièvement posé le regard sur la reine des glaces avant de se tourner vers la personne qu’il considérait comme le « responsable ». Elle aussi elle avait été impliquée…Son regard venait de se poser sur elle à nouveau.

« Et toi, Reitoko, comment as-tu été impliqué dans cette histoire ? Ne me dis pas que t’as décidé de t’impliquer pour aider ce Genji et que ça a mal tourné ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 19/03/2016
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Jeu 20 Sep - 1:09

[‘‘Tous ceux qui nous ont rejoint’’… Alors il y en avait bien d’autres ? Est-ce que ça veut dire que mon ainée de Nagatejouki… Bon sang, ses types ont osés mettre en danger notre vie… !]

Akutoku Reitōko ne savait plus comment elle devait réagir à présent que ses canines étaient en train de rentrer dans sa lèvre inférieure et que ses ongles au vernis écaillé commençaient à se planter dans sa peau, serrés si forts entre ses phalanges. Evidemment, elle savait que les dires de ce maître chanteur étaient à prendre avec un grain de sel, le ton de sa voix était calme et son flot de parole continu, mais ça ne voulait pas dire pour autant qu’il disait la vérité. Vérité ou pas, ça ne lui effaçait en aucun cas l’étau de culpabilité que l’adolescente lui plaçait sur les épaules. Au contraire, cela prouvait sa culpabilité : il savait.

[Cette nuit-là… C’est la chance qui m’a sortie de ce mauvais pas, et cette sempai. J’y suis peut-être allée un peu fort moi-même mais… Si une balle m’avait transpercée dans cette ruelle, ce type serait toujours là, à marcher guilleret, s’acheter un ben-tō au supermarché. Ça me rend malade. ]

La connexion avec Genji-san était de nouveau établie, mais mise de côté… Tentait-il de protéger son possible camarade, ou même supérieur ? Il était étrange pour Aku d’imaginer ce garçon donner de l’importance à ce genre de lien vu comment il pouvait traiter des étudiants, et tout autant que Genji-san, dans toute sa flegme, puisse inspirer des sous-fifres. Au lieu de l’interpeller, elle décida tout de même de le laisser continuer, plus par curiosité que bienveillance, non sans tourner la tête un bref instant vers Izayoi, celui qui pouvait apparemment corroborer ses paroles. La tête brûlée ne manquant pas une occasion pour jouer au héros, à l’égo rivalisant avec l’élite de Nagatenjouki. Un comble.

« Par hasard, Izayoi et Genji sont tombés sur un homme masqué armé d'un couteau. Un meurtrier, qu'ils ont combattu. Je suis venu à leur aide à ce moment-là, mais Iz et moi-même avons été blessés. Ce type était fort, vraiment très fort, mais s'il n'y avait eu que lui jamais les choses n'auraient dégénérées à ce point. Il n'agissait pas seul. Quelques minutes après le combat, des "nettoyeurs" sont arrivées. Des mecs chargés de dissimuler des preuves compromettantes...et de supprimer des témoins gênants. Je pense que tu as déjà compris où tout cela nous... »

Akutoku pencha légèrement la tête sur le côté en suivant la conversation du garçon et d’une jeune femme, ayant vraisemblablement oubliée qu’elle était actuellement classifiée comme « agresseur » et Izayoi comme sa « victime ». Son regard glissa distraitement vers le visage contrit et embrumé du blondinet qui semblait perdu dans ses pensées. Elle ne s’y attarda pas et descendit jusqu’au cutter encore fiché dans sa main telle une flèche. ‘‘Un homme masqué armé d’un couteau’’. On pouvait difficilement trouver plus absurde, comme occurrence. Pourtant, quelque chose d’autre torturait la mémoire de l’adolescente aux couettes bleues.

[Nettoyeurs… Ses hommes en équipement paramilitaire ? Ils avaient un entraînement et un armement vraiment effrayant, parfait pour s’occuper d’étudiantes comme moi. Ils ne pouvaient être là que pour une expérience. "Aucune énergie n’est dépensée involontairement à la Cité Académique’’. C’est ce que dirait Mayumi-san… ]

Se pourrait-il que cette expérience tourne autour de ce mystérieux personnage masqué ? Comme une blessure qui se rouvrait avec son lot de sensations désagréables, le souvenir de l’hôpital et de ses sirènes, de son chaos ambiant commençait à ressurgir. Autour d’Aku se trouvait déjà les murs blancs immaculés où se reflétait-la lumière tamisée des néons, seule éclairage dans la pénombre. Les coups de feu aux bruits de sifflements étouffés caractéristique, les pas de sa sempai descendant les escaliers… Elle pouvait s’en souvenir comme si c’était hier. Dans le hall d’entrée… Elle avait tiré sur le bras de cet homme, et du rouge… Du rouge dans les cheveux de son ainée de Nagatenjouki. Et deux ombres. Elle avait ressentis le même sentiment que lui avait inspiré les autres filles du programme Alligator, dans cette installation… Il devait se trouver là. Le sujet de l’expérience. D’un vague mouvement de tête, Akutoku fit disparaître la projection mentale.

[Je plonge dans une spirale dont il va être difficile de remonter. Ce salopard… Ses réponses n’amènent que plus de questions. Et si je reste pendue à ses lèvres, je serai à sa merci pour la soirée. ]

« Elle ne va rien trouver mais on devrait bouger d'ici. Aucun d'entre nous n'as envie d'expliquer ce qu'il vient de se passer à Anti-skill, et il leur faut généralement moins de dix minutes pour arriver sur les lieux d'un crime. Tu peux te lever? Ne retire pas la lame de ta main, ça risque d'aggraver la perte de sang. Je m'occuperais de ta plaie quand on sera un peu éloigné. Et ne t'inquiète pas Ice Queen, j'ai pas prévu de m'arrêter là. Je te dois bien la vérité après ce que tu as fait pour nous tous. Et pas qu'à toi d'ailleurs. Je suppose que tu as également des questions Izayoi-san? »

Un léger reniflement lâché par Akutoku accompagna une de ses mains venant s’enfuir dans un pli de sa jupe, comme si c’était la poche d’un jean. La réalisation de son utilité lors de l’opération ne flatta même pas un peu son égo, ce qui l’étonna elle-même un peu. Dans l’instant, chacune de ses paroles ressassant les évènements étaient des buches toutes fraîches lancées dans le feu. C’est Aku qui avait demandé après tout, mais ce qui était sûr, c’est qu’elle aurait aimé avoir encore son cutter sous la main.

[Tu devrais être celui qui saigne là maintenant, tas de merde.]

« Lequel des deux…Lequel de vous deux a été celui qui a impliqué Haru et Alex ?! Qu’est-ce qui s’est passé pendant que j’étais inconscient ? Qu’est-il arrivé après que cet enfoiré m’ait poignardé ?! »

Relevant la tête, passablement surprise par l’interjection du blessé juste à côté d’elle, Akutoku pencha la tête sur le côté. C’est vrai qu’Izayoi aussi se trouvait là cette nuit, apparemment. Quel chaos sans nom que cette nuit-là ! Tant de gens impliqués, et si peu d’apparente raison. Quelle était le but de cette expérience ? Pourquoi menacer des étudiants ? Pourquoi vouloir éliminer Aku, qui faisait partie d’une expérience elle aussi ? Qui était cet homme au couteau ? L’adolescente vint se pencher vers l’avant en regardant le sol, toujours incapable de formuler une insulte appropriée pour faire cracher le morceau au garçon à la veste rouge. Avant que celui-ci ne puisse répondre de toute façon, Izayoi s’était remis à devenir passablement agaçant.

« Et toi, Reitōko, comment as-tu été impliqué dans cette histoire ? Ne me dis pas que t’as décidé de t’impliquer pour aider ce Genji et que ça à mal tourné ? »

D’un vague geste de la main, Dim fit signe au groupe de se mettre en mouvement, il n’y avait pas plus de temps à perdre ici. C’était la seule chose que lui accordait Aku, se faire pincer par Anti-Skill et questionné, ça n’allait que tout compliquer, et ce n’était vraiment pas ce dont elle avait besoin tout d’suite. Akutoku grinça des dents et commença donc à marcher, tirant sur les nœuds retenant ses couettes pour les délier et laisser ses longs cheveux retomber dru le long de ses épaules.

« J’avais aucune envie d’aider qui que ce soit, kh kh. Je suis tombé sur ce salopard et j’ai essayé de le presser pour des infos, mais il m’a filé entre les doigts, comme dans le magasin à cause de toi, espèce d’abruti. »

L’adolescente vint tourner la tête vers l’arrière sans s’arrêter pour autant, soufflant sur une mèche de cheveux passant devant l’un de ses yeux.

« Juste après, ses paramilitaires me sont tombés dessus. J’ai foncé dans le tas, et j’ai failli y rester. Tout ça à cause de lui, et apparemment de Genji-san. »

Sans hésiter, Akutoku accéléra un peu la cadence jusqu’à ce que sa tête apparaisse dans la vision périphérique de celui qui dirigeait cette joyeuse troupe. La même insistance était toujours présente dans le regard de l’étudiante de Nagatenjouki, mais la haine d’auparavant s’était un peu ténue. A la place, le froissement du visage de celle-ci ressemblait plus à de l’aversion, comme si entendre parler le garçon à la veste rouge un peu plus l’avait convaincu de sa malhonnêteté. Quoi qu’il en soit, elle ne semblait plus opter pour le fait de lui sauter dessus, c’était déjà une réussite, tant qu’il n’était pas affecté par son regard de dégoût.

« Il serait aussi temps de donner ton nom, salopard. J’espère que tu réalises que tu as une dette envers m-… Nous, kh kh kh. Je ne te laisserai pas partir avant que tu aies trouvé une manière de la rembourser. Qu’est-ce que tu sais de plus sur cette histoire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 22
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Jeu 20 Sep - 12:00

Sans perdre un moment, l'esper entraîna le groupe plus profondément dans Strange. Loin des yeux des caméras, là où les voitures ne se garaient pas, là ou les lumières vacillaient et là ou on venait généralement chercher des noises aux non-autochtones.
A la recherche d'un endroit suffisamment isolé et éclairé pour soigner Izayoi, Dim attendit que les deux adolescents aient posés leurs questions avant de commencer à y répondre.

« Il serait aussi temps de donner ton nom, salopard. J’espère que tu réalises que tu as une dette envers m-… Nous, kh kh kh. Je ne te laisserai pas partir avant que tu aies trouvé une manière de la rembourser. Qu’est-ce que tu sais de plus sur cette histoire ? »

L'esper soupira. Elle avait parfaitement raison.

"Chaque chose en son temps Reitoko-san, je te promet que je te dirais tout ce que tu veux savoir mais je veux d'abord que vous sachiez tout ce que je sais de cette nuit-là. Sans s'arrêter Dim tourna la tête vers Izayoi derrière lui, après la blessure que ut avais subis, Genji et moi étions isolés avec une bande de nettoyeurs à nos trousses. On en connaissait pas le nombre, ni les motivations réelles, mais on savait qu'ils viendraient pour nous supprimer. Et ni lui ni moi n'avaient envie de laisser un groupe aussi puant faire disparaître tranquillement des gens au nez et à la barbe de tout le monde."

"Ou plus exactement, avec le très probable accord d'un Directeur..." pensa-t-il amèrement. Il continua.

"Mais pour ça on avait besoin de toute l'aide possible. Ni Genji ni moi ne sommes de puissants espers, nos chances faces à des militaires surarmés étaient à peu près aussi élevées que celles de deux personnes normales. C'est moi qui ait proposé à Genji de faire appel à des espers de haut niveau, il nous fallait un atout, quelque chose pour retourner la situation et au minimum passer la nuit, vivre un autre jour pour mener l'enquête... Evidemment ça à horriblement dégénéré. Dim conclut d'un air sombre.

Genji ne connaissait que toi, Reitoko-san. Et les espers de haut niveau que je connais... Et bien ce n'est pas le genre de personne à se déplacer pour quelque chose d'aussi naïf que protéger les civils de toute la cité contre un groupe meurtrier, pour dire les choses comme elles sont. Notre seule ligne "volontaire", c'était le répertoire de Hasakura-san. Sans vraiment d'autre choix, on à décidé de faire le pari qu'un esper fort comme lui en connaîtrait sans doute d'autre."

Dim s'arrêta sur une petite place. Un banc à moitié défoncé se battait en duel avec une sculpture de carcasse de voitures pour l'occupation de cette véritable clairière urbaine, sous le regard attentif d'une balançoire rouillée et un lampadaire encore en fonctionnement . Quelques jeux à l'abandons témoignant de ce qui passait pour un terrain de jeu pour enfant dans le coin. Typiquement le genre d'endroit où Dim traînait alors qu'il vivait encore au milieu des Child Error de l'orphelinat.

" Ici on devrait être tranquilles. Dit il en désignant le banc au blond, Hasakura-san, pose-toi là je vais m'occuper de tes blessures. Ne t'inquiète pas, c'est loin d'être le pire truc que j'aurais eut à traiter ne serait-ce que dans la semaine. Tu as un portefeuille ou quelque chose du genre? Mords dedans aussi fort que tu peux, tu risque de douiller et on veut surtout pas que tu te coupe la langue."

Alors que le garçon obtempérait, l'esper se mit diligemment au travail. Les conditions n'étaient pas idéales et il n'était clairement pas médecin, mais l'esper pensait pouvoir se débrouiller. La plaie était propre, le cutter n'avait pas déchiré trop de tissus et aucun nerf ne semblait sectionné sans quoi Hasakura-san ne pourrait sans doute même pas rester debout à cause de la douleur.
Il ouvrit la boîte de premiers secours et analysa rapidement son contenu. Ciseaux, coton, compresses, couverture de survie, bandes, gaz, désinfectant, sparadra, gants, pansements et un tube de baume cicatrisant bon marché. Le grand luxe...

Avant de se mettre au travail, Dim termina de répondre à l’adolescent, qui risquait sinon d'être trop déconcentré par la lame de cutter qu'il allait retirer de sa main.

"A aucun moment nous n'avions convenu d'impliquer des esper ne disposant pas de capacités utiles au combat, et encore moins des niveau 0. Etant le plus mobile, le plan était pour moi d'aller à la rencontre de Reitoko-san pour la convaincre de nous aider pendant que Genji attendait les amis de Hasakura à l'hôpital. Nous devions ensuite nous rejoindre pour faire le point et déterminer d'une plan d'action. Il secoua la tête avec dépit avant de se mettre au travail, et c'est là que tout est parti en sucette."

D'un mouvement sec, l'esper retira la lame de la main de Hasakura, une giclée écarlate éclaboussant le trottoir alors que le saignement reprenait de plus belle. Clairement, il s'était pas raté le bougre. Il referma le cutter et le posa à côté de lui puis, l'aide d'une compresse stérile, il épongea le sang de manière à voir la plaie. La lame l'avait traversé de part en part et le gamin allait avoir besoin d'un peu plus que de baume cicatrisant, mais au moins il n'irait pas s'évanouir par anémie au milieu de Strange. Dim savait exactement à quel point c'était dangereux...

"Même après ton attaque Reitoko-san, j'étais déterminé à rester à tes côtés pour t'aider au cas où les mercenaires auraient déjà été à notre poursuite. Mais l'effort que j'ai dû déployer pour m'envoler à soudainement aggravé la blessure que j'avais reçu, et cumulé à la perte de sang continuelle du reste de la journée... j'ai tourné de l’œil en pleine chute."

L'esper laissa de côté la compresse sanglante et appliqua une quantité libérale de spray désinfectant des deux côtés de la main avant de commencer à étaler le baume cicatrisant.

"Quand j'me suis réveillé deux mercenaires étaient déjà sur moi et dans mon état anémique j'ai eut énormément de chance de leur survivre. Juste avant de perdre conscience pour de bon, c'est à ce moment-là que je suis tombé sur les deux agents de Judgment, dont ta sempai. Je ne sais pas ce qu'ils faisaient là, d'après mes infos un couvre-feu généralisé pour les agents de Judgment avait été mis en place cette nuit-là. Mais sans eux j'me serait vidé de mon sang quelque part sur un tas d'ordure, je leur dois autant la vie qu'à toi."

Une fois une quantité exhaustive de baume cicatrisant étalée partout autour de la blessure, L'esper pressa fermement des bouts de cotons avec de la gaz contre la plaie, puis commença à l'entourer de gaze imbibée de désinfectant.

"Pendant ce temps, Genji et son groupe avaient également maille à part avec des mercenaires. Je ne sais pas exactement ce qui s'est passé de son côté, faudra lui demander, mais quand je me suis réveillé à l'hôpital j'ai appris par la suite qu'il y était déjà en compagnie d'un élève. En gros, tout le monde s'est retrouvé à l'hôpital. Ce qui explique assez facilement que ces gars aient été suffisamment déterminés par s'attaquer à nous au milieu d'un hôpital rempli de membres d'Anti-skill."

La gaze attachée, l'esper s'employa à la recouvrir de bandages qu'il fit tenir via un nœud ingénieux et une quantité honorable de sparadrap. Le tout formait comme une mitaine de sport de combat. C'était pas bien élégant, mais ça ferait l'affaire. S'essuyant les mains avec un reste de compresses, l'esper sourit à Izayoi et se releva.

" Bon, ça devrait faire l'affaire. Si t'as du bol ça laissera juste une méchante cicatrice, mais si ça s'est pas refermé d'ici demain j'te conseille d'aller voir à l'hôpital. J'fais pas des miracles moi."

Il se tourna ensuite vers Akurei.

"La suite de l'histoire tu la connais. Gaz soporifique, combat sur plusieurs étages, et pour finir ce monstre à la réception. C'était lui l'homme au masque. Avant ça, je lui avait déjà mis un coup d'arc électrique dans les yeux et brûlé la tronche à l'acide, sans compter un seau de briques de plusieurs dizaines de kilos propulsés droit dans sa mâchoire depuis le troisième étage d'un bâtiment. Je sais pas s'il était totalement cramé de drogues où s'il avait un nouveau genre de hard-tapping, mais tu l'as vu comme moi, il semblait absolument instoppable.
Après les combats tu as disparu dans ton centre de recherches alors que tous autres ont été transférés dans des hôpitaux proches pour être soigné et interrogés par anti-skill."


"Et à partir de là, j'ai filé sans demander mon reste... Non, c'était la bonne chose à faire. Si j'étais resté, c'est certain que j'aurais jamais retrouvé Aiko."

Dim profita de son monologue pour se percher sur le dossier du banc et reprendre un peu son souffle. Au loin, le brouhaha nocturne de la cité scolaire semblait étouffé par le froid de cette nuit d'automne, le calme de la placette seulement dérangé par leurs propres voix et les habituels bruits nocturnes de Strange. Les nocturnes commençaient à se ressembler pour glander. C'était le rassemblement de tout ceux qui travaillaient de jour, les débrouillards qui essayaient encore de s'en sortir, les fêtards paumés, ou ceux qui profitaient de la nuit pour cacher leurs activités les plus détestables.
Soutenant le regard des deux adolescents, Dim savait qu'ils étaient loin d'en avoir fini. Vider son sac était un exercice auquel il n'était pas habitué, et il espérait sincèrement qu'il n'aurait pas à le refaire dans le futur. Mais pour l'heure, il leur devait des réponses.

"Voilà, nous sommes maintenant à égalité quand aux informations sur les évènements de la semaine dernière. Depuis l'administration fait de son mieux pour étouffer l'affaire et, faute de preuve tangible, mon enquête piétine autant que celle d'Anti-skill."

Voilà qui fermait ce chapitre pour lui. Il lui restait sans doute pas mal d'explications à donner, mais Akurei lui avait posé une autre question et il s'était promis d'être honnête et sincère avec eux. Néanmoins...

"Quand à mon nom, vous le donner mettrait en danger une personne à qui je tiens énormément et dont j'ai la responsabilité. Dans ma situation, si l'information fuitait ce serait la mort pour moi et une enfant innocente, donc je préférerait autant si vous vous contentiez d'accepter mon anonymat. Mais si vous insistez, je dois avoir votre parole que vous ne partagerez cette information particulière avec personne. Jamais."


L'air sombre de Dim était absolument clair. Sur ce sujet précis, l'esper était mortellement sérieux.

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izayoi Hasakura

avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 20/10/2015
Localisation : Là où se trouve le strawberry parfait !

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Jeu 20 Sep - 14:46

« J’avais aucune envie d’aider qui que ce soit, kh kh. Je suis tombé sur ce salopard et j’ai essayé de le presser pour des infos, mais il m’a filé entre les doigts, comme dans le magasin à cause de toi, espèce d’abruti. »

Hum…Izayoi ne questionnait pas l’honnêteté de cette personne, à ses yeux Akutokoku Reitoko n’était pas quelqu’un irait aider les gens ou qui demanderait de l’aide. Même si elle n’avait pas prévu d’aider qui que ce soit, c’était surprenant qu’elle se soit déplacée à la demande de quelqu’un.

« Juste après, ses paramilitaires me sont tombés dessus. J’ai foncé dans le tas, et j’ai failli y rester. Tout ça à cause de lui, et apparemment de Genji-san. »

Genji était lui aussi responsable de ce regroupement hasardeux de la mise en danger d’Haruhiro et d’Alexandra ? A quoi est-ce que ces deux-là pouvaient penser ? Quant à Reitoko, a quoi pouvait-elle pensé, Izayoi ne pouvait s’empêcher que c’était elle l’abruti…qui irait foncer dans le tas contre des paramilitaires. Lui qui croyait que les étudiants de Nagatenjouki était censé être malin ou alors elle était trop confiante.

En suivant l’esper aux cheveux sombre pour avoir plus de réponses à leurs questions, ils s’enfonçaient à l’intérieur de Strange. Ce n’était pas l’endroit idéal pour le blondinet qui était plus moins connu de loin, il espérait juste ne pas leur attirer de problèmes. La reine des glaces n’avait pas l’intention d’abandonner son objectif, elle voulait savoir qui il était, elle voulait brisé cette aura mystérieuse qui lui tournait autour.

après la blessure que tu avais subis, Genji et moi étions isolés avec une bande de nettoyeurs à nos trousses. On en connaissait pas le nombre, ni les motivations réelles, mais on savait qu'ils viendraient pour nous supprimer. Et ni lui ni moi n'avaient envie de laisser un groupe aussi puant faire disparaître tranquillement des gens au nez et à la barbe de tout le monde."

C’était une motivation plutôt noble, mais son explication n’était pas finis, Izayoi n’avait pas sa réponse sur le responsable de la mise en danger des êtres qui lui sont précieux.

"Mais pour ça on avait besoin de toute l'aide possible. Ni Genji ni moi ne sommes de puissants espers, nos chances faces à des militaires surarmés étaient à peu près aussi élevées que celles de deux personnes normales. C'est moi qui ait proposé à Genji de faire appel à des espers de haut niveau, il nous fallait un atout, quelque chose pour retourner la situation et au minimum passer la nuit, vivre un autre jour pour mener l'enquête... Evidemment ça à horriblement dégénéré.

Aussi nombreux qu’il soit, sans un armement décent et une très bonne cohésion…une armée de skill-out contre des paramilitaires et cet homme n’aurait servi que de chair à canon. L’idée d’appeler des espers de haut niveau n’était pas une mauvaise idée, mais cela signifiait impliquait des gens qui n’avait rien à faire dans cette histoire et le responsable de cette idée n’était autre que lui.

Genji ne connaissait que toi, Reitoko-san. Et les espers de haut niveau que je connais... Et bien ce n'est pas le genre de personne à se déplacer pour quelque chose d'aussi naïf que protéger les civils de toute la cité contre un groupe meurtrier, pour dire les choses comme elles sont. Notre seule ligne "volontaire", c'était le répertoire de Hasakura-san. Sans vraiment d'autre choix, on à décider de faire le pari qu'un esper fort comme lui en connaîtrait sans doute d'autre."

Après tout Akutoku s’était bel et bien déplacé pour ce Genji, le blondinet se demandait bien quel genre de relations avait ces deux-là pour que la Reine des glaces, cette question était sans importance. Quelque chose avait fait tilté l’adolescent : « le répertoire volontaires ». Il ne pouvait pas être plus explicite que cela, cela voulait dire qu’Haruhiro et Alexandra ont décidé d’intervenir de leur plein gré ? Il ne pouvait pas dire que ça le surprenait, si leur position avait été inversé…il aurait peut-être…non, il aurait fait la même chose. Le regard du blondinet s’était posé sur l’homme à la veste rouge, s’il leur avait laissé le choix, Izayoi était-il en train de lui en vouloir ? Lui ? Alors qu’il aurait fait comme ces deux et serait venu aussi vite que possible pour aider. Non, il n’en avait pas le droit. S’il avait été conscient à l’hôpital et qu’il aurait appris qu’Alex ou Haru était en danger, il en aurait fait qu’à sa tête et serait allé les aider.

Hasakura-san, pose-toi là je vais m'occuper de tes blessures. Ne t'inquiète pas, c'est loin d'être le pire truc que j'aurais eut à traiter ne serait-ce que dans la semaine. Tu as un portefeuille ou quelque chose du genre? Mords dedans aussi fort que tu peux, tu risque de douiller et on veut surtout pas que tu te coupe la langue."

Izayoi s’était assis sur le banc qu’avait désigné l’esper, c’était une situation assez ironique. Lui qui avait un pouvoir défensif capable de le protéger des armes contendantes ou d’une arme à feu, c’était la deuxième fois qu’il se fait poignarder. A croire qu’il avait une sorte de malédiction avec ces objets, il se souvenait encore de la douleur qu’il avait ressenti lorsqu’il s’était fait poignarder…rien de joyeux, c’était douloureux, très douloureux, mais ce qui l’attendait ne pouvait pas être pire. Suivant les conseils qu’on lui avait donnés, il avait sorti son portefeuille pour le mordre aussi fort que possible en cas de douleurs.

"A aucun moment nous n'avions convenu d'impliquer des esper ne disposant pas de capacités utiles au combat, et encore moins des niveau 0. Etant le plus mobile, le plan était pour moi d'aller à la rencontre de Reitoko-san pour la convaincre de nous aider pendant que Genji attendait les amis de Hasakura à l'hôpital. Nous devions ensuite nous rejoindre pour faire le point et déterminer d'une plan d'action. Et c'est là que tout est parti en sucette."

Donc ils n’ont pas eu le temps d’expliquer la situation à ceux qui les avaient rejoints, les mercenaires avaient attaqués trop—VITE—D’un mouvement sec, l’homme à la veste rouge avait retiré le cutter de la main du blondinet. Le son d’un cri étouffé par le portefeuille s’était fait entendre par les deux autres espers, la douleur était vive et intense. Ses yeux s’était fermé à cause de la douleur, mais retiré le cutter d’un seul coup était préférable. Ça évitait que ce soit trop douloureux, une fois la lame retirée, la douleur allait être gênante, mais pas insupportable.

Malgré la douleur, Izayoi écoutait l’explication du fameux esper, ils avaient tous finis à l’hôpital et c’était là-bas que c’était déroulé l’affrontement final ? Il s’était passé beaucoup de choses lorsqu’il était inconscient. Il observait Dim s’occupé de sa plaie du mieux qu’il le pouvait, il n’aurait pas fait mieux. Résultat des courses, il avait tellement de bandages, de sparadrap que le résultat donnait une mitaine de sport de combat…sauf qu’au moindre contacte avec sa main allait lui faire un mal de chien tant que la plaie n’est pas presque complètement refermée. Tant qu’il ne faisait pas le fou avec sa main, la douleur était supportable, douloureuse comme s’il avait un compas planté dans la main et qui lui donnait envie de sauter partout pour atténuer la douleur, cela restait néanmoins supportable. Le blondinet observait sa main alors que l’homme racontait les évènements finaux qui s’était déroulé.

Les paramilitaires étaient allés jusqu’à utiliser un gaz soporifique dans un hôpital, quel genre d’autorité ils avaient pour avoir la possibilité de faire ce genre de choses sans qu’Anti-skill ne puisse les retrouver ? Soit ils étaient très talentueux, soit ils avaient du soutien…dans tout les cas, cette histoire était plus ou moins finis.

"Voilà, nous sommes maintenant à égalité quand aux informations sur les évènements de la semaine dernière. Depuis l'administration fait de son mieux pour étouffer l'affaire et, faute de preuve tangible, mon enquête piétine autant que celle d'Anti-skill."

Le regard du blondinet s’était posé sur l’espers aux cheveux noirs, si l’administration essayait d’étouffer l’affaire, cela voulait dire que ces gars avaient un support assez puissant pour gêner les forces de l’ordres. Il menait aussi son enquête ? Il était une sorte de détectives ou alors c’était juste un esper curieux ? Izayoi n’en avait aucune idée, il ne le connaissait vraiment pas et il ne cherchait pas vraiment à le connaître.

"Quand à mon nom, vous le donner mettrait en danger une personne à qui je tiens énormément et dont j'ai la responsabilité. Dans ma situation, si l'information fuitait ce serait la mort pour moi et une enfant innocente, donc je préférerait autant si vous vous contentiez d'accepter mon anonymat. Mais si vous insistez, je dois avoir votre parole que vous ne partagerez cette information particulière avec personne. Jamais."

L’étudiant aux cheveux dorées avait son regard sur Akutoku avant pousser un léger soupire et de le reposer sur l’espers à la veste rouge. Donner son identité risquerait de le mettre en danger, malgré tout il était quand même prêt à le partager avec eux ? Serait-il possible qu’il…il culpabilise ? Il se sent responsable ?

« Je ne sais pas pour Reitoko, mais même si je t’en veux encore pour avoir impliqué ces deux-là… »

Malgré cette phrase l’adolescent ne lançait plus ce regard accusateur qu’il avait posé sur lui un peu plus tôt, il ne pouvait pas le blâmer alors qu’il aurait agit de la même manière que ces deux-là et qu’il aurait été énervé de ne pas avoir été mis aux courants, de ne pas avoir pu aider quand il en avait l’occasion. S’il continuait à le blâmer, ce serait parce qu’il est à la recherche d’un responsable et le vrai responsable…ce n’était pas lui et au final tout le monde avait survécu.

« Cela ne change pas le fait que ton intervention cette nuit-là m’a sauvé la vie, sans toi…Genji et moi, on aurait fini très mal…on serait même probablement mort contre ce mec. »

Le blondinet avait une petite pause alors qu’il regardait la mitaine qu’il avait dans la même, se demandant bien comment il allait expliquer à Sakurako et surtout Saito qui l’avait conseillé de venir ici.

« Pour faire court…Je n’ai aucune intention de mettre quelqu’un qui m’a sauvé la vie dans de beaux draps et je ne sais pas quel danger t’attends, mais si un jour tu as besoin d’aide, je serais là pour aider. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 19/03/2016
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Sam 22 Sep - 0:57

Avoir le point de vue du garçon sur l’affaire était assez spécial, c’était comme une caméra qui remettait les choses dans leur contexte. Le fait qu’il avait, durant leur première rencontre, beaucoup plus d’information qu’Akutoku ne l’avait imaginé au départ rendait le tout assez dérangeant. Si les deux avaient travaillés ensemble au lieu de se séparer, la situation aurait été tout autre. Et si ils s’étaient séparés, c’était parce qu’en l’associant à Genji-san, Aku l’avait directement considéré comme une menace, et un moyen de l’emmener à celui-ci. Si elle avait su qu’elle allait devoir livrer bataille… Cette pensée s’ajouta à la longue liste du poids qui commençait à lui user la cheville et à lui rayer l’émail. Penses avant d’agir ! Mais malgré la réalisation, elle avait encore du travail à faire pour se remettre pleinement en question, mettant ça sur le compte du manque de discernement de la soirée.

[Ce sale type arrête pas de parler d’enquête. C’est vraiment un membre de Judgment alors ? Pour un membre de Judgment, il est étrangement plus ‘‘réaliste’’ que les autres ânes endimanchés.]

L’adolescente dont les longs cheveux avaient désormais repris la forme d’une cascade de scoubidous fluo s’autorisa un regard distrait autour de leur petit groupe. Le garçon aux cheveux couleur charbon les avaient guidés jusqu’à une part d’un District dont elle ignorait apparemment l’existence. Le paysage délabré et lugubre avait réussi à lui faire perdre un peu de confidence, et la demi-obscurité n’aidait en rien la fuite de son sentiment de sécurité. Sans Cryogenisation, elle se sentait redevenir faible, redevenir insignifiante comme les levels 0 et autres étudiants qu’elle détestait tant. Ce sentiment était insupportable, anxiogène, lui donnait envie de casser quelque chose, comme si ça aurait prouvé aux deux autres qu’elle aussi, elle devait être crainte. A la place, elle posa les yeux sur Izayoi et sur le matériel médical low cost.

« Hasakura-san, pose-toi là je vais m'occuper de tes blessures. Ne t'inquiète pas, c'est loin d'être le pire truc que j'aurais eu à traiter ne serait-ce que dans la semaine. Tu as un portefeuille ou quelque chose du genre? Mords dedans aussi fort que tu peux, tu risques de douiller et on ne veut surtout pas que tu te coupes la langue. »

‘‘Ce n’est pas ce que je voulais’’. Pour être honnête avec elle-même, Aku regrettais beaucoup d’avoir blessé Izayoi de la sorte, même si c’était tout autant sa faute d’avoir sauté dessus. Elle ne flancha pas et continua de l’examiner même durant le cri de douleur étouffé par le cuir du portefeuille, retenant l’un de ses bras en grinçants des dents. Qu’est-ce qu’il se serait passé si elle pouvait revenir en arrière, aujourd’hui, et cette nuit-là ? Aurait-elle fait plus confiance au garçon aux cheveux noirs ? Maintenant qu’elle savait qu’elle était présente entièrement par sa faute et celle de Genji-san, l’étudiante en doutait. Mais elle était sûre de pouvoir faire mieux… Elle pouvait faire mieux. Si elle avait eu un peu plus d’informations, elle aurait assurément écrasé cette équipe de paramilitaires. Alors qu’Izayoi regardait sa main et que l’apprenti médecin finissait son aparté, elle ne put empêcher ses doigts de glisser jusqu’à sa gorge à la mention du ‘‘gaz soporifique’’, juste pour s’assurer qu’elle n’avait pas gardé les traces de cette nuit-là. Alors elle avait bien été rapatriée de l’hôpital par le Bloc G… Voilà la partie de l’histoire qui lui manquait.

« Quand à mon nom, vous le donner mettrait en danger une personne à qui je tiens énormément et dont j'ai la responsabilité. Dans ma situation, si l'information fuitait ce serait la mort pour moi et une enfant innocente, donc je préférerais autant si vous vous contentiez d'accepter mon anonymat. Mais si vous insistez, je dois avoir votre parole que vous ne partagerez cette information particulière avec personne. Jamais. »

La lumière féroce dans les yeux du garçon pris Aku par surprise, envoyant une décharge électrique dans sa nuque, qu’elle frotta vigoureusement en sentant le regard de l’autre blondinet sur elle. Elle ne savait toujours pas si elle pouvait lui faire confiance, et si plus que tout il disait la vérité. Mais s’il était manipulateur et un certain orateur, force de constater qu’à cet instant précis, il était catégorique. Il prenait le sujet au sérieux et même Izayoi semblait touché. L’adolescente vint enfoncer ses mains de nouveau dans les plis de sa jupe, toujours incapable de les rentrer dans ses poches à cause de ce qu’elles contenaient. Au moins, le dégoût qu’elle avait éprouvé pour lui au premier abord avait fondu comme neige au soleil. Il avait peut-être une bonne raison d’agir comme un salopard. Cela n’empêchait pas qu’il restait un salopard, cependant, et ne retirait pas les accusations que lui portait l’adolescente.

[ ‘‘Une personne à qui je tiens’’, ‘‘une enfant innocente’’, hein. C’est encore plus casse burne que je le pensais, sérieusement. ]

« Je ne sais pas pour Reitoko, mais même si je t’en veux encore pour avoir impliqué ces deux-là… Cela ne change pas le fait que ton intervention cette nuit-là m’a sauvé la vie, sans toi…Genji et moi, on aurait fini très mal…on serait même probablement mort contre ce mec. » »

L’adolescente émit une légère grimace d’inconfort en glissant la tête sur le côté vers Izayoi, elle était encore la seule nonchalamment debout, pendant que les deux autres profitaient du ‘‘confort’’ relatif de leur banc.

« Pour faire court…Je n’ai aucune intention de mettre quelqu’un qui m’a sauvé la vie dans de beaux draps et je ne sais pas quel danger t’attends, mais si un jour tu as besoin d’aide, je serais là pour aider. »

Elle laissa échapper un léger soupire. Si le garçon aux cheveux noirs avait essayé de les rallier à sa cause, il venait au moins de se trouver un allié. Quel que soit la façon dont elle tournait ça, Akutoku ne pouvait pas voir le membre de Judgment comme un pacificateur. Lui qui avait laissé tous ses étudiants marcher sur le chemin de ses canons là, sous le feu d’un groupe organisé simplement mués par le désir hypocrite de ‘‘vivre un autre jour’’. Qu’est ce qu’elle pouvait bien faire de la vie d’un type aussi égoïste ? C’est du moins ce qu’elle ce serait dit si le fait de la personne à protéger n’avait pas été mentionné. Il n’était finalement pas différent d’Izayoi, ce type se prenait pour un héros qui essayait vainement de faire respecter une quelconque justice en s’opposant à des forces plus grandes que lui. Au moins, c’était différent de la masse inerte de viande et d’eau que formaient ses étudiants de level 0 sans la moindre ambition. Ça n’en était pas moins insignifiant à ses yeux, cependant. Si ils comptaient combattre les forts, ils n’avaient qu’à le devenir eux aussi.

« ‘Taku... Si tu as quelqu’un à protéger… Alors ne saute pas à pieds joints dans des ennuis comme ça, abruti. Tu peux t’en prendre qu’à toi-même si t’es dans la merde, maintenant. »

« A vous deux, vous formez une belle brochette d’imbéciles. »

Pivotant sur elle-même, l’adolescente vint se placer pile entre les deux garçons sans autre forme de procès, laissant ses fesses retomber sur le banc en grommelant. Le sentiment de ses omoplates contre la tranche du dossier la fit se sentir un peu mieux, mais elle n’y resta pas acculée aussi longtemps, venant rapidement se redresser pour lever son regard inquisiteur sur Izayoi et sa main désormais pleine de bandages. L’adolescente aux cheveux bleus n’attendit pas une réponse de leurs part et au lieu de maintenir la tension encore un peu, elle ouvrir rapidement sa veste pour avoir accès plus facilement à ce qu’il y avait dans les poches de celle-ci. Sans hésiter, elle vint sortir deux petites bento-box et les ouvrit elle-même, retirant de l’une d’elle des baguettes en plastique accrochées dans un petit sachet intérieur. Elle en tendit l’une au garçon aux cheveux noirs, gardant l’autre sur ses genoux. Une fois avoir prise les baguettes en main, elle avisa un instant Izayoi puis découpa un morceau d’omelette, le pinça entre le bout des baguettes et le tendit vers les lèvres du blondinet.

« Et toi… A sauter sur des lames à tout bout d’chant en moins d’une semaine, y’à des façons plus facile pour mourir, tu sais ? Et me regarde pas comme ça, je déteste l’omelette. Et si je veux pas que tu crèves à cause du trou mal rebouché par l’autre empoté, kh kh, vaut mieux que tu grailles. »

Accrochant un autre morceau d’omelette aux baguettes qu’elle tendait d’une façon presque maternelle à Izayoi, Akutoku Reitoko ne laissa pas le garçon aux cheveux noirs respirer de trop et tourna la tête dans sa direction au moment où il allait profiter de la bento-box qu’elle avait récupérée sur les épaules de Gros Porc. Le temps continuait de tiquer dans sa tête au rythme d’une horloge, tic-tac. Le Bloc G avait assurément été mis au courant de son absence. Elle allait en subir les conséquences. Elle devait profiter au maximum du temps qu’il lui restait. Pour tout corriger, et tout faire avancer dans la bonne direction.

« Je me fiche pas mal de ton nom, je le retiendrai peut-être même pas de toute façon. Comment ça se fait que des types prêt à tuer des étudiants actuellement utiles à la Cité Scolaire aient la possibilité de se balader à leur guise, de les éliminer pour cause de ‘‘témoins’’ ? Tu penses à une expérience sérieuse, avec des enjeux… kh kh kh. Des enjeux qui pèseraient plus lourd dans la balance ? »

« J’ignorais que les scientifiques qui s’occupent de moi étaient sur les lieux dans le hall d’hôpital. Mais je crois avoir entendu que ça c’était mal passé là-bas… Si je me souviens bien, kh kh, il y avait un interne que je connaissais au sol dans la chambre de ma couveuse. Peut-être qu’ils savent quelque chose. Et qu’est-ce que tu veux dire par ‘‘mener l’enquête’’ ? Si tu as Judgment de ton côté, même si c’est des branques, je comprends pas comment ton enquête piétine. Ils sont supposés avoir un minimum d’informations, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 22
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Sam 22 Sep - 15:11

« Pour faire court…Je n’ai aucune intention de mettre quelqu’un qui m’a sauvé la vie dans de beaux draps et je ne sais pas quel danger t’attends, mais si un jour tu as besoin d’aide, je serais là pour aider.»

Dim ouvrit la bouche, estomaqué. Les paroles du jeune homme résonnaient énormément avec ses propres pensées. En réalité, c'était même ce qu'il aurait voulu dire lui-même. Au fond, il ne pensait réellement pas mériter cette reconnaissance. Quand à appeler de nouveau des adolescents pour l'aider? Hah, yeah right. Comme si c'était encore une option. Mais le geste le touchait quand même.
Avant qu'il ne puisse réagir Akutoku vînt s'asseoir entre sur le  banc, ses cheveux détachés répandant une agréable odeur de produits chimiques.

« ‘Taku... Si tu as quelqu’un à protéger… Alors ne saute pas à pieds joints dans des ennuis comme ça, abruti. Tu peux t’en prendre qu’à toi-même si t’es dans la merde, maintenant.
A vous deux, vous formez une belle brochette d’imbéciles. »


"Une odeur de laboratoire, elle sent plutôt bon."

Encore plus étonnant, l'adolescente sortait maintenant deux boîtes de bento de sa jupe. Quand est-ce qu'elle les avait récupéré? Elle était venu avec?
Encore encore plus étonnant, elle voulait les partager avec eux?
Dim resta interdit un instant, la boîte à Ben-tô en main, avant de réprimer un immense sourire en avisant Akutoku prête à nourrir Izayoi. S'il se laissait aller il ne  pourrait pas s'empêcher de rire face à un tel déploiement de tsundere-ism. Et vu le caractère à fleur de peau de la reine des glaces il était certain de briser ce moment. Mais quelque part, l'esper était heureux et soulagé. Akutoku n'était pas encore perdue. Elle qui jouait à la grande méchante avait réellement bon fond. Ne savait-elle juste pas l'exprimer ou était-il délibérément découragé? En tout cas, la fierté de l'étudiante y était clairement pour beaucoup. Mais quoi qu'il en soit, l'important était que cette gentillesse, toute maladroite qu'elle puisse être, existait quelque part sous la période glaciaire de son cœur.
Elle pouvait être sauvée.

Du coin de l’œil Dim aperçu la silhouette féline de Schrody qui les rejoignait gaiement, mais le mouvement de tête de Aku le rappela à la conversation tout en répandant de nouveau une odeur piquante. Ainsi qu'à la nourriture, son ventre gargouillant d'impatience. En écoutant la jeune fille, Dim en profita pour piocher dans le curry.

« Je me fiche pas mal de ton nom, je le retiendrai peut-être même pas de toute façon. Comment ça se fait que des types prêt à tuer des étudiants actuellement utiles à la Cité Scolaire aient la possibilité de se balader à leur guise, de les éliminer pour cause de ‘‘témoins’’ ? Tu penses à une expérience sérieuse, avec des enjeux… kh kh kh. Des enjeux qui pèseraient plus lourd dans la balance ? »

« J’ignorais que les scientifiques qui s’occupent de moi étaient sur les lieux dans le hall d’hôpital. Mais je crois avoir entendu que ça c’était mal passé là-bas… Si je me souviens bien, kh kh, il y avait un interne que je connaissais au sol dans la chambre de ma couveuse. Peut-être qu’ils savent quelque chose. Et qu’est-ce que tu veux dire par ‘‘mener l’enquête’’ ? Si tu as Judgment de ton côté, même si c’est des branques, je comprends pas comment ton enquête piétine. Ils sont supposés avoir un minimum d’informations, non ? »


Outre le soulagement réel de ne pas avoir à divulguer son nom aux adolescents, Dim se demandait par ou commencer. A côté de lui le petit chat sauta sur le banc et commença à se frotter à ses jambes en ronronnant. Visiblement quelqu'un avait mangé à sa faim. Il soupira.

"Je partage ton avis sur Judgment, ce sont des branques. Les élèves veulent bien faire pour la plupart, mais la hiérarchie ne partage pas toujours un objectif aussi noble, j'en ait fait l'expérience directe. Evidemment, cela veut également dire que je ne suis pas un membre de Judgment. Plus depuis un bail en tout cas. Je bosse tout seul, et je n'ai que les informations que je peux... récupérer. Il laissa glisser son manteau pour dévoiler son bras gauche, toujours en écharpe. Et récemment j'ai pas eut le luxe d'aller me renseigner autant que je l'aurait voulu."

"Pour ce qui est de ton utilité... Tu connais le Conseil d'Administration, évidement. La question était purement rhétorique. Ce n'est pas une information dont ils font la publicité, mais chaque membre à ses propres objectifs et soutien ses propres projets de recherche. Et ce ne serait certainement pas la première fois que leur petit jeu de se mettre des bâtons dans les roues provoquerait des victimes chez les... "atouts" de leurs rivaux.
La cité est organisée de telle manière qu'ils sont dans une impasse mexicaine compliquée ou aucun d'entre eux ne peut agir ouvertement ou en force contre les autres, mais ils ne se privent certainement pas de quelques "débordements" quand ils pensent pouvoir s'en tirer. C'est l'explication la plus évidente à l'étouffement de cette affaire ainsi qu'au manque de moyens donnés à Anti-skill pour la résoudre."


Il s'arrêta un instant pour caresser son chat avant que celui-ci ne s'approche des deux adolescent, l'oreille curieuse et le nez inquisiteur.

"De mon côté, je suis persuadé qu'on a pas fini d'entendre parler de ces mecs, mais ça m'étonnerait qu'ils refassent surface avant un bon moment. Abuser des dérapages de ce style est certain de faire réagir les autres factions, alors ils vont essayer de se faire oublier. Concrètement, y'a pas grand-chose que je puisse accomplir pour le moment, si ce n'est rester vigilant et ouvrir mes yeux et mes oreilles."

Au dessus-d'eux, le ciel noir de la Cité Scolaire se faisait le miroir de cette partie sombre que Dim décrivait. Une obscurité impénétrable, où nulle lumière n'éclairait ceux qui s'y aventurent.

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izayoi Hasakura

avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 20/10/2015
Localisation : Là où se trouve le strawberry parfait !

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Dim 23 Sep - 14:18

L’esper à la veste rouge semblait…surpris ? Izayoi n’était pas sûr, mais il était resté silencieux à sa réponse comme s’il avait dit quelque chose d’étrange ou de perturbant. Cette question n’allait pas rester en suspens ou plutôt elle allait très rapidement quitter son esprit, Reitoko venait de s’asseoir entre eux sur le banc. Une action qui avait laissé le blondinet légèrement perplexe, il ne s’attendait pas à ce qu’elle fasse ça. Une fois assise à ses côtés, l’étudiant pouvait sentir une odeur de produits chimiques, c’était la première qu’il se tenait aussi proche de la reine des glaces de Nagatenjouki…cette odeur n’était pas si désagréable que ça.

« ‘Taku... Si tu as quelqu’un à protéger… Alors ne saute pas à pieds joints dans des ennuis comme ça, abruti. Tu peux t’en prendre qu’à toi-même si t’es dans la merde, maintenant.
A vous deux, vous formez une belle brochette d’imbéciles. »


Ironiquement, le peu qu’il avait parlé avec elle, ils ont été en désaccord sur pas mal de choses. Toutefois, il devait admettre qu’elle marquait un point, même s’il comprenait le jeune homme. Même si c’était dangereux, tu devais parfois le faire quand même.  Il était surpris que ce soit elle qui dise ce genre de choses, il était clairement pris à contre-pied. Le regard inquisiteur que l’étudiante posait sur lui ne l’aidait pas du tout et sans qu’il n’ait le temps de dire ou faire quoique ce soit, la jeune femme avait ouvert sa veste, montrant deux bento-box.

Un des deux Bento avait été offert à l’espers aux cheveux noirs, quant à l’autre il était resté sur les genoux d’Akutoku, baguette en main elle avait découpé un morceau d’omelette avant de le tendre vers les lèvres d’Izayoi.  L’étudiant d’Eiri était complètement perplexe, il ne s’attendait pas à ce qu’elle décide de le nourrir. Il était certain qu’elle le détestait après ce qu’il s’était passé lors de leur rencontres, est-ce qu’il avait tort depuis tout ce temps ? Il n’avait pas réussi à cerner Akutoku Reitoko aussi bien qu’il l’avait cru.

« Et toi… A sauter sur des lames à tout bout d’chant en moins d’une semaine, y’à des façons plus facile pour mourir, tu sais ? »

Il était loin du compte, vraiment loin du compte. Tout cet enchaînement l’avait dérouté, il regardait Akutoku avait un air étonné, clignant des yeux deux fois et montrant qu’il avait été complètement pris de court.

« Et me regarde pas comme ça, je déteste l’omelette. Et si je veux pas que tu crèves à cause du trou mal rebouché par l’autre empoté, kh kh, vaut mieux que tu grailles. »

« Si je veux pas »…après tout, il avait été idiot. En réalité, elle avait un bon fond, il avait juste été incapable de le percevoir jusque-là…obnubilé par le fait de la catégoriser comme une méchante, par le fait qu’elle le détestait alors qu’il avait visiblement tort. Sans prononcé un mot, Izayoi pencha la tête, mangeant le morceau d’omelette qu’elle lui tendait. Pour des ben-to à prix réduit, ils étaient très bon, mais étrangement partager ces ben-to dans cette atmosphère détendu rendait tout cela encore plus agréable. Ajouté au fait que la reine des glaces le nourrissait, le blondinet n’avait aucun droit de se plaindre, il en était même heureux.

« Merci, Rei— »

Il avait commencé à l’appeler par son nom de famille, sans honorifique, parce qu’il avait commencé à l’antagonisé, à la considérer comme une ennemie. Cette appellation n’avait plus lieu d’être, Akutoku Reitoko était loin d’être une ennemie. Un sourire s’était dessiné sur le visage de l’adolescent pour la remercier.

« Non, Merci Aku-chan. On devrait retourner manger des desserts ensemble. »

Un chat les avait rejoints, il avait faim ? L’étudiante de Nagatenjouki avait pris de nouveau la parole, en direction de l’esper au nom inconnu.

« Je me fiche pas mal de ton nom, je le retiendrai peut-être même pas de toute façon. Comment ça se fait que des types prêts à tuer des étudiants actuellement utiles à la Cité Scolaire aient la possibilité de se balader à leur guise, de les éliminer pour cause de ‘‘témoins’’ ? Tu penses à une expérience sérieuse, avec des enjeux… kh kh kh. Des enjeux qui pèseraient plus lourd dans la balance ? »

C’était une des nombreuses questions qui tourmentait le blondinet, une des questions dont il savait qu’il n’aurait jamais la réponse. Une question qui mettait en doute toute la sureté que représentaient la citée scolaire, cet endroit joyeux, facile à vivre…une vision qui s’écroulait dans l’esprit du jeune homme. Une expérience aurait plus d’importance que la vie d’étudiant ?  C’était triste à dire, mais Izayoi commençait à croire que cela était possible…

« J’ignorais que les scientifiques qui s’occupent de moi étaient sur les lieux dans le hall d’hôpital. Mais je crois avoir entendu que ça c’était mal passé là-bas… Si je me souviens bien, kh kh, il y avait un interne que je connaissais au sol dans la chambre de ma couveuse. Peut-être qu’ils savent quelque chose. Et qu’est-ce que tu veux dire par ‘‘mener l’enquête’’ ? Si tu as Judgment de ton côté, même si c’est des branques, je comprends pas comment ton enquête piétine. Ils sont supposés avoir un minimum d’informations, non ? »

Des scientifiques s’occupaient d’Aku-chan ? Elle faisait actuellement parti d’une expérience de la citée scolaire ?  Cela expliquait plus d’une chose…

Toutefois, un petit sourire s’était montré sur le visage de l’adolescent aux cheveux dorée accompagnée d’un petit : « Judgment..huh ?... ». Judgment ? Des branques ? Totalement. Les enquêtes ce n’était pas forcément leur priorité et majoritairement leur mission consistait à ramasser des ordures ou aider les gens qui ont perdu un objet ou autres. C’était bien beau, mais personne n’avait vraiment besoin de rejoindre quoique ce soit pour faire ce genre d’actions et ramasser les ordures était quelque chose de particulièrement ennuyant. C’était l’une des raisons pour laquelle Izayoi avait décidé de ne pas rejoindre Judgment et rien que se remémorer tout cette époque avait fait apparaître ce petit sourire.

Il semblerait que l'avis soit unanime sur Judgment, pas que ce soit contre eux, mais simplement à cause de leur limitation...les étudiants ne peuvent pas forcément faire aussi bien leur "devoir" qu'ils le voudraient. C’était donc un ancien membre de judgment et il avait décidé de quitter à cause de la hiérarchie ? Cela expliquait d’où venait son bandeau de judgment et son habilité à faire des prises de soumission. Après tout, c’était bel et bien une sorte de détective privé…il ne savait pas que ce genre de métier existait à la citée scolaire, d’un autre côté c’était un peu le genre de métier qui existait un peu partout. Le détective montra son bras gauche qui était en écharpe, il semblerait qu’il ne s’était pas remis de ses blessures de cette nuit ou alors il s’était blessé entre temps ?

"Pour ce qui est de ton utilité... Tu connais le Conseil d'Administration, évidement.

L'étudiant d'Eiri écoutait attentivement l'explication de cet homme. Il était difficile pour un habitant de la citée scolaire de ne pas le connaître, même si globalement il connaissait seulement leur utilité. A part le fait qu’ils dirigeaient la citée scolaire et qu’ils possédaient une certaine autorité, il ne savait pas grand-chose. Du moins pour Izayoi Hasakura, pour Akutoku et lui c’était peut-être différent, surtout lui…il avait l’air d’en savoir beaucoup plus qu’eux ou qu’un étudiant normal.

Et puis des hommes qui sont toujours à la recherche de pouvoir ? C’était réaliste, mais à la fois tellement classique voire même carrément cliché…Néanmoins cela expliquait beaucoup de choses, la situation était plus claire aux yeux de l’adolescent.  S’ils peuvent bloquer Anti-skill dans leurs recherches, ce n’est pas étonnant s’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient comme envoyé des mercenaires tuer des élèves pour les faire taire.

"De mon côté, je suis persuadé qu'on a pas fini d'entendre parler de ces mecs, mais ça m'étonnerait qu'ils refassent surface avant un bon moment. Abuser des dérapages de ce style est certain de faire réagir les autres factions, alors ils vont essayer de se faire oublier. Concrètement, y'a pas grand-chose que je puisse accomplir pour le moment, si ce n'est rester vigilant et ouvrir mes yeux et mes oreilles."

Le blondinet écarquillait les yeux à l’entente de ce discours, ce qu’il venait de dire était tout sauf une bonne nouvelle. Si l’intuition du détective privée était juste, il espérait qu’il n’y ait pas de deuxième homme masqué dans leur rang…ni même plusieurs. S’ils étaient aussi compétents que l’autre, cela risquait d’être compliquée.

« Eh ?! Ils vont revenir… ? J’espérais vraiment ne plus les revoir… »

Tout comme lui, il ne pouvait rien accomplir. Il n’était pas capable d’enquêter aussi bien qu’il le ferait, il ne pouvait qu’attendre et rester vigilant pour ne pas se faire poignarder dans une ruelle. Il s’entraînait, il pouvait…non, il devait devenir plus fort pour empêcher que tout cela se reproduise. S’il attaquait à nouveau, il serait prêt à les accueillir ou du moins il l’espérait sincèrement.

« J’ai beau m’entraîner dur, je ne me vois pas ré-affronter un deuxième gars masqué... »

Le blondinet s’était laissé s’adosser complètement sur le banc, la tête levée vers le ciel. Être si près de strange lui rappelait beaucoup de choses, le début de sa malchance : Une course poursuite par une bande skill-out, une confrontation avec Akutoku, se rapprocher d’une zone de sécurité d’Anti-skill pour au final se faire sauver et pour terminer l’affrontement avec cet homme masqué. Il avait morflé à chacune de ces rencontres, en dehors de ce fou furieux masqué, la rencontre la plus mouvementé était avec la reine des glaces. « Hé, il semble que le bloc G peut savoir quand j’utilise mon pouvoir, après tout. », c’est ce qu’elle avait dit et maintenant elle disait faire partie d’une expérience, que des gens s’occupait d’elle. Est-ce que… ?

« Aku-chan, tu as dit que des scientifiques s’occupait de toi, non ? Est-ce que ce serait ce fameux « Bloc G » que tu avais mentionnée… ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 19/03/2016
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Ven 28 Sep - 15:54

« Non, Merci Aku-chan. On devrait retourner manger des desserts ensemble. »

Akutoku Reitoko n’avait pas relevé la réplique au début, plutôt occupée à extraire plus d’informations du garçon à la veste rouge, mais elle détestait le ton de voix que venait d’employer Izayoi. Et c’était quoi ça… ‘‘Aku-chan’’ ? C’était la façon dont il l’appelait lors de leur première rencontre, et c’était toujours la seule personne qui s’adressait à elle de cette façon. Elle ne lui en avait pas tenu rigueur. Mais maintenant, elle pouvait sentir le relâchement avec lequel il lui parlait. Peut-être que c’était ça qui l’avait dérangée depuis le départ. La façon qu’il puisse lui parler avec autant de flegme, comme si elle était son amie, ou n’importe quelle étudiante. Elle s’arrêta de triturer un morceau d’omelette en relevant la tête vers l’ancien membre de Judgment.

« Pour ce qui est de ton utilité... Tu connais le Conseil d'Administration, évidement. De mon côté, je suis persuadé qu'on a pas fini d'entendre parler de ces mecs, mais ça m'étonnerait qu'ils refassent surface avant un bon moment. Abuser des dérapages de ce style est certain de faire réagir les autres factions, alors ils vont essayer de se faire oublier. Concrètement, y'a pas grand-chose que je puisse accomplir pour le moment, si ce n'est rester vigilant et ouvrir mes yeux et mes oreilles. »

[Le conseil d’Administration…]

Akutoku attrapa une crevette entre ses baguettes et la ficha dans sa bouche en évitant le regard du garçon à la veste rouge. C’était vraiment très sérieux alors, mais c’était la seule explication pour quelque chose de cet ampleur, alors elle ne questionna pas son point de vue. Il n’y avait plus que l’installation qui s’occupait d’elle à présent. Quel était leur place dans tout ça ? L’ancien membre de Judgment avait peut-être l’impression qu’Aku était au courant de beaucoup de chose, et elle ne comptait certainement pas le corriger sur ce fait. La vérité était qu’énormément de choses étaient cachées à l’adolescente et qu’elle n’avait jamais vraiment cherché à en apprendre plus. Tout cela, ça bouleversait vraiment son quotidien… Au moins autant que l’expérience qui se préparait chez elle.

« J’ai beau m’entraîner dur, je ne me vois pas ré-affronter un deuxième gars masqué... »

Aku repris ses esprits en levant distraitement son regard vers l’animal qui s’avançait au niveau de ses jambes. Elle se baissa en avant, tendant la main vers l’animal pour lui caresser la tête. L’adolescente n’appréciait pas spécialement le règne animal, elle était plutôt neutre sur ce point. Mais elle avait tellement peu de contact avec les chiens et les chats qu’elle ne savait jamais trop comment réagir à leur présence. Pour le moment, elle sentait un genre de calme se répandre dans son corps au contact de la fourrure de la bestiole qui ne descendait pas de l’homo sapiens. Dans l’instant présent, elle se sentait intellectuellement et physiquement supérieure à cet animal. C’était pour ça qu’on achetait un animal de compagnie ? Pour le nourrir et qu’il se sente dépendant à soi, pour y trouver de l’affection facile, gratuite. Pour avoir du pouvoir. Elle gratta le cou de l’animal qui faisait des bruits satisfait, puis lui tendit un morceau d’omelette entre ses baguettes avec le même air maternel qu’elle avait en nourrissant Izayoi.

« Aku-chan, tu as dit que des scientifiques s’occupait de toi, non ? Est-ce que ce serait ce fameux « Bloc G » que tu avais mentionnée… ? »

Un grincement de dent irrité résonna hors de la bouche de l’adolescente, en même temps que plus loin, la faible lumière clignotante du lampadaire semblait avoir des difficulté à continuer à fonctionner correctement. Akutoku pencha la tête sur le côté, fusillant Izayoi d’un regard menaçant. Derrière ses lentilles magentas, les pupilles d’Aku vibraient presque sous la déformation des muscles de son visage. La main de l’adolescente glissa en direction du cutter posé à côté du garçon à la veste rouge, alors qu’elle s’en saisit plus vite qu’il ne puisse le remarquer, refermant ses doigts autour du manche. La lumière du lampadaire vacilla une nouvelle fois, la balançoire grinça légèrement sous l’effet d’un vent froid qui balayait le terrain vague, jusqu’à balayer les cheveux du trio au moment où le pouce d’Akutoku glissa le long de la mollette, sortant la lame de son châssis.

« Je suis pas ta putain de petite copine, Hasakura. C’est Reitoko-kun pour toi, imprime le bien dans ton cerveau de singe, on est plus dans ce magasin de glace, kh. »

Elle leva légèrement le bras équipé du cutter, avant de l’enfoncer dans omelette, la pointe de la lame traversant sans difficulté la boite de Ben-to dans un léger bruit de carton percé. Elle fit courir la lame du haut vers le bas, jusqu’à scinder l’omelette en deux morceaux dans un crissement désagréable de la lame qui pénétrait de part et d’autre du fond de la boîte. Elle retira finalement le cutter une fois que les deux morceaux étaient bien séparés l’un de l’autre, retombant mollement sur le fond comme les deux parties d’un poisson évidé. Elle releva légèrement le cutter, glissa son pouce sur la mollette lentement en rétractant la lame avant de ranger l’arme à l’intérieur de sa veste. D’un seul geste, elle attrapa un des morceaux qu’elle plia avec ses baguettes puis engouffra dans dans sa bouge pour le déchiqueter avec ses dents pointues sans vergogne dans sa bouche avant de l’avaler. Se faisant, elle retourna la tête vers Izayoi.

« Regarde ta main. Y’à un trou à l’intérieur dans lequel on peut voir à travers. Fait passer ton « -chan » à l’intérieur, et referme la plaie. Pour les abrutis naïf comme toi, tout a l’air facile je paris, kh kh. Tu me donnes envie de gerber. »

Elle avait prévu de prendre deux boîtes à Ben-to, une pour elle, et une pour Izayoi, sur les épaules de Gros Porc cette fois-là. ‘‘Ce n’est pas ce que je voulais’’. Maintenant, l’une des bento-box était en train de se faire vider par le sale type. Lui qui avait quelqu’un à protéger… Un ancien membre de Judgment qui en savait un rayon, beaucoup plus qu’elle. Pourquoi ses deux garçons devaient toujours trouver un nouveau moyen pour lui manquer de respect ? Est-ce qu’aucun des deux ne réalisait à quel point ils étaient condescendant ? Aku ravala sa salive en enfonçant la baguette dans une crevette,n qu’elle empala sans pitié dans ses canines. Après avoir tué tant d’innocentes bouchées, elle se décida à humer l’air pour se détendre, et reposer les yeux sur Izayoi, dont les élucubrations commençaient vraiment à l’ennuyer.

« Le Bloc G, c’est bien ceux qui s’occupent de moi. Mais j’aime pas le ton que t’emploie pour en parler, kh kh kh. En fait, j’aime pas le ton que t’utilise pour parler tout court. En tout cas, je suis contente que t’ai pas oublié que t’as perdu lamentablement contre ce type masqué. T’as fichu une raclée à tous ses types dans le restaurant juste avant pourtant… Tu réalises que si tu l’avais battu la première fois avec Genji, personne aurait été impliqué ? »

Elle baissa ses baguettes refermées sur le deuxième morceau d’omelette vers le bras enroulé dans des bandages.

« Si je m’abaisse à te nourrir, c’est parce que t’es plus faible que moi. Tu es celui qui finis en morceaux, et je suis celle qui regarde le résultat. Si tu veux vraiment protéger les gens, deviens plus fort ou ferme-la et pourris dans un coin. »

Sans hésiter, elle releva les baguettes vers la bouche d’Izayoi de la même façon qu’elle l’aurait fait pour le chat du garçon à la veste rouge. Elle ne s’occupa même pas de ses réponses ou de si il s’était décidé à l’avaler. Izayoi Hasakura avait comme oublié la façon dont il lui avait parlé lors de la rentrée d’Anti-Skill dans l’enseigne de 326 Ice Cream. Elle n’allait certainement pas tirer un trait sur ce qu’il avait dit cette fois là avant qu’il admette son erreur, surtout si il se décidait à lui parler aussi familièrement. Tournant son attention de l’autre côté, elle jeta un œil au ben-to de l’ancien membre de Judgment. Il semblait en avoir bien profité.

« Je ne t’ai pas oublié, toi non plus. »

Passant sa main dans sa veste, elle en sorti le téléphone du nerd, puis le lui tendit après avoir sélectionné le journal d’appel. Même si elle se doutait qu’il avait une idée de ce qu’elle allait lui demander, elle l’énonça tout de même avec un ton impérieux, histoire qu’il capte bien le message.

« Inscris ton numéro de téléphone là-dedans. Je veux pouvoir te capter n’importe quand. Tu veux ‘‘t’occuper de ça’’ ? T’y arriveras pas si t’es aussi faible que l’autre abruti. Et ton regard de serpent me dit que t’hésitera pas à impliquer d’autres étudiants. Je vais être celle qui détruira ce groupe. »

[ Seuls les forts peuvent se tenir sur le piédestal. Tout le reste des faibles qui tirent des ficelles pour arriver au sommet mérite juste de crever écrasés sous mes semelles. ]

« Ils ont ridiculisés le Bloc G, et moi aussi. Ses types qui se pensent plus forts que nous mérite juste d’avoir une petite révision d’urgence. Je vais les écraser et nettoyer la boue qu’ils ont lancés sur les murs blanc de l’installation, kh kh. Que tu sois avec ou contre moi encore une fois, j’m’en tamponne. Mais dès que tu as quelque chose, dis-le moi immédiatement. Sinon, tu vas le regretter. »


Dernière édition par Akutoku Reitōko le Dim 4 Nov - 1:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 22
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Mar 9 Oct - 14:00

Grignotant son Ben-tô, Dim observait l'altercation. Quelques mots malheureux et voilà l'Ice Queen qui s'échauffait. Y'avait un vrai problème de fierté chez cette fille.
L'esper l'avait déjà remarqué lors de leur première rencontre, mais il lui semblait clair maintenant qu'Akurei était terrorisée par l'idée de ne pas être aussi forte et impitoyable qu'elle voulait le croire. En tout cas, tous les signes étaient là.
Dommage, elle pouvait être agréable quand elle n'était pas engoncée dans sa carapace de mépris.

Mâchonnant une crevette, Dim se dit qu'il devrait sérieusement se pencher sur le cas du Bloc G. Il devait d'abord mettre Aiko définitivement en sécurité, bien sûr. Mais après ça...

« Je ne t’ai pas oublié, toi non plus. »


L'esper jeta un œil à la jeune fille alors que celle-ci lui tendait un téléphone. Elle voulait son numéro?

« Inscris ton numéro de téléphone là-dedans. Je veux pouvoir te capter n’importe quand. Tu veux ‘‘t’occuper de ça’’ ? T’y arriveras pas si t’es aussi faible que l’autre abruti. Et ton regard de serpent me dit que t’hésitera pas à impliquer d’autres étudiants. Je vais être celle qui détruira ce groupe.
Ils ont ridiculisés le Bloc G, et moi aussi. Ses types qui se pensent plus forts que nous mérite juste d’avoir une petite révision d’urgence. Je vais les écraser et nettoyer la boue qu’ils ont lancés sur les murs blanc de l’installation, kh kh. Que tu sois avec ou contre moi encore une fois, j’m’en tamponne. Mais dès que tu as quelque chose, dis-le moi immédiatement. Sinon, tu vas le regretter. »


L'esper marqua une pause avant de prendre le téléphone. L'appeler? Mettre encore une fois en danger une gamine? Hah, comme si ça allait arriver. Au diable la diplomatie. Il referma son bentô à moitié mangé et se leva.

"Je ne doute pas que tu en sois capable. Tu pourrais parfaitement aller dans leur base secrète, redécorer les murs avec leurs tripes et abattre tous ceux qui y travaillent... Et après? Une autre cellule secrète prendra leur place, financée secrètement par d'autres centres de recherches. Tu iras les détruire eux aussi? Ou alors iras-tu détruire les centre d'où viennent leurs financement, tuant dans le processus des dizaines de personnes n'ayant jamais entendu parler de ta vendetta? Chaque pièce de cette machine est jetable, remplaçable à l'envie. Tu le comprends aussi bien que moi, couper les têtes de l'hydre ne mènera à rien."

Il fit quelques pas, entrant son numéro de téléphone tout en parlant. Il savait pertinemment que ce n'était pas ce que l'adolescente voulait entendre, mais accepter ses caprices ne lui apporterait rien sur le long terme. Et puis, le blondinet l'avait déjà énervé, autant en profiter. Même si elle n'entendait pas ses mots sur le coup, il savait qu'elle y repenserait.

"Quand à attaquer l'origine du problème? Je suis le meilleur informateur de la ville. Donne-moi une semaine, moins si je suis chanceux, et je peux t'indiquer quel directeur est à l'origine du projet, où le trouver et à quel moment il sera le plus vulnérable. Qu'est-ce que tu ferais de cette information? Tu irais le tuer? Tu signerais ton arrêt de mort et celui du Bloc G pour te venger d'avoir été humiliée? Attrape."

Il lança précautionneusement le téléphone à la jeune fille aux cheveux bleus, puis repris son monologue.

"Tu as raison néanmoins. Je suis vastement moins fort que toi. Je suis même moins fort qu'Izayoi. Mais je peux faire ce que tu répugne à faire. Je peux jouer au même jeu qu'eux. Agir dans l'ombre, voir sans être vu, analyser leurs faiblesses et agir de manière déloyale. Il n'y à pas dix milles façons de se débarrasser de ce problème. Qu'ils le veuillent ou non, ces groupes ont besoin de la protection de personnes bien plus puissantes qu'eux pour exister, ils doivent donc leur être utiles. Si je peux trouver un moyen de les rendre plus encombrants qu'utiles, il disparaîtrons d'eux même. Ce cou sera cautérisé, la tête ne repoussera pas.

Je t’appellerais si j'ai des informations Reitoko-san. Ce sera à toi de décider ce que tu en fera."

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izayoi Hasakura

avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 20/10/2015
Localisation : Là où se trouve le strawberry parfait !

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Ven 2 Nov - 2:49

« Je suis pas ta putain de petite copine, Hasakura. C’est Reitoko-kun pour toi, imprime le bien dans ton cerveau de singe, on est plus dans ce magasin de glace, kh. »

Et voilà la reine des glaces qu’il connaissait de retour, rebelle et provocatrice. Avec tout ce qui venait de se passer, se laisser avoir serait plutôt puéril…selon Darwin on descend des singes, est-ce donc une véritable insulte ? Pour Izayoi s'en est une, mais il savait très bien qu'Akutoku était de ce genre là et s'il voulait devenir « ami » Avec elle, il allait d'abord devoir supporter ça et briser cette glace. En tout cas, il n'avait aucune intention de l'appeler Reitoko-kun, ce sera soit Aku-chan soit Reitoko-chan…Rei-chan ? Ce n’était pas vraiment le moment de trouver des surnoms pour cette fille.

« Regarde ta main. Y’à un trou à l’intérieur dans lequel on peut voir à travers. Fait passer ton « -chan » à l’intérieur, et referme la plaie. Pour les abrutis naïf comme toi, tout a l’air facile je paris, kh kh. Tu me donnes envie de gerber. »

Le blondinet s’était mis à regarder sa main, même si elle ne l'avait pas fait exprès, elle ne l'avait clairement pas loupé. Il n'avait aucune envie de commencer à la contredire, la seule phrase qui avait envie de sortir de sa bouche est « Tu le penses vraiment ? », habituellement les gens de son genre ont la vie « facile », mais Izayoi Hasakura avait une telle malchance qu'avoir la vie facile n’était pas vraiment une option pour lui. Avant que cette fameuse phrase ne sortent de la bouche de l'adolescent, Akutoku avait repris la parole continuant à déverser sa haine.

« Le Bloc G, c’est bien ceux qui s’occupent de moi. Mais j’aime pas le ton que t’emploie pour en parler, kh kh kh. En fait, j’aime pas le ton que t’utilise pour parler tout court. En tout cas, je suis contente que t’ai pas oublié que t’as perdu lamentablement contre ce type masqué. T’as fichu une raclée à tous ses types dans le restaurant juste avant pourtant… Tu réalises que si tu l’avais battu la première fois avec Genji, personne aurait été impliqué ? »

Aucune insulte n'avait réussi à faire chavirer l’étudiant d’Eiri, ce n'était pas difficile d'y résister, malheureusement ce qui s'est passé cette nuit-là était encore un sujet sensible et la cruelle reine des glaces avait frapper en plein dans le mille. Ce n'est pas le fait « d'avoir perdu lamentablement » qui le dérangeait, mais surtout que si Genji et lui avaient gagné, s'ils n’avaient battu…rien de tout ça ne serait arrivé et ni Haru, ni Alex n'aurait été mis en danger. La seule chose que pouvait faire le blondinet face à cette accusation était de baisser les yeux détournant les yeux et serrer silencieusement son poing, rageant face à sa propre faiblesse. Il s'entrainait pour que ça ne se reproduire plus, mais il était encore loin du niveau convenable pour empêcher ce genre d'événement arriver et il ne savait pas s'il aurait un jour le niveau, néanmoins il fera de son mieux.

« Si je m’abaisse à te nourrir, c’est parce que t’es plus faible que moi. Tu es celui qui finis en morceaux, et je suis celle qui regarde le résultat. Si tu veux vraiment protéger les gens, deviens plus fort ou ferme-la et pourris dans un coin. »

Toujours la vue sur le sol, ses mèches de cheveux qui camouflait légèrement ses yeux et son air légèrement abattu. Il est vrai qu’il était plus faible qu'elle, il avait perdu lors de leur dernière confrontation, le fait qu'elle soit niveau 4 et lui niveau 3 n’était pas une excuse. Il ne pouvait protester que d'un simple :

« ‘Rusai, je n'ai pas eu besoin de ton discours pour m'y mettre… »

Avait déclaré le blondinet d'une voix assez faiblard, mais assez audible pour ceux qui ont l'ouïe fine. Il avait même envie de rajouter un « Si on fait un rematch, je suis sur de gagner… », mais il s’était contenté  de se mordre la lèvre inférieur. Cette phrase était fausse, il savait au plus profond de lui-même que rien n’était garanti et que c’était seulement son orgueil qui voulait s'exprimer, qui refusait de se laisser écraser par de tel parole…peu importe qu’elle soit véridique ou non. Malheureusement pour lui et son orgueil, cela ne servirait à rien, un autre jour il n'aurait pas hésiter, mais pas ce soir, pas alors qu'il se disait qu'en étant plus fort…tout cela ne serait pas arriver.

« Inscris ton numéro de téléphone là-dedans. Je veux pouvoir te capter n’importe quand. Tu veux ‘‘t’occuper de ça’’ ? T’y arriveras pas si t’es aussi faible que l’autre abruti. Et ton regard de serpent me dit que t’hésitera pas à impliquer d’autres étudiants. Je vais être celle qui détruira ce groupe. »

L'autre abruti devait probablement le designer, une autre attaque de Reitoko en son égard. Malgré toute ces attaques puéril, l’adolescent s’était contenté de lancer un regard agacé à « Reitoko-kun » avant de laisser échapper un petit soupire, elle a l'air d’aimer se faire antagonisé. Elle aura beau dire ce qu'elle veut, ce qu'elle pense, la prochaine fois il sera prêt pour ce genre de situation.

« Ils ont ridiculisés le Bloc G, et moi aussi. Ses types qui se pensent plus forts que nous mérite juste d’avoir une petite révision d’urgence. Je vais les écraser et nettoyer la boue qu’ils ont lancés sur les murs blanc de l’installation, kh kh. Que tu sois avec ou contre moi encore une fois, j’m’en tamponne. Mais dès que tu as quelque chose, dis-le moi immédiatement. Sinon, tu vas le regretter. »

Akutoku semblait tenir à Bloc G, plus particulièrement à leur honneur, mais le problème n’était pas là. Izayoi avait beau avoir être « naïf » selon les critères de certaines, il savait très bien que de s'y prendre de cette manière était de la folie et que, au mieux, c’était une solution temporaire. Une solution temporaire à condition de réussir à les détruire.

"Je ne doute pas que tu en sois capable. Tu pourrais parfaitement aller dans leur base secrète, redécorer les murs avec leurs tripes et abattre tous ceux qui y travaillent... Et après? Une autre cellule secrète prendra leur place, financée secrètement par d'autres centres de recherches. Tu iras les détruire eux aussi? Ou alors iras-tu détruire les centre d'où viennent leurs financement, tuant dans le processus des dizaines de personnes n'ayant jamais entendu parler de ta vendetta? Chaque pièce de cette machine est jetable, remplaçable à l'envie. Tu le comprends aussi bien que moi, couper les têtes de l'hydre ne mènera à rien."

En effet, contrairement au dire de ce jeune homme, le blondinet savait que si jamais Aku décidait d’attaquer une base, malheureusement c'est elle qui risque de mourir…qui sait combien de ces saloperies/de fou furieux ils ont. S'attaquer à eux de cette manière était du suicide, quand bien elle réussirait, l'exemple de l'hydre était parfait. En suivant la mythologie et ses différentes versions, il y a bien un moyen de s'en débarrasser…mais la mettre en exécution dans la vie réelle était beaucoup plus difficile, limite impossible. Il l'avait sûrement pris en compte en utilisant cet exemple précis.

"Quand à attaquer l'origine du problème? Je suis le meilleur informateur de la ville. Donne-moi une semaine, moins si je suis chanceux, et je peux t'indiquer quel directeur est à l'origine du projet, où le trouver et à quel moment il sera le plus vulnérable. Qu'est-ce que tu ferais de cette information? Tu irais le tuer? Tu signerais ton arrêt de mort et celui du Bloc G pour te venger d'avoir été humiliée ? Attrape."

Le meilleur informateur de la ville ? Parfait, c’était un détail très intéressant. S'il avait besoin d'information, il savait vers qui se tourner.

"Tu as raison néanmoins. Je suis vastement moins fort que toi. Je suis même moins fort qu'Izayoi. Mais je peux faire ce que tu répugne à faire. Je peux jouer au même jeu qu'eux. Agir dans l'ombre, voir sans être vu, analyser leurs faiblesses et agir de manière déloyale. Il n'y à pas dix milles façons de se débarrasser de ce problème. Qu'ils le veuillent ou non, ces groupes ont besoin de la protection de personnes bien plus puissantes qu'eux pour exister, ils doivent donc leur être utiles. Si je peux trouver un moyen de les rendre plus encombrants qu'utiles, il disparaîtrons d'eux même. Ce cou sera cautérisé, la tête ne repoussera pas.

Je t’appellerais si j'ai des informations Reitoko-san. Ce sera à toi de décider ce que tu en fera."


Après tout, il savait bien comment exterminer l'hydre ou du moins de la tête qui nous intéresse, s'il avait le moyen de se débarrasser de la tête mère…ce serait bien.

« Attend, je ne te demanderais pas forcément ton numéro de téléphone, mais j'ai besoin d'un moyen sûr pour te contacter quand j'en aurais besoin. »

Le blondinet avait pris une petite pause avant de jeter un léger regard vers  Akutoku,  pour finalement laisser échapper un soupire et reposer son regard sur l'informateur.

«  J'ai plein de questions qui me trotte dans la tête et je pense que tu es l'une des seules personnes qui puissent y répondre…Je n'ai aucune envie de les poser maintenant, mais le moment venu j’aimerais vraiment te les poser. »

Être aussi imprécis sur le sujet était peut-être une mauvaise idée, mais cela valait le coup de demander. Il avait l'air du genre assez perspicace, il avait probablement deviné quel genre de question il voulait lui poser.  Il jeta un regard à sa main bandé, toujours douloureuse.

« Ah Il me faudrait un médecin aussi…si elle voit ça, j'aurais des problèmes. »

Alors que le blondinet comptait lever sa main vers le reste du groupe, des bruits de pas sûr les flaques d'eau s’étaient fait entendre. Encerclant presque le groupe d'Esper, un groupe de skill-out avait surgit des ombres comme s'ils avaient attendu le moment propice pour se montrer. Ils étaient une dizaine, non armé heureusement, mais étrangement hostile et prêt à en découdre.

Une question de territoire ? Peut-être bien, le blondinet ne savait pas du tout pourquoi ils étaient là. Il savait juste que c'était un aimant à embrouilles dont les skill-out, depuis sa dernière visite une légende urbaine était née : Boucle d'or, l’esprit d'une femme portant une capuche qui ère à Strange et que personne n'a attrapé. Il avait gagné en muscles avec tous les entraînements qu'il faisait, le reconnaître était mission impossible…Il ne pouvait pas être là pour ça ? Est-ce que ce serait sa malchance habituelle ? Alors que l’un d’entre eux allumai/t sa cigarette de manière à paraître plus cool ou plutôt plus menaçant, ne quittant les uniformes scolaires que portait les deux étudiants.

« Tch, vous vous promenez ici comme bon vous semble, z’etes pas les bienvenus dans le quartier. Encore moins les garces de Nagatenjouki, vous me donnez la gerbe avec vos airs de supériorité. »

Voilà qui sentait les ennuis à plein nez, il n’avait pas l’air raisonnable et puis connaissant la Reine des glaces, elle n’allait pas se laisser marcher dessus par ce qu’elle considère comme un « moins que rien ».  Leur dire : « Je n’ai pas vraiment le droit de combattre sauf en dernier recours donc on va se contenter de partir, okay ? » allait marcher, ce genre de personne est du genre à vouloir abuser des plus faibles et gagnent en confiance, en arrogance avec la force du nombre.  Un bon gros coup de bluff devrait passer non ? « Attention, c’est la reine de glace de Nagatenjouki…si vous continuez une mort cruelle vous attends. ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 286
Date d'inscription : 19/03/2016
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Sam 10 Nov - 21:26

La lumière du lampadaire clignota une nouvelle fois, plongeant le visage du garçon à la veste rouge dans un clair-obscur pendant un instant infime. Il s’était levé.

« Je ne doute pas que tu en sois capable. Tu pourrais parfaitement aller dans leur base secrète, redécorer les murs avec leurs tripes et abattre tous ceux qui y travaillent... Et après ? Une autre cellule secrète prendra leur place, financée secrètement par d'autres centres de recherches. Tu iras les détruire eux aussi ? Ou alors iras-tu détruire les centre d'où viennent leurs financement, tuant dans le processus des dizaines de personnes n'ayant jamais entendu parler de ta vendetta ? Chaque pièce de cette machine est jetable, remplaçable à l'envie. Tu le comprends aussi bien que moi, couper les têtes de l'hydre ne mènera à rien. »

Comme un enfant pris en flagrant délit de mensonge, le regard d’Akutoku glissa plus bas là où il ne croisait plus celui de son interlocuteur, alors qu’elle se mit à retenir fermement l’un de ses bras. L’émail coulissa une nouvelle fois dans sa bouche en émettant un bruit désagréable. Evidemment, il avait raison, et évidemment, ça faisait bouillonner le sang de l’adolescente. La vérité était qu’elle n’avait pas du tout réfléchit à ce qu’elle allait faire, trop occupée à regarder juste devant elle. Tant qu’elle n’arrivait pas à mettre de l’ordre dans sa propre situation, elle savait qu’elle ne pourrait rien faire. Mais la faible voix qui lui susurrait de petits mots pour lui rappeler ses « véritables ennemis » avait disparu lors de la tirade du garçon à la veste rouge.

[ Encore à sous-estimer mon intelligence ? Ce type ne perd pas une occasion pour se mettre sous son meilleur jour… ! Il pense qu’il peut me contrôler aussi ? Ça n’arrivera pas. Si je veux agir, j’agirai. Et si il se met en travers de ma route alors… ]

Ça ne fonctionnait pas. La petite voix était toujours absente. Aku releva son regard vers les doigts du garçon pianotant sur le téléphone de son camarade alors que la bouche de celui-ci continuait à s’ouvrir et se refermer.

« Quand à attaquer l'origine du problème? Je suis le meilleur informateur de la ville. Donne-moi une semaine, moins si je suis chanceux, et je peux t'indiquer quel directeur est à l'origine du projet, où le trouver et à quel moment il sera le plus vulnérable. Qu'est-ce que tu ferais de cette information ? Tu irais le tuer ? Tu signerais ton arrêt de mort et celui du Bloc G pour te venger d'avoir été humiliée ? Attrape. »

En grimaçant, Akutoku attrapa le téléphone d’une main en le serrant entre ses doigts. L’entendre parler de l’installation faisait trembler les muscles de son visage. Maintenant ils utilisaient ce nom comme si c’était l’enseigne de n’importe quel magasin de vêtement. Si elle devait l’utiliser avec eux, c’était pour leur intimer le respect envers l’installation et rien d’autre. Elle alluma de nouveau le téléphone pour vérifier qu’il avait bien tapé un numéro de téléphone dans le carnet de contacts. Elle fut presque agacée de voir qu’il venait de le faire. Elle n’avait absolument rien à lui dire, aucune punchline, aucun jet de poison qui aurait pu se confronter à la dure réalité qui sortait en lettre de feu de sa bouche. Elle laissa la main tenant le téléphone retomber mollement le long de ses hanches.

« Tu as raison néanmoins. Je suis vastement moins fort que toi. Je suis même moins fort qu'Izayoi. » Akutoku jeta un vague regard à l’intéressé, comme pour s’assurer qu’il écoutait, avant de revenir au garçon en glissant le téléphone dans la poche de sa jupe, déformée par la bento-box qu’elle y avait glissée.

« Mais je peux faire ce que tu répugne à faire. Je peux jouer au même jeu qu'eux. Agir dans l'ombre, voir sans être vu, analyser leurs faiblesses et agir de manière déloyale. Il n'y a pas dix milles façons de se débarrasser de ce problème. Qu'ils le veuillent ou non, ces groupes ont besoin de la protection de personnes bien plus puissantes qu'eux pour exister, ils doivent donc leur être utiles. Si je peux trouver un moyen de les rendre plus encombrants qu'utiles, ils disparaîtront d'eux même. Ce cou sera cautérisé, la tête ne repoussera pas. Je t’appellerais si j'ai des informations Reitoko-san. Ce sera à toi de décider ce que tu en fera. »

Une canine s’enfonça dans la lèvre supérieure d’Akutoku Reitoko quand elle réalisa finalement l’ampleur de la distance qui la séparait de l’ancien membre de Judgment. Alors qu’elle était restée dans son palais doré, lui semblait connaître le système comme sa poche. Ce n’était pas qu’il avait réponse à tout, c’est qu’il savait de quoi il parlait beaucoup mieux qu’elle. Il avait l’expérience. Quel que soit la « force » que pouvait déployer Akutoku, quel que soit l’état dans lequel elle était, ce n’était pas une différence qu’elle pouvait surmonter. Et elle ne pouvait rien faire contre ça. L’adolescente de Nagatenjouki se laissa finalement aller la tête contre le bord du banc, gardant son cutter en main. La voix d’Izayoi résonnait à côté, mais elle ne l’écoutait pas. Tout ça tournait et retournait dans sa tête comme un manège infernal. Les visages sans formes la regardaient. Étaient-ils différents de ceux du Bloc G ? Le poing de l’adolescente s’enfonça dans le banc.

[ Ne pense pas à ça non plus. Ne laisse pas d’autre gens changer ta vision des choses.  C’est à toi de décider, à toi d’agir. A toi et à personne d’autre. ]

La voix de son subconscient était revenue, mais elle était différente de celle d’auparavant. Avec le garçon à la veste rouge, elle savait que sa façon usuelle de faire les choses ne fonctionnerait pas dans cette situation. Avec les récents événements, elle savait aussi que sans sa capacité… Elle n’avait plus rien d’autre à envier aux autres levels 0 de la cité Académique. Ses mains tremblantes à la réalisation de ce fait vinrent se serrer en poings. Le choix. En avait-elle vraiment, à présent que l’installation scientifique qui s’occupait d’elle avait décidé bon de la garder enfermée ? De la déscolariser de Nagatenjouki Academy ? Elle parlait d’agir et de combattre, mais elle n’avait ni la liberté de mouvement, ni sa force d’auparavant. La roue du destin avait encore une fois cru bon de lui retirer les seuls atouts qu’elle possédait. La mâchoire d’Akutoku se serra encore plus fort, ne sachant pas si elle essayait de contenir de la rage, ou des larmes. Elle ne pouvait rien faire, là maintenant. Au moment où elle rouvrit les yeux, des ombres s’étaient misent à encercler le trio, cachant la déjà faible lumière de l’endroit. Une voix nasillarde pénétra dans les oreilles d’Aku, n’allant pas en arrangeant sa grimace de colère.

« Tch, vous vous promenez ici comme bon vous semble, z’êtes pas les bienvenus dans le quartier. Encore moins les garces de Nagatenjouki, vous me donnez la gerbe avec vos airs de supériorité. »

Les épaules d’Akutoku vibrèrent légèrement, sa tête toujours baissée. Elle allait récupérer le contrôle de sa capacité. C’était le premier pas à faire vers la suite. Depuis le début, l’adolescente avait remarqué que quelque chose n’allait pas, cette perte de contrôle de son pouvoir d’esper n’était pas du tout le même que dans l’enceinte de l’hôpital. En se réveillant dans la couveuse, elle avait perdu sa capacité de visualisation des calculs. Son pouvoir fonctionnait toujours, mais avait besoin d’un autre mode de direction sous peine de causer des contrecoups encore plus sévère. Mais depuis qu’elle s’était réveillée au Bloc G, depuis qu’elle avait perdue connaissance… Le froid n’était plus jamais réapparu, alors que les calculs eux, n’avait aucun mal à se montrer dans son esprit. Quelque chose venant de l’intérieur d’elle-même empêchait Cryogenisation d’être plus que des opérations dans son cerveau.

[ A chaque fois que j’essaye d’en appeler à la pression, je ressens… Ce coup de chaud. A la place du froid, mon corps… Se réchauffe ? Ce n’est pas normal. Ce n’est pas quelque chose que je peux faire de moi-même. Je peux ralentir les molécules, pas les accélérer. Alors… J’imagine que tout ce qu’il me reste à faire, c’est de continuer à essayer jusqu’à ce que ça fonctionne de nouveau. ]

« …‘‘Garce de Nagatenjouki’’ ? »

[ Je ne suis pas comme eux. Il n’y a rien à prouver ! Douter de moi, voilà ce qui me paralyse réellement. Continuer d’aller de l’avant, toujours… C’est pour ça que le Bloc G a tant fait pour moi. ]

Les longues mèches des cheveux bleus de la jeune étudiante vinrent glisser sur son épaule gauche, son buste se redressant pour que ses yeux puissent se poser sur ceux qu’elle voyait toujours comme des moins que rien. La preuve qu’elle était plus forte qu’eux, celle qu’elle voulait tant se rappeler à elle-même mais aussi aux deux garçons qu’elle venait de retrouver, la voilà la parfaite opportunité. C’était le moment parfait pour retourner la situation et rappeler à tout le monde où chacun se situait. Plus d’ ‘‘Aku-chan’’ ou de regard agacé. Les dents de l’adolescente se desserrèrent, alors que ses muscles aussi se détendirent. Un vague sourire se dessina sur les traits de son visage, le lampadaire clignotant faisant ressortir le vernis bleu des ongles de sa main qui était désormais levée dans la direction des délinquants. Ils n’étaient pas très bien organisés dans leur formation. Il ne semblait même pas armés, et surtout, ne semblaient pas avoir de leader particulier. Aucun d’eux n’était plus avancé que les autres. Elle n’avait qu’à en faire tomber deux ou trois et tout le reste allait détaler comme des lapins. Si elle en écrasait quatre ou cinq, ils n’oseraient plus jamais prononcer les mêmes mots.

« ‘‘Garce de Nagatenjouki’’ hein ? Je vais m’assurer que cette langue ne claque plus jamais dans ta bouche, déchet de la société. »

La distance était de quelque mètre. De là-bas, elle pouvait utiliser les flaques d’eau et l’humidité dans l’air pour… Un crissement aigu retentit dans l’esprit d’Aku, un crissement qu’elle seule pouvait entendre. A l’intérieur du paramilitaire qui se tenait devant elle, sa scie de glace continuait de tourner en amenant avec elle ses crochets. Les yeux de l’adolescente perdirent leur éclat lorsqu’elle remarqua que c’était elle qui l’avait envoyée. Mais la réalisation n’y faisait rien, crissant toujours, la scie continuait de tourner inexorablement, donnant une vue à l’adolescente lorsque le corps de l’homme s’écroula au sol comme un pantin. Et l’image disparut, ne laissant à Akutoku que la sensation brûlante que la nourriture qu’elle venait de manger entamait le chemin inverse que celui qu’elle aurait dû prendre. En retirant la main qu’elle venait de plaquer sur sa bouche en se pliant en deux, les yeux de l’adolescente ne comprirent pas tout de suite ce qui venait de s’écouler de ses lèvres et de son nez. Un liquide chaud… Du sang ? Non. Le grésillement du lampadaire colora les gouttelettes glissant entre les doigts d’Akutoku de rose.

[ Qu’est-… Qu’est-ce que c'est... ? ]

Mais le regard de l’adolescente n’eut pas le temps de s’attarder sur sa main qui vint rapidement glisser vers le bas. Le Skill-Out devant elle venait de faire un pas en avant. Visiblement, ils n’avaient pas bien pris sa provocation, et pire encore… Sa démonstration de force qui s’était terminée de façon abrupte sur sa perte d’équilibre. Sans même pouvoir le contrôler, encore un peu recroquevillée sur elle-même, Akutoku Reitōko fit un pas en arrière, serrant fermement les doigts sur le cutter dans son autre main, posant le pouce sur la mollette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 22
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   Jeu 29 Nov - 4:29

« Attend, je ne te demanderais pas forcément ton numéro de téléphone, mais j'ai besoin d'un moyen sûr pour te contacter quand j'en aurais besoin. »

- Un numéro de téléphone donc, à moins qu'il ne veuille réinventer les signaux de fumée... pensa Dim alors que le jeune homme continuait.

«  J'ai plein de questions qui me trotte dans la tête et je pense que tu es l'une des seules personnes qui puissent y répondre…Je n'ai aucune envie de les poser maintenant, mais le moment venu j’aimerais vraiment te les poser. Ah Il me faudrait un médecin aussi…si elle voit ça, j'aurais des problèmes. »

Ce gamin n'était décidément pas à sa place dans un milieu tel que Strange. L'esper soupira et tendit la main vers lui pour lui demander son téléphone, mais un bruît désagréable rompit sa sérénité.

« Tch, vous vous promenez ici comme bon vous semble, z’êtes pas les bienvenus dans le quartier. Encore moins les garces de Nagatenjouki, vous me donnez la gerbe avec vos airs de supériorité. »

- Sérieusement? On va vraiment faire ça maintenant?

Une bande de traînards, sans doute venu glander dans ce petit square discret, était entrain de se déployer en arc de cercle autour d'eux. Evidemment, ils ne voyaient pas d'un bon œil qu'une gamine arborant l'uniforme de Nagatenjouki vienne traîner sur leur terrain de glande. Sans bouger, Dim analysa la situation.
S'il ne se trompait pas, il avait déjà eut a faire au groupe mineur qui traînait dans le coin. De manière générale ces mecs répondaient sans doute indirectement à un des gros poisson du coin, mais par l'intermédiaire de leur chef. Ils étaient dix, un nombre conséquent signifiant qu'ils n'avaient probablement pas de potes en plus qui attendraient dans un coin. A première vue aucun d'entre eux n'était plus avancé que les autres, celui qui avait parlé n'était clairement pas leur chef. Mais avec un groupe comme ça et une telle cohésion, il était probable qu'il s'agisse d'un membre en faveur, voir d'un lieutenant mineur. Les soupçons de Dim furent confirmés quand il remarqua les motifs canins qui ornaient le bandana de l'homme. Les chokers que deux autres membres portaient lui confirmèrent qu'il s'agissait d'un simple gang de clébard avec qui il avait déjà fait commerce. Ils s'occupaient la plupart du temps de dealer leurs merdes dans le quartier ou de taguer des trucs, mais leur chef avait récemment pris la mauvaise habitude de "commander" des filles avec une fréquence croissante dernièrement, ce qui avait poussé Dim à le faire tomber de manière discrète.
L'esper n'entendait le cliquetis d'aucune chaîne et personne n'avait déjà sorti de couteau et aucun d'entre eux ne semblait se presser de finir sa clope, ils ne cherchaient pas foncièrement la bagarre même si leur organisation hiérarchique était inquiétante. Ce n'était donc qu'une démonstration de pouvoir, pas étonnant vu le bordel que ça devait être en ce moment dans leurs rangs. Si ce mec gagnait assez de popularité, peut-être qu'il pourrait prendre l'ascendant ou former son propre groupe. Quoi qu'il en soit, pour l'instant s'ils restaient diplomates ils pourraient...

"…‘‘Garce de Nagatenjouki’’ ?
- Evidemment."

Vu qu'ils avaient eut la bonne idée d'insulter l'autre givrée, il était évident que Dim et les deux adolescent n'allaient pas s'en tirer en s'écrasant de manière diplomatique.

« ‘‘Garce de Nagatenjouki’’ hein ? Je vais m’assurer que cette langue ne claque plus jamais dans ta bouche, déchet de la société. »

Et ainsi s'envolaient leurs chances de s'en sortir discrètement. Alerte, l'esper s'apprêtait à réagir si Akurei se mettait encore en tête d'essayer de les découper. Une balayette, suivie d'un coup au visage...
Mais rien n'arriva. Ou plutôt, la pire chose possible arriva. D'un coup, Akurei porta la main à sa bouche et se recroquevilla de douleur. Un échec sur son pouvoir?
Prenant le parti d'y réfléchir plus tard, Dim profita d'un instant d’inattention de Akurei pour s'interposer. La jeune fille avait instinctivement reculé face à l'avancée du skill-out que Dim avait identifié comme le wannabe alpha, l'informateur en avait donc profité pour se glisser entre eux, le visage fermé, les épaules droites, l'air sombre. Il était maintenant Nobu Yamada.

"Un instant je vous prie." le mouvement du skill-out s'arrêta. Il le regarda un instant avec mépris et colère avant que le mépris ne laisse place à de la perplexité. la colère était toujours présente néanmoins, pas étonnant après son échange avec miss diplomatie. S'il laissait passer ça, il pourrait se gratter pour le gain d'influence. Fort heureusement, Nobu s'apprêtait à lui laisser une porte de sortie.

"Ces personnes sont en affaires avec Dim Rebon, il me semble que vous aviez déjà fait appel à ses services il y a peu?"
Le lieutenant se calma très rapidement en reconnaissant le visage familier de Nobu. Il savait clairement qui était Dim Rebon et pourquoi il était important de conserver une bonne relation avec un informateur aussi efficace.

"Hey gamin, Nobu c'est ça? Tu bosses pour Rebon?"
Dim sourit, il avait mordu. Il ne restait plus qu'à espérer que les deux autres ne s'étonneraient pas trop bruyamment de son soudain changement d'identité. Le moment n'était définitivement pas aux fuites et, pour une fois, Dim craignait plus la réaction des ses alliés vers qui il focalisait son attention que vers la piétaille qu'il pouvait manipuler à loisir. L'homme ne pouvait pas laisser n'importe qui lui manquer de respect évidemment, mais opposé à une personne à l'influence équivalente à celle des plus grands pontes des skill-outs il pouvait tirer sa révérence de manière gracieuse sans perdre son prestige. Et l'esper avait bon espoir que son interlocuteur soit suffisamment intelligent pour le comprendre.

"C'est bien moi, et en effet. Je suis désolé qu'on soit entrés chez vous, on cherche pas à contester les Strange Dogs. Mon boss est actuellement en négociation avec ces deux là pour des trucs juridiques et j'était entrain de leur faire part de ses tarifs."

Le leader le regardait d'un air neutre, les mains maintenant enfoncées dans les poches. Derrière-lui, Dim s'inquiétait de la tension qu'il sentait chez les deux adolescent. A tout moment la situation pouvait exploser et il devait faire son possible pour la désamorcer avant qu'Ice Queen ne puisse en place une.

"Tu tombes bien gamin, j'ai un message pour Rebon.
- Un message? Dim était surpris.Vu l'état dans lequel il avait fichu leur gang ils ne devaient sans doute pas avoir les moyens de faire de nouveau appel à ses services aussi rapidement.
- Ouais, on aimerais que tu transmette."

L'homme sorti brusquement les mains de ses poches, prenant l'esper de court. Trop inquiet de ce qui se passait derrière lui, trop confiant de son ascendant, seuls ses réflexes le sauvèrent d'un premier coup asséné en direction de son ventre. Il le para avec son bras droit, mais un second coup se précipitait vers son visage et son bras bandé ne permettait pas à l'esper de réagir assez vite. Il aurait pu utiliser son pouvoir, mais pour éviter toute fuite il avait tendance à le bloquer totalement lorsqu'il jouait le rôle de Nobu face aux skill-outs, le forçant à se concentrer quelques précieuses secondes pour reprendre le contrôle de son centre de gravité.
En un instant, la main habillée d'un poing américain du skill-out s'écrasa sur le visage de Dim, faisant éclater son nez comme un fruit trop dur alors qu'il était projeté en arrière. La dernière chose qu'il entendis avant de perdre connaissance fut la voix du lieutenant lui criant: "Dis-lui qu'on se fout pas impunément de la gueule des Dogs, on va le buter!"

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ben Tō, Food Wars ! [ft. Dim Rebon & Akutoku Reitōko]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Star Wars Pocket Models TGC
» CNN: Food prices rising across the world
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: La Citée Scolaire :: District 7-
Sauter vers: