Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 19:47

« Mmmmh … » fit Alexandra en étirant ses bras au-dessus de sa tête, alors qu’elle sentais l’engourdissement passablement s’évanouir de son corps après son long vol, les quelques voyages en avions qu’elle avais déjà fait avais toujours eut le don de l’endormir, chose dont elle avais bien besoin depuis les événements de ces deux dernières semaines, en effet, le sommeil étais une chose qui lui avais pas mal manquer ces temps-ci et cette petite pause en haute altitude étais plus que bénéfique, même si le fait de devoir payer un aller depuis le Japon jusqu’en Russie étais plutôt cher payé si cela n’avait étais que pour une sieste.

Elle prit une profonde inspiration et regarda aux alentours, les passants, la rue, l’aéroport, rien ne lui donnais l’impression d’avoir bougé de quelques manières que ce soit, et pourtant c’était presque comme si tout étais différents.

« on n’est jamais mieux que lorsque l’on rentre chez soi, hein ? » se dit elle sans être parfaitement sure d’être heureuse ou non de son retour au pays.
Après avoir laisser son esprit vagabondais quelque instant, elle se décida finalement a chercher un banc quelconque sur lequel elle pourrais se poser avec sa valise.

Alors qu’elle marchais sereinement en quête d’une place assise, elle songea a son téléphone qu’elle avait coupé avant d’embarquer « Ah ! C’est vrai que si je ne le rallume pas tonton ne pourra pas me prévenir ! » elle s’empressa d’ouvrir la poche avant de son sac a dos pour en sortir son téléphone, elle appuya quelque instant sur le bouton de démarrage et poursuivi sa quête d’un banc du regard pour finalement repérer le candidat parfais : un vieux banc décoloré et rustique bien loin des standard de la cité scolaire couvert de quelques tag russes et anglais tous d’un raffinement aussi prononcés qu’un bâton de dynamite dans une vitrine de verrerie mais l’adolescente s’en moquais éperdument, alors qu’elle couchais sa valise sur l’un des bord du banc avant de s’allonger à son tour, la tête sur sa valise, son téléphone laissât échapper un tintements.

Elle regardât l’écran un instant avant de pousser un long soupir, en effet il ne s’agissais juste que d’une notification quelconque sans grand intérêt dans la situation actuelle, ni grand intérêt tout court d’ailleurs.

Sortant son téléphone de son champ de vision et abaissant son bras sur son ventre son regard se posât naturellement sur le ciel : « couvert et terne, sans aucune complexité ni aucun rayons de soleil … un peu comme moi en fait … » songeât elle, elle serrât inconsciemment les poings et retenu des larmes, « bordel de merde, pourquoi tous ces efforts si c’est pour être impuissante quand j’en aie le plus besoin ! » marmonnât-elle tout en se couvrant les yeux de son avant-bras et en serrant les dents, alors que ses yeux étais clos un torrents de souvenirs et d’idées toutes plus noire les unes que les autres submergés son esprit, elle se remémorât un instant ce qu’elle avait dit une certaines nuits il y a quelques jours.

« PUTAIN ! Je ne suis même pas capable de faire une action aussi dérisoire et égoïste que me venger, moi ou qui que ce soit ! Putain, Le « Black Reaper », quelle putain de blague ! » s’écriât-elle, sur le coup de l’émotions, certains passants avais dut sursauter en l’entendant hurler ainsi, coucher sur un banc mais elle s’en moquais et elle ne comptais pas retirer son bras pour le vérifier de toute façon.

Quelques minutes passèrent ainsi alors que Alexandra maudissais son éternel impuissance dans les moments décisif de sa vie, comment pouvait-elle encore regarder les gens dans les yeux après tous ses échecs, a quoi toute sa vie d’efforts acharnés servais si cette prétendue force qu’elle pensait posséder se révéler inutile à chaque fois ? Elle était considérée comme une prodige par ses pairs en arts martiaux, et pourtant elle ne restais qu’une gamine lambda quand sa force devais lui servir à protéger, la seule chose pour laquelle elle n’était bonne n’étais-t-elle donc que la destruction ? Elle savais depuis longtemps que son cœur étais faible mais pourquoi après toutes ces années à s’entrainer, son corps devais lui aussi l’abandonner à chaque fois ? Les larmes devenais de plus en plus dure à retenir et pourtant elle ne voulait pas pleurer, elle était persuadée que le seul orgueil qu’elle pouvait tirer de ces sombres événements étais qu’elle n’avait pas pleurer et pourtant son cœur lui faisais aussi mal que ses yeux étais brulant, allait-elle perdre ce faible est pathétique orgueil ?

Soudain son téléphone sonna la faisant sursauter et se remettre en position assise, elle s’empressa de frotter ses yeux humides qui attendaient le plus minuscule instant de faiblesse pour libérer toutes ses larmes qu’elle retenait depuis bien trop longtemps.

Elle s’éclaircit la voix un instant et finit par finalement décrochée :

« Allo Tonton… »
« Salut, Ma petite Alex, dis-moi tu es arrivée ? «
« Oui, je suis arrivée il y a quelques minutes… »
« Ah, désolé, la circulation étais mauvaise et nous sommes partis en retard, tu es où exactement ? »
« Je suis devant le parking de l’Aéroport, dans la grand rue… »
« Dans la grand rue ? … attend deux secondes … AH ! He he he ! … regarde sur ta gauche ! »

La jeune fille tournât la tête dans la direction annoncés alors que deux joyeuses voix enfantines résonnais dans la rue :

« Alexandra ! Alexandra ! »

L’adolescente ne mit pas longtemps à reconnaitre ses deux petites cousines jumelles qui courrais vers elle en l’interpellant alors que la voix de leur père résonnais derrières elles ainsi que dans le téléphone d’Alexandra en leur rappelant de ne pas courir dans la rue sans que ça n’est un quelconque effets sur les deux petites.

Ayant a peine le temps de raccrocher avant qu’elles aient finies leurs courses pour se jeter sur elle, Alexandra se réjouit d’avoir étais assise car elles l’aurais aisément faite tomber à la renverse si elle avait étais debout,  Alexandra ne put s’empêcher de sourire en les voyant et leur déclara malgré tout :

« dites donc vous n’avez plus l’âge de sauter sur les gens comme ça … »
« mais ça fait trop longtemps ! » s’écria la première qui répondais au nom de Maria.
« en plus tu ne nous a même pas donner de nouvelles ! » surenchérit la deuxième dont le nom étais Hélène.

Ne sachant trop quoi dire face à ces accusations qu’elle ne pouvait nier, Alexandra dévia rapidement le sujet, car bien qu’âgée de neuf ans, elles étaient très vive d’esprit :

« Ah, Je vous ais ramenées des souvenirs, d’ailleurs, vous les voulez maintenant ? »

les deux petites jubilèrent en cœurs, Alexandra n’eut même pas le temps de se dire que sa tentative flagrante de corruption avais marché que Maria repris en feignant une mine boudeuse « … mais ça ne veut pas dire que nous te pardonnons pour autant … » « Oui ! Tu devras jouer avec nous tous les jours de ton séjour pour ça ! » surenchérit la deuxième feignant la même mine boudeuse, ça sentais la scène répétés à l’avance a des kilomètres, se dit l’adolescente, mais elle jouât tout de même leur jeu en déclarant, « très bien, mais je ne resterais que quelques jours vous savez … ».

« HEIN ?! » s’écrièrent en cœur les deux petites légèrement dépités d’apprendre qu’elle ne resterait pas aussi longtemps qu’elles l’avaient espérée, mais avant qu’elles n’aient eut le temps de formuler la moindre plaintes, leur père qui avait finalement comblés la distance leur dit gentiment : « Elle vient a peine de prendre l’avion, ne lui sauter pas dessus, elle ne va pas repartir dans l’heure… »
Les jeunes filles acquiescèrent sagement ensemble avec une petite moue.

Heureux de voir que ses deux filles s’étaient finalement calmées il s’adressât finalement à Alexandra avec un grand sourire : « Rentrons pour l’instant, je suis sure que tu dois avoir hâte de te reposer du trajet. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 19:53

<< -A a-akemi-san, on ne peut pas faire ca ! >> hurla Tsukuyomi Komoe qui était professeur au lycée Tokumei et ressemblait à une enfant de 12 ans à l'une de ses élève: Chiemi Akemi

<< -N'essayer pas de me retenir sensei, il ne faut pas avoir peur de l'inconnu ! >> Akemi se rapprocha encore de sa professeur principal:

<< - N'ayais pas peur j'irais doucement sensei !>> dit-elle alors tout en brandissant un pouce victorieux et plein d'assurance dans une imitation qui se voulait le plus proche possible de All Might l'un des héros de My hero Academia, même si il fallait bien l'avouer, le visage de Chiemi ne se prêtait absolument pas à une telle expres​sion(elle était toutefois suffisamment précise et flagrante pour qu'un œil avertie y reconnaisse immédiatement la référence et qu'un œil non avertis comprenne qu'il y avait là une imitation).

<< - P P P Pourquoi j'ai l'impression que l'on ne parle pas de la même chose ! >> protesta alors Tsukuyomi-sensei tout en rougissant et en repoussant une Akemi bien trop proche avec le livre d'appel qu'elle avait dans les mains.

Akemi pencha alors la tête sur le côté d'un air interrogateur avant de demander innocemment:

<< - On était bien en train de parler de mon départ pour la Russie avec Alexandra-chan, non ? >>

<< - O Oui ! Exactement. >> répondit précipitamment Tsukuyomi-sensei qui avais bien du mal à contrôler son élève.

Le visage de Chiemi s'égaya soudain : << - ha ! Vous êtes d'accord alors (Very Happy)  >>, Elle joignit alors ses deux mains et prit une pause attendrissante en les portant prés de son visage.

<< - Merci beaucoup sensei ! >> renchérit elle alors tout en imitant la voix d'une enfant.

<< N n n n n non ! Non ! Je n'ai jamais dit ça Akemi-san, tu ne peux pas partir sans raison valable au beau milieu d'une période scolaire !>> s'écria la professeur principal.

Chiemi affichât alors une expression indescriptible devant sa prof principale qui n'était pas sans rappeler un certain emoji: °D°

Tsukuyomi-sensei tenta alors de faire mine de ne rien voir et reprit la parole sur un ton plus calme:

<< - Akemi-san, je comprends que tu t'inquiètes pour Kotadjima-san mais tu ne peux pas partir comme ça sans raison valable et même si je signer ce document que tu m’as apporté, tu ne pourrais pas quitter la cité scolaire avec un tel document ... >>

<< (°D°) ? >>

<< - Par exemple, regarde ce que tu à marquer ici... >> déclara Tsukuyomi-sensei tout en pointant du doigt un certain passage du document officiel que Chiemi avais remplie.

A cet endroit du document où l'on expliquer normalement le motif de l'absence se trouvait écrit en vert pomme dans une écriture soignée et distinguée digne d’une calligraphie :

"Voyage à la recherche du soi-intérieur avec ma meilleure amie"

Et cet élément était loin d'être le seul qui poser problème dans la manière dont Akemi avais rempli ce document officiel que Tsukuyomi Komoe ne se rappelais pourtant pas avoir donnée à Akemi.

Il y avait tellement de bizarreries enchevêtrées les unes dans les autres que Tsukuyomi-sensei pouvaient déjà sentir poindre une migraine atroce, le simple fait de regarder ce document était douloureux.

<< - Akemi-san, c'est bien de s'inquiétais pour ton amie, mais tu dois aussi te concentrer sur les études et ce n'est pas comme si Kotadjima-san avais disparut, elle est juste partie auprès de sa famille dans son pays natale, et ce n'est pas comme si elle n'allais pas revenir. >> tenta d'expliquer Tsukuyomi-sensei.

<< °D° ! >>

<< - E-Et il existe toujours des moyens de la contacter bien sûr...>> renchérit-elle alors.

<< °D° !? >>

<< - Pourrait tu arrêter cette grimace Akemi-san s'il te plait, je n'y suis pour rien ! >>

Soudain Chiemi qui était resté immobile avec une expression figée poussa alors un énorme cri qui manqua de peu de faire tomber Komoe-sensei de sa chaise, elle se laissa alors tomber à genoux de manière théâtrale en hurlant:

<< Et moi qui plaçais une confiance aveugle envers le système éducatif de ce pays ! Je découvre maintenant que l'ennemie que j'affrontais était en réalité juste ici en face de moi ! Et dire que la corruption et le vice ont déjà tant progressés ! >> hurla-t-elle à genoux, face vers le sol en plein milieu de la salle des professeurs devant le bureau de sa prof principal qui ne savais plus ou se mettre.

<< - Comment en est tu arriver à une telle conclusion ?! >>

<< Ainsi finissent donc mes rêves d'enseignantes aimée de ses élèves et qui retiendrais tout leur nom et leur visage tout en les encourageant à poursuivre leur rêve ! Quelle monde cruel !>>

<< - Akemi-san !! >>

Chiemi releva alors la tête vers sa professeur principal avec un visage en proie à une profonde souffrance:

<< Ne vous inquiéter pas pour cette Chiemi, Sensei. Elle trouvera un boulot dans un convenient store et finira dans une petite pièce remplie de canette de bières vide et de sac poubelle avec un cendrier plein à rabors de cigarette écrasés en tant que célibataire endurcie, et un jour l'un de mes kouhai ramènera une fille tomber du ciel chez moi et je perdrais le toit qui m'abrite et enfin il ne me restera plus qu'à louer une corde et une chambre d'hôtel pour pouvoir me pendre. >>

Devant une Tsukuyomi complétement désarçonnais par la tempête connu en tant que Chiemi Akemi, la lycéenne acheva son récit théâtrale en annonçant qu'elle ferait de sa sensei adoré sa légataire.

Les suites évidentes de cette situation furent la non-signatures du document et la confiscation de celui-ci suivi d'une migraine carabiné pour l'une et d'un parfait glacé pour l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 19:59

« Ma petite Alex ! » l’interpellât tendrement sa tante depuis le rez de chaussé,  la jeune fille répondit poliment par un « j’arrive tout de suite ! » alors qu’elle terminait de ranger quelques effets personnels dans son sac à dos.

Cela faisais maintenant deux jours qu’elle logeais chez sa tante et son oncle, le temps que son grand père revienne, elle avait pu passer la première journée avec ses deux petites cousines et la deuxième avec sa tante, ils habitaient en périphérie d’une petite ville a une trentaine de kilomètres de l’habitations de son grand père où elle avait passé son enfance, leur maison étais modeste mais largement suffisante pour une famille de quatre personnes, et il n’y avait que les chambres à l’étage, c’était d’ailleurs dans la chambre de ses deux petites cousines que Alexandra avais dormis, à la grande joie des deux jumelles.

Elle enfila son sac à dos et descendit rapidement les escaliers pour rejoindre sa tante dans la salle à manger, laquelle étais assise à la table affairé à ouvrir avec un vieux carton, elle tournât son regard vers Alexandra et lâchât un léger « Oh » surpris avant de lui dire gentiment : « tu es déjà prête ? », auquel Alexandra répondit par un hochement de tête et un sourire, sa tante lâchât un petit rire avant de reprendre la parole sur le ton de la plaisanterie : «comme j’aimerais que ton oncle soit aussi consciencieux que toi… », Alexandra lui répondit sur le même ton d’humour : « …mais Il mettrait autant de désordre que moi. », Toute deux rirent gaiement.

Alexandra penchât la tête au-dessus du carton que sa tante venais d’ouvrir par curiosité, et comme pour répondre à la question qu’elle n’avait pas encore posée sa tante pris la parole : « il s’agit des quelques affaires de tes parents, qu’ils avaient laissés ici, … ils avaient le chic pour laissés des affaires partout eux aussi… » Dit-elle sur un avec un sourire nostalgique, « …j’aie pensée que c’était le bon moment pour te les remettre, je ne sais pas exactement ce qu’il t’arrive et je ne te forcerais pas à m’en parler mais je suis certaine que tu pourras y trouver du réconfort dedans. » Terminât elle avec un sourire bienveillant.

Alexandra eut un pincement au cœur alors qu’elle découvrait les quelques affaires de ces parents, après leur mort, son grand père avais rangés un maximum de leurs affaires, certainement pour elle, mais à l’heure actuelle, une partie d’elle se sentais rassurée de les revoir, alors qu’elle regardait dans le cartons, une espèce de tresse attirât son attention.

« Qu’est-ce que c’est ? »  

« Ah ! » s’écriât sa tante a la vue de l’objet « …il s’agit d’un ruban kumihimo, ta mère s’en servais pour attacher ses cheveux quand ils étaient encore long ! » Alexandra regardât un instant sa tante avec surprise avant de ramener son attention sur l’objet, et là encore avant que l’idée n’ait le temps de franchir ses lèvres, sa tante l’invita à s’assoir, « Je vais te montrer comment les attacher, comment les veux-tu ?», l’adolescente hésita un instant avant de lui dire avec un léger sourire « en chignon, s’il te plait. »

Quelques minutes plus tard, sa tante terminais le chignon décoiffé tenu par le ruban kumihimo :

« Tu ressembles de plus en plus à ta mère. » lui dit-elle sur un ton maternelle, « … à ton âge il est important de prendre soin de soi, ne te surmène pas trop. » terminât elle simplement, Alexandra se contentât d’acquiescer paisiblement, se demandant à quel point sa tante pouvais lire en elle comme dans un livre ouvert.

« Pour les affaires de … » commençât doucement Alexandra.

« Ne t’inquiète pas je les laisserais avec ta valise dans la chambre des filles. » lui répondit simplement sa tante avec son éternel sourire.

Plusieurs minutes plus tard son oncle arriverais pour la prévenir que son grand père étais revenue et elle partirait avec son sac à dos pour aller le voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 20:09

Yomikawa aiho affichée une expression sérieuse tout en lisant une dossier qu'elle avait déjà lue et relue déjà plusieurs fois dans la journée.

Elle était devenue professeur par passion et était dotée d'une grande sensibilité et elle ne supportait pas l'idée que l'on puisse faire du mal à un enfant, peu importe à quelle point celui-ci pouvais être un sale garnement à problème.

Ses actions et état de service était une preuve plus que suffisante pour prouver qu'elle n'était pas rentré dans Anti-skill pour les avantages matériels ou pour pouvoir utiliser les armes derniers cris fabriquer par la cité scolaire qui gouvernais largement dans tous les domaines scientifiques de la planète.

Elle était une personne qui travailler par passion et qui ne ménager jamais ses efforts.

<< - Alexandra Kotadjima... >>, chuchotât-elle sans se rendre compte que ses pensée avais atteint le bout de ses lèvres.

<< - Il y a un problème ? >> lui demanda alors l'un de ses collègue alors qu'elle était en pleine réflexion.

Elle laissa alors échapper un << - Haa ! >> De surprise avant de se retourner tout en restant assise sur sa chaise de bureau vers son collègue qui observais déjà la paperasse qu'elle tenais dans les mains.

Il reconnut sans peine la jeune fille aux cheveux écarlate et au nom occidental peu commun dans cette partie du globe:

<< - Hé, je la reconnais celle-là, ce serait pas l'une de tes élèves ? >>

<< Tu la "reconnais" >> demandât-elle machinalement.

<< Une métis aux cheveux rouge avec un tel nom, ça ne s'oublie pas, >> répondit-il sans vraiment réfléchir << -elle a fait quelque chose de mal ?>>

<< Non >> répondit Yomikawa tout en affichant une expression plus dure.

<< - Il y a quelque chose qui te préoccupe à propos d'elle ? >>

Pour simple réponse, elle lui tendit un dossier qu'il prit en main et feuilleta rapidement, il reconnut sans mal le type de document qu'il avait en main, étant lui-même un professeur il en avait déjà eu à de très nombreuse occasion entre les mains.

<< - Mais c'est... >>

<< - oui, elle a déposé un dossier pour sortir de la ville et rentrer chez elle quelque temps >>

<< - En cette période ? Je veux dire, on est en plein milieu d'une période scolaire, il s'est passé quelque chose ? >>
 
Il se rendit immédiatement à la page où l'étudiante expliquait le motif de son départ avant d'attendre la réponse de Yomikawa et marqua une pause lorsqu'il lut la raison de son départ.

<< - Son grand père est mourant... >>

Yomikawa hocha la tête et expliqua ce qu'elle savait du passé d'Alexandra:

<< - Elle a perdu ses deux parents quand elle était enfant, c'est lui qui l'a prise à charge, élevée et qui a pris soin d'elle jusqu'à maintenant. >>

<< - Pas surprenant qu'elle est voulue rentrer aussi vite chez elle >> déclara l'enseignant après avoir refermé le document qui faisait plusieurs pages, il poussa un large soupir en se disant que le destin était bien cruel a s'acharner sur certaines personnes de la sorte.

<< - le dossier est passé ? >> demanda-t-il alors après s’être adossé contre le mur les bras croisés.

<< - Evidemment >> acquiesça Yomikawa qui se laissa tomber en arrière dans le siège de bureau.

Tous deux était membres d'anti-skill depuis un certain temps déjà et en regardant l'expression de sa collègue, il réalisa bien que Yomikawa s'inquiétais pour son élève mais il sentit aussi que quelque chose d'autre la gênais; il décida de ne pas tourner autour du pot et lui posa la question de manière franche; il se leva et porta un regard neuf à ce qui se trouvait devant sa collègue :

<< - Mais il y a quelque chose d'autre qui te tracasse et pas seulement l'état de ton élève. >>

Leur regard se croisèrent et Yomikawa réfléchissat alors un instant en levant son regard vers le plafond, toujours avachis dans son siège tandis que son collègue continua de la fixer en attendant sa réponse.

<< - Elle a menti ...> finit-elle par lâcher.

<< - Pardon ?? >> criât-il presque de surprise avant de se rendre compte qu'il avait peut-être un peu trop hausser le ton en voyant l'expression de Yomikawa, il leva alors la tête vers les autres personnes qui se trouvaient dans la salle et qui avaient naturellement tourner le regard vers eux, il fit alors un signe de tête vers eux comme pour s'excuser, finalement, tout le monde retourna à son travail.

Il voulut alors demandais davantage de détail à Yomikawa qui lui répondit avant même qu'il ne formule sa question.

<< - Je ne pense pas que ce soit à mal où qu'elle est inventée une telle histoire, ça ne lui ressemble pas; elle a beau être assez fermée au dialogue et pas très bien intégrer avec ses camarades de classe, ce n'est pas une mauvaise fille, elle n'a pas eu une vie facile et elle s'est renfermer dans le sport pour oublier son chagrin.>>  Yomikawa marqua un pause,
<< Elle est très honnête et elle suit un rythme de vie très stricte dans lequel elle ne s'autorise pas à mentir, si elle ne veut pas parler de quelque chose, elle évite la question ou alors elle se tait, ce qui fait d'elle une mauvaise menteuse. >>

<< - Mais dans ce cas, qu'est ce qui aurais pu la pousser à agir ainsi ? >> demandât-il alors à Yomikawa.

<< - C'est bien ça le problème, je n'en ai aucune idée et je n'arrive pas à comprendre le sens de ses actions >> rétorquât-elle tout en se prenant la tête à deux mains avec un sentiment d'impuissance.

<< - Elle a déjà causée des problèmes ou il n'y a rien eut d'étrange dans son comportement récemment ? Pas de signe annonciateur ? > demanda alors son collègue qui commençais à comprendre un peu mieux le problème auquel Yomikawa faisait face.

<< - Justement, non il n'y a rien; j'ai donc essayé de relire tous les incidents qui ont eu lieus ces derniers jours et voir si je trouvais une connexion mais en vain. >>

<< - Mais si elle a menti pour son grand père ... >> pensa alors le membre d'anti-skill à voix haute.

<< - ... Alors pourquoi mentir, pour  cacher quoi et sur quoi a-t’elle basée ce choix ? >> conclut Yomikawa qui en était arrivé au même point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 20:13

« Ah la la la la, tu me donne bien du fil à retordre ma chère Alex… » Soupira joyeusement Chiemi en ouvrant la fenêtre du balcon, elle restât là un moment à regarder le paysage de la cité scolaire depuis le balcon de sa meilleure amie.

En effet, avant son départ Alexandra lui avais confié les clés de son appartements, en lui demandant si elle pouvait juste passer de temps en temps pour aérer mais Chiemi venais chaque jour avant d’aller au lycée pour faire un petit coup de ménage et aérer, cela ne la changeais pas beaucoup de son trajet habituel car elle venait souvent à son appartement pour qu’elles aillent ensemble au lycée.

Chiemi se retournât pour finalement regarder l’intérieure, elle laissât son regard vagabondais dans la pièce sans réfléchir et finit par l’arrêter sur les papiers d’hospitalisation posés négligemment sur la table basse, elle poussât un nouveau soupir et formats les yeux quelques instant avant de dire pour elle-même :  «Un trucs comme ça, tu aurais dû m’en parler… » Elle rouvrit les yeux et avec un sourire légèrement triste, elle ajoutât « … idiote… ».

Puis soudain l’adolescente portant le nom de Chiemi Akemi monta sur la table basse et posa ses poings sur ses hanches d’un air triomphant en hurlant : « Je vais te construire un royaume pour quand tu reviendras ! » elle inspira profondément et repris de plus belle : « JE VAIS TE FAIRE UN HAREM DE PELUCHES !!! » elle sauta de la table basse comme on sauterais d’un piédestal et se dirigea d’un pas décidé vers le balcon, arrivé au bord du balcons tel une reine près à parler à ses sujets en contrebas, elle hurla à plein poumons :

« OUI, JE VOUS LE JURE SUR LA TÊTE DE AKU-TAN, j’ACHETERAIS UNE PELUCHE PAR JOUR JUSQU’A CE QU’ELLE REVIENNE ! »

Sa seul réponse fut le bruit de la ville a peine réveiller, ce qui sonnât tout de même comme une grande ovations aux oreilles de Chiemi.

Personnes n’oseras lui dire mais les étudiants voisins attendront eux aussi impatiemment le retour d’Alexandra pour ne plus avoir à subir les cris matinaux de Chiemi qui baptiseras chaque jour une nouvelle peluche en hurlant son surnom sur le balcon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 20:15

« Black reaper »

Ce n'était pas le nom d'un méchant de Shonen, c'était une véritable plaie dans la vie difficile des Skill-out qui se trouvaient tout en bas de l'échelle de pouvoir de la cité scolaire.

C'était une calamité qui s'attaquait à toute personne suffisamment malchanceuse pour croiser son chemin, du point de vue des étudiant « normaux » qui était rester dans le moule et continuer d'aller gentiment à l'école, il s'agissait uniquement d'une rumeur.

Mais pour les personnes qui avaient décroché du cursus standard (que ce soit de leur propre choix ou non) et qui vivaient dans le quartier à l'abandon que les gens surnommé « Strange », c'était la dénomination que les gens avait trouvé le plus adéquat pour qualifier la personne qui s'amuser à persécuter et blesser (parfois gravement) des « skill-out » (comme les gens « ordinaire » les appelés) comme si ils étaient un simple gibier.

Honnêtement, tous les « skill-out » n'étaient pas des personnes complètement innocente non-plus, certains s'adonner au racket, ou à d'autre délit parfois mineur et parfois plus important, toutefois, cela ne signifier pas qu'une personne pouvaient les chasser et utilisait ses compétences pour les blesser et leur voler leur bien pour la simple raison qu’ils étaient dans « strange ».

Evidemment, le « Black reaper » avait donc blesser et racketter nombre de personne innocente qui n’avaient commis pour seul crime le fait d'être là au mauvais endroit, au mauvais moment.

Certain pensait qu’ils s’agissaient d'un nettoyeur de la cité scolaire qui était envoyé pour affaiblir les « skill-out » et leur rappelés que pour la cité scolaire, ils n'étaient rien ; d'autre encore pensais qu’il s’agissait d'un esper belliqueux et sociopathe qui avais besoin de décharger son stress et qui avais jugé bon de le faire sur des délinquant rejeté par le système et pour lequel personne ne lèverais le petit doigt.

Le « Black reaper » étaient une mauvaise personne, peu importe la manière dont on regardais, même si il ou elle avait peut-être aider une ou deux personne par ces actions, il s’agissait purement et simplement d'une mauvaise personne, une personne lâche qui s'attaquait à ceux qui était plus faible que lui, une personne qui dédier son énergie à empirer la situation déjà compliqué des « skill-out », une personne qui s'enrichissait sur le dos d'autrui tout en les forçant à aller à l'hôpital et donc à accumuler des dettes en frais médicaux.

« Et pourtant Strange n'est pas une zone de non-droit … Judgement et Anti-skill devrait faire quelque chose »

Le jeune skill-out avais lui-même déjà était agresser 3 fois par le « Black reaper », il avait dut abandonner ses études afin de travailler pour pouvoir payer les frais médicaux et courant de son père et lui-même, il était peut-être un simple level 0 mais ses notes n'était pas mauvaise et il n'était pas particulièrement un cancre non plus, il était un élève lambda.

Il n'avait pas choisie que son père ferait une mauvaise chute et se retrouverais tétraplégique, toutefois le jeune skill-out qui tenter de se donner un genre de mauvais garçon n'avais pas hésiter à abandonner ses études et commencer à travailler directement afin de pouvoir offrir à son père des soin médicaux dans la ville qui avais 30 ans d'avance sur le reste du monde en matière de soin.

Lorsqu'on lui annonçât les frais qu'il faudrait payer pour que son père soit soigné dans les meilleures conditions possibles, il n'avait pas renoncé non plus, il vivait dans « strange » uniquement parce que cela lui permettait d'économiser de nombreux frais de logement et qu'il connaissait quelque personnes qui y avais élu domicile et qui lui avais offert de l'héberger.

Toutefois, les rumeurs allaient vite et les blessures qu'il reçut durant les agressions du Black reaper et son style de « mauvais garçon » eurent vite fait de poser problème dans les activités professionnelle du jeune homme ; la raison pour laquelle il avait était agresser trois fois était simple, il avait eu le culot de traverser la « zone de chasse » du « black reaper » pour aller travailler.

Les deux seules bonnes nouvelles qu'il avait entendu récemment était que selon de nombreuses sources, il n'y aurais plus eu d'apparition du « Black reaper » depuis environ deux semaines et le fait qu'un de ses amis aurait trouver un « travail rapide et très bien payer », même si il trouvait ces deux « bonne nouvelle » extrêmement louche, il n'était actuellement pas en mesure de faire la fine bouche et il ne pouvait que regarder en direction de l'avenir en espérant que le malheur finirait enfin de s'acharner sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 20:25

Alexandra regardais les bois défilé à travers la vitre passagers, la route étais étroite et de toute manière très peu emprunté vu sa localisations, elle avait dû demander un Taxi qui lui faisais payée une somme très conséquente étant donné que le lieu où elle voulait se rendre ne faisait pas partis des secteurs où les taxis opéré et aucun transport en commun n’y passais, c’était typiquement un endroit perdu au milieu de nulle part où personne n’irais pour la simple et bonne raison qu’il n’y avait rien à part des monts et des forets, l’endroit étais déjà escarpé alors qu’il se situé en contrebas.

« Tu pourrais te débarrasser d’un cadavre en plein jours que personne ne le saurais … » songeât la jeune fille à force de contempler le paysage.

Le conducteur prit la parole, probablement pour rompre le silence qui s’était installés depuis bientôt trois quarts d’heures :

« Je sais bien que ça ne me regarde pas, mais qu’est-ce qu’une jeune fille aussi jeune que vous viens faire dans un endroit pareil ? »

Alexandra tournât légèrement la tête en direction de l’homme et pris un moment pour réfléchir avant de déclarer en s’efforçant de sourire : « Je viens me ressourcer en pleine nature. », ceci fait elle tournât à nouveau la tête en direction du paysage.

L’homme eut un rire gêné et reprit : « « en pleine nature », … en effet pour être en pleine nature, vous y êtes, il n’y a rien à des kilomètres à la ronde, ce sont des routes qui ne servent jamais et ces forêts sont immense et dangereuses, ne serais ce que pour le relief ….. Je ne veux pas vous faire peur mais une jeune fille seule comme vous, même si vous êtes une habituée des randonnés, ça reste très dangereux, il n’y a pas de réseaux et si vous vous blessiez vous ne pourriez rien faire, je ….. je … comment dire ….. Vous ne comptez pas vous suicider ? »

Alexandra tournât la tête d’un coup pour regarder le conducteur légèrement gêné et très clairement inquiets, « c’est vrai que de son point de vue il emmène une gamine de 16 ans, seule, au milieu de nulle part avec seulement un sac de randonnés… » Songeât la jeune fille, elle prit une profonde inspiration et s’efforça de sourire du mieux qu’elle le pouvait avant de lui dire :

« Ne vous inquiétez pas, je ne compte pas me suicider, je sais parfaitement ce que je fais, et même si un accident venais à se produire, ça se passera bien… »

« Si vous le dites… » Répliqua poliment le chauffeur qui n’étais pas plus rassuré, le silence se réinstallât quelque dizaines de secondes avant que l’homme ne reprenne la parole d’une voix tremblante et presque suppliante :

« Vous savez, il existe d’autres coins touristique, ils sont plus fréquenter mais aussi plus sûr, si ça peut vous faire changer d’avis je suis prêt à prendre le transport à mes frais mais s’il vous plait, reconsidérez sincèrement cette idée, si on annonce la disparition d’une jeune fille que j’aurais emmené se perdre en pleine forets, je ne pourrais jamais m’en remettre… »

Alexandra ne put s’empêcher d’exécuter un mouvement d’humeur et de taper du poing sur la portière : « NON ! JE NE VEUX PAS ALLER DANS UN PUTAIN DE LIEU TOURISTIQUE MAIS ICI ! »

L’homme eut un sursaut en entendant la jeune fille si silencieuse depuis trois quarts d’heure s’emportais de cette manière alors qu’il ne faisait que s’inquiéter pour elle, après tout il fallait se mentir a soi-même pour se dire que c’était un bon lieu pour une randonnée, dire qu’il n’y avait rien étais un peu abusifs, il y avait des monts recouverts de bois, des friches, le sol étais parsemés de roche traitres, il était très difficile de s’y repérais et il n’était pas possible d’admirer des paysages pour au moins toutes ces raisons, dire qu’elle était là pour se ressourcer étais presque un non-sens en l’états cette endroits ne pouvais même pas servir pour un film d’horreur car les protagonistes serais surement morts la tête ouverte sur une pierre avec une petite chute en moins de 15 minutes, si personne n’y mettais les pieds c’était simplement car il n’y avait rien à en faire.

Alors que le jeune homme ne savais plus quoi faire ou dire, Alexandra prit la parole : «Je suis désolée, j’apprécie votre sollicitude mais je dois vraiment … » alors qu’elle allait terminer sa phrase elle eut l’air d’avoir repérée quelques chose dehors qui attirât toute son attention, « Arrêtez-vous ici, s’il vous plaît. » dit-elle soudainement, le jeune homme freina subitement surpris par sa demande.

Une fois le véhicule arrêté, la jeune fille sortit un porte-monnaie, et lui donnât l’argent tout en reprenant sa phrase là où elle l’avait arrêté : « … je dois vraiment venir ici, et j’aie vraiment besoin de me ressourcée… et je peux vous assurer que tout va bien se passer … », l’homme ne dit rien, il savait que c’était inutile, il se contenta alors de la saluer poliment, d’ajouter un « soyez prudente. »Avant de faire demi-tour et de partir.

Après s’être assuré qu’il était suffisamment loin, elle revint une centaine de mètres en arrière en suivant la route et posât son regard sur quelque chose de sombre planté dans un arbre, « Si on ne m’avais pas prévenue, jamais je n’aurais pu voir un signe aussi subtile … » songea à voix haute la jeune fille, après un court instant elle sortit une boussole et se remémora les instructions que l’on lui avais donnée : « …à ce moment-là, tu iras droit vers l’Est sans jamais bifurqué … », elle repéras l’Est et commenças à échauffer tranquillement ses membres car au vu du relief, ça allais être plus facile à dire qu’à faire et alors qu’elle terminée de s’échauffer et de fixer correctement les lanières de son sac à dos elle commençât sa marche vers l’Est tout en se remémorant certaines paroles qu’elle murmurât pour s’encourager : «Tu ne doit viser excellence !».

Plusieurs heures plus tard, La jeune fille a bout de souffle prenais du repos en amont et tentait tant bien que mal de masser ses jambes qui commencée déjà à montrer des signes de courbatures, elle posséder une excellente forme physique, elle était complétement habitué aux efforts physique mais force étais de constater que le défi  rester malgré tout bien au-delà de ses compétences : le chemin indiqué pouvais paraitre aisée car il passais sur les flanc des monts et ne l’obligée pas à les escalader complétements mais c’était exactement l’inverse : les flanc étais parsemés de friches et de pierres, a peine commençais-t-elle à s’habituer à l’escalade que venais les descentes, les muscles sollicités n’avais pas le temps de récupérer qu’ils étaient déjà sollicité d’une autre manière, elle avait déjà glissés un bon nombre de fois et le peu d’accroche disponible avais eu vite fait de lui écorché les mitaines comme les mains, ironiquement la nature avais fait plus de mal à ces mitaine en seulement quelques heures que Strange en plusieurs mois, et sa petite boite médical avais diminué bien plus vite que sa gourde, une fois qu’elle eut massés un certain temps ses jambes endolories, Alexandra s’adossa contre l’arbre et s’efforçât de reprendre son souffle avant de manger une ou deux barres de céréales, haletante, elle fermât les yeux un instant pour se concentrée sur la récupération de son souffle, après une vingtaine de minutes supplémentaire, elle repris finalement la route en tentant tant bien que mal de se concentrer non pas sur ses plaies mais sur le terrains, qui ne se voulait pas plus agréable malgré le repos de toute évidence, ainsi les minutes passèrent à mesure que sa descente progressais mais alors qu’elle arrivais quasiment au point le plus bas du mont, elle finit par arriver dans une petite clairière naturel et apercevoir la premières chose de conception humaine qu’elle avait vu dans ses bois depuis qu’elle y étais rentrer : un vieil escalier de pierre qui montais jusqu’au sommet de la montagne, la présence de la forets réduisait grandement la visibilité et empêcher la jeune fille d’en estimer la distance, toutefois, peut importais la distance car cela signifiais qu’elle était bien arrivée là où elle le voulais.

« Le plus dur est derrière moi, maintenant il ne me reste plus qu’à monter … » se dit-elle alors qu’un élan de motivation revenait en elle malgré la fatigue, et ainsi la jeune fille commençât son ascension.

Les marches étais rudimentaires, il s’agissait d’un escalier dont l’âge excédais de très loin le sien, et c’était peu de choses de le dire car elle n’en était pas sure mais il devait bien avoir dépassé plusieurs siècles et son état était étonnamment bon ironiquement, preuve d’un entretien régulier, soutenu et rigoureux, Alexandra ne pouvais même pas imaginer le temps nécessaire pour monter un tel mastodonte, car l’entretenir étais une chose mais le construire en étais une autre.

Les marches se succédait sans qu’elle ne puisse en voir le bout, et ce n’étais pas qu’une question de visibilité, « Il m’emmène jusqu’au sommet du mont Everest, ou quoi ?!  C’est plus un escalier à ce niveau-là ! » Hurla t’elle intérieurement, pas qu’elle n’aurait pas voulue le crier, mais les mots ne pouvaient plus franchir ses lèvres, sa gorge étais bouillante, ses jambes flageolantes et lourde, son sang battais ses tempes et elle ne sentais plus ses doigts qui tenais fermement les lanières de son sac pour essayer de soulager un peu son dos qui étais parcouru de coup de jus qui aurais dû lui faire comprendre qu’elle aurais dû s’arrêter il y a bien longtemps, un gout de sang se propageais dans sa bouche à chaque marches et elle ne savais plus vraiment si elle suais ou non, elle savais pertinemment que si elle s’arrêter ne serais ce qu’un instant elle allais céder face à la fatigue et très surement perdre conscience, elle ne se contentais plus que de regarder ses pieds gravir un à un les marches qui se succédais sous ses pas et son champ de vision, elle ne percevais déjà plus les sons environnant depuis un long moment à cause du bruit de son cœur et de ses tempes, chaque bouffée d’air étais brulant, chaque expiration lui donnais l’impression qu’elle allais vomir, mais elle devais continuer, si elle devais reculer maintenant, elle ne pourrais plus jamais avancer, au sens propre comme au sens figuré.

Alors que le soleil terminais sa course et relâcher ses dernières minutes de lumières, la jeune fille finit par relever la tête, elle avait vaincu ce Béhémoth naturel, ce géant de pierre qui l’avais poussée dans ses derniers retranchements, Alexandra se tenais finalement au sommet de cet escalier, l’euphorie provoqué par l’altitude, l’effort et la satisfaction lui rendirent quelques forces comme si la nature elle-même voulais la féliciter, il y avait bien des raisons plus scientifique pour expliquer ce phénomène mais la jeune fille en cet instant préférée cette image bien plus romantique.

Alors qu’elle contemplait depuis son sommet cet être immatériel avec un profond respect, une voix résonna dans son dos :

« J’aie bien cru que l’on devrait te ramasser en cours de route et te trainer jusqu’ici, tu sais… »

Alexandra eut un sursaut et relâchant son sac de ses épaules elle se retournât d’un bond pour faire face à la voix féminine qui venais de surgir de nulle part, en se plaçant instinctivement en position de combat, là, se trouvait désormais deux personnes vêtue de tenue sombre qui n’étais pas là il y a à peine quelques instants quand elle avait fini sa montée, celui sur sa droite étais très clairement une femme, qui devais avoir 4 ou 5 ans de plus qu’elle, peut être un peu plus, alors que celui sur sa gauche étais un homme lui aussi d’une vingtaine d’années, la jeune femme reprit :

« ha ha, tu as encore du répondant, à ce que je vois ! C’est bien car tu vas en avoir besoin… » dit-elle sur un ton amusée alors que son voisin prenais lui aussi la parole :

« « Alexandra Kotadjima », c’est ça ? Je te féliciterais bien en te proposant de te reposer avec un rafraîchissement mais on m’a donné d’autre consignes te concernant … » il prit une petite pause et continuât «  … si tu veux bien me suivre. » terminât-il en lui faisant signe de le suivre avec un sourire franc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 20:28

La demeure de Ivan Bielinski étais une maison dans le plus pur style japonais : traditionnel et en bois, chose unique dans une campagne russe, les seules choses qui l’entourait étais les champs et à quelques kilomètres, les bois, pour s’y rendre il fallait bifurquer depuis un grand axe pour rentrer sur un chemin de terre, relativement propre malgré quelques nid de poules éparse, il fallait environ 4~5 minutes en voiture pour arriver au Dojo et un quart-d ’heure à pied, propriétaire du Dojo ainsi que de sa demeure, il n’était pas rare de voir du monde toute la semaine, exception faite des soirs et du dimanche, cet homme âgés d’environ 85 ans avait consacré toute sa vie au arts martiaux, son histoire étais de notoriétés commune, il avait quitté ses parent avant la vingtaine durant la période tumultueuse de la seconde guerre mondiale, et n’étais réapparu dans son village d’origine qu’entre sa trentaine et sa quarantaine, ( période pendant laquelle de nombreuses personnes l’avait présumer mort soit dit en passant ) et surtout marié à une japonaise pour qui il avait fait construire cette maison, il n’avait jamais étais un homme loquace mais il n’avait qu’une parole, il préférait la campagne et c’était tout naturellement qu’il avait choisi de s’établir au plus loin de la civilisation.

Sachant que son deuxième fils allait passait et déposé sa petite-fille chez lui, il était revenue prématurément d’une visite chez un vieil ami, et avait préparer quelque collations et rafraichissement pour les accueillir, si cela ne faisait pas si longtemps qu’il avait vu son fils, ce qui étais normal car ils n’habitaient pas très loin l’un de l’autre, ce n’étais pas le cas de sa petite-fille qui étais partie pour la cité scolaire il y a déjà quelques années, à leurs arrivée, ils se tenait debout à l’entrée de son jardin, son vieux cœur s’était emplit de nostalgie quand sa petite fille lui avait sauter dans les bras pour lui faire un câlin sous le coup de l’émotion, mais son esprit aiguisés fort de son expérience, lui avait fait comprendre que ce retour prématurés ainsi que le visage de la jeune fille laissait présager que quelque chose de mauvais lui étais arrivée, il n’en avait rien dit et tout trois étais rentré dans sa maison pour discuter gentiment de tout et de rien pendant deux petites heures, ce n’est que après que son fils soit rentrer chez lui, qu’il n’avait demandé ce que faisait vraiment la jeune fille et pourquoi elle était revenue en plein milieu de l’année scolaire.                    

Alexandra étais assise à la table du salon face à son grand-père, la jeune fille lui avait raconté tout ce qui l’avait amenée à revenir en Russie, tout d’abord l’incident qui s’était déroulait il y a deux semaines lors de cette fameuse nuit, puis elle lui avais raconté ce qu’elle faisait dans Strange ainsi que tout le reste, quand elle avait commencée à parler, c’était comme si les mots étais sortis les uns après les autres et les larmes qu’elle avait retenu ces deux dernières semaines et peut être plus encore, avait finalement couler alors que son cœur se serrait, elle n’avait parler de ces sentiments a personne et le fait de se libérer ainsi de ce fardeau lui faisait peut être un peu de bien si l’on ne comptait pas la honte qu’elle ressentait en présentant un tel tableau d’elle-même a son grand-père.

Le vieil home ne dit rien jusqu’à ce qu’elle eut finit, se contentant d’hocher la tête de temps à autre, puis quand plus aucun mots ne sortit des lèvres de Alexandra, il finit par lui poser plusieurs questions qui ne demandait pas vraiment de réponses et qui n’en eurent pas vraiment d’ailleurs :

« Pourquoi t’ai-je appris les arts martiaux ? », « Qu’est-ce que la force ? Et pour quels raisons la désires-tu ? », « Qu’est-ce que tu y as gagné ? Qu’est-ce que tu y as perdue ? », Très vite la situation s’éclaircit dans l’esprit du vieil homme, elle était perdue, elle ne savait plus ni ce qu’elle faisait, ni où elle allait, finalement il conclut par un simple proverbe : « Force sans contrôle, n’est qu’idiotie. » Ce qui achevât la jeune fille, qui ne savait que trop bien que c’était exactement le point où elle en était rendue.

Finalement après lui avoir laissée le temps de se calmer et de reprendre le contrôle de ses émotions, il lui déclarât d’une voix douce mais péremptoire : « Suit moi. » il l’emmenât à l’étage puis ouvrit une trappe au plafond dont se dépliât une échelle dans un style occidentale prononcé qui détonnait avec cette maison japonaise, la jeune fille connaissait l’existence de cette trappe mais son grand père lui ayant interdit de s’y rendre sans son consentement lorsqu’elle était encore toute petite, elle n’y avait donc jamais étais, quand ils furent montés, lui d’abord et elle ensuite, Alexandra put enfin découvrir à quoi ressemblait ces fameuses combles : toutes en longueur, il y avait de chaque côté de nombreux supports en bois où trônais fièrement de si nombreuses armes, provenant de tant d’endroit différent qu’elle ne pouvait pas tous les reconnaitre et encore moins les nommer : des lances, des sabres, des dagues, quelques arc, etc ( aucune arme à feu, cela dit.).

Il actionnât un interrupteur qui se trouvait sur l’une des poutres, et une lampe fixer au plafond se mit à éclairer légèrement la pièce encore dans la pénombre jusqu’à maintenant, au fond de la pièce se trouvait un petit bureau où une pile de lettre se trouvait d’une part et un paquet emballer se trouvait de l’autre a vue de nez, le paquet rectangulaire mesurait environ 30 cm de long et de large sur une vingtaine de haut.

Alors que la jeune fille s’apprêtais à lui demander des précisions sur ce lieu, son grand-père comme si il l’avait deviné déclarât simplement « Ceci est une autre histoire, d’un autre temps … » il avançât finalement vers le bureau et y prit le paquet ainsi que la lettre qui se trouvait en dessous qu’il pliât proprement avant de la glisser dans une enveloppe, et tout en revenant vers Alexandra qui n’avait pas bouger d’un centimètre il commençât à parler sur un ton de leçon :

« Tu t’es perdue en chemin, et sache que bien que je pense que ces hommes et ces femmes pourront te guider au plus proche du droit chemin, il n’existe en ce monde qu’une seule personne capable de te faire retrouver ton chemin, la même que celle qui te permettra de rester sur ce chemin : toi-même… »

Une fois arrivé face à sa petite fille, il lui tendit le paquet et l’enveloppe et reprit :

« Reste ici quelques jours, profite en pour te reposer et oublier temporairement le passé, médite sur les questions que je t’ai posé et réaffirme tes objectifs pour le présent, d’ici là, j’aurais régler quelques détails, tu te rendras là où je te l’aurais indiqué et suivra mes directives, lorsque tu seras arrivé à ta destination tu devras te prouver à toi-même le poids de ton existence et prendre les choix qui s’impose, à ce moment-là tu saurât quoi faire de ce paquet et de cette lettre mais tu ne devras les ouvrir sous aucun prétexte et aucunes circonstances. »

Face à son grand-père, la jeune fille ne put qu’acquiescer et graver ses mots au plus profond de son être, dans les quelques jours qui suivirent, elle reprit le quotidien qui étais le sien avant qu’elle ne parte pour la cité scolaire, et finalement, comme il le lui avait promis, il lui donnât un billet d’avion accompagnait de directives orales.

La jeune fille ne le savait pas encore mais il ne s’agissait que d’un début et non d’une fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 20:35

Alexandra se réveilla dans un sursaut, cela ne faisais que quelque jours qu’elle était arrivée et elle avait pourtant l’impression que ça faisais plusieurs mois déjà, elle tentais tant bien que mal de s'habituer au rythme qu’on lui imposais, elle y arrivais d’une manière ou d’une autre mais non sans efforts, elle avait étais placer avec les plus jeunes dans un simple soucis de hiérarchie, mais la formation qu’elle subissais ( car il était plus juste de dire subir que suivre dans le cas présent ) étais la même que ces aînés de deux a trois ans, cela mis à part, elle dormais dans un espèce de dortoir en compagnie des "novices", le dortoir, comme la majorité des constructions étais en bois, dans le plus pur style traditionnel japonais, la salle où elle dormais étais rectangulaire, d'une dizaine de mètres de long sur à peu près six mètres de large, elle n’était pas vraiment décorer, au murs se trouvait des placards et des rangement pour les quelques effets personnels et les futons, le jour cette salle pouvais servir aussi bien de salle a manger pour les jeunes que de salon collectif, ou, en fonction de la météo et seulement pour eux, de salle d’entrainement, les plus vieux et notamment la jeune fille ne privilégiais pas de ce luxe toujours dans un soucis de traditions et d’entrainement, avec les quelques jours qu'elle avait passé ici, elle avait compris plusieurs chose, tout d'abord, comme dans les écoles japonaises, la hiérarchie étais basé sur l’âge, mais la différence se faisais véritablement ressentir sur la manière dont l’enseignement se faisais, les aînés gérait et entraînait leurs cadets en plus de leur propre entraînement et ainsi de suite jusqu'aux plus vieux qui eux étaient directement entraîné par les "maitres" et avais plus un rôle de "superviseur" pour leur cadets que de "professeurs" à proprement parler, ce qui laisser aux jeunes d'environ 17 ans une certaine autonomie dans leurs progression sans pour autant les dispenser de leurs devoirs par rapport à leurs cadets, de ce point de vue-là, Alexandra, elle, en étais dispensés étant donné qu’elle était plus une "outsider" qu'une membre a part entière de ce mécanisme, toutefois les attentes et exigences étais beaucoup plus hautes pour son entraînement étant donné qu’elle n’avait pas cette obligation, si bien que ces journées étais vite devenue surcharger et infernal, et ce aussi bien mentalement que physiquement, ainsi le stress et la douleurs aidant, elle avait commencé a faires des crises de terreur nocturne.

la jeune fille mit quelques instant a se remettre du cauchemar dont elle venais de s éveiller puis revenant a la réalité elle regarda aux alentour pour s’assurer qu elle n’avait pas réveiller les enfants, quelque petit bruits de respiration accompagner de marmonnement se  firent entendre mais aucuns d’entre eux ne semblais s être réveiller, elle relâcha un petit soupir de soulagement, la pièce étais couper par un paravent, d un côté se trouvait les garçons et de l’autre les filles, il y avait en tout et pour tout 13 enfants, a savoir 8 garçons et 5 filles, tous âgées de 9 a 12 ans, si bien qu'elle n’avait pas trop eut aucun mal a se faire accepter dès les présentations.
elle se passât les mains sur le visage et réalisât désagréablement qu’elle était couverte de sueur et que ses plaies cacher par quelques bandes et pansements la démangeais encore, elle se leva sans faire un bruit, puis après avoir réajuster son kimono, décida d’aller prendre l’air.

la nuit étais calme et il y avais très peu de nuages, si bien que la luminosité étais plutôt bonne, le village étais sur l’un des monts les plus escarpés de la région et bien que le terrain ou se situer le village soit plat, cela n’était dû qu'a l'intervention de l’homme, maintenant qu'elle y étais, elle comprenais pourquoi il avait fait pour rester cacher, le terrain étais inhospitalier, impraticable et les ressources qu’on pouvait y trouver étais soit sans valeur, soit n’avais jamais étaient découvertes, il n'y avait pas eu de faits historique grandiose et à part quelques légendes folklorique sans grand intérêt et locales, il n avais d’intérêts que pour les amateurs de randonnées un peu extrême, et même eux ne s’aventurer pas sur le chemin qui y menais, ceux qui avais fondés ce village, l’avaient très certainement fait en toute connaissance de cause d'ailleurs.
le village étais très sommaire, il pouvait contenir environ 300~400 personnes environ en tenant compte des traditions mais n’en contenais qu'une petite centaine de ce qu’elle en avais vu, il était donc très facile de fournir les vivres nécessaires pour tout ce petit monde, sans compter que la nature offrais très largement ce qu’il fallait, elle ne savais pas exactement comment il se fournissais en vivres mais elle savais que les repas étais composer majoritairement de riz, de légumes et de viandes ( qui elle, venais très certainement de chasses, mais elle ne pouvait pas en être certaine a l'heure actuel ).
le village étais construit en deux parties séparer par une grande résidence centrale où se trouvait le dojo, la première partie étais composer d'une très grande cour circulaire ou se trouvait sur la gauche le bâtiments où elle dormais avec les plus jeune, soit ceux âgées de 8 a 12 ans et sur la droite a l’exacte opposé celui de ceux âgées de 13 a 16 ans a côté du dortoir des plus jeunes se trouvait quelques réserves ainsi que quelques ateliers et a côté de celui des plus vieux se trouvait les bains ainsi que quelque maisonnée très sobre dont elle n’avait pas encore vu le principe pour lequel elles étaient là.
La cour quand a elle était très sobre, c’étais la que se retrouver la majorité des jeunes pour leurs pratiques, et la nature qui l'entourer, suffisais amplement a sa décoration, elle ne savait toutefois pas a quoi ressemblais la deuxième partie qui bien que de ce qu'on lui avais étais beaucoup plus petite que la première étais réserver aux "maitres" et a leurs élèves, si Alexandra avais etais originaires d’ici, elle serais tres certainement dans cette fameuse partie mais les "circonstances particulières" de sa présence ne lui donnais a priori pas le droit d’y être, ce qui n'empêcher en rien son entraînement personnel d’être au même niveau que ceux qui y étaient de ce qu'on lui avais dit.

"tsss "même niveau", tu parles ..." soupirât elle pour elle-même tout en marchant doucement dans la cour avec la brise nocturne et le bruit des feuillages comme seul compagnie.

Elle ne pouvait pas encore retourner aller dormir après le cauchemar qu'elle venais de faire, mais cela ne voulait pas dire qu'elle savais quoi faire pour autant, après quelques pas elle se rappelât de son etat et trouvât finalement ce qu’elle voulait faire : elle était couverte de sueur et un bain ne pouvais pas lui faire de mal, sans compter que les bains en plein air étais mixte ce qui, pour une jeune fille de son âge n'étais pas des plus attrayant, or a cette heure-ci, il n y aurais personnes et elle pourra donc réellement appréciée le bain.

Elle entrât dans le bâtiment sans faire de manières et se dirigea vers les vestiaires réservez aux femmes, en entrant elle prit ses affaires de toilettes et terminât par une serviette, là aussi on pouvait voir a quels point le village pouvais accueillir de monde, les vestiaires était tout en longueur et le bains étais immense, malgré cela la majorité des rangements étais inutilisés, si bien que tout le monde laisser ses affaires dans un rangements qui étais assigné de manière tacite et seul un vieux couple gérer l’entretien de cet endroit, a priori ils avaient toujours vécus au village si bien que contrairement à bien des personnes il était intransigeant  sur la conduite et le protocole mais ça ne les rendais pas moins doux pour autant.

Elle se déshabillât promptement et sans manière vu l'absence de monde, la pièce restais dans une semi pénombre légèrement éclairer par le bain qui lui garder un éclairage même la nuit, et ce justement pour ceux qui voudrais y aller tôt le matin ou tard le soir et, dans une certaine mesure, ceux qui comme elle voudrait y aller en pleine nuit.

Fin prête elle se dirigeas vers l’entrée du bain quand un panier dans l'un des casiers retenu son attention : il n'y avait pas d'affaires de toilettes dedans mais bien un kimono proprement plié ainsi que quelques effets personnel, signe que le bain ne serais pas vide.
Alexandra restât un instant immobile, puis finit par laisser échapper un soupire rempli de déception, son idée de bain nocturne en solitaire venais de mourir dans l’œuf, mais il s agissais au moins d'une femme c'était déjà ça, elle reprit la marche de manière un peu forcé cette fois.

Elle fit glisser les battants et pût  savourer la brise fraiche qui vint caresser son corps nue l'espace d'un instant, elle fermât les yeux avec satisfaction et finit par les rouvrir quand une voix féminine qu'elle reconnue sans mal, l'interpelât :

"Oh, c'est toi ?" déclara tranquillement son interlocutrice qui étais déjà dans le côté opposé du bain adossé au bord après l'avoir reconnue en levant très légèrement la tête, la jeune fille opina du chef sans rien dire, a vrai dire Alexandra ne savais pas vraiment elle-même quel étais leur relation, étais ce une relation senpai-kouhai ? Sensei-etudiante ou bien juste une partenaire d'entraînement plus forte qu'elle ? Et même sans ça, elle faisait partie des deux premières personnes qu'elle avait vu en arrivant, et sur les deux, il agissait de celle qui lui avais très clairement fait comprendre qu'elle leurs étais inférieure, ce n’était pas le genre de première rencontre qui donnais l’envie de sympathiser par la suite.
Elle prit place sur l’un des tabourets et commençât a se laver avant d’aller dans le bain, et alors qu elle s'efforçait de ne pas attirer l'attention sur elle pour ne pas engager de discussion, la jeune femme déclarât :

"Tu veux que je te lave le dos ?"

"Non, sans façon, je suis assez grande et souple pour le faire seule."

Sa réponse devait être amusante d'une manière ou d'une autre car son interlocutrice éclatât de rire, Alexandra laissa échapper une grimace mécontente accompagné d'un claquement de langue irrité, puis l'euphorie passer son aînée reprit la parole :

"Tu sais, tu n'as pas a être perpétuellement sur tes gardes quand je suis la non plus."

"Juste les trois quarts du temps ?" répondit Alexandra sur un ton sarcastique.

"C'est justement ca ton problème" déclarât la jeune femme sur un ton à la fois compatissant et sympathique, elle s arrêtât un instant et repris sur un ton de leçon.
"Tu as du talent mais tu ne sais juste pas quoi en faire, tu veux absolument rester fidèle a des principes mais tu t'abaisse a des actions puériles malgré tout ... et pour finir tu veux absolument t'améliorer pour protéger des choses que tu n’arrives même pas à apprécier en temps normal, il est normal de récolter les fruits de son labeur, mais toi tu préfères les laisser sur l’arbre, et tu t’étonnes que les oiseaux viennent les manger à ta place..."

Alexandra restât sous le choc, sans vraiment savoir si elle pouvait véritablement nier ce qu'elle venais de se prendre dans les dents, évidement elle avait envie de se relever et de s'énerver mais une partie d elle ne pouvait s'empêcher d’y trouver une très désagréable part de vérité.

"Bref, rince toi et viens dans le bain, tu vas attraper froid si tu restes comme ça ..." déclarât sa senpai, mettant fin au débat qui n'avais pas commencer.

Alexandra n'avais pas envie de donner l'impression d'obéir bien sagement mais elle ne se voyait pas non plus simplement quitter les bains après s'être laver, après quelques instant de réflexion elle finit par se verser un baquet d'eau sur elle et finalement se rendre dans le bain.

au moment où elle mit le pied dans l'eau une agréable sensation de chaleur se dégagea au niveau de ses jambes, elle s'avança légèrement et s'assit, l'eau lui arrivais au niveau des épaules, elle repliât ses genoux face à elle et croisât ses bras sur ses genoux avant de poser sa joue sur ses bras tout en fermant les yeux, pour enfin apprécier le contraste de l’eau chaude avec la fraicheur nocturne, elle restât la un moment sans penser a rien, se laissant simplement bercer par la douceur du bain, quelques minutes passèrent dans la quiétude nocturne, avant que sa senpai ne reprenne la parole :

"De toi à moi, pourquoi tiens tu tant que ça, à devenir plus forte ?"

"Vouloir s'améliorer n'est pas une raison suffisante ?"

"N’élude pas ma question." lui répondit simplement son aînée.

Alexandra rouvrit les yeux et vint poser son regard dans celui de son interlocutrice, bien que détendue, elle fronçait les sourcils et la regarder avec un regard extrêmement froid, elle n'avait pas besoin de le dire pour que la jeune adolescente comprenne que cette question lui tenais à cœur, si bien qu'elle finit par lui répondre avec franchise malgré l'hésitation :

"Je ... je ne sais pas vraiment ..."

La jeune femme ne dit rien et fit juste un léger signe de la main comme si elle l'invitais a poursuivre, sans réellement savoir si c'était l'aura qu'elle dégageait, la douceur du bains et l'environnement privé ou bien un peu de tout ça à la fois, Alexandra continuât en déclarant ses pensées a mesure qu'elle venaient :

"En fait, je ... je ne sais ... je ne sais pas vraiment, ... j'aie toujours choisis cette manière de faire car je ne connais pas d'autre manière d'avancer, ... je me suis toujours dit que si je devenais plus forte, je pourrais gagner en assurance ... en confiance en moi ... mais ... mais ... en réalité..."

alors qu'elle parlais, elle sentais que ces yeux devenais humides, que ses joues devenais brûlante et que son cœur se serrait, ses mots se nouais dans sa gorge et elle ne savais plus vraiment quoi dire, en fait elle venais de réalisée de manière parfaitement clair, et par elle-même, que, peu importe la force qu'elle avait gagné avec les efforts et le temps, sa sensation de faiblesse et d'impuissance venais de son cœur et non pas de son corps, c'était dur, c'était douloureux, elle avait terriblement envie de fondre en larmes, c'était exactement comme son aînée lui avais dit, elle avait dû talents mais elle ne l'utilisais pas, sur le papier, elle pratiquer les arts martiaux depuis qu'elle était toute petite, et donc bien plus de dix ans, elle avait l'avantage d'avoir héritée d'une excellente forme physique et d'un corps en bonne santé, elle avait une ambidextrie naturel, ce qui étais censé être un avantage foudroyant supplémentaire, ne serait-ce que pour les arts martiaux, elle avait un cerveau bien fait et l'apprentissage qu'elle avait reçue lui aurais donner en temps normal et sans exagéré, un niveau compétitifs nationale, mais a la place de tout ça, elle avait des notes qui se situer dans la moyenne, elle n'avait jamais fait d'efforts particuliers pour développer un pouvoir d'espers et elle se contentais juste de terroriser des petites frappes, et le pire, c'est que dans les moments important, malgré tout le bagage qu'elle avait, elle trouver encore le moyen d'échouer, la vraie conclusion qu'elle avait toujours essayer d'éviter, ce n'étais pas qu'elle n'était pas assez forte mais surtout qu'elle l'étais déjà, juste incapable de l'utiliser correctement.

Sa senpai poussât un long soupir de satisfaction compatissant, et pris la parole comme si elle avait sût a quel conclusion sa kouhai en étais arrivée :

"A partir de maintenant, et seulement  si tu gardes bien ça en tête, tu vas pouvoir vraiment recommencer à progresser, il n'est pas possible de rendre fort quelqu'un qui se rabaisse a la base, pas plus que quelqu'un qui s'appuie sur des choses dont il n'est pas certain lui-même, se remettre en question et douté ne sont pas des défauts, bien au contraire, mais si ils doivent te freinée en permanence, là ce n'est plus la même chose..."
Elle s'arrêta un court instant en se reavançant, ramenant son genou gauche vers elle et posant son bras sur lui et plongea son regard dans celui de sa kouhai, puis reprit son un ton franc et autoritaire :

"Si on laisse une certaine autonomie aux jeunes de ton âge au village, c'est pour deux raisons, la première c'est pour leur inculqué l'indépendance, la deuxième c'est pour repérer ceux qui viseront la norme et ceux qui viseront l'excellence, si tu décides de te diriger vers la norme, alors tu pourras faire tes bagages demain et faire tes adieux en bonne et due forme a tout le monde car nous n'aurons rien a t'apprendre de plus, toutefois si tu te décides à viser l'excellence, alors ce sera sur la voie du guerrier que tu t'engageras, et dans ce cas-là, ..." elle s'arrêtât un instant et reprit avec un sourire empli de douceur "sache que je serais prête a te prendre sous mon aile, toutefois, sache que je n'attendrai ni plus ni moins que la perfection, je ne veux pas former des élèves qui s'arrêteront a mon niveau, mais des élèves qui me dépasseront." elle s'arrêtât un instant songeuse puis avec un petit rire conclut en tirant légèrement la langue "c'est peut-être pour ça que je n'aie eut que deux élèves jusqu'à présent, mais au moins dis-toi que je ne propose pas ça à ceux en qui je ne crois pas..."

Alexandra restât sans voix, immobile, elle ne comprenais pas comment 5 ou 6 années de différences pouvais les séparer d'autant, elle faisait partie des trois meilleurs éléments du clan, elle était éloquente, charismatique et elle avait une telle capacité à percer à jour les gens qu'elle côtoyait que s'en étais presque surnaturel, véritablement, leur discutions n'avais pas durer longtemps dans les faits et pourtant le moment où elle s'était réveillé en sursaut lui sembler être un lointain souvenir, et alors que Alexandra finissais d’enregistrer toutes les informations, elle se sentit comme paralysée, son cerveau fonctionnais désormais a plein régime.

Soudain, la jeune femme se levât et s'étirât longuement, puis déclarât juste avant de sortir du bain : "je t’attendrais demain matin devant le dortoir, tu me donneras ta réponse à ce moment-là, mais dans tous les cas, sache que peu importe ton choix je ne m'en moquerais pas, et pour finir, si tu choisi de partir sache qu'il n'y a pas de honte à reculer pour mieux sauter, et si tu choisis de rester sache que dorénavant si un buddha se présente sur ta route, tu devras le tuer sans hésiter..."

puis elle partit vers les vestiaires sans rien dire de plus, Alexandra restât seule dans le bain un moment, à méditer sur ce qu'elle lui avais dit, d'une certaine façon, l'ultimatum qu'elle lui avais poser étais une nécessité, elle s'en rendait parfaitement compte désormais, c'était quelque chose qu'elle aurais dû choisir il y a bien longtemps, elle réfléchit ensuite aux deux adages que lui avais donner sa senpai, le premier ne lui imposais pas de s'améliorer mais de changer, le second lui imposais de s'améliorer et de changer.

Peu importais le sens profond de chacun de ses deux-là pour l'instant, l'un d'eux devais devenir son leitmotiv, cette phrase magique dont elle devra se souvenir à chaque fois qu'elle se heurtera a un nouveau mur.

Et alors qu'un vent puissant se leva dans le ciel nocturne, pour repousser un peu plus les nuages qui obscurcissaient la lune, un vent nouveau souffla dans le cœur dans la jeune fille qui venais de faire son choix :

"pas besoin de reculer d'avantage pour sauter, si tu croise un buddha, tue le buddha."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 20:43

Le soleil se couchait a peine, mais la luminosité étais déjà très basse dans les bois qui entourais le village, ces bois avais étais le théâtre d'un terrible affrontements qui avais commencer dans la matinée et n'étais toujours pas terminé, toutefois bien qu'il avait commencé aussi tôt, la raison de sa durée étais le fait qu'il n'avait pas étais continue, en effet il avait étais couper a de nombreuses reprises des que l'un des deux camps, sentant qu'il était en difficultés se repliais pour se préparer à nouveau ou tendre des pièges, cette pratique étais courante au village pour l'entrainements des ninjas confirmer et de ceux qui le serais bientôt, dans la pénombre naissante une jeune adolescente répondant au nom de Alexandra, faisais l'inventaire depuis une branche de ce qu'il lui restais de son équipements, la majorité lui ayant étais soi brisé, soi volé, sans compter ce qu'elle avait dû laisser derrière ou consommer pour se sortir des différentes impasses qu'elle avait rencontré.

"il me reste donc, un wakisashi, mon kusarigama, deux bombes fumigènes, et sept shuriken" pensât-elle après en avoir fait l'inventaire, l'arrivée de la nuit n'étais pas avantageuse bien au contraire, elle n'avait plus ce qu'il fallait pour tendre des pièges et la visibilité ne lui permettais pas d'en improvisé un non plus, de plus l'objectif qui lui avais étais donner étais de récupérer un parchemin qui se trouvait en haut de la montagne où ils se trouvait, cette montagne légèrement au nord par rapport au village étais moins dangereuse que celle où se trouvait le village mais grimper au sommet étais tout de même une épreuve en soi, sans compter que les deux étudiants qui lui faisais face étais commander par Hinata Ikaruga en personne, sa maître, la numéro trois du clan, celle qui avais gagner le titre honorifique de "Arashi", "la tempête", a seulement 21 ans.

Cet entraînement, dans la forme étais quelque chose de fréquent pour les aspirants, mais ce n’étais jamais un deux contre un, et seulement un endroit à atteindre, dans le cas de Alexandra, elle devais récupérer un parchemin et retourner au village tout en repoussant les assauts de deux autres aspirants, qui serais commander par Ikaruga en personne, la seule fleur qui lui avais étais faite étais que Ikaruga ne participer, ni à la traque, et ne les prévenais pas quand elle repérer les pièges et embuscade d'Alexandra, toutefois cela ne l'avais pas empêché de temps a autres de lui lancer des projectiles en plein combat lorsqu'elle s'apprêtait à prendre l'avantage ou au contraire lorsqu'elle était acculée, c'était d'ailleurs à cause de ça qu'une partie de son équipements lui avais étais subtilisé, elle lui avais par exemple décrocher son étui a kunai avec l'un de ses shuriken, cela restais toutefois un entrainement et la forme des projectiles étais faite de manière à rentrer difficilement et volontairement plus petit pour ne pas causer de blessures trop importante, hors son équipement de combat, elle avait encore la petite fusée de détresse accroché à sa hanche, signe de son abandon si elle l'utilisais et sa petite boite de premier secours dans son dos qui se situer au niveau de ses lombaires, cette boite de premier secours étais juste composer de bandages, de désinfectant, de pansements, et d'un fil et d'une aiguille, ni plus ni moins que le minimum pour traiter un saignement, une coupure, ou une plaie profonde, et de manière rudimentaire par-dessus le marché.

Concrètement, cette petite boite cubique de 15 cm, n'étais la que pour permettre a l'étudiant de continuer a se battre, et Alexandra l'avais déjà vider de moitié.
Elle n'avait pas de véritable connaissances en matière médical mais les très nombreux cours théorique et pratique qu'elle avait reçue lui permettais toutefois de faire des soins de qualité malgré le peu qui étais à sa disposition, après tout il s’agissait de la quintessence d'un ninja :

Un ninja étais un être humain ordinaire perdu au milieu de la masse qui pouvais, sans prévenir devenir un assassin, un espion ou même plus simplement un combattant.

Les ninjas étais des ombres, ils devaient être capable de faire quasiment tout avec rien, si ils n’avaient pas ce qu'ils leur faillaient, ils devaient se le fournir ou se le créer, même si dans les faits, c'était plus facile à dire qu'à faire.

Ikaruga avais d'ailleurs compléter l'emploi du temps de la jeune fille à tel point qu'il n'était plus physiquement possible de rajouter plus, ses entraînements et ses cours étaient spartiates, et en plus de ca Alexandra devais être prête a réagir a n'importe quel moments, même pendant les cours que lui donnais sa maitre, il arrivais que sans prévenir, elle lui lance un kunai ou un shuriken, elle avait du coup reçue une belle entaille sur la joue gauche qui mettrais surement plusieurs mois à disparaitre, et ça lors de son premier cours avec elle.

Si Alexandra tenais bon, c'était en grande partie grâce a la volonté et a la détermination, et force étais de constater que ça payait, cela faisait maintenant environ un mois et demi qu'elle était au village et elle était complètement différente de qui elle étais avant, tant sur le point physique que mentale : elle était enfin parvenue à faire la paix avec elle-même, que ce soit pour ses parents ou ses actions, elle regrettais sincèrement ce qu'elle avait pu faire dans Strange et une forme de sympathie c'était développer pour ces visages anonymes qu'elle avait poignardé et qui devais être aussi perdue qu'elle avant qu'elle n'arrive au village, mais aussi ses proches à qui elle ne mentais pas par principe mais à qui elle ne disais pas la vérité non plus, comme Chiemi par exemple, Ikaruga lui avais même dit quelque chose à ce sujet :

"Si tu dois laisser ton entourage dans le doute plutôt que de leur mentir, alors avec ton comportement passé, tu as dû très certainement leur faire plus d'inquiétudes et de mal que si tu avais simplement menti...".

Mentir étais toujours quelque chose qu'elle détester sincèrement, mais elle était maintenant capable de le faire si cela signifier "protéger".

D'un point de vue physique, c'était le jour et la nuit, elle était devenue bien plus souple et agile qu'auparavant et ses réflexes s'était affûté de manière méconnaissable, elle avait aussi gagner en force physique et en endurance, d'un point de vue purement physique d'ailleurs son passif l'avais amener à un niveau bien supérieur aux aspirants de son âge,  même si elle n'était tout simplement pas de taille à affronter des ninja comme "Arashi", "Kage" ou bien encore le grand maitre du clan : "Mutsue Yoshitsune", a vrai dire, Ikaruga avais raison quand elle lui disais que si elle ne visais pas l'excellence ( ou la perfection dans le cas de Ikaruga ), ils n'avaient rien à lui apprendre, le simple fait d'avoir suivie et continuer les entraînements de son grand père lui avais donner et le niveau d'un aspirant moyen et la possibilité de suivre leur formation sans être originaire du village, c'était même troublant à quel point les deux étais similaire, ( "similaire" car le Ninjutsu et le Xing yi Quan, restais tout de même différents ) après elle savait que son grand-père avait assimilé d'autre forme d'art martiaux dans sa pratique du sien et que ça avait dû impacter son apprentissage d'une manière ou d'une autre.

Alexandra fermât les yeux et tendit l'oreille tout en posant sa paume au sol, elle ne sentais, ni n'entendais rien, elle resta tout de même ainsi pendant 4 ou 5 minutes et aucunes vibrations ni sons inhabituel ne parvint a ses oreilles, une fois son environnement sécurisé, elle ramenât son attention sur la marche a suivre, Ikaruga ne lui avais pas donner de limitation de temps pour réussir, l'idéal serais donc de frapper aux alentours de 5~6h du matin, là où le sommeil et la fatigue se ferais vraiment ressentir, ce qui lui laisserais et le temps et de se préparer et de se reposer, or cette stratégie bien qu'étant la meilleure serais reconnaitre qu'elle n'était pas capable de le faire dans la même journée et sans les avoir fatigués avant, ce qui rendrais le résultat, bien que similaire, moins bon.

"Je dois donc récupérer ce parchemin avant qu'ils ne réagissent et disparaitre immédiatement sans qu'ils puissent partir à ma recherche..."

Apres les nombreuses escarmouches qu'ils s'étaient livrés, la jeune fille savais que la force pur ne servirais a rien, la vitesse non plus, et tenter de les duper aurais, peut être étais possible, (et encore ...) Si Ikaruga n'avais pas étais au commandes.

Il ne lui restait pas grand-chose de son équipements et il ne survivrait pas à une nouvelle bataille frontale, il fallait donc faire de ce dernier coup, le point final.

Ikaruga, avais ordonner à Hiroshi et Sae de retourner à l'objectif et de le défendre en partant du principe que son élève viendrais sous peu, avant de repartir en direction du village, elle savais que son élève aller vouloir finir ca maintenant et il était inutile d'essayer de lui couper la route car si elle était capable de les éviter d'une manière ou d'une autre c'était lui concéder une victoire facile, ils avaient bien réussis à affaiblir Alexandra à chaque reprise et ce n'est que lors de la dernière escarmouche qu'elle avait réussie a leur faire perdre sa trace, en tant que Maitre-Ninja, elle était fière de chacun des aspirants, entre la spontanéité et l'endurance exemplaire de Hiroshi lors de ces combat de front; la gestion du terrain qui étais la spécialité vers laquelle s'était orientée Sae, qui avais su repérer et démantelé chaque piège et perpétuellement suivre la piste de Alexandra et maintenir la traque; et Alexandra qui malgré tout avais tout de même réussi à s'échapper perpétuellement de l'affrontement peu importe les pertes.

Chacun de ces trois aspirants avais su exploiter leur talents et maintenir un statut quo, et n'importe quel maitre aurait était fier d'eux, toutefois cet entraînement n'étais ni juste ni destiné à être une leçon, seul un camp pouvait gagner et seul un camp gagnerais, à partir de maintenant, elle allait rentrer et resterais à l'entrée du village pour accueillir le ou les gagnants.

Elle avait conçu cette épreuve particulière pour plusieurs raisons, la première étais de proposer un défi à la hauteur de ses attentes, la deuxième était de créer des circonstances qui pourrait donner les opportunités de mettre en pratique ce qu'elle avait apprise a Alexandra et enfin la dernière raisons : de la pousser dans ses derniers retranchements pour voir si elle avait réellement mûri ou non, de ce point de vue-là, la petite rouquine avait satisfait 2 de ses exigences il ne restait donc plus qu'à voir si elle se montrerais digne des espoirs que sa maître plaçait en elle.

Si Hiroshi et Sae avais étais choisis pour cet exercice, c'était pour plusieurs raisons que lui avais donner "Kage", il n'était pas rare que les maitres fassent s'exercer ensemble leurs disciples et la majorité du temps ce n'étais pas par souci de comparaisons ou de compétition, ( même si cela avait pu arriver de temps à autres mais ce n'étais qu'occasionnel et bon-enfant ) en effet il s'agissait d'un village, tout le monde se connaissais et partager le même quotidien, tout aspirants étais égaux aux yeux des maitres, ils étaient tous sur la même voix avec le même objectif, et chacun d'eux méritaient autant que les autres de recevoir conseils, tutorat et affections, et les recevais sans distinctions que ce soit collectifs en cas de fortes demandes ou bien individuelle en cas de demande personnel, ce qui faisait donc la différence entre un élève qui étais sous la tutelle d'un maître et un qui n'avait pas de maitres attitré, c'était que la totalité de la formations étais gérer par une seule et même personnes sur tous les domaines, du point de vue d'un élève cela ne changeait pas grand-chose, dans la majorité des cas car tout ce qui serait enseignés par plusieurs maitres en temps normal serait enseigner que par un maitre, dans le cas d'un maître cela revenais à accepter une très lourde responsabilité, c'est pourquoi les élèves qui avais un maitre devais faire plus d'effort et se montrer digne de ce tutorat, après tout dépendais du maitre, de ce qu'il attendais d'un élève,  de ce qu'il s'estimer capable d'enseigner ou non, etc.

Ainsi malgré le fait que "Kage" n'avais pas d'élève, il avait demandé à "Arashi" de leur faire prendre part à cet entraînement, car tous deux commençaient à s'heurter au mur de ceux qui se perfectionne : l'habitude.

En se perfectionnant dans un domaine, il deviens difficile de continuer à  progresser en restant avec ses anciens partenaires d'entraînement et affronter des adversaires trop puissant n'est pas formateur, ce problème est d'autant plus vrai que les ninjas en règles général, ce qui inclus tous les clans,  sont sur le déclin et manque de jeunes, leur clans avais beau être l'un des premiers clan fondée et entretenais des rapports cordiaux avec de nombreux autres clan, il n'avait pas étais épargné par cet état de fait.

Ainsi en mettant ses trois la ensemble, Sae pouvais exercer ses talents de limier a plein potentiel, Hiroshi pouvais se mesurer à une adversaire capable de maintenir un combat avec lui tout en restant extrêmement agressive et Alexandra obtenais une application pratique de son entraînement.

Même sans parler de vainqueurs et de perdants, cet entraînement étais parfait pour chacun d'entre eux.

Ikaruga partie, Sae et Hiroshi étaient retourner comme il le leur avais étais ordonner a l'objectif a défendre et après s'être mit d'accord, s'étaient repartie le poids et l équipements : Sae serait un soutien embusqué, là où Hiroshi serais le mur défensif en plus de l'appât, ils étaient tous les trois aspirants, le but n'étais pas de gagner la bataille mais de gagner la guerre, et chacun d'eux comptaient bien aller pour "le kill", tant qu'Alexandra étais vaincue ou paralysée, la partie étais gagner pour eux, si elle récupérait le parchemin et parvenait à s'enfuir sans qu'ils puissent la poursuivre alors la partie étais gagner pour elle, d'un point de vue extérieur, cela pouvait paraitre avantageux pour eux mais la situation étais bien plus "équitable" qu'elle n'en avait l'air, ils étaient peut être deux mais ça ne suffisait pas à leur donner un avantage décisif sur la jeune fille, la preuve si il en fallait une, étais qu'elle courrais toujours.

Ensuite ils étaient peut être deux modèles d'excellence dans leurs domaines respectifs mais les "atouts" d'Alexandra étais les Némésis des leurs : pour Sae, dont les spécialité étaient la traque, les pièges, l'information et la gestion, elle était un adversaire aussi prompt à fuir que de sauter à la gorge de ceux qui la poursuivait, a de nombreuses reprise elle avait cibler Sae plutôt que Hiroshi lors des embuscades avec des pièges ou des attaques à distance quand elle était trop occupé à garder sa trace, traces, qu'elle effaçait systématiquement ou bien brouillé quand elle ne prenait pas le temps d'en créer une fausse. Il avait fallu des trésors d'efforts et de concentration a la pauvre Sae pour ne pas la perdre, sans compter que une partie de ces "compétences", n'étais utilisable qu'au contact de la civilisation, ce terrain convenais donc bien plus a des combattants comme Hiroshi ou Alexandra.

Hiroshi de son côté, possédait en plus de son acharnement et de sa volonté une formidable force et résistance physique, les gens se plaisait a le décrire comme "une force de la nature" ou bien "un mastodonte" mais cela n'était pas sans contreparties : il avait toujours eu du mal avec les techniques de dissimulation et la discrétion étais une telle lacune que pour enfin être qualifié d'aspirant, il avait dû demander au "Kage" en personne de le guider pendant environ un an pour obtenir le minimum qu'on attendais d'un aspirant, en plus de cela, ces points forts avais étais difficile à faire progresser à cause du manque de compétition, dès l'instant qu'un entraînement portais sur la force pur, aucun autre aspirant ne lui opposait assez de résistance pour qu'il puisse en tirer des leçons, il était l'un de ces prodiges qui, peu importais l'arme qu'on lui plaçais dans les mains, obtenais des résultats satisfaisant, cela aurait pu le conduire à être arrogant mais au contraire, cela l'avais torturé.

De ce point de vue-là, Alexandra n'étais pas du même acabit, elle ne misait pas sur la force, et avoir un adversaire imposant ne l'empêcher pas d'attaquer, mais si cela s'arrêtait là, il n'aurais pas eu de peine à la vaincre : "Arashi" avais remarquer et avais fait prendre conscience a la jeune fille son plus grand atout en combat frontale et l'avait guider pour en faire une arme; l'ambidextrie naturel, inconsciemment quand un homme se battait, il s'adaptait au côté fort de son adversaire, plus sur la gauche contre un droitier et plus sur la droite contre un gaucher, avec Alexandra, les coups pouvais venir de n'importe quel côté et sous n'importe quel formes et maintenant qu'elle en avais pris conscience, elle avait atteint un niveau incomparable avec celui d'avant dans le combat en un contre un.

Si bien que, avec une journée passé à s'étudier l'un, l'autre et après de nombreux combat, elle avait fini par le cerner lui et ses habitudes, c'était d'ailleurs la principale raison pour laquelle elle avait trouvé l'occasion de leur échapper une bonne fois pour toute lors du dernier match : elle avait attendu qu'il lui fasse une feinte pour qu'elle le feinte à son tour et lance une volée de shuriken vers Sae, en soi ce n'avais pas étais la première fois qu'elle la visais dans un combat mais le piège ne s'arrêtait pas là; elle avait utilisé une de ses bombes fumigènes pour faire sauter la sacoche ou étais ranger les siennes la seconde ou il avait étais déconcentré pour finalement s'enfuir dans un écran de fumée gigantesque, la poursuivre avant qu'il ne soit dissipé aurais voulu dire se séparer les un de l’autre et si Hiroshi était capable de lui faire face en un contre un, ce n'étais pas le cas de Sae.

Voyant leur hésitations, c'était « Arashi » qui avais tranché pour eux.

Le sommet de ce mont étais une petite clairière, cette clairière étais relativement plate par rapport à son environnement mais il n'existait qu'un seul chemin pour y accéder, puisque les autres côté étais abrupt, si bien que, si l'on considérer cette clairière comme un cercle alors environ 60% du cercle étais impraticable et la jeune fille ne pourrais arriver que par les 40% restant, mais tout deux savaient que prudence était de mise, c'est pourquoi Sae surveillait aussi les bordures depuis un arbre, l'obscurité, sa tenue et les nombreuses branches la dissimulant parfaitement.

Hiroshi quant à lui étais debout au milieu de la clairière, son katana lever droit devant lui, ce combat serais le dernier de cet entraînement, les armes dont ils se servaient n'étais pas aiguiser, et si les cadets n'utiliser pas de vrais armes ce n'étais pas le cas des aspirants, mais il était a la discrétion de chacun de reconnaître sa défaite et d'arrêter ses coups sur les protections de son adversaires pour ne pas causer de blessures grave car avant d'être des opposants ils étaient avant tout, des  membres du même clan, mais même de ce point de vue-là, ni lui ni elle n'avait jamais pu placé un coup décisif, leur défense étant bien plus solide que leur attaque.

le jeune homme gardais son regard fixer sur la pénombre, le corps tendu, prêt a réagir au moindre signes, quand soudain un sifflement léger se fit entendre entre les arbres avant qu'un objet rond ne file sur lui a toute vitesse, alors même qu'il entendit ce bruit il réagît par reflexe et levât son arme au-dessus de sa tête, quand l'objet arrivât a portée de son sabre il l'abattît verticalement dans un fracas métallique et un hurlement :

"YAAAH" *Kshhiiing*

Il pouvait discerner l'objet qui se trouvait désormais a ses pieds même si cela était inutile et qu'il savais parfaitement ce que c'était : il s'agissait du poids métallique accroché au bout du kusarigama, comme un serpent, la chaine se mit à se tordre en tous sens avant de faire revenir le poids d'un geste vif dans les ténèbres d'où il était venue, le jeune homme eut un léger sourire, évidemment qu'elle allais choisir cette arme pour leur dernier match, si lui c'était entraîner avec une multitude d'armes depuis son plus jeune âge,  elle, ne s'était entraînait que au corps à corps et au lancé, et malgré un entrainement aussi spartiate que celui de "Arashi" il n'était pas possible de maîtriser une arme avec laquelle on avait aucune affinité en a peine un ou deux mois, ne serais ce que par le manque d'"habitudes", c'était le cas de la jeune fille a l'exception d'une arme : le kusarigama.

Elle possédait un tel talent et une telle affinité avec cette arme qu'on pouvait dire d'elle, qu'elle était naturel avec cette arme, bien plus qu'avec les couteaux, elle en avait fait son arme favorite et en apprenait les leçons avec tant d'aisance que c'était difficile à croire qu'elle n'en avais jamais manier par le passé.

Raffermissant sa position, Hiroshi reprit une position de garde moyenne et fit face a l'obscurité, dont une jeune fille au cheveux rouge sortit en marchant tout en faisant tourner la partie où se trouvait la faucille du kusarigama sur sa gauche dans un cercle d'environ 1m50 et la partie ou se trouvait le poids dans sa main droite avec un cercle d'environ 30cm, cette aisance si particulière et l'aspect insolite de cet arme correspondait parfaitement au style imprévisible de la jeune fille, alors qu'il se concentrait sur la position de la jeune fille, il vit qu'elle éloignât un peu plus son bras gauche et tendis son bras droit vers l'arrière alors qu'elle baissait son centre de gravité.
"Elle arrive !" pensât-il, avant de pousser un terrible rugissement dans le but de la déstabiliser : un "Kiai".

la jeune fille se paralysât un moment alors que Hiroshi chargeait déjà sur elle,  mais alors qu'à peine deux mètres les séparaient, son instinct poussât la sonnette d'alarme : "où est passé son Kusarigama ?" ou plutôt après une meilleure observation "C'est quoi cet angle ?", en effet la faucille du kusarigama se trouvait maintenant au-dessus d'eux a environ un mètre cinquante de hauteur, quand il ramenât son regard sur elle, son corps se tendis de surprise : la jeune fille avais pris une impulsion pour attraper la chaine un peu plus haut et alors qu'elle était en train de redescendre, la faucille commença à s'abattre sur lui comme si il c'était agi d'une faux, dans un mouvement rapide, il fit une roulade sur le côté avant de revenir sur ses jambes et assister à la scène de la faucille qui se planter dans le sol, la lame étais très courte et n'aurais pas pu être mortel même si elle l'avais toucher mais elle aurais largement pu lui arracher son épaulière avec par contre et peut être même lui entaillé légèrement l'épaule en prime.

Alors que ces pensées se formais dans son esprit le distrayant un instant, il réalisât un instant trop tard que son adversaire s'apprêtait à lui lancer le poids du kusarigama qui tournait encore, quand soudain une petite boule de papier vint rebondir entre eux deux, les deux opposant réalisèrent immédiatement de quoi il s'agissait et détournèrent le regard avant qu'une petite explosion noyât la clairière dans un épais nuages de fumée, sans perdre sa concentration Hiroshi bondit en arrière les yeux encore fermé et eut tout juste le temps de voir un poids frapper le sol a l'exact endroit où il se trouvait il y a une seconde.

Sae avait assistée a toute la scène et en ayant mémorisé les positions de chacun sortit une dizaine de shuriken qu'elle repartit entre ses doigts avant de les jeter en direction de la position présumée de la jeune fille aux cheveux rouge, il n'y eut aucun bruit, elle en rattrapât une dizaine et recommença toujours sur la même position, cette fois des bruits de tintements métallique retentirent au milieux de l'épais écran de fumée qui, vu d'en haut commencer a adopter un mouvement étrange dont l'origine se trouvait à l'endroit où elle avait tiré ses deux salves, sans réfléchir, elle hurla à Hiroshi : "BAISSE-TOI !"

En entendant les mots de son équipière, Hiroshi eut tout juste le temps de s'exécuter sans chercher à comprendre, qu'une chaine passât au-dessus de lui dans un très large mouvement circulaire, si il avait eu le malheur d'être debout au moment de son passage, le Kusarigama se serais enroulé autour de lui avant que la faucille ne finisse sa course autour de lui en se plantant, ayant vu l'angle du Kusarigama il put déterminer la position de son opposante et s'élançait tel un tigre sur elle.

Alexandra terminât la course du Kusarigama en tirant la chaine de la main droite et en le rattrapant par la faucille de la main gauche, l'effet ventilateur avais un peu dispersés le brouillard qui l'entourait mais l'obscurité n'arrangeait rien et le mur étais encore présent, elle fermât les yeux, se concentrant sur ses sens quand les quelques informations qui lui parvinrent lui firent comprendre ce qu'il se passait : dans un geste précipiter elle tendis la chaine au-dessus de sa tête qui ne tardât pas à accueillir une lame de katana, les deux opposant plongèrent leur regard dans celui de l'autre, d'un regard ils se comprirent : "je n'abandonnerai pas !"

Hiroshi, eut le temps de voir le coup venir, fort de leur nombreux affrontements, elle allait relâcher du moue juste un instant, enrouler son sabre avec la chaine et la faucille puis reculer pour lui sortir des mains avec l'autre bout, "Une fois, pas deux !" hurlât-il avant de faire un tour sur lui-même et de lui envoyer un coup de pieds retourner en pleine poitrine, la jeune fille fut projeter légèrement en arrière et alors qu'il envoyait son sabre en direction du fourreau il put voir la jeune fille les bras écarter en face de son torse avec la chaine détendue, elle avait amortie le choc, il inspirât profondément, bloquât sa respiration tout en faisant un pas et envoyât une succession de coup sans s'arrêter.
Sae venais tout juste de changer de branche pour obtenir un meilleure visuel sur sa cible mais elle ne pouvait plus tirer ses salves sans risquer de gêner Hiroshi, la technique qu'il utilisait étais bien connue des arts martiaux : en combat, l'un des points les plus important étais de gérer son souffle et de le calquer sur ses frappes, il s'agissait d'une base absolue, il n'était donc pas étonnant qu'une frappe puisse être limiter par la respiration, c'était le principe de cette technique : ne pas reprendre son souffle et frapper autant de fois que possible l'adversaire avec tout ce qu'on avait pour l'acculer et lui mettre le coup fatal, de son côté Alexandra parait les coup tantôt avec la chaine tantôt avec le manche du kusarigama qui n'allait certainement pas tarder à lâcher malgré le fait qu'elle s'efforçait de plus les décaler que de les parer et que le fait que les armes n'étais pas aiguiser, si elle parvenait à faire assez vite elle pourrait la contourner et lui envoyait une dernière volée de projectiles qui signerais sa défaite pour de bon cette fois, les branches étant relativement épaisse et les arbres proche elle pouvait passer de l'une à l'autre sans perdre de temps ni avoir à descendre, tout aller se jouer sur la vitesse à laquelle elle pourrait les contourner.

Hiroshi le sentais, il arrivait au bout, il ne pourrait plus mettre que trois ou quatre coups supplémentaires mais son opposante n'étais pas dans un meilleur état : des gouttes de sueurs coulais le long de son visage et elle retenait elle aussi sa respiration pour tenir son rythme effréné, il levât haut son sabre au-dessus de lui prêt a l'abattre sur le kusarigama dont le manche ne pourrait pas supporter un coup de plus.

Alexandra serrât les dents, si elle voulait réussir c'était maintenant ou jamais, son objectif n'avait jamais étais de faire face à la puissance destructrice de Hiroshi ou bien la perspicacité de Sae, son objectif se trouvait derrière eux : le rouleau.

Elle lâchât la chaine de sa main droite et l'envoyât vers le visage de Hiroshi dans un mouvement si brusque qu'elle entendit la protestation de son bras, sa main arrivât face à son visage au moment où il abaissait son sabre, elle appuyât sur son pied gauche de toute ses forces pour pivoter sur son pied droit et alors que des craquement désagréable se répandais dans tout son corps prêt a lâcher après l'effort, elle laissât le sabre s'écraser au sol, maintenant sur sa droite après sa pirouette, le champ de vision ayant étais bouché, il n'avait pas pu corriger la trajectoire et en levant les yeux elle put apercevoir Sae qui se préparait déjà a lui lancer deux kunai, elle fit une roulade en arrière alors que l'un des kunai venais se planter dans son flanc gauche, elle prit une impulsion et sprintât de toute ces forces jusqu'au parchemin et s'élançât en avant sur le dernier mètre pour le récupérer, elle exécutât une roulade pour se réceptionner et une fois debout se retournât pour faire face à Hiroshi et Sae qui se trouvaient exactement sur sa voie de sortie : un silence emplit d'appréhension s'installât entre eux : aucun des deux camp n'avaient encore perdu ou gagner mais le dénouement aller se jouer maintenant, Hiroshi reprit son souffle et reprit une garde moyenne alors que Sae s'armer de shuriken, Alexandra quand a elle rangea le rouleau dans une poche situé à l'intérieur de sa manche avant de faire tourner son Kusarigama de la main droite, les trois adversaires se firent face pendant une vingtaine de secondes, désormais Alexandra devait rentrer au village pour gagner, et eux devait la mettre hors d'état de nuire ou plutôt "l'achever", elle regardât du coin de l'œil sa faucille qui de tant a autres émettait un crissement plaintif preuve que les coups de Hiroshi l'avaient bien amoché, elle regardât ensuite Hiroshi qui avait récupérer son calme olympien ainsi que sa respiration, et pour finir Sae qui possédait des réserves de projectiles gonflé à bloc par ceux de Alexandra et ceux de Hiroshi, la situation idéal aurait étais de les vaincre et de repartir tranquillement mais l'états de son équipement et du leurs étais trop grand pour qu'un autre affrontements ne soit effectif surtout que désormais ils n'avaient plus rien à défendre, Alexandra se mit à rire doucement, "Finalement, ça se sera passer comme prévu...", alors que Sae lançaient une nouvelle salve de projectiles, Alexandra décalât le mouvement circulaire de la faucille face à elle en lui donnant le plus de vitesse possible avec le poignet, les projectiles ricochèrent dessus mettant fin au mouvement de la chaine, et alors que Hiroshi la chargeait a nouveau pendant que Sae préparait une nouvelle salve, elle sortit ce qui lui restais de bombes fumigènes, a savoir trois et les envoyât vers le sol dans un même geste, un nouveau gigantesque écran de fumée envahit la clairière, Alexandra chargeât vers la falaise qui se trouvait dans son dos tout en sortant son wakisashi qu'elle lança devant elle pour le planter au sol, une fois à quelques dizaines de centimètres du wakisashi fraichement planté, elle sauta sur le pommeau d'un pied, l'enfonçant de presque toute sa longueur dans le sol avant de prendre l'impulsion qui la placerait au-dessus du vide, "Si tu croise le buddha..." commençât-elle alors que le sang battais ses veines et que l'adrénaline montait tout en faisant tournoyer sur cinquante centimètres la faucille de son Kusarigama.

"...alors tue le buddha !" terminât-elle alors que la gravité commençait à faire son effet et qu'elle lançait de manière circulaire et a l'horizontal sa faucille qui finit par s'enrouler autour du wakisashi la faisant finalement descendre la falaise en rappel, elle arrivât au bout de la chaîne, ses mains juste avant le poids, elle posât ses jambes sur la falaise et dans une impulsion s'élevât alors qu'elle donnait un geste de fouet à la chaîne, l'effet fut immédiat : il ne restais qu'a peine deux mètres entre là où elle était et le sol, et ils défilèrent en un instant, elle terminât sa chute par une roulade sur le côté alors que l'autre extrémité du kusarigama encore attaché au wakisashi tombait lourdement a un mètre d'elle, elle fit glisser la chaine sur le wakisashi qu'elle rangeât dans son fourreau sans cérémonie alors qu'elle partait à toute vitesse en direction du village tout en enroulant la chaine du kusarigama.

Le temps que le nuage ne se dissipe et que Sae et Hiroshi ne découvrent ce qu'elle venait de faire, Alexandra aura déjà prit trop d'avance pour qu'ils ne la rattrapent et ce ne sera que plusieurs minutes après elle, qu'ils atteindront le village à cause de leur difficulté a déterminé par où elle était partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 20:58

Alexandra étais allongée sur le sol, elle regardait le ciel nocturne exempt de nuages, en reprenant son souffle alors qu’une douleur brulante étais encore présente dans sa cage thoracique, elle restât là à superviser sa respiration saccadé après que Hinata Ikaruga ne lui ai envoyée un coup de paume dans son plexus solaire, il y a un peu plus de deux mois, la jeune fille se serait roulée par terre en pleurant après un tel coup, mais maintenant, ce genre de douleur bien que toujours capable de la paralyser comme tout être humain normalement constitué, était devenue des gênes qu’elle était non seulement capable de tolérer mais aussi de dépasser, après quelques instant elle tendis la main naturellement vers les bruits de pas qui se dirigeais sur elle, et alors qu’une autre main agrippé la sienne, un mouvement ferme accompagné de ses efforts lui permirent de se relever.

Hinata, la regardât en riant « Tu te débrouille de mieux en mieux, mon petit chaton !» cet appellation affectueuse était devenue le surnom que lui donnait sa maitre quand elle la réconfortait, c’est-à-dire lors de leur match en général, tout en se relevant la jeune fille faisant fi de la douleur se mit à faire le tri dans ses pensées avant de déclarer « On en est donc à 327 contre 0, n’est-ce pas ? », il s’agissait du ratio « défaite contre victoire » entre Alexandra et Hinata, là aussi, bien qu’elle avait fini par accepter le fait que Hinata étais simplement hors d’atteinte, elle continuer de donner tout ce qu’elle avait contre sa maitre, avec la certitude qu’elle réussirait à combler la distance un jour à force d’efforts et de persévérance.

Hinata s’étirât un instant en écartant ses bras et en voutant son dos, son sourire satisfait encore présent sur les lèvres puis déclarât, « rentrons maintenant, continuer plus longtemps ne … », sans que sa maitre ne termine sa phrase Alexandra opinât du chef en lui rendant son sourire, Hinata la regardât un instant avec intérêt, puis finit par demander « Tu n’essayes pas de continuer un peu plus longtemps ? », la jeune fille écarquillât un instant les yeux surprise puis finit par déclarer spontanément ce qu’elle penser :

« Non, j’aie la sensation que s’arrêtais là pour cette nuit est une bonne chose, et que ce que je pourrais apprendre en forçant plus aujourd’hui, ne vaudra pas ce que j’apprendrai en étant en forme demain … »

Hinata se rapprochât d’elle et finit par lui ébouriffer les cheveux tout en déclarant avec un nouveau rire : « Mais c’est qu’elle a murit ma petite élève ! »

Alexandra portât ses mains à ses cheveux de manière impuissante et se contentât de formuler une plainte qui venais du cœur : « NONNN, pas les cheveux ! » finalement Hinata la dépassât de quelques pas toujours en riant, alors que Alexandra essayait tant bien que mal de se recoiffer en boudant.

« Et donc, qu’est-ce que tu voulais me dire ? Quel est l’émotion que tu ressens actuellement ? » Demandât la jeune femme sur un ton léger.

« Toujours aussi perspicace. » se dit simplement Alexandra avant de réponde : « de la reconnaissance…  je me rends maintenant compte que j’aie étais entourée de personnes formidable tout du long, que ce soit à la cité scolaire, dans ma famille où même ici, au village… » Elle prit un instant pour chercher ses mots alors qu’elles avançaient tranquillement et que Hinata l’écoutait gaiement, puis reprit finalement « Le fait que tant de monde ait pris soin de moi, sans que je les remercie en bonne et due forme … j’aie réalisée que je devrais allez remercier chacune de ces personnes d’avoir pris soin d’une outsider comme moi … » en entendant ses derniers mots, Hinata s’arrêtât net et tournât le regard vers sa jeune élève une mine d’incompréhension sur le visage, Alexandra marquât un temps d’arrêt, ne comprenant pas les raisons de cette expressions si rare sur le visage de son maitre, les secondes défilèrent avant que Hinata Ikaruga ne lèvent les yeux au ciel en murmurant pour elle-même « Ah, oui c’est vrai … c’était donc ça … », elle ramenât finalement son attention sur la fille aux cheveux rouges qui ne comprenait pas vraiment la situation et lui dit d’un ton bienveillant :

« Nous sommes jeudi aujourd’hui, j’aimerais que tu assiste a quelque chose, même si tu risques de ne pas te coucher tôt du coup, c’est quelque chose dont tu dois prendre conscience … » elle marquât un court arrêt le temps de prendre un large sourire et de lui déclarer « Considère que c’est un ordre de ta maitre ! »

Environ une heure et demi plus tard, après s’être séparée et avoir pris le bain, Alexandra avais retrouvée Sae Minamoto et Hiroshi Myateru, tous trois avais sympathisé après les nombreux entrainements fait ensemble, et c’est ainsi que Alexandra avais appris de nombreuses choses sur le clan : notamment le concept derrière la hiérarchie du clan, le clan fonctionnais sur deux principes hiérarchique, le premier étais l’ancienneté ( comme de nombreuses choses dans la culture japonaise ) et le deuxième les compétences.

A la tête du clan se situé le grand maitre : « Yoshitsune Mutsue » qui tout comme son grand père, se situé entre les 80~90 ans, comme tous ses prédécesseur avant lui le second du clan renonçait à son prénom et à son nom et devenais le « Kage », « l’ombre du grand maitre »,  venait enfin le troisième ou les troisièmes : il s’agissait de ceux/celui ou celle qui pourrait prendre la place du maitre ou du Kage si l’un des deux venait à disparaitre.

Ceux-là, obtenais comme signe distinctif, un titre honorifique qui leur étais attribué par le Kage et le grand maitre eux même, ces titres étais systématiquement basée sur la nature, et étais censé représenter ce qu’ils représentaient pour le clan, en ce sens, le titre de Hinata Ikaruga étais assez effrayant : « Arashi », « la tempête », pour réellement savoir d’où il venais, il aurait fallu demander au grand maitre, à Kage ou à Hinata elle-même, mais peu importe lequel de ces trois-là, la jeune fille ne se sentais pas capable de leur demander.

Autre point intéressant qu’Hiroshi lui avait appris : Jamais dans l’histoire du clan, deux personnes de moins de 30 ans avait obtenu de tel titre, Kage et Hinata étaient les premiers en plusieurs centaines d’années d’histoire à avoir eu l’honneur d’obtenir de tel titres à 21 ans, ils étaient des prodiges, des modèles pour tous, et c’était naturellement que Kage étais devenus le « Kage » et que Hinata Ikaruga étais devenue « la troisième », et de ce qu’on lui avais raconté ces postes n’étais pas donné par ancienneté mais par compétences, et c’était leurs prédécesseur qui le leur avais donné comme si cela leur revenait de droit, petite parenthèse, elle ne savait pas qui étais l’ancien « Kage » car lorsque quelqu’un abandonnait ce titre, on lui donnait le droit de repartir de zéro et de choisir sa nouvelle identité, comme une renaissance.

En d’autre terme, il n’était pas impossible que dans le futur, sa maitre puisse devenir la prochaine grande maitre ou bien la futur « Kage », de ce point de vue, elle ne pouvait pas s’empêcher de sentir une certaine culpabilité de suivre les enseignement d’une telle figure dans le clan alors qu’elle était une outsider et pas véritablement une membre du clan, tout ce qu’elle pouvait faire de son côté c’était atteindre cette « perfection » qu’attendais Hinata, et ce n’étais pas cher payer au vue de ce traitement de faveur, étonnamment, personne au village ne lui faisais ressentir cet état de faits, surement car tous ses habitants étais des gens foncièrement bon dont on inculquer de très nombreuses valeurs morales dès leur plus jeune âge, là aussi, Alexandra avais un peu honte d’elle-même car elle avait l’impression d’abusé de ces bienfaiteurs, malgré tout, elle s’efforçait de ne pas le montrer, ni l’exprimer justement par égard pour ces personnes mais il lui arrivait de plus en plus souvent d’y réfléchir longuement, quand elle voyait tout ce qu’elle avait obtenue en venant au village.

Les repas étaient toujours servis dans une grande salle de la résidence principale du village et les coutumes voulais que chaque tranches d’âge restent entre elles pendant leur repas, ainsi Alexandra avais toujours manger avec les plus jeune, faisant plus office de grande sœur à mesure qu’elle apprenais a les connaitre, à l’exception du jeudi soir, en effet il était de coutume que le jeudi soir soit festif  (pas qu’il y avait quelque chose à fêter en particulier), ainsi, tous les membres du village se retrouver dans de simple kimonos et discutés simplement dans une humeur jovial en se plaçant où ils voulaient avec qui ils voulaient, c’était une soirée attendu tout particulièrement par les enfants qui pouvaient apprécier des moments de simplicité et se relâchés des règles stricte du quotidien de leur apprentissage, les adultes et aspirants n’étaient d’ailleurs pas en reste, chacun à leur façon cependant, ainsi il n’était pas rare d’entendre des rires et des exclamations bruyante jusqu’au petit matin avant de reprendre le quotidien.

Alexandra y avais pris part de nombreuses fois maintenant mais l’état de fatigue dans lequel la mettais l’entrainement de Hinata, ne lui avais jamais permit de rester bien longtemps quand elle était présente, faute d’entrainement nocturne, sa maitre quant à elle, bien qu’en retard de temps en temps voir absente en de très rare occasions, y restais toujours jusqu’au petit matin et démontrer, à ce qu’on disait, que « si il pleuvait du saké, elle serait la dernière debout ».  

Sae, Hiroshi et Alexandra se rendirent sans se presser, dépasser par les enfants qui courrait dans le couloir qui aller vers la grande salle qui laissait déjà percevoir quelque petites discutions bruyante, Sae mesurait environ la même taille que Alexandra là où Hiroshi les toisais fièrement de ses deux mètres sept (même si en réalité, il n’y avait personne qu’il ne toisait pas.), ils discutaient joyeusement de tout et de rien, de leurs objectifs pour l’avenir, de leurs passé, de leurs hobby, etc, ils rentrèrent dans la grande pièces et croisèrent trois de leur senpai qui se tenaient juste derrière l’entrée, il s’agissait de Hinata, Kage et Takezo, si les deux premiers n’étais plus à présenter, le troisième quant à lui étais un des hommes incontournable de ces soirées, il n’ y avait pas deux personnes comme lui, il avait un regard effilé, naturellement espiègle et un large sourire, il mesurais un bon mètre quatre-vingt, et son visage rappelais celui d’un renard, bien qu’encore dans la vingtaine, il approchait fortement de la trentaine toutefois une forte aura de sympathie se dégageait de lui, mais ce qui faisait de lui l’homme de ces soirées, c’était sa capacité d’orateur, que ce soit une anecdote amusante sur un membre du clan, une histoire monter de toute pièces ou une vieille légendes, c’était à lui que l’on demander et c’était lui qui toujours avec le même entrain rajoutais a ces histoires un cotés très théâtrale, il était souvent arrivé que Alexandra soit tellement captivés par l’un de ces récits qu’elle finisse par se coucher beaucoup plus tard que prévue, si bien qu’elle savait que quand il commençais à se lever et à préparer son publique pour décider de l’histoire qu’il allait raconter après le repas, elle souhaiter une bonne nuit à sa tablée et aller dormir.

Les deux groupes se saluèrent gentiment puis soudain Takezo posât sa main sur l’épaule d’Alexandra et déclarât avec un sourire franc et une mine réjouie :

« Arashi m’as dit que tu voulais profiter de cette soirée pour te détendre,  j’ai donc choisis une histoire qui pourrait te plaire, je ne voudrais pas te forcer la main et je sais que le sommeil est important mais ça me ferais sincèrement plaisir que tu resteras pour ma petite histoire. »

« Merde… » Pensât simplement la jeune fille alors qu’elle réalisait qu’elle avait étais piégée, elle tournât légèrement le regard vers sa maitre qui se contentât juste de lever sa coupe de saké vers elle, une mine réjouie sur le visage, Alexandra adoptât un sourire gênée et répondit simplement : « j’aie … hâte de l’entendre… » Alors que le sourire de son interlocuteur se faisait plus proche et plus insistant.

À sa réponse le jeune homme, fit un grand geste théâtrale en écartant les bras, en s’exclamant un retentissant « Magnifique ! ».

Quelques dizaines de minutes plus tard, la salle était pleine et le repas avait commencé, tous les âges étaient mélangés et un vacarme agréable et vivant emplissait la pièce, dans cette ambiance légère, un débat enflammé se tenais à la tablée où se située Alexandra, Sae, Hiroshi, Kage, Arashi, Takezo et le vieux forgeron du village que les gens surnommés « vieux Gen » qui déclarât d’une voix grave :

« Nan, mais d’tout façon Takezo, t’y comprend rien aux femmes ! C’est pas les seins qui compte c’est les hanches ! »

« T’as beau dire ça ! vieil Ours ! Mais ta femme n’est pas l’exemple même de ce que tu affirmes ! »

Le vieil homme eut un éclat de rire sincère et répondit fièrement : « Ma femme est parfaite ! Que ce soit son corps, son esprit, tout est parfait chez elle ! ».

« Tu vois vieil Ours, on ne peut même pas avoir de discutions sérieuse avec toi ! » se lamentât finalement Takezo dans un geste exaspéré.

Kage essayât gentiment de couper court à la discussion déclarant d’une voix calme bien que gêné : « Vous savez, chacun voit midi à sa porte, pas besoin de … » mais Takezo ne lui laissât jamais le temps de terminer sa phrase : « Kage, dis-lui toi ! Le mieux c’est les seins ! »

«  Je … Je ne pense pas que cette discussion ne sied à tous ceux prés… » Là non plus, sa phrase n’eut jamais de fin, mais en effet, aucuns des trois aspirants ne savait où se mettre.

« Ah ! Kage, tu ne vas pas t’y mettre aussi ! » Déclarât le vieux Gen, les joues empourprés par l’alcool alors que Arashi, qui se contentais de les encourager jusque-là, levât bien haut sa coupe de saké tout en déclarant avec un grand rire : « Cherchez pas les gars, il craque pour Mei ! », les deux hommes écarquillèrent les yeux, échangèrent un regard puis après un instant de réflexion, finirent par acquiescer en cœur comme si ils comprenaient et approuvaient ce choix, Kage, dont la corde sensible devait avoir étais toucher se mit à nier sans vraiment réussir à convaincre ses deux compères.

De leur côtés, Alexandra, Sae et Hiroshi s’échangèrent un regard gênés comme si ils avaient entendu quelque chose qu’ils n’auraient pas dû entendre, puis finirent par rire de bon cœur, se laissant entrainer eux aussi dans le flux incessant de discutions légères.

Une bonne petite heure plus tard, le repas aussitôt terminé, des enfants vinrent attraper Takezo par les manches de son Kimono et lui posèrent la question qui leur bruler tous les lèvres : « Ce sera quoi ton histoire d’aujourd’hui ? Dis ! Dis ! », Takezo feignît la surprise comme si il ne s’attendait pas à cette question puis dans un geste exagéré croisât un bras et d’une main vint se caresser le menton, ces lèvres s’avancèrent en avant comme si il hésitait vraiment, un petit rire amusé se répandit parmi les gens autour, qui voyais clair dans son numéro, en temps normal, c’est à ce moment-là que Alexandra se serait éclipsé mais pas ce soir, dans un geste toujours exagéré et tout un gardant la même position il se relevât doucement, pour laisser le temps aux enfant de lâcher son kimono et commençât sa marche vers l’opposé de l’entrée, c’était le seul endroit de la pièce où tout le monde pourrait le voir et c’était en quelque sorte son rendez-vous du jeudi soir.

Arrivé à l’endroit souhaité, il lâchât son menton et claquât des doigts en ouvrant grand les yeux, les enfants réagirent au quart de tour par des exclamations ponctués de « Alors ? Alors ?» auquel il ne répondit pas, faisant durer le suspense.

« Tu vas la commencer cette histoire ?!  » lui criât d’une voix tonitruante et amusés le vieux Gen, suivit de quelques exclamations joyeuse des membres un peu plus vieux de son publique : « Allez, ne te fait pas désirer plus longtemps ! » « Arrête ton cinéma, on sait tous que c’est toi qui a le plus envie de raconter ! », puis alors qu’un rire se répandit dans la salle et que les gens commençait à s’installer confortablement, il commençât d’un ton solennel :

« Je vais vous raconter l’histoire … d’un jeune homme que les gens appelaient « Yoshi » ! »

Une légère exclamation retentit dans la salle suivit d’un silence solennel, comme si cette histoire étais bien connue.

« L’Histoire que je vais vous raconter ce passe pendant la guerre sino-japonaise de 1937 à 1945, « Yoshi » étais un jeune homme de moins de vingt ans, rêveur mais digne ! Stricte mais juste ! La guerre faisait rage à son époque et c’était tout naturellement qu’il avait décidé de prendre les armes pour son pays. »

Il marquât un temps d’arrêt.

« Mais le clan, ne l’entendais pas de cette oreille, [tu ne peux pas rejoindre l’armée, tu es promis à un autre avenir.] lui avait dit son père. Mais le jeune Yoshi ne l’entendais pas de cette oreille, malgré son jeune âge il était déjà un ninja confirmé, il était le meilleur Ninja de sa génération et il portait tous les espoirs du clan, si quelqu’un devait devenir le prochain grand maitre ce serait lui, sans aucun doutes possible, sentant que son fils allait vouloir braver l’interdit malgré son interdiction, plusieurs maitres s’était préparer à l’empêcher de partir, peu importer les moyens, il était inconcevable pour le clan de le perdre, mais alors que la nuit tombais, ce qui devait se passer, arrivât inéluctablement.

Yoshi courrait à travers les bois, son sac lourdement charger, une dizaine de maitres à ses trousses, mais malheureusement pour le clan, même ces maitres ne pouvaient faire face au jeune Yoshi, les larmes tintèrent cette fameuse nuit et bien que Yoshi ne pouvait lever la main sur ses frères et sœurs, il n’eut aucuns mal à briser leur lame ainsi que leur formation, très vite ils perdirent sa trace, puis la volonté de le poursuivre et enfin … l’espoir.

Sous une nouvelle identité, un jeune homme remarquable fit ses premiers pas dans l’armée impériale, son talent naturel fut très vite remarquer et il fut envoyé au front, arriver en Chine, il rejoignit une unité d’avant-garde, son unité, enchainer les succès, la défaite ? Il n’y avait jamais gouté, le vent en poupe, il ne compter plus les vies de ses camarades qu’il avait sauvés, ni même celle qu’il avait prise, son cœur ne battais que pour le bien de ceux qu’il avait laissés derrière, pour son pays qu’il défendait le poing sur le cœur, pour l’empereur et ces idéaux, il donnait tout ce qu’il pouvait offrir.

Malheureusement, un jour, qu’ils se rendaient en reconnaissance à travers les monts reculés de Chine, un brouillard chargés d’humidité enveloppait le paysage alors que le matins n’avais même pas encore put accueillir ses premiers rayons de soleil, ils tombèrent dans une terrible embuscade, les tirs déchirait le ciel, ces compagnons tombait comme des mouches dans une cacophonie assourdissante, mais malgré les efforts désespérés du jeune Yoshi, il ne put en sauver aucun, quand le soleil fut haut dans le ciel, le jeune Yoshi se trouvait perdue en pleine campagne chinoises, il était perdu et seul, ne sachant même pas où il allait, il se jurat qu’il rentrerais chez lui et honorerais la mémoire de ces compagnons tombés.

Les jours passèrent, puis les semaines et enfin les mois et le front avait énormément reculé, Yoshi ne pouvais plus rejoindre ses frères d’armes et d’après les informations qu’il avait récupérer avec ses compétences d’espionnage, on parler même d’une capitulation du japon dans un avenir proche.
La situation pour son Pays étais désastreuse, mais Yoshi n’étais pas mieux, il était en plein territoire ennemie et chaque jour étais une nouvelle épreuve qu’on lui imposé, puis alors que le destin semblait s’acharner et qu’il commençait à se demander comment cela pouvait être pire, le destin lui fit un dernier coup du sort, la seule chose auquel il avait encore pu échapper jusqu’à maintenant : la maladie.

Il était jeune et fort, et dans un premier temps, il réussit à passer outre, mais rapidement ses forces finirent par décroitre, sa mobilités ensuite, vint enfin ses sens et très vite, il ne fut plus capable de chasser sa propre nourriture, au bord de la famine, il finit par choisir le vol en désespoir de cause, a la nuit tomber il quittât les montagnes pour se rendre dans un petit village isolé et perdu au milieux de nulle part, fort de ses talents il réussis à s’infiltrer dans une réserves mais alors que son corps le trahissais pour la première fois, il commit la plus grande erreur pour un ninja : se faire attraper.

Il passât le reste de sa nuit dans une pièce close ne sachant exactement ce qui lui serais fait demain mais la seule chose qu’on avait pu lui certifier, c’était qu’il allait souffrir, évidemment il aurait étais facile de se suicider mais il ne pouvait pas renier son serment et il était prêt à subir tout ce qu’il fallait pour retourner au pays et honorer la mémoire de ses compagnons.

 
Le matin venu, il comprit ce qu’il allait advenir de lui, la fièvre l’empêchait de pouvoir véritablement appréhender la totalité, et cela lui permit de ne pas sombrer dans le désespoir, très vite les villageois l’attachèrent à un pieux et se préparèrent à le lapider sans aucune forme de pitié, à leur yeux il était l’envahisseur japonais, et l’occasion parfaite pour déverser leur désespoir, leur colère et leur haine, pour leur proches perdue et leur patrie, à travers ce torrent de haine qui déferlait sous les yeux fatigués de Yoshi, il réalisât que ces hommes et ces femmes ne serait calmés que lorsque son corps serait inerte et déformer par les pierres, ces bêtes enragés préparait leur croc et leur griffes pour leur festin, et le calme apparent de la meute ne durerais pas bien longtemps.

Pourtant, alors que le chef du village commençait à énoncer ses crimes, et cela incluais ses origines, une scène marquât les yeux du jeune homme : près de là où dormais les animaux se trouvait un jeune homme étranger d’à peu près son âge qui avais du dormir là étant donné qu’il semblait avoir étais réveiller par le brouhaha ambiant, Yoshi finit par croiser le regard du jeune homme qui s’était redresser, et les deux se fixèrent pendant quelques secondes qui lui semblèrent durer une éternité, soudain comme si il avait revu sa vie, une plainte mourut avant d’atteindre les lèvres de Yoshi « Je … ne … veux pas … mourir … ».

Et alors que le chef avais fini cette parodie de procès et après s’être placer avec le groupe de bourreaux, s’apprêtais à lui lancer la première pierre de sa terrible exécution, Yoshi détournât le regard comme seul moyen de défense qui lui rester quand une exclamation surprise se rependît dans la foule, Yoshi ramenât immédiatement son attention sur le chef, et restât interdis face à ce qui se déroulais sous ses yeux : alors que le chef avais lever son bras avec lequel il tenais la pierre, le jeune étranger lui avais prise des mains, et s’approcher désormais de Yoshi.

L’étranger avais un visage dur, ses yeux d’un bleu si profond qu’il lui rappelais la mer, il eut l’impression que si il les regardais trop longtemps il s’y noierais, l’étranger ne lui posât aucune questions, se contentant juste de le regarder dans les yeux, jamais de sa vie, Yoshi n’avais eu une véritable admiration pour quelqu’un, mais alors que sa dernière heure étais arrivé, il ne pouvait fuir le regard si puissant de cet homme, pour la première fois de sa vie, il sentit qu’il avait devant lui un homme dont la superbe et la puissance lui rappelait un dieu de la guerre, véritablement, il était admiratif.

Comme si l’étranger avais fini de sonder son âme, il se retournât et toisât l’assemblée qui restais silencieuse, puis d’une voix forte qui résonnât à travers la place il déclarât enfin : « Quel est le crime de cet homme ? », finalement après un court instant une voix retentit parmi la foule « il a volé ! ».

La voix de l’étranger retentit à nouveau comme la foudre une nuit d’orage « Et cela mérite il la mort ? Je croyais que les voleurs devaient se faire couper la main. » Après un court instant de silence, la foudre retentit une nouvelle fois : « Quel crime un homme malade et affamé a-t-il pu commettre pour mériter un tel supplice ? ».

Finalement plusieurs voix s’élevèrent dans l’assemblée : « c’est un putain de japonais ! » « Il vaut moins qu’un chien ! » « J’aie perdue mon mari à cause d’eux ! » «  Ils ne méritent aucune pitiés ! » « Si tu le défend, tu ne vaux pas mieux qu’eux, enfoiré d’étranger ! ».

Assaillit par cette tempête de haine, le corps malade et mourant de Yoshi tressaillit et tremblât, il pouvait sentir leur rage percer sa peau, tant elle était forte, mais de son côté, l’étranger restât là comme un rocher fendant une cascade en deux, la foudre retentit une nouvelle fois : « Vous êtes donc plus bas que des animaux ! Les seules créatures incapables d’empathies sont les démons ! Et au nom de mes principes et de mon humanité, je ne laisserais pas un homme aux mains de bêtes infâmes ! je prends cet homme avec moi, n’essayait pas de m’arrêter ! », L’étranger fit le tour du pieux où étais attachés Yoshi et lui retirât ses liens.

Alors que de nombreux murmures mécontent se faisait de plus en plus fort dans la foule pendant que l’étranger plaçais Yoshi sur son épaule gauche une pierre volât en direction de Yoshi, pourtant la pierre ne touchât jamais Yoshi, l’étranger l’avais rattraper de sa main droite et alors que Yoshi qui se trouvait sur l’épaule de l’homme regardait la main de l’étranger ou se trouvait la pierre, il sentit à travers le cops de celui qui le porter, un terrible mécanisme se mettre en place, l’étranger inspirât profondément et alors que son visage devenait encore plus dur, le tonnerre frappât une nouvelle fois.

De la pierre qui se trouver dans sa main il ne restait plus rien, seul son poing fermer tendu face à lui rester là, un silence de mort régner désormais sur la place alors que l’étranger avançais tout droit vers la sortie du village, Yoshi sur son épaule.

Les pas se succédaient alors que les hommes s’écartaient sur son chemin, mais alors que l’étranger atteignais la sortie du village après quelques minutes, les villageois s’étaient rassembler fourches et lances a la main et avançaient précipitamment dans sa direction, Yoshi sentis son corps tressaillir à nouveau, alors que l’étranger se retournais pour leur faire face…

Tous restèrent suspendus aux paroles de Takezo, enfants comme adultes, qui avait marqué un temps d’arrêt, Alexandra déglutit alors qu’elle visualisé la scène, le silence étais tel que l’on pouvait entendre le vent nocturne souffler a l’extérieure et dans un cri sourd Takezo prit la position d’un homme n’ayant que son bras droit et sa jambe droite pour combattre alors qu’il reprenais son récit :

Dans une terrible bataille, l’étranger avais repoussait avec seulement un bras et une jambe tous ceux qui l’avais attaqué lui et Yoshi, il s’était frayé un chemin dans l’adversité et comme la foudre elle-même avais puni ceux qui avais oser le braver lui et sa mise en garde, le récit étais tellement fort que Alexandra eut l’impression d’entendre les exploit d’un héros mythologique, le récit continuât alors que Takezo racontait comment l’homme l’avais soigné tout en se fournissant les vivres pour eux deux et qu’il avait traverser la Chine avec un homme mourant sur l’épaule avant de terminer leur périple dans une petite ville portuaire de Chine :

Yoshi et l’étranger se trouvaient dans une petite cahute de pécheur, l’un assis en seiza alors que l’autre se tenais en tailleur, « Réjouis-toi, les cieux ne t’ont pas abandonné, Yochi, tu as tenu bon jusqu’ici et après la traversée tu pourras à nouveau revoir ta contrée et honorés la mémoire de tes camarades tombés au combat. » lui déclarât l’étranger, Yoshi se prosternât face à son bienfaiteur, puis déclarât « Je n’ai rien qui pourrait repayer une telle dette, demande moi ce que tu veux et je ferais tout et donnerais tout ce que j’ai pour te l’offrir.».

L’étranger fermât les yeux et déclarât sans cérémonie « Je n’ai rien et ne veux rien ! », Yoshi relevât la tête et déclarât finalement « N’importe quoi ! Peu importe ta demande ! Je l’exaucerais ! », L’étranger rouvrit les yeux et avec ce même regard si puissant avec lequel il avait traversé la Chine avec un homme mourant comme fardeau, il lui répondit d’une voix forte « Tu n’es pas un dieu ! ne promet pas ce dont tu ne peux pas être certain ! », Yoshi se redressât finalement et déclarât : « Je ne pourrais pas vivre dans l’honneur une tel dette ! », L’étranger fermât à nouveau les yeux pendant quelque instants et déclarât finalement d’un ton péremptoire :

« Demain, … Si demain à l’aube tu parviens à me redemander ce que je veux alors je te le dirais. »  

Puis tous deux se couchèrent avec la brise maritime et le bruit des vagues comme berceuse, Finalement à son réveil Yoshi se trouverait sur le bateau qui aller après plusieurs escales le ramener au japon, les côtes chinoises ne seraient qu’un souvenir lointain, a peine perceptible à l’œil nu et la silhouette de l’étranger aux cheveux rouge et aux yeux bleu ne serait présent que dans son souvenir, Yoshitsune Mutsue n’oublierait jamais ce russe répondant au nom de « Ivan Bielinski », son modèle et son sauveur.

                                                                                  ~~~

Alexandra était assise dans l’herbe fraiche, le visage lever vers le ciel quand Ikaruga Hinata vint s’asseoir à ses côtés, la soirée battait encore son plein, mais Alexandra avait eu besoin de calme et d’air frais après les émotions qu’elle avait eu en entendant cette histoire et surtout sa conclusion, sa maitre prit finalement la parole d’un ton calme et serein toujours avec le même sourire bienveillant qu’elle avait quand elle lui faisait des leçons : « Le clan n’a jamais accepter d’étranger et n’en acceptera jamais… Si tu as pu venir ici, c’est parce qu’a la base, tu avais déjà ta place dans le clan... »
Elle marquât un court arrêt puis reprit tout en caressant la tête de son élève, « …Tu as autant le droit d’être ici que les autres et dis-toi qu’il y a bien une suite à cette histoire, et qu’elle te sera racontée en temps voulue. ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 21:09

Ce jour-là, Le village étais resté silencieux et les plus jeunes avait étais d’une part dispensé d’entrainements et d’autre part confiné dans leur partie, si ils avaient pu profiter d’un jour férié, c’était car la totalité des adultes du village avait étais occupés à préparer le rite de passage des aspirants ainsi que la cérémonie qui se tenais la veille selon les coutumes.

En effet, ce jour-là, les aspirants jugés digne par les nombreux maitres du village et donc ninja confirmés, allait s’entretenir et payer leurs hommages aux anciens et aux pontes du clan, tout cela était évidemment codifiés selon les us et coutumes et ils leur seraient remis « certaines choses ».

Ainsi leur matinée avait servis à leur apprendre l’étiquette et les gestes qu’il allait devoir exécuter pendant cette cérémonie, et c’était une de leurs maitres : « Mei Katsuragi » qui leur avais raconté les coutumes et l’héritage du clan qu’ils ignorés encore jusqu’à hier :

« Les ninjas du clan, à travers l’histoire du clan, n’ont jamais étaient seuls, quand l’on deviens un ninja, c’est au côtés d’un frère ou d’une sœur, ce lien qui vous sera attribués à la fin de la cérémonie et ce ,que vous réussissiez l’épreuve ou non, devra être un engagement permanent, vous hériterez tous deux d’un « symbole » qui représentera aussi bien votre parenté que votre individualité. »

« Aussi, chacun de vous onze, devra aller payer ses hommages de manière rituel à chacun des maitres du clans, et terminerons par Arashi , Kage et enfin Grand maitre Mutsue, vous passerez par ordre décroissant en fonction de votre âge ( donc les ainés en premier et les plus jeunes ensuite). »

Les explications passées, on leur avait donné deux tenues : la première était la tenue traditionnel que portais les jeunes japonais pour la cérémonie de la majorité au japon, (le «Seijin shiki ») soit un Furisode pour les femmes et un Hakama pour les hommes, enfin il y avait une tenue nettement moins traditionnel : il s’agissait de la tenue « officiel » qui avais étais améliorer par le clan à travers sa longue existence, si la première allait être destiner à leur entrevues et n’étais qu’un prêt, la deuxième étais une tenue qui leur avais étais faite sur mesure et de manière personnel, leur ainés les avais ensuite prit a part, un à un et les avais aidés à enfiler leur tenue de cérémonie, pour Alexandra, c’était Mei, qui étais venue l’aider.

Alors que Mei ajusté le Furisode de Alexandra ainsi que son Obi, la jeune fille se remémorât les paroles qu’avait échanger le vieux Gen, Takezo et Kage et regardât la jeune femme d’environ 25 ans : elle avait des cheveux court, noir, un visage maternel encadrés par de fine lunette, qui rappelais celui d’une jeune maman qui venait d’avoir son premier enfant, elle était particulièrement fine et élancés, ce qui, malgré son absence de forme n’atténuer en rien, la sensation de quiétude qui se dégageait d’elle, remarquant le regard d’Alexandra, elle lui retournât un sourire et se remit à la tâche.

Alors que Mei finissait d’ajuster l’Obi, Alexandra demandât finalement : « Quel est l’intérêt de l’épreuve si nous somme promus peu importe le résultat ? » Mei la regardât avec un petit sourire et lui dit sur un ton amusée : « C’est ce qui fait la différence entre ceux comme Kage et Arashi, et ceux comme Takezo et moi. » choisissant en toute connaissance de cause les exemples qu’elle avait cités.

«  … Ce … Je croyais que tous les membres du clan étaient égaux ? » Répondit Alexandra alors qu’elle s’asseyait après que Mei lui ai fait signe.

« Et c’est le cas. … » Commençât d’abord Mei avant de commencer à coiffer les long cheveux d’Alexandra en vue de les attacher : « Mais être égaux, ne veut pas dire que l’on doit empêcher le talent de fleurir. » Finit-elle simplement, alors qu’elle s’atteler à la tâche.


                                                                                          ~~~    

Faisant partie des plus jeunes, ce n’était que tard dans l’après-midi que Alexandra Kotadjima, Sae Minamoto et Hiroshi Myateru avait pu présenter leur respect aux maitres du clan, cela leur avais toutefois permis de profiter de cette attente pour aller voir les gens qu’ils voulaient remercier : leur ainés comme Takezo et Mei,  le vieux Gen ou bien le petit couple qui se chargeais de l’entretien des bains, puis étais enfin venu leur tour, les entretiens étant particulièrement codifié, ce n’était que lorsque l’aspirant faisait la courbette respectueuse qui signalais qu’il allait prendre congés que les maitres leur glissait quelques conseils personnels, encouragements ou félicitations, ainsi, bien que solennel, les aspirants pouvait apprécier le fruit de leurs efforts et de leur peines et certains aller même jusqu’à lâcher quelques larmes de joie, cela avait étais le cas de Hiroshi par exemple quand il était sortis de son entretien avec Kage, ce qui étais parfaitement compréhensible, quand on repensait à quel point cela avait étais dur pour lui et ce qu’il avait dû faire pour dépasser les limites que lui avait imposés son propre corps, et c’est après quelques gestes réconfortant que Sae et Alexandra avait finalement étais voir Kage pour l’une et Arashi pour l’autre, alors que Hiroshi se rendait auprès du grand maitre.

Les entretiens avec Kage et Arashi étaient, surement à cause de leur tempérament, bien plus « détendus » que les autres, et ce car ils invitaient leur cadet à passer outre certains protocoles, sans pour autant nuire à l’étiquette qu’il se devait d’avoir en tant que têtes du clan, ainsi, il passaient plus de temps à féliciter les aspirants sur les efforts particuliers que chacun avait réalisés et à leur faire part de leurs expériences et de conseils pour l’avenir, Arashi étais toutefois rester protocolaire et était rester sur le même état d’esprit qu’avec les autres pour Alexandra, ce qui n’avait fait qu’amplifier la joie et la fierté que ressentais sa jeune élève en l’entendant parler, elle le réalisait encore un peu plus maintenant, sa maitre étais une personne d’exception, et plus qu’une chance, c’était un honneur qui lui avait étais accordée.

Alors qu’Alexandra s’inclinait respectueusement avant de prendre congés, Hinata Ikaruga lui murmurât dans un souffle à peine audible : « Ca y est, tu as enfin retrouvé ton chemin. », Alexandra relevât la tête de surprise, et Arashi qui la regardait avec un visage irradiant de joie et de bienveillance lui dit finalement : « Va ! Ne fait pas attendre le grand maitre. ».

En sortant de la pièce où se trouvait Arashi, elle vit Sae et Hiroshi qui l’attendaient, Sae venait tout juste de finir son entretien avec le grand maitre ce qui signifiait que c’était donc au tour de Alexandra, elle déglutit à cette idée, sentant un nœud se former dans son ventre, elle sentais son sang s’accélérer et des sueurs froides parcourir son dos, le souvenir de sa première rencontre avec le grand maitre, immédiatement après avoir mis le premier pas au village la hantait encore, ces deux camarades le savait bien car au fil de leur nombreuses conversations elle leur en avais fait part, Sae vint lui attraper la main et la tirât doucement vers la porte, lui glissant des mots d’encouragement, Hiroshi lui donnât une légère tape amicale dans le dos, tout en lui montrant un pouce lever, en ce moment Alexandra, étais si heureuse d’avoir fait leur connaissances qu’elle sentais ses joues se réchauffer et des larmes de joies monter, si bien qu’après quelques instant, elle finit par reprendre ses esprits et rentrer alors que Sae et Hiroshi reculaient par politesses.

Alexandra fermât les yeux puis prit une profonde inspiration mettant ses idées au clair, cela fait elle finit par ouvrir la porte et s’engouffrer dans cette salle tout en se remémorant tout ce qu’avait pu lui dire sa maitre.

La salle étais immense et étais l’espace le plus reculé du village, elle donnait sur une cour intérieure où un magnifique petit jardin japonais se dresser fièrement et élégamment comme une perle dans un écrin, là, au bout de la salle, le grand maitre étais assis à son extrémité, à le contempler, lui tournant par conséquent le dos, cette image dégageait une telle sérénité que Alexandra restât figée sur place un instant avant de se souvenir du protocole et alors qu’elle allait signaler sa présence, la voix grave de Yoshitsune Mutsue emplit la pièce comme si il s’était agi de celle d’un Kami :

« Viens t’assoir. » La jeune fille fut stopper nette, il ne s’agissait que de deux mots mais avec une telle puissance qu’elle ne put que s’exécuter, elle devinait sans mal, que chacun de ses dix camarades avait dû vivre la même chose, ce qui étais particulièrement perturbant étant donné qu’ils avaient passé la journée à suivre des coutumes à la lettre, elle n’en dis rien cependant et vint s’assoir en seiza, légèrement en retrait de lui si bien qu’elle ne voyait que son dos tout en laissant un mètre entre elle et lui, ce qui étais la limite que les coutumes permettais.

Alors qu’elle gardait son regard fixé sur le vieil homme avec une certaine appréhension, il prit la parole sur le même ton qu’elle lui connaissait : « Te souviens-tu de ton arrivée au village ? », la jeune fille répondit tout en s’efforçant de garder son calme, au vu de sa présence écrasante « Oui. », Trop occupée à fixer le dos du vieil homme, elle ne réalisât la présence d’un service à thé que lorsqu’il en servit deux tasse sans formalités, de ce qu’elle savait, Yoshitsune Mutsue n’avait jamais étais un homme particulièrement regardant sur les coutumes et n’y avait jamais accorder grand intérêts, toutefois il était intransigeant sur le respect et la tenue ( qu’elle soit physique ou morale ).

« Quand j’ai échappé à la mort en Chine et suis rentré au pays, je m’étais fait deux promesses, la première étais d’honorer la mémoire de mes compagnons disparut et de consacrer ma vie au clan.
La deuxième étais de retrouvé Ivan Bielinski et de payer ma dette quelqu’en serais le prix. »


Il tendit une des tasse de thé derrière lui en direction d’Alexandra, qui la prit a deux mains sans rien dire pour ne pas l’interrompre.

« Je me souviens encore du visage de mes frères et sœurs quand je revins au village, les larmes de joies qui coulaient sur le visage de mon père qui pensait avoir perdu son fils il y avait de ça plusieurs années, tous étaient encore en deuil, j’avais réalisait ce jour-là tout ce que j’aurais perdu si personne ne m’avais arraché à ce pieu, à ce destin qu’étais le mien pour avoir négligé ce qui étais le plus important par arrogance… la vie. »

« c’était ce cadeau, que m’avait fait Ivan Bielinski, comme un dieu de la guerre, il s’était soulevé contre le destin mais c’est comme un être humain qu’il avait fait ce choix, par pur humanité et ce pour les principes en lequel il croyait, il n’y aurait rien eut de déshonorant à laisser mourir un criminel, et pourtant il avait mis sa propre vie en jeu, car il avait pardonné ce criminel et qu’il avait jugé que je devais vivre, les difficultés était si nombreuses qu’à de nombreuse reprises j’avais abandonné et lui avait demandé de me laisser à mon sort, et pourtant pas une fois il n’avait détourner les yeux, il m’avait donné un nouveau départ, une nouvelle chance. »

Le grand maitre s’arrêtât un instant et portât la tasse de thé à ses lèvres avant de continuer son récit :

« En revenant au village, j’avais raconté mon récit à tous, déclarant que je ne pourrais prendre la tête du clan si une telle dette devait rester impayé, les circonstances du clan ne permettais plus de me perdre, et mon retour avait étais providentiel, j’en avais bien conscience et c’est pour cela que je dut attendre de nombreuses années avant de pouvoir me lancer dans ma quête pour le retrouver. Quand la situation finit par se stabiliser, je partis une dernière fois à travers le monde pour retrouver sa trace, avec quelques rares paroles dont il m’avait fait part pour le retrouver, il me fallut un travail de longue haleine pour retrouver les uns après les autres les personnes qui avait croisé le chemin de cet homme, chacune de ces personnes avait garder comme moi tout au fond de leur êtres le souvenir de cet homme singulier, et chaque nouvelle rencontre étais une nouvelle histoire comme la mienne, des personnes ayant reçu la bienveillance d’un homme qui ne demander rien en retour et suivait son propre chemin sans se soucier du passé, à mesure que j’avançais, j’avais la sensation qu’il s’éloignait toujours un peu plus, mais avec la même persévérance dont il avait fait preuve, j’avais continué jusqu’à ce que mes pas me ramènent au commencement de mon périple : mon pays natal. »

Yoshitsune Mutsue, fermât les yeux comme si il se remémorait tout ça alors qu’il continuait son récit :

« C’est au japon que j’avais retrouvé la trace d’un homme et de sa femme qui, après s’être mariés, étais partit s’installer dans la contrée d’origine de cet homme. »

Il restât un instant immobile sans rien dire, et retournant son attention sur la jeune fille lui dit :

« Un thé se boit chaud. »


Comme si elle avait pris une douche froide, la jeune fille ramenât son attention sur la tasse et la portât précipitamment à ses lèvres en en buvant la moitié, hochant la tête, le regard toujours perdu dans le vague comme si il était satisfait, le grand maitre continuât son récit :

«  De toute les histoires que l’on avait pu me raconter au sujet de Ivan Bielinski, il y en a une toute particulière qui m’a marquer si profondément qu’il m’arrive encore maintenant d’y repenser : En Birmanie j’avais rencontré un couple qui m’avait raconté qu’il existais une tradition qui voulait qu’une femme n’arrivant pas à avoir d’enfant aille embrasser un certain nombre de fois, un cobra royale sur la tête, la femme ne possédait déjà pas une constitution solide mais le désespoir aidant elle était prête à risquer sa vie, c’était à ce moment-là que Ivan Bielinski avait croisé leur route, en entendant leur histoire il avait décidé qu’il le ferais a la place de la jeune femme, le couple lui avais expliquer que cela ne servais à rien si elle ne le faisais pas elle-même et que les dieux ne leur accorderais jamais la fertilité si elle ne le faisait pas elle-même, à ça, il leur avais dit que si les dieux étais si difficile alors il le ferais autant de fois que nécessaire et avec les mains liés, jusqu’à ce que les dieux abandonnent.
Devant sa détermination, ils avaient fini par accepter et le lendemain matin, le jeune couple l’avait mené jusqu’à un cobra royal, et là, il avait commencé cette danse avec la mort, il avait esquivé et embrasser la tête de ce même cobra, des heures et des heures durant, je me souviens encore de la terreur avec laquelle il m’avait raconté cette histoire, cette même terreur qui m’avait envahi en l’entendant, et sais-tu ce qu’il s’est passé par la suite ? »


Le vieil homme prit une profonde inspiration et reprit :

« Le cobra avais finalement arrêté d’attaquer, après des heures et des heures, le serpent avait abandonné, étais ce par respect ? Par peur ? Toujours était-il que le couple y avait vu une réussite et le cœur empli d’espoir avait proposer au jeune homme de lui donner ce qu’il voulait pour le remercier, mais tout comme avec moi, il n’avait rien demander en échange et s’était contenté de continuer son chemin, la conclusion de cette histoire étais que 12 mois plus tard le jeune couple avais obtenus des jumeaux, il était à la discrétion de chacun de croire à une coïncidence ou un lien directe, l’important étais que là encore il avait redonner espoir à ceux qui avait croisé sa route. »

Alors que le grand maitre faisait à nouveau une pause dans son récit, Alexandra terminât son thé en se souvenant de la présence de la tasse dans ses mains.

« Quand je me rendit en Russie, il avait la cinquantaine, et malgré les années qui avait passé il ne m’avait pas oublier et n’avais eu aucun mal à me reconnaitre, là encore il m’avait dit que je ne lui devais rien, je lui ai donc laisser une lettre ainsi que quelque chose que seul le grand maitre du clan pouvait lui laisser … »

Yoshitsune Mutsue se retournât finalement pour faire face à Alexandra, sur son torse se trouvait un masque d’un noir de jais dont une lanière faisait le tour de son cou, représentant un dragon et poser sur ses genoux se trouvait deux masques : le premier étais vieux et abimé , il représentais le visage d’un tigre et étais d’un bleu sombre rappelant le ciel nocturne, le deuxième quant à lui étais neuf et d’un rouge flamboyant, il semblait représenter le visage d’un Oni aux traits efféminé, il tendis celui-ci à Alexandra et lui dit finalement lorsqu’elle l’eut pris en main :

« Sache qu’il s’agit là du symbole de notre clan, le masque d’un Ninja est, avec le lien qui l’unit à son frère ou sa sœur, le bien le plus précieux que possède un ninja de notre clan, chaque aspirant se voit remettre le sien lorsqu’il deviens un ninja par le grand maitre en personne. »                  
Alexandra sentit son cœur tressaillir, alors que le grand maitre continuait ses explications, son regard toujours plongé dans celui de la jeune fille :

« Les ninja du clan ne s’en voit remettre qu’un seul tout au long de leur vie, … exception faite du grand maitre qui hérite en plus de ce masque. » dit-il tout en venant poser sa main sur celui qui se trouvait suspendu depuis son cou sur son torse, il ramenât enfin son attention sur celui qui était rester poser sur ses genoux.

« Celui-là étais le mien, avant que je ne devienne le grand maitre, et c’est celui-là que j’avais laissé à Ivan Bielinski quand je l’ai retrouvé en Russie, ainsi et selon les coutumes du clan, cela a fait de lui le tout premier frère d’un grand maitre du clan dans toute notre longue histoire, il s’agissait de la plus grande chose que je pouvais lui offrir pour payer ne serais ce qu’un peu ma dette. »

Alors que l’homme qui lui faisait face terminait ses explications, Alexandra se remémorât immédiatement les paroles que lui avais dit Hinata Ikaruga « Arashi », sa maitre : « Le clan n’a jamais accepter d’étranger et n’en acceptera jamais… Si tu as pu venir ici, c’est parce qu’a la base, tu avais déjà ta place dans le clan... », Alors qu’elle comprenait enfin le sens profond de ses paroles, une tempête de sentiments se déversât en elle, elle sentait qu’elle n’allait pas tarder à pleurer sous le coup de l’émotion alors qu’elle serrait le masque rouge contre son cœur, quand le grand maitre se détournât à nouveau vers le jardin et lui dit simplement toujours avec cet même expression et cette même voix qui lui paraissait bien plus douce désormais :

« Sors, maintenant ! Va rejoindre tes camarades et fêter dignement votre renaissance en tant que ninja du clan Ryunotsume ! »

«  OUI ! » S’écriât la jeune fille !


                                                                                ~~~      

Un peu plus tard cette nuit-là, Alexandra avait enfilée pour la première fois son masque et sa tenue pour l’épreuve finale, comme on le lui avait dit dans la matinée, elle s’était équiper auprès de sa maitre et du vieux Gen, son équipement étais sensiblement le même que celui avec lequel elle avait étais habitués de s’entrainer avec sa maitre à l’exception d’une chose : elle possédait un deuxième Kusarigama, alors qu’elle inspecter son équipements une dernière fois, Kage s’approchât d’elle pour lui expliquer les détails de l’épreuve.

ils se trouvaient tous deux en peu plus haut que le village face à un escalier de pierre en tout point semblable à celui qu’elle avait du escalader lorsqu’elle était arrivée au village, exception faite qu’il devait mesurer à peine 1/3 de la longueur de celui qui menais au village vu la distance qu’il devait rester avant d’atteindre le sommet de la montagne.

« L’épreuve finale consiste simplement à aller payer ses respects là où reposent nos prédécesseurs, tout en haut de la montagne se trouvera un temple, tu auras réussis lorsque tu seras rentré dans l’enceinte du temple et que tu auras rendue hommages à nos ancêtres. »

Alexandra eut un petit rire amusé et déclarât simplement « Tout équipés et armé jusqu’aux dents ? ».

Kage eut un léger sourire et sur un ton amusés lui dit « C’est le bon état d’esprit. »

il se reculât finalement de manière solennel et déclarât enfin « Que l’épreuve finale commence. »

Que ce soit cette nuit ou la journée qui s’était déroulé, Alexandra ne l’oublierais jamais et la chérirait pour le restant de ces jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 21:18

« travail rapide et très bien payer »

Le jeune Skill-out se remémorât ce que son ami lui avait dit, alors dans les fait, oui, le travail avait étais simple et rapide, tout ce qu’ils avaient eu à faire lui et ses proches étais d’attendre près d’un véhicule dans une ruelle, de récupérer une valise bien fermer qu’un homme entièrement habiller en noir et masquer avec un espèce de masque à gaz leur avait ramener, et de filer à toute vitesse dans les profondeurs de « strange » sans se faire repérer ni suivre et d’attendre à un point de rendez-vous pour donner cette fameuse valise à un homme qui se présenterez à une heure donner à l’avance.

Dans les faits, oui, vu que la moitié de l’argent promis leur avait étais verser à l’avance et que la seconde moitié devait leur être verser au moment de l’échange, et que la totalité de cet argents représenter une somme qu’une personne honnête ne pourrais même pas rêver ce faire en une année, alors oui, ce travail étais foutrement bien payer !

Mais il y avait un problème, et un gros, comme convenu, lui et ses trois acolytes se trouvait bel et bien sur le lieu de l’échange avec cette fameuse valise, il était bien l’heure convenu mais ce n’étais pas un, mais plusieurs hommes qui étais venue sur les lieux de l’échange et cela aurait étais anodin, si en lieu et place de l’argent promis ils n’avaient pas eu des arme à feu !

Ils avaient étaient alignés et mit à genoux, un des hommes avait récupérer la valise et ils se trouvaient désormais face à eux, armes en joue et prêt à faire feu, tout ce qu’ils attendaient étais un obscure signal d’un quelconque supérieur qui aurait tirer les ficelles dans l’ombre, dans le pire des cas il serait tué et dans le « meilleure » des cas il deviendrais une main d’œuvre disposable, prête à se salir les mains pour rester en vie.

Alors qu’il ne pouvait détourner les yeux de celui qui semblait être le chef d’unité, un espèce de terminal de communication high-tech dans la main, un grésillement se fit entendre suivit d’une courte transmission que la distances et les battement de leur cœur ne leur permirent pas de déchiffrer.

Leur sort venais d’être décidé et dans quelques secondes il serait fixés mais alors que les hommes armés raffermissait leur prise sur leurs armes, eux aussi dans l’expectative de la décision qui avait étais prise, le bruit de quelque chose qui rebondissait se fit entendre entre eux, personne n’eut vraiment le temps de trouver la source du bruit avant qu’une gigantesque détonations ne noyât la ruelle dans un épais brouillard pourpre, immédiatement, celui qui devait être le chef, hurlât à ses hommes « Nous somme attaquer ! N’utilisez pas vos armes, vous risqueriez de vous blesser, l’équipe de contrôle, gardez les cibles en vue, ils ne doivent pas profiter de ça pour s’enfuir ! Les autres, suivez le protocole de visibilités minimale et occupez-vous des assaillants ! ».

Le chef des agents n’avais aucune raison de cédé à la panique, il travaillé dans le Dark side de la cité scolaire depuis quelque temps déjà et il savais que dans ce genre de situation, si l’approche des assaillant était « indirecte » CAD pas une capacité extra-sensorielle d’un esper ou encore une salve de coup de feu, l’on pouvait vraisemblablement considéré que le ou les assaillants était 1) en sous effectifs par rapport à eux et 2) en possession d’une force (au sens large du terme) inférieur à la leur.  

L’utilisation de fumigène n’était pas et de loin un cas inhabituelle qui n’avait pas était considérer par ses supérieurs et cela ressemblais fortement au genre de chose que les « résidents » de « strange » était capable de faire.

Autre détails, il avait compris immédiatement que si l’attaque venais d’une force moins grande que la leur, alors le gaz ne serais pas empoissonné, car l’objectif serais vraisemblablement de libéré ceux que ses hommes maintenait captif et si cela n’avait pas était le cas, cela aurais voulu dire que les moyens des assaillant aurais donc était bien supérieur au leurs et que le sort des otages ne leur importais pas plus que le sien et celui de ces hommes.

Maintenant qu’il avait donné ses ordres et qu’il était certain qu’il ne prendrait pas un balle perdue et que les otages ne s’enfuiraient pas sans qu’il ne le sache immédiatement, il n’avait plus qu’à  contourner la voiture et atteindre le coffre pour sortir l’outil qui avais était confié à son équipe au cas où ils subiraient une attaque de ce genre.

Dans 1 minutes tout au plus, le fumigène serais dissipé et ils se retrouveront au point de départ : en position de force.

Désormais le jeune skill out et ses amis n’y voyait pas à un mètre mais il avait un flingue posait à l’arrière du crâne et ils avaient était les témoins du professionnalisme froid et mécanique de ces hommes et de son point de vue, ce qui se déroulait sous ses yeux ne pouvait se passer que dans le scénario d’un mauvais film policier.

De toute sa vie, jamais une minute n’avait duré aussi longtemps, il se sentait presque idiot d’avoir un jour trouvé une après-midi de rattrapages longue, soudain un léger vrombissement se fit entendre et en quelques secondes le fumigène se dissipât.

A côtés de la voiture se trouvait un petit robot noir qui lui rappelait les robots nettoyeur qui patrouillait dans la ville, vraisemblablement le bruit venait de lui et c’était lui qui avait dispersés le fumigène.

Alors que la visibilité était presque revenue, le chef hurlât « Comptez-vous ! Et entamez les procédures d’élimination ! » Rapidement, les agents vérifièrent les positions de chacun afin de s’assurer qu’il ne manquait personne, quelque secondes à peine s’était écoulés alors que l’ordre avait étais émis, que la situation globale des agents avait étais confirmés : « Deux hommes à terre ! », Immédiatement le chef fit un signe à l’un des agents qui compris que son rôle étais de s’assurer de leur états et son binôme se mit en joue, prêt à le couvrir, pendant ce temps les autres hommes se mirent à rechercher les assaillants, mais soudain, comme une mauvaise blague faite par un enfant en manque d’imagination se fut DEUX petites bombes fumigènes qui explosèrent à la même position que la première.

Rapidement l’incompréhension et l’agacement se firent sentir dans les rangs des agents, la situation n’avais pas changé et leurs ordres non plus.

« Ils se foutent de ma gueule ? Ils s’imaginent vraiment que ça va marcher deux fois ? De toute façon le « nettoyeur » va dissiper ça en moins de cinq secondes.» pensât le chef d’unité avant de hurlait : « Gardez vos positions ! Et préparez-vous dans moins de cinq secondes le nuage sera dissipés et vous vous occuperez de ces énergumènes ! ».

Immédiatement le petit robot se remit en marche et entreprit ce pourquoi il avait étais activer avant de se couper cinq secondes plus tard de manière si abrupte que le calme du chef des agents fut mis à rude épreuve.

« Merde ! Ce n’était pas que deux fumigènes, il y en avait un qu’étais là pour le foutre en l’air ! » Pensât immédiatement le chef.

Le chef prit sa décision immédiatement : « On se replis ! Rassemblez-vous ! Abattez tous les otages sauf le premier ! »

Immédiatement tous les ordres furent accomplis, exception faite de ceux concernant l’équipe de contrôle.

Comprenant ce qu’il s’était passé il hurlât finalement « Dans la voiture ! Vite ! » Et alors qu’il ouvrait la portière il constat avec horreur que le chauffeur essayait déjà désespérément d’allumer le contact, comme si tourner la clé plusieurs fois aller déclencher une réaction.

Claquant la portière dans un geste d’humeur, il s’emparât de l’objectif de la mission : la valise.

« On abandonne la voiture couvrez moi ! Il ne doit rien arriver à cette valise ! »

Immédiatement après avoir donné son ordre, il s’empressât de courir en direction de la sortie de ce cul de sac, rapidement il sortit du nuage pourpre et il jetât un coup d’œil en arrière pour confirmer ce qu’il rester de ces agents.

Ils avaient étais les seuls à paniquer, sans s’en rendre comptent ils avaient joué dans la main de leurs assaillants, pourtant, ils avaient appliquaient les meilleurs choix dans ce genre de situations : si il n’avait pas interdit à ces hommes de tirer à l’aveuglette, il se seraient entretués, si il avait fait tuer les otages, ils n’auraient plus eu aucune couverture contre les assaillants, si il n’avait pas utiliser le robot pour dissiper le brouillard, ils se seraient fait cueillir les uns après les autres, après tous deux de ces hommes avait déjà étais tués, rester dans la voiture n’aurais étais qu’attendre l’inévitable, non, véritablement, il avait fait les bons choix, pourtant, il était le dernier en vie.

Son corps fut pris d’un terrible spasme, alors qu’il réalisait que c’était son tour.

« Je dois les avertir … Je dois … » commençât-il à penser avant de voir le sol se rapprocher brusquement.

Le chef restât au sol inerte, un kunai planter dans la nuque.

                                                                                     ~~~


Rien

Rien de tout ce qu’il avait pu vivre ou voir ne parvenais ne serait-ce qu’a  effleurer le niveau d’horreur de ce qu’il venait de vivre.

Tout s’était enchainé à une vitesse terrifiante, l’écoulement du temps lui paraissant tantôt rapide tantôt extrêmement lent, à la manière d’une montagne russe, le fun et les mesure de sécurité en moins.

Il n’aurait pas était surpris que ses cheveux soit devenue blanc.

Enfin, le nuage de fumée avais fini par se disperser tout seul et la première chose que fit le skill-out fut de vérifier l’état incertain de ses amis, comme lui, ils étaient tous sain et sauf dans la même position que lorsqu’ils avaient était mis à genoux.

Alors qu’il était sincèrement heureux de les revoir en vie, il remarqua enfin qu’une personne se tenait non pas derrière lui à la manière des hommes en noir, mais en face d’eux.

Cette personne portait une tenue exclusivement rouge, mais pas n’importe quel rouge ! un rouge vif ! Le genre de couleur qui attirait naturellement le regard, cette personne tenais dans sa main droite la source de tout leur ennuis, cette maudite valise, et dans sa main gauche lever vers le haut un objet qu’il n’avait vu que dans des mangas et des animes : un kunai qui passait entre ces doigt comme un étudiant le ferais avec un stylo, la personne portais aussi une longue écharpe rouge mais ce qui marquer le plus, étais sans conteste le masque de démon qui cacher son visage.

D’un léger signe de tête qu’il aurait presque pu considérer amical dans une autre situation, l’inconnu leur indiquât la sortie du cul de sac qui se trouvait derrière celui-ci.

Puis sans attendre de réponse, l’inconnu fit volte-face et partit de la ruelle, il fallut toutefois quelques minutes supplémentaires aux Skill-out pour suivre son exemple.  


                                                                                    ~~~

   
Alexandra relevât légèrement son masque, un peu plus de trois mois avait passé depuis qu’elle était partis de la cité scolaire, mais elle se souvenait encore parfaitement de l’architecture de « strange », et bien qu’elle était dans une mission ayant une forte importance, elle s’était permis un détour dans un endroit portant une forte symbolique aussi bien pour elle que pour la majorité des skill-out dans « strange », ce petit carrefour de ruelles sombre représentait l’endroit où le fléau connus sous le nom de « Black Reaper » était né, le premier endroit où l’un de ces couteaux avait pénétrer la chair de quelqu’un.

Et si c’était de la faute d’Alexandra que ce monstre étais né, alors c’était par la main de Alexandra que ce faucheur noir devait périr, désormais, pour la jeune fille, il représentait, celle qu’elle était quand elle s’était égaré du droit chemin, et il était normal, que une fois revenue sur le droit chemin, elle se débarrasse de lui une bonne fois pour toutes.

Ce qu’elle faisait était un message, bien sûr avec le temps, les gens aurait oublié, cela aurait étais la manière la plus simple mais cela aurait aussi voulue dire qu’elle fuyait ses responsabilités, et il était hors de question de fuir désormais, elle avait réussi à se procurer un produit permettant de se débarrasser de toute traces d’ADN sans pour autant détériorer les matières, cela n’avait pas étais très difficile vu qu’elle se trouvait dans une ville avec 30 ans d’avance sur le reste du monde dans tous les domaine.

Ainsi elle avait passé ce produit sur tout ce qui faisait l’équipement du « Black Reaper » qu’elle avait entassé là, à l’endroit exact où il avait fait sa première victime, et après avoir planté un kunai dans la veste, là où devrais se trouvait le cœur, elle avait, à l’aide d’une bombe de peinture rouge écris au mur de manière à ce que le message est le plus d’impact possible :

« THE BLACK REAPER IS DEAD ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 21:27

« Et ils t’ont donnés ce masque ?! TROP COOL ! » S’écriât Chiemi tout en roulant dans la montagne monstrueuse de peluches.

« C’est plus compliquer que ça, Chiemi, malheureusement je ne peux pas tout te dire, et évidemment tout ce que je t’ai dit, ne doit être répétée à personne et sous aucun prétexte. «  lui dit simplement Alexandra qui étais dans la cuisine à préparer du thé.

« Quoi ?! Je ne peux même pas en faire un livre ?! » S’écriât Chiemi boudeuse, alors que Alexandra poussais un soupire avant de rentrer dans son petit manège et jouer le jeu.

« Si tu faisais ça je serais obligée de trancher la gorge de ma meilleure amie, ça ne serait pas une très belle fin pour ton histoire. » lui déclarât-elle en souriant, à cette réaction, Chiemi s’écriât en secouant une espèce de peluche rose a la forme de seiche en face de sa tête « Nope, nope, nope, je tiens à garder ma tête accrocher à mon corps, et puis bon comment pourrais-tu remercier ta meilleure amie pour avoir entretenue ta chambre pendant plus de trois mois si il lui manquer la tête ! ».

Alexandra s’arrêtât un instant et fini par concéder le point à Chiemi : « Toucher. »

A cela, son interlocutrice se relevât d’un coup et pris une pose victorieuse posant ses mains sur les hanches et bombant le torse.

Venant de finir de préparer le thé, Alexandra l’amenât sur la table basse qui se trouvait devant son lit et s’installât en tailleur par terre, suivant son exemple, Chiemi descendit de ce piédestal de peluches et vint s’asseoir elle aussi à la table basse : « C’est quand même évasif comme explications, tu as étais t’entrainer auprès de Ninja, d’accord mais où ? Dans quelles circonstances ? Et surtout comment as-tu fait pour les trouver et les rejoindre ? Car si c’est aussi secret que ça je les vois mal t’accepter comme ça d’un revers de main… » Déclarât Chiemi dont s’échapper un certain scepticisme relativement rare.

Alexandra haussât les épaules et prit la parole : « Pour tes deux première questions, cela fait complétement partie de ce que je n’aie pas le droit de te dire, et pour la troisième, j’aie regardé sur internet et j’aie rempli un formulaire d’inscription, point final. » en entendant ça Chiemi écarquillât les yeux.  

Chiemi fit mine de tomber en arrière en hurlant : « NON ! Ma fille est devenue une délinquante ! Après Tsukuyomi-sensei, c’est toi qui brise mes derniers espoirs en l’humanité ! »

Alexandra la regardât faire sans réagir, puis réalisant l’énorme incohérence qu’elle venait d’entendre, émit ses doutes : « Attend ! Comment ça Tsukuyomi-sensei ? Qu’est-ce que tu as fait pendant que je n’étais pas là ? »

« Bah j’aie rempli un formulaire de sortie pour venir te chercher, pourquoi ? » Comme si il s’agissait de la chose la plus évidente du monde.

« Quoi ? Pardon ? J’aie du mal entendre, tu peux répéter ? »

« Bah j’aie rempli un formulaire de sortie pour venir te chercher, pourquoi ? »

Alexandra se massât les tempes, faisant le tri sur TOUT ce qui n’allait pas dans ce raisonnement et dans cette action, sentant une migraine poindre :

« On parle bien de ce document que seuls les profs peuvent nous fournir, hein ? Celui que les élèves qui veulent rentrer chez eux pour les vacances doivent remplir juste avant ? »

« Bah ouais ! » Déclarât Chiemi avec un pouce en l’air.

Alexandra décida de changer de sujets tout en se promettant d’aller s’excuser personnellement auprès de ses professeurs pour la gêne qu’avait pu occasionner son départ soudain.

« Au fait, Chiemi… » Elle insistât particulièrement sur son prénom «  C’est quoi cette montagne de peluche qui condamne l’accès à mon balcon ? »

Chiemi dont l’excitation étais palpable, et qui avait très surement attendu cette question depuis le début, se relevât d’un air triomphant et tout en écartant les bras comme un général aurais voulue présenter son armée, hurlât d’une voix passionnée :

« Ceci, princesse, est votre empire ! Votre Harem ! Commandez, et ils obéiront ! »

« Je vois ! » S’écriât Alexandra tout en tapant son poing fermer sur sa paume a la manière d’un marteau sur une enclume.

Elle attrapât ensuite la première grosse peluche qui était à portée de main : Un tapir turquoise.

Qu’elle prise à deux mains avant de l’écraser sur le visage de Chiemi qui amortit sa chute dans la montagne de peluches.

« Bouaaaah ! » parvint-elle à articuler.

« Imbécile heureuse ! Combien ça a coûté ?! Combien à coûter ton idiotie ? Tu as vendu ton cerveau ?! »

Et ainsi, la routine de Alexandra Kotadjima se remit tranquillement en marche, à a peine une semaine du nouvel an.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex. Kotadjima

avatar

Messages : 184
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19
Localisation : Behind you~ ;p

MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   Mar 14 Aoû - 21:47

Alexandra avançait tranquillement, dans un survêtement vert foncés et les cheveux coiffés en une longue queue de cheval tenue par le ruban Kumihimo qu’elle avait ramené de son pays d’origine,  les ruelles de « strange » se succédant sous ses pas alors qu’elle siffloter le dernier son qu’elle avait entendue sur le portable de Chiemi à la pause déjeuner.

Elle tenait dans sa main gauche une valise et dans sa main droite un sac de sport, après une petite dizaine de minutes de marche, elle s’arrêtât face à la porte métallique d’un bâtiment condamner, elle toqua six fois dessus sur un rythme précis et entrât sans cérémonie.  

Cet endroit d’apparence inhabité se trouvait en fait être l’une des nombreuses planques du clan à la cité scolaire, il appartenait à l’homme qui se charger de toutes la logistique du Clan dans la cité scolaire : Shiro Hanatame, le « frère » de Kage, lors de son retour à la cité scolaire, la veille,  elle n’avait même pas encore rejoint son appartements que le clan les avait mis en contact pour une mission, ils s’étaient présenter en bonne et due forme ( à la manière des ninja du clan ) et avait échanger puis inspecter leur masque respectif.

Une fois s’être échanger leur Noms/prénoms, il s’était finalement rendu leur masque, certains d’être tout deux membre du clan, c’était à ce moment-là que Alexandra s’était vu confié une mission de récupération pour un contrat qui venais de tomber.

Shiro lui avait fourni tout le matériel et les informations nécessaires pour sa mission, puis comme convenus elle venait lui ramener ce qu’elle n’avait pas utilisé ainsi que l’objectif, alors qu’elle rentrait dans quelque chose ressemblant vaguement à l’hybride raté d’une échoppe et d’un atelier, elle annonçât sa présence :

« Shiro-senpai ! Je suis venue te ramener ce que tu m’as donné hier ! »

Une exclamation retentit depuis l’ouverture dans le fond de la pièce qui menait à ce que les membres du clan stationné à la cité scolaire surnommais « La forge », de ce que lui avait appris son senpai.

« J’arrive Alex-chan, fait comme chez toi ! »

en entendant cela, Alexandra se rendit vers une espèce de comptoir et y déposât délicatement la valise puis le sac, elle attrapât ensuite un espèce de plateau métallique ressemblant à de l’alu, qui se trouvait debout sous le comptoir, puis après avoir ouvert le sac de sport, commençât à en sortit le contenu de manière méthodique.

C’est peu de temps après que son senpai fit son apparition, un porte document dans une main et un stylo dans l’autre.

« Alors ma p’tite, comment ça va ? » dit-il sur un ton léger.

« Très bien et toi ? »

« merci de demander, moi ça va toujours très bien quand je vous vois revenir sans une égratignure et le boulot bien fait. »

« ha ha, c’est bien pour ça que tu nous fournis l’équipement aussi. »

« C’est vrai, Oh j’y pense, tu as réussis à faire en sorte que les quatre types s’en sortent ? Car bon comme je te le disais hier, ce n’était pas bien partis.»

« Oui ! Ils s’en sont tirés sans une égratignure ! »

« Parfait, c’est toujours mieux quand on peut éviter les dommages collatéraux. »

Puis alors que la discutions allait bon train l’homme commençât à faire le listing de ce qui avait étais utilisé en regardant le plateau métallique où se trouvait le fameux matériel restant : « Alors, alors, … Shurinken, ils y sont tous …. Kunai, ils y sont tous … le wakisashi, les aiguilles empoisonnés … Ah il manque deux bombes fumigènes ! et … »

L’homme s’arrêtât soudain et devint pale : « Je la vois pas … putain, dis-moi que c’est une blague, dis-moi que tu l’as dans tes poches. » Dit-il d’une voix presque suppliante, malheureusement la jeune fille ne put que hausser le épaules et dire avec un sourire désolé : « Ils avaient un « aspirateur », j’aie du l’utiliser … ».

Après une longue inspiration suivie d’un profond soupir, Shiro demandât enfin d’un air résigné : « ça a affecté quoi et en combien de temps ? »

« Le petit robot aspirateur et un véhicule en moins de 10 secondes, 5 si je devais faire une estimation. »

Shiro notât la réponse d’Alexandra sur sa feuille puis en rageant son stylo dans une poche il finit par prendre la valise en déclarant : « Bon, de toute façon, il faut ce qu’il faut, Tu as fait du bon travail, je me charge de prendre le relais maintenant… »

Alors qu’ils échangeaient un sourire, la jeune fille finit par émettre les doutes qu’elle avait depuis hier avec une mine nettement plus sombre : « Tu es sure qu’on ne va pas s’attirer les foudres de la cité scolaire ? »

« Tu veux dire en ayant massacré une bande d’agents pas commodes et en volant le matos pour lequel ils étaient prêt à descendre des témoins gênant ? «  Compléta le ninja vétéran tendit qu’il analysé sans problème les troubles de sa cadette.    
Il tira alors un tabouret qui se trouvait près du comptoir et s’assit dessus avant de reprendre :

« Aucun problème » lâchât-il d’un air serein tout en accompagnant ses paroles d’un large revers de main.

Alexandra affichait une mine sceptique et resta immobile comme si elle s’attendait à quelque explication supplémentaire pour être convaincue.

Shiro soupira largement et se résignât à expliquer de manière à ce qu’une néophyte comprenne.

« Les directeurs de la cité scolaire passe leur temps à se regarder en chien de faïence, imagine les jouer à leur jeu de pouvoir rassembler à une même table ronde chacun armer d’un fusil charger avec une balle. »

« Dans cette situation, ils ne peuvent viser qu’une personne à la fois, et se considèrent tous comme des ennemis, dans le fond, la seule chose qui les intéressent, ce n’est pas tant les pions comme nous ou les différents groupe qui leur permette d’arriver à leur fin mais plutôt le prochain mouvement des autres « joueurs ». »

Le visage d’Alexandra se tendit légèrement alors qu’elle lui poser une nouvelle question :
« Ou est ce qu’on se place dans cet équation alors ? »

« Nulle part bien sur » répondit-il simplement.

Sans laisser le temps à Alexandra d’énumérer une nouvelle question, il s’empressa d’expliquer plus en détail sa réponse :

« Nous somme des ninjas, des mercenaire qui vendent leur compétences à ceux qui nous paie ; mon boulot ici, c’est être le contact visible du clan afin que l’on puisse travailler pour la cité scolaire, les mission que je donne sont des missions qui ne mettent pas le clan en danger et qui ont était accepté par le grand maitre du clan ou ceux qu’il a désigné. »

« Donc, tant que tu ne t’amuse pas à faire ce genre d’actions sans que mon accord, tu bénéficieras de la protection du clan et du point de vue de la cité scolaire tu seras simplement un outil au même titre que les nombreux groupe qui compose ce « Dark side », vraisemblablement, si une vengeance venais à être exercée elle viserait le commanditaire et ses proche collaborateurs, pas de simple exécutant embauché pour une tache comme nous ou ces agents »

« Dit toi que tant que le clan ne fait pas appel à toi pour une mission, tu es « Alexandra Kotadjima », une lycéenne normale, une esper de level 0 qui fait partie des 80% d’étudiants qui compose cette ville, tant que tu ne fais pas de vague et que tu ne t’attire pas d’ennuis, tu ne risqueras rien. »

« Bien compris. » Déclarât la jeune fille qui y voyait beaucoup plus clair sur le monde qui l’entourais.

« Bien, et puisque tout travail mérite salaire, je me suis procurer ce que tu m’avais demandé hier. » déclarât son senpai, bien content de changer de sujet.

Ce à quoi il faisait référence étais l’équipement d’Alexandra, évidemment, si les missions comportais des conditions particulières, il était normal que le ou les ninjas qui s’en occuperait soit munis d’outils en conséquence, ceux-là était fourni directement par Shiro qui gérait tout la production et la logistique derrière ces « outils » ( comme la petite bombe EIM qu’avait utilisé Alexandra la veille, qui étais, soit dit en passant, une arme qui ne pouvait être développer que à la cité scolaire avec les moyens de la cité scolaire, ce qui expliquait son désespoir quand un outil de ce genre ne revenais pas. ), venait enfin les outils « traditionnel » ; à savoir les armes communes dans le clan qui étais des possession personnel, toutefois si il avait fallu introduire des armes à l’intérieur de la cité scolaire à chaque fois que c’était nécessaire, cela serait 1) invivable pour les ninjas 2) une perte de temps considérable dont les chances de réussites n’étais même pas garanties ( et étais en réalité terriblement basse au vu des mesures de sécurité de la cité scolaire ), Ainsi il ne restais qu’une solution toute simple et bien meilleure en réalité : dans une ville avec 30 ans d’avance sur le reste du monde dans TOUT les domaines, les moyens technologiques permettais de se faire des armes qui ne serait réalisable nulle part ailleurs et d’excellente qualité avec en règle général un cout bien moins élevé.

Toutefois, le clan encourageait ses ninjas à ne garder chez eux et avec eux, que le stricte minimum, en effet, il était difficile de cacher une armurerie chez soi ainsi la grande majorité ne gardait qu’une petite réserve de projectiles ainsi que leur arme principale, que Shiro, aussi appelé « Le forgeron », leur fabriquait dès leur arrivée avec ce qu’il pouvait tirer de mieux de ses ressources « Made in Academy City ».

Il passât dans la pièce secondaire et réapparut avec une caisse métallique qu’il portait à deux mains sans qu’elle ne paraisse bien lourde, quelques instants après.

Après l’avoir déposé là où se trouvaient précédemment la valise et le sac de sport, la jeune fille put enfin apercevoir ce qu’elle contenait : un Kusarigama entièrement noir, ce genre de coquetterie comme la couleur dans le cas présent ou des fois, les formes, était parfaitement tolérés, Les ninjas était des êtres qui devaient inspirer la crainte, et de ce point de vue-là, une arme à l’aspect particulier ne pouvait qu’être bénéfique.

« Prend en bien soin ! » lui déclarât simplement Shiro heureux de voir les yeux de Alexandra briller en contemplant son œuvre.

                                                                                    ~~~

Alors que Alexandra avait mis son sac de sport en bandoulières et s’apprêtais à rentrer chez elle, Shiro l’interpellât une dernière fois comme si il s’était souvenais de quelque chose :

« Au fait ! Dis-moi, ça te dis quelque chose « Ibaraki-Douji » ? »

Alexandra debout sur le pas de la porte levât les yeux au plafond alors qu’elle regroupait les quelques informations qu’elle en avait, puis quand ces idées furent trier elle déclarât comme si elle répondait à l’interrogation d’un professeur d’histoire :

« Si je me souviens bien, il s’agit d’un Oni qui, dans les légendes,  aurait attaqué Kyoto au côté de Shuten-Douji, et aurait étais le seul à échapper à l’extermination des Oni du mont Õoe mener par Minamoto no Yorimitsu et ses quatre gardiens, certaine versions le représente aussi sous les trait d’une belle jeune femme qui se serait faite couper le bras par Watanabe no Tsuna, ayant vu clair dans son identité…. Pourquoi ?»

Shiro laissât partir un petit sifflement admiratif « Et bien je vois que madame est studieuse, elle connait ses classiques. »

L’étudiante eut un petit rire gênée alors qu’elle invitait son senpai à en venir au point qui avait amené cette question :

« Eh bien, figure toi, que depuis hier et plus particulièrement hier soir, les nombreux sites de légendes urbaine si présent dans la cité scolaire, ne parle que de « Ibaraki-Douji, le démon qui aurait tué le « Black Reaper », à l’origine c’était juste « un démon rouge qui aurait protéger des skill-out », puis un peu plus tard, était apparu les premiers articles concernant « La mort du Black Reaper » pour finalement devenir un étrange mélange dépeignant « un démon rouge justicier répondant au nom de « Ibaraki Douji »qui aurait tuer le Balck Reaper ainsi que ceux qui persécuterais les opprimés »… »

Alexandra imaginait au moins une personne amatrice de ce genre de ragot capable de lier le tout et de faire de cette histoire, la légende d’une seule et même personne, et elle imaginait sans mal que de très nombreux étudiant pourrait faire circuler ce genre de rumeurs, uniquement pour le coté chevaleresque de la chose, qui rappelais un scénario de shonen.

Shiro, lui fit un léger sourire et lui dit juste un « On ne peut pas empêcher les gens de parler mais essaye de ne pas trop te faire remarquer et sois sage. » auquel la jeune fille acquiesçât simplement, comprenant parfaitement et partageant son avis sur la question.

« A la prochaine ! Porte toi bien ! » Déclarât elle finalement alors que son senpai lui rendait son salut et son sourire alors qu’elle refermait la porte derrière elle.


                                                                                            END
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alexandra Kotadjima - Solo RP - Alex ! Go WEST ! ( sorry pas d'inspi )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alexandra Cooper- Mes amis m'appelent Alex ...
» Danse ta vie vie, danse [Alex]
» Aprés Michaelle Jean à Ottawa voila Carl-Alex Ridoré à Friboug
» Alex Larsen, nouvo minis Lasante fè bèl figi devan OAS.
» Les droits pour Alex Kovalev disponible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: A l’extérieur de la citée scolaire :: Continent Européen :: La Russie-
Sauter vers: