Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Uptown Girls ! feat Hinami

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tova Svea Skarsgård

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 15/09/2018

MessageSujet: Uptown Girls ! feat Hinami   Dim 18 Nov - 1:20

« D’accord Fenrir ? Tu m’attends gentiment ici je reviens vite ! Je vais juste acheter deux trois petites choses, ce soir on mange japonais. », déclara la jeune fille blonde à l’énorme boule de poils blanche qui lui faisait face. Assis et n’ayant visiblement pas tout saisit, Fenrir le samoyède fixait joyeusement Tova de ses yeux bleus. L’énorme boule de poils d’un blanc éclatant tourna la tête sur le côté et lassa pendre sa langue sur la droite, semblant plus heureux que jamais.

« Aww… me regarde pas comme ça ! »

« Bon ok, si t’es bien sage je te donnerai des tokiaki… takoyaki voilà ! » ajouta-t-elle finalement en chuchotant après un petit instant, gratifiant le gros tout d’un joli sourire que le canidé sembla lui rendre après s’être léché les babines.

« Et surtout, tu hurles pas hein ? Tu va faire peur aux gens sinon. Allez à tout de suite, bouge pas patapouf ! » fit la petite suédoise en marchant à reculons vers le Convenience Store juste derrière elle. Cela lui faisait de la peine d’attacher Fenrir son chien de 3 ans à l’extérieur mais jamais le gérant du magasin n’aurait accepté de laisser entrer un si gros animal entre ses rayons… pas comme s’il allait chiper des bento en passant pourtant. Tova secoua la tête en entrant dans le magasin, le gérant avait déjà été suffisamment gentil pour lui permettre d’utiliser ses micros quelques minutes, elle ne pouvait pas trop en demander non plus !

« Bonsoir Tanaka-san ! » fit-elle joyeusement à l’employée qu’elle avait rencontrée deux jours plus tôt. « Harada-san est là ? »

Après avoir reçu une réponse positive et l’information que le gérant allait bientôt venir la voir, Tova se plaça dans un coin du magasin près des caisses, pour ne gêner personne. Elle n’était pas réellement venue acheter aujourd’hui à la base, le repas serait un extra de sa petite escapade. C’était la seconde fois qu’elle faisait le coup à ses gardes du corps cette semaine: la jeune fille était sur le point de s’adonner à l’un de ses passe-temps favori du moment ; les mini-concerts improvisés ! Cela dit celui-ci était plus ou moins organisé et Tova avait bien fait attention à se garantir une sortie de secours  pour ne pas finir dans la même situation que la dernière fois. Rencontrer plein de personnes c’était sympa mais ce coup-ci elle ne devait pas trop tarder sous peine de se faire gronder.

La soirée était déjà bien entamée et le ciel était déjà bien sombre dehors, pourtant il y avait du monde dans le magasin. Ce dernier n’était certes pas très grand mais c’était exactement le genre d’ambiance qu’avait recherché la jeune fille.

[ Plus c’est petit, plus c’est convivial ! ]

Enfin, le gérant, un petit homme atteignant la cinquantaine se présenta devant la petite star, visiblement content de la voir quoique incertain quand à la suite des évènements.

« Ne vous en faites pas j’ai tout dans la poche ! Et puis ça va peut-être même vous attirer du monde ça serait super ! »

Une fois le feu vert donné, la fillette monta sur une petite estrade prévue spécialement pour l’occasion. Bien visible maintenant qu’elle était au milieu des rayons et surélevée, tout était fin prêt.

[ Hummm… j’aurai peut-être du lui dire que j’ai laissé Fenrir devant l’entrée… booh nan c’est bon ça va aller. Alors alors, Let’s see… ]


Plissant un peu les yeux depuis les quelques centimètres supplémentaires qu’elle avait gagné, Tova scruta la population de clients présents dans le Convenience Store. Alors voilà qui seraient ses spectateurs ce soir. Pas mal d’adolescents, quelques adultes rentrant tard du travail et plusieurs personnes âgées.

[ La chanson sera donc… hmmm voyons voir un peu. ]


Il lui fallait quelque chose qui plairait à tous ces gens là. Pas seulement aux adolescents mais également aux adultes fatigués de leur journée de travail qui ne souhaitaient que rentrer le plus rapidement possible chez eux. Sans oublier les personnes âgées, pas les plus difficiles à conquérir mais tout de même à prendre en compte ! Les yeux de la fillette se posèrent sur une blouse blanche qui passa entre deux rayons.

[ Aha ! Trouvé ! The Scientist ça sera ! ] pensa-t-elle en un sourire avant d’attraper son téléphone et de faire glisser sa liste interminable de chansons. Rien d’autre qu’un recueil de parties instrumentales en réalité, les paroles elle s’en chargerait elle-même.

Allumant d’une pression son fidèle micro de poche qu’elle portait comme un casque, Tova se racla la gorge pour s’assurer que la connexion avec les hauts parleurs du magasin était bien établie avant de lancer directement la musique qui retentit à son tour dans les mêmes haut-parleurs. Sans préavis, la surprise était encore meilleure ! Plus qu’à prier pour que Fenrir ne décide pas de chanter avec elle.

Music on !:
 

Le piano avait déjà commencé à faire tourner les têtes mais tous n’avaient pas encore identifié la jeune fille sur sa scène non loin des caisses. Comme revêtant son alias, Tova ferma les yeux pour se concentrer et devenir l’idole de la scène. Doucement, Grönfrihet prit une petite inspiration puis commença à chanter, inondant le Convenience Store de sa voix cristalline.

Cette-fois ci tous les regards identifièrent la petite blonde. Le son de sa voix retransmis dans les enceintes avait agit comme un aimant, redirigeant l’attention de tous sur l’estrade. Un petit cercle se forma rapidement, certains s’étant rapprochés en reconnaissant la jeune fille à sa voix ou bien à son apparence. D’autres en revanche se contentaient de rester où ils étaient, appréciant la chanson à leur manière. Derrière le comptoir, même le gérant Harada et son unique employée s’étaient stoppés dans leur mouvement pour écouter l’artiste chanter. La mélodie avait quelque chose d’envoutant qui empêchait les gens de continuer leurs activités pour s’arrêter un instant. Oui, si Tova devait avoir un pouvoir, c’était celui d’arrêter le temps, quelques minutes par chanson.

Remarquant de nouveau la blouse blanche parmi les clients, Tova esquissa un sourire discret mais tendre. C’était elle qui lui avait donné l’idée de la chanson, après tout. Sans s’arrêter de chanter, la fillette se pencha en avant et tendit la main vers la jeune femme en souriant, l’invitant à monter sur l’estrade pour la rejoindre. La chanson était bientôt terminée, peut-être qu’elle accepterait son invitation même si ça n’était pas sa tasse de thé, qui sait ?



***



À quelques mètres de là, Fenrir observait sa maitresse avec insistance, commençant à s’agiter un peu. L’air était frais et agréable mais les sons et les odeurs provenant de l’endroit où était sa maitresse l’étaient aussi. Ne réussissant pas à se décider sur ce qu’il préférait, il émit un bruit de curiosité puis hurla longuement, accompagnant la voix de la jeune fille sur la dernière note de sa chanson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hinami Kihara

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 11/10/2018

MessageSujet: Re: Uptown Girls ! feat Hinami   Dim 18 Nov - 7:45

Hinami s’écartât de son bureau toujours assise sur sa chaise en étirant ses bras et ses épaules, une nouvelle journée s’achevait alors que trois personnes sortaient de sa clinique, elle prit une profonde inspiration en levant les yeux au plafond alors qu’ils étaient clos.

Elle venait de traiter deux nouveau cas de blessures à l’arme blanche mais bien que ce soit un cas devenue étrangement commun dans le distrcit 10 cette dernière année, il y avait une augmentation très nette du nombre d’agression au couteau ces derniers mois et alors que certains de ses patients parler d’un « faucheur noir » avant quand il lui parlait de ces fameuses attaques.

Désormais il s’agissait plus d’affaires louches visant des adolescents comme des Skill-out pour faire des « taches bien rémunérer » qui finissait bien souvent chez elle ou dans des hôpitaux et si ses patients étaient beaucoup plus loquaces avant sur les contextes qui les avait mené à elle, ce n’étais plus le cas maintenant, ils parlaient peu et il était facile d’identifier de la crainte lorsqu’ils lui répondaient.

Le nombre de patients qu’elle recevait le jour n’avait pas particulièrement varié, les traitements d’urgence nocturne quant a eu avaient quasiment quadruplé et plus personne ne parlais du « black reaper » ou encore de « L’esper volant non identifier » ou toutes ces rumeurs et légendes urbaine qu’on lui raconter avant lorsque des Skill-out venait se faire soigner chez elle.

Elle se levât finalement après quelques dizaine de secondes de réflexions et se dirigeât finalement vers sa sacoche, qu’elle mit en bandoulière avant de tamiser les lumières et de se rendre à l’accueil de la clinique.

Fermant temporairement la clinique pour aller chercher à manger dans le conveniant store où elle était devenue une véritable habituée il y avait de ca des années.

Les petites rues s’enchainer les unes après les autres alors que Hinami faisait le tri sur toutes les informations qu’elle posséder sur ces fameuses agressions, cela ne ressembler pas du tout aux affaires sombres de la cité scolaire, les cas et leur nombre ne coïncidait pas du tout, et des informations qu’elle avait obtenue d’eux petit à petit, à force de confidence lui faisait plus penser à ce qui s’apparenterais plus à du crime organiser.

Débouchant sur une grande rue elle laissât ses réflexions de cotés et se concentra sur quel serait son repas du soir :

Il lui faudrait un repas léger au vue de l’heure, un petit  bento et un yaourt lui semblait le choix le plus judicieux.

Elle traversât tranquillement la route jusqu’à faire face à la superette et rentrât sans cérémonie, une fois à l’intérieur elle fit un sourire accompagner d’un léger signe de main à l’employé qu’elle croiser presque tous les soirs puis au gérant qu’elle croiser quasiment tous les jours, mais le midi toutefois car lui étais rarement présent les soirs puisqu’il était déjà là toute la journée.

Une fois les salutations silencieuse faite elle dirigeât son regard aux alentour à la recherche de quelque chose sortant de l’ordinaire.

Il ne lui avait fallu qu’un échange silencieux pour comprendre que quelque chose de spécial se préparer et elle n’eut pas à chercher très loin :

Il y avait une petite estrade du côtés de la caisse au milieu des rayonnages, sa position et sa hauteur devait donner une vue sur tout le magasin ( ce qui n’étais pas difficile vu sa taille de toute manière ), cela faisait un peu trop pour un simple petit spectacle d’artiste de rue, sachant que cela ne dérangeait pas le gérant qu’ils se mettent devant son magasin pour exercer leur savoir-faire.

Il devait donc s’agir de quelque chose d’un peu plus gros en toute logique, de plus l’installation laisser supposer qu’il s’agissait d’un live ou d’un karaoké vu que les haut-parleurs du magasin semblait avoir étais réarranger.

La musique n’avait jamais étais une passion, pas plus qu’une gêne, elle avait évidemment des préférences musicale comme tout le monde et elle avait déjà eu l’occasion de se rendre à des concerts ou dans des Karaoké lorsqu’elle était plus jeune mais ce n’étais pas le genre de chose pour lequel elle ferait un détour, en tout cas pas toute seule et si elle avait d’autre chose de prévue.

Sa curiosité assouvie et ces conclusions tiré, elle recommençât à se concentrer sur ce pourquoi elle était venue : choisir et ramener son repas du soir.

Passant les rayonnages qu’elle connaissait aussi bien que sa clinique elle commençât peaufiner son choix en laissant une partie à son ressentie en voyant les Bento, de temps à autre certaines personne la saluer, ce soir il s’agissait d’habituer comme elle mais il n’était pas rare qu’elle y retrouve certains de ses patients et que de petites discutions se lance le plus naturellement du monde.

Les tintements du passage des portes électrique se faisait entendre de temps à autre ainsi que les discutions paisible mais comme tous les clients, elle n’y prêter pas plus d’attention que ça.

Alors qu’elle terminait ses courses et se décidât même à prendre quelque douceur supplémentaire pour le lendemain matin, un léger bruit inhabituel se fit entendre depuis les haut-parleurs du magasin, comme tout le monde, Hinami tournât toute son attention sur l’élément lui aussi inhabituel : l’estrade.

Ce n’était pas étonnant, il s’agissait d’un réflexe subconscient lié à des mécanismes de penser tout aussi simple.

Une jeune adolescente se tenait sur l’estrade, et de manière tout aussi soudaine qu’elle avait attiré toute l’attention elle-même, la musique retentit dans les haut-parleurs alors qu’elle commençât a chanter.

Les notes de piano résonnèrent paisiblement dans la superette alors que la voix cristalline de la petite venait porter la chanson à un autre niveau.

Quelques exclamations retentirent tels des murmures ne voulant pas briser un moment solennel, il s’agissait de jeunes de plus ou moins son âge semblant l’avoir reconnue.

Les clients les plus jeunes s’approchèrent de l’estrade tout en gardant une distance respectueuse avec la chanteuse, alors que certains comme Hinami restait simplement sur place savourant la mélodie et la voix de la petite de là où ils étaient.

Même une personne comme Hinami n’ayant que peu d’intérêt pour le monde de la chanson pouvait reconnaitre dès les trente premières  secondes qu’elle était face à une fille avec un talents à couper le souffle et très certainement une professionnel.

Alors que la voix de la jeune fille captivait tout le monde, peu importe le sexe ou l’âge, la scientifique croisât les bras toujours en écoutant avec attention la prestation, se laissant bercer par la mélodie alors que des souvenirs de son enfance émerger lentement dans son esprit, c’était incroyable comme une chanson que l’on écoutait en live pouvait être intense et ralentir le temps.

Scientifiquement parlant ce n’étais pas très difficile à expliquer et il s’agissait principalement de mécanisme simple du cerveau mais cela rester toujours une agréable expérience.

Et alors que la musique toucher presque à sa fin, les deux filles eurent un contact visuel, un sourire discret empli de tendresse se dessinât sur la bouche de la petite chanteuse qui se penchât lentement dans sa direction en lui tendant la main tout en continuant de chanter.

Comprenant l’invitation qu’elle lui faisait, la scientifique lui échangeât elle aussi un sourire bienveillant, tout en plissant des yeux empli d’une tendresse presque maternelle, elle décroisât lentement le bras et d’un geste lent et délicat lui fit un signe de la main qui laisser transparaitre très clairement son avis sur la question :

« Non »


Une fois la dernière note de la chanson passer, un tonnerre d’applaudissements résonna dans le magasin alors que le calme presque religieux du publique s’était métamorphoser en moins d’une demie secondes en une véritable ovation envers la jeune fille.

Ovation amplement mérité, de là où elle était Hinami pouvait déjà voir les jeunes pousser des exclamations approbative et demander des autographes, alors que les plus vieux la féliciter bruyamment.

Le fait que le publique soit léger ne donnât pas lieu à de violente bousculade ou les cas extrême dont elle avait déjà entendue parler lors de certains concert de grandes envergure et chacun respecter plus ou moins l’espace vitale de son voisin.

Voyant de manière amusée et bienveillante la petite star ne savant plus où donner de la tête, Hinami ramassât son sac de courses prenant quelques articles supplémentaires et se rendit en caisse.

En arrivant en caisse, elle put voir le caissier qui bouiller d’envie de quitter son poste pour se mêler aux fans et se laissât surprendre en voyant une cliente arriver à ce moment, le Patron qui se trouver à ses côtés quant à lui se déplaçât vers la foule, craignant surement que la jeune fille ne finissent compresser par la foule à un moment où à un autre.

Si du point de vue de Hinami, au vu de la variété de personne présente, il n’y avait rien à craindre, la décision rester sage.

Elle réglât ses achats et tout en saluant brièvement le caissier qui la connaissais très bien depuis le temps, elle se dirigeât vers la sortie du magasin et, juste avant de sortir, se retournât pour poser son regards sur la jeune fille encore coincer au milieu de ses fans.

Après quelques secondes leur regards se croisèrent et la scientifique lui fit un bref signe de la main lui indiquant qu’elle l’attendrait devant  avec un regard malicieux bien que bienveillant, et sortit finalement du magasin pour aller se placer un peu à l’écart de la porte.

Alors qu’elle s’adossait au mur, elle découvrit avec surprise un compagnon d’attente peu habituel : un gros chiant au pelages touffu et blanc qui jappât doucement en la voyant.

A son langage corporel, la scientifique comprit sans peine que le chien était ravi d’avoir un peu de compagnie.

Elle tendit sa main droite vers le chien qui la reniflât un moment avant de lui donner un petit coup de langue approbateur.

Elle commençât donc à le caresser doucement dans la douce et fraiche nuit alors que le chien tirer la langue en battant vivement sa queue de gauche à droite, tous deux prêt à attendre une certaine personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tova Svea Skarsgård

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 15/09/2018

MessageSujet: Re: Uptown Girls ! feat Hinami   Dim 18 Nov - 23:27

La main de la jeune femme s’était lentement dirigée vers celle de Tova mais au tout dernier moment et alors qu’elle s’apprêtait à la saisir, ce fut une paume raide qui s’exposa à la fillette.

« Non »


[ Plan B plan B plan B ! ]

Évidemment c’était le genre de réponse à laquelle il fallait s’attendre. Même si d’habitude, les gens se battaient plus pour monter sur scène à ses côté qu’autre chose, les plus timides étaient du genre à refuser poliment. Mais là ? C’était abrupt ! Comme un panneau stop bien rouge et visible qui ne pouvait être ni ignoré, ni dépassé.

Heureusement, la foule de clients comportait tout de même quelques fans puisque ce fut une petite fille –la petite sœur de l’adolescent qui regardait là, en train de filmer avec son téléphone- qui attrapa la main de Tova, tressaillant à l’idée de monter sur l’estrade aux côtés de la jeune star.

La chanson était calme et douce mais Tova fit tout de même quelques pas de danse avec la fillette, lui offrant un moment dont elle se souviendrait longtemps et qu’elle évoquerait, elle espérait, avec joie.

« Merci à tous c’était Tovasvea Skarsgård interprétant Scientist pour vous ! »

Saluant le public avec la jeune fille, Tova l’aida ensuite à descendre doucement de l’estrade alors que déjà les demandes de photos affluaient vers elle. Malgré le fait qu’elle était habituée à ce genre de situation, la jeune chanteuse voulait tellement plaire à tout le monde individuellement qu’accorder de l’attention à tous sans exception devenait très vite compliqué pour ne pas dire impossible. Finalement, le gérant intervint directement pour dissiper les fans un peu trop insistants.

« Ah euh ! N’hésitez pas à venir me voir à l’occasion du Ichi…, elle ouvrit une note sur son téléphone, puis répéta plus lentement, Ichihanaranseisai le festival de mi-novembre ! Il y a des brochures au niveau des caisses, servez-vous et faites passer le message ! »

Bien entendu le concert qu’elle allait donner était prévu depuis bien longtemps et l’information était largement distribuée sur internet mais Tova appréciait l’idée du bouche à oreille et du prospectus qu’on glissait dans la boite aux lettres du voisin. Ce côté familial et chaleureux était quelque chose que sa fulgurante réussite n’avait pas permis de se former sur de petites communautés. Voilà à quoi servaient ces mini-concerts. La petite suédoise ciblait volontairement les personnes les moins susceptibles d’avoir eu l’information ou de s’y intéresser car pour elle, le contact avec ceux qui l’écoutaient était primordial.

Sautant de son estrade, Tova enlaça brièvement le gérant avant de se diriger rapidement vers l’entrée du magasin, prenant au passage les deux bento qu’elle avait réservé à l’avance au près de la caissière.

« Merci encore ! »
cria-t-elle aux deux membres du personnel avant de sortir joyeusement du magasin, laissant une trainée de petites affiches derrière elle.

« Ah ! Vous êtes là ! » fit-elle à l’attention de la jeune femme à la blouse blanche. Comme Tova l’avait pensé, le petit signe de main qu’elle lui avait fait après-coup voulait dire qu’elle l’attendrait à l’extérieur.

Se pinçant les lèvres et se tournant vers la jeune femme, Tova se pencha en avant, effectuant une courbe parfaite et atteignant presque l’angle droit. Elle se remémora brièvement les règles qu’elle avait lues sur les différentes façons de s’excuser au japon puis dit, son accent suédois ressortant un peu :

« Moushiwake gozaimasen deshita. »

Forme au passé et la plus polie, normalement tout était bon normalement. Les cheveux blonds de la jeune fille lui couvraient le visage et touchaient presque le sol mais en dessous, elle fixait le sol, cherchant la façon la plus adéquate de montrer sa sincérité.

« Je suis désolée je n’aurai pas dû essayer de vous faire monter sur l’estrade, madame la scientifique. J'espère que ça ne vous a pas trop dérangée. »

A ce moment précis, Fenrir, qui n’avait pas encore reçu l’attention de sa maitresse depuis qu’elle était sortie, jappa bruyamment et tapa le sol de sa grosse patte touffue à deux reprises.

« Grawf ! »

La tête de Tova se tourna immédiatement vers le canidé et son doigt se pointa droit sur son museau.

« Je t’ai entendu hurler toi ! T’as pas été sage en fait ! Combien de fois il va falloir que je te dise qu’on ne peut pas chanter dans la rue ? »

Un moment de flottement suivit avant le samoyède, visiblement toujours aussi heureux ne passe un gros coup de langue sur le doigt de la jeune fille en guise de réponse.

« Trhoo, laisse tomber ! Mh… Vous vouliez me parler madame ? Ah, prenez ceci aussi ! » ajouta-t-elle rapidement après sa question, tendant une petite affiche bleue pleine d’informations sur le concert prévu pour le Ichinhanaranseisai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hinami Kihara

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 11/10/2018

MessageSujet: Re: Uptown Girls ! feat Hinami   Mer 21 Nov - 5:31

Hinami avait caressé le chien un petit moment, mais soudain le chien s’était avancer vers de quelques pas vers la porte d’entrée, battant la queue frénétiquement.

« Son maitre doit être bientôt sortis » pensât simplement la scientifique.

Et en effet une personne en sortit rapidement, et il semblait que l’animal comme la femme attendait la même personne :

La vedette de la soirée qui s’était présenter sous le nom de « Tovasvea Skarsgård ».

Hinami n’eut pas le temps de dire la moindre chose que la petite adolescente s’exclamait :

« Ah ! Vous êtes là ! »

Alors que Hinami, les mains dans les poches de sa blouse blanche, lui rendait un sourire, le visage de la jeune fille se troublât un instant et elle se courbât dans un angle d’excuse beaucoup trop formel, et la suite étais bien pire :

« Moushiwake gozaimasen deshita. »

« Beaucoup trop formel ! » s’exclamât Hinami en son for intérieur, alors qu’elle arborait un visage incrédule, elle ne comptait pas lui couper la parole alors elle la laissât continuer :

« Je suis désolée je n’aurai pas dû essayer de vous faire monter sur l’estrade, madame la scientifique. J'espère que ça ne vous a pas trop dérangée. »

Hinami soupirât longuement, elle ouvrit la bouche, mais alors qu’elle s’apprêtait à parler un « Grawf ! » Retentit, il s’agissait de l’animal qu’elle avait caressé il y a quelque instant et qui avait patienté avec elle, en réaction la petite adolescente s’exclamât en pointant son doigt sur un air affectueux de remontrance :

« Je t’ai entendu hurler toi ! T’as pas été sage en fait ! Combien de fois il va falloir que je te dise qu’on ne peut pas chanter dans la rue ? »

un ange passât entre les trois avant que le canidé passe un gros coup de langue sur la main de sa maîtresse.

« Trhoo, laisse tomber ! Mh… Vous vouliez me parler madame ? Ah, prenez ceci aussi ! » Déclarât finalement la jeune fille en se tournant vers la scientifique en blouse blanche.

Hinami la regardât un instant dans les yeux, essayant de retenir quelque chose qui finit par sortir tout de même :

« Pffft … Ha ha ha ha ha ha aha aha hah. »

Un sourire avait commencé par déformer son visage avant qu’elle ne parte dans un fou rire incontrôlable, après quelque secondes, elle finit par plus ou moins reprendre le contrôle d’elle-même et toujours en riant légèrement prit le papier que la petite chanteuse lui tendait.

« ha ha … désolée, … je ne me moque pas de toi … ha ha … »

Toujours en pouffant légèrement elle sortit une canette de boisson pétillante de son sac de course, son fou rire calmer, elle lui tendis la canette et une fois que l’adolescente l’avait récupérer, de l’autre main, elle vint mettre une petite pichenette sur le front de l’enfant qui se trouvait face à elle.

Alors que son visage ressembler à celui d’une mère amusée qui s’apprêtais à expliquer quelque chose à son enfant, elle commençât :

« Sache que au japon, les excuses ne sont pas pareille que pour les occidentale, si en occident, les excuse servent à exprimer un regret pour une action, une parole ou quelque chose comme ça, les excuses japonaises servent aussi à souligner un sentiment de responsabilité ou simplement d’humilité. »

Elle fit une courte pause pour lui donner le temps de comprendre et reprit avec un doux sourire :

« Par exemple, au japon il est de coutume de « s’excuser » lorsque l’on reçoit un cadeau par exemple, en utilisant « sumimasen » notamment, dans ce genre de cas on ne s’excuse pas de recevoir un cadeau mais on témoigne de la reconnaissance envers les efforts que celui qui nous offre un cadeau à entreprit pour nous. »

« De plus, il est important d’appliquer les formes approprié lorsque l’on s’excuse car cela peut-être gênant ou inconvenant pour celui ou celle qui les reçoit, par exemple si tu m’avais bousculé par accident ou même dans la situation présente, un simple « sumimasen » est plus que suffisant. »

« Avec une telle forme de politesse, on pourrait croire que tu m’as insulté directement ou que tu m’as porté un préjudice physique, sache que la seule formule de politesse que tu aurais pu faire de plus formel encore est le « Dogeza », c’est pourquoi il est important de ne pas faire trop de zèle dans les excuses, les occidentaux n’ont pas autant de formes d’excuses et cela est souvent mal vue car cela témoigne d’un mauvais comportement mais au japon il s’agit d’un acte qui témoigne de la responsabilité et de la droiture d’une personne, l’excès de zèle as donc des effets contraires encore plus marquer que en Occident. »

Elle s’arrêtât enfin et regardât la jeune fille quelque instant avant de sortir une canette et déclarer tout en plaçant sa main libre devant elle à hauteur de son torse perpendiculairement à son corps comme une demie prière pour joindre un exemple physique a ses explication :

« Ah, et pour le petit cours, sumimasen. »

Après lui avoir échangé un petit regard amusé elle ouvrit finalement sa canette et en but une gorgée avant de remarquer l’animal qui la regardait comme si il attendait lui aussi sa part :

« Tiens, régale toi. » lui déclarât-elle simplement après lui avoir tendus un petit beignet chaud qu’elle venait d’acheter.

Une fois cela fait elle reprit la parole :

« Et pour répondre à ta question, je ne voulais pas te parler de quelque chose en particulier, j’aie juste eut l’intuition que cela pouvait être intéressant de parler ensemble. »

Elle fit une courte pause volontaire et se présentât en inclinant légèrement la tête :

« Je m’appelle Hinami Kihara, heureuse de faire ta connaissance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tova Svea Skarsgård

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 15/09/2018

MessageSujet: Re: Uptown Girls ! feat Hinami   Sam 1 Déc - 23:53

Ne sachant pas vraiment ou se mettre, Tova préféra attendre que la jeune femme finisse de rire. Est-ce qu’elle s’était comportée de façon bizarre à l’instant ? La jeune fille avait beau avoir déjà été critiquée et raillée sur plusieurs points, répondre aux critiques n’était pas quelque chose qui était dans ses cordes. Heureusement, la scientifique reprit rapidement le contrôle et lui échangea son prospectus contre une canette.

« ha ha … désolée, … je ne me moque pas de toi … ha ha … »

« Merc- aïe ? »

Portant la main à son front, la petite blonde leva des yeux un peu perdus vers la jeune femme.

« Sache que au japon, les excuses ne sont pas pareille que pour les occidentale, si en occident, les excuse servent à exprimer un regret pour une action, une parole ou quelque chose comme ça, les excuses japonaises servent aussi à souligner un sentiment de responsabilité ou simplement d’humilité. »

Surprise mais attentive, Tova écouta sérieusement ce que lui disait son interlocutrice, un cours surprise sur une langue était toujours quelque chose à prendre ! Ses yeux s’agrandirent brièvement lorsqu’elle comprit que la jeune femme n’en avait pas fini.

« Aaah, attendez ! » dit-elle rapidement avant de fouiller dans son sac à dos et d’en sortir un petit cahier sur lequel était accroché un stylo. La couverture assez abîmée montrait qu’il avait pas mal servit et il était difficile de ne pas remarquer les petites notes multicolores attachées aux pages par des trombones de toutes tailles. Calant la canette sous son aisselle, Tova ouvrit le carnet à la première page vierge et commença une frénétique prise de notes, levant de temps en temps la tête vers sa professeure improvisée, un sourcil levé dans une mine concentrée.

« Ah, et pour le petit cours, sumimasen. »

Imprimant la posture de la jeune femme dans sa mémoire, Tova griffonna quelques lignes supplémentaires en bas de la page qu’elle venait de remplir puis, satisfaite, elle ferma le carnet d’un coup sec.

C’était donc bien dû à ses excuses, décidemment le japonais lui donnait toujours du fil à retordre sur quelques points. Avec avec son emploi du temps actuel…

[ Entre la tournée des établissements et les préparations du concert… je vais peut être décaler un peu la date limite pour le japonais, disons deux semaines de plus. ] pensa-t-elle avant de rayer une ligne sur la première page du carnet pour en changer la date.

Tova avait certes un don immense pour l’apprentissage des langues et pour les parler comme une native, assimiler les subtilités du langage restait un exercice difficile qui ne se faisait pas en claquant des doigts, que l’on soit hyperpolyglotte ou non. Bénéficier d’un cours particulier de japonais était donc une chance à ne pas rater ! Sans compter qu’elle adorait apprendre de nouvelles choses sur le sujet.

« Merci pour ces explications, c’était très intéressant ! Et désolée pour ça, j’ai pris l’habitude de noter un maximum pour ne rien oublier. »

« Tiens, régale toi. »

La jeune fille se figea, voyant son compagnon poilu engloutir le beignet tendu avec une joie qui aurait fait fondre le plus froid des cœurs.

[ Tu vas encore grossir, boule de poils… autant pour le régime. ]

« Et pour répondre à ta question, je ne voulais pas te parler de quelque chose en particulier, j’aie juste eut l’intuition que cela pouvait être intéressant de parler ensemble. Je m’appelle Hinami Kihara, heureuse de faire ta connaissance. »

Recentrant de suite son attention sur la jeune femme, Tova se redressa pour être toute droite du haut de ses cent-cinquante-quatre centimètres.

« Enchantée, Kihara-san, quand à moi je m’appelle Tova Svea Skarsgård, même si en général je n’ai pas le temps de me présenter, les gens ont vraiment l’œil c’est difficile de passer inaperçue ! Ah, mais vous pouvez juste m’appeler Tova. »
elle ajouta plus bas : « C’est pas très facile à prononcer, donc ne vous inquiétez pas. »

La jeune fille blonde afficha un sourire éclatant avant de tendre une main débarrassée du stylo et du carnet, qui avait rejoint la canette dans sa main gauche.

« C’est comme ça qu’on se salue chez moi !Hej jag är glad att träffa dig, Hinami Kihara ! » déclara-t-elle d’un ton enjoué.

« Comme ça si vous allez en Suède un jour, vous n’aurez aucun soucis à rencontrer du monde ! Oh au fait, merci pour la canette… et pour le beignet aussi ! »

Étrangement, se voir offrir une simple canette ainsi qu’un beignet remplissait Tova d’une grande joie. Recevoir des cadeaux lors de ses concerts était presque devenu une habitude, surtout quand une grande marque de boissons demandait avec insistance une nouvelle effigie. Cela dit, Tova remarquait de plus en plus à quel point elle aurait aimé avoir une petite communauté soudée autour d’elle pour la soutenir. Bien sûr elle aimait ses innombrables admirateurs et elle n’aurait jamais pu autant accomplir sans une notoriété internationale mais ses récentes entreprises au sein de la cité scolaire semblaient lui montrer de plus en plus à quel point les petits gestes anodins étaient précieux, parfois.

Satisfaite de son échange équitable d’informations avec la jeune femme, Tova s’empressa de défaire le nœud de la laisse de l’épais Fenrir qui en profita pour s’épousseter, couvrant ainsi les deux jeunes femmes de poils blancs.

« Pouah c’est pas très gentil ça ! J’espère que tu as bien écouté la leçon que vient de donner Kihara-san parce qu’il va falloir que tu t’y mettes avec des manières pareilles ! » Elle se tourna vers l’intéressée après s’être passée une main devant la bouche.

« Désolée pour ça, il est un peu trop jeune pour rester tranquille plus de quelques minutes… D’ailleurs, est-ce que la chanson de tout à l’heure vous a plu ? J’y ai pensé en voyant votre blouse blanche, vous travaillez dans la recherche ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hinami Kihara

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 11/10/2018

MessageSujet: Re: Uptown Girls ! feat Hinami   Lun 3 Déc - 15:37

« Enchantée, Kihara-san, quand à moi je m’appelle Tova Svea Skarsgård, même si en général je n’ai pas le temps de me présenter, les gens ont vraiment l’œil c’est difficile de passer inaperçue ! Ah, mais vous pouvez juste m’appeler Tova. »lui répondit sa petite interlocutrice avant d’ajouter sur un ton un peu plus bas : « C’est pas très facile à prononcer, donc ne vous inquiétez pas. »

Hinami lui rendit un sourire alors que Tova placer ses affaires qui c’étais petit à petit accumuler dans ses petites main, dans sa main gauche avant de lui tendre la main droite, il s’agissait d’une poignée de mains, un salut  typiquement occidental  à l’origine mais qui s’est fortement généraliser en orient ces dernières années.    

« C’est comme ça qu’on se salue chez moi !Hej jag är glad att träffa dig, Hinami Kihara ! »

Hinami ne fut pas particulièrement surprise d’entendre la jeune fille parler dans une langue étrangère cependant a l’exception de son nom et son prénom, elle n’en avais pas compris un traitre mots, ayant eu a de nombreuses reprises l’occasion de travailler son accent ou de travailler avec des personnes aux origines diverses, elle se savait capable de comprendre et parler une bonne partie d’entre elle et, dans une certaine mesure, d’imiter leur accent, en tout cas pour les langues latines.

Hinami n’étais pas certaine de la nationalité de la jeune adolescente, mais elle savait rien qu’en l’entendant parler qu’elle avait des origines germanique, incapable de dire si c’était de l’Allemand, du Danois ou du Suédois par exemple.  

Sans vraiment que Hinami n’ai le temps de réagir, l’adolescente lui donnât la réponse à la question qu’elle avait déjà commencer à étudier intérieurement :

« Comme ça si vous allez en Suède un jour, vous n’aurez aucun soucis à rencontrer du monde ! Oh au fait, merci pour la canette… et pour le beignet aussi ! »

la jeune femme eut un petit rire amusée avant de lui rendre un simple « merci, tout le plaisir est pour moi. »

Hinami n’étais pas étrangère aux enfants, ayant passé la partie la plus importante de ses études a la cité scolaire et ayant travaillé dans les services médicales, elle était même plutôt à l’aise avec les plus jeune, le fait qu’elle paraissait plus jeune qu’elle ne l’était vraiment étais aussi un plus, et même avec toute cette expérience, l’énergie et la pureté de sa jeune interlocutrice étais une chose rare.

De ce que Hinami avait pu en déduire jusqu’à maintenant,  la jeune fille était une professionnel dans le milieu de la chanson malgré son jeune âge et ce à un niveau international, il n’était donc pas étonnant qu’elle soit à la cité scolaire, notamment avec l’approche du Ichihanaranseisai.

Pendant ce temps la jeune fille avait détaché son partenaire canin, qui, retrouvant une plus ample liberté de mouvement s’était épousseter envoyant voler ses long poils dans son environnement immédiat dont faisait partie les deux filles.

« Pouah c’est pas très gentil ça ! J’espère que tu as bien écouté la leçon que vient de donner Kihara-san parce qu’il va falloir que tu t’y mettes avec des manières pareilles ! » lui rétorquât sa jeune propriétaire, Hinami n’en dit rien et n’y accordât aucune importance, après tout, sa blouse blanche comme celle de n’importe quel membre des services médicales avait déjà étais couverte de tout un tas de fluides corporel, que ce soit du sang, du vomie ou autre, et ce n’était certainement pas quelque poils de chiens qui allait lui arracher une réaction ou une pensée.

Ce n’est que quand Tova se tournât vers elle avec une main devant la bouche légèrement gênée que Hinami se rappelât que se faire recouvrir de poils de canidés pouvait être gênant pour certaine personne :

« Désolée pour ça, il est un peu trop jeune pour rester tranquille plus de quelques minutes… D’ailleurs, est-ce que la chanson de tout à l’heure vous a plu ? J’y ai pensé en voyant votre blouse blanche, vous travaillez dans la recherche ? »

Hinami fit un léger geste de sa main l’envoyant deux fois de gauche à droite pour lui certifier que cela ne la dérangeait pas le moins du monde, et cela fait elle commençât à répondre à la question de la jeune fille avec un sourire franc sur le visage :  
         
« Elle était magnifique, tu as beaucoup de talent, c’est indéniable, même une néophyte comme moi peut le dire. »

Elle marquât une petite pause et reprit :

« Je travaille entre autre sur la recherche, je suis principalement médecin, je suis la propriétaire d’une clinique à quelque rues d’ici… »

Préférant donner un peu plus de détails en avance plutôt que d’attendre que la question ne vienne elle relevât la manche de son avant-bras gauche et s’approchant d’un pas de Tova tout en tendant son bras gauche vers elle avec l’air amusée de quelqu’un sachant déjà comment tout aller se passer :

« Touche ma main ou mon bras gauche et dis-moi ce que tu en pense. »    

La jeune fille la regardât surprise et perplexe, sans vraiment comprendre la demande elle commençât à toucher le bras comme la scientifique le lui avait demandé :

«Est ce que vous avez mal quelque part au bras ? »

Hinami fit non de la tête toujours avec son sourire amusée et finit par s’expliquer :

« Il s’agit d’une prothèse à usage médicale, que ce soit la peau, les muscles, les phalanges, tout est artificiel, il s’agit de l’un des travaux sur lesquels j’ai pu travailler, et je fais aussi partie de l’équipe de recherche ayant conçue cette prothèse par exemple … »

La scientifique put voir la surprise au plus profond de sa petite interlocutrice, ce qui n’avait rien d’étonnant, si cela pouvait déjà être étonnant pour un habitant de la cité, la surprise étais d’autant plus grande pour une personne qui n’étais arriver que récemment.

« Mais considère moi juste comme une médecin, je doute que ce soit les sujets de conversation d’une adolescente, parle-moi donc un peu de toi, quelle âge as-tu et qu’est ce qui t’amène au japon? Est-ce que l’endroit te plait ? »

terminât gentiment Hinami tout en ramenant son bras vers elle et en rabaissant la manche de sa blouse avant de mettre sa main dans sa poche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tova Svea Skarsgård

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 15/09/2018

MessageSujet: Re: Uptown Girls ! feat Hinami   Sam 8 Déc - 1:06

« Elle était magnifique, tu as beaucoup de talent, c’est indéniable, même une néophyte comme moi peut le dire. »

Rougissant un peu, Tova exprima un sourire timide qui ne tarda pas à s’élargir pour devenir radieux. Bien sûr tout comme pour le reste elle avait l’habitude des compliments, mais en recevoir directement et personnellement donnait naissance à ce petit quelque chose de différent qui lui procurait encore plus de plaisir.

Hinami Kihara reprit la parole, apprenant aux grands yeux bleus de la jeune fille qu’elle était médecin-chercheur, ainsi que propriétaire de sa propre clinique. Ce qui forçait déjà grandement l’admiration pour Tova qui était encore à l’école de son point de vue. Mais ça n’était là qu’une partie de la surprise que lui avait préparé la scientifique, cependant la petite Suédoise ne s’en rendit pas compte après avoir touché le bras de la jeune femme sur sa demande.

« Il s’agit d’une prothèse à usage médicale, que ce soit la peau, les muscles, les phalanges, tout est artificiel, il s’agit de l’un des travaux sur lesquels j’ai pu travailler, et je fais aussi partie de l’équipe de recherche ayant conçue cette prothèse par exemple … »

Tova ouvrit des yeux ronds, visiblement légèrement troublée dans sa surprise. Ce qu’elle avait touché, c’était du faux alors ? Pas de la vraie chair ? La jeune femme ne semblait pas vraiment du genre à faire des blagues cela dit, alors ça ne pouvait qu’être vrai ! Elle rencontrait une fois de plus quelqu’un d’incroyable dans cette ville !

« Mais considère moi juste comme une médecin, je doute que ce soit les sujets de conversation d’une adolescente, parle-moi donc un peu de toi, quelle âge as-tu et qu’est ce qui t’amène au japon? Est-ce que l’endroit te plait ? »

« Juste comme un médecin ? C’est un peu difficile vu les recherches que vous menez, Kihara-san ! »

Interloqué par le soudain haussement de ton de la fillette, Fenrir tourna la tête sur le côté en regardant sa maitresse, puis cligna des yeux à deux reprises.

Tova s’apprêta à poser une multitude de questions mais se ravisa. Les tests ayant été menés pour mener à bien le projet avaient-ils été réalisés sur des animaux, quels étaient les matériaux utilisés et de quelles façons avaient-ils été obtenus ou produits ? Qu’en était-il de la pollution liée à la production d’un tel membre artificiel complet ? Tant de questions qui se posèrent naturellement dans la tête de la jeune fille, mais qu’elle n’osa pas poser. La plus grande cause pour laquelle elle s’était engagée en tant qu’artiste était celle de la protection des animaux, étroitement liée à la protection de l’environnement, mais c’était précisément le type de question qui refroidissait les personnes à parler d’un sujet, parfois juste fatiguées d’entendre encore et toujours la même chose des mêmes personnes.

Pour l’heure, la fillette venait de faire une nouvelle rencontre et elle voulait entretenir la conversation avec Hinami, après tout ça n’était pas tous les jours qu’on rencontrait quelqu’un de si important et avec une certaine renommée dans un domaine –même si être à l’intérieur de la Cité Scolaire en augmentait vraisemblablement beaucoup les chances.

[ Je lui demanderai plus tard, si l’occasion se présente et qu’elle veut bien en parler ! ]

« J’ai quinze ans, et je suis originaire de Suède ! » dit fièrement la petite blonde avec entrain, « J’ai beaucoup voyagé cette année mais avant de rentrer dans mon pays, je voulais passer par la célèbre Gakuen Toshi, alors me voilà ! Et franchement, c’est un endroit plein de surprises, presque comme si c’était un pays à part à l’intérieur du Japon ! Mais j’aime beaucoup, vous avez votre propre culture et votre propre façon de fonctionner ici, et en plus vous avez de supers festivals et ça c’est génial ! » elle fit une petite pause avant de reprendre :

« Vous savez, quand on est très connue comme moi c’est pas toujours facile de se connecter à la culture d’un pays, parce que les gens ont trop peur de mal faire. Mais ici j’ai l’impression de rencontrer plein de personnes qui sortent de l’ordinaire, mais de l’ordinaire de « dehors » ! C’est plus facile de se fondre dans la masse au milieu de génies en tous genres… même si mes chansons m’ont précédée ici. »

Partant dans un léger rire de crécelle, Tova se reprit après quelques instant, regarda à droite à gauche d’un air sérieux et, malgré la présence de l’entrée du convenience store devant lequel les deux jeunes femmes se trouvaient, chuchota d’un air complice à la scientifique.

« C’est pas un projet top secret vos recherches sur les prothèses ? Je n’y connais pas grand-chose mais vous pouvez être sûre que je ne dirais rien à personne, c’est promis ! Pas vrai Fenrir ? » ajouta-t-elle en même temps qu’un coup d’œil à la masse de fourrure claire qui s’empressa de répondre d’un jappement joyeux et apparemment très coopératif.

Tova savait bien que l’avance technologique de la Cité Scolaire était énorme sur le reste du monde, elle-même en utilisait les gadgets pour ses concerts improvisés après tout. Mais elle ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il devait y avoir une limite aux créations tout-public, surtout dans une ville comme celle-là. C’était obligé, son expérience repêchée dans les films d’espionnage et de science-fiction ne pouvait pas la tromper sur ce coup là. Évidemment ça n’était pas le genre d’information qu’elle obtiendrait en demandant gentiment et Hinami était à ses yeux une scientifique de renom, rien de plus, rien de moins… Mais c’était l’occasion de faire une petite blague à la jeune femme qui, qui sait, la suivrait peut-être dans sa plaisanterie ! Après tout c’était précisément le genre de choses à faire pour consolider les liens d’une nouvelle amitié.

Reprenant un air convaincu longtemps travaillé durant ses années de théâtre, elle reprit toujours en chuchotant:

« Du coup… vous travaillez pour un service secret sous les ordres de la Cité Scolaire, c’est ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hinami Kihara

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 11/10/2018

MessageSujet: Re: Uptown Girls ! feat Hinami   Sam 8 Déc - 14:17

« Juste comme un médecin ? C’est un peu difficile vu les recherches que vous menez, Kihara-san ! » S’exclamât la jeune fille, avec une surprise non feinte sur le visage qui arrachât un léger sourire à la scientifique.

Objectivement parlant, ce que Hinami Kihara considérer juste comme des parties de son passé, représenter de grand achèvements aux yeux de Tova Skarsgård, et inversement la carrière et le talent de Tova Skarsgård en dépit de son jeune âge, représenter aussi de grande réussites aux yeux de Hinami Kihara, et ce bien plus que Tova ne semblait le réaliser.

Le fait que les deux filles étais plus intéresser par les autres que par elles-mêmes rendait le dialogue extrêmement simple, et le courant passait facilement grâce à leur caractère respectif, qui, bien que fondamentalement différents, s’accordait aisément.

Vu d’un point de vue extérieure, il aurait étais difficile de se dire que la première fois qu’elle s’était vu étais il y a moins d’une demi-heure, moins encore si il s’agissait de la première fois qu’elles s’étaient parler.

Répondant finalement à la question de son ainée, Tova déclarât fièrement : « J’ai quinze ans, et je suis originaire de Suède ! J’ai beaucoup voyagé cette année mais avant de rentrer dans mon pays, je voulais passer par la célèbre Gakuen Toshi, alors me voilà ! Et franchement, c’est un endroit plein de surprises, presque comme si c’était un pays à part à l’intérieur du Japon ! Mais j’aime beaucoup, vous avez votre propre culture et votre propre façon de fonctionner ici, et en plus vous avez de supers festivals et ça c’est génial ! »

Hinami eut un rire amusée, pour elle qui y avais résidait presque la moitié de sa vie, la grande majorité lui paraissait normal aussi bien dans son fonctionnement profond que dans son principe.

Cela ne voulait pas dire qu’elle n’avait pas le retrait nécessaire pour comprendre ce que représenter la « normalité » à l’extérieure, bien au contraire mais entendre un avis sincère d’une jeune étrangère fraîchement arriver étais sincèrement rafraichissant, tant par la franchise que par le point bien particulier qu’elle avait choisis de mettre en valeur : les festivals.

Ce n’était pas la première fois qu’elle y avait fait une référence depuis leur rencontre, a vrai dire, il s’agissait de la troisième fois et si cela soulignait fortement son jeune âge cela n’en restais pas moins adorable à regarder.

« Vous savez, quand on est très connue comme moi c’est pas toujours facile de se connecter à la culture d’un pays, parce que les gens ont trop peur de mal faire. Mais ici j’ai l’impression de rencontrer plein de personnes qui sortent de l’ordinaire, mais de l’ordinaire de « dehors » ! C’est plus facile de se fondre dans la masse au milieu de génies en tous genres… même si mes chansons m’ont précédée ici. »

La scientifique eut un léger arrêt au début de sa phrase, comprenant avec difficulté ce dont voulez parler l’adolescente, ce n’est qu’à la fin qu’elle comprit ce à quoi voulait faire référence la petite chanteuse, d’une certaine manière la notoriété acquise dans un milieu comme la chanson étais assez différente de celle que l’on pouvait acquérir dans des milieux comme la science ou la médecine, et bien que ce ne soit pas surprenant de prime abord, l’entendre de la bouche de quelqu’un faisant partit de ce milieu professionnel à plus forte raison vu son âge, étais une chose très inhabituel et surprenante, c’était un témoignage de première main démontrant une certaine maturité sur sa vision d’elle-même en dépit de sa jeunesse.    

Alors que les réflexions de Hinami aller bon train sur cette question auquel elle n’avait jamais réellement prêté d’intérêt auparavant, la petite suédoise, après un petit rire, scrutât les environs et finit par se rapprocher d’elle sur un air de confidence :

« C’est pas un projet top secret vos recherches sur les prothèses ? Je n’y connais pas grand-chose mais vous pouvez être sûre que je ne dirais rien à personne, c’est promis ! Pas vrai Fenrir ? » Dit-elle tout en donnant un bref coup d’œil à son partenaire canin, qui répondit fidèlement par un jappement complice et entendu.

Si la phrase n’avait pas étais dite dans ce but, elle fit tout de même remonter des souvenirs un peu plus sombre dans l’esprit de la scientifique qui n’en laissât rien paraitre.

Hinami ne laissât aucunement son expression varier de quelque manière que ce soit et attendit patiemment la suite, qui, vu le langage corporel de la jeune fille n’allait pas tarder :

« Du coup… vous travaillez pour un service secret sous les ordres de la Cité Scolaire, c’est ça ? »

Toute cette scène aurait pu être une excellente prise dans un film de science-fiction, et le jeu d’acteur de la jeune adolescente étais parfait, si Hinami n’avait pas eu la discutions qui l’avait précéder avec la jeune fille, elle s’y serait surement faite prendre.

Perdant légèrement de sa contenance habituelle elle levât légèrement la tête, les yeux dans le vague alors qu’elle se remémorait certaines pages de son passé.

Quelque secondes défilèrent alors qu’elle finit par rapprocher tellement lentement sa bouche de l’oreille de sa petite interlocutrice, que l’on aurait pu croire que le temps ralentissait :

Une fois son visage à proximité de la jeune fille de 15 ans, elle déclarât en chuchotant de la même voix avec laquelle les deux filles avait discuter précédemment, une note beaucoup plus froide dans la voix néanmoins qui aurait pu faire frémir de nombreuses personnes :

« Il existe des choses bien plus terrifiante dans ce monde, dépassant de très loin la fiction et que seul la réalité peut engendrer … »

Cinq secondes passèrent dans l’immobilisme le plus total avant que la scientifique ne se remettent dans une position droite, rendant son espace vital a sa jeune interlocutrice avant de, dans un même mouvement sortir les mains de ses poches et les poser, malgré des gestes rapide,  sur les épaules de Tova avec délicatesse.

Devant la rapidité de l’action, Fenrir eut un tel sursaut que Hinami n’eut aucun mal à l’identifier dans son champ de vision lateral.

Elle eut un léger rire accompagnant un sourire sincère et bienveillant avant de reprendre sur un ton jovial :

« Désolée de te décevoir mais je ne suis qu’une humble scientifique et principalement médecin, ce projet n’étais pas top-secret et n’avait pour seul objectif, que le progrès de la science et du domaine médical. »

Sondant le visage de la petite fille qui lui faisait face, elle finit par retirer ses mains de ses épaules et les replonger dans les larges poches de sa blouse blanche.

Elle commençât à prendre la parole alors qu’elle sortait sa main droite de la poche pour en sortir trois bonbons, elle en prit un dans sa main gauche avant de tendre les deux autres à Tova :

« Tu es venue à la cité scolaire uniquement pour le Ichihanaranseisai ? Ou tu comptes rester un peu plus longtemps ? Car si ça t’intéresse, je connais quelques personnes et quelques bons endroits, je ne pense pas être la meilleure guide touristique mais je pourrais quand même te donner quelque endroit qu’il serait dommage de manquer. »

Sans attendre la réponse de Tova, elle sortit le bonbon de l’emballage et l’envoyât dans sa bouche d’un léger jet de la paume avant d’enfouir à nouveau sa main gauche dans sa poche pour y déposer l’emballage et sortir son téléphone.

Il s’agissait d’un modèle cellulaire très sobre par rapport à ce que l’on pouvait trouver à la cité scolaire, il n’en restait pas moins l’un des derniers modèles.

Tapotant dessus de son pouce avec l’habitude, elle préparât l’échange de contact, et une fois prête, elle avançât sa main gauche dans lequel se trouver son téléphone.

« Voici mon contact personnel, soit dit en passant, n’hésite pas à me contacter à l’envie ; si je ne peux pas te répondre, je te répondrais plus tard de toute façon, Ah, et juste avant, pas besoin de me vouvoyez si cela te gène, tu peux très bien m’appelez juste « Hinami » … ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Uptown Girls ! feat Hinami   

Revenir en haut Aller en bas
 
Uptown Girls ! feat Hinami
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une baignade entre 'girls'. - SAMIA
» 07. Girls running wild
» Who run the World (girls)
» 01. Girls just wanna have fun !
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: La Citée Scolaire :: District 7 :: Green mart-
Sauter vers: