Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A Troublesome day full of surprise (Naru/Iza)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naru Komao

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Au royaume des Lapins !

MessageSujet: A Troublesome day full of surprise (Naru/Iza)   Jeu 26 Mai - 2:28

Après-midi du 14 Octobre, (M -1 avant le Ichihanaransai)

Les étudiants venaient de terminer les cours proprement dit à Eiri high school et entamé la 7° périodes qui était réservé à la vie de classe comme tout les autres jours de la semaine; comme les contrôles de fin d'année avaient été annulé suite à l'incident du 30 septembre (jour de changement d'uniforme d'été à hiver), les étudiants d'Eiri High School se préparaient pour l'Ichihanaransai qui aurait lieu dans maintenant un mois.

C'était à ce moment-là que prendrais place le festival culturel de l'ensemble ou presque des écoles de la cité scolaire, autant dire que dans cette cité où 80% des habitants étaient des étudiants, cet événement était loin d'être anodin et il avait aussi de nombreux intérêts comme celui d'aider au recrutement et aussi celui d'apporter de l'argent pour les clubs, les écoles et parfois même les étudiants eux-mêmes, ce qui motivait davantage encore les étudiants.
Eiri high school n'était pas un lycée prestigieux, le niveau scolaire était moyen et le niveau des espers de ce lycée était plutôt bas mais il était connu pour avoir l'un des meilleurs festivals culturels dans sa catégorie et de laisser aux étudiants une liberté presque totale sur l'organisation et le choix des activités.



La 1B avait pour professeur principal Mlle. Masayuki, c'était une jeune prof spécialisée dans les pouvoirs atmosphériques et les mathématiques qui était devenue titulaire un an auparavant.
En tant que professeur principal de la 1B, celle-ci revenait dans cette classe tous les après-midi de cours à la même heure.
Masayuki-Sensei rentra dans le salle de cours et les lycéens entreprirent le salue réglementaire avant que Masayuki-Sensei ne débute par faire une synthèse de la journée et ne parle du travail à effectué pour les prochains jours.


Au second rang à gauche près de la porte se trouvait une jeune blondinette rassemblant à une enfant avec ses longs cheveux séparés en deux couettes qui tombaient dans son dos
.
Celle-ci était une Aeromaster de niveau 4 qui s'appelait Naru Komao.

La jeune fille était couchée sur son pupitre, la tête dans ses deux bras croisés; cela n'était pas dû au fait qu'elle était fatiguée après une longue et difficile journée de cours, après tout, le niveau d'Eiri High School n'était que celui d'un lycée lambda, ce qui rétrogradait les cours à de simple révisions puisque son ancien collège,Tokiwadai middle Shool donnait des cours à un niveau universitaire bien qu'elle évitât d'en parler afin de ne pas attirer l'attention de ses camarades de classe.
Non, en réalité cela était dû à un certain événement qui avait eu lieu durant la courte de pause de 45 minutes que les étudiants avaient à midi.


Lorsque Naru avait sorti son bento préparé la veille en double exemplaire pour elle et Akai (son colocataire, membre de judgement), Hiroshi AOSAKA, l'un de ses camarades de classe qui avait mis trop de temps pour se rendre au réfectoire dont le stock du jour avait disparu comme d'habitude particulièrement vite, le laissant ainsi sur le carreau,, avait alors fixait avec insistance la jeune fille qui mal à l'aise avait fini par accepter de lui céder une partie de son Bento fait maison.
Cette histoire aurait pu s’arrêter là, mais juste après que celui-ci ai goutté au bento de Naru, il s’arrêta un instant puis après quelques (très courte) secondes de réflexions, il fit une courbette, s'excusa auprès de Naru et s'empara de son bento avant de s'enfuir dans le couloir, laissant la jeune fille et les autres étudiants de la 1B stupéfiés.


Naru s’élança alors rapidement à la poursuite de Hiroshi tout en attrapant son téléphone qui traînait sur le bord du pupitre.

Voyant que Hiroshi allait lui échapper, la jeune fille avait utilisé son pouvoir afin de "s’élancer" sur Hiroshi qui continuait de courir, mais il fût très vite intercepté par un professeur de littérature qui passait par là, c'est ainsi que Naru fit un "atterrissage forcé" dans le dos de Hiroshi, sonnée par le choc, son téléphone qui se trouvait dans sa main s'envola avec le bento qui se trouvait dans les mains d'Hiroshi.

Tous deux eurent droit à un sermon grandiose de la part de Mr. Mochiue avec la joie de nettoyer le couloir durant la courte pause-déjeuner tout en ayant en bonus un jeun improvisé.  

Le seul point positif mais étrange était qu'ils n'avaient pas eu de punition en plus d'avoir à nettoyer les restes du bento et les petits morceaux de verre de l'écran du téléphone de Naru.

Tendit que Naru se lamentait sur la faim qui lui tiraillait l'estomac depuis maintenant quelques heures son regard glissa vers l'élève blond avec une fausse apparence de dur qui ne collait pas avec son caractère enjoué et sa capacité à partir en vrille et à avoir de mauvaise idées Alias Hiroshi Aosaka-kun (la source même de cette désagréable et longue journée) qui se trouvait non loin du troisième "blond" de la classe Hasakura-kun.

Actuellement, la seule chose que Naru ne souhaitait absolument pas, c'était que Mlle. Masayuki-sensei ne tombe sur elle à cause de ce qu'il c'était passé à midi.

Pendant cela, Masayuki-sensei continua de parler avec les autres lycéens.

-Voilà qui conclut pour aujourd’hui, maintenant j'aimerais que vous soumettiez aux délégués de classe des idées pour le Ichihanaransai qui aura lui d’ici un mois, mais avant cela je tiens à vous rappeler que notre établissement met un point d'honneur à se démarquer des autres établissements scolaires durant les différent festival scolaire dont le Ichihanaransai qui est de loin l'un des moments les plus importants de l'année.


Masayuki-sensei marqua un court temps d'arrêt avant de reprendre.

-Aussi, je pense que vous n'ignorez pas que le lycée a pour politique de laisser libre cours aux élèves pour animer l’événement afin qu'ils soient le plus impliqués possible. Toutefois je vous demande en tant que personne responsable de ne pas tomber dans toute forme d’excès ou de déviance et je souhaiterais aussi que certains élèves ne profitent pas de cette occasion pour aller batifoler avec les personnes du sexe opposé, après tout, vous êtes là pour étudier... .

Étrangement, la dernière phrase de Masayuki-sensei sonnait presque comme un avertissement et Naru avait l’impression qu'elle était destinée plus qu'à un groupe à une personne en particulier.

Rapidement, la journée arriva à son terme et juste après la salutation réglementaire après la fin des cours, Masayuki-sensei dit alors:

-Au fait, j'aimerais que Hasakura-kun, Komao-san et Aosaka-kun passe me voir en salle des professeurs dès que vous aurez fini de ranger vos affaires.

Sa phrase terminée, la jeune et élégante professeur principale de la 1B sortit de la salle de classe laissant derrière elle les lycéens qui venait officiellement de finir leur journée de cours et qui allait pouvoir passer à l'étude, aux activités de club ou encore pour certain se rendre dans la salle des professeurs.

Tendit qu'elle rangeait ses affaires, Naru lâcha un léger soupir, après cette difficile journée, elle allait devoir se rendre en salle des professeurs avec Aosaka-kun pour s'expliquer devant Masayuki-sensei.

" Attends un peu, pourquoi Hasakura-kun a-t-il était appelé aussi? Il n'est pas lié à cette histoire?"

Secrètement, elle espérait échapper à un éventuel sermon de sa professeur principale et elle se sentait coupable de la décevoir.

"Masayuki-sensei  peut très bien l'avoir appelé pour une autre raison aussi..."

Alors qu'elle s'approchait de la porte du couloir avec son sac sur son épaule, Aosaka-kun s'approcha d'elle et lui adressa la parole d'un ton désolé.

-Naru-chan...

Naru le repris alors immédiatement sans être affecté par sa timidité habituelle.

- Komao-San !

Hiroshi reprit alors la parole imperturbable et d'un air plus enjoué.

-D'accord; Komao-san, je voulais m'excuser pour ce midi, je ne fais que manger des plats tout préparés à longueur de temps, du coup je me suis laissé emporter lorsque j'ai goûté à ton bento, ça change tellement par rapport à d'habitude; enfin, j'expliquerais à Masayuki-sensei ce qui s'est passé.

Comme Aosaka-kun avait l'air sincère, les épaules de Naru retombèrent légèrement et Naru hésita alors sur ce qu'elle devait répondre.

-Sinon, si je paye les aliments, ça te dirait de me préparer mes repas, Komao-san ?

L'hésitation de Naru disparu comme une feuille balayé durant une tempête.

-C'est Non !

La jeune fille s'en alla alors sur cette réponse sans même se retourner vers Aosaka-kun qui voulut insister sur l'offre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izayoi Hasakura

avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 20/10/2015
Localisation : Là où se trouve le strawberry parfait !

MessageSujet: Re: A Troublesome day full of surprise (Naru/Iza)   Dim 29 Mai - 22:50

Le 14 Octobre,

Dans la classe 1-B, non loin de la fenêtre se trouvait un adolescent aux cheveux blonds vêtu de son uniforme scolaire et qui portait des barrettes sur la tête. A son grand malheur, sa silhouette était si fine qu'on pouvait le prendre pour une fille de dos et ses barrettes sur la tête n'arrangeait rien du tout. Son oreille gauche était percée et dessus se trouvait une boucle d'oreille avec un petit faux diamant. Il s'agissait de l'utilisateur d'Offense Armor, Izayoi Hasakura.

L'adolescent admirait le ciel, concentré sur la fenêtre portant un léger sourire. Il n'avait jamais été aussi heureux d'aller en cour. Il n'y a aucun moyen qu'il ne soit pas content, les examens de fin d'année ont été annulés et le Ichihanaransai était pour bientôt. Ce magnifique festival était à quelques semaines et avec sa classe ils allaient devoir organiser un évènement, Izayoi savait très bien ce qu'il allait proposer depuis plusieurs jours. Une sonnerie retentie, le sortant de ses pensées.

Les cours de la matinée venaient de finir avec cette sonnerie, elle marquait le commencement de la pause déjeunée et du regroupement d'un groupe d'amis composé de la « Messou Kombi » : Izayoi Hasakura et Sakurako Mitsuki, accompagné de deux autres étudiants à la réputation ordinaire : Saito Yuuji et Takahata Hiragi.

Le nom du duo était dû à la mauvaise conduite de Sakurako, connu comme étant un idiot et un pervers capable de faire une liste des mensurations approximatives des filles de la classe voire même de celle d'à côté…même si seule les garçons le savent pour l'instant. Izayoi était plus connu pour sa flemmardise qui faisait qu'il rendait les devoirs en retards et inventait des excuses sans queue ni tête volontairement sans oublier les rumeurs comme quoi c'était un coureur de jupon. Il ne faut pas oublier qu'ils étaient plutôt voyant, Izayoi était blond et Mitsuki était ébène avec des mèches bleutée…difficile de ne pas les remarqué lorsqu'ils sont ensemble. Malgré tout séparément  ils n'auraient surement aucun surnom, mais ensemble leurs personnalités ont une telle symbiose qu'elle ressorte beaucoup trop au point d'être dévastateur et il est parfois impossible pour eux de ne pas attirer l'attention des professeurs.

Saito Yuuji était un étudiant ordinaire, portant des lunettes marron assortis à ses cheveux bruns..sous forme de pompadour, à part ça tout allait bien et tout savait qu'il était gentil (Il n'avait pas « style » d'après certains)…. Takahata Hiragi quant à lui était un élève totalement japonais, sans particularité à part ses gros sourcils. Cheveux noirs et yeux marron, même s'il était un peu grand du haut de ses 1 m 76, s'il devait être connu pour quelque chose ce serait son petit côté sadique.

Ils étaient assez différents, mais partageaient beaucoup de points communs. Ces quatre étudiants avaient pour habitude de se réunir dès qu'ils le pouvaient, peu importe le lieu. « S'amuser » était leurs objectifs principaux et malheureusement pour certains, dérangé les autres ne faisaient pas vraiment partie de leur priorité.

« C'est l'heure… »

Déclara Mitsuki en utilisant un ton sérieux, les  trois étudiants étaient concentrés. Ils étaient en ces lieux pour effectuer leurs rituels du midi. Toutefois des excuses se firent entendre attirant l'attention du groupe, un de leur camarade de classe s'excusait auprès d'une autre camarade de classe avant de s'emparer de son Ben-to et de s'enfuir dans le couloir.

« … »

Seule le silence pouvait exprimer leur stupéfaction face à cette scène qu'il considérait « surprenant », ce qui était étrange sortant de leur bouche. Il n'y pas moins de deux semaines, ils ont parié leur bento sur un Pierre-feuille-ciseaux et le gagnant raflait toute la nourriture.

Toutefois, cette semaine leur rituel n'avait aucun rapport avec la nourriture et était donc totalement différent de celui d'il y a deux semaines. Il ne jouait même pas au pierre feuille ciseaux et avait même finis de manger assez rapidement. De loin les autres étudiants pouvaient observer leur concentration, elle ressortait tellement qu'elle leur donnait des traits dignes d'un mangas tel qu'Hokuto no Ken et leur « Aura » planait dans toutes la salle. Sortant leur paquet de 52 cartes et distribuant 13 cartes à chaques personnes, ils s'apprêtaient à jouer au fameux : « I doubt it ».

L'objectif était simple : se débarrasser de toutes les cartes que l'on possède, sauf que l'on pouvait douter les cartes que l'adversaire poserait et lui faire raflé tout le talons (tas de cartes.). Toujours avec le même air sérieux pour un simple jeu de carte, Takahata prit la parole tel un game master :

« N'oubliez pas…Le perdant sera PUNI et vous savez quelle punition on a décidé. »

Sur ses mots le jeu de survie avaient commencé. Aucun d'eux n'avaient l'intention de perdre, peu importe les moyens employés même s'il fallait tricher en glissant des cartes dans le talon ou pendant qu'il défaussait une ou plusieurs cartes. Il ne leur restait qu'une vingtaine de minutes avant que leur mini-jeu n'arrive à sa fin à cause de la reprise des cours et tous pensaient à la même chose : « Je n'ai pas le droit de perdre !!! »

Voilà quelques minutes que la partie avait commencées, un bon petit tas s'était créé, Sakurako prépara sa carte…l'approchant petit à petit du tas annonçant :

« Huit »

Un petit éclat dans un œil bleuté se fit voir quelque seconde et avant même que l'adolescent aux cheveux châtains, Sakurako, ne put déposer ses cartes ; une voie résonnait. C'était celle d'Izayoi criant un énorme « Doubt ! » tout en le pointant du doigt à la Phoenix Wright. Pris par surprise, Mitsuki se pencha vers l'arrière en laissant échapper un léger « Traitre ! Tu t'attaques à ton partenaire ! On devait faire équipe pour les battres ! ». Affichant un sourire digne d'un démon et qui portait des cornes dans l'imagination de Mitsuki, le blondinet lui répondit de manière froide et sadique :

« Les alliances sont finies ! C'est le plus fort qui survit ! Je ne perdrais pas ! »

Cependant c'est ce qu'il croyait et après qu'en tout 15 minutes se soient écoulé, les seuls qui restaient dans la partie étaient : Izayoi et Saito. La vengeance de Mitsuki a été dévastatrice pour le blondinet alors que Hiragi en a profité pour finir le plus vite possible, Izayoi s'était pris un « doubt » très fourbe de Sakurako qui n'a pas hésité une seule seconde en voyant qu'Izayoi mentait et ajoutant un « meurt ! IZAYOI ! » à la fin de sa phrase. Les deux restants étaient à 6 cartes de la fin.

« Je ne me crossdresserais jamais !!! »

Le pari était plutôt simple, mais cruel. Le perdant devait se déguiser en fille pendant au moins une journée au Ichihanaransai, de quoi être humilité pendant longtemps si quelqu'un te reconnaît. Hors il n'était pas question qu'il subisse cela ! Et donc en employant des méthodes de lâche, tel que qu'envoyer 2 cartes au lieu d'une seule annoncée dans le talon.

Izayoi afficha un énorme sourire en regardant les 2 cartes qui lui restait en mains, équivalent à son adversaire. Leur survie était en jeu, leur honneur était en jeu, ils ne voulaient absolument pas perdre !  

« Voilà ce qui arrive lorsque l'on laisse cet idiot décidé du pari ! Attend qu'on joue au jeu du roi, je vais le faire souffrir. »

Hiragi se mit à éternué, observant le déroulement de l'affrontement et son magazine en même temps, il pouvait même sentir un regard maléfique dirigée vers lui. Il ne savait pas qui allait gagner ou perdre, mais il s'imaginait déjà se moquer de l'un deux. D'un seul coup le blondinet leva fièrement sa carte, toujours en montrant un énorme sourire accompagné des traits Kenshironien.

« J'ai GAGN—Uhh »

Son éclat de joie fut interrompu par le glas marquant la fin des 45 minutes de pauses repas, leur guerre était donc restée non-conclu. Ils étaient tellement concentrés qu'ils n'ont pas vu le temps passé et ils ne pouvaient pas compter sur les deux autres qui étaient complètement à l'ouest et préféré parié sur le perdant plutôt que surveillé l'heure. Selon leur règle, ils devaient décider du vainqueur ultérieurement avec un pierre feuille ciseaux. Izayoi s'imagina alors se promener pendant une journée portant une jupe de maïd…une pensée qui lui donnait froid dans le dos. Cela ne devait absolument pas arrivé ! il avait triché pour ne pas perdre ! Il avait même pu mettre ne place sa tactique du double « neuf » de sorte à ce que son adversaire dise « Doubt » à tort, car il aurait trouvé bizarre qu'Izayoi ait pu avoir deux fois « neuf »…Et voilà que tout va se jouer à la chance, au hasard.

« Le monde est cruel… »

Soupira le blondinet avant de s'étaler sur son bureau, en affichant un air dépité pendant de longues minutes montrant sa déception.

Finalement la 7ième période était arrivée et Izayoi avait repris du poil de la bête. Leur partie de pierre feuille ciseaux s'était déroulé en 3 manches, à distances convenables pendant l'heure de cours et on savait donc qui avait gagné. Puis leur professeur principale, mademoiselle Masayuki entama un petit discours, cependant une seule chose avait fait réagir les quatre étudiants : « Vous soumettiez aux délégués de classe des idées pour le festival. ».  A ce moment précis les yeux des quatre étudiants entrèrent en contact entre eux et ils avaient compris qu'il n'avait plus besoin de parler. Ils savaient déjà ce qu'ils allaient soumettre comme idée à leur déléguer de classe, aucun n'avait besoin d'être partagé. Les quatre imbéciles heureux avaient décidé qu’ils allaient votés ceci : « Un concert en bikini » . Ils avaient longuement hésité entre le maid café, la piscine et ça, le défilée en maillot les intéressaient aussi, mais le concert semblait plus fun à regarder.

Et puis Misayuki-sensei repris la parole annonçant qu'elle aimerait que certain étudiant n'en profite pas pour aller batifoler avec les personnes du sexe opposé. Ironiquement Izayoi lança un léger regard suspect en direction de Sakurako insinuant que cela lui était destiné, agitant psychologiquement le jeune étudiant.

« Ne me donne pas ce regard ! Tu es celui qui cours après les filles ! »

Dit-il en marmonnant, auquel Izayoi poussa un léger soupire arrogant et plein de confidence.

« Ku ku, exceptionnellement je n'ai rien fait ces temps-ci. »

Mitsuki soupira en roulant des yeux, préparé à détruire le sourire arrogant de l'adolescent.

« …Ces temps-ci, mais d'habitude ? Tu commences à devenir célèbre pour ça…même si personne n'est certain que c'est toi. Si elle t'a surpris, tu aurais dû faire plus attention…»

Et en effet, le sourire d'Izayoi fut détruit et se transforma en petite moue de mauvais perdant, de rageux, pleine de mécontentement. Agissant comme un enfant, Izayoi faisait la tête à son ami pendant quelques minutes.

La journée était enfin terminée, la salutation réglementaire a été faite. Il pouvait rentrer chez lui ou allez se promener tranquillement, mais des propos sortis de la bouche d'une élégante femme venait de briser sa joie et incrusté la peur en lui.


-Au fait, j'aimerais que Hasakura-kun, Komao-san et Aosaka-kun passe me voir en salle des professeurs dès que vous aurez fini de ranger vos affaires.

« Huh… ? »

Izayoi était dans l'incompréhension alors qu'il observait la jeune professeur principal sortir de la salle. Il n'arrivait pas à comprendre pourquoi elle le convoquerait en même temps qu'eux, il n'était pas avec eux pendant leur course poursuite…Voilà maintenant qu'au lieu de rentrer chez lui ou allez à une activité scolaire, il devait se rendre à la salle des professeurs. Izayoi se mit à ranger son sac de cours, on pouvait carrément voir la déception sur son visage. L'étudiant nommé Mitsuki s'approcha du bureau du blondinet, tout en affichant un petit sourire narquois.

« Qu'est-ce que tu as ENCORE fait ?…J'espère que tu auras droit à un sermon. »

« J'en sais rien…je n'ai rien fait…rien qui mérite un sermon en tout cas. »

Izayoi repensa à ses dernières semaines et la seule chose auquelle il pouvait repenser : « l'incident avec l'étudiante de Nagatenjouki. », il se mit à légèrement serrer sa main avec frustration avant de pousser un long soupire.

« Impossible, ils m'ont déjà suffisamment parlé de cette histoire…je crois… »

Mitsuki posa sa main sur son épaule comme pour l'encourager avant de se diriger vers la sortie sans attendre, secouant sa main pour dire au revoir.

« Bon bah, en tout cas bonne chance. Tchao ~ »

Izayoi poussa un léger sourire amusé avant de se diriger vers la sortie où il put voir les deux autres blondinets se disputer, avec Komao-san qui venait de partir sans attendre la réponse de son ami. Le jeune homme observait la scène en était légèrement amuser face à cette scène avant de finalement regarder ses propres mèches de cheveux.

« Huh.. ? Les trois qu'elle a convoqué sont blond ? C'est quoi cette coïncidence… AH—Vaut mieux évité de la faire attendre. »

Sur ses mots l’adolescent se dirigea vers la porte de sortie en prenant ses affaires, suivant Komao-san et Aosaka-kun en direction de la salle des professeurs. L’adolescent était inquiet, dans son cas être convoqué chez le professeur est une mauvaise nouvelle, il lança un léger regard en direction de ses deux camarades de classes avant de poser sa main sur son front et soupiré.

« Impossible…on peut sentir l’animosité entre eux d’ici. »

Plutôt que demandé des choses qui pouvaient enflammer la situation, il jugeait préférable de se taire avant d’entendre la raison de la bouche des professeurs et de se préparer au pire.

« Attend…ils ont surement été convoqué pour le bordel qu’ils ont mis ce midi…est-ce qu’elle croit vraiment que je suis dans le lot ?....non….non…impossible ! »

Il n’était pas possible qu’elle l’implique dans le lot, il est difficile à confondre avec un autre élève surtout avec des barrettes sur la tête. Il se frottait l’arrière de la tête alors qu’il arrivait près de la porte, une fois en face il se figea quelques secondes avant de prendre une énorme une inspiration.

Il cherchait du courage, de la volonté, de la conviction…la seule chose qu’il avait envie de faire était de partir et rentrer chez lui, mais il savait qu’ignorer une convocation des professeurs étaient une mauvaise idée. Izayoi ouvrit la porte et rentra à l’intérieur de la salle de professeur où son regard se posa sur Masayuki-sensei, il s’approcha d’elle.

« Sensei ! Je n’ai rien fait ! J’ai même été super sage ces temps-ci...Vous avez dû vous trompez de blond ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naru Komao

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Au royaume des Lapins !

MessageSujet: Re: A Troublesome day full of surprise (Naru/Iza)   Ven 3 Juin - 2:01

Naru se trouvait devant la porte de la salle des professeurs, non loin derrière elle se trouvait Aosaka-kun, ce qui était logique puisqu'ils étaient tous les deux attendus par Masayuki-sensei ; toutefois, ce qui était illogique dans cette situation était l'attitude de Naru qui avait tenté de « semer » Aosaka-kun.

En vain évidement et pour un certain nombre de raisons évidentes :

Naru avait le physique d'une enfant de 10 ans.

Aosaka-kun avait le physique d'un adolescent bon en sport (« bon » pas « doué », il était important de le préciser!)

Naru n'avait pas le droit d'utiliser son pouvoir en dehors des périodes de cours dédié au PCP même si beaucoup d'élèves outrepassés largement cette limitation, que ce soit dans les établissements scolaires ou dans les rues de la cité et malgré l’impression que pouvait donner la jeune fille au vu de ses actions durant la pause déjeuner, Naru était une élève studieuse qui respectait (en temps normal) scrupuleusement le règlement.

De plus, il était interdit de courir dans les couloirs.

Et enfin, la raison principale : ils devaient de toute façon se rendre tous les deux avec Hasakura-kun dans la salle des professeurs qui n'était qu'un étage en dessous du « leur » (celui des 1° années plus précisément) qui se trouvait au second étage du bâtiment (ou plutôt le 1° étages au sens français puisque le terme de rez-de-chaussée n’existait pas en tant que dénomination d'étage au Japon) prés des casiers à chaussures où les élèves troquaient leur chaussure d’extérieur le matin contre les chaussures d'intérieur obligatoire dans le bâtiment et inversement le soir.


Tendit que Naru semblait prendre très au sérieux cette « course », Aosaka-kun semblait quant à lui s'amusait de la puérilité de la jeune fille si sérieuse qui trônait fièrement en tête de classe en matière de résultat scolaire et qui était si réservée la grande majorité du temps.

-je vois, est ce que ce serait ce genre de fille que l'on qualifie de « Moekko » ?
se demanda très sérieusement l'étudiant.

Tendit qu'Aosaka-Kun réfléchissait à la question en croisant ses bras et en portant sa main droite à son menton comme le ferait n'importe quel personnage d'anime ou de manga dans la même situation, Naru frappa timidement à la porte, après avoir essayé (et échoué) de jeter un regard « victorieux » en direction de l'adolescent qui ne l'avait pas vu puisqu'il avait fermé les yeux l'espace d'un instant et comme celui-ci continuait de rattraper les quelque 5 mètres qui les séparés; Naru n’eut pas de temps à perdre si elle voulait « conserver » sa victoire et après avoir rapidement renvoyé son attention vers la porte coulissante moderne typique d'un lycée; elle se rappela très rapidement la raison de leur présence devant cette pièce, ce qui eu sur la petite blondinette l'effet d'une douche à l'eau froide.


Finalement, Naru entra dans la salle des professeurs suivis par Aosaka-kun.

C'était une longue pièce qui équivalait facilement à deux salles de cours ouvert l'une sur l'autre en matière de longueur, les espaces de travail de chaque professeur consistaient en un bureau standard avec plusieurs tiroirs conçus pour héberger la colossale dose de papier nécessaire à leur métier ainsi qu'un ordinateur « made in Academy city » qui semblait incorporée à un écran qui se scinder en deux écrans distincts (même s'il était plutôt correct de dire que c'était l'écran qui était incorporé à l'ordinateur du point de vue de sa conception), à côté de celui-ci se trouvait un appareil qui devait servir de fax et d'imprimante à la fois; l'absence de clavier et même de souris sur certains bureaux laissait supposé que les « écrans » étaient tactiles et que les ordinateurs étaient plutôt performants ; chaque poste de travail était conçus pour que les professeurs qui étaient aussi (pour certains) des scientifiques soit le plus à l'aise possible et chaque espace de travail était délimité et séparé des autres afin que les professeurs n'aimant pas que l'on regarde par-dessus leur épaule aient un peu d'intimité.


En plus des bureaux, l'on pouvait facilement imaginer le confort des chaises de bureaux « à mémoire de forme » et « chauffante » qui se trouvaient devant chaque bureaux, à cela l'on pouvait aussi ajouter la présence de plantes réputées pour leurs vertus relaxantes dans la salle, à peu près au milieu de la pièce près des fenêtres se trouvait un distributeur de boissons et de nourriture. 

L'agencement des bureaux rappelait celui des grosses agences de presse et il n'était pas dur de voir que le directeur d'Eiri high school avait mis toutes les chances de son coté pour attirer un corps enseignant le plus performant et réputé possible pour ainsi pouvoir attirer d'éventuel Esper/Étudiant de « haut niveau » et ainsi être reclassé à la hausse par le classement des établissements scolaires de la cité scolaire ; ce qui apporterait prestige et financement supplémentaire à Eiri highschool.

Même si ce n'était pas la première fois que Naru et Aosaka-kun voyaient la pièce, ils ne pouvaient s’empêcher de se demander où le directeur avait pût trouver de telle fond financier pour aménager la salle et intérieurement ils pensèrent : « Même avec tous les efforts du monde, je vois mal notre lycée grimper dans le classement », toutefois, comme l’ensemble des élèves, ils préféraient garder cela pour eux .

À l'un des bureaux se trouvait Masayuki-Sensei qui leur fit signe de s'approcher de son bureau, comme si une force invisible avait tout calculé, Hasakura-kun entra exactement à cet instant dans la salle des professeurs

Tendit que les trois élèves se trouvaient désormais debout et aligné devant Masayuki-Sensei qui était resté assise avec élégance de manière tout à fait naturel sur son siège « high tech », celle-ci les fixas quelques secondes avant de prendre une petite inspiration ce qui ne manqua pas d'ajouter une certaine tension auprès des lycéens.

- Tout d’abord, je tiens à vous dire que je ne vous ai pas convoqué ici à cause de vos petits « erreurs de parcours », sans rentrer dans les détails, Hasakura-kun, nous en avons déjà parlé et même si tu n’as pas correctement réagi selon moi, en essayant de t'enfuir ou en appelant Anti-Skill ou Judgement par exemple, je reconnais que tu n'est pas tombé sur une personne « facile » et que tu avais des circonstances atténuantes .

Masayuki-Sensei marqua une courte pause et laissa presque sortir un sourire agacé comme si elle repensait à une certaine personne qui s'était extirpé ou plutôt « s'était faite » extirpé des mains d'Anti-Skill en toute impunité après avoir quasiment tenté d’assassiner ou au moins de blesser l'un de ses élèves.

Son regard se détourna alors vers Naru et Aosaka-kun qui se trouvait côte à côte, elle reprit donc la parole tout en les regardant avec insistance.

-Quant à vous Aosaka-kun et Komao-san, j'ai appris que M.Mochiue vous avait fait un sermon pour avoir eu un « mauvais comportement » durant la pause déjeuner.

La jeune prof marqua un court arrêt et Naru sentit alors son cœur accélérer, des larmes perlaient presque au bout de ses yeux tendit que la jeune fille s’apprêtait à demander pardon lorsque Masayuki-Sensei reprit la parole d'un ton calme et beaucoup plus doux :

-Mais, je n'ai pas l'intention de lui marcher sur les pieds ou de repasser après lui, de plus je préfère privilégier le dialogue avec les élèves, maintenant nous allons dire que l'affaire est réglée et que vous repartais tous les trois à zéro.


Masayuki-Sensei lâcha alors un joli sourire à ses élèves juste après avoir fini sa phrase, devant la gentillesse de leur professeur Naru,Aosaka-kun et Hasakura-kun s’apprêtèrent à faire une courbette et remercier profondément leur professeur principale pour son indulgence lorsque celle-ci ajouta avec un timing effrayant:

-Toutefois, si par le plus grand des hasards, j’apprenais que l'un d'entre vous se retrouver une nouvelle fois dans les locaux d'Anti-Skill, de Judgement ou en salle des professeurs pour un comportement inapproprié ; soyez certains que je ne serais pas aussi « clémente ».
   

Ni le ton ni le sourire de Masayuki-Sensei n'avait changé, sa vois n'avait marqué aucune hésitation et la jeune femme l'avait dit de manière tellement naturel que les lycéens qui se trouvaient face à elle n'avaient pas immédiatement réagi aux paroles dangereuses qui venaient de sortir de la bouche de la belle et jeune enseignante qui rayonnait encore d'un joli sourire.

Un frisson les parcourut des pieds à la tête.

- Ai-je était bien clair ? Demanda-t-elle d'un ton monocorde.

-O-Oui, Masayuki-Sensei ! Encore désolés du dérangement ! répondirent les trois étudiants en parfaite synchronisation tout en faisant respectueusement une courbette, ce qui était normal lorsque l'on demandait le pardon d'une personne...

Quand on y réfléchissait bien, il était plus que probable que la jeune enseignante est eu à s'excuser et plaider la cause de ses étudiants pour leur éviter des ennuis que ce soit auprès de M. Mochiue pour Komao-san et Aosaka-kun où auprès d'Anti-Skill et de la direction d'Eiri high school pour Hasakura-kun et même si la jeune professeur appréciait beaucoup ses élèves et avait comme vocation d'être à leur écoute et de les aider dans leurs problèmes, il était évident qu'elle n'aimait pas avoir des heures supplémentaires pour régler ce genre de problème là. 

-Bien, maintenant, nous allons passer à la raison principale pour laquelle je vous ai convoqué.
Masayuki-Sensei sortit alors trois feuilles de papier de l'imprimante Ultra performante capable d'imprimer des documents plus précis que la meilleure télévision à l’extérieur de la cité scolaire, bien sûr, une telle précision n'avait aucun intérêt pour la majorité de son travail mais cela pouvait s'avérer pratique lorsqu'elle imprimait des diagrammes ou autre représentation graphique en lien avec le PCP.



Tout en vérifiant les feuilles d'un rapide coup d’œil, elle commença à expliquer la raison de leur présence ici. 

-Il s'agit d'un Baito (petit travail pratiqué généralement par les étudiants pour financer leurs études et se faire de l'argent de poche) qui entre en tant qu'activité extra-scolaire dans le cadre du développement de vos pouvoirs.

La jeune femme continuait de parler tout en tendant les feuilles àAosaka-kun qui les distribuas à Komao-san et Hasakura-kun puisqu'elle était nominative..

Sur sa feuille, Naru pouvait voir qu'il s’agissait d'un document justifiant la collaboration d'un certain laboratoire avec Eiri high school et qu'elle prouvait que l'Esper dont le nom figuré sur la feuille participé à une ou plusieurs expériences dont le(s) numéro de matricule figurait sur la feuille, cela ressemblait beaucoup à un contrat en quelque sorte, plus simplement encore, ce document leur servirait donc de « laissez-passer » pour accéder au laboratoire sans se faire arrêter par la sécurité.

-Je vais rapidement vous résumer le but de cette expérience et ce sera les chercheurs sur place qui vous donneront tous les détails.

Masayuki-sensei s’arrêta de parler l'espace d'une seconde afin de recentrer l'attention de ses trois étudiants, puis reprit la parole :


-L'objectif de l’expérience est de tester la viabilité et la résistance de nouveaux équipements de protection destinés à Anti-Skill ; cette entreprise souhaite donc mettre à l'épreuve face à de véritables pouvoirs d'esper leur produit ; plus simplement dit : ce sera comme une étude de RDM (résistance des matériaux) ou le « crash-test » d'une voiture  ; ils essayeront de pousser leur équipement de protection jusqu’à leur destruction/dégradation afin d'établir le seuil de déformation plastique (seuil après lequel le « matériau » garde une déformation résiduelle irréversible) et le point de rupture (seuil ou le « matériau » se brise/casse) ainsi que les éventuels défauts de conception.

Masayuki-Sensei continuait ainsi ses explications devant un Aosaka-kun troublé d'être lui aussi inscrit à ces « cours supplémentaire » alors qu'il n'était qu'un simple Level 0.


-L'heure et l'adresse sont inscrites sur la feuille et je tiens aussi à souligner le fait que vous représenterais Eiri high school auprès de ces messieurs les scientifiques alors j’attends de vous une conduite IMP-ECC-ABLE, soyez poli et respectueux . Enfin, pour ma part, je vous conseille de voir ce que vous demanderont les scientifiques comme de simple exercice similaire à ceux que vous passer durant le Systeme Scan (l'évaluation trimestrielle qui permettait de mettre à jour la « bank » ou la base de données ou était répertorié l'ensemble des esper et leurs pouvoirs ainsi que de faire un point sur la progression de l'esper dans le curriculum).

Ayant terminé ses explications, la jeune femme les invitas à poser leurs éventuelles questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izayoi Hasakura

avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 20/10/2015
Localisation : Là où se trouve le strawberry parfait !

MessageSujet: Re: A Troublesome day full of surprise (Naru/Iza)   Mer 8 Juin - 19:07

Les trois adolescents étaient finalement devant la porte de la salle des professeurs, pour un adolescent tel qu'Izayoi elle comportait plus des souvenirs où il recevait des sermons plutôt que des félicitations. Son corps était figé devant la porte alors que ses souvenirs étaient en train de défiler devant ses yeux, son cerveau lui disait de ne pas rentrer. Le jeune adolescent était stressé, il avait peur de rentrer et de rencontrer le seigneur des démons : Masayuki-sensei. Elle a ce surnom chez la Messou Team, car elle les a souvent engueulés à cause de leur mauvais comportement et que malgré le fait qu'elle soit très jolie, elle était vraiment très très sévère et même effrayante à certain moment. Étant donné qu'elle est le professeur que la team craignait le plus et la seule à avoir une vraie influence sur eux, elle avait gagné de petits surnoms stupides tel : « boss finale », « Seigneur des démons », « Medusa » dans l'ordre de leur création et d'utilisation.

En voyant Naru et Aosaka rentré, il se disait qu'il devait affronter ce qui l'attendait derrière cette porte. Il ferma le poing, lâcha un énorme soupire avant de rentrer dans la salle tout en s'écriant qu'il n'avait rien fait et voir, à ce moment précis, Masayuki-sensei leur dire de se rapprocher. Izayoi ne pouvait pas s'empêcher de penser que cette femme avait des pouvoirs mystérieux, qu'elle était vraiment un seigneur des démons ou un truc dans le genre à cause de ce timing quasiment irréprochable.

Les trois blondinets étaient alignés devant leur professeur principal, le stress était présent. Non seulement elle n'avait pas encore répondu à sa remarque comme quoi il n'avait rien fait, mais en plus elle avait un air si sérieux qu'on ne pouvait pas prendre ça à la rigolade. On avait l'impression qu'elle allait leur faire un sacré sermons. Izayoi poussa un petit soupire qui fut interrompu par son corps qui se mit à se crisper en entendant son professeur prendre la parole, il était concentré, car nul ne voulait s'attirer les foudres de Masayuki-sensei dans la Messou Kombi et même chez les étudiants « normaux » de la classe.

- Tout d'abord, je tiens à vous dire que je ne vous ai pas convoqué ici à cause de vos petits « erreurs de parcours », sans rentrer dans les détails, Hasakura-kun, nous en avons déjà parlé et même si tu n'as pas correctement réagi selon moi, en essayant de t'enfuir ou en appelant Anti-Skill ou Judgement par exemple, je reconnais que tu n'es pas tombé sur une personne « facile » et que tu avais des circonstances atténuantes .

En entendant ces mots, le jeune adolescent était légèrement soulagé et il ne pouvait pas s'empêcher de lâcher un petit sourire de joie. Tout son stress accumulé sur le chemin s'était envolé d'un seul coup, il avait l'impression qu'on lui avait enlevé tous le poids qu'il avait sur ses épaules. Il était tellement léger, qu'il pourrait s'envoler sans aucun problèmes. En effet, même si elle montrait encore de la sévérité, elle comprenait la situation dans laquelle il était et que ça n'avait pas été facile. Appelez Anti-skill ou Judgement pendant qu'on affronte quelqu'un qui veut probablement votre mort n'est pas une chose facile et puis son orgueil ne lui permettrait pas de les appeler dans cette situation. Ce jeune homme est tellement orgueilleux que s'il ne s'était pas fait attraper, il n'aurait rien raconté à personne sauf ses 3 meilleurs amis (Messou team) et sa sœur.

Il l'avait dû raconter sa version à Masayuki-sensei pour expliquer ce qu'il s'était passé et son arrestation par ces gentils/maudit hommes verts représentant la loi de la cité scolaire. Si ça avait été un autre professeur qu'elle, il aurait sûrement finis dans une très mauvaise situation, car il aurait lutté pour le faire parler même si bon, il y avait les caméras de surveillance pour parler à sa place. Même si lui et sa team d'imbécile ne le montre pas, ils sont tout même assez respectueux et éprouve de la fierté envers le seigneur des démons.

En parlant de cela, si Izayoi ne regrettais pas d'avoir essayé de mettre sa raclée à la reine des glaces de Nagatenjouki, il s'en voulait d'avoir forcé Masayuki-sensei à plaider sa cause auprès du directeur de l'établissement et les autorités. Heureusement que les caméras étaient là pour l'aider, même si la reine s'en est aussi sorti tranquillement et c'était tant mieux. Si elle avait eu des répercussions, il en aurait sûrement eux aussi, car tous les deux étaient en tort à utiliser leurs pouvoirs n'importe comment et n'importe où. En tout cas son rythme cardiaque venait de redescendre, mais il savait qu'il ne pouvait pas se permettre de recommencer à agir aussi stupidement. Il ne pouvait pas s'empêcher de penser : « Ouf…j'ai cru qu'elle allait me faire la peau. ». Toutefois quiconque connaît l'adolescent parfaitement saura que lorsqu'il est énervé, son orgueil domine la raison.

C'est alors que son professeur repris de nouveaux la parole, mais s'adressant cette fois-ci à Aosaka-san et Komao-san. Même s'il ne savait pas exactement ce qu'il s'était passé à part le début, il savait néanmoins grâce à ses différentes sources d'information (Sakurako Mitsuki) qu'ils avaient mis un sacré bordel ce midi. Il doit avouer que ça l'étonnait un peu, pour lui, Naru Komao est censée être une élève exemplaire et presque parfaite. Après tout elle était quand même la première de la classe, la meilleure étudiante de la 1B et une esper de niveau 4, ce qui est plutôt rare pour une école telle que Eiri High School.

-Quant à vous Aosaka-kun et Komao-san, j'ai appris que M.Mochiue vous avait fait un sermon pour avoir eu un « mauvais comportement » durant la pause déjeuner.

En entendant cela sortant de la bouche de Masayuki-sensei, Izayoi ne put s'empêcher de penser un énorme « Bingo »…C'était obligatoire qu'il se fasse gronder par madame Masayuki et non pas d'autre professeur bien plus arrogant et cruel. Elle était considérée comme une prof affectueuse, mais assez sévère. Elle avait déjà engueuler la Messou Kombi à plusieurs reprises pour quelques petites bêtises, Izayoi a même eu le droit à un sermon sur le fait qu'il ne fallait pas être un coureur de jupon et qu'il devait se comporter plus convenablement.

Ce jour lui rappelait tellement de mauvaises choses…elle l'avait surpris pas pure hasard et depuis ce hasard arrive à se répéter à plusieurs reprises ! Depuis ce jour, Izayoi s'est promis de surveillé ses arrières avant de tenter quoique ce soit…ce n'est jamais drôle de se faire trainer par l'oreille devant une jolie fille même si celle qui vous emmène est une belle professeur. Son souvenir fut très rapidement interrompu par miss Masayuki :

-Mais, je n'ai pas l'intention de lui marcher sur les pieds ou de repasser après lui, de plus je préfère privilégier le dialogue avec les élèves, maintenant nous allons dire que l'affaire est réglée et que vous repartez tous les trois à zéro.

Il faut avouer que le petit sourire qu'avait fait sa professeur avait remonté l'ambiance et effacé un peu de stress. Pourtant le « toutefois » a mis clairement froid dans le dos à Izayoi, car il savait que la menace de Masayuki-sensei était sérieuse…surtout pour lui vu qu'il a eu des problèmes avec anti-skill malgré le fait qu'il se soit rendu volontairement au moment où ils sont arrivés, sinon il aurait déguerpis tel un renard.

-Toutefois, si par le plus grand des hasards, j'apprenais que l'un d'entre vous se retrouver une nouvelle fois dans les locaux d'Anti-Skill, de Judgement ou en salle des professeurs pour un comportement inapproprié ; soyez certains que je ne serais pas aussi « clémente ».

Izayoi en était bouche-bée, elle avait dit cela avec un air tellement calme et un joli sourire que l'on aurait pas du tout dit qu'elle venait de les menacer. Et malgré ce sourire « calme et joli », le blondinet pouvait sentir une aura noire digne d'un boss final de jeu vidéo.  Il n'arrivait même pas à imaginer quel genre de punition, elle serait capable de leur faire subir et il valait mieux éviter de la profiter de sa clémence. Les 3 adolescents acquiescèrent et effectuèrent leur courbette de manière synchronisée, tellement synchronisé que cela pouvait être inquiétant.

Quand Aosaka tendit la feuille à Izayoi, celui-ci refusait éperdument de la prendre et jetant des « va-t-en avec ça » du regard à l'autre blondinet. C'était de la paperasse et Izayoi déteste ça, il ne voulait pas signer une sorte de contrat qui allait sûrement lui demander de lire plein de longues lignes et plein de longue autres pages qui ne serviront pas forcément. Aosaka insistait tellement qu'Izayoi ne peut s'empêcher de laisser échapper un léger : « Eurgh…Paperasse ! éloigne-ça, Aosaka-san » à haute voix…cependant le regard de Masayuki-sensei le força à le prendre sans qu'il ne puisse dire un seul autre mot et puis c'était simplement leur laissé passer, pas besoin de signer de long contrat. Il eut peur pour rien et puis sans ça pas de Baito, sans baito…pas d'argent. Affichant une petite grimace, l'utilisateur d'offense armor pris la convocation.

L'adolescent aux cheveux blonds équipé de barrettes poussa un léger soupire en entendant qu'ils allaient travailler avec Anti-skill pour tester la viabilité et les résistances des nouveaux équipements. Ce n'est pas qu'il ne voulait pas le faire, au contraire comme il l'a dit à Aku-chan, il aime bien contribuer aux expériences. Le problème était ailleurs, car même si mystérieusement il n'a pas eu de répercussions pour avoir utilisé ses pouvoirs en pleine ville contre un autre espers…Anti-skill l'avait emmené. Donc il faut avouer que c'était un peu tôt pour lui de retourner les voir, enfin bon ça devrait lui redonner une bonne image s'il est « gentil ».

-L'heure et l'adresse sont inscrites sur la feuille et je tiens aussi à souligner le fait que vous représenterais Eiri high school auprès de ces messieurs les scientifiques alors j’attends de vous une conduite IMP-ECC-ABLE, soyez poli et respectueux . Enfin, pour ma part, je vous conseille de voir ce que vous demanderont les scientifiques comme de simple exercice similaire à ceux que vous passer durant le Systeme Scan (l'évaluation trimestrielle qui permettait de mettre à jour la « bank » ou la base de données ou était répertorié l'ensemble des esper et leurs pouvoirs ainsi que de faire un point sur la progression de l'esper dans le curriculum).

« Attend…sérieusement… ?? »

Elle venait sérieusement de dire à Izayoi de représenter son établissement ? Lui qui essaie d'aller le moins possible au daihaiseisai, qui préfère traîner dehors à manger des parfaits ou voir des filles plutôt que faire ses devoirs et qui était plus ou moins connu des professeurs pour ses petites bêtises avec son cher coéquipier. Cela ne le dérangeait pas d'être désigné et c'était même un « honneur » dans un sens, mais il était loin d'être l'élève idéale pour représenter son école…surtout le nombre de fois où il arrive en retard ou à la dernière minute, parfois à la dernière seconde. Clairement c'était plus un rôle qui convenait à Komao-san plutôt que lui ou Aosaka-san.

«  Impeccable, poli et respectueux…ça ne devrait pas être trop difficile…je crois.»

Enfin bon il devait admettre au moins une chose, c'est que ce travail était bien choisi pour lui. Si l'on se basait sur son pouvoir, c'était plutôt idéale et c'était presque l'une des seules méthodes pour exploiter Offense Amor. Ça veut dire qu'il allait passer sa journée à utiliser son pouvoir et frapper dans des équipements, ça allait être très joyeux…En parlant de journée, combien de temps ce Baito allait durer ? 1 jour ? 3 jours ? 1 semaine ? 2 semaines ? Combien de temps ? Si jamais les horaires l'empêchent de faire son rituel de manger des parfaits alors ils ont intérêt à lui offrir un bon paquet de parfaits à leur cafétéria !

En tout cas Izayoi savait que ce n'était pas par rapport à leur notes, mais sûrement plus par rapport à leur pouvoir. En effet, même si le blondinet ne connaissait pas le classement d'Aosaka, il savait que Naru est première de sa classe alors qu'Izayoi est plutôt vers la 12ième place sur une classe d'une vingt-cinq élève. Il est plutôt facile de savoir qui est la meilleur de la classe grâce au professeur qui vous le ressort en face dès que possible, grâce au classement et même grâce aux amis très peu discret pour demander de l'aide pour réviser. Donc ce n'était clairement pas pour leurs notes ou leur statut d'élèves modèles…enfin bon une expérience reste une expérience, c'était bon pour s'entraîner et pour s'améliorer, aider à contribuer à l' « avancement » de la cité scolaire. Il ne lui restait qu'une seule chose à demander, l'adolescent regarda son professeur avec un léger regard interrogateur à sa professeur :

« Sensei…combien de temps ça va durer ? »

Savoir combien de temps allaient durer ce baito était plus important que de savoir pourquoi Aosaka, Komao et lui étaient convoqués à une expérience qui concernait les équipements d'Anti-skill. Ce baito allait leur prendre beaucoup de temps libre et donc il aurait moins de temps pour sortir avec amis, se promener dehors et même manger ses parfaits. En plus si l'un de ses amis venait à entendre qu'il devait avoir des cours supplémentaires sous formes de baito, ils moqueraient de lui comme pas possible ! Il voyait déjà Mitsuki lui envoyer des photos de lui en train de manger un parfait pendant qu'il travaille ! S'il le voit, ce sera un high kick gratuit même s'il sait qu'il n'a encore rien fait ! Il sait qu'il le fera et puis connaissant cet idiot, il est probablement en train d'essayer d'écouter discrètement pour se moquer d'Izayoi quand il le pourra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naru Komao

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Au royaume des Lapins !

MessageSujet: Re: A Troublesome day full of surprise (Naru/Iza)   Sam 1 Oct - 3:51

Masayuki-sensei répondit alors à la question d'Hasakura-kun.

-Sur vos documents, vous pouvez lire qu'il y a deux séances de 2h chacune, ces "cours particuliers" ont été placés juste après la fin des cours avec une heure et quart de décalage pour vous laisser le temps de vous y rendre; ce qui vous fait finir tout juste à l'heure pour les derniers transports en commun puisque les horaires coïncident avec la fin des derniers cours particuliers, mais si vous finissez trop tard, vous pourrez toujours demander au laboratoire d'appeler un taxi qui se chargera de vous déposer au dortoir et dans ton cas Komao-san, chez toi.

Naru resta alors bouche bée lorsqu'elle entendit qu'ils pourraient être déposés en taxis, après tout elle n'était qu'une lycéenne qui se rendait le plus souvent à pied à son lycée, le simple fait d'imaginer une personne se chargerait de la véhiculer sans qu'elle n'ai aucuns frais à payer ou avancer lui paraissait déraisonnable.

"Sérieusement ?! Quel genre de Baito permettrait à des étudiants de se faire ramener en taxi aux frais de leur employeur ?"

Remarquant la gêne de ses élèves, Masayuki-sensei ajouta:

-N'hésitez surtout pas, c'est l'une des conditions que l'école à négocié avec le laboratoire, aussi pour en revenir à ta question Hasakura-kun; comme il s’agit de test RMD la durée de l'expérience va probablement dépendre de vos résultats...

-Nos résultats ? répéta Hasakura-kun d'un ton interrogateur.  

-Imaginons que vous mettiez à jour une faiblesse dans leur prototypes et que ces prototype ne remplissent donc pas le cahier des charges fourni par Anti-skill, il est plus que probable qu'il vous demande à nouveau vos services et que vous soyez ainsi rémunérés à nouveau pour votre travail supplémentaire.

-C'est carrément génial ! On est payé pour détruire des trucs en fait ! s’exclama Aosaka-kun désormais grandement motivé par le travail qui s'offrait à lui.

Tendit que la discussion se poursuivit entre Aosaka-kun et Masayuki-sensei, Naru baissa les yeux sur la feuille qu'elle tenait entre ses mains; elle commença à la décortiquer du regard en réalisant qu'il s’agissait d'un document "officiel" provenant du "monde du travail".

Un peu perplexe par l'apparence de la feuille, Naru ressentait un mélange de "ce n'est pas vraiment ce à quoi je m'attendais" et du "d'un coté, ça n'aurait pas été logique qu'il soit incompréhensible".

Son regard s’arrêta alors sur la dénomination qui ne semblait pas vouloir dire grand-chose puisqu'il s’agissait uniquement de la référence de l’expérience, son regard monta alors machinalement en haut à gauche de la feuille; à cet endroit se trouver inscrit deux code-barres avec deux codes d'identification écrient l'un au-dessus de l'autre, cette fois Naru les reconnut sans aucun problème.

Le premier code d'identification était le 763863-A, il s’agissait donc de l'identifiant de l'ordinateur qui avait servi à imprimer le document, la lettre A signifiait donc son niveau d'autorisation.

"En effet, on voit que ce n'est pas non plus un document "normal".

Dans la cité scolaire, toutes les données informatiques étaient placées sur un seul et même réseau, toutefois, cela ne voulait pas dire que n'importe quel élèves pouvaient s'approprier n'importe quelle informations comme par exemple les résultats des tests ou les rapports d'Anti-skill, ainsi chaque appareil avait un niveau d'autorisation que l'on pouvait connaître avec une lettre qui se trouvait à la fin de ce code; même s'il y avait aussi des autorisations spéciales et des cas particuliers.


En règle générale, les téléphones portables étaient des terminaux de niveau D, les ordinateurs de maison ou des bibliothèques étaient de niveau C, les terminaux utilisés par les enseignants étaient de niveau B, ceux des laboratoires étaient de niveau A et enfin, les terminaux utilisés par le conseil d'administration étaient de niveau S.

Le second était 769921-A, il s’agissait du type d'information, vu que celui-ci été de niveau A, Masayuki-sensei n'aurait jamais pu y accéder via son ordinateur par elle-même quand bien même le réseau était le même puisque son terminal était de niveau B, ce qui voulait dire que le laboratoire l'avait envoyé lui-même au lycée, ce qui expliquer le fait que le premier code d'identification (celui de l'ordinateur) était de niveau A.

La jeune lycéenne ressentit alors une certaine pression l'envahir.

Toujours plongée dans ses pensées, elle repensa alors un peu au fonctionnement du réseau de la cité scolaire qu'un professeur lui avait expliqué lorsqu'elle était encore à Tokiwadai.

Si elle se souvenait bien, il y avait 4 terminaux de connexions externes qui filtrés toutes les données qui rentraient et sortaient de la cité scolaire, ce qui permettaient aux habitants de pouvoir accéder à "l'internet" de l’extérieur tout en protégeant les informations de la cité scolaire de toutes fuites, l'inverse étaient aussi valable, il n'était pas difficile d'imaginer ce qu'un virus "lambda" de la cité scolaire avec 30 ans d'avance sur le reste du monde pouvait faire comme dégâts s'il venait à sortir de la cité scolaire.

Ses pensées partirent alors vers le reste du monde et du Japon ou plutôt la manière dont elle les visualisait, elle pensait qu'au minimum, les grandes villes devaient être équipées avec des robots nettoyeurs et les différent service de "base" de la cité scolaire.

Comme elle avait vécu toute sa vie à la cité scolaire, il lui était difficile de visualiser 30 ans "de retard" dans à peu près tous les domaines de la vie courante ou presque.

elle se "réveilla" et releva sa tête de la feuille soudain lorsque Aosaka-kun eut dit plein d'entrain:

-Sensei, je ne comprends pas pourquoi je dois y allez aussi s'ils n'ont pas besoin de moi pour ce travail et si je ne toucherais pas de rémunération ?

Les yeux de Naru s’écarquillèrent et son visage affichait un air interrogateur vers Aosaka.

"De quoi il parle ? J’étaie tellement plongé dans mes pensées que j'ai complètement zappée la discussion"

Apparemment , ni Aosaka-kun ni Masayuki-sensei n'avait remarqué le manque d'attention de la jeune fille à cause de leur discussion animée et la jeune fille comprit qu'elle manquait peut-être un peu de présence ce qui la déprima un peu même si une partie d'elle était satisfaite de ne pas avoir été remarqué; elle imputa alors son moment d’inattention à son manque de sommeil.

"Ça m'apprendra à veiller tard les soirs sur les jeux vidéo et les forums..."

Masayuki répondit alors avec le même calme à la question de son élève:

-Je pense que voir d'autres esper de niveau supérieur durant des exercices différant du system scan où vous êtes mis sous pression à cause du système de notation est une bonne chose pour le développement des capacités et dans le cas présent, comme vous avez tous les trois des pouvoirs liés à l'utilisation de l’atmosphère et que je connais très bien le chef de projet, il m'a fait une faveur en te faisant participer en tant qu'invité, je pense  donc qu'il s'agit d'une opportunité unique pour toi Aosaka-kun.

La réponse qui suivit laissa Naru perplexe:

-Ce n'est pas avec ce genre de cours supplémentaire que je trouverais une copine ou que je monterais de niveau.

Naru était surprise mais ce n'était pas tant par la manière de penser d'Aosaka-kun mais plutôt parce qu'il avait été capable de l'exprimer en face de sa professeur principale en toute honnêteté et sans crainte.

Le visage souriant de Masayuki-sensei se contracta légèrement et celle-ci sembla faire tous les efforts du monde pour cacher qu'elle était contrariée mais elle reprit la parole sans perdre une once de professionnalisme.

Comme si Masayuki-sensei était en train de donner un cours, elle continua d'expliquer son point de vue à l'aide d'un exemple pour que Aosaka comprenne mieux, elle faisait cela tout en jouant habilement avec un stylo qu'elle faisait tourner autour de chaque doigt de son index jusqu'à l'annulaire, petit tic qu'elle ne parvenait pas à cacher lorsque sa patience commençait à atteindre sa limite.


-Pour imager un peu cela, c'est comme lorsque tu joues à un jeu vidéo, et que tu arrives à faire parfaitement un combo compliqué en solo mais que tu n'arrives plus à le placer en ligne alors que tu en es capable et que des opportunités parfois plus simples qu'en solo se montre... . Pour être honnête, j’espère vraiment que ceci te permettra de monter ton niveau.

Masayuki-sensei se rendit alors compte qu'Aosaka-kun avait compris ce qu'elle voulait dire et elle termina alors son explication à ce moment et dirigea la "discussion" sur un point assez important qui avait été laissé en suspens un instant plus tôt.

-Par contre, Aosaka-kun, dois-je te rappeler qu'un étudiant ne doit se concentrer que sur les études ? Est-ce que tu te rend comptes que nous somme au Japon et qu'une grande partie de ta vie est décidé par tes résultats à la fin du lycée durant le "Daigakenyugakehigun" (Examen final qui met un terme au cycle d'études secondaires et oriente le cursus universitaire )? Tu devrais être un peu plus sérieux et investi Aosaka-kun.

La réponse d'Aosaka-kun fut immédiate et accompagnée d'un haussement  d'épaules et d'un grand sourire :

-Je n'aspire pas vraiment à de hautes études de toute façon sensei, si je n'avais qu'une chose à demander actuellement, ce serait d'avoir une petite amie.

Quiconque ne connaissait pas Aosaka se poserait de sérieuse questions sur lui en observant son comportement devant sa professeur principale mais il fallait savoir que les parents d'Aosaka Hiroshi étaient propriétaires d'une auberge traditionnelle près d'Osaka, Aosaka qui y avait grandi avait alors était gagné par la passion de ses parents et avant de se rendre à la cité scolaire, il passait la quasi-totalité de son temps libre à aider ses parents au point de reléguer au second plan ses études, du coup ses parents qui craignaient de le voir échouer ses études décidèrent de l'envoyer la-bas pour qu'il puisse se concentrer davantage sur les études et qu'il découvre de nouvelle chose.

D'une certaine manière; la moitié de leurs objectifs étaient atteints, le jeune Hiroshi avait bel et bien découvert un autre mode de vie... pour les études, c'était autre chose.

Masayuki-sensei connaissait déjà tout cela et c'est pour cela qu'elle tentait tant bien que mal de le remettre sur la voie des études, elle avait plusieurs fois tenté de lui faire prendre conscience que ce qu'il apprenait aujourd’hui lui servirait plus tard mais il ne montrait pas d’intérêt particulier pour autre chose que l'économie, la gestion et tout ce qui aurait un impact bénéfique direct pour la reprise de l'auberge.

Elle appuya son index de sa main droite contre sa tempe, ferma les yeux quelques secondes puis poussa un soupir.

-Hasakura-kun, komao-san, vous pouvez y allez, vous avez un peu de temps avant l’expérience mais ne soyez pas en retard surtout, Aosaka-kun vous rejoindra sur place.

Naru fit machinalement la courbette réglementaire tout en acquiesçant avant de se déplacer vers la sortie de la salle des professeurs avec Hasakura-kun.

En se retournant, elle songea un court instant à Aosaka-kun qui était resté avec Masayuki-sensei puis se dit que de toute façon, cela n'avait pas de grande importance par rapport à elle et ce qu'elle devait faire.


"Ça va probablement être un sermon sur "le devoir d'un étudiant et le comportement qu'il se doit d'avoir"

Au moment où Hasakura-kun s’apprêtait à faire coulisser la porte, des bribes de discussion leur parvinrent de l'autre coté de la porte.

Naru reconnut alors la voix de Mr.Mochiue; ses muscles se contractèrent instantanément, s'il y avait une personne qu'elle ne voulait plus voir aujourd’hui, c'était bien lui.

La porte s'ouvrit alors devant les deux blondinets et deux figures familières : Sakurako Mitsuki, le partenaire de Hasakura et élève de la classe 1B aussi connue comme membre de la "Messou Kombi » ainsi qu'un professeur de littérature qui se trouvait dans sa trentaine aux cheveux coupés court avec une expression sévère sur le visage : Mr. Mochiue.

Le professeur de littérature continua de parler à Sakurako-kun sans vraiment se soucier de Naru ou Hasakura-kun qui était resté figer sans rien dire dans un premier temps puis s'était écartés du chemin de Mr Mochiue.

-Dans ce cas nous allons discuter de pourquoi tu épiais la salle des professeurs avec ta professeur principale si tu ne veux rien me dire...  

Naru ne parvenu pas à complètement cacher sa surprise et elle fit mentalement un « face palm ».

Sentant qu'il était plus que temps de sortir de la salle des professeur si elle ne voulait pas être impliquée, Naru resserra le papier qu'elle tenait entre ses mains et sortie de la salle après le passage du professeur de littérature d'un pas rapide.

Sans attendre, elle se dirigea vers le casier à chaussure afin de récupérer ses chaussure de ville, à ses yeux, plus vite elle serait dehors, plus vite elle irait mieux .

Tendit qu'elle enfilait ses chaussures, elle fut rapidement rejointe par Hasakura-kun qui avait probablement était invité à quitter la salle des professeur d'une manière ou d'une autre... .

Elle se rendit alors compte qu'elle était seule avec un garçon de son âge et elle s'en retrouva presque pétrifiée sur place tant elle était gênée à cette idée.

Même si cela ne s'était pas trop vu à cause de la présence d'Aosaka-kun et les différents événements qui avaient eu lieu aujourd'hui, celle-ci était en temps normal, une adolescente presque associable, craintive et facilement intimidable.

De ce fait, il ne fallait pas plus que cela pour mettre la jeune fille très mal à l'aise.

Naru cherchait alors avec insistance un moyen d’échapper à la tension produite par le silence, ainsi elle tenta de prendre le taureau par les cornes et d’amorcer le dialogue.

Tentative seulement car aucun mot ne sortirent de sa bouche au moment fatidique suite à l’interpellation du jeune adolescent.

La raison était simple, Naru n'avait juste aucune idée de comment lancer la conversation avec Hasakura-kun.

Elle ne savait quasiment rien de lui mis à part qu'il était dans sa classe et qu'il faisait partie, apparemment, de la "messou kombi", une sorte de groupe d' "original" pour certain ou de "cancre ne pensant qu'à s'amuser" pour d'autres et qu'il avait la réputation d'un coureur de jupons (détail qui stressa Naru davantage).

Naru était désormais tellement stressée qu'elle ne parvint même plus à faire le lien entre le fait qu'il partageait tous les deux un même baito d'où le fait qu'il était venue la voir et la situation actuelle.

Elle concentrait actuellement toute son attention sur comment elle allait pouvoir briser le silence.

"Q q q qu'est c ce que j je peut dire ?"

Elle cherchait désespérément un sujet de conversation, ainsi la première chose qui lui vint à l'esprit fut de parler de la météo, ce qui lui parut trop stéréotypé et qui ne mènerait de toute façons qu'à plus de gêne et un échange de trois phrases tout au plus, quelque chose du genre:

<<-il fait chaud pour une journée d'automne hein ?

-c'est vrai qu'il fait chaud aujourd’hui.

-oui.

Silence de mort>>



Impossible ! Naru ne pouvait définitivement pas se résoudre à quelque chose d'aussi stupide et gênant que ce genre de discussion.

Désespérée, son cerveau fonctionnait à 300% de ses capacités pour tenter de trouver un sujet de discussion pour camoufler son stress.

"Aosaka-kun et Masayuki-sensei ? Non ! Je n'ai pas envie de penser à lui et je ne sais pas comment Hasakura-kun va le prendre si je lui parle de sensei vus les propos qu'elle à tenus tout à l'heure."

Remarquant que Hasakura-kun s’apprêtait à lui dire quelque chose, Naru déclara la première chose qui lui passa par l'esprit.

"Allez Naru, lance toi !"

Devant une panique intérieure intense qui se rependait comme du sirop renversé accidentellement sur un clavier d'ordinateur, Naru sortit donc sans réfléchir :

-Ano, Ha-h-Hasakura-kun, e e-est ce que c'est vrai que tu traînes avec des skill-out ?

Au moment exact où Naru eut terminé sa phrase, elle su qu'elle avait loupé une occasion en or de se taire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izayoi Hasakura

avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 20/10/2015
Localisation : Là où se trouve le strawberry parfait !

MessageSujet: Re: A Troublesome day full of surprise (Naru/Iza)   Ven 14 Oct - 11:31

-Sur vos documents, vous pouvez lire qu'il y a deux séances de 2h chacune, ces "cours particuliers" ont été placés juste après la fin des cours avec une heure et quart de décalage pour vous laisser le temps de vous y rendre; ce qui vous fait finir tout juste à l'heure pour les derniers transports en commun puisque les horaires coïncident avec la fin des derniers cours particuliers, mais si vous finissez trop tard, vous pourrez toujours demander au laboratoire d'appeler un taxi qui se chargera de vous déposer au dortoir et dans ton cas Komao-san, chez toi.

L’adolescent aux cheveux leva son sourcil droit avant de croiser ses bras, ses oreilles avait-elle bien entendu ? N’était-elle pas en train de divaguer ? A s’imaginer que l’école aurait réussi à faire en sorte que les étudiants sois ramené à chaque fin de Baito et sans dépensé un seul centime, il ne pouvait qu’être impressionné  par l’efficacité de son école. Il s’imaginait déjà être ramené en taxi après sa journée de travail tout en mangeant un bon petit parfait, une fin de journée idéale qui ne se déroulera surement pas comme il l’imagine, mais rien que le fait de rentrer en taxi et ne pas marcher était quelque chose qui lui faisait plaisir.

Sa joie fut de courte durée, malgré l’excitation de son camarade de classe, Aosaka-kun, Izayoi n’était pas très content en entendant les dires son professeur principal. Ils étaient payés pour leur travail, certes c’était cool, mais plus ils avaient de bons résultats et plus il y avait de chances qu’ils soient de nouveau convoqués. Hors de question ! On parle d’Izayoi Hasakura, un flemmard de premier ordre qui ne travaillera que lorsqu’il aura l’âge de travailler ! Hors de question qu’il fasse plusieurs Baito d’affilé. Alors que Masayuki-sensei était occupée à discuter avec Aosaka-kun, le blondinet était en train de se demander s’il ne serait pas mieux de ne pas se donner à fond. De cette manière, il récupérerait l’argent sans pour autant leur laissé la chance  d’être intéressé par un nouveau Baito.

« Héhéhé, ça peut le faire. Un problème de moi— »

Sa pensée fut interrompu par un regard perçant, imposant, autoritaire…Masayuki-sensei savait très bien à quoi le blondinet pensait et effectua même un soupire avant de prendre la parole.

- Hasakura-kun, je sais à quoi tu penses et il est préférable pour toi de te donner à fond…

D’un seul coup le corps d’Izayoi se raidit, avalant brusquement sa salive. On pouvait même voir une énorme goutte de sueur couler le long de son front. Il avait le message de son professeur principal et il n’avait aucune intention d’essayer de contourner son ordre, du moins pas sur le moment.

« Bien reçu, madame… »

Laissant le blondinet perplexe, légèrement déprimé par le fait qu’il allait devoir se donner à fond sinon ça risquait de retomber dans les oreilles de cette espèce de tyran et il valait mieux éviter cela. Le blondinet poussa un soupire avant de laisser Aosaka-kun et Masayuki-sensei continué leur discussion, une discussion qui n’intéressait pas plus que ça l’adolescent. Il était plutôt préoccupé à modifier son « emploi du temps » pour pouvoir faire sa routine parfait pendant le Baito…tout cela en utilisant des heures hypothétiques.

« Hum…si jamais j’essaie ça, au pire j’essaie d’exploiter le taxi et—«

Une phrase attira l’attention de son oreille, il ne savait pas si Aosaka venait de s’en rendre compte qu’i n’allait pas être payé ou quoique ce soit dans le genre, mais les deux avaient commencé à argumenter. En effet, il semblerait que l’autre blondinet ne soit pas payer pour ses services…Izayoi ne connaissait pas la situation d’Aosaka et il le considérait plus comme un « Mec dans sa classe » plus qu’autre chose. Pour tout dire une conversation qui parlait d’Aosaka et de son avenir importait peu le blondinet, comme dit précédemment : ce n’était pas son ami, mais une sorte de connaissance. Toutefois une phrase sortant de la bouche de l’autre blondinet avait faire qu’Izayoi se facepalm en entendant cela.

-Ce n'est pas avec ce genre de cours supplémentaire que je trouverais une copine ou que je monterais de niveau.

« Idiots… »

Malgré sa réaction et sa pensée, Aosaka était plutôt proche de son caractère sur certains points même s’il ne s’en rendait pas compte. Toutefois le dire devant leur professeur principal, c’était de la folie ! Il a déjà essayé et ça n’a jamais mené à quelque chose de pertinent si ce n’est, se faire engueuler. C’est pourquoi Izayoi préférait rester en dehors de la conversation et éviter d’être mentionner ou utiliser comme élément pour contrecarrer les dires de l’un ou de l’autre. Il était donc préférable pour lui de rester silencieux pendant que les deux argumentait, même s’il se demandait bien qui l’emporterait entre ces deux-là.

D’ailleurs c’était lui ou Masayuki-sensei venait vraiment d’utiliser les jeux vidéo comme exemple pour lui expliquer son point de vue ? Son professeur principal était une gameuse ? Impossible, anormal, irraisonnable et pourtant…non, non, non, ça devait être une méthode pédagogique qu’elle avait développé pour exprimer son point de vue aux étudiants. Mais si c’était vraiment une gameuse, alors il adorerait la défier et la vaincre pour avoir la satisfaction d’avoir gagné contre elle au moins une fois dans un domaine même si ça ne risque pas d’arriver vu qu’il est presque sûr qu’elle n’est pas très jeux vidéo. Malgré tout, son camarade semblait continuer de vouloir défendre son point de vue face à ce mur imprenable qu’était Masayuki-sensei.

-Je n'aspire pas vraiment à de hautes études de toute façon sensei, si je n'avais qu'une chose à demander actuellement, ce serait d'avoir une petite amie.

« Hoy, hoy…il continue vraiment avec ça. Il va finir par se manger un sermon à n’en pas finir…tu devrais savoir quand abandonner mon gars. »

C’était bien ce qu’il pensait, il avait déterminer à ne pas lacher l’affaire. Au moins c’était quelqu’un qui suivait ses convictions jusqu’au bout même dans les situations les plus futiles, aux yeux d’Izayoi il est plutôt préférable de se faire ses affaires discrètement et d’éviter de se faire repérer quitte à être un minimum vicelard. D’ailleurs il se demandais bien quand est-ce que la séances : « vous deux sortez, lui et moi on va parler », il allait surement souffrir…enfn il l’imaginait bien souffrir.

-Hasakura-kun, komao-san, vous pouvez y allez, vous avez un peu de temps avant l’expérience mais ne soyez pas en retard surtout, Aosaka-kun vous rejoindra sur place.

« Bingo ! »

Et voilà, ce n’était qu’une question de temps avant que ça n’arrive. N’hésitant pas une seule seconde, Izayoi sortis de la salle pour se rendre compte que le professeur de littérature : Mr.Mochiue était en train de parler un élève. Cet élève, n’était autres que son complices pour faire des bêtises Sakurako Mitsuki, à la vue de cette Izayoi un petit sourire moqueur se dessina sur son visage alors qu’il s’arrêta net pour observer la scène.

-Dans ce cas nous allons discuter de pourquoi tu épiais la salle des professeurs avec ta professeur principale si tu ne veux rien me dire...

Intérieurement Izayoi rigolait et se moquait de son camarade de classe, a tel point que pendant que monsieur était de dos et que Koamao sempai quittait la salle. Le blondinet était en train de faire des grimaces à son Sakurakou pour le narguer ! Même si c’était principalement une hypothèse de se part, il imaginait très bien comment cela s’était passé.

En voyant Izayoi convoqué par Masayuki à la fin de l’heure, Mitsuki était surement partis chercher le reste de la bande pour écouter aux portes et se moquer du blondinet par la suite. Sauf que voilà, monsieur Mochiue était surement en train d’arriver et les deux autres, étant de gros traitre, ont du s’enfuir laissant Sakurasou servir d’appât et de bouc émissaire. Et pour tout dire, c’était de sa faute, il n’avait qu’à faire attention et s’enfuir comme tout le monde.

S’il pouvait communiquer par télépathie, le blondinet se serait amusé à lui : « Alors on a voulu faire l’espion et on s’est fait attraper ? Bravo ~…Idiot. », Malheureusement ce n’était pas son pouvoir. C’est pourquoi après avoir terminé sa dernière petite grimace où il tirait sa langue, il reprit un air légèrement sérieux accompagné d’un petit sourire moqueur et sadique, il se mit alors a « applaudir » sans faire de son, juste exécuté le mouvement. C’était une provocation claire et nette pour se moquer de lui sans pour autant se faire attraper par le professeur. Il pouvait clairement voir l’air mécontent de son complice, ce qui lui procurait une certaine joie, toutefois il n’allait pas pouvoir profiter de cette petite joie. En effet, Mr.Monchiue semblait avoir remarqué sa présence commençant à se retourné pour voir où étais concentré le regard Sakurakou.

« Merde ! »

Son expression joyeuse se transforma en expression qui appelait légèrement à l’aide, mais où personne n’allait l’aider. Sakurakou va surement en profiter pour se venger et se moquer de lui, le temps que le professeur de littérature lui fasse un sermon. Quel manque de peau, il aurait se moquer et partir directement sans se faire reparé…il s’était laisser emporter par la situation et ça allait se retourner contre lui ou du moins c’est ce qu’il avait cru.

-Hasakura-kun, il me semble que tu as des choses à faire...Sors de cette salle.

« Oui, monsieur… »

C’était…étrange ? Anormale ? Un miracle venait de se produire, monsieur Monchiue venait juste de le laisser partir sans vraiment le réprimander ! C’était une première, sois il devait se dire qu’Izayoi avait suffisamment subit avec Masayuki soit il était vraiment concentré sur Mituski. En tout cas, hors de question de rester et de loupé cette chance de partir ! Sans plus attendre, Izayoi se dirigea vers la porte tout en lançant un petit sourire moqueur avant de quitter la salle.

Ce fut une longue journée, elle était plus ou moins loin d’être finis, mais au moins niveau journée de cours…c’était finis. Il avait par rejoindre Komao-sempai qui enfilait ses chaussures. Il n’avait jamais vraiment eu de discussion avec elle, c’était un peu l’élite du lycée alors que lui c’était presque un cancre. Un cancre qui était de niveau 3, mais un cancre quand même. De son point vue, il était plutôt normal pour lui qu’elle ne veuille pas vraiment lui parler, après tout certaine personne pensent comme ceci : « On ne mélange pas les torchons et les serviettes. ».

Le blondinet retira ses baskets du casier, prêt à les enfiler. Enfin il ne savait pas du tout si elle pensait comme ça, il ne savait même pas comment elle pensait. Pourtant elle traine avec Aosaka et c’était loin d’être un intello, il se rapprochait plus de la catégorie d’Izayoi et son interaction avec Masayuki-sensei le prouvait bien. Il allait travailler avec ces deux-là, donc il va finir par les connaitre et puis ça le changera des 3 autres imbéciles heureux…

Alors qu’il commençait a enfilé ses chaussures, un long silence s’était installé et il était plus ou moins difficile d’essayer de briser la glace surtout qu’il ne savait pas vraiment comment elle réagirait. Il n’avait pas vraiment de sujet de discussion en tête, il n’avait aucune envie de parler de Masayuki-sensei pour l’instant, ni même d’essayer de lancer de phrase de flirt et en plus il tenait encore à sa vie. Il n’était pas fou pour essayer de filtrer avec sa sempai dans se classe, sous peine de se faire tuer par ses fans et par une chevelure écarlate.

Pour une fois il ne savait pas vraiment comment commencer la conversation...c'était légèrement inhabituel surtout pour quelqu’un comme le jeune étudiant d’Eiri qui est censé être quelqu’un de sociable, enfin un minimum. Peu-être qu'il devrait prendre les devants et parler sans vraiment se casser la tête, en espérant que le sujet de discussion se fasse tout seul. Malheureusement, le silence s’était véritablement bien installer et il venait de finir d’enfiler ses chaussures, terminant ses lacets. Il était donc finalement prêt à décoller même s’il préférait discuter un peu avec la première de l’établissement, découvrir sa mentalité, sa manière de pensée, son histoire et son caractère.

La glace se brisa, mais pas de manière simple...oh non, elle avait emmené quelque chose avec elle.

-Ano, Ha-h-Hasakura-kun, e e-est ce que c'est vrai que tu traînes avec des skill-out ?

Exactement avec cette phrase, en brisant la glace, elle venait d’envoyer la conscience d’Izayoi et son cerveau dans un voyage en quête de vérité, de réponse juste après un « Eh ?..Quoi ?... ?. ? ». Il pencha légèrement sa tête sur la droite en croisant les bras et en regardant Naru-sempai avec un air interrogateur.

L’adolescent fouillait sa mémoire, il essayait de voir à quel moment il avait trainé avec des skill-outs…ça ne le dérangeait pas forcément, mais s’il pouvait stopper les mauvaises rumeurs de suites, c’était préférables. Son cerveau était donc en quête, une quête qui semblait indéterminable pour lui. Les seuls moments où il avait vu des skills-out, c’était lorsqu’il était rentrés à Strange et ils l’ont coursés pour essayer de lui faire la peau.

Ah ! Il y a avait bien un personne qui correspondait à ce critère : Alexandra Kotadjima, cependant c’était impossible que quelqu’un la connaisse ! Et puis même comme ça, ce n’était pas vraiment une skill-out…c’était plus une chasseuse de Skill-out qu’une skil-out en soit. Il secoua légèrement sa tête avant de poser deux doigts de ma main droite sur sa tempe, toujours en train de fixer Naru.

Finalement il recroisa les bras, penchant sa tête sur sa gauche et affichant un air confus à sa sempai.

« Euh….Eh bien…Ne vous trompez pas…hein…Je n’ai rien contre le Skill-out du moment qu’ils ne sont pas en train de me poursuivre… »

Oui, bon la partie concernant les Skill-out qui l’avait coursé lui avait légèrement échappé, mais il n’en avait pas vraiment tenu compte. Ce n’est pas comme si c’était exceptionnel de se faire courser par des Skills-outs ? Dans sa tête c’était plus ou moins normal si l’on met ses pieds à Strange, un détail qu’il ne donnera pas. Il continue sa phrase, sans vraiment laisser le temps à sa camarade de classe de dire quoique ce soit avant qu’il n’explique correctement son point de vue.

« Mais Komao-sempai, je ne traine pas avec des skills-out…D’où vient cette rumeurs ?? »

Il avait l’habitude d’appeler quasiment tout le monde sempai étant donné qu’il était née à la fin de l’année, c’était pratique pour éviter de manquer de respect aux gens sans pour autant savoir leur date de naissance. Il y avait surement des gens possédant son âge exact, mais il n’en connaissait pas vraiment. Enfin bon, ce n’était pas un problème, car d’ici un mois…il rejoindra tout le monde.

Il frotta l’arrière de sa tête, un peu gênée en regardant sa sempai.

« Est-ce que je ressemble vraiment à un délinquant ??? Je sais que je ne suis pas un exemple à suivre comme vous…mais à ce point ??!! »

C’était une question qu’il se posait vraiment, il est vrai qu’avec son comportement en classe et dans les couloirs, il pouvait être considéré comme une petit délinquant. Sans plus, il n’avait jamais rien fait d’assez grave pour être classifié comme un vrai délinquant, à l’exception du combat contre Akutoku Reitoko, mais personne n’est au courant sauf les professeurs et puis la visite à Strange…seul Alex était au courant. A moins qu’il y ait quelqu’un qui les vus ou un truc dans le genre, c’était bizarre.

Enfin cette question venait du fond du cœur, est-ce que les gens avaient vraiment l’impression qu’il allait voir des dangereux skill-out. Comme il l’a dit lui-même, il n’avait rien contre eux, toutefois être associés à des Skills-outs (et non au terme niveaux 0) était plutôt péjoratif à la citée scolaire…peu importe comment on le voyait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naru Komao

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Au royaume des Lapins !

MessageSujet: Re: A Troublesome day full of surprise (Naru/Iza)   Sam 29 Sep - 1:52

- Eh ?..Quoi ?... ?. ?

Devant la remarque de la jeune fille, le lycéen venait de bafouiller ces quelques mots tant sa surprise avait été grande, il avait alors croisé les bras, bougeait la tête sur le côté d'une manière un peu comique qui rappelait quelque peu le genre de réaction que l'on pouvait voir dans des mangas ou des anime.

Le jeune homme changea alors une nouvelle fois de position mais ne dit rien.

Naru décida alors qu'il était plus que temps de se rattraper et tenta donc de présenter ses excuses pour sa remarque déplacée auprès de son camarade de classe … en vain, puisque son corps ne répondit pas aux directives envoyais par son cerveau.

Hasakura-kun quant à lui avais finalement fini par balancer sa tête sur l'autre côté et observais désormais Naru d'un air interrogateur après avoir recroisé les bras.

Un instant s'écoulait tendit qu'aucun des deux étudiants à la chevelure blonde ne disaient mot.

Tous deux étaient probablement en train de réfléchir à leurs prochaines actions et se fut finalement le jeune homme en quête de vérité quant à sa réputation qui trouva le courage de prendre les devants contre l'envie de s’excuser de la jeune fille.

Le jeune homme encore confus s'exprima alors :

- Euh….Eh bien…Ne vous trompez pas…hein…Je n’ai rien contre le Skill-out du moment qu’ils ne sont pas en train de me poursuivre…  

Naru n'était pas certaine de ce que Hasakura-kun voulait dire en déclarant ceci et inévitablement une question lui vint rapidement à l'esprit.

« A a attend, est ce que ca veut dire qu'il traîne vraiment avec des skill-out ? « en train de me poursuivre ? » qu'est ce qu'il veut dire par la en fait ? Qu'est ce que je vais faire si il s’énerve contre moi ? »

Soudain, alors que Naru avait inconsciemment reculé d'un pas, le jeune homme se rapprocha et reprit la parole sans laisser le temps à la jeune fille dire quoi que ce soit.

« Mais Komao-sempai, je ne traîne pas avec des skills-out…D’où vient cette rumeurs ?? »


- a aa ano ...

Hasakura-kun se redressa légèrement et d'un air gênée tout en se grattant la tête puis déclara avec entrain :

- Est-ce que je ressemble vraiment à un délinquant ??? Je sais que je ne suis pas un exemple à suivre comme vous…mais à ce point ??!!

C'est ainsi que sans surprise, Naru qui n'était pas habituée à soutenir une discussion avec un jeune de son âge et du sexe opposé qui plus est, aussi longtemps, se mise en position accroupie et plaças ses mains au-dessus de sa tête comme pour se protéger et répondit au ton qui lui avait semblais monter chez l'étudiant (même si celui-ci ne l'avait pas agressée en réalité) :  

- Je suis vraiment désolée ! J je ne dirais plus rien ! C'est juste que certaine fille de la classe en avais parlées il y a quelque jours ! S'il te plait, ne me frappe pas Haskaura-kun !!

La jeune fille était déjà au bord des larmes devant l'insistance avec laquelle Hasakura-kun s'était adressé à elle et à cause de sa propre question idiote sortie de nulle part qu'elle aurait mieux fait de ne jamais prononcer.

Venait s'ajouter à cela, la tournure qu'avait prise la discussion, ainsi que le fait que la jeune fille ne se rendait que trop bien compte d'à quel point ses propres compétences à « être sociable » étaient ridiculement inexistantes malgré son âge.

Et une autre chose, venait d'entrée dans la balance de ses sentiments, Naru était une élève sérieuse et assidue au point que lorsqu'elle était en cours, elle parvenait à outrepasser sa timidité maladive et ses complexes tellement elle se focalisait sur le fait « d'être une bonne élève et d'obtenir de bons résultats afin de satisfaire les attentes de ses professeurs ».

c'était une chose qui était extrêmement ancrée en elle en grande partie à cause de l'éducation qu'elle avait eue en tant que child error et notamment de la manière dont les tuteurs qui s'étaient occupés d'elle l'avaient élevée.

«  Je sais que je ne suis pas un exemple à suivre comme vous…mais à ce point »

Au moment où la jeune fille entendit cette phrase, une myriade d'autres paroles que des gens lui avait dite dans le passé surgirent des recoins de son subconscient.

« Juste parce que tu a de bonnes notes, tu te croit meilleure que nous et tu ne veut même pas nous adresser la parole ? »

« Non, c'est faux ! C'est juste que je n'y arrive pas. » répondit-elle à cette voix intérieure .

« De toute façon, tu est comme tout ces espers de lvl 3 et 4, si on t'enlevais ton pouvoir, tu ne serait rien ni personne »

- je ...

- je ne suis pas « un exemple à suivre » ! je veut juste être comme tout le monde  ! déclara alors la jeune fille avant de commencer à pleurer et malgré elle générait autour d'elle sans y penser une bourrasque assez forte pour surprendre mais pas assez pour pouvoir faire quoi que ce soit d'autre.

Ironiquement, aux yeux de Naru qui avait passé tout son collège dans le jardin scolaire et à Tokiwadai middle school, le terme de skill out n'était pas nécessairement aussi péjoratif que ce qu'il était réellement pour des étudiantes qui en avaient parlées en grande partie parce que l'étudiant aux cheveux blonds, qui était connus pour être quelque d'un peu turbulent avait selon les rumeurs était vu non loin de strange une fois et avais trempé dans une histoire que les professeurs avaient fait taire de force il y a peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izayoi Hasakura

avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 20/10/2015
Localisation : Là où se trouve le strawberry parfait !

MessageSujet: Re: A Troublesome day full of surprise (Naru/Iza)   Mar 2 Oct - 14:35


Ce qu'il avait dit était censé « arranger » la situation, éclaircir les propos et contredire les fameuses rumeurs qui tournait à son sujet. Ce n’était pas censé provoquer ça, absolument pas. Au dépourvu d'Izayoi, Komao-sempai s’était recroquevillé sur elle-même, accroupi et main sur la tête. Il lui faisait peur à ce point ?

- Je suis vraiment désolée ! J je ne dirais plus rien ! C'est juste que certaine fille de la classe en avais parlées il y a quelque jours ! S'il te plait, ne me frappe pas Haskaura-kun !!

L’adolescent aux cheveux dorée comprenait mieux la situation, ils avaient dû le voir traîné près de Strange ou alors ils ont sûrement vu sa malchance en action. Être rentré en conflit avec la Reine des glaces Akutoku Reitoko n'avait fait qu'alimenter les rumeurs à son sujet, cela avait renforcé sa position de délinquant de la classe, de fauteur de trouble même. Voilà qui était embêtant…

Jamais, à aucun moment, il pensait qu'elle réagirait de cette manière. Il avait insisté pour prouver que les rumeurs était fausse et voilà qu'il se retrouve à les renforcer en mettant sa camarade de classe au bord des larmes. Il devait se rattraper, il devait dire quelques choses pour arranger la situation. Toutefois, sa mauvaise manie de parler sans retenu avait encore fait des siennes et il avait laissé une phrase qui les comparé tous les deux. Ce n’était peut-être pas la meilleure chose à dire, mais il ne s’attendait vraiment pas à ce que ce empire la situation.

- je ... je ne suis pas « un exemple à suivre » ! je veut juste être comme tout le monde !

Izayoi ne savait pas trop quoi répondre, grâce à son manque de tact habituel, il n’avait pas utilisé les bons mots. Il cherchait les mots, mais rien ne venait.

« Sempa— »

Une bourrasque s’était fait sentir, une expression de surprise s’était formée sur le visage de l'adolescent. Elle aurait perdu le contrôle ? Non, pas à ce point, elle devrait être assez mal pour que le contrôle lui échappe un court instant. Si Sakurakio était là, il lui aurait dit un de ces nombreux « Mister no tact a encore fait des siennes » ou il se serait contenté de soupirer, car même Izayoi s’était rendu compte de son erreur, de sa maladresse.

Alors qu’il regardait Komao-sempai, les mots ne sortait pas, il ne savait pas quoi dire, il ne savait pas quoi faire. C’était la première fois qu’il voyait une jeune fille se recroqueviller sur elle-même tout en pleurant. Qu'est-ce qu'il pourrait faire ? Qu’est-ce que ses parents faisaient lorsqu’il pleurait dans son coin ? Qu’est-ce sa sœur faisait lorsqu’il était dans le même état ?

Légèrement hésitant, mais aussi délicatement que possible, Izayoi avait posé sa main sur la tête de sa « sempai ». Tentant, tant bien que mal, de la réconforter. C’était la seule méthode qui lui venait en tête à ce moment précis, la seule solution que lui avait fournis ses souvenirs d’enfant où il était plus ou moins dans le même état.

« Désolé, je ne voulais pas que tu le prenne comme ça.»

L’adolescent aux cheveux dorés avait rapidement retiré sa main, après tout Naru Komao n’était ni son amie, ni un membre de sa famille, c’était seulement une connaissance. Il tentait de la réconforter, mais il ne savait pas s’il avait le droit de poser sa main sur sa tête comme le ferait quelqu’un de proche, c’était juste une tentative comme une autre de la mettre en confiance.

« Je n’avais pas imaginé la pression que tu pouvais ressentir… »

C’est vrai, être un modèle signifie que beaucoup de yeux sont rivé sur toi. Pour quelqu’un comme Izayoi qui ne s’en souciait pas et qui était plutôt vu comme un exclu de la classe à cause de son comportement excentrique, différent…les regards n’était pas les mêmes et il n’avait pas à ressentir cette pression. Pour Naru Komao qui était une esper de niveau 4 et l’une des meilleures étudiantes de l’établissement au niveau des notes, si ce n’est la meilleur, cette pression était tout autres.

« Quand je disais modèle à suivre…je parlais du fait à quel point tu es impressionnante. Tu as non seulement de bonnes notes, mais tu es aussi une esper de niveau 4. Tu as dû travailler dur et ça, personne ne peut te l’enlever, c’est quelque chose que « n’importe qui d’autre » peut faire avec un peu de volonté. »

L’adolescent s’était mis à se gratter l’arrière de la tête, il cherchait ses mots de façon à ne pas la blesser ou à ne pas être mal interprété et éviter qu’elle ne se mette à pleurer à nouveau. Beaucoup d’étudiant diront que le talent a joué, mais la mascotte de la citée scolaire était la « preuve » que le travail paie. Les niveaux 0 seront jaloux des espers avec un pouvoir, les espers seront jaloux des espers qui ont un meilleur niveaux, c’était cruel comme façon de penser.

« Je veux dire, même quelqu’un comme moi a pu atteindre le niveau 3. Les regards ne sont pas forcément les mêmes, la pression n’est pas la même, mais malgré le fait que tous le monde me regarde comme un « délinquant »…Je fais comme si ça ne m'atteignait pas et je continue de sourire ! »

A la fin de sa phrase le blondinet avait un sourire assez jovial, totalement honnête. Malgré ses dires sans Sakurako et les autres, il s’amuserait peut-être moins souvent et il s’ennuierait surement. Peut-être qu’il serait toujours traité comme un délinquant, mais sans un ami avec qui trainer ou alors il serait plus intégré dans la classe, mais il en doutait légèrement. Il avait du mal à envisager une vie scolaire sans ces quatre zigoto qui lui servaient d'amis.

« Même en étant comme les autres, il y aura toujours des personnes jalouses et ça peu importe comment tu es. Alors ne pleure pas, souris. Et puis tu es plus mignonne quand tu souris Komao-sempai. »

Il n’était pas certain de l’efficacité de ses paroles, mais il espérait sincèrement qu’elle se reprenne et qu’elle ne pleure plus. Il se demandait bien ce qu’il s’était passé pour qu’elle réagisse comme ça en entendant le mot « modèle à suivre », souvent les étudiants sont fiers de l’être. Si ce n’était pas le cas, il y avait souvent une raison antérieure comme : la jalousie des autres étudiants qui mène à pousser l’étudiant qu’ils ont dans le viseur jusqu'à ce qu'il craque…du bizutage en somme. Izayoi tendit sa main à l’esper pour l'aider à se relever, si son petit « discours » n'avait pas fonctionné, il ne savait pas comment il ferait pour améliorer la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naru Komao

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Au royaume des Lapins !

MessageSujet: Re: A Troublesome day full of surprise (Naru/Iza)   Mer 3 Oct - 5:06

Les casiers à chaussure et le hall d'entrée baignaient désormais dans la lumière du crépuscule orangé et par chance pour la jeune fille recroquevillée sur elle-même, aucun autre étudiant n'avait eu à assister à la discussion quelque peu agitée entre les deux adolescents aux cheveux blonds.

Si cela avait été possible, elle aurait volontiers échangé son pouvoir de contrôle du vent contre un pouvoir de contrôle du temps afin de revenir en arrière jusqu'au moment où ils étaient sortis de la salle des professeurs, mais cela était bien sûr impossible.

Tandis qu'elle s'évertuait à chasser ses mauvais souvenirs et à se préparer mentalement à présenter ses excuses à Hasakura-kun une fois qu'elle aurait récupéré un certain niveau de calme intérieur, une main se posa alors délicatement sur sa tête.

Ce geste lui rappela alors soudain sa seconde tutrice, celle qui s'était le plus occupé d'elle et qui l'avais soutenue et poussée à travailler dur ; c'était en grande partie grâce à cette personne qu'elle avait était capable de rentrer à Tokiwadai et elle avait était la dernière (et la seule dont Naru se souvenait) à lui avoir caresser la tête ainsi pour la réconforter.

- Désolé, je ne voulais pas que tu le prenne comme ça.

Après avoir dit ça, l'étudiant enleva rapidement sa main mais continua malgré tout de parler ;

- Je n’avais pas imaginé la pression que tu pouvais ressentir…  

Naru voulut l'interrompre car c'était entièrement de sa faute à elle, s'ils s'étaient retrouvé dans cette situation et elle voulait vraiment s'excuser à sa place, mais pour une étrange raison qui lui échappait totalement, son corps une nouvelle fois refusa de bouger mais pourtant, elle sentit comme une sorte de pression se dissiper tendit que l'étudiant était en train de parler.

- Quand je disais modèle à suivre…je parlais du fait à quel point tu es impressionnante. Tu as non seulement de bonnes notes, mais tu es aussi une esper de niveau 4. Tu as dû travailler dur et ça, personne ne peut te l’enlever, c’est quelque chose que « n’importe qui d’autre » peut faire avec un peu de volonté.

Elle se sentait désormais encore plus honteuse de son comportement mais aussi flatté par la manière dont Hasakura-kun parlait d'elle et de ses résultats, elle s'exhorta alors à davantage de courage et releva doucement la tête afin d'être capable de voir le visage de son interlocuteur car regarder quelqu'un dans les yeux durant une discussion était la base de la communication et de la politesse.

- Je veux dire, même quelqu’un comme moi a pu atteindre le niveau 3. Les regards ne sont pas forcément les mêmes, la pression n’est pas la même, mais malgré le fait que tous le monde me regarde comme un « délinquant »…Je fais comme si ça ne m'atteignait pas et je continue de sourire ! déclara alors hasakura-kun avec un grand sourire jovial comme pour appuyer la dernière partie de sa phrase.

Naru se sentit encore plus mal d'avoir porter davantage de crédit à des ragots de couloir plutôt que d'avoir tenté de connaître Hasakura-kun davantage par elle-même, il était plus que probable que le jeune homme n'avait pas apprécié d'être considéré comme un skill out par une fille qu'il connaissait à peine et cela l'avait probablement blessé.

Malgré tout, ce n'était pas ces quelques moments avec le blondinet qui allait transformer la jeune fille en une personne sociable non plus et Naru le savait bien.

Toutefois, la manière d'encourager du blondinet l'avait touchée et celle-ci se jura intérieurement qu'elle ferait tout pour que leur activité extra-scolaire se passe pour le mieux et qu'elle lui rendrait la pareille d'une manière ou d'une autre en plus d'excuse en bonne et dût forme pour ce qu'elle lui avait dite.

Soudain, tel un missile, l'étudiant termina son discours avec un encouragement suivi d'une déclaration qui était d'un niveau bien trop élevée par rapport au point de social de la jeune fille et qui fit alors exploser son niveau de nervosité à des sommets qui pouvaient ridiculiser le mont Evrest.

- Même en étant comme les autres, il y aura toujours des personnes jalouses et ça peu importe comment tu es. Alors ne pleure pas, souris. Et puis tu es plus mignonne quand tu souris Komao-sempai.

Rapidement, le raisonnement de Naru se bloqua et telle une boucle sans fin, sa conscience se mise à répéter ce qu'elle venait tout juste d'entendre :

- Et puis tu es plus mignonne quand tu souris Komao-sempai.

Les joues de la jeune fille s'empourprèrent instantanément et la blondinette détourna rapidement la tête sur le côté tendis que son cerveau continuait de se noyer dans la confusion..

Elle était heureuse que quelqu'un lui dise ça et c'était normal, tout le monde le serait, mais cette phrase était sorti un peu vite, à un moment où elle ne s'y attendait pas et la jeune fille ne savait absolument plus comment agir ni quoi dire désormais.

Hasakura-kun, tel un héros de manga tendit alors sa main pour aider la jeune fille à se relever.

Sans vraiment y penser, Naru la saisit et elle se releva avec l'aide du jeune homme, aprés un long moment à ne pas réussir ni à s'excuser ni à dire quoi que ce soit en fait, elle bredouilla alors une excuse pour changer l'étrange atmosphère qui s'était installée dans ce couloir désert de lycée qui baignait dans la douce et réchauffante couleur du crépuscule sans un bruit.

- N n nous devrions n n nous dépêcher si nous ne voulont pas être en retard pour les cours supplémentaire.

En disant cela, son visage affichait pourtant un énorme sourire qui lui donnait l’impression de lui monter jusqu'aux oreilles qu'elle essayait de réprimer ainsi qu'une gêne qui reflétait ses pensées confuses, sans compter que ses joues étaient encore bien rouges.

Curieusement, elle ne parvenait pas à parler d'eux sans légèrement bredouiller et repenser à une certaine phrase qu'elle n'était pas prête d'oublier.

Un peu à la manière d'un automate, elle se dirigea alors vers l’extérieur du lycée afin de se rendre sur le lieu où se déroulerait leur baito et aussi par la même occasion éviter de croiser le regard de l'étudiant.

~ ~ ~

Naru et Hasakura-kun étaient désormais dans les locaux d'un certain centre de développement qui travaillait sur des prototypes d'équipement de protection qui avait des relations avec les forces de défense de la cité scolaire.

Sans surprise, le centre de développement se trouvait dans le district 2 où avait été rassemblé l'ensemble des infrastructures affiliées à l'armement ainsi que les zones d’entraînements pour Anti-Skill et Judgment.

Pour Naru, c'était la première fois qu'elle mettait les pieds dans ce district et se trouvait dans un centre de recherche dédié à la fabrication d'équipement mlitaire lui donner un peu l’impression de ne plus être dans le monde réel.

Une fois sur place, les étudiants s'étaient présentés à l'entrée du centre de recherche et ils avaient dû donner les feuilles que leur professeur principal leur avait remises en plus de leur ID étudiant.

Le garde avait tellement intimidé la jeune fille qu'elle s'était presque cachée derrière Hasakura-kun pour évitais que celui-ci ne la regarde davantage ; finalement, après une légère attente, un chercheur s'était présenté à eux et leur avait amené des badges temporaires qui leur permettraient de se déplacer librement dans le bâtiment, même si en réalité, aucun d'entre eux n'oserait probablement s'écarter des endroits où ont leur dirait d'aller.

Désormais, Hasakura-kun et Naru se trouvaient dans une sorte de réfectoire où les employés prenaient probablement leur pause et ils n'avaient plus qu'à attendre que le chercheur qui s'était absenté ne revienne afin de leur expliquer précieusement ce qu'ils devraient faire durant le baito.

Mais rapidement, ce ne fut pas le chercheur qui les rejoignit dans ce réfectoire en premier mais Sakurakou-kun et Aosaka-kun tous les deux avec un badge temporaire sur lequel on pouvait voir marquer « guest » guidés par la secrétaire que Naru et Hasakura-kun avaient croisée un peu plus tôt en rentrant dans le bâtiment tandis qu'ils suivaient le chercheur qui était venue les chercher à l'entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izayoi Hasakura

avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 20/10/2015
Localisation : Là où se trouve le strawberry parfait !

MessageSujet: Re: A Troublesome day full of surprise (Naru/Iza)   Ven 12 Oct - 20:05

Il semblerait que les paroles aient été efficace, la jeune étudiante semblait avoir meilleure mine, les larmes avait été remplacé par des joues roses. C’était à la fois mignon et amusant à voir, c’était bien la première fois qu’il voyait Komao-sempai rougir. Il ne l’a connaissait pas assez pour ça après, à part ce qu’il voyait de loin, il n’avait pas beaucoup interagit avec elle…ni même les autres de la classes. Néanmoins, il était content que sa sempai ne soit plus en train de pleurer et elle avait accepté son aide pour se relever, c’était plutôt bon signe.

« - N n nous devrions n n nous dépêcher si nous ne voulont pas être en retard pour les cours supplémentaire. »

La phrase de la blondinette était accompagnée d’un sourire et quelques pommettes roses, il n’avait pas pu s’empêcher de penser qu’un sourire lui allait vraiment bien. Il avait donc répondu à la jeune fille avec un sourire à son tour tout en la suivant vers l’extérieur du lycée.

« Oui, arriver en retard le premier jour n’est pas une bonne idée. »

S’ils venaient à arriver en retard à leur premier jour, il était certain que Masayuki-sensei viendrait les engueuler pour les remettre à l’ordre. D’autant plus qu’elle lui avait demandé de se donner à fond et qu’il avait plus ou moins accepté…Le baito n’était pas une mauvaise chose en choix, cela risquait de prendre pas mal de temps, mais cela va entraîner son pouvoir et lui permettre de recevoir une rémunération pour avoir participé. Ce n’était pas quelque chose dont il pouvait se plaindre, c’était plutôt bénéfique même s’il ne pensait pas qu’il utiliserait son temps libre ainsi.

* * *

Accompagné de Komao-sempai, ils étaient arrivés aux locaux du centre où allait se dérouler leur baito. Ce n’était pas la première fois qu’il mettait les pieds dans le district 2, la toute première fois il était venu essayer d’espionner l’entraînement de judgment. Il ne s’attendait pas vraiment à revenir ici, même si cette fois-ci ce serait pour participer à une expérience.

Une fois à l’entrée du centre de recherche, ils avaient leur donner la paperasse qu’ils avaient eut plus tôt accompagné de leur ID étudiant. Le garde quant à lui était assez intimidant et semblait agacer, garder une porte ce n’était jamais quelque chose d’amusant…le blondinet se disait que ce genre d’activité devait être vachement ennuyant et qu’il comprenait l’air agacé du garde.

Alors qu’il profitait de l’attente pour observer l’infrastructure et remarquant un bon nombre de caméra de surveillance, il se disait bien que les moments où il pourrait se permettre de ne rien faire sans qu’on le sache était particulière impossible. Un scientifique était finalement arrivé pour leur confier des badges temporaires et quand bien même il était particulièrement intéressé par une visite du centre de recherche, il savait très bien qu’on ne le laissera pas aller où il en a envie et il n’avait pas envie que ça finisse aux oreilles de Masayuki pour qu’elle vienne lui tirer les oreilles. Le chercheur les avait emmenés au réfectoire en leur disant d’attendre son retour, ce que les deux étudiants ont fait.

Pendant cette attente, Izayoi avait lancé quelques regards en direction de Komao-sempai afin de lancer la discussion, mais à aucun moment il a réussi à entamer la conversation avec elle alors qu’elle semblait éviter son regard. Ainsi assez rapidement l’étudiant aux cheveux dorés s’ennuyait et n’hésitait pas à le montrer en laissant échapper un petit bâillement.

« hm ? »

Une silhouette qu’il connaissait plutôt bien était arrivé aux réfectoires : Aosaka-kun, après tout lui aussi faisait partie du baito. Toutefois, ce n’était pas ce qui avait attiré l’attention du jeune homme. Aosoka n’était qu’une connaissance parmi tant d’autres, par contre la personne à ses côtés n’était autre que son camarade d’arme : Sakurakou Mitsuki. Il était difficile de le confondre avec qui que ce soit avec ses fidèles mèches bleues, celui-ci fit un signe de main au blondinet qui avait répondu avec un sourire.

« Alors ? Mitsuki qu’est-ce que tu fais là ? »

Un petit sourire narquois était apparu sur les lèvres du blondinet alors que l’étudiant aux cheveux ébène détournait du regard, la situation était simple : Sakurako avait voulu écouter aux portes de la salle des professeurs, mais c’était fait attraper par Mr.Mochiue. La suite des évènements était plutôt logique, en « punition » instructive, Masayuki-sensei avait dû contacter sa connaissance afin de rajouter un étudiant un peu trop curieux à la liste. Mitsuki étant un esper de niveau 1, un utilisateur d’Air bag  et avec Naru Komao l’aérokinésiste de niveau 4, cette expérience ne pouvait lui faire « que du bien », ce serait surement une bonne expérience pour lui.

En parlant de niveau, tous les membre de la messou team était niveau 1 à l’exception d’Izayoi qui était niveau 3. Si la mémoire du blondinet fonctionnait correctement, le pouvoir de Saito consistait à détecter les mensonges à partir des gestes d’un individu, de son environnement, de ses réactions, c’était un pouvoir basé sur la psychométrie, heureusement il a dû mal de le contrôler sinon il serait imbattable pendant leur partie de cartes et puis sa catch phrase : « I taste a liar » était plutôt effrayante. Quant à Hiragi, c’était un niveau 1 avec la capacité appelé « Hydrohand », ce n’était pas très utile à part arrosé les filles par accident. Une capacité parfaite selon lui et Saito…

« ‘Rusai, je suis là pour te surveiller. »

S’il y a bien une chose dont il était sûr, c’est qu’aucun professeur censé d’esprit n’aurait envoyé un membre de la Messou Team en surveiller un autre. Ce serait leur demandé voire même de leur donner l’autorisation de mettre deux fois plus le bordel, même si en réalité ils n’avaient pas vraiment besoin d’autorisation. Un petit sourire s’était formé à nouveau sur le visage de l’adolescent aux cheveux dorées, il ne le disait pas ouvertement, mais il était réellement content de voir son ami ici et son sourire en était la preuve.

« Masayuki-sensei ne te confierai pas ce genre de missions, avoue-le, tu t’es fait punir parce que t’as été trop curieux. Je sais que tu ne peux pas te passer de moi, mais de là à aller jusqu’à te faire faire punir pour me suivre. Je suis hono—»

Sakurako avait légèrement grogné avant de passer son bras autour de la nuque de l’adolescent et de lui frotter le crâne avec son poing, le tout avec un gros sourire aux lèvres.

« Toi et ta grande bouche ! »

Le sourire de Sakurako n’avait pas disparu, bien au contraire il était devenu encore plus grand quant à Izayoi, malgré la « douleur » son sourire et son rire n’avait pas disparu.

« Attend ! Mitsuki, aie, je, aie, rigolais »

Quelques secondes après, comme si son sixième sens détecteur d’autorité s’était activé, Mitsuki avait lâché brusquement le blondinet permettant à celui-ci de se « recoiffer » rapidement alors que la porte du réfectoire s’était ouverte. Laissant apparaître la silhouette d’un scientifique, vêtu de la célèbre blouse blanche et cheveux mal plaqué en arrière, légèrement ébouriffé accompagné d’un bouc mal rasé.

« Bonjour, les jeunes. »

Sa façon de parlé était en accord avec son allure « décontractée ».

« Votre professeur vous a surement déjà tout expliqué, mais un petit récapitulatif en route ne fera pas de mal. Suivez-moi, je vous explique en chemin. »

Sur ces mots, le scientifique se dirigea en dehors du réfectoire suivis des quatre étudiants d’Eiri. Longeant les couloirs du centre de recherche, il s’était légèrement tourné vers eux avant de prendre la parole.

« Comme vous l’a dit votre professeur, on souhaite effectuer des simulations sur nos équipements face à l’utilisation du pouvoir d’espers principalement lié à la pression afin de vérifier leur résistance, leur performance face à eux. »

Marquant une petite pause, il entra dans une salle remplit d’équipements d’anti-Skill, des armures, des boucliers et plein d’autres choses. Il y avait même des pantins portant l’armure d’anti-skill accompagné du bouclier et du casque. Izayoi était plutôt surpris par la quantité astronomique d’équipements présents dans cette salle.

« Les jeunes, vous voyez tous ces équipements ?  Ces pantins robotisés qui nous ont coûté une blinde et qui vous attendent le pieds ferme ? »

Déclara-t-il en pointant du doigt, d’un ton assez amusé et décontracté.

« Défoulez-vous dessus avec vos pouvoirs. »

Un sourire s’était formé sur les lèvres du blondinet.

« Oka—quoi ? »

Le sourire avait disparu pour laisser place à un air interrogateur pendant que Mitsuki et Aosaka regardait le scientifique abasourdi par ces propos. Ces équipements qui coûtent des centaines de millier de yen allait simplement être détruit comme ça ? C’était la citée scolaire après tout, peut-être que cette somme n’était rien pour eux et puis de bons équipements pour Anti-skill était préférable s’il voulait faire régner l’ordre convenablement.

« Allez, c’est parti. Le temps, c’est de l’argent les jeunes. »

En entendant ces mots Izayoi avait jeté un regard perplexe à son fidèle camarade avant d’hocher la tête et de tourner les bras dans le vide comme pour s’échauffer, son pouvoir consistait à s’entourer d’une armure d’azote hyper compressé capable de défendre et de résister à beaucoup de choses, elle lui permettait aussi d’augmenter sa force de frappe grâce à la manipulation de masse des molécules d’Azote même si sa maitrise est loin d’être parfaite. Ce serait bête de se faire une crampe, même si cela était peu probable. Activant son pouvoir, le blondinet s’était apprêté à frapper un pantin portant l’armure complète d’Anti-skill, mais à sa grande surprise le pantin avait paré son coup avec le bouclier.

« Ah, j’ai failli oublier, certains pantins sont automatisés pour les rendre plus difficiles à toucher. On a besoin d’amasser le plus de données possible »

En y réfléchissant bien ce n’était pas surprenant qu’il y ait qui soit automatisé, il faut bien les tester en toutes circonstances. Pendant qu’Izayoi était occupé avec le fameux pantin, l’étudiant aux cheveux ébènes et aux mèches bleu s’était rapproché de l’autre invité venu pour observer.

« Aosaka-kun, un petit pari ? »

Aosaka leva un sourcil, méfiant. La messou team était connu pour se faire des mauvais coups entre eux et causer un certains…vacarme, si un de ses membres s’approchait de toi, ce n’était jamais bon signe surtout Sakurakou Mitsuki.

« Hum ? »
Mitsuki afficha un léger sourire avant de prendre la parole.

« Rien d’important, parions juste sur lequel des deux va en détruire le plus. Bien entendu, je paris sur l’idol de notre école : Komao-san. »

Toujours sourire aux lèvres, l’étudiant aux cheveux noir pouvait sentir la méfiance du blondinet en face de lui et même s’il venait à refuser, c’était plutôt « amusant » de l’embêter plutôt que juste regarder les deux autres casser des trucs.

« Hors de que— »

Aosaka-kun n’avait même pas eu le temps de terminer sa phrase que la voix du scientifique avait retentit.

« Je participe aussi les jeunes. »

Les deux étudiants d’Eiri était tous les deux surpris que le scientifique s’incruste dans le pari, mais cela arrangeait particulièrement Mitsuki qui pouvait voir petit à petit ce pari s’imposé sur Aosaka-kun.

« Ha ?! »

Quant à Aosaka, il sentait bien qu’il ne pouvait plus vraiment fuir ce pari et à son grand malheur, le scientifique avait décidé d’énoncer sur qui il allait parier.

« Bien entendu, je parie sur la jeune fille. C’est une niveau 4 après tout »

Non seulement ce pari lui était imposé, mais en plus de cela il était forcé de choisir le choix restant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A Troublesome day full of surprise (Naru/Iza)   

Revenir en haut Aller en bas
 
A Troublesome day full of surprise (Naru/Iza)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'armée full boîte de conserve du métalkramé
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» [2000pts ork]La Band' à Wazdakka (full moto)
» Il l'a surprise nue...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: La Citée Scolaire :: Les établissements scolaires :: Les lycées :: Eiri High School-
Sauter vers: