Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pluie du soir, bonsoir. [pv. Haruhiro & Takuya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shokuhou Misaki



Messages : 54
Date d'inscription : 22/01/2016

MessageSujet: Pluie du soir, bonsoir. [pv. Haruhiro & Takuya]   Mer 24 Aoû - 22:30

Il est des jours avec, et il est des jours sans. Aujourd’hui était plutôt un jour sans pour Misaki, il fallait le dire.

La journée n’avait pas trop mal commencé pourtant : le week-end commençait, on était un samedi et la reine de Tokiwadai comptait bien en profiter pleinement en allant faire son petit tour en ville. C’était d’autant plus vrai que pour une fois, ses comparses avaient toutes quelque chose d’autre à faire, ce qui lui laissait une après midi à elle, tranquille, sans personne pour lui dire de ne pas manger trop d’éclairs aux chocolats. Franchement, elle était pas belle la vie ? Enfin, si tout avait daigner se passer ainsi, cela aurait été le cas bien sur. Mais connaissez-vous la loi de Murphy, ou loi de l’emmerdement maximal ? Non ?

Vous allez voir…

Déjà, lorsqu’en début d’après-midi, elle arriva à sa pâtisserie favorite du District 7, il ne restait plus AUCUN des gâteaux qu’elle adorait. Et bien sur cela était absoluement scandaleux ! Scandaleux au point qu’elle dut se rabattre sur une pâtisserie de seconde zone pour quelques éclairs aux chocolats. Intolérable, d’autant qu’elle n’a put en avoir que des au chocolat au lait et non au chocolat noir comme elle les adore. Non mais franchement, comment une journée qui débutait aussi bien pouvait faire preuve d’un aussi mauvais goût ? C’était une question qu’il fallait se poser !

Néanmoins, cela ne s’arrêta pas là bien sur, il fallait qu’il commence à pleuvoir pendant qu’elle rentrait, sinon ce n’est pas drôle hein ? Sinon c’est trop facile, trop simple… Surtout pour un crachin a la con, on aurait pas put garder ça dans le ciel une heure de plus pas vrai ? Noooon, ça aurait été trop pratique ! Ca aurait juste sauver sa mise en plis…

* C’est bon t’as finit de me narguer et de me tailler en pointe ? *

J’sais pas, je trouve ça drôle perso, pas toi ? Non ? Bon, tant pis. Je vous rassure elle l’a pas pris aussi mal que ça, mais un peu quand même. Toujours est-il que pour gagner un peu de temps, la jeune fille s’en alla par les ruelles étroites du District 7. Vous savez, ce genre de ruelles avec les fils à linge qui pendent entre les maisons au deuxième étage, les poubelles à même la rue et une place insuffisante pour que deux voitures puissent s’y croiser. Ca faisait toujours aller un peu plus vite, et économiser un peu de temps parfois. Je dis bien parfois car ça marche beaucoup moins bien quand un groupe de mecs voient passer une jolie fille et se disent qu’ils n’ont rien de mieux à faire que de l’aborder…

« Salut beauté, alors, on s’est perdu ?

… Nul / 20.

Non, plus sérieusement, quand es-ce que quelqu’un pense que ce genre de phrase peut marcher pour aborder quelqu’un de nos jours ? Non mais sérieusement ? Personne ? Bien on est d’accord. Ah, et sécurité, virez moi ce petit malin qui agite la main pour me contredire au fond de la salle, merci.

- Et c’est qu’on viens de Tokidawai en plus ! C’est vrai c’qu’on dit, qu’vous avez pas le droit de changer d’uniforme même pendant vos week-end et en dehors de votre école ?

Bon, c’est un peu mieux, mais Misaki avait mieux à foutre que cela… Continuez encore un peu et je vous assure que vous allez vous retrouver en train de faire la danse des canards en plein milieu de la voie publique pour votre plus grand malheur. Enfin, heureusement d’autres personnes semblent approcher des lieux, peut-être qu’ils vont lâcher le morceau ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski



Messages : 103
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: Pluie du soir, bonsoir. [pv. Haruhiro & Takuya]   Jeu 25 Aoû - 3:20

Haruhiro avait passé la majeure partie de sa journée enfermé dans sa chambre devant un écran. Bien qu'il avait réussi à sortir un peu le matin pour courir quelques minutes, sa motivation s'était effondrée par la suite. Garder une bonne forme physique c'est bien sympa mais se détendre c'est mieux. Et puis bon, c'est pas comme si rester sans bouger un ou deux jours allait le transformer en larve non?
Sauf que évidemment il n'avait pas prévu le fait que sa réserve de nourriture se vide plus vite que son estomac. Et forcément, il lui fallait un diner.

Ce fut finalement avec un grand soupir ennuyé qu'il se résolut à aller acheter quelque chose à manger. Ou du moins à grignoter, au niveau de ses capacités en cuisine, l'adolescent était le stéréotype du jeune homme incapable de cuire un bout de viande sans le carboniser. La cuisine ne faisait pas partie de ses talents ni de ses occupations favorites.

C'est ainsi que, vêtu d'un simple sweat à capuche rouge ainsi que d'un pantalon et de ses baskets, le jeune homme marchait d'un pas lent dans le District 7. Son sac plastique récemment obtenu contenait quelques produits surgelés qui ne semblaient pas plus appétissants qu'une semelle de chaussure. Mais bon, il allait devoir faire avec à cause de son manque d'expérience avec une cuisinière.
Une petite pluie s'imposa gentiment au dessus du District 7, provoquant un autre soupir de Haruhiro. Pourquoi fallait-il qu'il se mette à pleuvoir pile quand il décidait d'aller chercher à manger? Pas que cette petite averse ne le gène particulièrement mais il préférait tout de même éviter d'être trempé en rentrant. En y repensant, Haruhiro se fit la réflexion que les prédictions météorologiques du supercalculateur de la Cité Scolaire n'étaient pas tout le temps justes dernièrement. Il faut croire que les petites gouttelettes de ce type sont assez imprévisibles finalement. L'adolescent s'apprêtait à s'abriter quelque part le temps que la petite pluie ne s'arrête lorsqu'il aperçut, une trentaine de mètres devant lui, une chevelure blonde tourner et emprunter une ruelle.

[ Tiens, pourquoi pas après tout ? ] Prendre ce chemin lui permettrait de gagner un peu de temps au lieu d'attendre que la pluie s'arrête, il rentrerai plus rapidement comme ça.

Il emprunta lui aussi la ruelle, content de sa trouvaille. Son enthousiasme diminua peu à peu par la suite; il avait oublié à quel point il était facile de se tromper de chemin dans ces fichues ruelles.

"Alors attends, la première fois j'ai tourné à droite. Et ensuite j'ai pris à gauche. A gauche? Il y avait pas de chemin à droite si?"

Tandis qu'il continuait de parler tout seul et cherchait à activer un éventuel sens de l'orientation qui lui serait utile, Haruhiro bifurqua à droite et s'arrêta net. Une dizaine de mètres devant lui se trouvait la jeune fille blonde qu'il avait aperçut quelques instants plus tôt. Le problème apparent était qu'elle était entourée d'une sympathique escorte de cinq adolescents musculeux. Des voyous, manquait plus que ça.
Haruhiro affichait une expression lasse. Il ne savait pas quoi faire, qu'est ce que c'était que cette situation !? En voulant prendre un raccourcit il était tombé sur un groupe de gars qui draguaient une jeune fille. Laquelle ne semblait pas vraiment apprécier l'attitude peu élégante de ses nouveaux amis.

- Et c’est qu’on viens de Tokidawai en plus ! C’est vrai c’qu’on dit, qu’vous avez pas le droit de changer d’uniforme même pendant vos week-end et en dehors de votre école ?

Qu'est ce que c'était que cette approche..? L'esper avait beau ne pas être doué avec les filles de son âge il n'aurait jamais imaginé en aborder une de la sorte.

"Évidemment que ça va pas marcher... abrutit." lâcha-t-il à voix basse.

Haruhiro entendit soudain des bruits de pas derrière lui, il se raidit instantanément. Son cerveau tournait à toute vitesse. Qu'est ce qu'il allait faire si c'était un camarade de la bande de voyous? Il avait actuellement l'air d'une sorte d'espion mal caché... ou bien d'un stalker peut être. Dans tous les cas il n'osait pas se retourner, de peur de se retrouver nez à nez avec  une montagne de muscles pas très amicale.
Après une demie seconde de réflexion, il se mit à marcher droit devant lui dans la direction de la jeune fille et des cinq adolescents. Peut être qu'il devrait l'aider? Après tout il avait emprunté le même chemin qu'elle donc selon les lois de probabilité d...

[Si ça se trouve, ma simple présence les éloignera d'elle.]

Haruhiro serra les dents. Il n'y avait vraiment que lui pour prendre la mauvaise ruelle au mauvais moment. Il se demanda un instant si c'était le Karma. Peut être avait-il fait quelque chose de négatif ces derniers temps?
Il arriva au niveau de l'adolescente et ne pu s'empêcher de lui jeter un coup d’œil en passant devant elle. La scène se passa comme au ralentit dans son esprit. Un magnifique visage avec des traits un peu enfantins encadré par une belle chevelure blonde lui conférait un charme hors du commun. Dotée de grands yeux dorés et étoilés, elle... étoilés?
En effet les yeux de la jeune fille étaient étoilés. Loin de trouver cela désagréable à regarder, Haruhiro se demanda comment il était possible d'avoir des étoiles dans les yeux.
Il fut cependant interrompu dans ses pensées lorsqu'il percuta l'un des gaillards. Occupé à contempler la jeune fille blonde, il n'avait pas fait attention à où il marchait et était rentré dans le jeune homme. Haruhiro leva la tête dans sa direction. Il était beaucoup moins agréable à regarder. Un regard mauvais, un sourire malveillant ainsi que des dents à la propreté douteuse firent grimacer l'esper de dégout. Le contraste entre les deux visages était trop frappant.

"Tu veux quoi toi ?" demanda-t-il en saisissant l'adolescent par le col.

Haruhiro soupira une fois de plus, merci le Karma. Il avait beau avoir vu un visage d'ange, ça ne changeait rien au fait qu'il s'était fourré dans une situation pas très positive. Il tourna la tête une seconde fois vers l'adolescente. Son expression n'avait pas beaucoup changé. Elle avait été un petit peu surprise en le voyant débarquer quelques secondes plus tôt mais maintenant elle affichait un air qui signifiait clairement qu'elle allait attendre de voir ce qui allait se passer.
Haruhiro regarda de nouveau l'adolescent dans les yeux puis soupira une énième fois, plus bruyamment cette fois. Il venait de prendre une décision. Une décision qu'il allait probablement regretter mais qu'il était prêt à prendre pour les yeux étoilés de cette demoiselle en détresse au physique décidément atypique.

L'adolescent était plus grand que Haruhiro, d'une demie tête au moins. Au vu de sa musculature il devait être plus fort que lui. Il le tenait toujours par le col et Haruhiro n'avait d'autre choix que de se tenir sur la pointe des pieds. L'esper se laissa tomber en arrière pour y concentrer son poids et avoir des appuis corrects avec ses deux pieds. Il rétracta ensuite les doigts de sa main droite et plaça la paume de sa main sur la cage thoracique de son adversaire lorsque ce dernier était penché en avant. Haruhiro contracta ses muscles, si ses appuis étaient suffisamment bons son coup marcherait, il en était persuadé. Il calcula une compression des molécules d'air sur la zone arrière de son bras, de l'épaule au coude et plus élevée au niveau de ce dernier. La pression se relâcha d'un coup, propulsant le bras de l'esper avec une énergie suffisante pour éjecter son adversaire à un bon mètre devant Haruhiro. Au moment de la propulsion, il avait pivoté sur lui même pour éviter de se déboiter l'épaule. il avait pratiquement inventé le mouvement sur le moment mais il avait fonctionné. Instant Shift se révélait très utile dans des cas où une forte poussée est nécessaire et il venait de le prouver.

L'adolescent brun ne laissa pas aux autres voyous le temps de réagir et profita de l'instant d'incompréhension générale pour se retourner et se propulser vers l'adversaire le plus proche de lui, en pliant les genoux. En appliquant de multiples compressions sur ses jambes et son dos, il s'était éjecté de façon à ce que ses genoux arrivent au niveau du visage de son nouvel adversaire, lui brisant quelques dents ou bien le nez. Il n'avait pas le temps de s'en soucier. Il redescendait déjà, le choc l'ayant considérablement ralentit. Il atterrit les mains les premières et en profita pour amortir la chute en faisant un roulade sur le côté. N'ayant pas la place nécessaire dans cette ruelle quelque peu étroite, il se cogna l'épaule contre le mur opposé mais se releva aussitôt et se précipita sur la jeune fille blonde. Il lui attrapa la main avec sa main gauche et repartit en courant dans le sens opposé, par là où il était arrivé.

Le tout n'avait duré que quelques secondes, tout s'était passé très vite et Haruhiro lui-même n'était pas sur d'avoir bien tout saisit. Il courait aussi vite qu'il pouvait, trainant littéralement la jeune fille derrière lui. Juste derrière eux, trois grands gars énervés courraient eux aussi pour lui faire la peau, elle pourrait y mettre du sien quand même! Il réalisa soudain que peut être elle ne pouvait pas aller plus vite que ça... sans s'arrêter de courir il tourna la tête dans sa direction.
"Dépèche! On va se faire avoir à ce rythme!" Il avait lâché cette phrase d'un ton paniqué et presque suppliant.

[ Je vais pas devoir la porter quand même ?! ]

Soudainement, quelque chose apparu dans la tête de Haruhiro; un "détail" qu'il avait quelque peu oublié dans la confusion. En effet, la personne qu'il avait entendu marcher derrière lui lorsqu'il avait vu le groupe de voyous autour de l'adolescente arrivait en sens inverse, leur rencontre était inévitable. Il tourna brusquement la tête à droite et écarquilla les yeux en la voyant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takuya Shibaraï



Messages : 11
Date d'inscription : 20/11/2015

MessageSujet: Re: Pluie du soir, bonsoir. [pv. Haruhiro & Takuya]   Jeu 25 Aoû - 22:04

Quel temps de chien je vous jure, autant tout allait bien pour moi dans un premier temps, jusqu’à l’arrivée de cette foutue averse…

Quoi qu’il en soit, j’étais en train de rentrer chez moi, quand je vis une jeune fille se faire agresser et frapper par une brute avant de s’enfuir avec son sac. Autant vous dire que dans un premier temps, je me suis assuré qu’elle allait bien avant de commencer à pourchasser son agresseur après qu’elle m’avait fait signe qu’elle aller s’en remettre me demandant de me dépêcher de le poursuivre.

Du coup, alors que ma course poursuite avec le skill-out venait tout juste de commencer, je décidais contacter parallèlement le bureau des anti-skill pour leur expliquer la situation. Une fois la chose faite, je m’engouffrais dans les ruelles dans le but de le rattraper jusqu’à le poursuivre dans les étages d’un immeuble. Une fois au troisième étage, ce dernier parvint à creuser la distance avec moi en utilisant l’ascenseur.

Je comptais redescendre par les escaliers, mais comme il y avait des déménageurs en train de monter un piano par celui-ci, je du redescendre par l’escalier de secours. Alors que j’étais presque arrivé au bout de l’échelle, je vis ma cible se tirer vers le croisement de ruelle dans laquelle je me trouvais, sans même m’avoir remarqué.

Cependant, quelque chose d’autre avait attiré mon attention dans le croisement à trois embouchures : Un jeune couple qui venait tout juste de traverser le croisement de la ruelle (depuis l'embouchure de droite par rapport à l’agresseur que je poursuivais depuis celle du bas) par rapport aux autres skill-out qui n’avaient pas encore traversé le croisement s’était soudainement arrêté suite à la progression d’un autre groupe venant dans leur direction.

Aussi j’avais décidé de sauter sur le rebord de l’escalier de secours situé juste à côté (de celui sur lequel je venais de descendre) et qui était posté sur un plan légèrement en contre-bas avec une hauteur suffisamment basse pour me permettre sauter sur le fugitif que je poursuivais sans risquer de me rompre le cou et ainsi de me placer entre les deux civils et les skills out.

Bon alors oui la descente surprise sur un fugitifs pour l’assommer et finir sur un roulé boulet avec des picotement à l’omoplate gauche lors d’une soirée de pluie fessait assez super-héros, mais là il y avait urgence. Aussi je ne m’étais pas gêné pour utiliser ma synesthésie afin de lire leurs couleurs émotionnelles.

Alors que les skills-out avaient des auras de couleurs teintés de rouge (pour la colère) et de bleu (pour l’hostilité), ceux des deux autres civils étaient différents. Le garçon avait une teinte verte (pour la peur) et sertie de jaune (l’empressement), tandis que la fille qui bien que très belle avait des couleurs bien différentes… Je pouvais y lire le mauve (l’ennuis) et le magenta (l’agacement)…

Toutefois, le visage de la fille, ainsi que son uniforme avaient quelque peu trahi son identité. Certes c’était le soir, mais les quelques éclairages de la ruelle dans laquelle ils avaient déboulé m’avait permis de l’identifier. A moins que je n’avais affaire à un sosie, je me souvenais de l’avoir vu présenter un discours avec un autre de ses pairs de level 5 qui l’avait totalement éclipsé après s’être enflammé lors du festival sportif.

Maintenant que j’en parle, je me rappelle encore l’état dans laquelle s’était retrouvé la scène après « ça » …hum, hum bref…Comme les level 5 sont de véritables stars pour la plupart des élèves de la cité scolaire, je préférais me la fermer sur ce sujet et sur son identité histoire qu’elle conserve son « anonymat ». Parce que bon ça doit pas être facile tous les jours d’être une « fierté » de la cité scolaire et de pouvoir mener une vie privée sans se faire aborder par des fans…Enfin bref revenons-en à nos moutons.

Comme il me fallait réagir dans l’immédiat, je me relevais et brandis mon brassard en m’exprimant ouvertement…

« Judgement !! Restez tous où vous êtes !! ».

Evidemment comme je le craignais, ça n’avait pas dissuader les Skill-out de vouloir me charger comme des bœufs. Le pire dans tout ça ? Hé bien…

« Hé les mecs ! Je le reconnais lui ! C’est l’un des types de Judgement qui a foutu en l’air notre business de combat clandestin en nous dénonçant aux anti-skills !! ».


« Choppons-le avec les deux autres !!! ».


*Hé merde il fallait que ça me retombe dessus cette histoire…*

Il y avait de cela trois jours alors que je me baladais dans le quartier, j’avais surpris une conversation entre deux étudiants parlant de paris et de combat à mort entre animaux. Du coup, moi et toute la branche nous avions mené une enquête rapide sur notre secteur, puis après avoir mené les anti-skill à l’endroit que nous avions infiltré le réseau fut démantelé, fin de l’histoire.

Quoi qu’il en soit, j’étais prêt à me battre…même si je n’avais guère le choix…

Du coup, après avoir synchronisé mon touché et le goût avec ma vue pour combler l’infériorité numérique, j’avais alors engagé le combat en utilisant les sensations tactiles que m’évoquaient chaque goûtes d’eau et personnes que scrutaient mon regard…je n’avais qu’à fixer les gestes de mes assaillant de mes yeux pour sentir les mouvements et les déplacements de chaque un des membres de leur corps.

Le premier Skill-out qui me fonçait dessus tenta de me décrocher un direct du gauche dans la figure, mais la seule chose qu’il gagna après que je me sois déplacer sur le côté pour éviter son geste, ce fut mon coup de genoux dans ses bijoux de familles histoire qu’il se tienne tranquille.

Le suivant tenta de me poignarder avec un couteau que je désarmai avec la pointe du pieds d’un high-kick semi-circulaire, avant de faire revenir ce dernier sur un même élan dans le visage du skill-out pour que sa mâchoire fasse connaissance avec mon talon.

Quant au troisième, il se jeta bêtement sur moi pour tenter de m’étrangler, mais au lieu de cela je lui fis découvrir l’une des techniques de projections martiaux que Judgement nous enseignés durant notre formation en self-défense qui donna à son dos l’occasion de câliner le mur de la ruelle. Toutefois, l’histoire n’était pas encore finie…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shokuhou Misaki



Messages : 54
Date d'inscription : 22/01/2016

MessageSujet: Re: Pluie du soir, bonsoir. [pv. Haruhiro & Takuya]   Mer 31 Aoû - 12:27

Alors que les choses allaient commencer à devenir ennuyeuses, notre tête blonde favorite portait déjà la main à sa sacoche afin de pouvoir réécrire l’esprit de ces pervers maniaques. Bah quoi ? Il n’y avait pas vraiment besoin de télépathie pour voir où voulaient réellement en venir une bande de lourdingue pareils. Et autant vous dire que ça ne volait pas bien haut et que leurs yeux ne semblaient s’attarder plus que ça sur le visage de Misaki, préférant d’autres parties de sa sculpture… Ce qui n’était pas vraiment pour lui plaire (après tout ils n’étaient pas… voilà quoi).

Mais ce genre d’action fut interrompu par l’arrivée d’une première tierce personne venant prendre part à la fête. Pas bien grand il restait quand même au dessus d’elle (ce qui n’est pas dur cependant, j’admet… * Hey ! *) et pouvait se reconnaitre facilement de part ses cheveux bruns en bataille. La Queen Bee le regarda passer, analysant ses pensées superficielles (qui lui orbitaient étrangement autour) et hésitait entre le trouver courageux ou téméraire d’aller ainsi à l’encontre de ces crânes d’œufs. Néanmoins, il y eut une surprise de taille lorsque, après avoir fait voler l’un des tas de muscle, le jeune homme s’empressa de courir vers elle et de la prendre par le poignet…

« Eh ?

Et oui, ce fut là la réaction de surprise non dissimulée qu’eut la reine en apprenant que l’on attendait d’elle un effort physique, à savoir : prendre la fuite. Si l’on avait été dans un quelconque manga, je vous l’aurais bien décrit avec la bouche grande ouverte et la goutte commençant à tomber le long de son front, mais nous ne sommes pas là-dedans, n’es-ce pas ? Même si ça réaction pourrait y laisser penser. Rien que l’idée d’avoir à faire l’effort la fatiguait déjà alors le faire comme cela, soudainement, en étant ainsi prise de court était quelque peu… dérangeant et ne l’aidait pas à courir vite (des fois qu’elle aurait put).

C’était alors que, à peine quelques dizaines de mètres plus loin, quand elle s’apprêtait à tendre la main vers son sauveur/tortionnaire afin de lui dire d’aller moins vite, que la troisième tierce personne d’importance fit une apparition fracassante. Surtout pour la personne sur qui il avait amortie sa chute, dont le craquement sonore que cela avait engendrait n’engageait à rien de bon. Etrangement, que ça soit le son ou l’arrivée de deux nouveaux candidats (bon, d’accord, un et demi) à la bastonnade. Apparement, il ferait parti de Jugement et serait connu des loubards. Lorsque Misaki effleura ses pensées superficielles, l’espace d’un instant ses sourcils se froncèrent quand à ce qu’elle y vit. Autant elle se fichait pas mal de la majorité de ses pensées, autant se voir ainsi mise à nue l’agaçait quelque peu. Néanmoins pour l’instant, elle allait se contenter de se montrer spectatrices des évènements.

Trois des types furent rapidement mis à terre. Misaki n’avait beau pas y connaitre grand-chose, il semblait que ce gars du Jugement savait ce qu’il faisait. Ca lui faisait au moins une qualité pour vaguement compenser l’indiscrétion dont il faisait preuve à l’égard d’autrui (et oui, c’est bien comme ça que Misaki pense, le fait qu’elle fasse de même… mwarf…). Néanmoins il était osé de supposer que tous ces individus étaient des skill-out, après tout, l’un d’entre eux avait un certains talent, qui se vit quand il frappa le sol, faisant trembler ce dernier tel un tremblement de terre tandis que son comparse semblait opter pour mettre une mandale dans le même temps au membre des forces de sécurités.

Nous avons donc une Queen Bee qui jouait les plantes en pot, son ‘sauveur’ qui se retournait et un membre du jugement aux prises avec les deux derniers bras-cassés encore debout… Round 2, ready ?

* Et t'as oublié le type extra-dimensionnel étrange qui commente la scène tel un narrateur de série Z dans ta liste... *

Non, non, je ne fait pas partie de l'action, je ne peux donc être cité.

* Comme si t'étais incapable d'intervenir d'aucune manière ! Le simple fait qu'on puisse communiquer te permet bien trop de choses ! *


Dernière édition par Shokuhou Misaki ♫ le Dim 9 Oct - 17:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski



Messages : 103
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: Pluie du soir, bonsoir. [pv. Haruhiro & Takuya]   Jeu 1 Sep - 4:37

« Judgement !! Restez tous où vous êtes !! ».


Haruhiro avait clairement été surpris, un type aux cheveux rouges venait d’atterrir sur l'un des skill-out. Oui littéralement atterir, il lui était tombé dessus avant de faire une roulade et d'annoncer qu'il était de Judgement.

Un membre de Judgement! C'était une aubaine de tomber sur lui en ce moment! Enfin... plutôt que lui tombe sur eux. Haruhiro ne savait pas si c'était le fruit du hasard ou bien si quelqu'un avait appelé de l'aide mais il se sentait soulagé d'avoir un membre de Judgement prêt à les aider lui et la jeune fille.


« Hé les mecs ! Je le reconnais lui ! C’est l’un des types de Judgement qui a foutu en l’air notre business de combat clandestin en nous dénonçant aux anti-skills !! ».

« Choppons-le avec les deux autres !!! ».



Trois skill-out foncèrent soudain ensemble sur le nouvel arrivant. Haruhiro n’eut pas le temps de réagir que déjà le premier arrivait au contact de l'adolescent aux cheveux rouges. Devait-il l'aider ? Malgré le fait qu'il soit membre de Judgement, Haruhiro doutait qu'il puisse venir à bout de trois adversaires ensemble, surtout au vu de leur carrure.

Contre toute attente, le jeune homme les terrassa tous, en moins d'une minute les trois assaillants étaient hors de combat. Haruhiro était stupéfait, cet adolescent qui devait avoir son âge environ les avait tout simplement écrasé à l'aide de ses techniques de combat et sans utiliser de pouvoir d'esper apparent ! Il ne pu réprimer un sourire après l'avoir vu faire.

"Cool..." murmura-t-il pour lui-même.

L'esper aux cheveux bruns aurait bien voulu le féliciter ou bien juste témoigner son admiration mais il fut interrompu par l'un des deux gaillards restants. Qui s'étaient figés quelques instants. Haruhiro concentra son attention sur le plus costaux des deux, il avait frappé le sol de la ruelle de son poing ce qui l'avait fait vibrer. Oui vibrer carrément, trembler même. L'adolescent tenait toujours la jeune fille par le poignet, ce fut par pur réflexe qu'il la tira vers lui, lui attrapa l'épaule avec sa main gauche et la fit pivoter pour la pousser contre le mur de la ruelle, derrière lui. L'instant suivant, le sol se craquela par le centre, depuis le poing de celui qui était définitivement un ennemi jusqu'à Haruhiro. Non, plus loin même, vers la position du garçon aux cheveux rouges.

Immédiatement, Haruhiro essaya de décrypter ce qu'il venait de se passer. Un pouvoir d'esper, un phénomène provoqué par quelqu'un par une simple frappe sur le sol. L'effet avait été de craqueler le sol, non de le faire trembler. Il avait remarqué quelque chose au moment de la craquelure, les gouttes d'eau de la petite pluie avaient été balayées vers le haut. Il y avait donc un certain effet de poussée, une sorte d'explosion? Il n'arrivait pas à savoir.

Haruhiro avait réagit au quart de tour, surprit par ses propres pensées. Il avait essayé de comprendre le fonctionnement du pouvoir de son adversaire, en même temps qu'il lâchait la jeune fille blonde et qu'il s'élançait vers lui. Son pouvoir lui imposait parfois de réfléchir rapidement, surtout à cause de la façon dont il l'utilisait mais finalement il était bien content de cet effet secondaire.

Sept à huit mètres le séparaient de son adversaire. Haruhiro se plaça sur le côté droit de la ruelle, toujours en courant. Le gaillard se redressa en voyant l'adolescent courir dans sa direction puis frappa le mur sur sa gauche -celui dont s'était rapproché Haruhiro- de son poing. Au moment où le poing entra en contact avec la surface grise, Haruhiro sauta verticalement et calcula plusieurs compressions qui le projetteraient vers le haut et sur sa gauche. Il décolla en même temps que le mur se craquelait en ligne droite, comme si quelque chose cassait la surface du mur de l'intérieur vers l'extérieur. L'effet avait été plus puissant que sur le sol quelques instants plus tôt. Était-ce du à la différence de composition entre le mur et le sol de la ruelle? Ou bien la différence avait été provoquée par l'esper lui même? Haruhiro serra les dents et retroussa les lèvres, c'était vraiment une mauvaise habitude chez lui, de penser aux mauvaise choses au mauvais moment. Il était actuellement à plus de deux mètres du sol et quelques débris du mur l'avaient atteint, déchirant ses habits et le coupant par endroits. Si il était resté près du mur de la ruelle et au même niveau, il aurait pu être sérieusement blessé. Il était fou ce mec ou quoi !?

"Ugnnhh"

Il avait plutôt bien calculé sa projection. Un effet de poussée vers le haut et un autre, moins fort vers sa gauche. Ses compressions sur le côté droit, lui permettant d'aller à gauche une fois la détente de l'air effectuée étaient cependant un peu trop élevées ce qui fit qu'il aller heurter le mur un peu plus brutalement que prévu... Il avait bien veillé à ne pas trop compresser l'air, son principal problème était de le compresser suffisamment pour le projeter deux mètres en l'air mais pas plus. C'était définitivement plus simple de faire des compressions élevées que de les doser pour une certaine distance... encore un point à travailler.

Son pied gauche entra en contact avec le mur en premier mais il du se repousser à avec sa main pour bloquer sa progression horizontale, sa progression verticale étant pratiquement stoppée. En clair, il était sur le point de "retomber" tout en heurtant le mur avec plus de force que nécessaire.

Un court instant, Haruhiro resta ainsi comme accroché au mur mais lorsqu'il sentit qu'il allait retomber, il se pencha en avant et poussa sur son pied, ce qui le fit foncer sur l'esper toujours au sol. Il ne vit pas son expression, il avait d'autres priorités. Comme par exemple foncer au bon endroit et ne pas s'écraser dans la ruelle. L'adolescent tombait presque verticalement, de près de trois mètres en hauteur vers le haut du corps de l'esper, soit à environ un mètre cinquante pour une largeur de ruelle d'environ trois mètres. Haruhiro frappa le visage du jeune homme avec tout son poids -tout en s'écrasant à moitié sur lui-. Ce fut probablement la plus belle frappe de toute sa vie. Juste avant de se briser les genoux contre le sol, il calcula des compressions sur sa cage thoracique, ce qui le projeta en arrière. Il avait faillit se briser le cou et sa tête heurta violemment avec le mur opposé mais il était bien entier !

Haruhiro se demanda ce qui lui était passé par la tête, foncer sur un ennemi qui pouvait l'écraser d'un simple coup de poing, se projeter en l'air et ré-atterrir sur ce même ennemi à la carrure de catcheur poing le premier... Il ne comprenait pas c'était trop inhabituel et ce genre de comportement ne lui ressemblait pas. Enfin si, en partie; "escalader" le mur d'une ruelle de cette façon, il l'aurait fait. Mais foncer sur un tas de muscle énervé et lui placer un coup de poing dans la mâchoire au passage? Non, clairement pas.

De plus, bien que sonné il comprit que son coup n'avait pas suffit. Son adversaire avait mal certes mais il était toujours debout, bien que sonné lui aussi. Par contre, il semblait récupérer plus vite que Haruhiro puisqu'il se précipitait déjà sur lui, poing en avant.

L'adolescent eu tout juste le temps de se décaler sur la droite en pivotant. Le poing fermé donnait l'apparence d'être aussi dur que de la pierre. Il n'osait même pas imaginer quels dégâts il aurait fait contre sa pauvre mâchoire d'adolescent. Les yeux d'Haruhiro s'écarquillèrent, il venait de comprendre, le poing filait en ligne droite, il n'était pas spécialement visé.. la cible était..

[Le mur !]

Les phalanges entrèrent brutalement en contact avec le mur gris sale et mouillé par la pluie. Presque aussitôt, deux fissures se propagèrent à une vitesse inattendue des deux côtés du point d'impact. Une à droite et une à gauche. L'adolescent se baissa tout en se penchant en arrière, il n'avait même pas le temps de calculer une compression. Les fissures explosèrent soudainement et simultanément, comme sur le mur opposé. Un multitude de petites pierres furent expulsées. Haruhiro eu à peine le temps de fermer l’œil gauche que déjà un petit bout de mur lui lacérait la joue. Comme si ce n'était pas suffisant, le bras de l'esper ennemi balaya l'air juste au dessus du visage de l'adolescent, à peine quelques centimètres de son front.

Néanmoins c'était suffisant pour laisser une ouverture à Haruhiro. Il avait une chance mais n'en aurait pas d'autre. Il pivota sur sa droite et releva une jambe pour mieux tourner sur un seul pied puis tendit le bras gauche. Son mouvement pouvait rappeler celui d'une dance ou du moins de quelque chose d'artistique mais là n'était pas le but. C'était plutôt ce qu'on aurait pu appeler un mouvement de dernière minute. Le revers de sa main frappa la joue de son adversaire, paume ouverte. Haruhiro utilisa son pouvoir sur sa paume, écrasant la tête de l'esper contre le mur.

L'adolescent recula en titubant et s'adossa contre le mur. Ses jambes flagellaient, il était couvert de sueur et même ses habits, intact quelques minutes auparavant avaient été sacrément abîmés. Sa cuisse ainsi que sa hanche droite étaient lacérées tandis que son son cou, son épaule et son bras du côté gauche étaient tailladés et du sang coulait par endroits. De plus, il avait des petites coupures au niveau de la joue gauche et ses genoux ainsi que son dos et l'arrière de sa tête lui faisaient un mal de chien. Plus de peur que de mal donc et principalement des égratignures mais une bonne dose de sensations fortes.

Et ben, tout ça pour avoir voulu prendre un raccourcit... comment la situation avait-elle pu dégénérer à ce point ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takuya Shibaraï



Messages : 11
Date d'inscription : 20/11/2015

MessageSujet: Re: Pluie du soir, bonsoir. [pv. Haruhiro & Takuya]   Mar 6 Sep - 13:07

L’assistance du civil don le visage me disait quelque chose depuis le début de ma rencontre avec ces deux-là, m’avait été d’une aide précieuse au vu de la tournure que prenait la situation. Aussi alors qu’il avait fini de s’occuper de l’ESPER « hors la loi », j’entendis le bruit d’une gâchette pointer dans la direction de la level 5 de Tokidaïwa. Voyant la situation tout en scrutant les couleurs du visage du dernier poursuivant, je vis ses couleurs d’hostilités s’effaçaient pour laisser place à la peur tout en proférant des menaces.

« Ne bougez pas bande de sales morveux où je descends cette fille nette !! ».

Voyant que sa colère n’avait pas disparue, je m’avançais vers lui les mains en l’air en lui posant de simples questions….

« Pourquoi tant de peur et de colère à notre égard ? ».

Suite à ma question, cet homme tourna son colt vers moi les dents serrées avant de me crier dessus.

« La ferme ! Vous et votre maudit comité de Judgement vous pensez faire des choses justes, mais en réalité vous ne savez faire rien d’autre que de causer du tort à ceux qui tentent désespérément de pouvoir se tirer lui et les siens du trou dans lequel cette maudite citée scolaire nous as jeté !!

Moi tout ce que je voulais, c’était utiliser l’argent des combats clandestins pour sauver les yeux de ma petite sœur, c’est une fille bien plus honnête que moi qui ne lui mérite pas ce qui lui est arrivé, mais à cause de vous, elle sera condamnée à ne plus jamais pouvoir recouvrer la vue, vous ne savez pas ce que je ressens !!! ».


De la voix de cet homme ressortait une sorte d’écho de douleurs profondes, une haine criant à l’injustice et à la fatalité du destin et qui se reflétait sur l’aura coloré de son visage par les couleurs des sentiments des songes et de ceux de la tristesse associée à celle de la colère.

Il est facile de guérir un os, mais selon ce à quoi l’homme doit parfois faire face, il peut en subir une plaie au cœur qui peut se montrer parfois difficile à cicatriser et dans le pire des cas se révéler irréparable.

En raison des évènements de mon propre passé, je ne connaissais cette souffrance que trop bien malheureusement…Aussi je me mis à lever mes en l’air, les yeux fixés vers le canon de l’arme de poing de cet homme, afin de parler avec lui ouvertement sans passer pour un affronteur…

« Parce que vous pensez que ça réjouira votre sœur de savoir que son frère a participé une mise à mort consistant à faire s’entretuer des chiens pour lui payer une opération oculaire ? Si vous tenez vraiment à votre sœur, lâchez cette arme et ne lui mettez pas plus de poids sur les épaules qu’elle en a déjà… ».

« Vous parlez comme si vous saviez tout le mal que ça fait, mais vous n’êtes pas le… ».

« …le mieux placé pour comprendre ça ? Hé bien si je sais exactement ce que ça fait, j’ai traversé ce à quoi vous faite allusion et honnêtement, ça change quoi de ruminer le passé sans arrêt ?  J’ai vu mon frère ainé sacrifier ses jambes pour sauver un enfant de 8 ans d’un accident de voiture et maintenant, il doit vivre le reste de sa vie dans un fauteuil roulant.

Aujourd’hui encore j’aimerais le voir de nouveau marcher, mais certainement pas en devant sacrifier sauvagement une vie qu’il s’agisse d’un homme ou d’un animal…Pire encore, ça attristerait mon frère plus qu’autre chose. Alors relever-vous et aller de l’avant bordel !!!… ».


Sur ces mots, je tendis mon bras avec la main ouverte, avant de continuer à débiter mes paroles.

« …Maintenant, c’est à vous de décider ce que vous voulez devenir. Cependant, si vous me donnez cette arme et que vous attendez l’arrivée des anti-skill avec moi pour vous rendre, vous pourriez encore vous en sortir à bon thermes. Je suis certains que votre sœur préfèrerait que vous choisissiez cette option, plutôt de vivre avec le fait que son frère a fait des actes qu’il n’a pas assumé …Réfléchissez à cela… ».

Mon attitude semblait porter ses fruits. Je vis les couleurs de la peur et de la colère s’éteindre pour laisser place à celle du doute et de la méfiance, tandis que l’homme armé qui me fessait face me posa une question à laquelle il fallait que je réponde…

« Comment puis-je être sûr que tout se passera bien ensuite ? Qui me dit que vous n’êtes pas en train de me mentir ? ».

Au vu de la question, j’esquissais un sourire de sympathie et dit d’un ton confiant…

« Demandez à parler auprès d’un instructeur d’anti-skill du nom de Yomikawa Aiho, c’est l’une des profs de sport du lycée de Tokumei, dites-lui que c’est l’un des élèves de l’établissement scolaire qui bosse à la 136ème branche de Judgement qui vous à redirigez vers elle et parlez-lui, elle pourrait peut-être vous aider ».

Ayant assisté aussi bien à ses cours de sports en tant que professeur qu’à ses sessions de formation en self-défense en tant qu’instructeur d’Anti-skill lors de mon entrée chez Judgement et au vu des informations de sa carrière chez anti-skill après m’être renseigné sur elle, elle devait probablement avoir des contacts qui pourrait aider cet homme.

Peu de temps après m'avoir donné son arme (après qu’il prit la peine de vider le canon et le chargeur de celle-ci) et passé les menottes comme la procédure m'y obligeait, je pris contact avec les agents d’anti-skill après avoir ramassé le sac à main volé par l'agresseur que j'avais poursuivit.

Alors que la situation semblait se calmer, je pris la peine de m’assurer de l’état des deux civils en me tournant vers eux pour leur poser la question, même si la level 5 semblait être en meilleur état que le mec qui l’accompagné…

« Ça va aller vous deux ? pas trop de casse ? »

Cependant, je ne savais pas pourquoi, mais plus je regardais sa tête, plus il me semblait l’avoir déjà vu quelque part…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shokuhou Misaki



Messages : 54
Date d'inscription : 22/01/2016

MessageSujet: Re: Pluie du soir, bonsoir. [pv. Haruhiro & Takuya]   Dim 9 Oct - 17:36

Et bien, et bien…

Voilà que les choses prenaient un tournant pour le moins inattendu. En effet, voilà maintenant que l’esper qui l’avait entrainé dans la fuite se retrouvait à se battre dans une lutte de petits titans avec un de ses comparse tandis que, à contrario, le membre de jugement qui était arrivé avec pertes et fracas se retrouvait à tailler la bavette avec le dernier des déchets du groupe. Oui, bon, j’admets que le terme de déchet est peut-être un peu exagérer mais c’est globalement comme cela qu’elle les voit : un groupe d’individu qui n’a aucun avenir, ne semble pas en vouloir et ne se donne pas les moyens de réussir, ou ne serais-ce juste que de s’améliorer. Mais là n’est pas le sujet, le sujet étant que ses deux chevaliers blancs semblaient avoir échangé leurs rôles.

Et force est de l’avouer : l’un se retrouvait en bien plus mal état quand il sortait d’une bagarre que l’autre : là où le membre de Jugement s’en était sorti sans dégâts, l’autre donnait l’impression d’avoir couru un marathon avec quelques chutes sur le chemin. Mais force était de l’avouer, tout cela aurait put bien plus mal se passer pour eux. En soit, l’on pouvait se féliciter que tout se soit aussi bien passé… Enfin, « on », Misaki n’y était strictement et volontairement pour rien, il fallait bien créer un peu de challenge, sort of…

« Vous allez bien tous les deux ?

Demanda Misaki alors que l’action s’était quelque peu calmé et que tout le monde se remettait de ses émotions. La bouche en cœur et les étoiles dans les yeux (comme toujours), elle ne disait certainement pas cela par obligation ni par politesse et il était vrai qu’elle n’aurait pas put se sortir de cette situation toute seule si elle l’avait voulue et ainsi éviter au pauvre garçon tout le trouble qu’il avait vécut pour la défendre…

* Je crois que tout le monde a compris le sarcasme, tu peux arrêter là. *

Et avec tout cela on en oubliait presque que tout ceci se passait sous la pluie. Faisant quelques pas pour s’approcher de celui qui l’avait entrainé dans sa fuite, un craquement dans une gouttière au dessus d’elle lui renversa son contenue sur le visage (et le reste), décoiffant la jeune femme et la faisant s’arrêter sur le coup, choquée. Certains appelleraient ça un manque de chance, j’appelle ça le karma. Il était difficile après cela de garder une quelconque forme de contenance et cela se voyait sur son visage qui commençait à sérieusement virer au rouge vif. Ah, voilà que ça arrive…

Trois…

Deux…

Un…

« IIIIIIIIIIIIIIIKKKKKKKKKKKKK !!!!!!!!!!!

Il fallait le temps que l’information arrive au cerveau avant qu’une réaction adaptée et un cri strident ne se fassent entendre alors que la jeune femme faisait un petit bond sur le côté pour éviter la cascade qui lui tombait dessus. Ah, ai-je vraiment encore besoin de préciser que notre Queen Bee n’a strictement aucun talent dans tout ce qui concerne de quelconques activités physiques et que son corps a tendance à le lui faire remarquer de manière assez régulièrement ? Du genre en la faisant tomber par terre lors de ce genre d’évènement ? Bon, bah voilà, vous savez maintenant pourquoi une fois tout ceci finit, nous avons une misaki ‘assise’ par terre, trempée et avec sa chemise blanche qui commençait à devenir transparente…

… Heureusement qu’elle porte une veste par-dessus hein ? Bande de pervers dégénérés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski



Messages : 103
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: Pluie du soir, bonsoir. [pv. Haruhiro & Takuya]   Jeu 13 Oct - 22:23

Cette soirée pluvieuse ne laissait décidément aucun répit à l’adolescent qui s’était retrouvé dans un piteux état. A peine s’était-il sortit de sa confrontation avec le bourrin aux fissures explosives que le dernier type restant sortait une arme à feu en hurlant. Haruhiro aurait bien aimé s’asseoir quelque part, dans un endroit chaud et sec, sans estafilades sanglantes ni douleurs sur la quasi-totalité de son corps. Mais il voyait mal comment il pourrait se détendre dans un moment pareil.

[ Plus jamais j’emprunterai les ruelles pour rentrer plus vite, ça me servira de leçon… ]

Il s’apprêtait à agir, sans vraiment savoir ce qu’il ferait. Une action « au talent » donc probablement une énième propulsion en avant, pour percuter le Skill-Out. Cependant, le membre de Judgement aux cheveux rouges -et toujours en pétard malgré la légère pluie- avait superbement maitrisé la situation. Il avait calmé et arrêté l’homme sans user de violence à aucun moment. Haruhiro n’avait même pas songé à essayer de dialoguer, parler au canon d’un pistolet ne faisait pas partie de ses compétences, ni de ses plans de sauvetage de dernière minute. L’adolescent aux cheveux rouges avait d’ailleurs dit quelque chose qui intrigua l’esper aux cheveux bruns, il étudiait à Tokumei, tout comme lui !
Il scruta son visage quelques instants et il lui rappela effectivement quelque chose, ils avaient dû se croiser au lycée. Ça restait uns sacrée coïncidence de tomber sur lui, Haruhiro n’aurait cependant jamais imaginé qu’un élève de son lycée soit aussi compétent, même membre de Judgement. Alors qu’il s’apprêtait à le féliciter pour son action, il fut coupé par ce dernier… qui fut à son tour coupé par l’adolescente blonde :

« Vous allez bien tous les deux ? »

Elle fit quelque pas dans la ruelle avant qu’un nouvel évènement imprévu ne se produise : elle fut aspergée de la tête au pied par de l’eau de pluie. Haruhiro ne pu réprimer un tout petit rictus… la tête de la jeune fille devint écarlate avant qu’elle ne réalise complètement ce qui venait de lui arriver.

« IIIIIIIIIIIIIIIKKKKKKKKKKKKK !!!!!!!!!!! »


Pour couronner le tout, elle tomba sur le sol en voulant échapper à la douche surprise qui lui avait été infligée de force. Haruhiro s’avança finalement vers elle en se retenant difficilement de rire. Ça n’était pas son genre de se moquer des autres mais l’incident avait détendu l’atmosphère et tout le stress accumulé lors des derniers événements avait besoin d’être évacué. Ce fut donc avec un sourire très mal camouflé que Haruhiro tendit sa main à l’adolescente complètement trempée.

« Disons que ça peut aller, et toi ? Com- … »

Il détourna brusquement la tête en rougissant, l’eau avait rendu la chemise de la jeune fille transparente par endroit.  Il focalisa difficilement son attention sur l’étudiant de Tokumei, croisant au  passage le regard du Skill-Out menotté qui affichait une expression alliant surprise et incompréhension. Il avait la tête de quelqu’un se demandant ce qu’il faisait là alors que deux minutes plus tôt il menaçait des adolescent avec une arme à feu.

«  Et toi ? Merci d’être intervenu tu nous as sauvé la mise ! Je suis également étudiant à Tokumei au fait ! »

Ne pas regarder la jeune blonde était impératif, Haruhiro savait qu’il perdrait tout ses moyens s’il le faisait. Et puis… ça ne se faisait pas… Il avait d’ailleurs fait de son mieux pour parler normalement à l’autre lycéen de Tokumei et occuper son cerveau, pour éviter qu’il ne fasse des siennes.

[ Bon, elle compte la fermer cette veste oui ou non… ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pluie du soir, bonsoir. [pv. Haruhiro & Takuya]   Aujourd'hui à 20:21

Revenir en haut Aller en bas
 
Pluie du soir, bonsoir. [pv. Haruhiro & Takuya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entraînement du soir, bonsoir [Quête solo dans le Royaume de la Claustrophobie]
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: La Citée Scolaire :: District 7-
Sauter vers: