Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akutoku Reitōko



Messages : 170
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 17
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]    Mer 12 Oct - 23:26

Dans un bâtiment blanc et cubique du District 18, une lumière est allumée dans ce qui ressemble le plus à une genre de chambre à coucher tout confort. La jeune fille l'occupant appuya sur le bouton entrée, puis se laissa partir en arrière sur sa chaise à roulette. Elle venait enfin de terminer ses devoirs pour les trois prochains jours, au final ça c'était passé beaucoup plus rapidement qu'elle ne le pensait. Elle attrapa une de ses jambes pour la ramener contre elle sur sa chaise, en regardant en direction du grand paragraphe tapé sur son ordinateur. La lumière de celui-ci devait être la seule qui éclairait sa chambre. Du moins avant qu'une autre nouvelle vienne perturber sa vision.

« Mh ? »


Elle attrapa son portable pour regarder le numéro affiché, visiblement, il lui était inconnu. Elle tourna une nouvelle fois sur sa chaise, puis regarda à travers la fenêtre, pour voir qu'il était déjà assez tard dehors. Elle appuya sans attendre sur le bouton vert de son téléphone portable puis le posa à son oreille en revenant vers son bureau en tirant avec ses pieds sur le sol. Dès que la voix de son interlocuteur lui parvint au bout du fil, elle ne put s'empêcher de se crisper et de serrer les dents.

« Hey, Aku-chan ! Il faudrait que tu viennes au Seventh Mist là maintenant, c'est super important ! »

« Hein ?! Attends, quoi ? »


« Ecoute, j'ai pas le temps de t'expliquer mais j'ai besoin de ton aide. »

« Ah, génial ! Moi qui voulais justement te botter le cul pour ce que tu m’as fait la dernière fois… Je vois que t’as déjà tout prévu ! On se réserve une table et je te la fait bouffer ? »


« Hoy, je m’attendais à ce genre de blague. Je te donnerais des cours un jour. Mais je suis pressé, alors si c’est vraiment ce que tu veux arrête de bavasser et amène toi, gamine. »


"Bip"

« Kh, ce type !! Il me prend tellement pour une gosse, je vais vraiment me le faire ! »


La jeune fille jeta son téléphone sur son lit et se rua en direction de sa penderie, qu'elle ouvrit en trombe pour rentrer dans le premier vêtement qui lui passa sous la main. Elle rentra dans son uniforme de Nagatenjouki, attrapa une veste à capuche jaune flashy sur un cintre pour l'enfiler. Le jaune n'était pas la meilleure couleur pour passer inaperçu ou se cacher dans la foule mais elle allait simplement aller et venir, donc elle ne s'en souciait pas trop. Elle attrapa quand même un masque buccale blanc typiquement japonais, ceux qu'on enfile pour ne pas transmettre le rhume ou d'autres bactéries, ce qui la fit légèrement ressembler à une délinquante.

« On est jamais trop prudent et puis, ma tronche commence à se faire connaître nan ? Kh, t'ain de comble. Ah, ça aussi. »


Elle attrapa une sacoche blanche en bandoulière, avec des lanières semblant être de longs et fins tubes de plastiques transparents, avec une petite quantité de liquide à l'intérieur. Une fois le sac sur l'épaule, elle se baissa vers sa commode, à l'endroit même ou elle avait récupérée le cylindre spécial de la dernière fois. Elle enfouit sa main à l'intérieur et attrapa une bouteille d'eau d'un peu plus d'un litre qu'elle plaça dans son sac.

« Non attends, il faut que je prouve à cet abruti qu'il n'est pas autorisé à se foutre de ma gueule. Et puis, œil pour œil, dents pour dents... »

Elle finit par remplir son sac avec quatre bouteilles d'eau déminéralisée, sa console de jeu portable, son téléphone et hésita en faisant tourner l'unique cylindre en métal dans sa main qui se trouvait tout au fond du tiroir. C'était un espèce de petit réservoir cylindrique brillant et bien lisse, avec quatre lignes laissant entrevoir l'intérieur sur les côtés, un genre de liquide blanc/bleu clair qui semblait être à très basse température contenu à l'intérieur.

« Je crois que ce coup là, il ne l'a pas bien vu la première fois. Il va voir ce que sait faire cette "gamine". »

Elle l'enfouit finalement dans son sac, puis tenta de se lever. Comme elle si s'attendait, la sacoche était extrêmement lourde pour elle, appuyant sur son épaule en la tirant vers le sol, son contenu devait peser au moins un peu plus de 15 kilogrammes. Elle posa son regard sur les lanières transparentes en plastique, puis congela la mince ligne de liquide à l'intérieur, puis fit léviter le sac avec sa psychokinésie. Elle expira de satisfaction puis l'enfila sur son épaule, il ne semblait même pas s'y trouver.La jeune fille ouvrit en grand la fenêtre de sa petite chambre aux murs blancs, et ferma les yeux un instant en laissant le vent lui passer sur le visage et faire voleter ses cheveux. Elle inspira, puis attrapa une bouteille d'eau minérale à moitié vide sur l'étagère d'à côté. Aku tourna la tête vers la caméra dans le coin de sa chambre. Elle ne filmait pas dans sa direction, elle en profita pour baisser la tête à travers la fenêtre pour regarder le sol tout en bas à au moins 12 mètres de sa chambre.

« Désolé, cette fois encore je vais devoir désobéir. Je vous avais prévenu que je m'en occuperais toute seule. »


La tête toujours dans le vent, elle détermina la distance entre les barrières, le sol et la fenêtre de sa chambre. Les murailles devaient s'élever jusqu'à trois ou quatre mètres du sol. Elle savait très bien comment fonctionnait la protection du Bloc G, mais faire en sorte de ne pas se faire repérer même en connaissant les systèmes était plus facile à dire qu'en faire. C'est pourquoi, elle prit sa respiration et le répéta dans sa tête comme une chanson.

« Le sol est à dix mètres et est truffé de détecteurs de mouvement perfectionnés. Les barrières elles aussi sont très sensible, et ce jusqu'à cinq mètres au dessus de leurs surfaces. Il faudrait voler à 10 mètres du sol et ne jamais poser le pied à terre pour ne pas se faire repérer. Rien qui ne me soit impossible. »


Elle ouvrit les rideaux en grand, puis posa ses deux pieds sur la tranche de sa fenêtre. Akutoku inspira de nouveau cet air frais qui lui fouettait le visage et qui faisait aller et venir ses couettes bleues. C'était ça, la liberté ? Ce sentiment que rien n'était impossible, que rien ne pouvait l'arrêter. Elle ferma les yeux et souffla. Les caméras avaient presque finis leurs tours. "Cinq." "Quatre." Elle serra la bouteille d'eau dans sa main. "Trois." "Deux." Elle arqua ses jambes, prêtent à bondir. "Un." "Zéro." La jeune fille lâcha la bouteille qui explosa en l'air et sauta sur la rampe de glace fine et lisse formée par la glace en direction du ciel en glissant dessus. Pendant un instant, projetée par sa rampe, elle se retrouvait dans le ciel. Les morceaux de glaces se rassemblèrent avant qu'elle ne puisse chuter sous ses pieds pour former un unique bloc de glace la maintenant droite et stable à une hauteur légèrement supérieur à celle de la fenêtre de sa chambre.

« Il n'y a pas assez pour former un pont jusqu'au bout, je m'en doutais. Allez ma fille, on a un cul à botter, une crédibilité à regagner ! »


Son cœur battant de plus en plus fort, elle n'attendit pas une seconde de plus, l'une des lamelles formant le bloc sous ses pieds se transforma en une genre de pointe et se mit à diriger le bloc vers le haut et vers la barrière. Après un instant, elle relâcha l'emprise psychokinétique qu'elle exerçait sur la pointe, la pression relâchée et l'inertie déjà gagnée par le bloc projetant Aku bien haut, au dessus de la barrière. Sa capuche voletait derrière sa nuque pendant qu'elle chutait de l'autre côté de la barrière. A cette vitesse, elle aurait pu se briser les jambes.Mais le bloc se disloqua une nouvelle fois plus vite que sa chute, formant des marches de glaces sur lesquelles elle se mit à courir pour finalement atterrir au sol comme si de rien n'était telle une véritable princesse. Elle ouvrit sa sacoche en bandoulière et laissa les lamelles de glaces y rentrer avec son pouvoir. Elle tapota sur sa sacoche totalement remplie à ras bord, on aurait dit qu'elle transportait une bombe ou beaucoup de courses. Elle inspira, puis regarda la semelle de ses bottes, qui avait été quelque peu déchirée et poncées par la glace sur laquelle elle glissait et courait.

« Kh, ce pouvoir n'est pas vraiment fait pour les acrobaties à la base, mais on peut dire que je m'en suis bien sortie. Tu as vu ça, Satoshi ? C'est assez "Reine de Glace" à ton goût ? »


Elle enfila sa capuche et se mit en route vers le District 7, en passant à côté du lycée de Nagatenjouki, le soir même avec les lumières de la ville, il semblait sacrément austère et froid. Elle se mit à sourire de toute ses dents en imaginant déjà tomber sur Genji-san. Elle voulait seulement l'impressionner et lui faire peur, voir lui briser quelques côtes, lui fracasser le crâne contre un mur peut-être ? En tout cas, elle ne le laisserait s'en sortir vivant qu'à l'exception qu'il arrive à la battre sur le nouveau jeu de combat qu'elle avait téléchargée pour l'occasion.

                                         
**


Une fois au Seventh Mist, la jeune fille aux couettes bleues, la capuche baissée, le masque blanc sur sa bouche et les mains dans sa poche se mit à chercher du regard Genji-san, en grinçant des dents. Si il lui avait de nouveau fait une mauvaise blague, elle risquait vraiment de s'énerver, et c'était même pour elle difficile d'imaginer comment elle pouvait plus l'être que maintenant. Elle passa dans une "ruelle" plus serrée entre quelques magasins, le genre d'endroits sombres et à couvert où elle aurait pu l'imaginer attendre, en train de jouer à la console. Mais même de ce côté, Genji n'était nulle part, il n'y avait qu'un étudiant à l'air louche habillé en rouge un peu plus loin assit sur une rembarde, et une étudiante en uniforme en train de taper sur son téléphone. Akutoku retira le masque blanc qui lui masquait la bouche et tenta de communiquer avec la jeune fille marchant à sa gauche.

« Hoy, tu n'aurais pas vu un genre de type un peu grand avec une espèce de coupe de délinquant à l'air ahurie passer par là ? »


La jeune lycéenne en uniforme l'ignora complètement sans même tourner la tête dans sa direction, et accéléra même le pas après l'avoir entendue. Akutoku se crispa et serra les dents qu'elle se mit à grincer de manière féroce en regardant l'autre fille s'éloigner en marchant plus vite en direction de la sortie. Elle s'attendait à ce qu'elle ne gagne rien à demander, mais ce genre de réaction lui donnait envie de vider les entrailles chaudes de cette fille si bien gardées à l'intérieur de son corps. Elle serra les poings dans ses poches pour résister à l'envie d'allier ses pensées à ses actes, puis se mit à diriger toute cette haine vers l'homme qui avait posé un lapin à sa séance de torture.

« Khhh, Genji... »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon



Messages : 138
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 21
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]    Ven 14 Oct - 21:26

Depuis sa rembarde, Dim observait discrètement la jeune fille qui venait de débarquer dans la ruelle. Cheveux bleus et visage énervé, pas de doute à avoir elle correspondait parfaitement à la description que lui en avait faite Harumichi-san.

Quelques dizaines de minutes plus tôt, un esper et un skill-out avaient formulé un plan dans une ruelle sombre de la Cité Académique. Bien décidés à mettre la main sur le tueur masqué, ils étaient tombés d'accord sur leur infériorité écrasante face à l'obstacle que constituaient les nettoyeurs qui accompagnaient l'homme au manteau noir. S'ils voulaient tirer cette histoire au clair, ils devaient en premier lieu survivre à la nuit qui s'annonçait. Et pour cela, rien de mieux qu'impliquer plus d'innocents pourraient dire les mauvaises langues.
Du point de vue de Dim néanmoins, ils n'allaient impliquer personne n'étant pas volontaire. Bien sûr, n'importe qui était potentiellement volontiare pour peut qu'on trouve les bonnes ficelles et qu'on pousse les bons boutons. Et les ficelles permettant de mettre en action les amis espers de Hasakura-kun étaient plus assimilées à de grosses cordes d'amarrage. Néanmoins, la reine des glaces de Nagatenjouki n'allait sans doute pas être aussi simple à convaincre.
La description de Genji incluait un portrait robot plutôt flatteur, mais ce qui inquiétait le plus l'esper était le prétendu sale caractère sur lequel il s'était étendu en long et en large. Il ne connaissait la reine des glaces que de réputation, principalement parce qu'elle avait participé quelques jours plus tôt à un show télévisé où elle avait perdu face à un niveau 3, mais si l'esper avait bien analysé la description qu'en faisait le skill-out elle semblait avoir un important esprit de compétition, et une dent contre lui.
C'était d'ailleurs à cause de cette dent que tout deux étaient tombés d'accord sur un échange de rôles de dernière minute. Dim irait à la rencontre de Aku alors que Genji partirait pour l'hôpital retrouver les amis de Hasakura-kun, choisis par l'esper après avoir parcouru rapidement la boîte de réception du jeune homme. "Kotadjima-sempai" semblait avoir comme passe-temps de chasser les skill-out, tandis que "Haru-kun" suivait l'entraînement de Judgment. Dim avait bon espoir qu'ils soient tout deux des espers et, s'il ne se trompaient pas, tout deux semblaient suffisamment proches de Hasakura-kun pour être facilement convaincus du bien fondé de leur plan.

L'esper fini par se décider sur la manière d'aborder la level 4. Inutile de tourner autour du pot, il devait être concis pour ne pas perdre l'attention, tout en restant suffisamment diplomate pour éviter que la mauvaise humeur apparente de la lycéenne ne se retourne contre lui. Son combat l'avait laissé fatigué et les estafilades sur son torse continuaient de le lancer désagréablement, aussi ne se sentait-il pas d'humeur à devoir en plus s'échapper d'une représaille d'esper.
Il descendit souplement de son perchoir et s'approcha sans hâte de sa cible, laquelle semblait maugréer dans sa barbe, pensant sans doute qu'on lui avait posé un lapin, perdant toute l'ironie cocasse d'une situation pareille.

"Bonsoir Reitoko-san, l'interpella t-il. J'ai été envoyé par Harumichi-san, il trouvait cela plus prudent que se présenter lui-même. Et si ce sont des bouteilles d'eau dans ce sac, je comprends définitivement pourquoi". Il sourit. S'il ne se trompait pas lycéenne avait définitivement emporté suffisamment d'eau pour mettre un sacré boxon, ce qui l'arrangeait beaucoup au final.

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko



Messages : 170
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 17
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]    Dim 16 Oct - 15:19

Akutoku serrait les dents en bouillonnant de rage : Genji-san semblait encore s'être moqué d'elle. Elle n'avait même plus envie de le chercher ou de jouer avec lui à quoi que ce soit, elle l'imaginait déjà éclater d'un rire gras en jouant à la console. Alors il avait menti pour le "truc important où il avait besoin de son aide" ? ça semblait tellement stupide et puéril que ça ne pouvait être que ça. Elle serra les poings jusqu'à faire ressortir les veines de ses bras, faisant quelques pas dans l'allée entre deux magasins.

Du fait qu'elle apportait aussi peu d'intérêt à ce qui l'entourait, elle n’aperçus réellement "l'étudiant habillé en rouge sur la rambarde" qu'après qu'il ai sauté de celle-ci et se soit mis à avancer dans sa direction. Elle desserra légèrement les poings dans les poches de son sweat à capuche en se décrispant très légèrement. Elle s'arrêta elle même en voyant que celui-ci, d'un air calme, c'était mis à se mettre sur sa route. Elle fronça les sourcils sans vraiment y accorder d'intérêt, mais avec une certaine appréhension.

« Bonsoir Reitoko-san. J'ai été envoyé par Harumichi-san, il trouvait cela plus prudent que se présenter lui-même. Et si ce sont des bouteilles d'eau dans ce sac, je comprends définitivement pourquoi. »


« Hééé ? »


La jeune fille sentie de l'air froid rentrer dans ses vêtements. Qui était cette personne, et comment connaissait-il Genji ? Et plus important encore, il semblait savoir qu'elle utilisait des bouteilles d'eau comme arme. Ce type qui ne semblait même pas exister il y à quelque minutes se mettait à devenir le centre des attentions pour Akutoku. Elle se détendit pendant un instant : il fallait qu'elle tire la situation au clair rapidement.

« Genji... Tout commence avec Genji. Il voulait m'inviter de toute urgence ici. J'étais partie pour le rejoindre et lui botter le cul, et ce type nous connaissant tout les deux se pointe à la place. "J'ai été envoyé par Harumichi-san, il trouvait cela plus prudent que de se présenter lui même..." C'est Genji qui lui à demandé de venir ? »


« Et c'est quoi ce sourire ? Cet abruti à l'air sur de lui. Et si Genji m'avais tendu un piège et avait envoyé ce type pour me buter ? Ou alors, et si Genji avait envoyé un type qu'il n'aimait pas se faire buter par moi, plutôt ? Ce serait du genre de Genji-san de faire ce genre de truc... »


Elle soupira doucement en regardant un peu plus attentivement l'homme qui se trouvait devant elle. Elle pensait au départ que c'était un étudiant, mais au final il y avait de quoi se tromper. Elle n'en était pas persuadé et n'y accordait pas réellement de réel intérêt, mais à voir son visage à l'air un peu plus mature la question de "C'est vraiment un adolescent ?" ne pu s'empêcher de germer dans sa tête pendant un instant.

Elle resta silencieuse un instant puis décida qu'à défaut d'être une connaissance, cette personne inconnue qui connaissait Genji, et qui savait des choses sur elle ne pouvait être que quelqu'un capable de poser des problèmes. Et tout semblait concorder avec sa version des faits -sacrément hâtive-, si cette personne était là à la place de Genji parce que celui le lui avait demandé, c'était que Genji savait pertinemment ce qui l'attendait. Elle enfourna sa main dans sa sacoche légèrement entrouverte tellement elle débordait, pour en sortir une inoffensive bouteille d'eau déminéralisée.

« Il doit sûrement y avoir des caméras dans le coin, c'est impossible qu'il n'y en ai pas. Je m'interroge encore, mais au moins avec ça dans la main, je serais plus assurée de ne pas me recevoir une balle ou une connerie du genre. Si il me paraît dangereux, je l'écrase. Mais en attendant, il faut lui retirer ce maudit sourire. »


La jeune fille referma sa sacoche puis fit sauter la bouteille d'eau dans sa main, jetant un regard au alentours comme pour observer si Genji était là, ou si d'autres gens ou caméras pourraient interférer avec n'importe quel chose qui pourrait se passer dans les cinq prochaines minutes. Sans surprises, l'endroit semblait vraiment calme et vide à une heure pareille. Mais même dans cette situation, provoquer un combat dans un centre commercial de la Cité Académique était vraiment assez étrange.

Si Genji voulait en finir avec elle, pourquoi ne lui avait-il pas donné rendez-vous dans un endroit plus calme et à l'abri ? Et si il voulait vraiment la tuer ou la tabasser, pourquoi l'homme devant elle était aussi calme ? Voir autant de chose devenir des inconnues irrita légèrement la jeune fille, qui se mit à grincer des dents en regardant la personne devant elle, avant de prendre la parole d'une voix sarcastique et désintéressé.

« Et du coup, tu es ? J'aimerais bien savoir pourquoi c'est sur toi que je tombe alors que j'allais retrouver ce sale type... Je dois aussi te mettre dans la catégorie sale type ? »


« Ah, et sinon... Si tu as un truc à dire du genre "j'ai une famille et des enfants" ou une autre connerie du genre, je préfèrerais que tu le fasses maintenant, je suis pas sûr que j'te laisserais le temps quand tu seras en train de te traîner par terre en t'accrochant à ma cheville, kh kh. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon



Messages : 138
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 21
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]    Sam 22 Oct - 16:41

En perçant la bulle d'agacement de la lycéenne, Dim en profita pour la détailler rapidement. Les cheveux bleus n'étaient pas sa seule excentricité visiblement. Des yeux violets, des dents pointues... Elle devait vraiment être balèze pour que Nagatenjouki ne se débarrasse pas d'une personne aussi peu soucieuse des codes physiques. La jeune fille se remis très rapidement de sa surprise néanmoins, non sans jeter un rapide regard alentour.
"Elle s'attendais à un coup fourré? Elle réfléchit vite."
Elle grinça des dents.

« Et du coup, tu es ? J'aimerais bien savoir pourquoi c'est sur toi que je tombe alors que j'allais retrouver ce sale type... Je dois aussi te mettre dans la catégorie sale type ? » 

"Super, les choses risquent d'être plus corsées que prévu" pensa Dim en voyant l'étudiante sortir une bouteille d'eau de son sac. Il n'était pas particulièrement au fait de toutes les limites de son pouvoir, mais le témoignage de Genji lui suffisait pour comprendre qu'elle était capable de former des projectiles.

« Ah, et sinon... Si tu as un truc à dire du genre "j'ai une famille et des enfants" ou une autre connerie du genre, je préférerais que tu le fasses maintenant, je suis pas sûr que j'te laisserais le temps quand tu seras en train de te traîner par terre en t'accrochant à ma cheville, kh kh. »   

Aïe. Malgré ses efforts pour paraître abordable il semblait déjà catégorisé dans la case "ennemi", ce qui n'était clairement pas pour l'arranger.


Elle semblait être une de ces personnes n'ayant aucun scrupule à simplement écraser le moindre obstacle sans se soucier des conséquences morales, sans doute parce que rien ne lui avait jamais réellement résisté. Dans la situation présente, ce trait de caractère pouvait être un atout précieux comme un important danger. Dim n'était qu'un cafard à ses yeux, et froisser son ego pouvait s'avérer dangereux. Aussi l'esper décida t-il d'être diplomate. Inutile de se soucier de son amour propre dans sa situation actuelle.

Il leva les mains en signe de paix, non sans se préparer à plonger au cas où l'esper déciderait de mettre ses menaces à exécution.

"Allons allons, je suis encore trop jeune pour avoir une famille, ça serait un gros problème tu ne pense pas? Je suis rentre sans doute dans la catégorie sale type, mais il serait très contre-productif de t'attaquer au messager tu ne penses pas?"

Constatant qu'il n'avait pas encore été attaqué, l'esper remis les mains dans les poches de son sweat et continua, son ton prenant soudain une tournure beaucoup plus sérieuse:

"Je vais aller droit au but. Cela peut te sembler farfelu, mais il y à environ trois heures Harumichi-san s'est interposé entre un meurtrier et sa victime. Non seulement il n'a pas réussi à sauver la victime, il est en plus devenu la cible d'un groupe armé. Anti-skill à été muselé et malgré la mort d'un membre de Judgment sur les lieux de l'attaque, un délinquant juvénile comme lui à été relâché dans les rues après à peine deux heures d'interrogatoire. Pas de garde à vue, pas de convocation, pas de surveillance supplémentaire."

Dim marqua une légère pause pour reprendre son souffle. Il avait exposé la situation, mais rien ne forçait la lycéenne à le croire. Il devait encore ferrer sa proie, aussi repris t-il vivement pendant que Reitoko-san assimilait les informations:

"Rien ne t'oblige à me croire bien sûr, mais je suis presque certain que la mort d'un membre de Judgment aura au moins fais l'objet d'un article sur les flux d'information en direct de la Cité Académique. A partir de là, je te pense largement assez intelligente pour faire le rapprochement. Et si je te tendais un piège, j'essaierais sans doute avec quelque chose de plus crédible."

L'informateur profita d'avoir fini son discours pour sortir le paquet de biscuits achetés plus tôt dans la soirée. Il se sentait très fatigué et avait besoin de recharger ses batterie. Et la présence de cette esper le rassurait. Il savait bien que se faire attaquer maintenant ne ferait que lui donner raison. Et bien qu'il aurait préféré avoir cette discussion dans un endroit moins à découvert et moins éclairé, il considérait cela comme un moindre mal.

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko



Messages : 170
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 17
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]    Dim 23 Oct - 1:15

L'adolescente regarda un instant la mystérieuse personne en rouge à travers sa bouteille d'eau en plastique. Il semblait étrangement faible et vulnérable de cet angle, on aurait dit qu'une simple pression de la main lui aurait étouffé toute vie. Il n'y avait pas beaucoup de différence entre ce prisme et la vision réelle d'Akutoku, si peu de différence qu'une fois qu'elle retira son regard de la bouteille, elle cru qu'elle regardait encore à travers : l'homme levait ses mains en l'air. Une seule chose fit tiquer la bouche de la jeune fille, il avait l'air d'être serein.

« Allons allons, je suis encore trop jeune pour avoir une famille, ça serait un gros problème tu ne pense pas ? Je rentre sans doute dans la catégorie sale type, mais il serait très contre-productif de t'attaquer au messager tu ne penses pas ? »

« "tu ne pense pas, tu ne pense pas"... Ce type me parle comme à une gamine, il commence à me taper sur les nerfs. Et je déteste sa façon de rester cool après mes menaces. »


Le type rangeait ses mains dans ses poches, déjà, il devait se sentir hors d'atteinte maintenant qu'elle retenait sa bouteille à bout de doigts vers le bas. Elle ne l'avait même pas remarquée d'ailleurs, mais visiblement elle ne comptait pas l'écraser tout de suite. "Un messager", c'est comme ça qu'il venait de s’appeler, donc il était venu délivrer un message ? Pour un supposé type poseur de problème, il était plutôt calme et posé. Cette constatation fit tiquer de nouveau la jeune fille, elle allait avoir des difficultés a partir maintenant, si elle voulait tirer tout ça au clair et faire disparaître les inconnues de cette situation.

« Je vais aller droit au but. Cela peut te sembler farfelu, mais il y à environ trois heures Harumichi-san s'est interposé entre un meurtrier et sa victime. Non seulement il n'a pas réussi à sauver la victime, il est en plus devenu la cible d'un groupe armé. Anti-skill à été muselé et malgré la mort d'un membre de Judgment sur les lieux de l'attaque, un délinquant juvénile comme lui à été relâché dans les rues après à peine deux heures d'interrogatoire. Pas de garde à vue, pas de convocation, pas de surveillance supplémentaire. »


« Hrrrgh, j'aime pas ça... C'est quoi ce bordel dont j'ai strictement rien à foutre ? Il faut que je me casse d'ici ou ça va partir en vrille. »


Une longue chaîne métallique tirait Akutoku vers l'arrière, tentant de la ramener vers l'installation d'où elle était sortie pour retrouver Genji. Toute cette histoire de meurtre, de problèmes avec anti-skill et judgment, de choses cachées et de groupuscules armées dans la cité scolaire lui donnait un horrible mauvais pressentiment. Ce n'était pas ce pourquoi elle était là, ce n'était pas pourquoi elle avait décidée de sortir. Toute chose se déroulait suite à des probabilités, des possibilités et une touche de hasard. Mais ce n'était pas la soirée qu'Aku devait avoir. Si la réalité ne suivait pas le chemin qu'elle voulait qu'elle suive, alors le problème venait de la réalité. Avant que l'information de faire un pas en arrière arrive enfin à son cerveau en plein calcul, la personne bouchant le passage reprit la parole.

« Rien ne t'oblige à me croire bien sûr, mais je suis presque certain que la mort d'un membre de Judgment aura au moins fais l'objet d'un article sur les flux d'information en direct de la Cité Académique. A partir de là, je te pense largement assez intelligente pour faire le rapprochement. Et si je te tendais un piège, j'essaierais sans doute avec quelque chose de plus crédible. »


« "Je te pense largement intelligente" ? Kh, ce type essaye de m'enrôler dans ses conneries avec des saloperies de flatteries camouflées à deux balles... »


« Mais tout ça... La Cité Académique qui ralentirait les choses... Genji qui fait appel à moi... Un meurtre... Rhaaa, mais j'en ai rien à foutre de toute ses conneries ! Qu'il se les encastre dans le rectum jusqu'aux yeux et qu'il aille déposer une plainte débile avec cet abruti de Genji, je suis pas un flingue que ses deux looser peuvent pointer sur ceux qui leurs posent problèmes ! »


La jeune fille grinça des dents en se crispant, puis serra la bouteille dans ses mains en détournant le regard et sa tête vers le mur de gauche. Oui, c'était la meilleure chose à faire, partir de toute ses embrouilles qui ne risquaient que de devenir encore plus troubles. Tout ça, ça n'avait aucun sens et ça ne risquait pas de devenir limpide une fois qu'on s'y intéresse. La Cité Académique qui empêcherait quelque chose de tourner normalement ? Déjà cela, ça n'avait aucun sens pour Aku, cette idée ne pouvait tout simplement pas fonctionner dans son esprit. Dans tout les cas la jeune fille avait autre chose à faire, elle en était persuadée, d'autres bonnes raisons de s'enfuir de cette situation.

« ... S'enfuir ? »


Un coup de poing fracassa le bloc de glace d'une jeune fille, à qui on finissait par mettre les menottes. Une pizza trop épicée lui brûla la bouche et la fit mettre un genoux à terre. Cette jeune fille au visage floue tombait maintenant, au milieu d'une arène en l'entraînant dans sa chute, coulant dans l'eau en perdant la compétition devant tout un public, compétition qu'elle devait pourtant gagner à tout prix. L'image de cette jeune fille assombrit l'esprit d'Akutoku. Elle connaissait beaucoup trop bien cette fille, beaucoup trop bien pour savoir que celle-ci était en colère et ruminait sa rage en silence depuis un certain temps.

Pendant une fraction de seconde, les calculs s’arrêtèrent, ce qui permit à Aku de rencontrer cette jeune fille en face à face. Elle regarda l'autre Aku, la voyant baisser la tête et courber l'échine devant ses défaites. C'était ça, abandonner, s'enfuir ? C'était ce qu'elle était devenue ces derniers jours ? Non, ça ne pouvait être qu'une illusion, ça n'était pas la réalité. Akutoku attrapa son reflet par le col et se mit à l'étrangler en serrant les dents. Si cette Aku là était la réalité, alors le problème venait de la réalité. Les calculs reprirent, les mécanismes dans la tête de la jeune fille aux cheveux bleus dans l'allée du Seventh Mist se remirent en marche les uns avec les autres comme les rouages d'une horloge bien huilée.

« Tourner le dos, c'est abandonner. Genji, ce type en rouge... Je ne veux pas qu'ils voient mon dos pour cette raison. Ceux que j’appelle des looser... Je vais montrer à ses abrutis incompétents ce dont je suis capable. En un claquement de doigts, je rattraperais ses défaites débiles et je ferais en sorte qu'elle n'existe plus. Un groupe armée qui fait douter les propres élèves de la fiabilité de la Cité Académique ? Quelle blague ! Je devrais nettoyer ses abrutis qui foutent le bordel dans cette ville et qui ne prennent pas au sérieux les choses qui sont accomplies ici. Ouais, écrasons ses conneries et refaisons en sorte que tout soit simple et limpide. »


« Kh, et ce qu'en un sens, je me fait manipuler ? Ce n'est pas ce que cet abruti et ce que Harumi... Genji veulent ? ... Non, je suis ma propre volonté. Ce serait débile de croire que ses pt'ains d'insectes arrivent à quoi que ce soit. C'est pour ça que Genji-san m'a appelée, d'ailleurs, parce qu'il sait que je vais tout foutre à sa place. »


Une nouvelle flamme semblait vibrer dans les yeux de la jeune fille qui retournait son regard vers l'homme devant lui, en serrant dans sa main gauche la bouteille d'eau qu'elle tenait toujours. Une volonté que rien ne pouvait arrêtée s'était apparemment emparée de son corps dans ce petit laps de temps où elle avait été silencieuse. Elle fit un pas vers la personne avant d'ouvrir la bouche à son tour.

« Kh, j'ai pas capté grand chose à tes conneries, tu m'excuseras. Mais c'est Genji-san qui m'appelle pour se sortir d'une histoire débile dans laquelle il s'est empêtré tout seul, c'est ça ? J'espère que vous imaginez bien que si un groupe armé agit impunément dans la Cité Académique, en supposant que ce soit vrai, vous avez aucune chance. »


Akutoku leva sa main gauche et pointa l'homme devant elle avec son index en retenant toujours la bouteille d'eau déminéralisée dans ses doigts. Visiblement, son esprit compétitif avait prit le dessus et balayé d'une traite la majeure partie de la première impression qu'elle avait pu donner, mais l'éloignement et le peu de considération qu'elle portait à la personne en rouge continuait de se faire sentir, tout au fond de son regard. Au moins, il y avait eu une avancée : Elle avait décidée de ne pas faire faux bond à Genji, elle n'allait pas lui laisser la chance de savoir qu'elle allait s'enfuir.

« En tout cas, je peux pas juste rester là sans rien foutre, kh kh kh. Les choses qui tournent pas rond me tapent sur les nerfs, et je peux pas laisser des imbéciles se croire tout permis pendant que d'autres bossent. J'ai besoin que tu m'en dises un peu plus si tu veux pas que j'utilise ton corps comme bouclier humain anti-émeutes, cependant, sempai... »



« Je vais essayer d'en apprendre plus et assommer ce type contre un mur, j'ai pas besoin de me farcir ce boulet sur le chemin. Huah, quelque chose me dit que cette soirée va être épuisante. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon



Messages : 138
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 21
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]    Mer 11 Jan - 2:54

Un moment de silence suivit la déclaration de Dim. Alors qu'il avalait un biscuit, l'esper continuait de regarder distraitement la jeune fille. Le visage tourné mais sa bouteille toujours en main, elle semblait peser le pour et le contre de sa proposition en grinçant des dents de manière légèrement irritante. Ces quelques minutes de conversation avaient été très instructives pour Dim, et l'esper ne manquerait certainement pas d'en profiter s'ils survivaient à cette nuit. Habitué à traiter avec toute une ribambelle de guignols allant du chef de gang de bas étage aux officiers yakuzas ou russes, il ne retrouvait pas chez la jeune esper le masque de normalité porté par les psychopathes, les tueurs et autres criminels immoraux ou désensibilisés à l'extrême.
Dim se demandait plutôt si cette rage et cette agressivité affichées n'étaient pas un rôle que jouait la jeune fille. Vu son âge et son niveau, cela n'aurait rien d'étonnant. Il n'était pas rare que les jeunes espers puissent sembler "mal tourner" lorsqu'ils se retrouvaient dans une position de pouvoir au sein de leur milieu social. Mais dans le cas de la reine des glaces, Dim avait l'impression qu'il y avait autre chose. L'esper ne savait presque rien sur l'étudiante face à lui, mais il savait qu'une telle attitude n'était pas celle d'une personne disposant d'un pouvoir important.

Ses hypothèses furent interrompues à la moitié de son troisième biscuit, Akutoku s'était retournée dans sa direction. Elle semblait avoir pris sa décision.

« Kh, j'ai pas capté grand chose à tes conneries, tu m'excuseras. Mais c'est Genji-san qui m'appelle pour se sortir d'une histoire débile dans laquelle il s'est empêtré tout seul, c'est ça ? J'espère que vous imaginez bien que si un groupe armé agit impunément dans la Cité Académique, en supposant que ce soit vrai, vous avez aucune chance. »

Dim grimaça un sourire en coin et acquiesça. Il en était bien trop conscient. L'esper n'était pas un combattant à proprement parler. Il se reposait presque uniquement sur les avantages du moment et ne choisissait ses affrontements qu'avec prudence. Sans effet de surprise, sans équipement adéquat, il était affreusement vulnérable. Fait que sa rencontre quelques heures plus tôt avec l'assassin masqué n'avait pas manqué de lui rappeler. Cette fois-ci, Genji et lui étaient traqués par un ennemi plus nombreux, mieux équipé et mieux informés. Cette battue aux alliés était la seule solution que l'esper ait trouvé pour avoir la moindre chance, et la Reine des Glaces de Nagatenjouki était un atout qui, il l'espérait, participerait grandement à faire pencher la balance de leur côté.
Quoi qu'il en soit, pour Dim, il était hors de question de fuir ou de laisser un groupuscule armé, voir une organisation paramilitaire secrète dans le pire des cas, assassiner des gens selon leur bon plaisir.

« En tout cas, je peux pas juste rester là sans rien foutre, kh kh kh. Les choses qui tournent pas rond me tapent sur les nerfs, et je peux pas laisser des imbéciles se croire tout permis pendant que d'autres bossent. J'ai besoin que tu m'en dises un peu plus si tu veux pas que j'utilise ton corps comme bouclier humain anti-émeutes, cependant, sempai... »

L'esper se gratta distraitement le torse, tant pour tenter de diminuer l'inconfort de ses blessures que pour se laisser le temps de formuler une réponse. Il décida d'ignorer la menace. Son corps ferait un très mauvais bouclier de toute façon. Tant qu'ils restaient dans cette rue encore relativement passante, ils étaient en sécurité. Des voitures passaient encore de temps en temps dans la rue et les derniers noctambules finissaient de rentrer chez eux. Le calme ne durerait pas, mais l'esper pensait avoir suffisamment de temps pour donner des explications plus approfondies. De toute façon, il valait mieux aller dans le sens de la jeune fille.

"On à pas beaucoup de temps, mais je vais faire ce que je peux. On à contacté des amis de la victime pour leur proposer de se joindre à nous, mais on a aucune idée de leur niveau d'esper. C'est plutôt risqué, mais comme tu peux t'en rendre compte on à pas une marge de manœuvre immense. Alors on fais appel à des volontaires. Parmi eux, t'es notre meilleur espoir. La seule dont on connaisse le niveau et les capacités. Je ne peut pas dire si ça sera suffisant, mais je préfère trop en faire que pas assez."

Dim était parfaitement conscient de l'égoïsme dont il faisait preuve. Après tout, il était entrain de mettre en danger les vies d'adolescents pour protéger la sienne. Mais il espérait que les amis de Hasakura-kun seraient du genre justicier, un tempérament relativement courant chez les espers. Malgré cela, il n'était pas serein pour autant. Si l'un de ces gosse mourrait cette nuit...
Il reprit

"Genji pense qu'on va se regrouper pour faire front. Mais je met ma main à couper qu'on en aura pas l'occasion. On est séparés, c'est l'occasion idéale pour nos ennemis pour nous tomber dessus. Et si je ne me trompe pas, ils tenterons d'éliminer la plus grande menace en premier lieu."

Son visage s'assombrit. C'était un paris très risqué, mais il n'avait là encore pas vraiment le choix. Un groupe d'espers moyens ne pourrait jamais faire face de front à des paramilitaires entraînés et équipés lors d'un combat urbain. Il fallait donc ruser.

"Tout à l'heure, c'est moi qui ait sauvé Genji-san et le gamin du meurtrier. Je pense avoir réussi à le blesser salement au visage, mais ses alliés savent aussi que je suis un esper désormais. Heureusement pour moi, je n'apparais plus dans les bases de données depuis un paquet d'années. Ils ne savent donc pas exactement de quoi je suis capable."

Il avala un biscuit et continua

"C'est la seule prise que j'ai sur la situation, donc mes espoirs reposent là-dessus. Je suis parti te rencontrer tout seul, j'me suis montré aux caméras de sécurité au cas où ils y auraient accès. De manière générale, j'ai fais en sorte d'attirer l'attention.
On n'a aucune idée du nombre de nos adversaires, mais en toute logique ils ne prendrons aucun risque. Entre un esper aux capacités inconnues et la reine de glaces de Nagatenjouki, on est la plus grosse menace pour leurs plans. Je n'ai aucune garantie, mais si j'étais eux j'attaquerais les deux groupes simultanément, en concentrant mes forces sur les cibles prioritaires."

Un sourire démoniaque étira le visage de l'esper, qui n'aurait pas cru prendre autant de plaisir à exposer son plan de la sorte.
"Pour être clair, on est l'appât. Désolé."

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko



Messages : 170
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 17
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]    Jeu 26 Jan - 22:52

Un vent froid s'engouffra dans le centre commercial, le genre de vent froid plutôt banal pour une soirée d'Octobre à Academy City. Pourtant, celui-ci semblait être chargé de quelque chose d'autre. Il passa dans les allées entre les magasins, longeant les enseignes en tout genre avant de venir battre l'air d'un certain passage, faisant voleter presque imperceptiblement le sweat à capuche jaune flashy de l'étudiante de Nagatenjouki, ainsi que faire gigoter le ruban nœud de son uniforme juste en dessous. Elle serra un peu plus fort ses doigts sur le bouchon de la bouteille d'eau déminéralisée proche de sa main qu'elle avait déjà rabattu vers le bas en voyant que la personne devant elle allait se mettre à parler. Quand la vision et le cerveau d'Aku se mettaient à s'intéresser à un certain élément du décor, personne ou objet, ça avait souvent tendance à finir mal, et parfois même sans même qu'elle le veuille.

« On à pas beaucoup de temps, mais je vais faire ce que je peux. On à contacté des amis de la victime pour leur proposer de se joindre à nous, mais on a aucune idée de leur niveau d'esper. C'est plutôt risqué, mais comme tu peux t'en rendre compte on à pas une marge de manœuvre immense. Alors on fais appel à des volontaires. Parmi eux, t'es notre meilleur espoir. La seule dont on connaisse le niveau et les capacités. Je ne peut pas dire si ça sera suffisant, mais je préfère trop en faire que pas assez. »

« "Pas beaucoup de temps" hein... Ça ressemble au babillage de Genji au téléphone. Et ils auraient déjà contactés d'autres gens, hein ? Bon sang, Genji-san s'est mis dans un sacré pétrin, on dirait. »


« Mais... Ils connaissent déjà mon niveau et mon pouvoir, et je suis leur meilleur espoir ? Évidemment que je le suis, mais bordel, tout ça commence à puer. C'est pas du tout carré et logique, ça me fout la gerbe. Exigu et Aléatoire... Kh, ouais, j'ai un mauvais pressentiment. »


Le flot incessant de la mécanique dans la tête de la jeune fille s'arrêta de nouveau pour imprimer les nouvelles paroles sortant de la bouche du garçon. D'une manière ou d'une autre, il y avait quelque chose qu'Akutoku détestait dans cette personne. Quelque chose dans sa façon de s'exprimer, sa façon d'être tout court. Cette nonchalance et ce sang froid était plutôt le genre de chose qu'elle avait déjà pu observé vaguement sur des élèves de Nagatenjouki de son niveau et sur des scientifiques extérieurs au bloc G.

« Genji pense qu'on va se regrouper pour faire front. Mais je met ma main à couper qu'on en aura pas l'occasion. On est séparés, c'est l'occasion idéale pour nos ennemis pour nous tomber dessus. Et si je ne me trompe pas, ils tenterons d'éliminer la plus grande menace en premier lieu. »

« La plus grande menace... »


« Tout à l'heure, c'est moi qui ait sauvé Genji-san et le gamin du meurtrier. Je pense avoir réussi à le blesser salement au visage, mais ses alliés savent aussi que je suis un esper désormais. Heureusement pour moi, je n'apparais plus dans les bases de données depuis un paquet d'années. Ils ne savent donc pas exactement de quoi je suis capable. »

Aku commença à mettre ensemble les pièces éparses du puzzle que l'homme lui lançait. Un groupe armé en plein milieu de la Cité Académique. Un meurtrier. Une victime qui devait sûrement être un étudiant. Genji-san. Ce garçon. Le regard de la jeune fille se reposa derrière elle dans le centre commercial. C'était un grand tissu de mensonge à n'en pas douter. Comme si des gens comme ça pouvaient se trouver dans la ville... Ou alors, ils avaient une mission à but scientifique. L'étudiante fronça les sourcils.

« Peut-être que je me trouve actuellement du mauvais côté de l'embrouille. Et que ce sont ses abrutis qui ont fait quelque chose de mal en interrompant quelque chose. Quelque chose d'important. »


Le bruit de quelque chose de croustillant dans la bouche du garçon de l'autre côté la ramena un instant à la réalité, alors qu'elle était déjà en train de s'imaginer de nouveau autour des scientifiques de l'installation du Bloc G. Si elle n'avait pas retourné sa tête dans sa direction comme si elle l'avait  déjà oublié, les ondes sonores émises par le garçon viennent lui titiller les tympans.

« C'est la seule prise que j'ai sur la situation, donc mes espoirs reposent là-dessus. Je suis parti te rencontrer tout seul, j'me suis montré aux caméras de sécurité au cas où ils y auraient accès. De manière générale, j'ai fais en sorte d'attirer l'attention.
On n'a aucune idée du nombre de nos adversaires, mais en toute logique ils ne prendrons aucun risque. Entre un esper aux capacités inconnues et la reine de glaces de Nagatenjouki, on est la plus grosse menace pour leurs plans. Je n'ai aucune garantie, mais si j'étais eux j'attaquerais les deux groupes simultanément, en concentrant mes forces sur les cibles prioritaires. »


« Pour être clair, on est l'appât. Désolé. »

Tout les rouages dans le cerveau de la jeune fille tombèrent dans l'abysse en une fraction de seconde. Ses pupilles se dilatèrent un instant avant que la phrase "On est séparés, c'est l'occasion idéale pour nos ennemis pour nous tomber dessus. Et si je ne me trompe pas, ils tenterons d'éliminer la plus grande menace en premier lieu" viennent se répercuter comme l'écho dans une grotte dans tout les recoins de son crâne. L'alerte rouge de la surchauffe de son esprit se mis en marche, tandis qu'elle se retournait déjà vers l'homme dont le sourire déformait presque le visage.

« NANIIII ? »


La jupe de l'étudiante voleta et ses chaussures crissèrent légèrement sur le sol, en même temps que les doigts de la jeune fille se refermaient sur le col de l'homme tout sourire. Elle tira avec son bras légèrement en avant pendant un instant comme pour l'éloigner d'elle avant de le rapprocher de son visage en lui offrant le spectacle de ses dents blanches et qui semblaient aiguisées comme des rasoirs quand on était aussi proche. Le visage crispé d'Aku et ses sourcils froncés notaient tous dans le même temps de l'état d'énervement et de perte de sang froid qu'elle avait ressenti dès l'instant où les mots lui étaient parvenus aux oreilles.

« Je savais que ça allait mal finir quand j'ai entendu que Genji y était mêlé, je savais que si c'était vrai ça allait être une sacré embrouille... Mais là, ça dépasse tout ce que j'avais pu imaginé ! Ils m'ont déjà mêlée à leurs conneries ??! Et ce type... Son p*tain de sourire ! Je vais le lui faire bouffer ! Je vais le congeler ! Je vais le congeler ! JE VAIS LE CONGELER ! »


« Tu te fous de ma gueule ?! Et tu comptais me dire ça à quel moment, au moment où je me prenais une balle dans le dos ? Non, attends, quelle balle ? PARCE QUE JE VAIS ME BARRER ET UTILISER TA SALE TRONCHE POUR NETTOYER MA CHAMBRE ! »


« Mais si je m'enfuis alors... Et en même temps, ce sale type et Genji... Mais en même temps... Aaaarrrrrrggggh ! Ils m'ont intoxiqués avec leurs absence d'ordre et d'logique ! J'arrive... J'arrive plus à penser clairement moi même à cause de ses deux tarés ! »


Les joues et le front de la jeune fille se mirent à rapidement virer à un très léger écarlate, qui se voyait d'autant plus que sa peau était claire pour une japonaise. Elle se renfrogna d'autant plus et lâcha avec violence la personne qu'elle retenait, avant de faire légèrement sauter la bouteille dans sa main gauche pour l'attraper à pleine main et la pointer vers le garçon en la tenant au niveau du milieu de la bouteille en plastique. Le contenu liquide de la bouteille transparente se transforma en solide en un instant, couvrant la bouteille de gel et la remplissant d'une forme de glace cylindrique sans qu'elle n'éclate cependant à cause de la différence de pression, montrant sûrement que toute la puissance d'Aku n'avait pas été envoyé dans cette unique salve. Une petite volute d'air froid s'échappa de la bouche de l'étudiante de Nagatenjouki en même temps qu'elle avait son regard plein de haine planté sur le garçon devant elle.

« Si ce que tu dis est vrai, même si ce qui sors de ta sale bouche de rat est sûrement une belle grosse quantité de déchet... Alors j'espère que t'imagine à quel point tu es en train de m'enfouir dans la boue, moi, Genji et... Moi ! »


« Bordel, si c'est tout ce que t'accordes à mon existence, je vois pas pourquoi je prendrais des pincettes, je vais te rouler sur la tronche là maintenant tout de suite ! Tu parlais d'un meurtrier dans la Cité Scolaire et de types armés qui en voulaient à votre vie, hein ? Conneries ! Et si jamais c'est vrai, alors ils pourront te cueillir tout cuit sur le chemin, ou du moins ce qu'il va rester de toi et de tes dents ! »


« Ce type est un gros tas d'embrouille ! Bordel, bordel... Bordel, il faut que je m'occupe de régler ça avant que ça tourne au vinaigre ! Si jamais le Bloc G découvre à cause de tout ce grabuge que je suis sortie sans autorisation... Si il arrive un connerie à Genji-san et que je n'aurais même pas pu lui filer une rouste avant... Si un meurtrier se balade vraiment dans la cité et tue des étudiants... Bon sang, pourquoi ce genre de trucs m'arrive à moi ? Je suis sensé être au dessus de tout ça ! »


« Dis-moi où est Genji et où la dernière position de tes soi-disant agresseurs ! Ensuite, je te montre ce dont ce que "ton meilleur espoir" sait faire... J'vais te congeler sur place, espèce de taré ! »


L'atmosphère qu'il avait pu il y avoir il y avait quelques minutes semblait avoir totalement disparue. A dire vrai, au lieu de s'être réchauffée avec toute cette action, elle s'était au contraire refroidie encore plus. Mais ce n'était, cependant, pas mieux pour le duo du Seventh Mist. Mais ce qui énervait le plus la masse de cheveux bleu, c'était que si ça avait pu être depuis le début la "galère de Genji-san", maintenant, c'était la "Galère de Genji-san qui colle au train". Au moins, cette fois, elle avait quelque chose sur quoi passer sa frustration. Si elle ne voulait sûrement pas lui faire autant de mal qu'elle le pensait, c'était sûrement en raison du fait qu'elle voulait lui en faire encore plus. Et si elle devait lui foutre un coup de boule pour tout ça, ce serait sûrement avec la tête souriante du garçon qu'elle venait d'empoigner par le col.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon



Messages : 138
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 21
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]    Lun 30 Jan - 22:33

"Aïe, j'y suis peut-être allé un peu fort"

Oublié le joli, bien que méprisant, visage à la peau diaphane. Dim avait été tiré face à une véritable furie aux traits déformés par la rage. Elle était tellement effrayante que l'esper pensa un instant que ses dents paraissaient anormalement pointues, avant de se rendre compte qu'elle était réellement dignes d'une espèce carnivore.

« Tu te fous de ma gueule ?! Et tu comptais me dire ça à quel moment, au moment où je me prenais une balle dans le dos ? Non, attends, quelle balle ? PARCE QUE JE VAIS ME BARRER ET UTILISER TA SALE TRONCHE POUR NETTOYER MA CHAMBRE ! »

"Je viens de te le dire, c'est pas comme si je te l'avais caché!"

L'esper se contenta néanmoins de garder ses commentaires pour lui même. Cette gamine était trop énervée pour le moment pour prendre en compte des arguments sensés. Aussi devait-il ravaler son agacement pour le moment. Il détestait traiter avec des gens aveugles au bon sens et à la raison, mais il était en très mauvaise posture et devait vraiment trouver un moyen de s'en sortir en un seul morceau.
La lycéenne le relâcha, mais restait menaçante. Dim n'avait aucune idée de la vitesse de son pouvoir et de s'il pourrait l'éviter, mais il préférait ne pas prendre de risques. Aussi resta t-il parfaitement immobile en espérant éviter de la provoquer encore plus. Son cerveau tournait à toute vitesse, aussi ne pretât-il qu'une oreille distraite aux menaces de l'adolescente.

"Si ça continue comme ça, les nettoyeurs n'auront même pas besoin de déployer une équipe pour m'éliminer. Bordel, elle est conne ou quoi? Si on les attire pas, c'est les autres qui seront blessés..."

Evidemment, c'était en partie sa faute s'ils étaient en danger pour commencer. C'était lui qui les avait appelé. La gamine n'était pas stupide. Au contraire, sa réaction semblait plutôt normale. Est-ce que c'était lui le problème?
Dim se sentit soudain très las, il avait l'impression que sa tête tournait un peu. Même en sachant que sa solution était celle qui conservait les meilleures chances de survies générales, ses justifications sonnaient fausses. Quel droit avait-il de mettre ces gosses en danger? Aucun. Mais il n'avait pas énormément d'autres possibilités. Se laisser abattre sans rien faire? S'engager dans un combat perdu d'avance? Fuir et passer le reste de sa vie à regarder derrière son épaule?
La bonne blague. Rien de tout ça ne résoudrait le problème. Rien de tout ça ne ferais disparaître cette organisation, quelle quelle soit, des rues de la cité scolaire.

« Dis-moi où est Genji et où la dernière position de tes soi-disant agresseurs ! Ensuite, je te montre ce dont ce que "ton meilleur espoir" sait faire... J'vais te congeler sur place, espèce de taré ! »

L'informateur mit une fraction de seconde à comprendre. Elle n'avait pas abandonné pour autant. Qu'elle le croit ou non, elle avait décidé de rejoindre Genji. Une autre fraction de seconde plus tard, il avait trouvé comment retourner la situation à son avantage. Il étendit les bras en signe de non-agressivité et répondit calmement.

"Je suis désolé que tu ne voie les choses que sous cet angle, mais très bien.
Dit-il en récupérant calmement le téléphone dans sa poche. Ce téléphone est programmé pour envoyer un message expliquant mon plan à Genji d'ici quinze minutes. Je n'ais évidemment pas les moyens de t'en empêcher, mais comprends qu'en le rejoignant tu fera courir un risque bien plus élevé à tout le monde."

Il ouvrit un bloc-note et commença à marquer la localisation de Genji tout en continuant.

"Je marque les endroits où il pourrait être selon ce qu'on avait convenu. Et en ce qui concerne mon visage..."

Dans un geste fluide, l'esper jeta le téléphone droit vers le visage de l'adolescente tout en modifiant la gravité.

"...tu devras passer ta colère sur quelqu'un d'autre!" termina t-il en prenant de la vitesse.
L'endroit n'avait pas été choisi par hasard bien évidemment, et l'esper avait bon espoir que la puissante lumière du lampadaire empêche tout adversaire de le repérer une fois dans les airs.
Ne restait plus maintenant qu'à espérer que cette adolescente furieuse ne tente pas trop le diable.

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko



Messages : 170
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 17
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]    Mer 1 Fév - 23:27

« Ce type est complètement dérangé... Pas seulement sa façon d'agir, il a décidé lui aussi de devenir un appât, mais si tout ça est vrai... ça veut dire que c'était prévu avant que j'arrive. ça veut dire que si je n'étais pas venu au rendez-vous il se serait retrouvé tout seul. Ou il est totalement fou, ou il ment. Dans les deux cas, ça me donne une bonne raison de me barrer. »

Akutoku était toujours partagée sur le fait qu'il disait la vérité ou pas. Ce qui était sûr, ce qu'elle ne plaçait aucune confiance en lui, encore moins qu'en la majorité des personnes qu'elle ne connaissait pas, ce qui était donc un coefficient inférieur à zéro. Elle serra un peu plus ses doigts sur la bouteille au contenu congelé qu'elle tenait dans la main gauche, une arme à utilisation rapide et efficace maintenant que le contenu était déjà réduit à l'état de solide, donc contrôlable par sa psychokinésie.

Ça allait poser des problèmes si elle se mettait à l'attaquer, et honnêtement, un type comme ça ne méritait pas qu'elle use d'un peu de son endurance. Elle aurait bien voulu lui en foutre une pour l'avoir embrigadé dans tout ça, mais elle se demanda si cela ne donnerait pas l'effet contraire. Après tout, un type qui décide de lui même de rejoindre le groupe des appâts... Oui, c'était sûrement un masochiste, ou quelque chose du genre. Elle fronça imperceptiblement les sourcils en le voyant écarter les bras, ce qui fit germer l'idée de "cible volontaire" dans l'esprit d'Akutoku.

« Je suis désolé que tu ne voie les choses que sous cet angle, mais très bien... Ce téléphone est programmé pour envoyer un message expliquant mon plan à Genji d'ici quinze minutes. Je n'ais évidemment pas les moyens de t'en empêcher, mais comprends qu'en le rejoignant tu fera courir un risque bien plus élevé à tout le monde. »

« "Tout le monde" hein... Donc si ses conneries sont vraies ses types ont vraiment d'autres gens derrière eux. D'autres victimes potentielles. Et JE suis sensé faire attention aux risques que je leurs fait courir ? Quel putain de comble... »

« Ce type, je n'arrive pas à le comprendre du tout. On vit dans deux mondes différents... Je ne comprends ni ses motivations si ce à quoi il pense. Kh, qu'est ce que j'en ai foutre de toute façon ? »

Elle le suivit avec un regard méprisant faire courir son doigt sur le clavier du portable. Même après avoir essayé de faire planer le doute comme si il ne voulait pas qu'elle se mette à la suite de Genji, il semblait pourtant s’exécuter. Mais il n'avait été nullement impressionné par les menaces froides d'Aku, du moins c'est le sentiment qu'il dégageait, ce qui la fit lui poser la question de la raison de son action. Il avait finalement décidé de faire ce qu'elle lui disait ?

Non, en fait, il n'avait jamais vraiment fait quoi que ce soit de contraire à la volonté d'Aku. Tout ce qu'elle avait fait jusqu'à maintenant c'était le menacer, la raison pour laquelle elle ressentait ce sentiment qu'il n'avait pas pris le chemin qu'Akutoku désirait qu'il prenne était tout simplement parce qu'il n'avait pas été effrayé par ses provocations. Elle souffla par le nez en faisant cette constatation peu utile, à part à faire grandir un peu plus le dédain presque infantile qu'elle éprouvait à son égard.

« Je marque les endroits où il pourrait être selon ce qu'on avait convenu. Et en ce qui concerne mon visage... »

Une ombre fugace traversa le champ de vision d'Aku en un battement de cils. Son cerveau qui avait l'habitude de calculer rapidement de base pour l'utilisation de son pouvoir n'eut pas trop de mal à lui permettre de récupérer au vol, d'une seule main -la seule libre-  le téléphone avant qu'il ne tombe. Même si son cerveau n'avait pas encore décidé si c'était une pomme de pin ou une grenade qu'elle venait de rattraper, au moins, il montrait que ses réflexes étaient bons.

« Qu- ? »

« ...tu devras passer ta colère sur quelqu'un d'autre ! »

Elle baissa légèrement le bras plié qui avait permis la réception du projectile surprise, pour suivre du regard le garçon qui tombait. Le problème était que, visiblement, il ne tombait pas dans le bon sens. Le cerveau d'Aku fut troublé pendant une petite fraction de seconde avant de remettre rapidement la machinerie en marche. Visiblement, il était du genre rapide, c'était la première chose qui lui vint à l'esprit.

« Hé, un esper, hein. Comme si j'avais le temps pour ça, Fuuuhee... »

Elle releva le téléphone qu'elle avait en main d'un geste rapide vers son regard en laissant l'anomalie gravitationnelle prendre un peu d'avance dans son chemin vers la stratosphère. Elle fit courir ses yeux de bas en haut sur l'écran lumineux du téléphone, avant d'aller jeter un coup d'oeil vers le message que l'esper filant comme une flèche cherchait à envoyer à Genji. Elle ne mit pas trop de temps à émettre son désormais célèbre grincement de dents.

Spoiler:
 

« ... Bordel, il ne mentait pas. »

L'étudiante aux cheveux bleu se massa la nuque lentement en fermant les yeux, rangeant le téléphone dans une petite pochette de sa sacoche aux lanières transparentes. Elle fit sauter la bouteille dans sa main gauche et inspira lentement en levant la tête vers le haut. Elle du plisser les yeux, à moitié aveuglée par la lumière des lampadaires. Puis après un instant, elle fit voler la bouteille au dessus de sa paume après y avoir jeté un coup d’œil bref pour revenir à l'espèce de vague silhouette entre les boules de feu qu'étaient les lampadaires.

« Il s'est arrêté ? Il est rapide. Télékinésie ? Ouais. C'est son corps qui est affecté, je pense. Pfffeh, et dire que pour une fois j'étais partie pour ne pas agir. »

La bouteille dans sa main explosa dans un bruit de fusil à air comprimé pour n'y laisser qu'un espèce de gros trapézoèdre imparfait en glace d'au moins un mètre de hauteur pour quarante centimètres de diamètre. Elle arqua son bras en arrière comme si elle allait le lancer même si l'objet n'était même pas en contact avec sa main, puis fit le mouvement de projeter l'espèce de javelot cristallin en direction de la silhouette.

« Ouais, pas assez rapide, il va éviter ou s'en débarrasser. On va jouer un peu, j'ai besoin de le faire redescendre. »

« En un sens, je te remercie pour m'avoir dit la vérité depuis le début ! ... En revanche, le fait que tout ça se trouve être réel m'oblige à te garder ici pour en apprendre plus, mais surtout parce que je ne compte pas être la cible de quoi que ce soit toute seule... Kh kh... Que ça vienne de toi ou de Genji-san. »


La jeune fille aux couettes bleues leva une paume ouverte dans la direction de la silhouette, tandis qu'après un bruit de verre cassé, le projectile de glace se sépara en une quarantaine de petits javelots de glaces, bien plus petits. Après un petit mouvement presque imperceptible de la main, Akutoku envoya tout les projectiles de glace dans des directions toutes plus ou moins différentes, un quart en fonçant plutôt vers ce qui pouvait s'apparenter à la direction qu'avait prise l'esper pour s'envoler, les autres quart couvrant le maximum de surface autour de l'endroit où elle pensait le distinguer, comme une cage formée par une pluie de flèches.

« Si ça le touche, je fait en sorte de l'accrocher pour le ramener vers le bas. Je pourrais former une genre de chaîne avec les projectiles qui ne l'auront pas atteint. Dans tout les cas, je lui ai bloqué le chemin pour redescendre et une petite blessure le fera sûrement changer de plan. Ouais, enfin, si il se blesse en quelque sorte ce sera sa faute... Non, carrément sa faute. »

« Bon, du coup, kh... Je vais avoir besoin que tu m'en dises plus sur tout ça et que tu m'y emmènes ! Après tout, ce serait bête que tu ne participes pas toi aussi à cette amusante chasse dans laquelle vous semblez avoir impliqués d'autres gens de toute façon, non ?! »


La jeune fille souffla une très légère volute de fumée en tentant de masquer son petit rictus de grimace. Au final, elle aurait préféré que le garçon lui ai menti. Car cela confirmait tout ses soupçons, mais surtout, cela ramenait toutes ses craintes d'éléments pouvant arriver à la suite de toute cette embrouille sur la table. L'une d'elle surtout, le fait que le Bloc G découvre sa petite sortie. Déjà, si les caméras de la Cité Scolaire l'avaient en ce moment en grand angle ça allait être un peu dérangeant, même si son visage était partiellement caché par la capuche et le masque buccal.

Elle accéléra la vitesse de tout ses petits projectiles vers la cible unique en faisant en sorte au maximum de limiter toute les chances qu'il soit blessé tout en augmentant au maximum les chances qu'il soit touché. Un petit jeu pour lui occuper l'esprit pendant un moment sûrement, car celui-ci s'était déjà mis à travailler sur la suite des évènements et ce n'était vraiment pas une expérience des plus agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim Rebon



Messages : 138
Date d'inscription : 11/10/2015
Age : 21
Localisation : Demi-plan de l'Inutilité, boîte aux lettres 342bis

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]    Jeu 2 Fév - 0:31

La soudaine explosion d'étoiles dansant devant ses yeux fit comprendre à Dim que quelque chose n'allait pas. Il venait de fuir la reine des glaces et s'élevait dans l'air froid de la nuit lorsqu'il sentit soudain sa tête devenir incroyablement lourde. Le monde tournait autour de lui et des lumières obscurcissaient son champ de vision. L'estomac au bord des lèvres, l'esper fût forcé de ralentir sa chute pour reprendre ses esprits. Le souffle court, il porta une main à ses tempes. Mais avant de pouvoir formuler la moindre pensée, son regard fût attiré par un bruit provenant de l'adolescente plusieurs centaines de mètres plus bas.
Non.
Les yeux de l'esper s'écarquillèrent. Pourquoi était-elle si proche?! Là où sa chute aurait dû l'amener à plus d'une centaine de mètre de hauteur en quelqeus secondes, il avait à peine dépassé le toit du seventh mist. Encore une fois cependant, il n'eut pas le temps de chercher à comprendre. La jeune fille semblait avoir lancé un javelot de glace dans sa direction. Par pur réflexe, l'esper mobilisa son pouvoir à toute vapeur pour prendre dela hauteur tout en s'écartant de la trajectoire du projectile.
Mais alors qu'il sentit son corps propulsé vers le ciel nocturne, sa vision explosa en une nuée de lumières avant qu'il ne sombre dans les ténèbres.

Lorsqu'il rouvrit les yeux, il ne lui fallut qu'un instant pour comprendre qu'il était en pleine chute non contrôlée. Un instant de brève panique s'ensuivit, avant que son sang-froid ne reprenne le dessus. Où était le sol? Quelle était sa vitesse de chute?

"Merde"

La nuit l'empêchait de trouver un point de repère efficace. Ces lumières étaient-elles les étoiles ou des réverbères? Pour couronner le tout, il se sentait incroyablement pâteux alors que ses tempes lui donnaient l'impression d'être frappées sans relâches par de lourdes briques. Le vent glacial de la nuit s'engouffrait à toute vitesse dans ses vêtements, le gelant jusqu'à sa moindre extrémité.
Dim nota nonchalemment qu'il avait conservé son sac de courses, avec ce détachement froid qui caratérisait les situation d'urgence mortelle. Il se secoua mentalement, ferma les yeux et focalisa toute son attention sur le sens de sa chute. Qu'importait la direction du sol, il savait que seul son centre de gravité comptait. S'il pouvait freiner sa chute, il pouvait se poser et reprendre ses esprits.
Après moins d'un quart de secondes, l'esper inversa sa chute. Juste à temps visiblement, son atterissage se passant sans aucune douceur, l'envoyant bouler sur la dureté sans concession du béton armé.

La vision toujours brouillée, le souffle court et les membres en grève, l'esper mobilisa la moindre once de volonté pour rester éveillé. S'il s'évanouissait maintenant, il serait une proie aisée pour ses poursuivants. Ses jambes refusant de le porter, il roula sur le dos. La chaleur se dégageant des contusions dues à la chute ne suffisait pas à contrecarrer le béton froid sur lequel il était désormais allongé. Il resta là quelques instants, le temps pour le monde de cesser de tourner autour de lui.
Toujours haletant, il se lança dans un rapide checkup de son état physique. Ses bras et ses jambes étaient engourdis mais il pouvait sentir des contusions minimes au niveau de ses articulations. Ses omoplates et son bassin avaient bien dégustés mais sa tête semblait en bon état, s'il omettait la paire de batteurs qui s'en donnaient à coeur joie dans ses tempes.
Trempé de sueur, l'esper tâtonna sur son torse pour vérifier l'état de son pansement. Mais alors qu'il retirait sa main, le constat le glaça. Sa main, ainsi que son bandage, étaient trempés de sang.

"Merde. V'là autre chose."Grogna t-il entre ses dents.

Il souffla un grand coup et se redressa péniblement sur un coude. Bien que cette simple action menaçait de recommencer à faire tourner le monde autour de lui, il tenta d'examiner les environs. Il se trouvait sur toit, loin de toute autre lumière que celle de la lune. Les éclairages du Seventh Mist semblait se trouver à une centaine de mètres sur la droite.

"Est-ce que je me serais propulsé aussi loin sans m'en rendre compte? Avec une erreur de calcul comme celle-là, j'ai du bol de m'en sortir avec seulement quelques bleus. Enfin, seulement..."

L'esper jeta de nouveau un oeil à sa main ensanglantée. Quelque chose ne tournait pas rond. Il se traîna vers l'accès du toit et s'adossa contre le béton froid, puis jeta de nouveau un oeil à sa blessure.

"Je vois, j'ai donc fait une crise d'anémie. Pas étonnant que le cœur ait pas suivit quand j'ai forcé sur les g. Mais y'a un truc qui cloche là. Pourquoi je pisse le sang comme ça? On dirait que la crème cicatrisante n'as absolument rien fait. J'me serais fait arnaqué? Non, c'est qu'une blessure superficielle et je suis définitivement pas hémophile, je devrais pas..."

Le train de pensée de l'esper marqua un arrêt alors que ses neurones reprenaient petit à petit du service.

"Hémophile. C'était pas le gamin qui avait été envoyé à l'hôpital? Non, Genji avait dit "une hémophilie ne figurant pas sur son dossier médical". Hey mais attends, c'est un esper ce gosse. Son dossier médical devrait être complet. Alors...un anticoagulant?"

Dim fronça les sourcils. Il savait pertinemment qu'il n'avait aucun soucis pour récupérer de blessures. Il avait même tendance à se remettre rapidement des traumatismes physiques. Mais que les deux personnes blessées par la même arme ne coagulent pas.

"Merde, ça craint. Jamais entendu parler d'un produit qui fasse ça. Il faudrait que j'me pointe à l'hôpital là... Non, c'est la meilleure manière de me faire descendre. Je pense pas clairement, il faut que je me secoue. Focus Dim!"

Il secoua la tête et pris une grande inspiration. L'air froid de la nuit lui glaçait les poumons, mais il espérait s'éclaircir un peu les idées. Attrapant son sac plastique, il sorti la barquette de biscuits et commença à les dévorer goûlument en compagnie de sa boisson énergétique. S'il était en état d'anémie il ne tiendrait pas longtemps, mais un apport conséquent en sucre pourrait sûrement tromper son corps. Il avait besoin de toute son attention pour les quelques heures qui allaient suivre, après quoi il pourrait se reposer.
Alors qu'il croquait ses biscuits, il se demandait quand leurs ennemis allaient passer à l'action. Nul doute que son altercation avec la reine de glaces avait attiré leur attention, et peut-être même précipité leur intervention...

_________________
Naru Kamao Komao, la vraie waifu de mon cœur!

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maitre du Jeu



Messages : 15
Date d'inscription : 30/11/2015

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]    Lun 13 Fév - 21:55

"Récup 3 ici contrôle, vous recevez?"

La radio grésilla dans le silence relatif du van. Les six hommes se regardèrent en silence, puis Lima répondit:

"Lima-31, on vous reçois. A vous"
"Cible repérée près du Seventh Mist. On vous envoie le feed du drone. A vous"

Le PDA d'Echo-35 s'illumina d'une lueur verte caractéristique des prises de vues en vision nocturne. Le jeune homme d'une vingtaine d'année fit un signe de tête et Lima répondit.

"Feed reçu. Quelles sont vos instructions?"
"Déployez-vous, restez hors de vue des caméras, traitez la cible dès que possible sans vous faire remarquer. Contrôle, terminé."
"Compris. Récup 3 en mouvement. Terminé"

Les six mercenaires vérifièrent une dernière fois leur équipement avant de sortir en silence du van leur servant de couverture. L'air froid de l'extérieur en firent frisonner quelques uns, mais ils n'étaient pas là en touristes.
Ils avaient été mobilisés en urgence en fin d'après-midi après qu'un incident impliquant l'homme en noir ne soit survenu. Evidemment ils n'avaient pas les détails, mais considérant qu'il s'était retrouvé au bloc opératoire la cible était considérée dangereuse et armée. Pour parer à toute éventualité, les six mercenaires endurcis avaient été équipés de hard tapping sous leurs armures anti-émeutes. Bien que formés à l'utilisation de cette technologie, leur consigne était d'éviter de l'activer si ce n'était pas strictement nécessaire. Leur mutuelle était de qualité, mais l'expérience ne pouvait se permettre de laisser vacantes des places dans leurs équipes parce qu'un membre devrait suivre une rééducations musculaires. Grenades à gaz militaires et flashbangs avaient également été distribuées parmi les hommes, leur casque leur conférant un environnement hermétique en cas de besoin.
Leurs armes, des fusils d'assaut de type Toy Soldier avaient reçu quelques regards dubitatifs de la part de Fox-36, un nouveau originaire de l'extérieur de la cité scolaire, mais tous les autres étaient déjà habitués à leur apparence de réplique tout autant qu'à leur efficacité. Reliés à la visière de leur casques, les systèmes d'aides à la visée et de vision nocturne ainsi que thermique leur assurait de ne pas perdre de vue leur proie. Sous chaque canon se trouvaient un taser à coup unique d'une portée de 30 mètres, utilisé pour mettre hors d'état de nuire un esper.
Golf-32, un grand gaillard taciturne remarquablement pince-sans-rire en dehors du service, était équipé d'un bouclier renforcé et d'un pistolet mitrailleur utilisant une technologie d'annulation du recul spécifique à la cité scolaire.
Chacune de ces armes était chargée de munitions sans étuis subsoniques ainsi qu'équipées d'un silencieux performant, les rendant presque totalement silencieuses mais réduisant malheureusement leur pouvoir perforant au-delà d'une cinquantaine de mètres. Heureusement, leur cible n'avait pas d'armure.

A peine quelques minutes après leur sortie du van, Echo fit signe à Lima que quelque chose n'allait pas. Prenant le parti de s'arrêter en plein milieu de la ruelle où ils se trouvaient, le chef de groupe se rapprocha du spécialiste technique.
"Un soucis?"
"La cible à un complice chef."

En effet les caméras du drone montraient une jeune fille aux cheveux bleus, sans doute une lycéenne, en pleine discussion avec leur cible. Lima se fît la réflexion que ce mec était soit un nain soit un enfant vu la proportion de taille, avant qu'un retour ne se fasse.
"Recup 3, ici contrôle. La gamine est une level 4 inscrite à Nagatenjouki. Cryokinésiste."
Les hommes échangèrent des regards derrière leurs visières. Si une level 4 entrait dans la danse, la chasse risquait d'être bien plus compliquée que prévu. Golf et Echo particulièrement, avaient toujours vécu à la cité scolaire et savaient pertinemment quelle puissance pouvait déployer un esper de haut niveau. Avant que le doute ne puisse s'installer, Lima prit l'initiative.

"Contrôle, quels sont vos ordres? A vous."
Après un instant de flottement, leurs radio grésillèrent de nouveau
"Récup 3, restez en standby. Récup 1 va être déployée en renfort avec de l'équipement adapté. Gardez vos distances et n'engagez pas avant nouvel ordre. Terminé."
Lima soupira un instant, sentant le soulagement de ses hommes.
"Bien reçu contrôle, on reste en observation. Terminé."

Quelques minutes plus tard les communicateurs de l'équipe se remirent à fonctionner alors qu'une voix sarcastique aux fort accent américain se faisait entendre.
"Ici Whiskey. Il paraît que vous avez pêché un gros poisson?"
Lima euh une moue réprobatrice face au manque de protocole de son collègue.
"Affirmatif Whiskey-11, une level 4 cryo..."
"Cryokinésiste ouais, on à été briefé, le coupa son interlocuteur. Contrôle nous as filé des jouets pour gérer la menace. On viens de partir et Delta met les gaz, on sera sur zone dans trois minutes."
"Reçu 11, on vous prépare le terrain. Terminé"

Sans attendre une confirmation qui ne viendrait pas, Lima fit signe à son équipe de reprendre leur approche. Ses hommes étaient rodés au combat en milieux urbain, et chacun d'entre eux pouvait clairement voir la carte de la zone sur l'affichage de leur visière grâce au drone de reconaissance d'Echo. Selon tout vraisemblance leur cible voulait rameuter la gamine se faisant appeller la Reine des Glaces en tant que renfort, ce qui signifiait qu'ils allaient vouloir rejoindre l'autre témoin de l'attaque, qui n'était rien de plus qu'un skill-out selon les infos fournies par Contrôle. Leurs proies cherchaient des alliés et la protection du nombre, aussi était il certains qu'ils chercheraient à se regrouper.
Avec ces informations en tête, il ne fallu pas plus de deux minutes aux nettoyeurs pour définir les chemins possibles ainsi que les endroits à boucler. Ils étaient peux nombreux pour cette tâche, mais les renforts venus de Récup 1 leur permettraient d'avoir suffisament de puissance de feu aux différents goulets d'étrangelement pour que chaque groupe puisse rejoindre les autres en quelques minutes seulement.
Au moment où Lima recevait la confirmation de l'arrivée des hommes de Whiskey, Echo l'interpella.
"Chef, la cible numéro 1 viens de s'envoler!"
"Merde, état d'alerte. Echo, retrouve-le! Sierra et Victor, vous le rattrapez. Golf et moi on reste au niveau du sol!"
Sa radio grésilla
"Lima ici Whiskey, je te transmet nos positions. Rabattez la gamine par ici et on en fait notre affaire."
Une troisième voix s'éleva sur leur canal crypté
"Récup 3, ici récup 2. Début de l'attaque sur cible secondaire, ça va être une partie de plaisir. Terminé."

L'action était lancée. Bien que leur plan ait pris un coup, les nettoyeurs étaient loin d'être des bleus et l'adaptation ne leur posait aucun soucis. Alors que deux hommes partait à la recherche du nain avec l'aide d'un drone de reconaissance, les trois hommes restants de Récup 3 avaient pour mission de rabattre la level 4 vers la position où Recup 1 semblait s'être mis en embuscade.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko



Messages : 170
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 17
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]    Ven 17 Fév - 0:19

Et soudain, le silence. La quarantaine de projectile de glace s’étaient tous arrêtés en même temps après avoir tous franchis une certaine distance, comme si ils avaient heurtés un mur invisible. Ils se rassemblèrent tous pour former une genre de couche uniforme de pointes, chacun à une distance identique de l’autre, et tous à la même hauteur du sol. Un grincement de dents se fit entendre bien plus bas, tandis que l’étudiante de Nagatenjouki arquait un sourcil interrogateur après avoir « senti » l’arrêt de son ordre, son champ de vision toujours légèrement perturbé par les boules de lumière autour d’elle. Elle baissa le bras qu’elle avait levé, faisant revenir les petits objets contondant dans sa direction, dans un nouveau bruit de tirs de flèches.

« Il vient de dépasser… Quarante mètres de hauteur ? C’est vraiment de la lévitation ? Non, attends… Ce type est totalement suicidaire. »

Des éclairs des courts moments qu’elle avait passé avec l’homme lui revinrent en mémoire, débouchant tous sur son envolée dans les airs. Visiblement, ça devait être au moins un esper de niveau trois, mais surtout, il ne semblait pas être un simple étudiant lambda. Il ne semblait pas avoir paniqué à un seul moment, au contraire, il s’était laissé partir dans les airs avec un sourire aux lèvres. D’une façon ou d’une autre, cela renforça l’idée de nuisance que ce type lui avait fait ressentir au début. Mais il y avait quelque chose de plus important que le sentiment qu’elle pouvait ressentir par rapport à son existence. Tout les petites pointes de glace s’amassèrent en un seul et unique javelot de glace qu’elle laissa en suspend non loin d’elle.

« Non, attends. Ce n’est pas tout. Il vient de… Fuir. Je suis toute seule, maintenant. Ce type vient de se barrer alors qu’il avait tout fait pour attirer des gens à ses trousses ici. Sauf qu’il n’y est plus. Mais moi, si. »

Aku tourna la tête derrière elle en fronçant les sourcils, dirigeant rapidement une grande partie de sa haine viscérale en direction de l’homme. Mais le voltigeur dans sa tête se dissipa lentement dans un amas d’un brouillard noir et épais qui remplit rapidement ses pensées. Mais qui pouvait bien être les gens à ses trousses, d’abord ? La forme qui se découpa le plus rapidement dans l’esprit de la jeune fille fut celle d’un groupe de personnes armés d’objets métalliques et d’armes blanches, des genre de délinquants en somme, dont l’arme de l’un d’eux était tâchée de sang. Non, ça ne collait pas. Non. Selon lui, il y avait des chances qu’ils aient accès aux caméras de sécurité. Pourquoi ?

Mais autre chose la dérangeait. Si ils avaient vraiment tués, avec toutes les caméras de la Cité Académique, oui, ils auraient dû être gérés par les systèmes de sécurité tout aussi vite. Des gens de ce type n’avaient aucune chance d’espérer ne serait-ce que chiper un objet dans une poubelle dans le centre-ville. Une voix lointaine passa à travers le brouillard pour venir lui titiller de nouveau les oreilles.

« Rien ne t'oblige à me croire bien sûr, mais je suis presque certain que la mort d'un membre de Judgment aura au moins fais l'objet d'un article sur les flux d'information en direct de la Cité Académique. A partir de là, je te pense largement assez intelligente pour faire le rapprochement. Et si je te tendais un piège, j'essaierais sans doute avec quelque chose de plus crédible. »


« Si je ne pars pas du postulat que cette pile de merde dis la vérité, je vais pas avancer. Mais surtout… Si il voulait vraiment s’en débarasser et que me laisser sur la touche était dans son « plan »… Alors ce sale déchet aurait sûrement tout fait pour me donner les armes pour. »

Si le système de sécurité ne s’était pas activé, alors c’était vraiment un cas des plus étranges, voir totalement ridicule. Si Aku l’avait déjà remarquée une fois, ça sautait encore plus aux yeux maintenant, c’était juste stupide. Il n’y avait aucun moyen que des éléments perturbateurs sévissent comme ça dans la Cité Scolaire sans que rien ne soit mis en place pour les contrecarrer. Soudain, une nouvelle image apparut dans la tête d’Aku. C’était elle, cette fois, après l’incident qui s’était passé au café glacier de 326 Ice Cream contre le blondinet. Les membres d’Anti-Skill lui enlevaient les menottes après avoir reçu un coup de fil. La jeune fille baissa lentement le regard.

« Oui, il n’y a qu’une seule façon qu’ils aient pu s’en sortir. C’est qu’ils fassent partie d’une expérience spéciale. Comme… Qu’ils soient comme moi et le Bloc G. »


Même si l’étudiante aux couettes bleues avait voulu oublier cette possibilités, elle comprit finalement que c’était la seule explication possible. Mais une autre question vint, juste après que le brouillard se soit en partie dissipé, il revint tout aussi vite, encore plus sombre. Si ils faisaient aussi partie d’une expérience, alors à quelle niveau est ce qu’elle était menée ? Jusqu’à quel point était elle importante ? Est-ce qu’ils avaient juste la moindre idée de l’appartenance d’Aku à une expérience du même type ? Et si la réponse était négative… N’allait-elle pas être aussi menacée que le garçon ? Elle fourra sa main dans son sac à main pour en sortir son téléphone à elle. Elle regarda l’écran lumineux un moment.

Au final, elle avait réussit à désactiver le système qui permettait à l’installation de savoir lorsque son pouvoir était utilisé, et c’était bien au-delà de ses espérances, finalement. Mais il se trouvait qu’encore une fois, supprimer une ficelle du Bloc G handicapait Aku autant qu’elle ne la libérait. Ça voulait dire que si Aku devenait hors de contrôle ou mourrait… ça voulait dire qu’ils ne seraient même pas au courant si Akutoku s’écroulait sur son sang dans cette ruelle. Elle inspira, ouvrant le numéro du contact qu’elle avait pour les appeler.

« Je n’ai qu’un appel à passer et une camionnette arrive et me sort de là. En un instant, tout ça ne sera qu’un mauvais souvenir. Ouais. »


Elle s’apprêta à appuyer sur le bouton vert avant de s’arrêter en chemin. Elle avait fuguée de l’installation en passant les systèmes de sécurité. Elle avait désactivée d’elle-même le système de contrôle du Bloc G. Mais surtout, c’était les visages muets et immobiles, froids des membres de l’installation qui lui revinrent en mémoire. Ceux qui avaient suivi sa défaite au concours d’Inter-High Castle Battle. Qu’est ce qu’il allait bien pouvoir lui arriver cette fois ? Et si… Et si ils décidaient qu’elle était trop incontrôlable, mais surtout, trop faible ? Est-ce qu’ils abandonneraient sa prise en charge ? La respiration de la jeune fille commença, pour la première fois depuis un moment, à s’accélérer. Elle avait peur.

« Arrête. On ne peut pas risquer ça. Ce n’est pas comme si quelques types armés pouvait quelque chose contre mon pouvoir. J’ai littéralement passé plus de dix ans… Je ne peux pas risquer une seule seconde que mes relations avec mes parents deviennent encore plus mauvaises. »

D’un geste rapide, elle commença à ranger le téléphone, avant de remarquer une petite case. Son téléphone lui indiquait seulement le dernier appel passé. C’était le numéro inconnu. Celui de Genji-san. Elle regarda le numéro affiché, puis passa l’autre main dans la poche de sa veste jaune flashy, attrapant l’autre téléphone, celui que la saleté de garçon voltigeur avait laissé. Elle fit une petite grimace en montrant ses dents, puis commença à noter deux nouveaux numéros dans le journal de son téléphone. Le premier était celui de Genji. Le deuxième celui du téléphone dans son autre main. Elle rangea rapidement le téléphone du garçon de nouveau dans sa poche et son téléphone à elle dans son sac à main. Mais quelque chose lui empêcha pendant quelque seconde d’aller plus loin, quelque chose qui obstruait le sac.  

« C’est… »

Le bruit métallique d’armes se levant arracha Akutoku à sa rêverie, la faisant lentement revenir dans le monde réel. Elle tourna la tête vers le bout de la ruelle près du Seventh Mist d’où elle était rentrée, là d’où venait les sons qu’elle avait entendue, tandis que ce sur quoi elle avait butée dans son sac, les morceaux de glace qu’elle avait utilisée pour s’échapper des systèmes de sécurité du Bloc G, se mirent à tourner légèrement autour d’elle, comme si elle se préparait à les utiliser. Sa vision se bloqua sur les silhouettes avançant en formation dans sa direction. Des silhouettes froides et à l’allure militaires, mais elles n’avaient en réalité pas que l’allure de militaire. L’image de quelques délinquants armés d’objets contondant ne sembla jamais avoir existé.

Un groupe de personnes, trois au total, progressaient vers Aku dans des armures anti-émeutes de couleur sombre, portant des casques de couleur identiques, leurs fusil mitrailleurs brandit en direction de la jeune fille en formation serrée. L’étudiante serra les dents en se crispant, faisant un pas de recul sans même soulever le pied, en le glissant seulement au sol. Non, ça n’avait rien à voir cette fois. Cette fois, ça n’avait plus rien à voir. Cette fois, elle allait devoir se battre réellement, ce n’était pas simplement une compétition ou une bagarre de rue. Son visage se resserra encore plus quand elle compris que la raison pour laquelle ils étaient équipés de fusil mitrailleurs était sûrement parce qu’ils ne comptaient pas faire en sorte qu’elle s’en sorte vivante. « Éliminer la plus grande menace »… L’éliminer elle, maintenant qu’elle avait dû être repérée avec le salopard de voltigeur.

« Merde ! »

Akutoku n’attendit pas une seconde qu’ils se rapprochent plus et leva la main, faisant se déplacer les morceaux de glace en lévitation autour d’elle. Toute les lamelles commencèrent à s’agglutiner  les unes contre les autres, puis s’étendirent pour former un espèce de mur couvrant presque tout le diamètre de la ruelle, fermant le chemin devant elle. Si il ne s’élevait qu’à au moins cinq mètres au dessus du sol, il semblait assez épais, et elle savait ce qu’il en était. C’était le genre d’obstacles qu’elle avait utilisée au Daihaseisai, mais ce n’était pas qu’un obstacle. Ce « mur » semblait peut-être inoffensif, mais il était une véritable masse, une couverture rigide et résistante, au moins autant que ce qu’Akutoku pouvait faire de plus dur, se rapprochant de la résistance à la torsion et aux chocs d’une construction en béton soutenue par des poutres en métal.

Mais elle n’eut même pas le temps de faire un nouveau pas en arrière qu’au moment même où elle arrêta de modifier les propriétés de l’agencement des molécules de sa création, une rafale de balles s’écrasèrent violemment contre son mur, la faisant fermer un œil et lever un avant bras par réflexe.

« Kh, leurs munitions ne passeront jamais ce mur de toute façon. »

Les yeux de la jeune fille se perdirent sur l’impact des munitions sur la surface de son mur. Les balles avaient dévorée la glace, laissant des trous légèrement profonds, allant jusqu’à 5 cm dans son mur d’environs 30 cm d’épaisseur supposé par balle. Les membres du groupe armé se mirent à s’éloigner légèrement les uns des autres, relevant leurs armes pour arroser le mur d’Aku de nouveaux tirs parfaitement calculés tout en avançant, déchirant rapidement une couche externe du mur de glace en projetant des petits morceaux translucides dans les airs. Au lieu de viser aléatoirement, chaque rafale tirée par un groupe de deux personnes semblaient apparemment tenter de percer plus efficacement dans le mur par une concentration de tirs. Le groupe de tireurs qui mettaient en joue les trois différents trous qu’ils avaient fait dans le mur, continuaient d’y forer sans s’arrêter d’avancer.

La respiration de la jeune fille commença à s’accélérer  en même temps qu’elle posa un puis deux pieds en arrière, totalement dépassée par les évènements. Elle serra les dents en rallumant une faible flamme combattive dans ses yeux, tandis qu’elle leva de nouveau sa main, gelant la vapeur d’eau dans l’air et ramenant les morceaux arrachés de son mur vers celui-ci pour tenter d’y résorber les trous. Mais les tirs étaient beaucoup plus rapide que sa psychokinésie et l’issu sembla rapidement devenir inévitable : le mur se reformait bien plus lentement qu’il n’était entamé.

« Merde merde, bon sang, c’est pas possible ! C’est… C’est de l’armement amélioré de la Cité Académique ? A… A ce train là… »

« Je vais devoir attaquer… Les tuer ? … Est-ce que je peux simplement les tuer ? Avec mon pouvoir, ça ne devrait pas être difficile… Et après ? Et ce que c’est… Ce que le Bloc G voudrait que je fasse ? Non, surtout... Ce n'est pas une décision à prendre à la légère... »

Si la jeune fille continuait d’être sur la défensive, il n’y avait pas besoin d’avoir une intelligence supérieure pour savoir qu’elle allait se faire fusillée. Il ne semblait même pas y avoir une chance de dialoguer avec ses adversaires. Aku serra les poings en continuant de résorber son mur. Elle allait devoir répondre à la force par la force, et sûrement les tuer, ce qui la fit avaler sa salive dans sa gorge qui s’était transformée en véritable fournaise. Oui, elle n’avait aucune chance. C’était sa vie contre la leurs. Mais et si ils travaillaient de la même façon que le Bloc G ? Dans tout les cas, eux ne semblaient pas se poser la question. Sa vie à elle était beaucoup plus importante que la leur, non ? Après tout c’était une puissante esper de niveau 4, et l’amener à ce niveau avait demandé énormément de fonds, de travail et d’organisation. A côté, ce n’était que des insectes. Elle leva un doigt, tandis que l’un d’eux, le plus imposant visiblement, s’arrêta un instant en relevant son arme, voyant que des pointes étaient apparues sur la surface externe du bouclier de glace.

« Une première rafale. »

Elle déplaça son doigt de droite à gauche comme si elle touchait un écran invisible, un mouvement qui ne servait qu’à coordonner son pouvoir, tandis qu’une ligne d’une dizaine de petites pointes de glace s’échappèrent de la surface du mur pour foncer en direction du groupe armé. Son regard devint encore une fois égaré quand elle remarqua avec quelle aisance chaque membre de l’escouade, séparément, évitèrent la rafale de projectile, se servant du terrain et de leurs fusils mitrailleurs pour prendre de la distance avec les pointes et les rediriger avec des tirs. Elle continua de manœuvrer ses pointes comme un chef d’orchestre, changer leurs directions pour tenter de les toucher. Mais il n’y avait aucun moyen, visiblement ils étaient à la fois capable d’éviter les projectiles, de changer légèrement leurs trajectoires avec des tirs d'une extrême précision et de continuer à avancer en direction d’Aku.

« Bordel, ils ne sont pas seulement rapides, ils prévoient même mes attaques et me laisse faire pour mieux gagner du terrain… Même avec ce mur si je ne prends pas l’ascendant, je vais finir par être obligée de reculer ! »

Elle serra rapidement le poing en redirigeant une pointe de glace en la faisant faire un virage, celle-ci fonçant à présent en direction de l’homme armé le plus imposant qui était aussi le plus proche de son mur. Et tout d’un coup, elle remarqua quelque chose de différent dans sa manœuvre d’évitement. Il ne semblait pas seulement avoir tenté de l’éviter, mais bien en effet de mettre le plus de distance entre lui et le projectile pour éviter toute chance qu’il entre en contact avec celui-ci, se protégeant avec son imposant bouclier avant de l’éloigner avec des tirs puissant et un empressement évident.

« … Ils… Ils ne savent pas de quoi je suis capable et ce qu’il peut arriver si les projectiles les touche. »

« Ils pensent peut-être que je pourrais les geler par contact… Mais ça veut dire que je peux téléguider leurs déplacements de façon indirecte, comme aux échecs. Si je calcule bien mes attaques, alors je pourrais changer leurs façon de se déplacer. »

La jeune fille souffla un peu d’air froid en fermant les yeux. Elle les rouvrit aussitôt avec une détermination soudaine, levant la main. De nouvelles pointes apparurent sur le mur, tandis que les armes se levèrent de nouveau pour l’arroser de tirs en n’entamant que peu les pointes acérées à demi-sorties. Aku se mit à projeter dans les airs le javelot de glace qu’elle avait utilisé pour tirer le garçon –tous les pics agglutinés les uns aux autres-, puis elle le laissa disparaître dans les airs à plusieurs dizaines de mètres de hauteur, avant de relever une main en direction de son mur.

« Deuxième salve. Je vais les acculer avec la première salve qui est déjà avancée sur le champ de bataille en modifiant les trajectoires, tout en déplaçant le colis en hauteur une fois que j’aurais leur attention. »

Le superordinateur qui servait à Aku de cerveau se mit à se remettre en marche au maximum de sa capacité, tandis qu’une dizaine de nouveaux projectiles fonçaient à toute vitesse en direction du groupe paramilitaire. L’agilité de chacun des membres malgré le poids que semblait représenter leurs équipements étaient véritablement incroyable, tandis qu’ Aku y donna de plus en plus d’importance en dirigeant ses pointes. Ils étaient capable de mouvement si vifs et rapide que la vision de la jeune fille peinait à calculer des trajectoires qui les obligeraient réellement à reculer. De nouveaux tirs frappèrent avec violence le mur d’ Aku, arrachant un peu plus de matière maintenant qu’il était aussi diminué après la création des pointes. La jeune fille ne cilla même pas quand des petits morceaux de glace lui entaillèrent la joue, une partie de son mur totalement déchiqueté par les tirs de plus en plus proches.  

Mais les tireurs ne remarquaient pas que petit à petit, malgré le fait qu’ils avançaient toujours, ils se rassemblaient les uns vers les autres. L’intérêt d’Aku fut attiré par l’un d’eux en particulier.Non seulement ça avait semblé être la deuxième personne la moins effrayée par les projectiles d’Aku dans sa façon de se mouvoir avec l’homme imposant, mais il était aussi très réactif et toujours plus ou moins devant. Visiblement, ils semblaient se calquer un peu sur ses mouvements.

« L’un d’eux deux est peut-être le chef. Si ils suivent un peu ses directives, alors je dois me focaliser sur eux et pas sur le troisième. »

Comme une pluie de flèches, les projectiles de glaces de la deuxième salve s’élevèrent d’en haut pour fondre en direction des hommes. Les pics de glaces de la première salve, dans leurs dos, les empêchaient de reculer de trop et commençaient à refermer de plus en plus leur formation. Mais celui qu’ Aku avait désigné avec le grand gaillard comme un chef potentiel évita un projectile de glace sur la droite avec agilité puis retira une sorte de grenade de l’équipement qu’il portait, arquant son bras pour se préparer à la lancer.

« C’est le moment... »

Comme le téléphone que le garçon de la ruelle lui avait lancé, les réflexes d’Aku s’enclenchèrent en un instant, l’un des projectiles le plus proche frappant la grenade de plein fouet en la renvoyant en direction du lanceur et de ses alliés non loin, concentrés par les mouvements coordonnés des pics de glace. Lima 31 eut juste le temps de lever la tête vers la grenade fumigène qu’il venait de projeter. Celle-ci lâcha une fumée opaque sur le trio rassemblé leurs cachant la vue en hauteur pendant quelques secondes avant qu’elle ne se rassemble un peu plus vers le sol.

« Maintenant ! »

La jeune fille ferma la main droite, tandis qu’une véritable torpille de glace fusa dans l’air à toute vitesse en direction du trio, le javelot  placé stratégiquement par Aku dans les airs un peu avant. Celui-ci fondit sur le groupe, tandis que l’étudiante de Nagatenjouki ouvrit la main une fois qu’il avait atteint une distance respectable des trois hommes qui se préparaient déjà à s’élancer vers le mur de glace. Toute l’emprise psychokinétique que la jeune fille exerçait sur le projectile se retira en un instant, retirant toute la pression que subissait les molécules d’H2O. Une puissante vague de vapeur d’eau et de gouttelettes  enroba le groupe paramilitaire avant qu’ils ne puissent ne serait-ce que faire un pas de plus, tout en diffusant la fumée avec le choc de la baisse radicale de pression.

« Vous ne devriez pas sous-estimer les level 4. »

Sans même faire le moindre geste, la vapeur d’eau et les gouttelettes se rassemblèrent et formèrent rapidement une énorme masse de glace qui, insinuée entre le trio leurs empêchèrent de faire le moindre mouvement. Le plus imposant d’entre eux tenta de se dégager à coups de reins car ses membres ne pouvait visiblement pas se mouvoir correctement, mais la matière, aussi dure que du béton serrait chacun d’eux comme un véritable étau métallique à cinq mètres du mur d’Aku. D’un léger bruit de craquement et de verre cassé suivit le déplacement éclair d’une ombre : Lima 31, le plus proche de la vision d’Aku s’était extirpé in-extremis de la glace et commençait à s’élancer au dessus du mur avec la même agilité incroyable.

La jeune fille fit un mouvement de la main pour projeter tout ses javelots disponibles dans sa course, mais l’homme en armure réussit à s’en tirer avec une aisance presque naturelle. Celui-ci n’hésita pas et brandit son fusil mitrailleur toy soldier en direction de la jeune fille une fois avoir atterrit les deux pieds sur la tranche de son bouclier de glace. Son regard sous le casque croisa celui calme et froid de la jeune fille qui semblait avoir tout calculé jusqu’à visiblement ce moment fatidique, puis il appuya sur la détente avec le viseur dirigé vers le thorax de l’étudiante. Mais rien ne se passa. Il appuya une seconde fois, avant de remarquer qu’un des pics de glace était fiché dans son arme.

« Ce n’était pas toi que je visais. »

« Donc ils sont vraiment capable de tirer sans hésiter sur des enfants… Ces types méritent vraiment de ne pas exister. »

Le paramilitaire sauta du mur et atterrit non loin derrière le mur, devant Aku, se préparant à la mettre hors d’état de nuire totalement, même si cela demandait de la frapper au corps à corps directement avec son arme. Mais des extensions solide sortirent du mur et lui enserrèrent les bras et le torse pour le ramener contre la surface de glace à qui il tournait le dos, lui empêchant tout mouvement lui permettant d’avancer de la même façon que l’étau dur comme le béton avait piégé Golf 32 et Fox 36. L’homme, après un instant, abandonna la résistance en voyant qu’il n’était même plus capable d’accéder aux grenades à sa ceinture et que son fusil mitrailleur percé était tombé au sol.

« Et si je t’ai laissé venir jusqu’ici, c’est parce que je pense que tu es le chef de cette « unité ». Ce n’est qu’une théorie mais, je me disais que tu serais le plus à même d’avoir une communication avec le reste de tes potes, comme une radio… Parce qu’ils y en a d’autres, pas vrai ? Pour que vous ayez réussis à traquer la position de moi et ce connard, kh. »

« Je suis capable de calculer une centaine de trajectoires différentes en même temps tout en contrôlant mon propre corps. Pour des gens qui ne sont capable de faire que deux ou trois choses en même temps, on peut dire que vous avez une sacré longueur de retard. »

« Kh, j’avais tort de penser que ça n’était pas comparable à une compétition… Tant que j’assimile la situation comme je le ferais pour une compétition, je suis capable de mettre toutes mes capacités disponibles en place pour réussir. Oui… Tant que je ne perds pas mon sang froid, je peux retourner la situation à mon avantage. »

La jeune fille commença enfin à reprendre un rythme de respiration plus ou moins stable. Sous contrôle. Tout son cerveau lui criait l’information, elle se répercutait dans tout son corps. « Sous contrôle ». Elle posa ses mains sur ses genoux, à moitié pliée en deux. Elle ne voulait pas trop paraître aussi épuisée devant l’homme qu’elle avait réussit à capturer comme les deux autres, mais pour l’instant, c’était le cadet de ses soucis. Elle leva un doigt, tandis que de nouvelles extensions acérées du mur se mirent à détacher le casque de l’homme avec peu de soin, jusqu’à ce qu’il atterrissent finalement en main d’Akutoku. Elle l’attrapa à deux mains mais sentir que quelque chose n’allait pas.

Elle ouvrit sa main droite et remarqua que son index était couvert de givre. Le choc de cette vision lui rappela un mauvais souvenir enfoui qui vint comme une réelle remontée gastrique, la prenant aux tripes. Elle se crispa en plissant les yeux, enserrant sa main gauche autour de son doigt pour le réchauffer comme elle le pouvait. Visiblement, elle n’avait même pas remarqué que c’était arrivé. Après y avoir posé la paume de sa main gauche, le doigt commençait visiblement à réchauffer, mais il ne répondait toujours que très peu à ses ordres, encore engourdie elle ne pouvait même pas le sentir.

« B… Bordel… C’est déjà si rapide… Alors que c’était une utilisation presque identique à celle des compétitions… Si l’affrontement s’éternise ça va mal finir… Mais pourquoi seulement le doigt ? C’est… Parce que je l’ai utilisé pour diriger mes constructions ? »

Elle entendit un vague bruit électronique venant du casque qu’elle avait laissé tombé, et s’empressa de le reprendre en main, puis de le poser sur sa tête, ses couettes le rendant presque à sa taille. Elle vit s’afficher la carte de la zone sur la visière, ouvrant des grands yeux comme si elle avait vu un fantôme. Voilà peut-être comment ils arrivaient à avoir une si bonne connaissance et aisance à se déplacer sur le terrain ! C’était vraiment un équipement incroyable, pas de doutes que ses hommes étaient lié à quelque chose de grand. Mais ça changeait aussi une nouvelle fois la donne. Si Aku avait accès à une carte de la zone, elle allait beaucoup moins se fatiguer à déplacer ses projectiles, c’était une aide incroyable pour l’utilisation de son pouvoir. Elle préférait sa vision réelle pour déplacer ses créations cependant, et n’était capable de ne faire que peu d’action avec un simple visuel électronique. Cependant, une telle vision d’ensemble lui permettait d’augmenter grandement sa performance au niveau stratégique.

« Lima ? Ici récup 1, vous nous recevez toujours ? »


« Kh, ils y en avait bien d’autres ! »

Aku leva sa main et forma une barrière de glace au dessus d’elle en agglomérant tout les projectiles de glace qu’elle avait utilisée, une grande couche solide tout aussi résistante que son premier mur, dont les bords glissèrent vers le bas pour donner une forme d’un genre de pare-brise lui conférant une protection sur les côtés. Elle soupira avant d’enfourner sa main dans sa sacoche et de sortir une nouvelle bouteille d’eau déminéralisée. Il ne lui restait plus que deux bouteilles et le tank d’oxygène liquide. C’était plus qu’un incroyable coup de chance qu’elle ait pu ramener autant d’équipement. D’une façon ou d’une autre, la demande d’aide de Genji avait peut-être fait sonner une fanfare dans son esprit. Mais plutôt que de remercier le hasard, elle décida d’essayer de faire en sorte que cette chance continue. Elle lança la bouteille devant elle, du côté sombre de la ruelle où les trois paramilitaires tentaient de la faire reculer.

L’étudiante de Nagatenjouki forma un imposant mur de ce côté aussi, histoire d’être protégée de tout les côtés au cas où elle tombe dans une embuscade. Le véritable problème était que dans cette situation, le fait de ne pas bouger était une très mauvaise idée, mais le pouvoir d’Aku ne lui permettait pas une plus grande chance de survie en déplacement sans prendre trop de risque. Elle souffla une volute de fumée froide et leva la main vers la grosse masse de glace ou était bloquée les deux derniers tireurs. La glace tourna autour d’eux et se sépara jusqu’à leurs faire à chacun un joli cocon translucide leurs permettant tout juste de respirer en bloquant tout mouvement, cocons qu’elle souleva avec empressement, en même temps que le bouclier de la masse de muscle qu’elle tenta de ramener vers elle avec les deux hommes restant en armure anti-émeute. Peut-être qu’ils parlaient, peut-être qu’ils criaient. Ses oreilles sifflaient trop pour discerner quoi que ce soit avec précision, à part les sons du casque.

« …Voyons si votre vie compte pour vos camarades, kh kh kh. »

Elle plaça le plus imposant sur le mur du côté de la ruelle sombre sur lequel le cocon s’accrocha sans difficulté à la glace et plaça l’autre en l’agglomérant avec la même technique sur le mur au dessus d’elle. La glace se mit aussi à enserrer le chef de l’escouade de la même façon que les deux autres jusqu’au cou après lui avoir arrachés les autres équipements qui semblait dangereux. Si les nouveau ennemis avaient des munitions dangereuse, elle se dit qu’ils hésiteraient peut-être à traverser leurs alliés. Encore une fois, après avoir vu leurs façon d’agir, elle n’en était vraiment pas sûr et continuait de les considérer comme de véritables déchets de la Cité Académique.

« Cependant, je ne peux pas les tuer avant d’en apprendre plus, et je me salirais surtout pas les mains à cause de ce salopard de fuyard. Le seul que je devrais buter, c’est lui. Et foutre un bon coup de pied dans le derrière de Genji-san. J’arrive pas à croire que la situation est finie comme ça… »

Elle dirigea devant elle le bouclier encore à moitié couvert de gel de Golf 32, et attrapa les grenades de Lima. Le casque toujours sur la tête, elle détacha une flash bang et la lança dans les airs, la laissant se faire attraper au vol par une rapide petite construction de glace extirpée du mur derrière elle où se trouvait le chef d’escouade. La grenade gelée s’envola en direction de la ruelle et se dirigea rapidement au dessus de l’endroit où semblait se trouver le deuxième groupe. Aku laissa la grenade ici dans les airs et s’approcha de la dite zone en gardant ses boucliers à cinq mètres d’elle et la même distance entre chaque. Elle n’avait aucune chance de fuir, et ils lui bloquait la route. Pendant une seconde, l’idée de leurs foncer dessus avec un immense mur lui vint à l’esprit, mais elle l’écarta rapidement. Après avoir essayé d’activer la radio, elle souffla une volute d’air froid, puis lança dans le casque, avec un ton beaucoup plus mesuré que celui qu’elle utilisait en général.

« Vos alliés sont en vie, mais ça pourrait ne pas durer si vous vous acharnez… J’aimerais négocier. »

Cependant, il y avait dans son ton quelque chose de très légèrement tremblotant, chevrotant. Comme si le simple fait de parler était devenu une action difficile. La température du corps de la jeune fille avait drastiquement baissé, jusqu’à atteindre un stade d’hypothermie légère. Même si le corps d’Aku était, logiquement grâce à son pouvoir, très résistant aux basses températures, elle ne subissait les effets que très légèrement, voir pas du tout. Mais ce n’était pas seulement un atout. Car si les effets étaient très atténué, son corps y était tout sauf immunisé. Sans les signes avant coureurs, elle pourrait tomber dans le comas sans même le remarquer. Elle le savait. Elle pourrait simplement congeler sur place si elle continuait à abuser des capacités de son pouvoir.

« Je dois… Trouver un moyen de finir ça rapidement… De retrouver Genji… J’ai juste besoin d’un peu plus de temps… Allez, respire. Je ne tomberais pas… Non, on ne perd pas celle là. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Event n°1 : The Phantom Panic part 2 [Dim Rebon, Akutoku Reitōko]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Départ d'anthoni
» L'épi des mies du piou vert [Event Medjaii And Tachy Show]
» event coupe du monde la semaine prochaine
» Départ non réfléchi et vite regrété.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: La Citée Scolaire :: District 7 :: Le Seventh Mist-
Sauter vers: