Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haruhiro Wilkowski



Messages : 118
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Mer 2 Nov - 18:01

Mot de l'auteur et règles du jeu :

Le principe est simple, on se situe dans une version alternative du forum et chaque personnage est changé au niveau de la personnalité, de ses capacités et de son histoire. (les espers et les mages ne changent pas de niveau en revanche, faut pas en profiter pour faire pop des levels 5 et des bourrins magiques à foison). A la base c’est même pas mon idée, il me semble que c’était celle du type bizarre à la casquette mais la hype était là alors…


Voilà, le reste c’est des rps normaux. Du coup on débute avec un AlterHaru à peine différent et une AlterAku en danger !








Haruhiro Wilkowski, un étudiant tout ce qui a de plus ordinaire, avec un petit regard mauvais peut être. Une personne lambda qui passe inaperçu dans une foule. C’est ce qu’on pourrait croire mais la réalité est tout autre. Un tueur, un agent du Dark Side de la cité Scolaire et un mercenaire, oui,  voilà qui était réellement le jeune adolescent. C’était un esper de niveau 3 engagé par une organisation du Dark Side et un outil au service de ce dernier. L’utilisateur d’Instant Shift était l’un des plus efficace, remplissant chaque contrat et chaque mission sans broncher ni penser à faire autrement. Après un long et rude entraînement, il était devenu une pièce exploitable de choix lorsqu’il s‘agissait d’assassiner une personne. Impossible à capturer, l’adolescent demeurait l’un des atouts principaux de l’organisation pour éliminer une cible en particulier, qu’elle soit protégée ou non.

Haruhiro se tenait accroupit sur le toit d’un immeuble, observant à travers ses jumelles sa prochaine victime. Sa cible ? Akutoku Reitoko, une jeune fille de 16 ans aux couettes bleues et aux yeux violets, élève prometteuse et véritable Idole de Nagatenjouki, sans oublier son niveau 4. Sa capacité, la cryokinésie lui permettait de congeler l’importe quel liquide contenant de l’oxygène et de contrôler sans retenue la glace obtenue. La jeune Akutoku était plutôt connue, populaire même : elle avait une très bonne réputation auprès des adolescents et des adolescentes de son âge et beaucoup de monde l’admirait pour son niveau 4 et sa cryokinésie, en plus de son charme naturel. Mais Haruhiro disposait de bien plus d’informations à son sujet que ses fans.

Sa cryokinésie était puissante, vraiment puissante mais elle ne l’utilisait que pour faire du spectacle et des constructions de glace, elle semblait parfaitement innocente. Cela véhiculait une très jolie image de la jeune et belle Princesse des Glaces de Nagatenjouki mais Haruhiro savait que les véritables capacités de sa Cryokinésie avaient un potentiel destructeur ridiculement élevé. Un volume de liquide maximal  de 400 litres pour un rayon de 40 mètres tant qu’il y a contact visuel. Akutoku aurait pu elle aussi être un pion du Dark Side sans aucun souci. Mais ce dernier point ne concernait pas Haruhiro, son seul travail était de l’éliminer et il comptait bien accomplir sa mission. 1 mètre 59 pour une cinquantaine de kilos, en dehors de son pouvoir et de son niveau elle était une autre cible normale et sans particularités, mis à part ses cheveux bleus. Puisqu’elle n’utilisait pas sa capacité de manière offensive mais plutôt artistique, Haruhiro n’aurait aucun mal à l’éliminer. Et même si c’était le cas, il lui suffisait de l’attaquer par surprise. En moins de 2 secondes, tout serait terminé, elle ne pourrait rien faire. Il était un assassin et elle était sa cible.

Haruhiro descendit de son toit et sortit dans la ruelle depuis laquelle il avait accédé au bâtiment avant d’accéder à la rue principale. La jeune fille aux couettes bleues marchait quelques cent mètres devant lui. Les mains dans les poches de son parka bleu foncé, l’adolescent se mit à la suivre, connaissant parfaitement son itinéraire. Après l’avait prise en filature toute la journée il pouvait penser sans se tromper qu’elle rentrerait dans les dortoirs de Nagatenjouki maintenant. Akutoku bifurqua comme prévu à gauche pour emprunter une ruelle.

Haruhiro accéléra le pas et entra dans la ruelle à son tour, la petite star se trouvait à seulement une vingtaine de mètres de lui, de plus la ruelle était déserte et si il finissait assez vite, il aurait disparu sans laisser de trace bien avant que quelqu’un ne découvre la jeune fille. L’adolescent ouvrit son parka et sortit un large couteau cranté d’une poche intérieure. La lame vers le bas, il le tenait dans sa main gauche et sans un bruit, il s’élança et commença à courir vers sa cible. A peine avait-il fait quelques pas qu’il entendit un bruit derrière lui, un rire joyeux. Il jeta un coup d’œil en arrière sans s’arrêter. Un passant venait simplement de rire dans la rue derrière lui, et cette bruyante exclamation de joie venait de ruiner son assassinat furtif, rien de plus, rien de moins. Devant lui, Akutoku avait déjà commencé à se retourner.

« Tch ! »

Haruhiro utilisa son pouvoir pour se propulser en avant, visant le cou de la jeune fille avec son couteau. Alors qu’elle aurait dû trancher la peau et les muscles de l’adolescente, la lame heurta une surface dure, gravant une ligne là où a le couteau avait pénétré. Le temps fut soudain comme ralentit, le jeune assassin regarda Akutoku qui avait tout juste eu le temps de créer une barrière de glace. Un réflexe ? Haruhiro calcula des compressions sur le côté droit de son corps, stoppant brusquement son élan et le faisant pivoter. Il lâcha son couteau et l’attrapa avec sa main droite puis l’abattit vers le bas en un seul mouvement en propulsant ce dernier à l’aide d’Instant Shift, tranchant la plaque de glace en deux. La construction avait été faite en urgence et sa solidité aurait été plus élevée mais Haruhiro n’était tout de même pas parvenu à blesser Akutoku. La jeune fille fut repoussée en arrière tandis que Haruhiro atterrissait, neutralisant son élan restant avec des légères compressions. Il toisa l’adolescente du regard, une lueur effrayante dans les yeux.

« Toi, c’était pas mal ce que tu viens de faire, ton niveau 4 n’est pas usurpé. »

Il tendit son bras droit, le couteau en main « Cependant, je dois finir mon travail. N’y vois rien de personnel. »

Il fit un pas en avant, produisant un son mat lorsque sa botte se posa sur le sol de la ruelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko



Messages : 146
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 17
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Sam 5 Nov - 21:08

« Oh, bonjour Tōko-chan ! »

« Aah, c'est Reitōko-chan ! »


Le groupe de la classe 1-A de Nagatenjouki Academy s'étaient tous levés en même temps en remarquant les deux couettes bleues passer le pas de la porte. Tous souriants et accueillants, les garçons lui faisait des signes de la main de loin tandis que les filles formaient rapidement un groupe autour d'Aku pendant qu'elle avançait tout sourire en direction de sa place sur la première ligne des bureaux, en répondant avec attention aux questions qu'on lui posait et en répliquant avec intérêt aux compliments qu'on lui faisait en réprimant un petit rire timide, comme à son habitude. Dans cette atmosphère douce et sucrée, elle s’assit à sa table en soupirant et en levant la tête vers le plafond en s'étirant. Cette journée aussi commençait très bien.

Après un petit soupire elle posa ses affaires sur la table et attrapa lentement une feuille qui était placée sur son bureau à l'avance. C'était apparemment une liste des sujets qui allait être évalués au prochain test écrit. Elle tira la langue en la feuilletant rapidement puis grimaça légèrement en reposant la feuille sur la table. C'était une liste remplie d'un trop plein de la majorité des sujets qui avait été évaluées durant ce cours.

« Pfouaaaah, c'est incroyable tout ce travail... Comme si on pouvait réviser tout ça en une seule fois ! Beh, c'est pas comme si c'était une compétition après tout, les élèves qui ne font pas partie du top de l'école devrait juste avoir une note acceptable, pas vrai ? »


Après cette pensée agréable, la jeune fille soupira de soulagement en reposant la feuille sur sa table. De toute façon, les autres élèves allaient sûrement l'aider à réviser, se retrouver en groupe pour travailler les cours et s'amuser en même temps était devenu le quotidien pour Akutoku, si bien qu'elle avait commencée à prendre les test moins au sérieux et profitait plus de tout son temps pour passer du temps avec ses amies et explorer la Cité Académique. Elle avait déjà un bon niveau dans un système scolaire aussi complet et difficile, alors elle avait le droit de profiter de sa vie un petit peu, non ?

Tandis qu'Akutoku tourna sa tête sur la droite, elle sursauta légèrement en voyant "une certaine jeune fille" rentrer dans la salle en grinçant des dents, une dans le top des meilleurs élèves de sa classe et même de tout les lycéens. Avec des cernes sous les yeux, ses mains dans ses poches, son uniforme négligemment arrangé, ses dents pointues et son regard vindicatif, elle était connue dans la classe comme une fille assez effrayante, si bien que la majorité des élèves l'évitait. Aku était presque sûr qu'elle avait un lien avec des choses pas clairs, avec cette démarche de délinquante et ses scientifiques qui l'attendait parfois à la sortie de l'école.

« Uuurgh, elle fait tellement peur, avec son regard et ses grincements de dents, on dirait une vraie délinquante... Non, ce n'est pas comme ça qu'il faut réagir ! La prochaine fois, je lui parlerais en face et je tenterais d'être amie avec elle ! Je ne peux pas juste la laisser comme ça ! »


Akutoku serra les poings avec des étoiles dans les yeux tandis qu'elle levait la tête, semblant s'animer d'une sacré détermination, tout d'un coup, ce qui fit rire les élèves qui déchargeaient leurs affaires à ses côtés. Elle était connue dans sa classe et même en dehors comme étant une personne altruiste, toujours là pour aider ceux qui était dans le besoin. C'était presque devenue une petite idol, mais elle était assez humble pour faire semblant de ne pas le remarquer, et faisait tout pour rendre l’ascenseur à ceux qui l'admirait.

Mais parce que son quotidien était aussi calme et sa vie aussi facile, elle avait tendance à faire si peu d'effort et à ne penser que très rarement deux fois avant d'agir. Ajoutant à ça le fait qu'elle soit toujours de bonne humeur, elle ignorait que si elle était aussi appréciée c'était aussi parce qu'elle était sacrément naïve et crédule, et que ça avait un petit côté adorable.

       
                                   
***



Aku rangea ses affaires dans sa sacoche en la replaçant rapidement sur son épaule, elle était assez pressée depuis qu'elle avait vue une certaine affichette sur la devanture de 326 Ice Cream qui semblait être une genre de compétition retransmise à la télévision avec comme premier prix des tonnes de bons pour des glaces gratuites, quelque chose à ne pas rater pour une fan de glace qui se plait à inviter ses amis à en manger un bout ! Elle était déjà toute prête à repartir quand elle remarqua le représentant des élèves de la classe 1-A adossé au mur, qui semblait l'attendre.

Celui-ci semblait légèrement embêté et timide, il se plaça rapidement sur le chemin de la jeune fille et lui tendit un emballage plastique dans lequel se trouvait un Melon Pan encore frais, un des meilleurs de la Cité Académique. Akutoku remarqua rapidement ce qu'on lui tendait et fit mine d'être étonnée, en ouvrant un peu la bouche et en écarquillant les yeux, c'était plus de la trentième fois qu'un garçon lui offrait quelque chose à manger à cette heure où seuls ceux qui ne dormaient pas aux dortoirs sortent de l'établissement.

« Howaa, Class Rep', c'est tellement gentil de votre part, je ne peux pas accepter ! Merci ! »



« Je savais que tu aimais ça alors... Heuu... Enfin je voulais t'en offrir un, comme je... Enfin je trouve que tu apportes une bonne atmosphère dans notre classe et... Enfin... Je voudrais savoir si du coup, ça t'intéresserait-... »


« ...J'aimerais vraiment que l'on se fasse une sortie tous ensemble avec la classe, et j'adorerais passer un peu de temps avec toi aussi ! Merci pour tout, bonne soirée, Nakayama-san ! »


Aku s'éloigna rapidement après avoir salué le délégué comme il se devait pour le remercier. Au lieu d'être agacée par tout ses gens qui lui offrait des présents, ou de gausser un peu plus son égo, la jeune fille se plaisait à s'enfermer un peu plus dans sa bulle de bonheur en se disant que tout les gens étaient simplement de bonnes personnes, et que des gens profondément mauvais de leurs pleins gré ne pouvait pas exister. Elle inspira l'air frais du dehors puis plaça le pain melon dans sa sacoche avant de se mettre en marche.


                                           
***




« Notre délégué est vraiment gentil ! Même si il est un peu timide et que son pouvoir était un peu flippant au Daihaseisai, je savais qu'il était du genre à aider les autres élèves. En tout cas, une sortie de groupe avec lui sera sûrement une bonne expérience ! »


Alors qu'Aku marchait tranquillement dans une ruelle, elle entendit un rire bruyant et un froissement de vêtement derrière elle, ce qui attira son attention de ce côté pendant un instant, la bouche légèrement ouverte tandis qu'elle était encore un peu perdue dans ses pensées. Même si elle avait du genre à être un peu tête en l'air dans la vie de tout les jours, elle apportait toujours une grande importance au fait d'examiner ce qui l'entourait, et surtout les personnes. Elle perdait parfois du temps dans les transports à regarder pendant longtemps une personne en particulier en s'imaginait quel était sa vie et à quoi il pensait, alors c'est ce qu'elle fit en examinant la personne qui s'était retournée en même temps qu'elle en entendant le rire.

Elle ne fut pas vraiment étonnée qu'il semble être lui aussi un étudiant, même si elle était sûr de ne jamais l'avoir vu. Ses cheveux bruns en bataille au sommet de son crâne et son regard énervé  enroulé dans sa parka, il était un peu effrayant dans la presque ombre de la ruelle. Elle avala sa salive en se disant que ce n'était pas un bon réflexe de se faire des idées hâtives sur les gens sans les connaitre, avant qu'un reflet lumineux attire son regard. Dans l'une des mains de l'adolescent, il y avait un couteau dirigé vers le bas.

« Ho bordel, qu'est ce que c'est que ça, c'est un gag ou un genre de test psychologique de la Cité ou... C'est un... C'est un vrai couteau, ce truc peut me tuer ? Attends, cette.... Cette personne veut me tuer ? Bon sang, qu'est ce que j'ai fait ? »


« Tch ! »


Une foule de questions se fracassaient les unes contre les autres et tournaient sans s'arrêter dans sa tête quand elle remarqua que le jeune homme la regardait elle, sans dire un mot et en tenant toujours son arme blanche. Comme pour se protéger et faire une séparation entre elle et cette terrible vision, elle se mit à solidifier légèrement l'humidité de l'air de manière à former une surface solide, un véritable mur translucide entre elle et ce garçon. Mais avant même qu'elle eut le temps d'ouvrir la bouche, elle du se protéger d'une série de coup de vent violents levant la poussière en croisant les avants bras devant elle, accompagné d'un bruit de découpe.

Quand elle ré ouvrit les yeux, elle avait été propulsée par les coups de vent à répétition, et ce qu'elle croyait être un mur n'était plus que deux parties craquelées et éloignée l'une de l'autre. Des petits morceaux de glace était resté en l'air, mais le tout, de la solidité d'une modeste couche de verre, n'avait pas résisté à l'assaut du jeune homme. S'était sans nul doute l'effet d'un pouvoir d'esper. Elle regarda l'adolescent atterrir sans problèmes derrière les deux parties de la couche de glace, sans même sembler y faire attention.

« Toi, c’était pas mal ce que tu viens de faire, ton niveau 4 n’est pas usurpé. »


« Hu ? »


« Cependant, je dois finir mon travail. N’y vois rien de personnel. »


« Non attends, quoiii ?? Il me connait ? Finir son travail... Me tuer ? Pitié, qu'est ce que j'ai fait pour mériter ça, ça doit sûrement être un malentendu ou une énorme erreur ! »


La jeune fille commença à reculer en ne pouvait pas arrêter l'accélération de ses battements de coeur, tremblant comme un animal pris au piège sous le fusil d'un chasseur. Si elle n'avait pas une certaine maîtrise d'elle même, elle se serait sûrement réellement urinée dessus tellement son corps et son esprit était habitée par la peur de l'arme brandit dans sa direction. Sa voix était bloquée dans sa gorge et ses yeux vibraient comme si elle luttait pour ne pas pleurer, tandis qu'elle fit un nouveau pas en arrière mal assuré en se retenant à sa sacoche. Le garçon armé lui, avançait.

« Je n'peux pas mourir, je n'peux pas mourir, je n'peux pas mourir, je n'veux pas mourir ! »


Elle sentait que le garçon allait de nouveau foncer dans sa direction comme il l'avait fait la première fois, même si il s'était mis à marcher plus calmement dans sa direction avec son couteau, comme si il attendait une action de sa part avant de se précipiter. Elle avait du concentrer beaucoup d'humidité en une grande surface pour pouvoir faire son mur, et il y en avait sûrement dans ses alentours bien assez pour pouvoir au moins se protéger d'un autre assaut, mais dans l'état dans lequel elle était il lui était impossible de calculer afin de mettre en place une nouvelle protection.

Elle passa sa main dans sa sacoche et toucha une bouteille d'eau minérale et le pain melon qui s'y trouvait, en avalant sa salive. Elle savait qu'elle n'avait pas le choix. Malgré le fait qu'elle soit une vrai tête en l'air, qu'elle n'ai même pas le courage de parler à la fille effrayante dans sa classe, qu'elle n'essaye même pas de faire parti des bons élèves et qu'elle soit toute heureuse d'être le centre d'intérêt des autres élèves, elle savait ce qu'elle avait à faire. Il n'y avait aucun autre moyen de pouvoir s'en sortir, dans l'instant présent, et rien d'autre ne lui venait en tête. Alors elle prit une inspiration et retira vivement la main de sa poche en retenant l'objet qu'elle en avait ressortie.

« Excuse-moi Nakayama-san, vous tous... »



« Je-Je ne sais pas qui tu es, mais tu fais une grave erreur, je ne suis pas la personne que tu cherches ! Je suis... Je suis vraiment désolé, mais si tu persistes je serais obligée d'utiliser la force, alors va t-en s'il te plait ! »


Elle mit un petit moment avant de remarquer qu'elle menaçait l'étudiant avec le pain au melon dans son plastique. La bouteille d'eau avait roulée au sol quand elle avait sortie sa main en trombe de son sac, le genre de réflexe agressif à avoir dans une situation de combat, le genre de situation dans laquelle Akutoku ne s'était jamais risquée à aller. Elle cru sentir son souffle se couper, comme si le couteau que brandissait l'étudiant s'était déjà enfoncé dans son ventre. Même si l'action avait réussit à servir de "distraction" car le jeune homme semblait être sur ses gardes après la première défense, il était évident que cette fois elle risquait de mourir dans les prochains instants.

Elle pris sa respiration en s'insultant mentalement de toute ses forces, puis fit éclater la bouteille d'eau entre eux deux maintenant qu'elle avait réussit à remettre un peu d'ordre dans sa tête. Une masse de glace plutôt conséquente apparu entre et sous les deux individus, des pointes aux bouts ovales et émoussées du côté du garçon tandis qu'une sorte de rampe inclinée poussa Akutoku plus loin, la faisant atterrir sur les fesses avec violence. Elle savait pertinemment que cette structure abstraite n'allait non seulement pas blesser l'adolescent devant elle, mais en plus ne le retenir que peu de temps.

Aku recula les fesses toujours au sol, plus ou moins paralysée par la peur, et tenait son pain au melon à deux mains devant elle, comme pour présenter un dernier rempart entre elle et l'adolescent. La gorge nouée, elle arriva à articuler une dernière chose stupide capable de s'échapper de son cerveau tout perturbé par les évènements, première fois que quelque chose d'aussi stressant lui arrivait.

« Ré... Réfléchit une dernière fois ! Partageons ça et reprends ton calme, s'il te plait ! »


Dernière édition par Akutoku Reitōko le Sam 21 Jan - 0:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski



Messages : 118
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Mar 8 Nov - 12:36

Des yeux terrifiés imploraient l’adolescent. La jeune esper était sous le choc et se cramponnait à sa sacoche comme si sa vie en en dépendait ce qui, à bien y réfléchir était peut être bel et bien le cas. Il suffisait d’un petit volume d’eau à Akutoku pour créer une petite fleur décorative, une plaque de glace voir une arme tranchante comme un rasoir. Haruhiro était bien conscient de cela mais ne fit pas mine d’attaquer, laissait la jeune fille paniquée essayer de reprendre ses moyens.

Elle plongea soudainement sa main dans son sac et brandit un pain au melon menaçant en direction du jeune homme, tandis qu’une bouteille d’eau roulait sur le sol. Haruhiro s’immobilisa, baissant les yeux sur l’arme alimentaire de l’adolescente puis sur la bouteille d’eau à quelques dizaines de centimètres de ses pieds.

« Je-Je ne sais pas qui tu es, mais tu fais une grave erreur, je ne suis pas la personne que tu cherches ! Je suis... Je suis vraiment désolé, mais si tu persistes je serais obligée d'utiliser la force, alors va t-en s'il te plait ! »

Déclara-t-elle d’une voix tremblante, mettant toute la conviction qu’elle pouvait dans sa menace. Haruhiro ne pu réprimer un léger sourire. Le ton peu convainquant d’Akutoku couplé au pain au melon brandit comme un objet dangereux la rendait tellement… pathétique. Il releva les yeux vers elle et plongea son regard droit dans celui de l’adolescente, sans ciller.

Elle prit alors une grande inspiration puis fit éclater la bouteille. Haruhiro fut pris au dépourvu et pivota grâce à des compressions sur le côté de son corps, évitant de quelques centimètres l’attaque surprise de sa cible.

Du côté de Haruhiro, la structure de glace qui était subitement apparue ne l’aurait pas même blessé si elle l’avait touché. Une simple parade pour gagner du temps. Mais à quoi pouvait-elle bien penser ? Il jeta un coup d’œil vers la jeune fille, à moitié cachée derrière sa construction qui bloquait désormais le passage dans la ruelle, elle était assise sur le sol et tenait désespérément son pain au melon à deux mains. Sérieusement, elle aurait pu prendre ses jambes à son coup et tenter de s’enfuir au lieu de rester assise là à trembler, sa nourriture en main. Et puis ne pas chercher à blesser son agresseur, même légèrement… elle était juste stupide, cette gamine n’avait aucune idée de la situation dans laquelle elle se trouvait et cette chasse n’était pas aussi amusante que l’adolescent l’avait espéré, qu’est ce que c’était que cette level 4 ?

« Oi oi, quand tu poses une question il  faut laisser aux gens le temps de répondre tu sais ? » dit-il en élevant un peu la voix, afin qu’Akutoku l’entende bien de là où elle était. « Et malheureusement pour toi, tu es exactement la personne que je cherchais. » Il prit un ton las, comme si il répétait une énième fois quelque chose qu’il connaissait déjà sur le bout des doigts : « Akutoku Reitoko, un mètre cinquante neuf, cinquante quatre kilos. Esper de niveau 4 et étudiante de la prestigieuse Nagatenjouki . La capacité est la Cryokinésie agissant sur les liquides contenant de l’oxygène, tant qu’il y a contact visuel et dans un champ d’environ 40 mètres autour de l’utilisatrice. Volume maximal utilisable, 400 litres. Capacités et rapidité de calculs très élevés, bla, bla, bla. Je connais même des données qui ne sont pas visibles dans ton dossier, comme la vitesse de création pour un volume de liquide donné par exemple. »

Haruhiro compressa l’air sous ses pieds, contre ses semelles puis relâcha son pouvoir, lui faisant effectuer une sorte de bond sans effort au dessus de la construction de la lycéenne puis appliqua de multiples et légères compressions sur son corps pour atterrir en douceur ou presque juste devant la jeune fille.

« Ré... Réfléchit une dernière fois ! Partageons ça et reprends ton calme, s'il te plait ! »

L’adolescent s’accroupit, prenant une position décontractée et posa son avant bras gauche sur son genou plié, tenant toujours le couteau dans sa main droite.

Cette fille était beaucoup trop gentille, gentille et inconsciente. Par deux fois elle essayait de lui dire de s’en aller et avait même évité de le blesser, préférant le ralentir. La légitime défense s’appliquait pourtant sans soucis dans cette situation. Personne ne la blâmerait, surtout si elle était une esper de niveau 4.

L’adolescent leva un sourcil et sourit légèrement en coin avant de s’adresser à Akutoku sur un ton narquois :

« Et bah alors, qu’est ce que tu me fais ? C’est tout ce dont la célèbre Princesse des glaces de Nagatenjouki est capable de faire ? Au début je voulais finir ça vite mais ta réactivité m’a impressionné tout à l’heure, alors ne me déçoit pas comme ça s’il te plait. J’attends mieux d’une niveau 4 comme toi… Je ne suis qu’un petit niveau 3, tu sais ? »

D’un geste vif et précis, Haruhiro trancha le pain au melon ainsi que son emballage en deux et attrapa la moitié supérieure avant qu’elle ne se retrouve au sol. Il se releva en mordant dans sa moitié de melon pan, accédant ainsi à la demande désespérée de la lycéenne aux couettes bleues.

« Comprends bien que je n’ai rien contre toi, tu es l’une de mes cibles et comme tu peux le voir je suis on ne peut plus calme. » Il avala sa bouchée avant de reprendre : « Voilà ce qu’on va faire, Akutoku-chan : je suis de bonne humeur alors je vais te laisser une chance. Lève-toi et bats-toi sérieusement contre moi. C’est un gros contrat pour moi, assassiner une esper de niveau 4 de ton calibre n’est pas quelque chose d’ordinaire, même au sein du Dark Side… Tu comprends, eux ils préfèrent les expériences en général. » Ajouta-t-il un peu plus bas.

Il lui avait tout dit sans prendre de gants, bah, après tout pourquoi pas ? Elle pouvait bien le savoir puisqu’elle allait mourir avant la fin de la journée. Le message était clair également, Haruhiro voulait un vrai combat, quelque chose de sérieux et dangereux pour lui. Alors qu’elle n’essaye même pas d’y aller doucement avec lui, autrement elle finirait avec une blessure mortelle avant même de s’en rendre compte.

Laisser sa cible s’échapper serait briser son sans fautes et il savait que l’organisation qui l’employait serait tout sauf satisfaite si il « manquait son coup ». Cependant, Haruhiro savait également que dans le pire des cas, quelqu’un d’autre serait envoyé pour éliminer l’adolescente, vu la récompense qu’il y avait sur sa tête, ils n’allaient certainement pas la laisser s’en tirer comme ça. Le jeune assassin était parfaitement conscient qu’il ne devait pas agir de la sorte, lui il devait la tuer et c’était tout, comme pour tout autre contrat. Mais se confronter à une esper aussi puissante qu’elle était une aubaine, alors il voulait s’amuser un peu pour une fois.

Haruhiro se mit en position, prêt à utiliser son pouvoir. Une seule chose l’inquiétait, bien qu’il voulait voir les réelles capacités d’Akutoku, il savait que le temps jouait contre lui. Outre le fait que la ruelle n’était pas un terrain de jeu idéal pour ce qui était de la discrétion, il avait apprit qu’il y avait d’autres contrats pour la mort de la jeune fille. L’ordre devait venir d’en haut si l’organisation qui la ciblait n’était pas la seule. Enfin, pour ce qui était de la vitesse, personne ne pourrait jamais le vaincre. Il sourit de nouveau :

« Allez, montre moi l’étendue de tes pouvoirs, level 4 ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko



Messages : 146
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 17
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Ven 11 Nov - 17:34

« P-pourquoi il en sait autant à mon sujet ? »

Un série de petits bruits d'explosions interrompit Aku qui se serra un peu plus sur elle même en fermant les yeux et en serrant les dents. Quand elle les rouvrit, elle put apercevoir devant-elle les deux jambes de l'adolescent et ses chaussures. Il se déplaça si rapidement qu'elle n'avait même pas le temps de même y penser. Accroupit face à elle, il était de nouveau devenu immobile et calme comme la fois où il avait tranché le mur en deux. Cette pose décontracté était d'autant plus effrayante. Une personne, non, un assassin capable de passer d'un état aussi posé et patient à ses attaques éclairs sans sourciller devait franchement être un peu dérangé, du moins c'est ce que ce disait Akutoku qui n'avait vu d'assassin que dans des séries animées et des films à gros budget.

« Et bah alors, qu’est ce que tu me fais ? C’est tout ce dont la célèbre Princesse des glaces de Nagatenjouki est capable de faire ? Au début je voulais finir ça vite mais ta réactivité m’a impressionné tout à l’heure, alors ne me déçoit pas comme ça s’il te plait. J’attends mieux d’une niveau 4 comme toi… Je ne suis qu’un petit niveau 3, tu sais ? »

« Mais mais mais qu'est ce qu'il raconte ?? Qu'est ce qu'il me veut ce type, et qu'est ce que je suis sensé... Qu'est ce que je peux faire ? »

Au lieu de sombrer de nouveau dans l'incompréhension, la jeune fille inspira doucement et expira en regardant l'adolescent devant elle, une goutte de sueur lui coulant sur la joue droite. Il s'était décontracté en semblant totalement oublier qu'il y avait une grosse masse de glace derrière lui. "Cryokinésie", c'est la façon dont il avait nommé son pouvoir. C'était vrai que le pouvoir d'Aku avait pour "fonction" première de geler, mais si il pouvait le faire ce n'était pas sa seule application. "Cryogenisation" était un pouvoir bien plus polyvalent car il allait dans le fondement de la psychokinésie plutôt que de ne rester que sur la congélation. Tout ce qui avait été mis sous l'emprise de son pouvoir pouvait être utilisé comme matière première. Heureusement pour Aku, elle se dit que si son terrible agresseur en savait autant, il ne semblait pas s'être vraiment attardé à y réfléchir en détail pendant le combat.

Elle regarda les yeux du garçon devant lui. Son regard était vide et effrayant, celui d'une personne qui avait répété pendant longtemps une même action et qui avait finit par s'en lasser. Le regard de cette certaine jeune fille de la classe 1-A. Le regard d'une personne qui sous-estime son entourage. Le garçon ouvrait encore sa bouche pour parler. Aku passa un regard furtif derrière l'adolescent. C'était le moment où jamais, pendant qu'il lui parlait. Silencieusement, des excroissances de glaces avaient commencé à s'étendre de la masse de glace derrière lui. Deux longues pointes recourbées qui s'avançaient en direction de la jambe gauche de l'agresseur au couteau.

« Il faut que j'arrête de brasser de l'air et que je reprenne mon calme ! Je dois empêcher ce garçon de me faire du mal, je suis une étudiante de Nagatenjouki Academy, pas une jeune fille en détresse... »

« Si... Si je tente de m'enfuir dans la ruelle, avec cette vitesse, il va m'attraper ! Il faut que je l'empêche de bouger... C'est comme au Daihaseisai... L'entraver... Puis je me protégerais en courant, et j'irais appeler de l'aide ! »

Le bruit vif d'une lame fauchant l'air fit sortir la jeune fille de ses pensées, tandis qu'un bout de sa vision périphérique se fit soulever et tracter vers le haut. Le garçon avait tranché en deux le melon pan dans son plastique que tenait l'adolescente, et le portait déjà à sa bouche. Il semblait vraiment jouer avec elle et n'avoir aucune pitié ! Elle se concentra comme elle pouvait sur les deux fines pointes recourbées qui avançaient en direction de la jambe gauche de l'adolescent. Elle n'allait plus se laisser impressionner ! Déjà, il reprenait la parole en mâchonnant.

« Comprends bien que je n’ai rien contre toi, tu es l’une de mes cibles et comme tu peux le voir je suis on ne peut plus calme. Voilà ce qu’on va faire, Akutoku-chan : je suis de bonne humeur alors je vais te laisser une chance. Lève-toi et bats-toi sérieusement contre moi. C’est un gros contrat pour moi, assassiner une esper de niveau 4 de ton calibre n’est pas quelque chose d’ordinaire, même au sein du Dark Side… Tu comprends, eux ils préfèrent les expériences en général. »

« Un contrat... Un contrat sur ma tête ? Mais... Mais je n'ai jamais rien fait, qui a bien pu, et pourquoi... Et c'est quoi, ce "Dark-Side" ? C'est une... Une référence ou le nom de.... Des gens comme lui ? J'ai mal au ventre... »

Akutoku commençait à avoir envie de vomir, d'un coup. Toutes ses émotions lui donnait des hauts le cœur, et le fait que ça se passe aussi soudainement sans qu'elle ne puisse rien tirer au clair... Elle se sentait tellement démuni face à une situation comme celle-ci, elle aurait simplement voulu se rouler en boule quelque part et attendre que ça se passe, mais ça n'était pas possible là maintenant. Elle savait qu'elle avait toujours son "dernier recours", mais elle doutait qu'il puisse vraiment l'aider à se sortir de cette situation. Elle avala sa salive en voyant le jeune garçon faire un pas de recul et brandir son couteau de nouveau, comme si il était prêt à foncer de nouveau.

« Allez, montre moi l’étendue de tes pouvoirs, level 4 ! »

Les battements de la jeune fille s'étaient mit à s'accélérer, tandis qu'elle se relevait doucement encore tremblotante et hésitante, les lèvres pincées, sa jupe poussiéreuse et son nœud autour du cou défilé. Au fond d'elle même, loin dans un loquet fermé à double tour elle savait qu'une telle chose était possible. Elle avait déjà entendu parler de ses "skill-out" qui pouvaient dévaliser les étudiants à n'importe quel coin de rue. Mais elle était tellement confortable et insouciante qu'elle n'avait jamais pensé que ça pouvait lui arriver. Elle fit un pas de recul en regardant son adversaire dans les yeux, de son regard toujours effrayé. Mais cette fois, elle était un peu plus crispé, comme si elle se concentrait.

« Je ne te laisserais pas me faire du mal à moi, à mes amis ou à toi même ! Si tu... Si tu n'es pas assez intelligent pour le comprendre toi même, alors je t'aiderais ! »

Elle ferma la main sur sa moitié de melon pan encore frais de la découpe au couteau qu'il avait subit. Si elle fuyait, elle allait mourir. Si elle ne bougeait plus, elle allait mourir. Si elle appelait à l'aide, elle allait sûrement mourir aussi. Elle était obligée de le bloquer pour réagir. Une dernière fois, elle pria intérieurement de ne pas tomber, et calcula les dernières positions dans sa tête. Avant que le garçon ne perde son sourire, elle leva une main et se prépara à pivoter sur son appui.

« Laisse-moi tranquille ! »


Un étau de glace serré formé par deux pointes de glace se rejoignant se referma sur la jambe de l'adolescent. En plus de le retenir fermement comme un écrou retiendrait une vis, la masse de glace se compressa sur elle même en se solidifiant, devenant aussi dur que du béton de sa plus fine extrémité jusqu'à un rayon conséquent le reliant à la pointe de glace derrière le garçon, en réduisant un peu la taille de cette masse justement. La jeune fille envoya la partie du pain au melon encore dans son plastique en direction de garçon. Le plastique était couvert de gel, la sueur de la jeune fille, ses mains serrées sur la fine couche plastique.

Au lieu de retomber au sol lamentablement comme il aurait du le faire, le mince cylindre gelé entourant la structure suffisait à la jeune fille à diriger son projectile avec aisance. Elle fit en sorte que le demi pain au melon s'écrase au visage du garçon pendant qu'elle pivotait en arrière en se mettant à courir de toute ses forces en lâchant son sac. Elle prit soin de solidifier l'air sur plusieurs mètres sur son chemin afin de l'empêcher de foncer en ligne droite. Elle passa ses mains humide en utilisant sans précision son pouvoir sur ses semelles pour améliorer leurs capacité à glisser, puis s'élança en haletant vers la sortie de la ruelle. Elle cru remarquer quelqu'un arrêté au bout de celle-ci, alors elle se mit à crier de toute la force qui lui restait :


« Au... Au secours ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski



Messages : 118
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Sam 12 Nov - 16:32

« Laisse-moi tranquille ! »

Au moment où la jeune fille cria ces mots, Haruhiro sentit quelque chose se refermer violemment sur sa jambe gauche, il baissa les yeux et constata avec surprise que son pied et sa cheville étaient pris au piège dans une sorte de masse de glace, le tout relié aux restes de la construction réalisée à l’aide de la bouteille d’eau.

« Qu’est-ce q- »


Il n’eût même pas le temps de finir sa phrase que quelque chose entra dans son champ de vision, il releva la tête brusquement pour apercevoir brièvement un projectile avant que ce dernier ne s’écrase contre son visage. Il n’avait même pas pu l’esquiver à cause de son pied gauche gelé.

L’adolescent récupéra presque immédiatement son équilibre, en partie grâce à l’étau de glace qui le maintenait debout. Il porta le revers de sa main à sa joue droite, là où le projectile l’avait percuté puis sourit de nouveau en inclinant légèrement la tête en avant.

« Bien Akutoku, bien… M’immobiliser pour t’enfuir… Au final ça doit être la meilleure solution pour toi. Cependant… » Le regard de l’adolescent passa sur le pain au melon désormais au sol qui avait servit de projectile à la jeune fille.

« Tu crois vraiment que tu peux te foutre de moi comme ça ?! »
Hurla-t-il d’une voix rauque avant de jeter un regard énervé sur sa jambe gauche et sur l’entrave de glace. « Ne crois pas que je sois aussi faible, je t’ai demandé un combat alors ne t’enfuis pas comme une- »

« Au... Au secours ! »

Haruhiro releva une nouvelle fois les yeux en direction d’Akutoku qui courrait toujours. Quelques mètres devant elle, juste à la sortie de la ruelle, un homme venait d’apparaître.

C’était quelqu’un de grand, il devait au moins mesurer dans le mètre quatre-vingt dix en plus d’être une véritable armoire à glace. Il portait un épais manteau ouvert, un pantalon sombre ainsi que des chaussures en cuir, probablement très onéreuses. Ses mains étaient couvertes par des gants noirs et son visage, quand à lui, était partiellement masqué par des lunettes de soleil et de longs cheveux châtains, si bien qu’on ne pouvait en voir que la partie inférieure, soit un nez et une bouche recouverte d’une barbe de trois jours. Un léger sourire se dessina sur son visage lorsqu’il vit l’adolescente aux cheveux bleus. Il porta sa main gauche à la poche intérieure de son manteau et, d’un mouvement ample en sortit une arme à feu avant de le pointer sur Akutoku et de coller la pointe du canon contre sa poitrine, au niveau du cœur. L’objet gris métallique était incroyablement long pour une arme de poing. En effet, l’arme était un Automag V. Un poids de 1305 grammes exactement pour un canon de 165 millimètres de long et un chargeur 7 coups, en somme : quelque chose de mortel.

De là où il était, Haruhiro n’avait pas reconnu l’arme ni la personne mais avait su au premier coup d’œil que l’homme n’était pas un simple passant. Peut-être était-ce une sorte de « sixième sens du tueur » qui avait rendu l’homme suspect à ses yeux ? L’adolescent écarquilla les yeux lorsque l’assassin plaqua le canon perpendiculairement à la cage thoracique d’Akutoku. La jeune fille s’était arrêtée net et ne bougeait plus, probablement sous le choc. Ca devait être trop pour une simple lycéenne, elle avait pensé que quelqu’un était venu la secourir mais malheureusement pour elle, l’homme était un autre assassin venu l’éliminer. Ses dernières défenses et espoirs venaient d’être réduits à néant et elle ne pouvait plus bouger, figée dans la terreur et le désespoir qui s’étaient soudainement abattus sur elle.

Haruhiro lâcha un juron, et jeta un rapide coup d’œil vers son couteau qu’il avait lâché lorsque le pain au melon était venu s’écraser contre son visage. Non, trop loin. Akutoku et l’homme étaient à environ une vingtaine de mètres de sa position, c’était le moment de commencer à sortir le grand jeu. La récompense importait peu mais cette lycéenne était sa cible et la sienne seule, c’était une question d’honneur, en quelque sorte. Si quelqu’un venait lui voler sa proie, alors il ne lui restait plus d’autre choix que de se débarrasser du rival.

Haruhiro grogna comme un animal enragé, la structure de glace autour de son pied explosa en morceaux. Peut importait si sa cheville était prise au piège, tant qu’il y avait de l’air il pouvait faire ses compressions. Une partie de l’étau était toujours accrochée à son pied mais près de la moitié avait volé en éclat, il pouvait de nouveau bouger. Sans attendre, Haruhiro se propulsa en direction de la jeune fille et de son rival en assassinat, presque allongé horizontalement dans les airs, à un peu plus d’un mètre du sol.

« Dégage de lààà ! » Hurla-t-il en levant son bras gauche devant son visage pour se protéger des barrières de glace que la jeune fille avait créée pendant sa courte fuite. Il ne les avait remarqués qu’au moment de sa propulsion, cette idiote allait empêcher son propre sauvetage.

En moins d’une seconde, Haruhiro était à côté d’Akutoku, à un mètre quarante du sol. Il posa sa main droite sur l’épaule gauche de l’adolescente et compressa l’air contre son corps, à l’avant au niveau du torse et à l’arrière au niveau des jambes pour pivoter brusquement, la jeune fille lui servant de point de pivot. Son pied gauche partiellement recouvert de glace heurta violement le crâne de l’assassin, envoyant ce dernier s’écraser contre le mur et libérant par la même occasion la jambe de l’adolescent.

Pour empêcher la mise à mort de sa cible par l’autre assassin, Haruhiro s’était propulsé à une vitesse avoisinant les quatre-vingt dix kilomètres heure. Bien qu’il ait perdu une partie de sa vitesse lorsqu’il avait pivoté pour frapper l’homme, il dû user de nouveau de son pouvoir et effectuer quelques roulés-boulés sur le sol pour s’arrêter complètement. Après avoir glissé quelques mètres sur le trottoir puis sur la route, en dehors de la ruelle, il tenta de se relever mais se retrouva à quatre pattes, tremblant. S’arrêter aussi vite n’avait pas été une bonne idée. Il voyait flou, avait du mal à bouger et son équilibre était quasiment inexistant. Il resta ainsi quelques instants, le temps que ses sens lui reviennent et que son cerveau se remette de ces changements de vitesse quelques peu brutaux.

Akutoku avait été projeté en arrière mais il semblait que le jeune assassin était parvenu à la sauver in extremis. Haruhiro ne put s’empêcher de ricaner à cette idée. Lui, un assassin, une machine à tuer du Dark Side venait de secourir sa cible, pour la tuer de ses propres mains.

« Question d’honneur » sourit-il en pénétrant de nouveau dans la ruelle, chancelant. Il posa sa main gauche contre le mur et s’appuya sur ce dernier pour reprendre complètement ses esprits. Il regarda Akutoku qui était toujours en état de choc, assise sur le sol et regardant son second agresseur avec des yeux ronds.

Haruhiro soupira puis vint vérifier le pouls de l’homme qui gisait inconscient contre le mur, la tête ensanglantée. Il sentit des battements de cœur, le gaillard était donc en vie, un véritable dur à cuir. L’adolescent se tourna vers Akutoku et claqua des doigts juste devant son visage pour la réveiller.

« C’est bon il est vivant, calme toi maintenant. » Dit-il sans la moindre once de compassion en récupérant le téléphone portable de sa victime. Il fouilla dans les messages de l’appareil avant de s’arrêter sur un texto et de plisser les yeux.

[ Alors ils étaient au courant que j’étais sur le coup hein… si ils ont quand même accepté le contrat c’est que la récompense devait être énorme, tout comme la mienne. Mais qu’est-ce que cette fille a de si spécial pour que plusieurs organisations veuillent autant sa mort ? ]


Il la regarda droit dans les yeux et ajouta, l’air impassible :

« Ecoutes moi bien, tu me dois un combat et à cause de toi j’ai un mal de crâne colossal alors tu vas faire un choix et vite. D’après ce que je vois ici ce type était pas seul donc les autres ne doivent pas être bien loin. »

Il se pencha en avant et esquissa un sourire mauvais en ajoutant « Je me demande bien pourquoi j’ai des rivaux pour ton cas malgré ma réputation, donc soit tu choisis de t’enfuir encore une fois et je termine ce que j’ai commencé ici et maintenant… Soit tu te bouges et tu m’aides à trouver ce qui te rend si spéciale à leurs yeux. »

S’il s’avérait qu’Akutoku était une perle rare ou qu’elle avait une certaine particularité, Haruhiro était sûr qu’il pouvait en tirer profit. Même pour une level 4 comme elle ça n’était clairement pas normal qu’autant de personnes soient chargées de l’éliminer et qu’il y ait autant de rivalité. Cette chasse s’annonçait bien plus amusante que prévu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko



Messages : 146
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 17
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Jeu 24 Nov - 23:41

La respiration et les battements de cœur d'Aku retentissaient comme les marteaux d'un piano à chacun de ses pas en direction de la "lumière au bout du tunnel". Il était impossible, dans l'état dans lequel elle était, de savoir combien de temps elle avait passée dans cette ruelle. Quelques minutes ? Une demi-heure ? Une heure ? Elle courrait en direction de la porte de sortie du minuscule enfer qui disparaissait derrière elle. La petite flamme de l'espoir se ralluma vivement dans son esprit, tandis que l'adrénaline accélérait les mouvements répétés de ses jambes. Elle s'arrêta finalement, presque prête à sauter dans les bras de l'homme plutôt grand qui cachait la lumière de la fin de la ruelle. Elle était finalement sortie d'affaire.

« J'ai réussi ! J'ai réussi ! Quelle histoire ! Quand je raconterais ça aux autres... »


« M-Monsieur ! C'e- hu ? »


Un objet froid en métal se posa sur la poitrine d'Akutoku et l'arrêta totalement dans sa course, l'obligeant même à rentrer un peu le ventre. Qu'est ce que ça pouvait bien être ? Peut-être un objet pour s'assurer qu'elle allait bien, comme un outil de docteur, ou peut-être même une boisson fraiche pour la remettre de ses émotions, la jeune étudiante était tellement déboussolée que c'était les premières idées qui lui vinrent à l'esprit. Sa gorge se serra et sa respiration s'arrêta quand elle posa les yeux sur l'arme à feu pointée en direction de son cœur. Comme lorsqu'elle avait vu le couteau de l'adolescent, son regard sembla un moment vague avant qu'elle ne s'arrête de nouveau totalement de bouger et de respirer. L'enfer était sans fin. La sortie était si proche, mais un nouveau monstre lui arrachait tout espoir. Un cri retentit derrière elle, mais elle ne pouvait pas l'entendre, à quoi bon ? La question du pourquoi et du comment avait disparu de l'esprit de la jeune fille, à la place, elle avait tout fermé, abandonnée toute résistance. "Je vais me réveiller".

Une sorte de bruit d'explosion se fit entendre près d'Akutoku, qui ferma instinctivement les yeux, comme si elle s'apprêtait à ce que ce soit le bruit du pistolet. Si ça se trouvait, une balle dans le coeur ne faisait pas si mal que ça. De toute façon, qu'est ce qu'elle pouvait faire ? Elle n'avait aucune chance de s'en sortir cette fois. Elle avait fait tout ce qu'elle pouvait, mais c'était finie, maintenant. Pendant un court instant les dents serrés et les yeux fermés, après le bruit d'explosion, elle se surprit à avoir une nouvelle pensée.

« C'est ça un coup de pistolet ? Au final, ça ne fait pas si mal que ça, en fait, on ne ressent rien... »


Les cheveux de la jeune fille se mirent à voleter sous le coup de vent passant juste devant elle comme une tornade, tandis qu'elle put sentir une pression sur son épaule pendant un instant. Une fois qu'elle ouvrit les yeux, des petits morceaux de glace et des gouttelettes de sang et de salive apparurent devant sa vision. Elle était désormais les fesses au sol, à quelques mètres du théâtre de l'action éclair de son premier agresseur, qui avait utilisé la même technique pour s'attaquer à l'homme au pistolet. Mais pourquoi avait-il fait ça ? Que voulait-il, à la fin ? Si il voulait vraiment la mort d'Aku, il n'avait qu'a la laisser mourir des mains de l'autre homme.

Déjà, le garçon au couteau s'était relevé. Mais ce n'était plus lui pour l'instant qui occupait l'esprit d'Aku. A quelques pas de l'étudiante de Nagatenjouki, l'homme au pistolet était allongé au sol, visiblement sans connaissance, avec une trace de son sang sur un des murs de la ruelle. Il était vraiment mort, ce qui se passait était-il vraiment réel ? Aku doutait même à présent de ce que ça pouvait bien vouloir dire, "réalité". Elle sursauta presque en voyant son premier agresseur traverser son champ de vision et poser un doigt sur le cou de l'homme inconscient. La jeune fille leva sa main pour se cacher la bouche avec sa paume en regardant la scène, c'était vraiment une pièce de théâtre morbide pleine de rebondissements qui se jouait autour d'elle, et elle était le personnage principal, visiblement. Un bruit de claquement la fit revenir un instant au direct, tandis qu'elle leva son regard terrifié vers le garçon.

« C’est bon il est vivant, calme toi maintenant. »


La voix impassible et détachée de l'adolescent contrastait vraiment avec le sentiment de terreur d'Akutoku, elle ne savait même plus comment réagir à tout ça, la gorge nouée, elle regarda l'homme se faire dépouiller de son portable, avant que le garçon ne se lève de nouveau pour reprendre la parole après avoir, visiblement, farfouiller dans le téléphone de sa victime gisant au sol. Les yeux du garçon, semblable à des couteaux, étaient maintenant dirigés vers Aku.

« Ecoutes moi bien, tu me dois un combat et à cause de toi j’ai un mal de crâne colossal alors tu vas faire un choix et vite. D’après ce que je vois ici ce type était pas seul donc les autres ne doivent pas être bien loin. »


« Un combat... Les... autres ? »


« Je me demande bien pourquoi j’ai des rivaux pour ton cas malgré ma réputation, donc soit tu choisis de t’enfuir encore une fois et je termine ce que j’ai commencé ici et maintenant… Soit tu te bouges et tu m’aides à trouver ce qui te rend si spéciale à leurs yeux. »


Les lèvres semblant encore liées entre elles et la gorge nouée, la jeune fille resta silencieuse un moment en retirant sa paume de sa bouche pour la placer au sol pour se soutenir, encore au sol. Cette fois, le garçon bloquait le seul passage qui pouvait permettre à Aku de s'échapper, et il n'y avait plus d'eau pour espérer créer une nouvelle diversion. Dans cette position de faiblesse, l'adolescente n'avait absolument aucune chance de nouveau. Elle devait, d'une manière ou d'une autre, chercher à survivre. C'était évident, mais elle dû imprimer cette idée plusieurs fois dans sa tête, alors que son cerveau lui ordonnait simplement de se lever et de courir sur le côté le plus vite possible.

Il était impossible d'échapper à ce garçon. Même après lui avoir bloqué une cheville, lui avoir envoyé un projectile au visage et avoir truffé le passage d'une dizaine de couches de protections, il avait réussit à passer tout les tours de passe passe d'Aku. Cet adolescent n'était vraiment pas n'importe qui, le simple fait qu'après ce qu'il ait fait subit à l'autre homme il puisse se tenir debout et parler calmement comme si de rien n'était était déjà assez effrayant... Il ne restait plus grand chose à la jeune fille, mais elle reprit sa respiration en inspirant lentement par le nez. Elle ne pouvait pas abandonner encore une fois. Même si la petite n'était pas du genre compétitive, même si elle n'était pas une véritable génie par rapport à d'autres, elle possédait quelque chose qu'on tout les humains dans un moment comme celui là, l'instinct de survie.


« Je... Je peux cryogéniser mon corps tout de suite en utilisant mon pouvoir. Non seulement il ne pourra pas me faire de mal avec une simple arme blanche ce qui le fera sûrement abandonner, mais en plus ça pourra peut-être faire gagner du temps à des gens pour voir ce qu'il se passe ici... Je pourrais- »


La main gauche de la jeune fille entra en contact avec un objet froid en métal dans son dos, au sol. Non, ça ne pouvait pas être ce qu'elle croyait. Elle étira un doigt et posa le bout de son index sur une petite surface qui semblait pouvoir rentrer vers l'intérieur de l'objet. Elle n'eut pas besoin de le palper plus pour savoir que c'était l'arme de l'homme qui avait atterit derrière elle après l'attaque de l'adolescent. Elle avala sa salive en regardant le garçon qui semblait s'impatienter depuis le temps qu'il attendait une réponse. Les yeux de la jeune fille s'était depuis longtemps déjà vidé de la lueur vive et claire du début de la journée. Un bruit de claquement métallique se fit entendre.

L'arme à feu brandit un doigt sur la gâchette et l'autre main en dessous de la crosse, l'étudiante la portait les mains tremblante sous son poids, semblant pouvoir à tout moment lâcher le dit poids de ses mains et laisser son doigt appuyer sur la détente. En direction du garçon. Jamais de toute sa vie elle n'aurait pensé qu'un moment comme ça allait arriver. Et pourtant, elle était là, a menacer un garçon avec une arme à feu chargée sans sourciller. Une goutte de sueur perla sur son front, tandis que ses yeux au bord des larmes, les sourcils froncés, semblait pourtant tinter d'une volonté qui n'avait pas été présente depuis au moins jusqu'à cet instant précis.


« S'il te plait... Vas t-en ! »


« ... Hh... Hh... Entre ton accélération et le pistolet, je me demande ce qui... Irait le plus vite si j’appuyai maintenant... Alors... Alors casse-toi ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski



Messages : 118
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Sam 17 Déc - 20:55

Haruhiro resta immobile un instant, ne sachant comment réagir. Juste devant lui, le canon d’une arme à feu. Il était la cible. Jamais il n’aurait pensé que la jeune fille aurait le cran de le tenir en joue, ni même de ramasser l’arme.

[ J’ai été négligeant.. ? ]

« ... Hh... Hh... Entre ton accélération et le pistolet, je me demande ce qui... Irait le plus vite si j’appuyai maintenant... Alors... Alors casse-toi ! »

Haruhiro grimaça, énervé, et planta son regard droit dans celui d’Akutoku.

« Alors c’est ton choix hein… petite idiote.. » murmura-t-il.

Une nouvelle lueur était apparue dans le regard de la jeune fille ce qui étonna l’adolescent. Du courage, du courage ainsi que de la détermination. Elle ne voulait pas mourir, rien de plus naturel, et elle avait décidé de se battre pour sa vie. Ce n’était pas vraiment le genre de combat qu’avait souhaité Haruhiro mais il s’en contenterait pour le moment, pas le temps de faire le difficile.

« Tu me menaces ? D’accord. Par contre si tu comptes tirer, enlève la sécurité avant sinon la balle ne partira pas. » Dit-il en levant légèrement les mains. Se moquer d’elle et la mettre en doute afin de l’empêcher de tirer. C’était simple mais ça marchait avec les novices. Il suffisait d’attendre le moment où elle jetterait ne serait-ce qu’un petit coup d’œil vers l’arme.

Trois compressions. C’est ce que son cerveau calcula. Une première sur son bras droit,  dont la main était ouverte et de sorte à ce qu'il soit propulsé vers la gauche. Une deuxième sur son dos et quasiment simultanément, une dernière sur son bras gauche. La paume droite de Haruhiro balaya les bras d’Akutoku et les plaqua sur le mur avec violence. Son corps entier fut propulsé d’un mètre vers l’avant presque au même moment. Dans le même temps,  Haruhiro attrapa de sa main gauche un couteau similaire au premier dans la doublure de son manteau et le brandit perpendiculairement au cou d’Akutoku puis relâcha la compression sur son bras, le propulsant instantanément vers l’adolescente.

Une puissante détonation retentit, la pointe du couteau se planta dans le mur, éraflant légèrement le cou de l’adolescente, sur le côté gauche et lui coupant une mèche de cheveux bleus au passage. Avant que la mèche ne tombe au sol, l’adolescent raffermit sa prise sur les bras de la jeune fille et plaqua son avant bras contre son cou.

Haruhiro tourna son regard sur la gauche, vers les mains de la jeune fille et vers l’arme. A l’instant où il avait relâché sa première compression, elle avait tiré. Si il avait manqué de précision et s’il n’avait pas attrapé ses mains, elle l’aurait sans aucun doute tué. Au vu de l’angle de tir qu’elle avait pris, la balle lui aurait probablement perforé un poumon, ou bien elle lui aurait traversé la gorge…

L’adolescent usait de tout son poids pour maintenir Akutoku contre le mur, elle l’avait vraiment mis en danger cette… fichue gamine. Il tourna de nouveau son regard vers les yeux apeurés de l’adolescente.

« Putain…. T’as des trippes pour une loli, tu m’aurais eu là. Je me dois de saluer ton courage. En revanche… tu serais pas complètement stupide ? Je te l’ai dit non ? Tu as des assassins à tes trousses. Le chien exploité que je suis te propose une protection et toi tu essayes de me tuer… si je te lâche maintenant, tu seras morte avant la fin de la journée. »

Le jeune homme relâcha son étreinte et arracha l’arme des mains d’Akutoku.

« Je confisque ça » dit-il en plaçant l’arme dans la ceinture de son pantalon, sous son manteau après avoir consciencieusement activé la sécurité sous les yeux de l'adooescente. Il attrapa la jeune fille par le bras et avança vers la sortie de la ruelle en la tenant fermement.

« On va se balader un peu, si tu tiens à la vie ne t’éloignes pas. Pour le moment je veux savoir ce qui motive tout ce petit monde à vouloir te voir morte mais n’oublie pas que j’ai un contrat moi aussi. »

La vérité était que le jeune assassin était persuadé qu’ils étaient observés en ce moment même, le ou les acolytes du gaillard aux cheveux longs ne devaient pas être loin. De plus, bien qu’il le cachait à la jeune fille, Haruhiro n’était pas au top de sa forme. Il n’était pas vraiment blessé mais sa cheville ainsi que son poignet gauche le faisaient souffrir et il avait encore la nausée à cause de sa propulsion quelques instants plus tôt. Si quelqu’un venait l’attaquer maintenant, il n’était pas sûr de pouvoir correctement faire face à un tueur expérimenté. Il sortit dans la rue et resserra son étreinte sur le bras droit de la jeune fille aux cheveux bleus avant de rejoindre le flux de passants sur le trottoir.

L’adolescent voulait donner l’illusion qu’ils étaient deux personnes normales parmi le reste de la foule, il resserra aussi un peu son étreinte et baissa sa prise sur l’avant bras d’Akutoku. Son cerveau tournait à cent à l’heure. Comme lors des calculs de ses compressions, c’était comme si son cerveau était divisé en différentes parties qui effectuaient des tâches indépendamment les unes des autres. Une partie élaborait un plan pour semer les assassins qui les avaient probablement pris en filature, une autre observait les alentours et les passants pour démasquer un éventuel rival en assassinat et une dernière réfléchissait au pourquoi du comment. Pourquoi devait-elle absolument mourir, c’était insensé ! Avait-elle un potentiel caché ? Chaque esper ou presque avait sa propre botte secrète, son petit tour de magie personnel alors c’était peut-être ça. Il avait besoin d’informations, et elle pouvait lui en fournir.

« Réponds à mes questions et je répondrais à une question de ta part… C’est quoi ces yeux violets exactement ? »

Akutoku pouvait penser ce qu’elle voulait, Haruhiro la considérait toujours comme sa cible. S’il était forcé de le faire, il était prêt à la tuer sur le champ. Ils n’étaient pas en bons termes et il n’était pas amical. Simplement en donner l’illusion était suffisant. Enfin, c’était un début, essayer de la mettre plus ou moins à l’aise en lui posant des questions simples devrait lui dénouer la langue et Haruhiro obtiendrait ainsi plus facilement des informations. Il ne servait à rien de la menacer d’avantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko



Messages : 146
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 17
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Hier à 0:30


« Pi... Pistolet... Arme à feu... Arme à feu... Tirer... Munitions... Pistolet... Pistolet... Tirer... Mort... L'autre homme est mort ? Sang... Il y avait du sang ? Du sang... Pistolet... Son sang ? Je vais mourir ? Mourir... Mort... Pistolet... Dans mes mains... Gâchette... Tirer... »


Si le cerveau d'Aku était un océan, alors il n'y aurait plus d'eau. Il n'y aurait plus de poissons, plus de coraux, plus de roches, plus d'épaves oubliées, plus de vie, plus de non-vie, plus rien. Juste un infini vide. Un vide puisant si profond dans le sol qu'on y verrais plus la fin. Peut-être parce qu'il n'y avait pas de fin et pas de début, au final... Les mains tremblantes, le doigt de la jeune fille glissa de la gâchette. Elle tenta de l'y remettre sans succès. Ses muscles ne répondaient plus vraiment à ses ordres, ni sa vision qui se troublait momentanément, une partie de ses cheveux cachait de toute façon une grande quantité de son visage, de la sueur rendait son visage encore plus écarlate qu'il ne l'était déjà. Ce n'était plus vraiment une adolescente, mais plutôt une pile de chair et d'os totalement perturbée. Une distorsion brouillée de radio sortit de la bouche du garçon tenu devant elle. Mais elle n'entendait rien. Non, il n'y avait plus grand chose de vivant là dedans.

Comme la flamme d'une bougie, l'envie de survivre de la jeune fille s'était évanouie. Elle même n'en savait pas la cause. Ce qui était sûr c'est qu'elle était incapable de tirer, ou du moins elle se savait incapable de tirer. Peut-être que si elle fermait les yeux, fermait son esprit comme durant les system scan, elle pourrait réussir à tout faire partir, le son, la lumière traversant ses paupières, la sensation glacée de l'arme à feu. On pouvait d'ailleurs l'entendre claquer dans sa main à répétition, comme une fenêtre mal fermée par temps de vent, une vielle fenêtre à demi-bloquée. Non, elle n'avait pas même la force d'appuyer sur la détente tellement son esprit était perturbé et ses muscles engourdies. C'était la première fois dans toute sa vie qu'elle ressentait un tel stress, une telle pression. C'était bien trop pour son petit cœur et son petit cerveau. Alors le tout avait décidé, d'eux mêmes et sans se concerter, de mettre légèrement la machine en veille. L'organisme d'Akutoku, qui se savait sûrement incapable de survivre, avait décidé de baisser un peu son alimentation. Histoire de ne pas trop dépenser avant le saut final, peut-être. Cette pensée totalement stupide tournait et retournait dans la tête de l'étudiante. Au final, in extremis, elle réussit à reposer le doigt sur la détente.

« Tu me menaces ? D’accord. Par contre si tu comptes tirer, enlève la sécurité avant sinon la balle ne partira pas. »

« Ah oui, le pistolet. »


Et comme une idiote, elle dirigea l'arme légèrement sur la tranche, sur le côté, comme pour se préparer à retirer cette "sécurité". ça pouvait paraître tellement stupide que, me direz vous, personne n'aurait fait ça. Mais dans un tel état de crise, on ne remarque pas à quel point les réactions peuvent être aléatoire. De toute façon, allait-elle vraiment tirer ? Où alors, elle avait déjà du tirer. Parce que le son qui vrombissait dans ses oreilles et la faisait secouer de l'intérieur ne pouvait être que la détonation de quelque chose de puissant, dangereux, destructeur, meurtrier. Un peu comme l'arme à feu dans ses main. Un peu comme le pouvoir du garçon qui venait de sauter sur le côté et d'attraper ses bras et son corps à elle pour le plaquer contre le mur sans difficultés. Elle ne ressentit même pas la douleur dans sa joue et dans son bras gauche. Non, sa main gauche. Le recul de l'arme. Une douille glissa sur le sol pour venir tinter contre sa chaussure. Elle avait tirée, au final. Elle regarda avec un profond dégoût et une peur palpable le pistolet dans sa main. Pour une raison qu'elle même ignorait, et c'était la première fois qu'elle le ressentait, elle le détestait.

« Putain… T’as des tripes pour une loli, tu m’aurais eu là. Je me dois de saluer ton courage. En revanche… tu serais pas complètement stupide ? Je te l’ai dit non ? Tu as des assassins à tes trousses. Le chien exploité que je suis te propose une protection et toi tu essayes de me tuer… si je te lâche maintenant, tu seras morte avant la fin de la journée. »

« Morte... Je vais... Mourir... Il l'a dit... "Une protection" ? »


« Je veux juste que ça s'arrête... Si Dieu existe... »


Elle se crispa et ferma lourdement les yeux en ressentant la main du garçon lui arracher l'arme des doigts. Elle ressentit étrangement un profond soulagement en sachant l'arme qu'elle ne pouvait lâcher loin d'elle. Mais maintenant, la source de l'effroi venait de la deuxième source de vie de la ruelle. Il marmonna quelque chose en débloquant la sécurité devant ses yeux à présent ouverts dans sa direction. Elle les referma en sentant la main de l'étudiant compresser la sienne, et coupa sa respiration en le sentant la pousser en avant, la faisant avancer de force tandis qu'il suivait derrière comme un membre d'anti-skill, mais en plus violent, plus sauvage. Du moins, c'est l’interprétation qu'elle en faisait, et on pourra la féliciter d'arriver à faire une quelconque "interprétation" dans cette situation.

« On va se balader un peu, si tu tiens à la vie ne t’éloignes pas. Pour le moment je veux savoir ce qui motive tout ce petit monde à vouloir te voir morte mais n’oublie pas que j’ai un contrat moi aussi. »

« Des assassins... A mes trousses... Un contrat... Donc lui aussi était un assassin... Mais il ne m'a pas tué... Il me veut quelque chose ? Je dois... Je dois... M'enfuir ? De l'aide... Quelqu'un... Si quelqu'un pouvait... »


Elle fut éblouie par la lumière d'en dehors de la ruelle. C'est comme si, pendant tout ce temps, elle avait oubliée comme le soleil pouvait illuminer aussi fort. Elle plissa les yeux, ses cheveux toujours en bataille. Elle entendit du bruit, et vit quelques personnes passer non loin, de l'autre côté du trottoir et autour d'eux. Mais quelque chose l'empêchait de crier à plein poumon, sans qu'elle ne sache quoi. Peut-être la main du garçon qui était serrée fermement à son poignet caché dans son dos, serrant si fort qu'un peu plus et il en coupait la circulation sanguine. Elle se demanda d'abord pourquoi personne ne réagissait autour d'eux. Et puis, elle comprit que rien n'indiquait, à première vue, qu'elle était victime de quoi que ce soit. A vrai dire, le garçon s'était parfaitement positionné, si bien que de devant comme de derrière, on aurait simplement dit un couple un peu secoué se déplaçant à deux bien serré. Mais le coup de feu ? Les compressions ? Trop loin, trop faible ? Personne ne réagissait. Comme si rien ne s'était passé. Comme si Aku avait imaginé tout ce qu'il s'était passé dans la ruelle. Rien ne semblait pouvoir la sauver.

« Réponds à mes questions et je répondrais à une question de ta part… C’est quoi ces yeux violets exactement ? »

« Mes... Mes yeux ? »


« Sy... Synch... Optical... C'est... Ce sont... Des lentilles de contact... Faites à la Ci... La Cité Académique... Vous me faites mal... »

Un choc bouleversa cependant Akutoku. Tandis qu'elle regardait trop devant elle, c'était comme si on avait tiré au pistolet. Non, ça n'avait rien à voir. ça retentissait bien dans sa tête comme le bruit aigu de la détonation, mais au lieu de la refroidir et de la tendre, cette vision la réchauffa et la détendit. Elle reconnu, devant elle, quelqu'un qu'elle connaissait. Une silhouette chaleureuse et reconnaissable se découpa au bout de la rue. Le regard du garçon se leva de son téléphone qu'il rangeait déjà dans sa poche, en croisant le regard de la jeune fille. Il la regarda pendant un moment, la détailla, puis sembla s'étonner de quelque chose. Il huma l'air, encore loin du duo qui avançait à vitesse moyenne, puis fronça les sourcils en regardant le garçon derrière Aku. Comme un dernier espoir dans le cœur de la jeune fille, il ne quitta pas le duo du regard alors qu'ils s'approchaient. L'espoir qui semblait avoir disparu à jamais revint à la charge, aussi vite et puissant que le désespoir.

« Nakayama...-san... »

« Le petit ami... De Reitoko-chan ? Non, elle n'a pas de petit ami, j'en suis sûr. Je le saurais. Et elle n'avait jamais fait cette tête avant... Elle à l'air... Effrayée. »


Le chevalier blanc dans son uniforme de Nagatenjouki et avec son fidèle micro cravate pointé sur la joue gauche fit un pas léger sur le côté et articula une phrase en direction du duo, semblant tout d'un coup prendre encore plus à cœur son rôle de représentant des élèves de la classe 1-A, même si leurs établissements était bien loin.

« Aku-chan ? Tout va bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski



Messages : 118
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Hier à 13:19

[ C’est qui cet emmerdeur encore ? ]

Un adolescent les fixait, Haruhiro l’avait immédiatement repéré. Un assassin ? Non, il portait l’uniforme de Nagatenjouki et son visage lui disait quelque chose. Après avoir rapidement fouillé dans sa mémoire, l’adolescent se souvint. C’était le représentant de la classe d’Akutoku.

[ Petit connard d’élève modèle des mes deux… tu me gènes là ! ] Bouillonna Haruhiro tandis que le dénommé Nakayama s’approchait d’eux.

Le jeune assassin tapota deux fois le poignet d’Akutoku avec son index avant de remonter son bars et de le passer autour des épaules de la jeune fille, le plus naturellement possible. Elle comprendrait probablement le message.

« Aku-chan ? Tout va bien ? »

« Impossible de l’éviter, hein ? » marmonna rapidement Haruhiro avant d’afficher son sourire le plus amical. C’était un masque parfait, impossible à briser. Il s’arrêta  de marcher et immobilisa Akutoku par la même occasion. Elle tremblait et n’avait pas l’air dans son assiette. Au fond, pas étonnant, les événements qui s’étaient produit quelques minutes auparavant avaient été comme un cauchemar pour elle. Cependant, le jeune homme n’avait pas imaginé que la jeune fille serait secouée à ce point. Certes son attitude était parfaite, mais la jeune captive ne pouvait pas tenir le rôle, pas dans son état du moins.

« Oh tu es un camarade de classe d’Aku ? Ravis de te rencontrer, tu peux m’appeler Atasuke ! » s’exclama-t-il immédiatement après la dangereuse question de l’adolescent. Il était hors de question de donner son véritable nom, quiconque le connaissait voyait son espérance de vie diminuer brutalement.

Le temps jouait contre lui, les assassins à leurs trousses se rapprochaient, Haruhiro le sentait et il savait qu’il devait faire vite : eux n’hésiteraient peut être pas à les abattre en pleine rue. Après le meurtre, la principale compétence des assassins est de disparaître sans laisser de trace, il ne le savait que trop bien.

Il serra la jeune fille un peu plus fort contre lui non sans lui jeter un coup d’œil pour vérifier ses réactions.

« Désolé, comme tu peux le voir Aku-chan ne se sent pas très bien, je lui fais prendre l’air pour que ça passe. » Il se remit en marche en entraînant Akutoku, passant juste devant l’étudiant de Nagatenjouki. Ils étaient grillés c’était évident. Le teint de la jeune fille aux cheveux bleus était certes pâle mais son comportement ne concordait pas avec le mensonge, la situation était mauvaise. L’œil affuté du jeune assassin remarqua cependant un petit détail intéressant. Si « Atasuke » était courtois et amical, Haruhiro l’était beaucoup moins. Alors qu’il passait juste devant l’étudiant, il le regarda de son regard de tueur, Atasuke avait laissé place à Haruhiro. Un regard froid et terrifiant remplaça celui qui était une seconde plus tôt pétillant et chaleureux, ce regard sembla clouer Nakayama sur place, lui intimant de ne pas bouger, bloquant la moindre parcelle de son corps et le transformant momentanément en statue complètement figée. L’assassin vit tout de même les yeux de sa victime comprendre la menace. Ses lèvres remuèrent doucement tandis qu’il disait d’une voix gutturale « Je crois qu’elle a mangé quelque chose de pas très frais, quelque chose comme un pain au melon par exemple~ »

La respiration de l’adolescent se bloqua, et Haruhiro sentit Akutoku remuer un peu. Ainsi elle entendait tout de même ce qu’il disait, elle avait même réagit un petit peu. L’esper brun recentra son regard et continua de marcher, d’un pas tranquille. La scène s’était passée comme au ralenti, mais le regard ainsi que la phrase qu’il avait lancé semblaient avoir fait leur petit effet. Son œil avait été attiré par un minuscule bout de plastique transparent qui sortait de la poche du jeune homme, un emballage. L’odeur associée était bien la même que celle du melon pan de la ruelle. Penser que ce garçon avait un lien quelconque avec le pain de la jeune fille n’était rien d’autre qu’une hypothèse non fondée, une simple supposition. Cependant, Haruhiro faisait confiance à son instinct. Et une fois de plus il avait eu raison.

Après seulement quelques mètres  de marche, il bifurqua à droite avec sa captive, dans une nouvelle ruelle du district 7. Il lâcha Akutoku et lui dit d’une voix monotone :

« Désolé pour ça, encore une ruelle. On ne devrait pas y rester aussi longtemps cette fois, cela dit. Ne bouge pas, si tu es sage je l’épargnerais. »

Haruhiro était face à la jeune fille, et dos à la rue grouillante de monde. Derrière lui, le jeune Nakayama apparu, l’air peu rassuré mais déterminé.

« Evidemment que tu allais nous suivre, t’es un type bien toi nan ? »

L’assassin se retourna, les bras écartés et un sourire carnassier sur le visage :

« Dis mon pote, tu savais ? La signification du prénom Atasuke, est-ce que tu la connais ? »

Son attitude n’était plus calme et posée comme avant, il bouillonnait de rage. Il avait commis des erreurs et pour ne rien arranger, des éléments perturbateurs ne cessaient d‘apparaître pour le gêner dans sa mission. Il était maintenant temps d’y mettre un terme. Il baissa la tête et la laissa tomber sur le côté, gardant le même sourire : « C’est: Celui qui écrase !!! »

A quelques pas de la rue, dans une ruelle sans bruit, une explosion d’air se fit entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko



Messages : 146
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 17
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Hier à 18:29

Non, elle n'était définitivement pas encore sortie d'affaire. Malgré l'arrivé du représentant des élèves, malgré tout l'espoir qu'il avait pu représenter pendant ce petit moment, cette petite fraction de seconde où il avait aperçu l'adolescente, le garçon ne semblait pas vouloir abandonner. L'adolescent au couteau était déterminé, déterminé à aller au bout de ses objectifs. Si il semblait irriter par l'apparition d'un invité surprise, il ne semblait cependant que peu en être dérangé, ou du moins, il arrivait très bien à faire semblant, car après avoir empêché la jeune fille de bouger de la façon la plus calme possible, il semblait déjà prêt à s'occuper de Nakayama. ... "S'occuper de Nakayama" ? Aku frissonna légèrement, en avalant sa salive. Elle aurait aimé crier, ou sauter sur le garçon. Mais ça lui était totalement impossible. Elle était comme congelé sur place, incapable de faire la moindre action.

Son cœur battant à la chamade, elle n'était pour l'instant qu'une vague observatrice des actions environnantes. Elle avait besoin d'un peu de temps... Du temps pour reprendre ses esprits, pour réussir à retrouver un équilibre. Peut-être alors, elle arrivera à ordonner à ses jambes de la faire courir loin d'ici. Mais ses assassins à ses trousses... Ceux dont parlait le garçon... Pourra t-elle vraiment leurs échapper d'elle même ? Tant de problèmes, tant d'inconnus... Si seulement Nakayama pouvait tout arranger... Alors, une nouvelle fois, elle plaça tout ses espoirs en lui, comme une lumière au bout du tunnel.

« Oh tu es un camarade de classe d’Aku ? Ravi de te rencontrer, tu peux m’appeler Atasuke ! »

« Désolé, comme tu peux le voir Aku-chan ne se sent pas très bien, je lui fais prendre l’air pour que ça passe. »


L'étreinte glacée du garçon se ressera sur la jeune fille, la faisant frissonner de nouveau. Le représentant des élèves, quand à lui, avait une expression impossible à discerner clairement. On pouvait y voir une étrange gêne, comme si il n'était pas à sa place, mais l'inquiétude et l'intérêt qu'il avait porté à la scène n'avait pas disparu de son visage. D'une manière ou d'une autre, il voulait tirer tout ça au clair. Et c'est pour cela, que de toute sa volonté, Akutoku plongea ses yeux implorant de l'aide dans ceux d'Hiroto Nakayama. Le garçon cligna des yeux, en ayant une difficultée visible à tenir le regard de la jeune fille. Il avait capté quelque chose, tandis qu'il redirigea son regard vers "Atasuke". Comme des détecteurs, il tenta de tirer le plus d'information possible de ses deux caméras inspectant le garçon avec attention.

« Ses yeux, son expression... Elle demande à l'aide. Elle ne connaît pas ce garçon. J'en suis sûr... Et pourtant... Pourtant, je n'arrive pas à bouger- »


Mais l'adolescent en uniforme de Nagatenjouki sursauta légèrement en voyant que sans crier le garde, le duo s'était mis à bouger. Bouger... Dans sa direction. Il fit un pas presque imperceptible en arrière, en avalant sa salive. Deux yeux déchirèrent comme des lames tout ce qui aurait pu être qualifié de "courage" dans le corps de Nakayama. Elle traversèrent sa boîte crânienne et le fit serrer des dents tellement ce genre de regard dans sa direction n'avait jamais encore été fait. C'était la première fois qu'il pouvait voir autant de volonté, de confiance en soi dans le regard du dénommé Atasuke.

C'était comme si son ennemi pouvait lire en lui, y lire la peur et la lâcheté. Il pouvait tout voir, ce qui amplifia une centaine de fois ses sentiments dans l'esprit de Nakayama. Quelque chose n'allait pas. Mais ce garçon n'était pas n'importe qui, pas un simple étudiant, pas un simple adolescent. Ça n'avait rien à voir avec ce qu'Hiroto connaissait des gens. Il savait que si jamais il allait faire une action risquée... Il allait en payer le prix fort. Car il n'allait en aucun cas lui laisser la moindre chance de tenter quoi que ce soit.

« Je crois qu’elle a mangé quelque chose de pas très frais, quelque chose comme un pain au melon par exemple~ »

Les pupilles de Nakayama se dilatèrent et se perdirent dans le lointain, tandis qu'il perdit totalement pied de tout ce qu'il pouvait appeler "contrôle". Ce garçon... Ce garçon était une racaille, une brute. Tandis que lui, aussi représentant des élèves qu'il était... Si il avait de l'autorité dans sa classe et dans son établissement... Ce n'était pas avec des mots et des phrases qu'il pouvait gagner ce combat. Appeler Judgment, appeler Anti-skill. Ça aurait sûrement été la meilleure solution. Le regard fuyant d'Akutoku se posa de nouveau sur son sauveur. Dirigée par l'assassin, elle le regarda tandis qu'ils passaient tout les deux, le regardant rester sur place à ne pas les regarder, à les laisser passer. Il semblait avoir abandonné toute résistance. Il arrêté de respirer, semblant essayer de disparaître de là où il était. Un brouillard noir s’immisça dans sa tête, tandis qu'il laissa le duo passer sur le côté sans bouger le petit doigt.

« Nakayama... Nakayama-san... »


Le visage d'Akutoku se baissa, tandis qu'elle se mit à se mordre les lèvres en se crispant, en regardant ses chaussures. En un sens, elle savait que ça aurait pu arriver. Après tout, le garçon qui la retenait était incroyablement fort et intelligent. Elle même n'avait pensé durant tout ce temps qu'à s'enfuir. Mais là... Là, elle ressentait de nouveau cette horrible sensation frôler ses épaules. La sensation de ne plus avoir aucune chance de sortir de ce cauchemar. L'adolescent la tira de l'autre côté, la dirigeant vers une autre ruelle. Qu'est ce qu'il allait bien pouvoir lui faire ? Aku avala de nouveau sa salive. Où est ce qu'il pouvait bien vouloir l’emmener ? Mais après avoir jeté un regard à gauche et à droite, la jeune fille remarqua que les gens qu'il pouvait y avoir autour avaient disparus. Il n'y avait plus qu'eux deux maintenant. Plus de foules, plus personnes. Plus qu'eux deux. Plus qu'elle.
Elle avança de quelques pas en titubant, tandis que l'emprise du garçon se détacha d'elle.

« Désolé pour ça, encore une ruelle. On ne devrait pas y rester aussi longtemps cette fois, cela dit. Ne bouge pas, si tu es sage je l’épargnerais. »

« ..."L'épargnerais" ? »


« Evidemment que tu allais nous suivre, t’es un type bien toi nan ? »


Encore toute engourdie, Aku se retourna doucement, et ouvrit de grand yeux en voyant qu'Hiroto était encore là. Ils les avaient suivit. Son regard était toujours difficile à discerner, mais il était là, avec sa main retenant sa cravate. Le coeur de la jeune fille se réchauffa encore une fois. Elle pouvait le sentir. Là, cette fois... Il allait le sauver. Hiroto... Hiroto allait tout arranger. Mais les bras du garçon s'écartèrent, l'un d'eux lui cachant une partie du garçon dans son champ de vision. Elle serra les dents, puis articula quelque chose avec sa gorge encore nouée, mais sa voix fut rapidement couverte par celle de l'adolescent.

« Na... Nakayama-san- ! »


« Dis mon pote, tu savais ? La signification du prénom Atasuke, est-ce que tu la connais ? »

Elle pouvait sentir d'ici les ondes négatives que l'adolescent émettait. C'était comme au moment où l'autre assassin au pistolet était entré en scène... Elle serra les poings, si il réutilisait son pouvoir... Et le pistolet, il était toujours dans sa possession d'ailleurs ! Si jamais il s'en servait... Oui, ça pouvait être terrible ! Elle tenta d'articuler de nouveau quelque chose, clouée sur place, mais le bruissement des vêtements du garçon devant elle l'interrompit. Déjà, il se préparait à agir.

« C’est : Celui qui écrase !!! »

Elle cria le nom de son camarade de classe, mais cette fois, plus fort encore, l'explosion d'air du pouvoir de l'adolescent retentit en brisant le silence du lieu, il fonçait dans la direction du garçon. Non, il n'y avait plus rien à faire... Elle devait faire quelque chose, réussir à bouger, réussir à courir, réussir à crier... Mais déjà, elle entendit un coup retentir dans l'air avec puissance. Elle plaça d'un geste rapide ses bras en croix pour se protéger du coup de vent qui fit voleter ses cheveux tout en fermant les yeux. Mais désormais, c'était le silence. Lentement, elle rouvrit les yeux et baissa les bras pour regarder le duo. Le poing de son agresseur était à quelques centimètres sur le côté gauche du visage de Nakayama, et on pouvait voir par les cheveux du délégué qui revenait dans leurs position initiale que la simple onde de choc du poing arrêté avait été assez pour le secouer.

« B... Bordel, c'était moins une. Encore un peu et ce type en avait finit avec moi... »


Hiroto fit quelques pas rapide en arrière, puis posa ses mains sur ses genoux en se baissant, fermant les yeux pour reprendre sa respiration après un petit soupire. L'agresseur d'Aku, en attendant, s'était remis en position lui aussi, visiblement troublé de ne pas avoir réussi à loger son coup. Oui, il semblait décidément perturbé, comme si quelque chose ne s'était pas du tout passé comme il l'avait calculé. Se décrispant, il se remit comme dans le combat contre Aku, à tenter d'attendre le prochain mouvement de son désormais adversaire, mais surtout, en tentant de comprendre pourquoi et comment celui-ci avait réussi à éviter. Il semblait cependant prêt à pouvoir attaquer à n'importe quel moment. On aurait pu le comparer à une genre de bête sauvage dans une cage, rien que son regard suffit de nouveau à faire frissonner Nakayama quand il le croisa une fois s'être redressé.
                             
« Ouah... Hhh... Purée, t'es du genre explosif hein... Ouah... J'ai vraiment cru que j'allais y passer, hhh... C'est marrant, que tu ai dis ça au fait... Tu sais... Sur ton nom... »

Le représentant des élèves, encore un peu tremblotant comme un lâche, se remit totalement droit et réajusta sa cravate en tentant de toiser le regard du garçon du regard, sans vraiment y parvenir complètement, mais tentant de garder un espèce de faux sourire de gagnant.

« Je m'appelle Hiroto... Ça s'écrit avec les kanjis pour "grand" et "commander". C'est une sacré coïncidence, hein ? Hh... Mon père est du genre en haut de l'échelle. Il travaille dans l'agroalimentaire au niveau mondial. Et hum... Je suis pas du genre sportif. »

« S... Sale petit connard... Bordel... Tout se passait si bien avant que t’arrive... J'avais presque réussi à tout gagner... J'ai des notes en dessous de tout... Je suis dans les pires élèves en matière de résultat... Et pourtant, j'ai réussi à gagner tellement de notoriété dans l'établissement, j'ai même réussi à devenir délégué... J'ai du mentir pour monter là où je suis, mentir pour que tout le monde m'aime... Et maintenant, j'allais presque réussir à pouvoir sortir avec cette fille... Et il a fallu que tu te mettes devant mon chemin, que tu gâches tout, bon sang ! »


« Nakayama-san... Il a utilisé son pouvoir ? Alors c'est vrai, il compte me sauver... Tout va s'arranger... Tout va s'arranger ! »


« Ne t'inquiète pas, Reitoko-san... Je... Je vais m'en occuper ! Je ne sais pas ce qu'il t'as fait, mais je vais m'occuper de lui ! »

Presque sur le point de pleurer de nouveau, la jeune fille passa son avant bras sur ses yeux comme pour essuyer des larmes. Le voilà, l'espoir dont elle avait besoin pour ne pas abandonner. De nouveau en y mettant tout son coeur, la jeune fille pris une inspiration en regardant vers son délégué en qui elle plaçait tout ses espoirs, en l'encourageant dans sa tête. Nakayama, quand à lui, fit quelques pas de nouveau sur le côté gauche, là ou le poing de l'agresseur l'avait frôlé.

« Tu... Tu peux le faire, Nakayama-san ! »


« Tout ses types dans ma classe... Je m'en fout complètement, mais elle... Toute les filles m'appartiennent, bordel ! J'arrive pas à croire qu'un looser comme toi te sois mis sur mon chemin... Je mettais même mis à trouver le chemin que prenait Aku pour rentrer chez elle pour pouvoir la trouver sur mon chemin... Mais toi... Même moi qui suis un faible, tu restes du menu fretin, ouais... Un putain de délinquant, c'est sûrement ce que tu es. C'était quoi, ce pouvoir ridicule, de toute façon... Purée, même si je ne suis pas très fort en combat... Tant qu'il comprendra que je suis plus fort que lui, ouais, il ne pourra rien faire. Je vais lui foutre une rouste... Et Reitoko-chan sera dans ma poche ! Comme les autres ! »
       

« Tu savais que tout les mouvements du corps sont commandés par des impulsions électriques ? Ouais, tu dois sûrement le savoir... Enfin bref, la somme de ses connexions et de ses liaisons dans tout le corps... C'est un peu comme un grand réseau de fils pour une marionnette. Si jamais quelque chose d'un tout petit plus puissant, quelque chose qui sonne un tout petit plus fort que ce que peut produire le corps se met à résonner en même temps... Alors c'est l'info qui sonne le plus fort qui est privilégiée par le corps. Un peu comme si quelqu'un tirait sur un fil invisible qui commandait ton corps alors que tu essayais de bouger, tu vois ? C'est le fil du marionnettiste qui gagne. »

L'agresseur d'Akutoku se crispa, visiblement, il était encore plus, bien plus, irrité que la première fois. Il n'y avait plus qu'une profonde haine et une volonté de meurtre dirigé vers le garçon en train de lui parler. Même si cependant, il n'y avait pas besoin d'être devin pour voir que dans la voix de l'autre garçon, il y avait un léger chevrotement, quelque chose de grinçant. De la peur. Pour quelqu'un qui cependant était un peu plus observateur, on pouvait voir que Nakayama ne s'était pas déjà battu et n'avait pas déjà été dans une telle situation. Son regard de menteur compulsif se reposa sur celui de l'adolescent, tandis qu'il n'avait toujours pas perdu son espèce de petit sourire de premier de la classe, le genre de ceux qu'on a envie de faire disparaître.

« Je veux dire, je suis un niveau 4 de chez Nagatenjouki... Je trouve ça juste incroyable, tout ses gens qui font comme si ils pouvaient avoir une chance de nous manquer de respect comme ça quoi... Pas vrai, Reitoko-chan ? C'est... C'est presque risible, quoi ! Enfin bref... »


« Que ce soit les miens ou ceux des autres, je peux tirer sur ses fils et faire à peu près ce que je veux du corps des gens. Enfin, en général je le l'utilise pas, mais là, si tu fais du mal à une de mes amies, une de mes camarades de classe... Je peux pas laisser ça impuni. »


Il tapota sur le micro cravate qui était pointé sur sa joue, il était visiblement allumé depuis un petit moment puisqu'on pouvait entendre le bruit de la pression sur celui-ci retentirent un peu plus fort et grave tout autour, ce qui fit fermer un oeil à Aku qui se retenait le poignet.

« Arrête de bouger, maintenant ! »


Comme le bruit insupportable d'une radio grésillante, le son émit par le micro du garçon retentit dans le corps tout entier de l'adolescent devant Akutoku, s'insuffla dans les moindres recoins de ses muscles. Mais ce n'était pas vraiment comme si l'esprit du garçon ne lui appartenait plus. A vrai dire, il était toujours parfaitement conscient, rien ne l'entravait réellement dans sa tête. C'était comme si rien n'avait changé. Mais le seul ordre de Nakayama avait réussit à faire stopper son cerveau, comme si de multiples bras invisibles s'étaient entourés autour de ses membres. La résistance face à un tel pouvoir ne semblait pas une mince affaire, c'était quelque chose qui semblait à la fois télépathique et télékinétique. Quelque chose de pervers, le pouvoir d'un manipulateur. L'adolescent était toujours dans son corps, mais ses mouvements ne lui appartenaient plus.

« Et voilà... C'est finis... Maintenant, je vais le mettre à terre et en tirer toute la gloire... Ouais, c'est comme ça que ça devrait se passer ! Tant qu'il ne remarquera pas que je n'peux pas bloquer son pouvoir... Bordel, pas besoin de penser à ça. ...Tu n'aurais pas du te trouver là, c'est tout ! »
     

Le représentant des élèves fit quelques pas mesurés en direction du garçon, semblant avoir une totale confiance en le fait qu'il ne poserait plus aucun problème, même si il frissonnait toujours, visiblement en ayant cependant encore des difficultés à croire que son pouvoir avait réussit à faire fi de son adversaire aussi vite. Avec une certaine appréhension, il tenta d'avancer vers Akutoku en lui passant à côté comme si il n'était qu'un simple élément du décor. L'adolescente aux cheveux bleus, quand à elle, serrait toujours son poignet dans sa main. Elle aussi avait du mal à imaginer qu'elle était enfin hors de danger. Cependant, une pensée, encore plus forte que les autres, résonna dans sa tête à elle en débloquant ses muscles. Son cauchemar était enfin terminé. Elle allait pouvoir rentrer chez elle, et tout ça grâce à Nakayama-san. Quelle chance de l'avoir croisé.

« C'est... C'est finis ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski



Messages : 118
Date d'inscription : 22/05/2016
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Aujourd'hui à 0:28

Haruhiro s’était projeté en avant mais pas aussi rapidement que dans la ruelle précédente. Là son pouvoir lui avait fait  faire comme un saut en longueur, dans la direction du petit héro qui venait interférer. Son pied gauche se posa à quelques dizaines de centimètres de la position de Nakayama et, profitant de l’élan de son corps, l’assassin lui administra la plus belle droite de la journée. Enfin il aurait dû. Son poing n’atteignit pas le visage de l’adolescent, il frappa dans l’air, juste à côté. Haruhiro ne compris pas pourquoi il avait raté et manqua sous l’effet de la stupeur de renter dans son adversaire. Il s’immobilisa en stoppant son avancée avec son pied droit, déjà prêt à s’éloigner du garçon en se propulsant en sens inverse.

[ Hein ? ]

Nakayama se recula cependant tout seul et posa ses mains sur ses genoux l’air essoufflé, come si il venait de parcourir une longue distance en courant.

Haruhiro s’apprêtait à attaquer de nouveau le gringalet mais une vois dans sa tête l’en empêcha, il avait déjà été trop imprudent et il était hors de question de se faire avoir par le pouvoir de ce… type. Car oui, l’adolescent en était maintenant persuadé, son adversaire était un esper. Personne n’aurait pu réagir assez rapidement pour éviter l’un de ses coups, sauf en utilisant un pouvoir.

« Ouah... Hhh... Purée, t'es du genre explosif hein... Ouah... J'ai vraiment cru que j'allais y passer, hhh... C'est marrant, que tu ai dis ça au fait... Tu sais... Sur ton nom... »

Le jeune assassin posa un regard condescendant sur son adversaire. [ Ce type…. ]

« Je m'appelle Hiroto... Ça s'écrit avec les kanjis pour "grand" et "commander". C'est une sacré coïncidence, hein ? Hh... Mon père est du genre en haut de l'échelle. Il travaille dans l'agroalimentaire au niveau mondial. Et hum... Je suis pas du genre sportif. »

[… il me les brise. ]


« Hiroto » Nakayama s’adressa directement à Akutoku, derrière Haruhiro, il tentait de la rassurer apparemment.

« Ne t'inquiète pas, Reitoko-san... Je... Je vais m'en occuper ! Je ne sais pas ce qu'il t'as fait, mais je vais m'occuper de lui ! »


« Hooo... tu veux jouer au hé- »


« Tu savais que tout les mouvements du corps sont commandés par des impulsions électriques ? Ouais, tu dois sûrement le savoir... Enfin bref, la somme de ses connexions et de ses liaisons dans tout le corps... C'est un peu comme un grand réseau de fils pour une marionnette. Si jamais quelque chose d'un tout petit plus puissant, quelque chose qui sonne un tout petit plus fort que ce que peut produire le corps se met à résonner en même temps... Alors c'est l'info qui sonne le plus fort qui est privilégiée par le corps. Un peu comme si quelqu'un tirait sur un fil invisible qui commandait ton corps alors que tu essayais de bouger, tu vois ? C'est le fil du marionnettiste qui gagne. »

Haruhiro serra les dents d’un air rageur. Ce gars l’ignorait, purement et simplement. Il se força tout de même à se calmer et à assimiler ce que déblatérait cette bouche déplaisante.

« Je vois. Alors « Marionettiste », dis moi, est-ce que t- »

« Je veux dire, je suis un niveau 4 de chez Nagatenjouki... Je trouve ça juste incroyable, tout ses gens qui font comme si ils pouvaient avoir une chance de nous manquer de respect comme ça quoi... Pas vrai, Reitoko-chan ? C'est... C'est presque risible, quoi ! Enfin bref... »

L’assassin sentit sa rage prendre le dessus, comme un bête cherchant à se déchainer avec violence qui était sur le point de se libérer, c’était ce qu’il était. Mais une fois de plus, il garda le contrôle. Sans quitter le petit prétentieux des yeux, il expira bruyamment, ne prenant pas la peine de cacher son envie de réduire en miette l’adolescent.

« Que ce soit les miens ou ceux des autres, je peux tirer sur ses fils et faire à peu près ce que je veux du corps des gens. Enfin, en général je le l'utilise pas, mais là, si tu fais du mal à une de mes amies, une de mes camarades de classe... Je peux pas laisser ça impuni. »

Après avoir tapoté sur son micro, il ordonna subitement : « Arrête de bouger, maintenant ! »

« Qu’est ce que c’est que cette blague, je vais t- »


Les pensées de Haruhiro s’arrêtèrent soudain. Il ne parvenait pas à bouger. Pas même un petit peu, son corps était figé, complètement immobilisé. C’était… étrange, il ne pouvait plus bouger. Il ne pouvait rien faire. La bête était sous contrôle.

Dans la tête de l’adolescent, tout allait à cent à l’heure, il semblait qu’il ne pouvait même pas bouger les yeux, ni fermer ses paupières. Chaque parcelle de son corps était purement et simplement bloquée. C’était comme si Haruhiro se trouvait dans une pièce toute noire, vide et sans lumière où ne voyait rien. C’était comme si des centaines de fils le maintenaient immobile, reliés aux murs, sol et plafond de la pièce noire. Les fils du marionnettiste. Le jeune assassin commença à ressentir quelque chose. Un sentiment qu’il avait oublié, qu’il était incapable de ressentir. L’angoisse. La peur. Voilà, c’était ça. La peur. Ce sentiment horrible qu’il avait banni. Et pourtant, il avait peur. Parce qu’il était impuissant, qu’il ne pouvait pas faire le moindre mouvement. Parce qu’il ne pouvait rien faire.

La bête remua. Rien ? Comment ça, RIEN ? Haruhiro sentit la rage effacer sa peur, comme si une voix s’était mise à hurler dans son esprit pour chasser tout le reste.

Haruhiro fut ramené à la réalité et vit l’adolescent qui lui avait fait subir encore une fois la peur passer juste à côté de lui. Il sentit son esprit vibrer. Hiroto le commandant allait payer très cher les affreuses secondes qu’il lui avait fait subir.

Alors que l’adolescent avait rejoint Akutoku, quelques pas derrière Haruhiro, l’esper aux cheveux bruns laissa la rage prendre le dessus. Une unique pensée se forma dans son esprit « Je vais te détruire… »

L’air entourant Haruhiro fut comme attiré par lui, tout autour de lui, contre lui l’air affluait, comme pour l’envelopper, lentement, seconde par seconde, l’air était attiré, compressé. Dans chaque pli de son vêtement, contre chaque parcelle de sa peau. Puis la moitié de cet air explosa, une multitude de compressions venaient d’être relâchées. Brusquement, Haruhiro pivota sur la gauche, la jambe droite tendue. Tout avait été calculé avec la plus grande précision possible. La distance, le poids, la résistance, le timing. Alors que Hiroto disait quelque chose à Akutoku, face à elle, le pied de Haruhiro le balaya littéralement. Sa chaussure entra en contact avec le côté droit du visage de l’adolescent et le projeta avec violence sur la gauche. Hiroto retomba pas moins de deux mètres cinquante plus loin, en s’écrasant sur le sol come un vulgaire sac de patates. A la seconde où le pied de l’assassin avait atteint la tête de l’étudiant de Nagatenjouki, Haruhiro se sentit libéré des fils, il pouvait de nouveau bouger.

Il vit Akutoku écarquiller les yeux et prendre une fois de plus cet air terrifié alors que son sauveur décollait du sol. Les multiples propulsions calculées par Haruhiro lui avaient plus ou moins permis de contrôler son corps sans utiliser ses muscles paralysés. L’élan ainsi récupéré le précipitait cependant vers le sol. Il replia son genou droit de façon à ce qu’il soit devant lui, le plus proche du sol et calcula une compression contre ce dernier. La détente de l’air fut assez puissante pour le redresser et également pour déchirer son pantalon au niveau du genou. L’adolescent était debout, la tête baissée, juste à sa droite, Akutoku se laissa glisser le long du mur, plus terrifiée que jamais. Haruhiro posa sa main gauche sur son visage, les doigts crispés puis sa main droite contre le mur, environ un mètre au dessus de la tête de la jeune fille aux cheveux bleus.

« Tu sais pourquoi je suis le numéro 1 de cette foutue agence, pourquoi j’ai une certaine réputation ? Ce n’est pas seulement parce que je remplis tous mes contrats sans faute... »


Il parlait d’une toute petite voix chevrotante, mais ce qui faisait trembler sa voix n’était pas la peur, mais la colère. Soudainement, la surface du mur explosa et fut réduite en miette autour de la main de l’adolescent. De la poussière et de petits débris du mur se déversèrent sur Akutoku tandis que Haruhiro s’éloignait lentement dans la direction de celui qui avait fait renaitre chez lui le sentiment de peur.

« Voilà pourquoi. »

La jeune fille leva la tête et regarda l’endroit où se trouvait la main de l’assassin l’instant avant l’explosion d’air. A la place de la surface place du mur de la ruelle se trouvait un petit cratère de cinq centimètres de profondeur en son centre.

Oui, Haruhiro n’était pas uniquement craint pour ses compétences d’assassinat, mais également pour la puissance qu’il pouvait délivrer avec son pouvoir. C’était comme si il était parfois à la frontière entre le niveau 3 et le niveau 4, les compressions qu’il était capable de réaliser augmentaient en puissance jusqu’à parvenir à endommager la surface d’un mur fragilisé par le poids des années.

Nakayama le regardait maintenant avec des yeux apeurés, il avait bien vu ce que « Atasuke » avait fait au mur, et son micro était hors d’usage. Haruhiro s’avançait en le fixant avec des yeux terrifiants, le genre de regard qu’on évite de croiser en temps normal.

« Hiroto, le « marionnettiste », tu m’as fait quelque chose de vraiment pas sympa. » Dit-il finalement de sa voix calme et posée. Il posa sa main droite sur le front de jeune homme puis continua d’une voix un peu plus rauque. « Tu es un puissant esper, je dois l’avouer. Un vrai level 4 de Nagatenjouki. Maintenant dis moi, qu’est-ce qu’il se passerait si je faisais la même chose qu’au mur, ici et tout de suite ? »

Le visage du garçon devint livide, l’effet que recherchait Haruhiro était parfaitement réussi. La peur. Ce qu’il avait subit quelques instants plus tôt l’avait très certainement secoué, et rendu fou de rage accessoirement. Mais il avait gardé son calme, le retour à la réalité ayant finit par lui rappeler la raison de sa venue dans le district 7.

Lorsque le jeune assassin posa de nouveau son regard sur son « adversaire », ce dernier était tombé dans les pommes. Bon, ça c’était fait, cet enfoiré ne risquait pas de venir le gêner d’avantage comme ça. Cependant, du bruit se fit entendre à l’entrée de la ruelle. Judgement était arrivé. L’adolescente désignait son brassard en criant le speech habituel du groupe de la cité scolaire.

Haruhiro se leva et, sans se retourner, s’adressa à Akutoku.

« Encore une fois, il va falloir que tu fasses ton choix. Mais tu sais désormais de quoi il s’agit. J’espère pour toi que tu as bien repris tes esprits maintenant. Tu peux aller avec cette recrue de Judgement ou bien tu me suis. En revanche, ni Judgement ni Anti-Skill ne sera en mesure de te protéger des assassins du Dark Side, ça je peux te l’affirmer. »

Il se tourna légèrement sur la droite, de façon à ce que la jeune fille puisse voir que son camarade de classe était juste évanouit et non mort et posa son regard sur la princesse des glaces, toujours adossée au mur, en dessous du cratère dans le mur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akutoku Reitōko



Messages : 146
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 17
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Aujourd'hui à 1:31


« Et voilà, c'était facile. C'est toujours comme cela que ça se passe, de toute façon. Je n'y peut rien, si je suis un gagnant. Mauvaise personne, bonne personne, tout ça, ça n'existe pas. Il faut avoir du talent pour réussir. On naît avec ou sans. Ce type ne l'avait pas, moi oui. Game over. »


« Oui c'est ça, force comme tu peux. Une fois que j'ai donné mon ordre de blocage total, il va continuer à se répercuter dans ton corps. Ça va être la seule et unique information électrique qui pourra y passer. Avec un peu de chance, tes muscles font finir par se vider totalement de leurs énergies motrices et tu vas t'écrouler au sol. Ce n'est pas comme si j'allais me salir les mains à poser mes doigts sur toi... Ahah, c'est si facile... »


Nakayama Hiroto s'arrêta devant Akutoku et ferma les yeux en souriant, les mains enfournées dans ses poches. Il ne craignait plus du tout l'adversaire bloqué dans son dos, finalement. Il pouvait presque sentir les commandes que lui même tentait de donner à son corps, qui luttaient de façon inégale face à l'écho de l'ordre du pouvoir Marionette. Car le pouvoir d'Hiroto n'avait rien de télékinétique. C'était bien un pouvoir télépathique. Le tout de la technique de son utilisation résidait dans le fait qu'on pouvait le confondre avec un pouvoir bloquant physiquement la cible. Si c'était le cas, alors l'agresseur n'aurait pas pu bouger, en effet. Il aurait été incapable d'être déplacé. Mais ce pouvoir était télépathique, donc il agissait dans le corps de l'adolescent et pas sur les alentours. Si une vague l'avait emportée, il aurait bougé tout de même par le mouvement de l'eau, au lieu d'être bloqué sur place par une force invisible.

« Reitoko-chan... Partons d'ici. »


« Maintenant, tu m'appartiens. »


Alors que la jeune fille inclina vivement la tête en inspirant par le nez de soulagement, et qu'elle avança une main vers celle tendue par son délégué souriant, l'air explosa devant elle, la faisant reculer contre son gré sur quelques mètres. Les bras devant elle de nouveau en croix, par réflexes, quand elle les releva, il n'y avait plus Hiroto. Elle se redressa pour le voir contre le mur de gauche, l'assassin l'ayant de nouveau à sa merci. Visiblement, le bluff de l'élève de Nagatenjouki n'avait pas porté ses fruits. Il avait déclenché son pouvoir... Et avait réussi à se défaire de l'emprise du pouvoir d'esper Marionette. Cet adolescent n'était pas n'importe qui. C'est à ce moment là, et à ce moment plus qu'à tout les autres, qu'Akutoku comprit que son agresseur était encore plus puissant qu'elle n'avait pu l'imaginer.

« Tu sais pourquoi je suis le numéro 1 de cette foutue agence, pourquoi j’ai une certaine réputation ? Ce n’est pas seulement parce que je remplis tous mes contrats sans faute... »


« Ce... Ce type... »


« C'est... Pas possible... Comment... »


« Voilà pourquoi. »


Le dos de la jeune fille entra en contact avec le mur froid derrière elle. Encore une fois, ses espoirs retombaient au sol, explosés en milliers de morceaux comme du verre cassé. Si même Nakayama n'avait pas réussit à la sortir de ce pétrin, alors personne ne le pouvait. Le représentant des élèves de la classe 1-A de Nagatenjouki posa son regard sur son épaule gauche. Son micro-cravate avait été réduit en bouillie par l'explosion. ça allait être impossible pour lui de couvrir le bruit des explosions d'airs du garçon. Donc, impossible de lui ordonner de nouveau si il se mettait en mouvement. Quand au fait de reprendre possession de son propre corps pour éviter une attaque éclair de son adversaire... C'était en quelque sorte son as dans la manche. maintenant qu'il était épuisé et dos au mur, ça lui était impossible.

« Je n'peux pas... Gagner... »


Tandis que la poussière se dissipa, les deux torches brunes réapparurent pour fixer Nakayama. Les yeux de bête sauvage remplies de haine et d'envie de meurtre. Des petits morceaux de gravas de poussière de béton tombèrent pèle mêle sur l'épaule d'Hiroto, totalement figé. Cette fois, Nakayama ne pourrait pas éviter son destin. Et son pouvoir de manipulateur ne lui était plus d'aucune utilité contre un adversaire comme ça... Ce n'était plus un humain contre qui il se battait... C'était lui qui avait fait cette erreur monumentale qu'il ne réalisa que maintenant... Il se battait contre un professionnel.

« Hiroto, le « marionnettiste », tu m’as fait quelque chose de vraiment pas sympa. »


Les yeux de Nakayama se posèrent sur le doigt à son front, tandis qu'une goutte de sueur perla sur sa tempe.

« Tu es un puissant esper, je dois l’avouer. Un vrai level 4 de Nagatenjouki. Maintenant dis moi, qu’est-ce qu’il se passerait si je faisais la même chose qu’au mur, ici et tout de suite ? »


« Na... Nakayama-san... S'il vous plait... Quelqu'un... N'importe qui... »


« Au nom de Judgment, arrêtez-vous ! Vous avez fait usage de pouvoir dans la voie publique et dans le but de faire du mal à autrui ! Cessez les hostilités !! »


Aku fit voler son regard en un instant vers la jeune fille au bout de la ruelle. Encore une fois, comme un miracle, la chance lui souriait au dernier moment. Cette fois... Oui, une membre de Judgment ! Si elle était déjà entrée en scène, ça voulait dire que bien plus de personne devaient déjà être au courant ! Peut-être que son agresseur avait réussi à avoir autant d'adversaire en un contre un... Mais si il devait se battre contre tout le système de sécurité de la Cité Scolaire, alors il n'avait aucune chance. Et ça pourrait être la même chose pour les assassins aux trousses d'Akutoku ! Si elle suivait Judgment et Anti-skill, alors elle pourrait tout leurs expliquer et se remettre hors de danger ! Mais dès que le mot "hors de danger" retentit dans sa tête, le visage de l'adolescent aux explosions apparu devant son regard à elle.

« Encore une fois, il va falloir que tu fasses ton choix. Mais tu sais désormais de quoi il s’agit. J’espère pour toi que tu as bien repris tes esprits maintenant. Tu peux aller avec cette recrue de Judgement ou bien tu me suis. En revanche, ni Judgement ni Anti-Skill ne sera en mesure de te protéger des assassins du Dark Side, ça je peux te l’affirmer. »


Aku se crispa et avala sa salive en regardant Nakayama, évanoui contre le mur réduit en charpie. Même si il avait le mérite d'être encore vivant, son agresseur ne semblait pas du tout assez épuisé, visiblement, pour ne pas pouvoir refaire la même chose. Sur cette fille de Judgment, et même peut-être sur elle si elle ne décidait pas de le suivre... Si il voyait qu'elle n'allait pas être enclin à continuer à se déplacer avec lui et qu'Akutoku décidait de ne plus lui parler, alors il allait sûrement décider de la tuer comme son contrat le lui ordonnait. Une nouvelle fois, l'étudiante se retrouva sur la balance ou un mauvais choix pouvait mettre un terme à sa vie. Elle n'était peut-être pas une génie. Peut-être pas une experte de la manipulation et du mensonge comme Hiroto. Même elle savait qu'il fallait faire le choix le plus honnête, et celui qui permettrait de sauver le plus de personne. C'était ce qu'elle avait choisit de faire.

« Si je refuse... Alors... Je n'aurais aucune chance d'être sûr qu'il laissera Nakayama-san vivant... Et il va peut-être même aussi attaquer cette fille de Judgment si on ne se déplace pas... Peut-être qu'ils vont mourir tout les deux et que sous la colère, il me tuera moi aussi... Je n'peux pas... Pas encore... C'était comme quand il me retenait dans la foule. Je n'peux pas me permettre de faire un choix risqué... Pour... Tout le monde... »


Des larmes se mirent à venir à ses yeux mi-clos tandis qu'elle leva légèrement la tête en se pinçant les lèvres, le visage toujours rouge à cause de toutes ses émotions. La voix tremblante et ses yeux implorant l'aide de son agresseur, elle réussit tout de même à articuler plusieurs mots en le fixant dans les yeux de toute sa détresse de jeune fille perdue et désespéré. Si personne ne pouvait la sauver à part lui, alors... Elle allait être obligé de risquer le tout pour le tout. Elle savait au moins une chose de tout cela... Si elle se mettait du côté du garçon aux explosions, alors elle pourrait peut-être l'empêcher d'attaquer d'autres gens.


« Si... S'il te plait... S'il te plait, sors-moi de ce cauchemar ! »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Aujourd'hui à 21:20

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le palais Sans-souci en Danger
» Grippe Porcine: Attention Danger!
» GANDHI caniche abricot 8 ans danger Lille (59) AVANT 31/10
» La démocratie est en danger
» [Love & Pets] Une démone en danger ( suite des ruelles ) [PV: Lucy & Jérémy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: En dehors du Rp :: To Aru no Alter World-
Sauter vers: