Bienvenue sur To aru majutsu no index rp, le forum rp basé sur To Aru Majutsu no Index et To aru Kagaku no Railgun.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 18
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Mer 1 Fév - 16:29

Les derniers débris du toit s'écrasèrent lentement au sol en s’effritant. La puissante attaque du deuxième assassin avait projetée Haruhiro loin sur le côté sans ménagement, l’ayant fait transpercés quelques objets pour aller s’écraser finalement plus loin sur sa route, arrachant un cri étouffé à Aku. La pauvre jeune fille, désemparée, tendit une main qu’elle retira aussitôt vers Haruhiro. Une avalanche de peur envahit son esprit et la fit frissonner. Déjà, Ishida avançait dans sa direction, près à agir.

«Ha… Haruhiro-kun ! N-Non ! … T-Tout le monde ! »


Nakamura Chō tenta avec difficultée de se retirer de la commode en bois sur laquelle elle avait été projetée. Elle posa ses deux mains à plat au sol le temps de se remettre les idées en places. Les pensées de toutes les personnes avec qui elle s’était lié télépathiquement lui traversèrent l’esprit comme un milier de flèches. Elle serra les dents et ferma les yeux en tremblant, tentant de se redresser avec difficultées, faisant tomber des petits morceaux de bois et de la poussière de ses vêtements. Elle leva lentement la tête en direction d’Horikawa, assis la tête baissée contre un mur d’une maison en briques un peu plus loin, les épaules arquées visiblement bien blessé mais encore conscient, puis tourna son regard sur la gauche pour détayer Haruhiro qui était encastré dans un mur, visiblement en mauvais état lui aussi. Mais son attention revint dès qu’elle repris totalement connaissance et que le bruit dans ses oreilles se tu, en direction d’Aku et du deuxième assassin, qui la tenait cette fois sous sa merci. Elle serra les dents, prête à utiliser son pouvoir au maximum, avant d’entendre une pensée qui lui fit baisser la main. Une volée de balle la fit presque sursauter, déchirant le mur à ses côtés tandis qu’elle se protegea avec ses deux bras.

« Ça ne tire pas des balles en caoutchouc comme les armes d’Anti-Skill, c’est un vrai fusil et je n’hésiterai pas à te transformer en passoire. »

« Maintenant je vais te demander de sortir de chez moi. »


{{ Le troisième… L’homme qui était dans l’appartement avec Haruhiro-kun… Donc, ils sont tous rassemblés... Horikawa, tu m’entends ? }}

{{ Hrrk… J’ai le droit de dire non ? Hhh… En tout cas, on a bien joué la montre…  }}

Le vent faisait battre la queue de cheval d’Akutoku, la tête tournée en direction de Manzo qui était apparu comme la dernière lumière du navire en perdition. Elle avala sa salive en regardant l’assassin près d’elle qui avait déjà tenté à plusieurs reprises de la tuer. Il était rapide, au moins aussi rapide qu’Haruhiro. Horikawa-san avait été balayé, Haru-kun projeté contre un mur, Chō semblait extrêmement mal en point… Même si Manzo était armé, la situation était encore extrêmement instable. Elle serra les poings en regardant l’assassin hésiter. Elle n’avait aucun endroit où s’enfuir, son ennemi le rattraperait. Et si jamais l’assassin réussissait à attaquer Manzo alors… Elle ferma les yeux et serra les dents. Ce n’était pas le moment de penser à ça.

{{ Ce n’est pas le moment de penser à ça, Reitoko-chan. Car les secours sont arrivés. }}

« T-Télépathie… »

Un bruit encore plus strident déchira l’atmosphère tendue, faisant tous se retourner en même chacune des personnes présente dans la zone. Tandis que le bruit sonna plus fort, plus haut, il arriva même à supplanter le bruit des battements de cœur de chacun des adolescents. Une dizaine de fourgons d’Anti-skills encadrèrent la zone, bloquant toute les sorties de la rue, ne laissant le temps ni à Manzo armé de son fusil mitrailleur ni à l’assassin de faire la moindre chose avant qu’une multitudes de membres de la police d’Academy City ne sortent des camions pour lever leurs armes dans leurs directions. Formant deux arcs de cercle refermant la zone, Les membres d’Anti-skills semblaient finalement ne pas avoir disparu. Grâce à l’action cumulé de Horikawa qui avait éloigné les skill-outs, de Chō usant de sa télépathie et des quatres membres d’anti-skills présents, les renforts avait rapidement pu rejoindre la zone.

« Pas un geste !!  au nom d'Anti-skill, vous êtes en état d'arrestation ! Ne faites pas de mouvements brusques ! »

« Baissez vos armes ! »


{{ C’est le moment ! }}

Nakamura se leva en un instant et ferma les connexions télépathiques qu’elle entretenait avec Akutoku et Horikawa. Il ne restait plus que trois liens invisibles la liant à Haruhiro, Ishida et Manzo qu’elle avait créée sur la volée une fois qu’ils étaient rassemblés. Elle ferma son esprit un instant, visualisant chacun des liens dans sa tête. Puis elle ouvrit grand les yeux, déchaînant sa voix dans leurs esprits à pleine puissance, usant de son fameux « Telepatic Stun Gun ». Une véritable explosion se déclencha dans la tête du trio, comme si Nakamura, directement dans leurs tête, criait avec un haut parleur un son qui resta pendant longtemps dans leurs crâne, continuant de s’intensifier comme un micro défaillant.

{{ AU NOM DE JUDGMENT, PLUS UN GESTE !!!! }}

Pendant que les deux assassins et Manzo étaient à terre, sonnée par l’attaque, Nakamura s’élança en réouvrant quelques blessures vers une bouteille d’eau qu’elle récupéra en chemin sans arrêter son dash. Elle referma les liens télépathiques qu’elle entretenait avec le trio et rouvrit ceux d’Aku et d’Horikawa, comme on aurait pu déclencher le bouton « appel » de deux téléphones. Elle ralentit finalement et projeta la bouteille ouverte en direction d’Ishida tandis qu’elle donnait son feu vert au garçon à lunettes en même temps qu'elle baissait son bras dans son lancé en cloche.

{{ Akutoku, Horikawa, Allez-y ! Kousuke-kun ! }}

« C’est la première fois que tu m’appelles par mon… Prénom !! »

Horikawa se détacha du mur et se mit à courir lui aussi en direction de l’appartemment de Manzo. Il retira sa veste à moitié déchirée et la projeta dans la direction de l’homme armé. Celle-ci, si elle parti après son lancé comme n’importe quel vêtement, elle se transforma en une véritable perceuse en vrillant dans l’air, déchiquetant un peu de sol sur son passage, avant qu’il ne désactive son pouvoir jusque au moment où sa veste s’était prise dans le visage de Manzo, lui bloquant la vision avant qu’il n’arrête d’être sous l’effet de l’attaque éclair de la télépathe. Le bruit de gravas se fit entendre tandis que Chō sauta dans la mêlée en assénant un énorme double jump kick à Manzo enroulé dans la veste, lui arrachant l’arme des mains avec le coup tout en le faisant crisser contre le sol sur quelques mètres, avant de le plaquer au sol en bloquant ses bras.

{{ Akutoku-chan à toi de jouer ! }}

« Mh ! »

Le regard soudain déterminé, elle inclina vivement la tête en prononçant son aprobation les larmes aux yeux, avant d’étendre son bras gauche vers Ishida, ouvrant sa paume dans sa direction tout en retenant son poignet de son autre main, comme si elle se préparait à utiliser son pouvoir. Elle le vit se relever difficilement après avoir été sonné par l’attaque de Nakamura, puis tourner son regard encore un peu désorienté dans la direction de la jeune fille qu’il avait tenté d’assassiner. Elle ouvra grand les yeux dans sa direction, puis cria avec autant de courage qu’elle pouvait donner grâce à l’action de tout ses alliés qui avait refait battre le sang dans ses tempes.

« Je ne te laissera pas me faire du mal ! Je ne te laissera pas faire du mal à mes amis ! Je ne te laissera pas faire du mal à Haruhiro !! »


Avant même qu’il n’est eut le temps de cligner des yeux, une énorme fleur de glace se forma sur Ishida à partir de l’eau renversée au sol, à ses pieds. Elle grandit comme une véritable plante autour de lui, étalant ses pétales tels des pointes dans toute les directions dans des petits « crk crk » sonores, tout en le clouant au sol dans cette immense gaine de glace. Haruhiro lui se leva un peu après Ishida, à cause de ses blessures multiples, se désencastrant du mur les mains sur ses oreilles comme si il s’attendait à ce qu’elles saigne de l’attaque de la télépathe. Il fit quelques pas désorienté en titubant, avant de lever la tête vers Aku et Ishida. Il put sentir une paume de main se poser horyzontalement sur son dos, tandis que ses cheveux voletait à cause d’une récente petite bourasque. Une vis roula au sol jusqu’à son pied gauche.

« C’est vrai que face à des adversaires comme vous deux, mon pouvoir n’est pas très utile. Contre des pouvoirs fait et entraînés pour tuer, tout le monde à tendance à imaginer que ceux qui prendraient rapidement l’avance sont ceux qui permettent de tuer la cible le plus rapidement. »

« Si je suis utile à Judgment, ce n’est pas juste parce que mon pouvoir est « fort ». C’est parce qu’il est « utilitaire ». Il m’est difficile de blesser rapidement quelqu’un, aussi de le tuer… Cependant, une fois que j’ai touché la plus grande menace, elle ne représente plus un danger. « Chuck Engine ». Au fait… Ça n’a pas besoin d’être un petit objet pour tourner. »


Après avoir été touché par Horikawa qui était dans son dos, Haruhiro se mit à légèrement se décaler sur la gauche sans qu’il ne puisse le contrôler. Il s’éleva très légèrement au dessus du sol tandis qu’il continuait à tourner dans les airs. La vitesse de sa rotation accéléra graduellement, puis devint linéaire tandis qu’il était ballotté comme dans une attraction folle de parc d’attraction, tournant et retournant sur lui-même la tête en bas à la manière d’une planète autour d’une étoile, au dessus d’Horikawa, Akutoku et Ishida pris dans la fleur de glace. Kousuke Horikawa réajusta ses lunettes d’un doigt en regardant Haruhiro.

« Tu peux toujours essayer d’utiliser ton pouvoir pour te projeter. Mais ça ne stoppera pas la rotation. Deux vecteurs contraire agissant en même temps dans deux direction différentes… Si tu ne veux pas être concassé, tu devrais rester où tu es. N’y vois rien de personnel, mais… »

« Eux… Eux deux… ! »

« … Mission… »

« … Accomplie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 18
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Jeu 2 Fév - 1:18

Avant même de comprendre ce qui se passait, Manzo se retrouva encerclé par une multitude d’hommes et de femmes en bleu, qui le tenaient en joue avec leurs fusils d’assaut.

« Heuuuuuuu… Hum.. bienvenue .. ? »

Étant tout sauf habitué à ce genre de situation, il voulu poser son fusil…. Mais lever les mains était peut-être mieux ? Oui mais sans tenir l’arme alors. Alors qu’il s’apprêtait à choisir quelle action faire en premier, sa tête fut comme soudainement secouée de l’intérieur, comme si un troupeau de rhinocéros lui piétinaient le cerveau en galopant. Perdant tout sens de l’équilibre, il tomba à genoux, une main sur la tête.

Haruhiro était inconscient, il se trouvait hors du monde extérieur bien à l’abri des dangers et de tout le reste. C’était comme si il flottait dans un espace complètement noir, vide et que tout autour de lui s’étendait l’infini. Il ne voyait rien, n’entendait rien, ne ressentait rien. Ni la douleur ni aucune chaleur ne lui parvenait plus. Mais soudain, quelque chose s’immisça dans son esprit, et dans son espace vide et calme également. Comme un genre de fumée, la chose alla partout, remplissant chaque recoin du vide infini dans lequel se trouvait l’adolescent. Et puis, d’un coup, le noir se changea en blanc et l’espace s’illumina brusquement. La fumée se changea en une multitude de couleurs vives qui bougeaient dans tous les sens. Non, pas vraiment des couleurs, c’était comme un son, surpuissant et strident qui résonnait dans sa tête, détruisant le calme dans lequel il baignait jusqu’alors.
L’adolescent ouvrit les yeux, sous le choc. Sa tête vibrait et il était confus. Bien qu’actuellement à quatre pattes, il n’arrivait pas à déterminer dans quelle position il se trouvait, était-t-il debout ? Le sol semblait trop proche pour que ça soit possible… Les deux mains sur la tête, il parvint à balayer la pièce du regard. Sa vision était floue et il ne percevait pas bien les formes mais il reconnu tout de même Ishida se roulant sur le sol devant lui, en braillant quelque chose que l’adolescent ne comprit pas. En regardant avec plus d’attention, Haruhiro distingua quelque chose de bleu, de bleu et flou. Ne parvenant pas à voir comme il le souhaitait, il posa une main au sol et se concentra dessus, tentant de se focaliser ses yeux sur ses doigts écartés pour obtenir une image nette de son environnement. En quelques secondes, sa vision s’améliora légèrement. Les sons commençaient également à lui revenir petit à petit mais comme des attaques sonores stridentes à ses oreilles. Quelque chose se passa autour de lui, ce qui le fit relever la tête, la vision toujours un peu floue. Une chose était tombée près d’Ishida, envoyant quelque chose de froid et humide tout autour.

« Je ne te laissera pas me faire du mal ! Je ne te laissera pas faire du mal à mes amis ! Je ne te laissera pas faire du mal à Haruhiro !! »


Les yeux du jeune assassin s’agrandirent, cette voix, c’était… ?

Il se releva péniblement et marcha comme il pouvait, de nouveaux sons lui parvenant aux oreilles. Lorsqu’il leva les yeux vers son rival, tout ce qu’il vit était une gigantesque fleur de glace qui enveloppait Ishida, derrière il distingua Akutoku le bras tendu et se tenant le poignet. Il entre-ouvrit la bouche mais ne dit rien. Quelque chose lui toucha le dos, il tourna sa tête pour voir Horikawa.

« C’est vrai que face à des adversaires comme vous deux, mon pouvoir n’est pas très utile. Contre des pouvoirs fait et entraînés pour tuer, tout le monde à tendance à imaginer que ceux qui prendraient rapidement l’avance sont ceux qui permettent de tuer la cible le plus rapidement. »

« Si je suis utile à Judgment, ce n’est pas juste parce que mon pouvoir est « fort ». C’est parce qu’il est « utilitaire ». Il m’est difficile de blesser rapidement quelqu’un, aussi de le tuer… Cependant, une fois que j’ai touché la plus grande menace, elle ne représente plus un danger. « Chuck Engine ». Au fait… Ça n’a pas besoin d’être un petit objet pour tourner. »


Avant de le réaliser, le monde tournait déjà autour de Haruhiro, sa vision était retournée, il ne comprenait pas et avait du mal à appréhender son environnement. L’adolescent aux lunettes lui disait quelque chose qu’il n’entendit pas clairement, déjà il commençait à perdre connaissance de nouveau. Sans oublier cette désagréable sensation de son bol de nouilles en train de remonter (ou redescendre, dans le cas présent). Ses oreilles captèrent une dernière chose avant que tout ne redevienne noir.

« … Mission… »

« … Accomplie. »

Manzo, quand à lui, n’avait strictement rien compris à ce qui lui était arrivé. D’abord cette… sensation dans sa tête, ensuite quelque chose lui avait violement recouvert le haut du corps, et enfin un choc dans le dos puis un poids sur le dos. Avant d’avoir pu dire le moindre mot, le bonhomme était maintenu au sol. Il se tortilla de toutes ses forces et parvint finalement à dégager sa tête de la veste qui la lui recouvrait, en la passant au travers d’un trou dans le tissu.

« Hmhgpf ! J’arrivais pas à respirer avec ce truc ! Et.. et.. ça sent horriblement mauvais la dessous ! » s’était-il plaint avec énergie avant d’apercevoir Ishida puis Haruhiro, tous deux désormais parfaitement sous contrôle. Dès lors, il n’avait plus dit un mot et s’était laissé mettre les menottes sans opposer la moindre résistance. Lorsqu’il passa devant Akutoku, encadré de deux membres d’Anti-Skill, il lui adressa seulement un petit sourire compatissant. La jeune fille avait vécu beaucoup de choses en peu de temps, il était maintenant temps que s’arrête, quelle puisse enfin sortir de ce cauchemar qui l’avait poursuivit pendant les longues heures de la journée. Son sourire voulait dire quelque chose comme « C’est bon maintenant, c’est terminé ne t’inquiètes pas. ». Mais ça n’était entièrement vrai pour autant, le « cauchemar » qui l’avait poursuivit n’était personne d’autre que Haruhiro et c’était exactement comme il l’avait dit, peu importe ce que feraient les forces de la Cité Scolaire, rien ni personne ne se mettait en travers du chemin du Dark Side. C’est pourquoi son sourire avait également une autre signification. « Encore un peu de courage, occupe-toi de lui, il te sortira de là pour de bon. », quelque chose comme ça.

Une fois monté dans le camion d’Anti-Skill, Manzo prit le temps de réfléchir à ce qui s’était passé durant cette soirée. Beaucoup trop d’événements en très peu de temps. Sa maison avait été détruite par un raid des deux organisations chargées de la protection dans la Cité Scolaire, un assassin connaissant Haruhiro avait fait son apparition et finalement, après des affrontements dans tous les sens, tout le monde s’en était plus ou moins sorti sain et sauf. Même si il était plus juste qu’ils pouvaient s’estimer heureux de s’en être tirés en un seul morceau. L’homme soupira de soulagement, en fin de compte ça ne se terminait pas si mal que çà, ça aurait pu être bien pire...

Quelque part, finir dans les locaux d’Anti-Skill allait leur apporter un peu de calme. Bien sûr, rien ne garantissait que cela dissuaderait les autres assassins visant Akutoku d’attaquer à leur tour mais c’était déjà quelque chose. Manzo regarda à travers la petite vitre rectangulaire en plexiglas du fourgon, dehors la nuit tombait après cette longue soirée mouvementée. Il se détendit un peu tandis qu’à l’extérieur, la pluie tomba enfin sur la rue libérant l’air de sa lourdeur.

A quelques centaines de mètres de là, sur le toit d’une habitation, une silhouette se redressa. La main gauche sur un fusil sniper posé verticalement la crosse en bas, elle observa les fourgons s’éloigner. Ses yeux presque dorés étaient la seule partie visible de son visage, le reste étant couvert par une capuche et un foulard. Après être restée un petit instant à regarder la rue sombre, la jeune fille partit en direction des escaliers et, son fusil calé sur l’épaule, disparu derrière la porte métallique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 18
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Dim 5 Fév - 2:26

« ...Donc, c'est finis. »

« On dirait bien... Et je dirais même que c'est pas trop ! Bon sang, quelle sacré embrouille. »

L'infirmière termina d'enrouler le bandage autour du front de Horikawa, qui grognait un peu en remettant enfin ses lunettes après avoir passé un chiffon sur les verres. Aussitôt qu’il les posa sur son nez il cligna des yeux en entendant ce que l’infirmière lui disait. Il se leva en un éclair, ce qui fit pivoter légèrement Nakamura. Elle se leva, posant ses mains sur l’embrasure de la porte pour y passer la tête. Ishika, avec quelques bandages sauta dans les bras d’Horikawa, se serrant contre lui. Chō souria légèrement en fermant les yeux, rerentrant la tête dans la salle en s’adossant au mur près de la porte, les mains dans son dos. Tout est bien qui finit bien ? Elle ouvra les yeux, son regard semblant se perdre en direction du sol, son sourire s’effaçant doucement.

« …Hoy, Reitōko-chan. »

La jeune fille aux cheveux bleus assise sur une banquette, un petit pansement sur le nez se leva en trombe en fonçant vers la télépathe de Judgment, le visage plein d’interrogations, les joues un peu rouges. Si le pansement ne servait vraiment qu’à être là, Nakamura Chō savait que la jeune fille était encore secouée. Même si elle se prouvait être vraiment résistante. Après tout ce qui lui était arrivé, elle aurait simplement pu se jeter dans un lit de l’office d’Anti-Skill et y rester. Mais elle avait décidée de rester près de la salle d’interrogatoire, attendant de savoir ce qui avait été décidé pour Haruhiro, Manzo et l’autre assassin. Nakamura soupira légèrement, laissant les membres d’Anti-Skill sortire derrière elle.

« A-… Alors ? Qu’est ce qu’il va lui arriver ? Il va sortir… Ils vont le laisser sortir, n’est-ce pas, Nakamura sempai ? »

« Cet homme… Manzo… Anti-Skill n’a rien de sérieux contre lui. Il va rester encore un moment ici, parce qu’il possédait une arme à feu. Mais ça ne devrait pas s’aggraver, normalement. Surtout qu’ils n’arrivent pas à le lier avec des dangereux groupes de Skill-Out. »

« Et Huumm… »

« Hm ! Et Haruhiro-san ? Et l’autre garçon ? Qu’est ce qu’il va se passer pour Haruhiro-san ? »

Chō se massa la nuque en détournant le regard vers le mur de gauche,s’affaissant un peu plus sur elle-même, sentant le regard remplie d’innocence de la jeune étudiante sur elle, ses petits poings serrés et levés en attendant la réponse. Non, il n’y avait pas que son regard. Même ses pensées étaient beaucoup trop optimistes. Nakamura se mordit la lèvre inférieur en tripotant un peu sa casquette, ayant visiblement du mal à cracher la vérité au visage de la jeune fille, cette difficulté ne semblant pas venir des multiples bandages dont elle était elle aussi affublée.

« Ils sont humm… Apparemment, ils ont d’autres choses à leurs reprocher… A tout les deux… Et leurs pouvoir ont été utilisés à mauvais escient ou je ne sais pas… De plus, comme ils avaient des armes, qu’Haruhiro-kun à essayé de te faire du mal comme c’était la cible prioritaire, que l’autre garçon à essayé de te faire du mal aussi… »

« …Ils vont être envoyés au Reformatory, c’est un… Centre de détention pour esper dangereux. C’est une décision qui vient de plus haut que la juridiction d’Anti-Skill, je crois. En tout cas, c’est ce que j’ai pu comprendre en utilisant ma télépathie. Ils m’ont dit qu’ils avaient des preuves contre eux, mais je n’ai rien trouvé dans leurs têtes. A part quelque chose de dangereux et de grouillant… Des idées qui visiblement étaient misent en liaison avec eux deux. Ils vont être envoyés… Dès maintenant, dans douzes minutes, par un convoi que j’accompagnerais. Je n’ai aucune idée de pourquoi ils le font aussi vite. »

«Quoi… Non ! Mais… Nakamura-san ! Je… Je t’avais dit que ce n’était pas le seul méchant dans cette histoire ! C’est bien plus compliqué ! Et il y avait tout ses assassins et… »

La télépathe réajusta pour la dernière fois sa casquette et réconforta Aku en lui disant que le séjour d’Haruhiro n’allait peut-être pas s’éterniser, que peut-être des scientifiques allait lui proposer de signer pour des expériences et qu’il serait relâché, que dans tout les cas sans des preuves concrètes il allait peut-être être sorti plus tôt. Cependant, elle ne croyait à rien de tout cela. Tout ça était très étrange, et pas seulement la façon dont Anti-Skill réagissait. « Dark Side ». Ce mot continuait à enfler derrière Nakamura-san, comme une ombre dans un coin, invisible, mais bien là. C’était une idée qui était revenue toute la soirée depuis que Chō avait rencontré Aku. Et visiblement, cette ombre ne voulait pas s’évanouir.

« Il faut qu’il le sorte de là ! Nakamura-san, avec ta télépathie, tu pourrais leurs dire… Ce que tu as vu et… Ils te croiront donc… Haruhiro n’est pas le vrai méchant, sempai ! »

« …Aku-chan… J’essayerais d’arranger les choses, ne t’inquiètes pas. Je te l’ai dit, non ? Tout va s’arranger. Mais il y a beaucoup de zones d’ombre. La meilleure façon d’en comprendre plus sur cette histoire c’est d’isoler nos sources d’informations et réfléchir sur tout ça dans le calme. »

{{ Non… C’est la pire chose à faire. Ils isolent le duo pour m’empêcher de chercher des informations, ils ont même refusés que je les voit en personne. Ils veulent éloigner des preuves, ou peut-être pire.  Je n’aurais qu’une occasion d’en savoir plus, ce sera dans le fourgon.  Je dois le contacter, il faut que je le mettes au courant de la situation… Même si j’aurais aimé le faire ici, je dois absolument être dans ce fourgon pour fouiller dans leurs esprits. }}

Des membres d’Anti-Skill vinrent enfin récupèrer Akutoku pour l’interroger, après qu’Haruhiro et Ishida furent sorties des salles d’interrogatoires, séparéments, avec des menottes aux poignets. Nakamura rentra dans la salle où se trouvait encore Horikawa et Ishika-chan, prenant son manteau pour l’enfiler sur ses épaules. Elle attrapa son téléphone et le plaça dans sa poche en soufflant légèrement. Tout ça n’était vraiment pas clair. Il se passait quelque chose de très mauvais, et il fallait qu’elle en apprenne plus avant que ça empire encore plus.

« Chō ? Qu’est ce que tu fais ? Tu t’en vas ? Mais Anti-Skill à encore besoin de nous, et il va bientôt arriver, je croyais que tu allais l’attendre là ? »

«C’est Nakamura pour toi, Horikawa-kun. Et je prends la direction du Reformatory avec Anti-Skill, j’accompagne le fourgon. Il n’aura qu’a m’appeler, dis-le lui quand il arrivera ici. Et fait en sorte que quelqu’un accompagne Aku-chan chez elle comme je te l’avais dit. »

«A-… Attends quoi ? Tu prends aussi le fourgon pour le Reformatory ? Je croyais que l’on était pas autorisé à y aller ? Et tu n’es pas encore totalement remise de tes blessures ! »

« Je suis télépathe, Horikawa-kun. C’est difficile de me cacher quoi que ce soit, et de l’aide pour les surveiller ne leurs sera pas de trop. En ce qui concerne mes blessures, je ne compte pas me remettre à sauter du premier étage pour un nouveau jump kick. »

Nakamura Chō ferma la porte derrière elle pour aller jusqu’au parking. Elle se mit en marche avec le duo d’Ant-Skill armés qui allaient conduire le fourgon. Elle leva un regard dans le ciel d’un noir profond du dehors. Il ne s’était passé que deux heures entre le moment de l’interpellation des deux trouble-fêtes et le moment où on les emmenaient en détention. Tout cela semblait beaucoup trop précipité. Tout d’un coup, le regard de Chō se posa sur les espèces de masques buccales high-tech sur la bouche d’Haruhiro et Ishida. Visiblement, c’était des dispositifs pour les empêcher de parler, comme si ils étaient baillonés.

« Qu’est ce que c’est que ça ? Pourquoi ils sont baillonés, au juste ? On ne m’a pas dit qu’ils devraient être baillonés ! »

« Simple mesure de sécurité. Mais on est pas informés des détails. Enfin, c’est dans le document, nous on doit juste les emmener. »

Nakamura entra dans le fourgon blindé en grognant, laissant les membres d’Anti-Skill accrocher les menottes du duo aux bancs intérieurs avant de fermer la porte. La télépathe s’assis sur la place au fond du fourgon, en direction de la cabine des conducteurs, entre les deux banquettes. Haruhiro et Ishida avaient été placés l’un vers l’autre. Apparemment, c’était la première fois depuis l’interpellation qu’ils avaient été confrontés physiquement de nouveau. Mais baillonés de façon à ce qu’aucun son ne sortent de leurs bouches, et enchaînés aux poignets et aux pieds au fourgon, tout cela semblait être des mesures bien trop importantes même pour eux deux.

« Tsssk, tout ça n’est pas normal. J’imagine que vous ne verrez pas d’inconvénients à ce que je farfouille un peu dans vos têtes. »

Les têtes des deux garçons se tournèrent légèrement vers Nakamura. Un peu avancée en avant, elle attendit quelques secondes en tapotant du doigt sur sa joue une réponse orale négative, puis se redressa.

« Bon et bien si ça vous va, c’est parfait. »


Quarante minutes plus tard


Nakamura Chō avait énormément de mal à mettre en forme tout ce qu’elle avait récupéré des pensées confuses du duo. Haruhiro avait sacrément été malmené lui aussi, et même si il avait eu le temps de récupéré, lui et Ishida avaient, pour une raison qui lui échappait, l’esprit très tourmenté. Très difficile pour elle d’en apprendre beaucoup, mais elle réussit à connaître la raison pour laquelle ils avaient tentés d’assassiner Akutoku. C’était bien ce qu’elle pensait. Des assassins, des chasseurs de tête. Ils avaient été payés, on leur avait donné un avis de recherche pour la tête de la jeune fille. Mais pourquoi ?

Qu’est ce qui pouvait avoir donner envie de tuer Aku, alors qu’elle devait sûrement être la plus innocente de toutes les gamines de cette ville ? Chō détourna la tête vers les barreaux derrière sa nuque lui montrant les membres d’Anti-Skill conduire le fourgon. Ce qui était sûr, c’est qu’elle n’allait rien apprendre de plus en restant ici, ces deux garçon, s’était dur d’en tirer quoi que ce soit. Nakamura aussi devait avouer qu’utiliser sa télépathie commençait à l’éprouver énormément, elle avait surestimé son endurance. Soudain, elle sentit le véhicule ralentir lentement, puis s’arrêter en plein milieu du pont menant au district 10. Elle souleva la tête vers les barreaux pour interpeller les conducteurs.

« Pourquoi est-ce que vous vous êtes arrêtés ? Nous ne sommes pas encore à l’installation ! »

L’un des membres d’Anti-Skill lui montra du doigt le rétroviseur où on pouvait voir un autre fourgon derrière le leurs avec une lumière rouge clignotante dans la direction de leur véhicule à eux.

« C’est un signal d’arrêt d’Anti-Skill. Visiblement, ils nous demande de nous stopper, ce doit être une autre branche d’Anti-Skill en standby sur la route. »

La porte du véhicule derrière eux s’ouvrit, un homme en blouson noir en sortant, avec un bonnet de la même couleur. Il avait une malette avec lui et visiblement quelque chose en bandoulière. Il fit un signe à leur fourgon, duquel répondirent les conducteurs tandis qu’il s’approcha d’eux. Le conducteur du fourgon où se trouvait les adolescents releva la portière avant de froncer les sourcils en voyant l’homme et son masque à gaz.

« Attendez, vous n’êtes pa- »

L’homme dans la rue avait déjà retiré l’objet qu’il avait en bandoulière. C’était un genre de petit lance fusée, duquel il tira une capsule qui se déclencha dans la voiture en lâchant une épaisse fumée blanchâtre. Nakamura serra les dents après avoir scanné le cerveau de l’homme, fermant la plaque de sécurité entre le côté conducteur et l’intérieur du fourgon, bouchant l’ouverture aux barreaux pour empêcher le gaz de passer.

« Bordel bordel… Merde ! »

Elle entendit le bruit d’un outil de découpe laser, puis tourna la tête vers la porte blindée du fourgon. Ils étaient en train de l’ouvrir en deux. Elle tenta de toute ses forces d’assomer tout les cerveaux qui se trouvaient en dehors du fourgon, ce qui, sans succès, résulta en une violente migraine qui lui pris à la tête et au cœur, lui donnant envie de vomir tout en la faisant tituber. Elle était arrivé au-delà de sa limite déjà, et elle était en train de la dépasser encore plus en tentant d’interagir à travers une porte blindée. Elle se rattrapa sur un banc en regardant la porte s’ouvrir pour lui laisser entrevoir l’homme au masque à gaz dans la nuit noire.

Elle regarda un instant le duo du fourgon, puis s’élança vers l’homme et tenta de lui décocher un puissant coup de pied rotatif après avoir esquivé sa main. Mais l’homme était plus fort et plus rapide. Il attrapa le pied de la jeune fille, le renvoya sur sa route, puis lui décocha un énorme coup de poing en plein visage, la faisant tomber comme un pantin au sol le visage tourné sur le côté, inconsciente, sonnée instantanément. Il retira son masque à gaz, sortant une photo de la poche de son blouson en scruttant l’intérieur de celui-ci.

« C’est quoi cette merde… La gamine est pas à l’intérieur ? Putain, c’est quoi cette connerie encore. »

Il rangea la photo dans sa poche, puis ouvrit sa malette dans le fourgon. Il y avait à l’intérieur une espèce de grosse capsule ressemblant à un œuf, avec du cablage qui ressortait un peu, visiblement relié à un mécanisme compliqué à l’intérieur. Il posa le dispositif semblable à une bombe à l’intérieur du fourgon entre le duo d’assassin, tandis qu’une lumière rouge s’alluma sur l’un des voyants. Visiblement, c’était le genre d’arme high-tech expérimentales faites à la Cité Académique.

« Vous connaissez la bombe à graviton ? C’est un nouveau truc qui a été réalisé après des expériences… Enfin bref, on comptais l’utiliser de toute façon. Ça bousille à peu près tout mais ça revient au centre après un certain temps. C’est parfait pour faire exploser un truc précis en soufflant les cendres, faire partir les preuves quoi. Sans rancune. »

Il repoussa avec violence la porte découpée du fourgon au milieu du point éclairé par les lampadaires, puis rentra de nouveau dans la voiture à côté du chauffeur de leurs fourgons noir. Il sorti un téléphone et en inspecta un moment les messages, avant de lancer une autre application en tournant la tête vers son acolyte.

« La gamine était pas à l’intérieur, putain. Cette info de dernière minute, c’était des crak. On à essayer de nous foutre sur une mauvaise piste… On à bien fait de garder Bunta sur la première piste. Bordel, j’arrive pas à croire qu’on s’est fait rouler. »

« Ouais, appelle Bunta tout de suite, on se remet en route. C’est sûrement un autre groupe, bordel… Enfin, t’as placé la bombe ? Attends pas, fait les sauter. Faut qu’on soit là pour la foutre dans le coffre avec Bunta, avant qu’il se fasse supplanter. »


L’homme au téléphone retira son masque à gaz et appuya sur l’unique bouton au centre de son portable, grâce à l’application. Il pu, après avoir appuyé, voir l’emplacement de la munition qu’il avait déclenché. Il toussota un instant, puis se crispa en voyant la localisation de ce qu’il avait activé.

« Bordel, c’est quoi ce… »

« Je redémarre… Quoi ? »

« C’est l’emplacement de la bombe… Il m’indique qu’elle est encore dans la voiture… »

« … P-Putain non ! On s’est fait rouler ! »


Le conducteur enclencha la voiture en regardant à travers la fenêtre de gauche. Une lumière verte clignotante attira son attention. Non, trois lumières vertes clignotantes. Ça venait d’en dessous de la voiture. Une violente explosion se déclencha à l’éxtérieur du fourgon d'Anti-Skill où se trouvait Haruhiro, une déflagration incendiaire d’une puissance incroyable. L’explosion envoya une première onde de choc qui secoua le fourgon d’Anti-Skill et ses occupants, puis revint à l’épicentre. Puis, deux ondes de choc suivirent, projetant les morceaux carbonisés de la voiture en tout sens, tout en envoyant valdinguer le fourgon en secouant dans tout les sens ses occupants, faisant crasher la tête du membre d’Anti-Skill endormi qui la conduisait sur le tableau de bord.

Le véhicule continua à faire quelques tonneaux, tandis qu’un morceau du fourgon noir explosé projeté à grande vitesse s’enfonça dans la paroi de la voiture d’Anti-Skill, l’éventrant en partie en faisant s’écrouler la banquette où se trouvait Haruhiro tout en le libérant de ses menottes et presque entièrement de ses lanières lui retenant les jambes, le faisant s’écraser au sol. Le dispositif sur sa bouche éclata en morceaux en touchant le sol avec violence, ce qui eut au moins la chance de lui éviter que ce soit sa machoire qui reçoive le choc. Le fourgon s’arrêta de tourner en frappant le pont avec dureté.

La barrière du pont céda, tandis que le véhicule penchait dangereusement en direction de l’eau sous le pont menant au district 10. Le téléphone de la télépathe qui était tombé de sa poche se mit à sonner plusieurs fois plutôt fort, sans s’arrêter. Un des membres d’Anti-Skill du côté du conducteur, sur le siège passager, tomba du fourgon dont l’une des portières avait été fracassé, et disparu dans l’eau noire. La voiture pencha en arrière, puis de nouveau dangereusement en avant dans un angle menaçant, en faisant glisser Nakamura Chō, toujours inconsciente, contre la paroie du véhicule du côté du conducteur. Encore quelques mouvements du véhicule, et celui-ci risquait de chuter dans l’eau et d’y sombrer aussi rapidement que le titanic, en y laissant, si les deux seules personnes vivantes dedans ne faisait rien, aucun survivant.



♦♦♦



Akutoku fit un salut de la main à Horikawa et Ishika en s’éloignant de la base d’Anti-Skill, visiblement préoccupée en marchant sur le parking. Qu’est ce qu’il allait bien se passer, maintenant qu’Haruhiro allait être enfermé ? Elle se mordit les lèvres. Elle qui avait pensé que tout allait s’arranger et qu’Anti-Skill allait rejoindre leurs côtés pour combattre les assassins et l’organisation du Dark Side… Tout ça ne s’était pas dû tout passé comme elle l’aurait pensé. Elle soupira lourdement le regard fixé sur le sol, suivant le membre d’Anti-Skill dans sa voiture banalisée. Elle s’assit sur le siège passager et leva la tête vers le conducteur.

« Changement de programme, gamine. »

L’homme fit un violent virage sur le côté, au lieu de partir en direction du district 7, pour partir dans une autre direction. La jeune fille ouvrit de grand yeux terrifiés en le voyant faire, se faisant plaquer contre le côté gauche de la voiture. Cet homme… Il n’était pas normal. Son visage, sa façon de parler… Non, son regard dans le rétroviseur. Cet homme était un mercenaire, pas un membre d’Anti-Skill. La jeune fille se mordit la lèvre inférieur jusqu’au sang en forçant sur la portière, bloquée.

« En général, je fais pas les petites filles, mais- Bordel, c’est quoi cette merde ? »

L’homme au volant n’eut pas le temps de voir que deux yeux le regardait loin de là, car il du stopper sa voiture dû à un obstacle sur le chemin. Au fond, dans l’ombre, sur sa route, il y avait une adolescente en uniforme. Le dénommé Bunta attrapa un uzi sous le volant de la voiture et le chargea en grognant des insultes qu’Akutoku n’avait jamais entendue, avant de sortir de la voiture, en bloquant la portière derrière lui. Se mettant devant le capot de son véhicule, il leva son arme et tira une salve de balle vers la gamine sans hésiter, faisant des pas dans sa direction.

Mais quelque chose sembla vibrer devant la jeune fille. Quelque chose qui ressemblait à de la chaleur… Non, à de l’eau dans l’air, de multiples gouttelettes d’eau qui avait stoppées les petites balles dans leurs avancées. L’homme cligna des yeux, puis recula après avoir jeté son arme sur le côté et avoir passé sa main dans son dos. Il en sortit un objet rond et le projeta en direction de la jeune fille. Il eut juste le temps de voir une bouteille d’eau sortir dans la main de la gosse avant que l’explosion ne se fasse. Retournant dans la voiture, il réenclencha le moteur en vociférant de nouveau. Visiblement, faire exploser une esper sur son chemin n’était pas dans le plan.

Il posa le pied sur l’accélérateur en voyant que la fumée se dissipait. Mais la fille était toujours là. L’air arrêta de passer dans la gorge de l’homme quand il vit une genre de grande masse d’eau qui semblait bouillir, presque sous forme de gaz, entouré la jeune fille comme une protection. Deux petits yeux violets et perçant s’enfoncèrent dans les siens. Deux lumières violettes dans la nuit. Il appuya à fond sur l’accélérateur pour foncer sur l’adolescente en serrant les dents, tandis qu’Aku, derrière, était toujours collée à la portière de gauche, paralysée par la peur et l’incompréhension.

« Putain merde merde merde… Crève ! »

La masse d’eau vibrante protectrice devant la gamine changea lentement de forme tandis que la voiture fonçait à toute vitesse. La forme qui se dessina dans les yeux de l’homme lui fit presque remonter son déjeuner dans sa trachée. Il appuya en un éclair sur la marche arrière, les yeux fixés sur la monstrueuse création qui fonçait vers lui. Une immense, gigantesque scie faites d’eau bouillante fonçait dans sa direction en dévorant l’asphalte. Elle se souleva du sol puis déchira le capot de la voiture, avant d’entamer la vitre qui explosa en morceau.

« Aaaaaaah, Merde, merde ! BORDEL ! »

L’homme décocha l’arme à sa ceinture et tira une fois, deux fois, puis trois fois sur la chose qui était en train de dévorer sa voiture et continuait l’avancer vers lui. Akutoku frappait son corps à répétition sur la portière pour l’ouvrir, grelottante de peur. La température avait drastiquement augmenté, tout d’un coup, tandis qu’un bruit aigu traversa l’oreille d’Aku. Elle tourna la tête sur le côté lentement, mécaniquement, toute tremblante. La voiture avait été découpée en deux par la scie faites d’eau bouillante, et la deuxième partie de la voiture tombait au sol.

Un bruit de grincement de dent se fit entendre, tandis que Bunta sorti du côté de la voiture éventrée, son pistolet à la main, son visage déformé par la terreur. Il tira plusieurs fois sur la gamine encore masquée dans l’ombre en avançant sur le côté, mais quelques chose tournait et retournait devant elle comme un mur mobile fait de vapeur, en arrêtant les balles. Akutoku se resserra sur elle-même, se mettant en boule. Elle ne voulait plus savoir, elle ne voulait plus lutter. Haruhiro n’allait jamais revenir. Que ça s’arrête maintenant, voilà ce qu’elle voulait.

« Tu es Akutoku Reitōko ? J’ai bien fait de leurs demander de quel côté était parti la voiture. Je suis un ami de Nakamura-kun, elle m’a vaguement parlé de toi. Sortons d’ici, suis-moi. »

Aku tourna son visage rougi et trempé de larmes vers le garçon qui s’adressait à elle en lui tendant la main, souriant et portant un chapeau et un costume brun clair. Elle essuya ses larmes avec son avant bras et ne chercha pas plus de réponse, empoignant sa main en reniflant, toujours tremblantes, ne cherchant qu’à s’enfuir d’ici. Le garçon la tira par le bras en l’empêchant de se retourner au bruit de rotation d’une scie loin derrière. Elle le suivit, courrant jusqu’à s’arrêter derrière un immeuble. Il arrêta de bouger en regardant la ruelle.

«… Ici, on devrait être en sécurité pour l’instant. Mais il faut qu’on continu à bouger. Je doit tracer le signal avec mon portable… »

« Bon sang, qu’est ce qu’il se passe ! Je… Tout allait bien… Et… Qui es-tu ? Qui était cette personne sur la route et… Urrrgh, qu’est ce que tu- »

Akutoku fut interrompu par le garçon souriant calmement en lui montrant l’écran de son téléphone. On pouvait voir qu’il était en train d’appeler Nakamura Chō depuis un certain temps et qu’elle ne répondait pas.

« Moi et Nakamura-kun, ça fait un moment que l’on soupçonne qu’il se passe quelque chose d’étrange. Elle était sensé me parler de ce qu’il s’était passé aujourd’hui au centre de détention d’Anti-Skill, mais elle n’y était pas. Visiblement, elle à pris un fourgon, et je peux la retrouver avec mon portable. Il faut vite qu’on la rejoigne avant que ça tourne mal, d’accord ? Fait-moi confiance. »

« Pendant un instant… Pendant un instant j’ai cru que c’était terminé… »

La jeune fille avala sa salive et hocha la tête, encore toute désorientée par les derniers évènements, et leurs fuite éclair de la zone de combat. Le garçon muni d’un chapeau de la même couleur que sa veste ouverte sur une chemise à carreau commença à se remettre en mouvement, avant de s’arrêter directement. Il se retourna et regarda les yeux d’Akutoku. Il se pencha vers elle et retira ses lentilles de contact, ce qui la fit sursauter, puis fermer les yeux en se crispant quand il les eut enlevées.

« Ahk, huu… Qu’est ce que tu fais… ?! »

« Ce sont les même que celles de cette fille… Hmm… »

Il jeta les lentilles violettes de contact au sol puis les écrasa avec sa chaussure en gardant son air incroyablement calme et mesuré pour la situation, soufflant doucement sous le regard balbutiant de la fille aux couettes bleus qui le regardait faire, effarée. Il s’arrêta enfin une fois qu’elles étaient parfaitement détruite puis tourna la tête vers Aku, en souriant légèrement. A ce moment, elle remarqua l’insigne de Nagatenjouki sur sa veste à carreaux. Il ferma les yeux, puis ouvrit la bouche.

« Dis-moi, tu connais cette fille étrange et effrayante dans ta classe, avec des dents pointues ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 18
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Dim 5 Fév - 23:54

Haruhiro s’était réveillé à plusieurs reprises dans le fourgon qui le menait au poste d’Anti-Skill. Attaché et ayant pour seule compagnie une demie douzaine d’hommes armés il ne pouvait pas faire grand-chose. Et puis son état ne le lui permettrait pas de toute façon. Peut être que finir chez Anti-Skill n’était pas une si mauvaise chose en fin de compte, et puis ses blessures seraient soignées, du moins il l’espérait.

La réalité avait cependant été toute autre, il avait été soigné en vitesse. Une infirmière s’était empressée de lui enroulé des bandages à droite à gauche et de désinfecter certaines plaies visibles mais n’avait eu que quelques minutes pour s’occuper de lui. Ensuite, deux membres d’Anti-Skill étaient entrés dans l’infirmerie et l’avaient emmené directement en direction dans la salle d’interrogatoire, complètements sourds aux protestations de la jeune femme.

Là, il avait patienté quelques minutes avant qu’on ne le fasse entrer pour l’interroger. Il semblait que Ishida avait subit le même traitement que lui et n’avait pas vraiment répondu comme l’officier l’aurait souhaité, vu son air énervé. Mais au fond, Haruhiro savait. La procédure n’était clairement pas respectée et le Dark Side tirait les ficelles. Ishida devait l’avoir compris lui aussi. Il n’y avait plus que deux possibilités pour eux deux. Soit le Dark Side les récupérait, soit il les éliminait. L’adolescent sourit amèrement à cette idée. Si Ishida avait des chances d’être récupéré, lui allait très probablement se faire « effacer ». Enfin, avait-il réellement le droit de se plaindre ? Son travail avait été de justement éliminer les gens, qu’ils soient affiliés au Dark Side ou non. Au fond, c’était une fin justifiée pour quelqu’un comme lui.

L’officier continuait de lui brailler dessus à plein volume, hors de lui. Visiblement, Ishida avait l’avait bien poussé à bout. Très bien, autant jouer le jeu dans ce cas.

« Hey hooo, ferme la un peu j’ai mal à la tête ! Je vais y répondre à tes questions pas besoin de faire ta crise de la quarantaine. Par contre avant je veux de l’eau et quelque chose à bouffer, je commence à crever la dalle moi. »

C’en fut visiblement trop pour l’homme qui l’empoigna par le col, à bouts de nerfs. Haruhiro se laissa faire en esquissant un léger sourire.

« Bon écoute, je me suis fait casser la gueule tout à l’heure te vous m’avais collé trois pansements en 10 minutes chrono. Et j’ai la gorge sèche, j’peux pas parler. Tu comprends ce que je te dis papy ? »

Après que ses collègues aient calmé l’officier, l’un d’entre eux sortit de la salle quelques minutes avant de revenir et de poser un baquet de biscuits et une bouteille d’eau minérale sur la table. L’adolescent ne se fit pas prier et avala les biscuits sans rien dire, se disant que c’était probablement la dernière fois qu’il en mangeait. Non, qu’il mangeait tout court en fait. Il vida la bouteille d’eau d’une traite avant de soupirer.

« Bon, et les questions ? » demanda immédiatement l’officier.

« Hein ? Quelles questions ? Je ne vois pas de quoi tu parles moi... » dit Haruhiro en feignant l’innocence, avant qu’un nouveau  sourire ne se dessine sur son visage.

Quelques minutes plus tard, et après l’avoir affublé d’un masque franchement désagréable à porter, on l’emmena dans un fourgon où il fut rejoint par Ishida puis par la jeune fille à la casquette qui avait manqué de lui déboiter le bras puis qui lui avait subir une explosion sonore directement dans la tête. La présence de cette dernière le surprit, ça n’avait probablement pas été prévu par le Dark Side, cependant, entrer dans ce fourgon ne ferait qu’écourter sa vie c’était certain.

Après avoir grogné sur les agents d’Anti-Skill, elle s’assit et posa son regard sur les deux assassins.

« Tsssk, tout ça n’est pas normal. J’imagine que vous ne verrez pas d’inconvénients à ce que je farfouille un peu dans vos têtes. »

« Bon et bien si ça vous va, c’est parfait. »


Sous son masque, Haruhiro sourit en coin à cette dernière phrase. Il ressentit ensuite la sensation presque familière de quelque chose lui sondant l’esprit. Il répéta en boucle dans sa tête : [ Pars, si tu reste ici tu vas mourir. ] Un dernier geste de bonté dans le couloir de la mort ? Peut-être, mais cette fille œuvrait pour la protection de ceux qui n’étaient pas liés au Dark Side et elle ne méritait pas de mourir pour ça. Sentant qu’elle cherchait des informations, il laissa son esprit divaguer. Si jamais elle arrivait à s’en sortir par miracle, les informations qu’il détenait l’aideraient probablement. Encore une bonne action de dernière minute ? Très probable. Mais bon, qu’y avait-il de mal à tenter de rétablir son karma juste avant la fin ?

Le fourgon s’immobilisa, faisant Haruhiro et Ishida se croiser du regard. Il n’y avait pas de tristesse visible dans leurs yeux, seulement un air de défi. Ils étaient rivaux après tout. Un message sembla cependant filtrer entre les deux adolescents.

[ Alors quoi, on y est déjà ? ]

[On dirait bien. Ils ont pas perdu de temps. ]

« Pourquoi est-ce que vous vous êtes arrêtés ? Nous ne sommes pas encore à l’installation ! »

« C’est un signal d’arrêt d’Anti-Skill. Visiblement, ils nous demande de nous stopper, ce doit être une autre branche d’Anti-Skill en standby sur la route. »

[ Bande d’idiots. ]

Un bruit de décompression se fit entendre tandis que de la fumée blanche envahissait le compartiment des conducteurs. Nakamura réagit au quart de tour et isola le compartiment arrière de l’arrivée d’air et ainsi du gaz.

« Bordel bordel… Merde ! »

De l’autre côté, la porte se faisait découper, ce qui fit attira l’attention des trois adolescents. Ishida commença à se débattre violemment, tirant sur ses menottes et forçant sur ses liens. Des bruits étouffés sortirent même à travers son masque. Il n’était pas si prêt à mourir que ça finalement. Haruhiro quand à lui continuait de regarder la porte se faire découper au laser, sans réagir. Il était juste… fatigué. Si tout devait se finir maintenant alors peut-être que c’était son destin après tout ? De toute façon il ne pouvait rien faire, même ses pouvoirs ne lui étaient d’aucune utilité dans ces conditions. Soudain, la jeune fille à la casquette s’élança sur la porte et accueillit l’homme qui venait d’apparaître avec un splendide coup de pied. Elle fut cependant repoussée et assommée par ce dernier et retomba sur le sol du fourgon au fond du compartiment, inerte.

« C’est quoi cette merde… La gamine est pas à l’intérieur ? Putain, c’est quoi cette connerie encore. »

[ Bye bye. ] pensa simplement Haruhiro. A partir du moment où une information était erronée dans ce genre de mission, ça signifiait souvent que les employeurs voulaient faire « d’une pierre deux coups » et se débarrasser de tous les témoins d’un coup.

« Vous connaissez la bombe à graviton ? C’est un nouveau truc qui a été réalisé après des expériences… Enfin bref, on comptais l’utiliser de toute façon. Ça bousille à peu près tout mais ça revient au centre après un certain temps. C’est parfait pour faire exploser un truc précis en soufflant les cendres, faire partir les preuves quoi. Sans rancune. »

Ishida se déchaîna, luttant de toutes ses forces contre ses entraves. A peine quelques secondes plus tard, tandis que Haruhiro fixait ce qui allait mettre fin à sa courte, quelque chose ébranla le fourgon. Son regard se posa sur la jeune membre de Judgement inconsciente, étendue à moins d’un mètre de lui. Un sentiment de vide qu’il avait oublié s’empara de l’adolescent. S’il avait pu au moins la sortir du fourgon… Mais non, il était là, immobilisé contre  la banquette et ne pouvait rien faire.

[ Une ultime bonne action juste avant la fin hein ? ]

Mais la bombe n’explosa pas, à la place tout se mit à tourner violemment autour de l’adolescent. Dans de grands fracas métalliques, la camionnette enchaînait les tonneaux, secouant ses occupants dans tous les sens. Quelque chose passa dans le dos de Haruhiro, causant un bruit strident de déchirement métallique. Le jeune esper se décolla brusquement de la paroi et heurta la paroi d’en face, puis le sol et le plafond, jusqu’à ce que le véhicule ne s’immobilise d’un seul coup, l’envoyant s’écraser une dernière fois contre une paroi au hasard.

Il ouvrit les yeux après avoir perdu conscience l’espace d’une seconde, étalé sur le sol du fourgon qui semblait avoir finit à l’endroit. Des douleurs partout et un gout de sang dans la bouche, il se releva à moitié puis tenta de trouver son équilibre. Il cracha un bout du dispositif qui l’avait maintenu muet et désormais en morceau en notant que quelque chose n’allait pas, le sol n’était tout simplement pas droit. Il comprit en un éclair, le pont… ils étaient sur le pont. Sans réfléchir, l’adolescent se rua hors du véhicule, le poids faisait pencher le fourgon blindé vers les eaux et réduisait encore ses chances de survie.

Son regard se posa à l’intérieur du fourgon. Sur la droite, Ishida, à moitié conscient le regardait avec des yeux vides. Au fond, contre la paroi qui était de plus en plus parallèle au pont, gisait la jeune fille à la casquette. Son regard se posa en suite sur sa gauche, là où il avait été assis. La large brèche dans la paroi blindée le fit baisser les yeux sur ses poignets auxquels se trouvaient toujours les menottes dont pendait de chacune une chaîne brisée.

« Le destin, c’est ça ? » Il semblait qu’il allait encore avoir du travail, rien n’était terminé, ni pour lui, ni pour elle.

« Je suis quoi là, un sauveur de jeune filles en détresse ? »

« Bordel.. » lâcha-t-il en pénétrant de nouveau dans le véhicule qui commençait à pencher dangereusement. Il attrapa la jeune fille par ses vêtements et la tira de toutes ses forces en se tirant à tout ce qu’il pouvait attraper. Alors que la camionnette glissa encore, restant suspendue seulement à la glissière de sécurité qui se tordait en grinçant, Haruhiro sortit in extremis la jeune fille de l’habitacle et se retourna en direction de son rival qui ne le quittait pas du regard. Après un court instant, il se baissa avant de se redresser et de s’adresser à l’assassin.

« Allez, me regarde pas comme ça. T’aurais fait la même chose pour moi. »


La glissière céda et le fourgon tomba avant de disparaitre dans les eaux froides et mortelles de la rivière, définitivement.


***


Haruhiro entra dans l’appartement en ouvrant la porte d’un coup de pied. Il déposa immédiatement la membre de Judgement qu’il avait porté jusqu’à l’une des anciennes planques qu’il avait autrefois utilisé. L’appartement ne comportait qu’une seule véritable pièce avec un lit en face de la porte d’entrée et un meuble poussiéreux. Sur la droite se trouvait ce qui avait autrefois été utilisé comme une cuisine ainsi que les restes d’une salle de bain, derrière une porte annexe.

L’adolescent referma la porte en s’effondrant littéralement dessus, couvert de sueur, puis s’adossa contre cette dernière et regarda dans la direction du lit où se trouvait Nakamura.

« J’avais bien compris que t’étais lourde… mais t’avais pas besoin de me faire te porter jusqu’ici. » haleta-t-il à la jeune fille comme si elle allait se réveiller et lui répondre. Il boitilla ensuite jusqu’au lit et hésita un instant à la déplacer autre part la place pour s’allonger à la place. L’adolescent se contenta de faire pivoter l’adolescente sur le côté et de récupérer sa carte d’étudiante après lui avoir fait les poches.

« Nakamura Chō, donc… » lut-il avant de poser la carte sur le petit meuble poussiéreux.

« J’espère que tu m’en voudras pas, Chō-chan, mais j’estime avoir besoin de me reposer moi aussi. »

Il s’allongea à côté d’elle de façon à ce qu’ils soient dos à dos et s’endormit sur le champ, complètement exténué.

Le jeune assassin savait qu’il ne pouvait rien faire de plus pour l’instant. Cette Chō était probablement entrée dans le fourgon pour avoir plus d’informations et s’il ne se trompait pas, elle avait chargé sa petite équipe de garder un œil sur Akutoku. Si son équipe la protégeait, elle était en sécurité pour l’instant. Lui devait se reposer et reprendre des forces afin de réagir plus tard. IL n’avait pas vraiment pu réfléchir aux détails mais si jamais Nakamura se réveillait avant lui, elle ne s’enfuirait probablement pas et ne contacterait personne non plus, son téléphone était de toute façon resté dans le fourgon. L’adolescente semblait mieux comprendre la situation qu’Akutoku et avec toutes les informations qu’elle avait récupérée ils pourraient peut-être organiser quelque chose, de plus, elle semblait être la chef de sa branche. Il était grand temps qu’ils aient une discussion tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 18
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Mar 7 Fév - 22:16

« Otaki Sumire. C’est une première année dans la classe A. Avec Nakamura-kun, cela fait déjà un moment que nous la soupçonnons de travailler avec une organisation scientifique dangereuse. Tu dis que tu ne te souviens pas exactement d’où tu as acheté ses lentilles violettes « Synch Optical » ? Mhhh, c’est curieux. »

L’adolescent au chapeau continuait d’émettre ses pensées à haute voix en tirant la jeune fille par la main, c’est vrai qu’Akutoku ne « se souvenait pas exactement » d’où elle les avaient eut ses lentilles, mais elle ne voyait pas en quoi ça pouvait être si important. Pour elle, ce qui était plus important, c’était qu’ils avaient de véritables monstres à leurs trousses, et qu’ils étaient actuellement en train de courir pour leur échapper. Mais le garçon habillé comme un espèce de détective anglais continuait calmement de se triturer les méninges, sans même faire attention où il marchait. Aku repensa aux deux lumières violettes dans la nuit et aux monstres d’eau bouillante, ce qui la fit frissonner.

« Alors… C’est… C’était vraiment… Otaki-chan, là bas ? »

« Je penserais à lui demander pour toi la prochaine fois qu’on la croise. ☆ »

Elle tenta de sourire en le voyant tourner la tête dans sa direction, avant de freiner en même temps que lui, se frappant contre son dos alors qu’il s’était arrêté en pleine course. Encore un peu déboussolée par la rapidité de l’action, elle secoua sa tête de gauche à droite en retirant doucement ses mains qui s’étaient agrippées sur sa veste beige.

En une seule seconde, l’atmosphère de la ruelle était devenue beaucoup plus oppressante. L’homme qui avait tenté de capturé Aku dans sa voiture était désormais devant eux deux, leurs barrant le passage. Il avait d’énormes plaies sanglante, dont l’une d’elle sur son crâne descendait jusqu’à sa joue en lui cachant une partie de son œil droit. Aku détourna en un éclair son regard du dessus de l’épaule du garçon en remarquant une bribe du rouge pourpre illuminé par la lune.

« Hrrrgh… C’est la fin du cache cache, gamine. Et toi… Tu ferais mieux de bouger si tu ne veux pas, kh, crever avec elle. »

Les mains de l’étudiante de Nagatenjouki se serrèrent de plus belle sur la veste du garçon finalement, tandis qu’elle gardait son corps à elle caché derrière lui. Le garçon au chapeau avait décidé de planter son regard calme et patient dans celui de l’homme. Si on aurait dit qu’il regardait les blessures de l’homme, il passait aussi des coups d’oeils éclairs en direction de ses mains tremblantes -  sûrement à cause de la douleur – et de ses dents serrées. Visiblement, il n’avait pas envie de tirer plusieurs fois. Où il ne lui restait plus beaucoup de balles, ou alors il ne cherchait à ne pas gâcher un tir sur le garçon, un tir gâché qui aurait pu attirer le monstre bouillonnant de derrière.

« Désolé, mais je crains que ça ne va pas être possible. Aku ? Quand je te le dirais, éloigne toi de moi. »

Le garçon au chapeau éleva une main qu’il posa sur l’épaule de la fille aux cheveux bleu, l’éloignant un peu de lui. Qu’allait-il faire ? C’était un esper de Nagatenjouki Academy comme Aku et Chō, alors il devait être très fort ou alors très très intelligent. Dans tout les cas, il devait être d’un niveau intellectuel bien supérieur à une personne n’ayant pas subit la même éducation. Elle ne put s’empêcher de stresser de nouveau, accélérant sa respiration en frissonnant.

Quoi qu’il puisse arriver, ça allait finir mal d’un côté ou d’un autre. Si le garçon au chapeau était très fort, alors il allait sûrement tuer l’homme au pistolet vu son état. Mais si au contraire il était trop faible, alors Aku et même peut-être lui allaient être tués sur le champ par son arme à feu. Ce sentiment déchira Akutoku : le fait de savoir que quel que soit la suite des évènements, cela finirait mal. Le garçon à la veste beige souria calmement en voyant le doigt de l’homme se rapprocher de la gâchette.

« Les hommes prêts à tuer leurs congénères m’ont toujours fascinés. »

Avant même qu’Aku ou l’homme armé ne puisse agir, le garçon au chapeau retira sa veste beige et la lança devant lui de façon à ce qu’elle fasse écran pendant un petit instant à la vision de l’homme au pistolet, qui le serra de plus belle, prêt à tirer en un éclair. Le garçon au chapeau poussa Aku de la main, l’envoyant sur la droite derrière une poubelle, puis étendit son autre bras avec une plutôt bonne détente. Une forme fugace passa du côté gauche hors de l’angle mort de l’homme au pistolet, qui n’attendit même pas une seconde et l’arossa de balle. Mais une autre ombre, encore plus rapide, passa comme un oiseau du côté de son œil à moitié caché, le visage habillé d’un sourire. Deux doigts se posèrent sur le front de l’homme, qui put lentement voir la cravate du garçon, criblée de balle, attérir au sol.

« Tu ne devrais pas baser ta force sur tes réflèxes. »

« M…Merd-… »

« Un yen contre un souvenir, arigatō gozaimasu. ☆»

En un instant, alors qu’Aku se reserra sur elle-même comme si elle s’attendait à ce que la tête de l’homme explose, elle put simplement voir le regard de celui-ci devenir flou, ses pupilles se perdant dans l’horizon pendant un instant, tandis qu’il resta dans sa position, sans bouger. Le garçon au chapeau retira doucement ses doigts avant de faire signe à Aku de vite repartir, après avoir attrapé son poignet une fois qu’elle lui avait rendu sa veste beige. A la manière d’Haru, il bifurqua d’un côté, puis de l’autre, puis continua droit devant sans s’arrêter en accélérant. Mais contrairement à tout les gens qui avaient aidé Aku jusqu’à maintenant, aucun mal ne semblait avoir été fait cette fois.

« C… Trop cool… Mais comment… ? »

« Qu’est… Qu’est ce que tu lui as fait ? »

« Oh, ça ? C’est mon pouvoir, Mind Hound. Je lui ai imprimé des souvenirs erronés pour qu’il indique le mauvais chemin à Otaki-kun, ça va nous donner de l’avance pour retrouver Nakamura-kun. »

Donc il n’avait en effet fait subir aucune violence à l’homme, c’était la première fois qu’Aku revoyait ça depuis un certain temps, et étrangement, même si ça aurait pu paraître insignifiant, ça eut un gros effet sur elle. Elle se rappella que la violence, à Academy City, n’était pas la seule chose pour régler les problèmes. Que l’intelligence et les pouvoirs d’esper pouvaient être utilisés « à bon escient », ou plutôt, sans faire couler le sang et faire souffrir. Ses pensées par rapport à ce qu’elle avait vu firent un peu frémir Aku. Pourquoi est-ce qu’elle pensait à ça, tout d’un coup ? En tout cas, l’important c’est qu’ils avaient pris énormément d’avance sur leurs poursuivants, alors elle ressera sa main dans celle du garçon au chapeau.

« C’est comme de la télépathie ? Comme Nakamura-san et Nakayama-san ? »

« Ah, non non, ahah, ce n’est pas comparable. Nakamura est un peu comme un téléphone, elle relait des informations de personnes à personnes. Nakayama est plus une genre de radio qui émet différentes fréquences pour capter différentes chaînes. Moi je suis… Un genre d’appareil photo. Je prends les informations que je veux garder dans mon entourage et je mets à la poubelle tout ce que je veux pour faire de la place. »

Akutoku baissa la tête en gonflant une joue, imaginant chaque élèves trotter dans sa tête sous la forme de ses objets du quotidien, ce qui la fit se questionner encore plus au lieu de lui donner une véritable réponse. Le garçon au chapeau remarqua son expression à elle et rigola alègrement, comme si tout les évènements d’avant ne s’étaient pas passés. Cette façon d ‘être calma Aku, qui oublia dans l’instant la plupart de ses problèmes. Cette fois, elle était sûr que la lumière au bout du tunnel était proche. Il suffisait que tout le monde se rassemble et entende le rire de ce garçon.




« Hors de mon chemin. »

Les longs cheveux violets se balançaient dans la ruelle, comme un voile doux pendant d’une fenêtre et ballotté par le vent. Deux lanternes violettes incendiaient la nuit, plantées comme deux phares dans ceux de l’homme blessé et armé. Celui-ci se massa le visage encore plein de sang frais avant de laisser échapper un cri d’animal qu’on étranglait en la remarquant. Il brandit en un instant son pistolet dans un bruit de métal, encore un peu désorienté par le farfouillage dans sa mémoire du garçon au chapeau. Il appuya sur la détente une fois et laissa partir une balle qui rata sa cible. Il appuya de nouveau sur le semi-automatique mais il n’y avait plus de balles.

« C-… Comment… J’étais sûr qu’il me restait des… Des balles… Sur l’eau bouillante j’ai… »

« J’ai dis : Hors de mon chemin. »

Un horrible bruit de dépréssurisation déchira l’air, sans que l’homme ne puisse savoir d’où ça venait, car ses yeux étaient soudain gonflés, sa vision encore plus obstrué, ses tympans bouchés et son corps engourdit. Quand il tourna légèrement la tête vers son bras droit tenant le pistolet, il put voir un genre de gaz bouillonnant s’échapper en trombe de la blessure béante et sanglante de celui-ci. Le sang lui monta à la tête, mais ce n’était pas le sang d’un être humain qui y arriva. Du moins, pas celui dans l’état dans lequel il aurait dû être. Le corps livide de l’homme s’écrasa au sol comme celui d’une marionette de bois, un pantin désarticulé dont le corps entier semblait avoir été vidé de la vie par sa blessure.

La fille aux cheveux violet ne s’arrêta pas de marcher après la chute de l’homme définitivement mort, l’écrasant même sur son passage sans ni se soucier de sa personne visiblement, ni de l’arme qu’il avait laissé au sol. Elle tourna légèrement la tête dans sa direction en continuant de marcher, lui lançant un regard dénué de tout sentiment.

« Et ce n’est pas de l’ébullition. C’est de la vaporisation. »



♦♦♦



Des pensées fugaces traversait l’esprit de Nakamura, plus semblable à des bribes, des flash. Il y avait le garçon au chapeau, qui lui montrait les images d’une installation scientifique cubique. Et puis, il y avait le délégué de la classe A qui lui parlait du comportement de cette certaine fille là, et de l’espèce de fourgon blanc qui venait parfois la chercher. Et puis, l’appel de sa camarade de chez Judgment, Ishika, qui lui prévenait qu’une fille de Nagatenjouki avait été enlevé. Les souvenirs qu’elle avait vu dans la tête d’Aku, la fille aux cheveux bleus. Puis les souvenirs des deux garçons. Des souvenirs brûlants commes le fer rouge. Elle ouvrit les yeux.

{{ Où… Où suis-je ? Tout ça n’était qu’un rêve ? Non… Le coup de poing… Le fourgon d’Anti-skill… }}

Nakamura  Chō posa le plat de sa main sur le matelas miteux sur lequel elle était allongée, puis sur le sang sêché s’écoulant de son nez. Elle se releva en serrant les dents, restant assise au lieu de se lever complètement du lit, ressentant des douleurs pas seulement dans son nez et dans sa mâchoire, mais aussi dans ses épaules et son dos. Elle sursauta presque en voyant qu’Haruhiro, le garçon assassin du fourgon était étendu juste à côté d’elle. Puis elle vit sa carte d’étudiant non loin, elle farfouilla dans ses poches un instant pour voir qu’elle avait été fouillé. Elle arqua son poing au dessus de garçon, tout rouge, prête à lui faire subir le même sort que celui qu’elle avait expérimenté dans le fourgon, mais puissance dix mille. Finalement, elle rabaissa le bras.

{{ Non… Attends, c’est lui qui m’a emmené ici. Il a dû me trainer hors du fourgon après, d’une certaine façon, avoir réussit à se défaire de ses liens… Et puis, je ne suis pas en état de faire quoi que ce soit, et le frapper n’arrangera rien avant que je sache où je suis… }}

Elle serra les dents de toute ses forces en se relevant du lit, titubant légèrement elle reprit finalement son équilibre malgrès ses blessures, sous ses pansements, qui s’étaient rouvertes. Elle avança jusqu’au mur du côté gauche du matelas, puis s’y adossa. Elle tenta de sonder les lieux mais son pouvoir vibra un instant dans sa tête et s’évanouit. Elle devait se ménager, impossible de l’utiliser pour l’instant tant que ses idées ne s’éclaircissaient pas. Elle posa son épaule sur le mur et se laissa tomber en se crispant et en fermant les yeux. Tout avait finit de la pire façon possible. Elle se laissa tomber sur les fesses, paumes au sol, en voyant le garçon se réveiller. Elle essuya le sang de sous son nez et souffla avec une légère difficultée, articulant une once de sourire de désespoir à son encontre.

«Toi... »

« Hh... Quand tu disais dans ta tête "pars, si tu restes ici tu vas mourir"... Tu savais... Hhh... Que ça allait arriver ? Tu connaissais ce type ? »

« Et où est ce que l'on est au juste ? Où sont les autres... Et qu'est ce que tu comptes faire, maintenant, dans cet état ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 18
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Mar 14 Fév - 14:59

Lorsque Haruhiro ouvrit les yeux, il se demanda d’abord où il se trouvait. Cela faisait longtemps que ça ne lui était pas arrivé, quelques années au moins. Peu à peu, au fur et à mesure qu’il émergeait de son sommeil de plomb, les souvenirs revinrent les uns après les autres, reconstituant la longue journée pleine de rebondissements et de situations improbables à laquelle il avait plus ou moins survécu.

«Toi... »

L’assassin posa son regard sur la jeune fille qui le fixait, assise  comme si elle était tombée sur les fesses. Il leva un bras en grimaçant pour la saluer depuis le lit.

« Yo… Moi aussi je suis content de te revoir. C’est quoi ce regard ? Oh, tu ne dois pas comprendre la situation… »


« Hh... Quand tu disais dans ta tête "pars, si tu restes ici tu vas mourir"... Tu savais... Hhh... Que ça allait arriver ? Tu connaissais ce type ? »


« Hooo... alors tu m’entendais finalement. Oui je savais que le fourgon allait se faire… Hgr… attaquer. On avait une mince chance de s’en sortir en se faisant « récupérer », surtout Ishida. Toi par contre tu n’étais même pas censée y être. Tu aurais été un simple dégât collatéral. »

« Et où est ce que l'on est au juste ? Où sont les autres... Et qu'est ce que tu comptes faire, maintenant, dans cet état ? »


Haruhiro se leva en grommelant puis répondit après avoir poussé un soupire fatigué :

« Bon, je vais te faire la version courte alors. Le fourgon a faillit tomber du pont avec nous dedans mais la chance a fait que j’ai été libéré de mes menottes. Alors je t’ai tiré de là et je t’ai amené ici. » Il leva les poignets pour montrer les bracelets métalliques et les deux petites chaines qui en pendouillaient. « Enfin, libéré. Presque entièrement je dirais. »

« Pour ce qui est des autres, si tu veux parler des officiers d’Anti-Skill je me suis pas trop occupé d’eux, je nous ai sortis in extremis. Ishida je l’ai vu tomber avec le camion, tout attaché. Et tu peux me croire, c’est tant mieux pour nous, ce typé était mon plus grand rival au sein de l’Agence. »

Haruhiro laissa son regard se promener  sur la pièce. « C’est une ancienne planque que j’ai utilisé, personne ne devrait venir nous chercher ici. Ah et ton téléphone n’est pas là, ils pourraient nous retrouver avec alors autant qu’il soit loin. » Il s’étira lentement et fit quelques pas douloureux en direction de la jeune Cho.

« Je vais pas y aller par quatre chemins : on est dans la merde et on peut pas vraiment se permettre de se reposer. Mon corps est en morceaux et toi non plus t’es pas en très bon état. Si tu veux sauver tes amis et Akutoku va falloir qu’on coopère. J’en ai plus que marre de toute cette histoire et je déteste qu’on me cache des infos.. uurrrgh… ».

L’adolescent plaqua une main sur la blessure que lui avait infligé son rival en grimaçant. « Enfin voilà l’idée générale, il y a des vêtements qui trainent dans l’armoire à moitié écroulée au là bas, probablement rien à ta taille mais faudra te contenter de ça pour l’instant. » dit-il en désignant le fond de la pièce.

« Et normalement il reste des bandages dans la salle de bain. J’y vais en premier j’en ai plus besoin que toi. » ajouta-t-il d’un ton sec en enlevant son t-shirt ensanglanté avant de le jeter négligemment au sol et de se diriger vers la vieille porte en bois. Une fois à l’intérieur, il récupéra un rouleau de bandages ainsi qu’une bouteille de désinfectant dans la petite armoire et jeta un coup d’œil sur le miroir crasseux accroché au mur, au dessus du lavabo. De multiples contusions ainsi que des coupures et des égratignures recouvraient le haut de son corps, sur le torse, les épaules et le ventre. Les blessures étaient encore plus abondantes sur ses avant-bras. Sans oublier la longue entaille infligée par le couteau d’Ishida sur son côté gauche.

Haruhiro grommela en coupant un bandage entre ses dents et commença à l’enrouler autour de ses plaies, en désinfectant comme il le pouvait. Une fois qu’il eût terminé, il se s’accroupit et passa sa main derrière le lavabo, dans un petit espace creusé dans le mur et en sortit une grosse liasse de billets.

[ Hm… ça va pas être assez… ]


L’adolescent sortit ensuite de la salle de bain et posa son regard sur la membre de Judgement sans se soucier de si elle avait finit de se changer ou non.

« Si t’as d’autres questions tu me les poseras en chemin, grouille toi de t’enrouler de bandages et on sort. » fit-il en attrapant un T-shirt noir au hasard dans l’armoire avant de l’enfiler. Légèrement trop grand, il était déjà largement plus confortable que celui qu’il portait depuis la veille. Son manteau lui avait cependant été confisqué par Anti-Skill et il ne subsistait de son ancien accoutrement que le pantalon de treillis désormais déchiré ainsi que les chaussures.

Quelques minutes plus tard, le duo marchait dans la rue, de la façon la plus naturelle possible malgré les blessures toujours fraiches et douloureuses. Le trajet fut sans répit pour le jeune assassin puisque Cho n’arrêtait pas de lui poser des questions auxquelles il répondait avec un agacement prononcé.

« Quelle plaie…. D’abord l’autre avec ses couettes et maintenant toi et ta casquette. Je suis quoi moi ? Une babysitter ? » Il se tourna vers la jeune fille.

« Ecoute moi bien, je te demande pas de me faire confiance et je pense pas pouvoir te faire confiance non plus. Garde juste en tête que quand la loli aux cheveux bleus vous a contacté ça nous a mené à cette situation. Alors même si ça t’enchante pas plus que ça, pour le moment va falloir que tu traines avec moi. Nos objectifs ne sont peut-être pas exactement les mêmes mais ils coïncident, et j’ai besoin d’informations donc ta capacité va nous être utile... Rentrer dans la tête des gens, c’est bien ça ? »

Une dizaine de minutes de marche plus tard, Haruhiro s’arrêta devant une ruelle. Une entrée pour Strange, voilà ce que c’était. Un tunnel sombre menant à une partie dangereuse de la Cité Scolaire. Les deux adolescents étaient essoufflés par leur marche, leur endurance considérablement réduite par leurs blessures. Entrer dans Strange dans un état comme le leur était assez risqué mais ils n’avaient pas le choix. Haruhiro se retourna et esquissa un sourire à la jeune fille :

« Alors, tu viens ? On va faire un peu de shopping~ »

Après avoir pénétré dans la ruelle, marchant devant la jeune fille l’assassin reprit la parole :

« J’ai passé un coup de fil avant de rentrer à la planque. On a quelques rendez-vous dans le coin. Si tu veux ressortir de ces ruelles en un seul morceau tu ferais mieux de ne pas t’éloigner… »

Et effectivement, après seulement quelques dizaines de mètres dans les ruelles du district,  un groupe de quatre punks apparu devant eux, le plus proche brandissant un petit couteau pointé vers la gorge de l’assassin.

« Bah alors vous deux, vous vous êtes perdus ? C’est mignon comme tout… maintenant videz vos poches et on vous laissera partir sans abimer vos jolis visages. »

« Comme si ma tronche avait pas prit assez cher comme ça… » soupira Haruhiro pour lui-même. Il leva les yeux et planta son regard droit dans celui du punk et s’approcha lentement en s’adressant à Cho.

« Regarde, voilà comment ça marche par ici… »

Il tira de sa poche un stylo en métal qu’il avait récupéré dans la planque et le prit dans sa main droite, le pouce sur l’extrémité opposée à la mine. Il calcula une compression sur sa main de façon à ce qu’elle parte vers la droite et la relâcha presque immédiatement. Sa main tenant fermement le stylo balaya celle du punk, la lui transperçant avant de se planter dans le mur dans la suite de la trajectoire. L’homme hurla, se tenant le poignet avec sa main gauche, tandis que Haruhiro se baissa pour ramasser tranquillement le petit couteau ensanglanté désormais au sol.

Il adressa un sourire visiblement agacé au groupe et dit en articulant le plus possible : « Cassez. Vous. » « Oh attends, toi, oui toi là... j’aime bien ton manteau... »


***


Une forme noire sauta et traversa les airs. Fusil dans le dos, la jeune fille toute habillée de noir courait à travers la cité scolaire, par le chemin qui lui convenait le mieux : les toits. Malgré sa capuche rabattue sur la tête, des longues mèches de cheveux sombres volaient derrière elle au gré de ses sauts, de même que sa veste légère qui lui descendait jusqu’aux mollets, couvrant sa jupe noire et le haut de ses bottes.

Arrivée à pleine vitesse sur un énième toit, elle freina sa progression en dérapant sur le côté avant d’attraper d’un seul geste son arme dans son dos et de se positionner, un genou à terre et le bipied du fusil calé sur le coin du toit. Le canon incliné de 20 degrés vers le bas environ et l’œil dans la lunette, elle visa. Au travers de la lunette, son regard se posa sur sa cible. Un homme d’environ 40 ans qui portait un costume blanc en dessous duquel on pouvait distinguer une chemise noire à rayures verticales blanches. Il semblait rire, discutant joyeusement avec d’autres personnes, probablement des connaissances. Mais cette joie éphémère n’allait pas durer. Cet homme était un chasseur de tête, quelqu’un qui n’hésitait pas à se salir les mains contrairement à ce que l’on pouvait penser en voyant son costume d’un blanc impeccable. Les tueurs n’ont pas le droit d’être heureux, de rire ou de s’amuser. De toute manière ils en ont rarement l’occasion, tout le reste n’est que du faux.

L’adolescente expira puis inspira et retint sa respiration un instant. Les assassins ne méritent pas de vivre et pourtant ils sont là et tuent toujours plus de monde. Est-ce normal ? Non.

Une puissante détonation se fit entendre, déchirant et surpassant tous les sons aux alentours. L’homme fut transpercé et projeté contre le mur d’une habitation, envoyant du sang partout autour dans un rayon d’un mètre cinquante. Ca n’était pas du travail « propre », simplement une exécution. Qu’elle soit esthétique ou non n’importait pas, ce qui comptait était le résultat final, la mort de la cible.

Sous l’effet du recul de l’arme, les cheveux de la jeune fille ainsi que sa capuche volèrent en arrière, découvrant ainsi sa tête. Soudain, un petit bruit attira son attention et elle jeta un coup d’œil derrière elle. Elle se redressa d’un seul coup et sans prendre d’élan, fit un bond prodigieux sur plusieurs mètres avant d’atterrir sur un autre toit un peu plus bas en effectuant une roulade. Cette dernière à peine terminée, l’adolescente pivota, fusil au bout de son bras tendu et le ramena devant elle, œil dans le viseur. Son pouce actionna un petit bouton poussoir et immédiatement, l’arme réagit, changeant légèrement de forme. L’un des deux gros chargeurs accrochés près de la crosse s’avança tandis que celui qui était le plus avancé se recula, le tout dans des petits cliquetis de micro-pistons électroniques. Le canon se modifia également, se rétractant un peu et s’élargissant  en tournant sur lui-même. La transformation ne dura que quelques secondes durant lesquelles la jeune fille put voir une forme sauter du toit depuis lequel elle avait tiré dans sa direction. Les lumières bleues s’allumèrent sur le fusil, immédiatement, elle appuya sur la détente, envoyant une salve de balles sur l’homme qui lui tombait dessus, le déchiquetant complètement.

La fille à l’arme  courut sur quelques mètres avant de se retourner et de pousser un petit bouton sur le côté de son arme.

« Kh.. ! »

Alors qu’un autre ennemi la prenait en joue du haut du premier bâtiment, elle appuya plusieurs fois d’affilée sur la gâchette, l’œil toujours collé à la lunette. Cinq explosions se firent entendre tandis que l’homme s’effondrait après avoir été repoussé en arrière par deux munitions, les trois autres ayant détruit et explosé le mur qu’elles avaient atteint. La jeune fille s’apprêtait à souffler lorsque quelque chose remua dans son dos. Elle se retourna juste à temps pour parer avec son fusil un couteau s’abatant sur elle de haut en bas. Elle put distinguer très clairement la lame crantée à quelques centimètres seulement de son visage. Grognant un juron, elle fronça les sourcils et administra un solide coup de crosse à son agresseur avant de lui infliger un coup de pied retourné dans la mâchoire. Sans s’arrêter, elle se tourna sur la gauche, son canon désormais bouché par la cage thoracique d’un quatrième attaquant. Dans un instant de flottement, aucun des deux ne bougea. Plongeant son regard dans celui de l’homme, la jeune fille appuya sur la détente, l’éjectant sur plusieurs mètres.

Elle fit quelques pas en arrière et tenta de retrouver son souffle, s’accordant quelques minutes pour récupérer. Se retournant finalement, elle regarda un point à l’horizon, en direction du district 10. Son véritable objectif se trouvait là bas.


Le duo nouvellement formé se déplaçait dans Strange depuis près de deux heures. Haruhiro s’était un instant arrêté devant ce qui semblait être une racaille, tee-shirt débraillé, casquette à l’envers et pantalon trop large auquel pendaient plusieurs chaines. L’assassin récupéra une petite mallette en échange d’une grosse liasse de billets, la transaction ne dura au plus que quelques minutes plutôt silencieuses. Voyant le regard interrogatif et peu confiant de Cho, l’adolescent décida de lui expliquer tandis qu’ils progressaient toujours plus loin dans les ruelles. Il leva la petite mallette grise sous le nez de la jeune fille :

« Oui, c’est illégal. Honnêtement on a de la chance que ces types n’écoutent pas les rumeurs sinon on aurait eu du mal à les avoir. »

Comme son regard continuait de le fixer sous la visière de la casquette couverte de pins, il reprit la parole :

« C’est des médicaments. Des substances expérimentales avec généralement des effets secondaires. Enfin si on fait attention il ne devrait pas y avoir de problème. »

Son explication semblait avoir encore plus troublé la jeune fille qui, à en juger par son regard, n’était pas très rassurée par la mallette. Il n’avait de toute façon ni le temps ni l’envie de la rassurer, il avait simplement besoin d’elle, c’était tout. Après avoir bifurqué deux fois à droite, les deux adolescents débouchèrent sur une ruelle plus large que les autres, de presque le double en largeur. Haruhiro fit quelques pas avant de s’immobiliser en voyant un groupe de trois personnes qui attendaient visiblement depuis un moment déjà.

« Tiens moi ça et reste ici, à partir de là ça peut devenir dangereux. » dit-il à voix basse en tendant la mallette à Cho.

Il s’approcha des trois hommes devant lesquels deux gros sacs de sport noirs étaient posés sur le sol, fermés chacun d’une unique fermeture éclair grise clair.

« Yo, ça fait longtemps pas vrai ? » sourit-il en s’agenouillant devant le premier sac, commençant à l’ouvrir. Une main se posa sur son épaule, l’arrêtant dans son geste.

« A-attends… j’aimerai clarifier des choses… tu n’as jamais demandé autant d’un seul coup, tu as de quoi payer ? Et hum… c’est qui la petite là, normalement tu n’es pas accompagné. »

Haruhiro tourna la tête en direction de l’homme qui lui parlait. La trentaine environ, une petite moustache et des cheveux semi-courts et bouclés bruns. De petits yeux inquiets et un visage légèrement rondouillet. Vêtu d’une simple chemise et d’un pantalon noir, l’homme eu un petit mouvement de recul lorsque le jeune assassin le regarda d’un air agacé.

« H-heuu ce n’est pas que je ne te fais pas confiance, mais tu vois il y a des rumeurs qui circulent depuis hier sur toi alors je me demandais… »

L’adolescent se redressa sans dire un mot, voyant du coin de l’œil que l’un des deux gars restant s’approchait de Cho. Il passa la main sous son nouveau manteau récemment récupéré sur le premier groupe de Skill-Out, attrapant quelque chose et dit à la jeune fille avec un léger sourire presque désolé.

« Casquette-chan. Explose le. »

Ne laissa pas le temps aux deux autres de réagir, il leva la main puis l’abattit à la verticale, plantant le petit couteau dans l’épaule de l’homme à la chemise. L’homme poussa un hurlement et tomba à genoux. Voyant ce qui se passait, son acolyte s’apprêtait à réagir lorsqu’une main l’attrapa par le côté du visage et lui écrasa la tête contre le mur de la ruelle, le laissant sans connaissance.

« UUurrrrggggh ça fait mal… vous êtes pas très coopératifs vous… je vous ai appelé justement parce que je pensais que vous ne seriez pas mis au courant… »
dit il en se tentant la tête de la main gauche avant de se tourner de nouveau vers l’homme à la chemise et d’attraper le manche du couteau planté dans son épaule, lui r=arrachant un nouveau gémissement de douleur.

« Bon, voilà ce qui va se passer. Je vais prendre ce que je t’ai demandé et non je ne vais pas payer. Les rumeurs que tu as entendues sont très probablement vraies, aussi je te déconseille d’aller raconter quoi que ce soit à tes amis. » Il resserra son étreinte sur le manche du couteau « Sinon je reviendrai te voir, et je doute que tu apprécieras… »

Il tira ensuite d’un coup sec sur le couteau, le retirant de l’épaule de l’homme qui se roula en boule sur le sol en gémissant de douleur. Haruhiro jeta un coup d’œil vers Cho qui le fixait d’un air qu’il n’appréciait pas. Sa méthode de faire ne lui convenait probablement pas mais finalement il s’en moquait. Elle tenait la mallette de médicaments avec ses deux mains et devant elle gisait le gaillard qui s’était approché d’elle, les deux mains sur le visage et se roulant sur le sol en grognant des injures. Haruhiro haussa un sourcil. Elle l’avait frappé. Avec les médicaments.

[ Bon. D’accord, pourquoi pas après tout... ]

Il attrapa les deux sacs et les traina tant bien que mal jusqu’à la jeune fille, lui faisant signe d’en porter un, avant de placer l’autre sur son épaule la plus en forme. Les deux sacs avaient un poids significatif et il grimaça en sentant les lanières s’enfoncer dans sa peau.

« Bon ça pèse une tonne comme prévu. On va prendre un raccourcit pour rentrer à la planque mais va falloir porter tout ç- »

« Onii-chan, Onee-chan ! »

Haruhiro se figea en voyant sentant quelque chose s’agripper à son bras. Il baissa lentement les yeux vers le nouvel élément perturbateur.

Accrochée comme si sa vie en dépendait, une petite tête avec de gros yeux bleus le regardait avec espoir. Portant une robe violette surmontée d’un petit chemisier blanc, la jeune fille qui ne devait pas avoir plus de 12 ans le fixait avec insistance. Ses cheveux mi-longs étaient attachés en deux petites couettes blondes qui retombaient derrière sa tête. L’adolescent eut un brusque mouvement de recul. Il regarda la fillette, puis Cho, puis la fillette, puis encore Cho.

« Qu’est-ce que… » lâcha-t-il sur un ton énervé en reposant son regard sur la petite blonde.

« Je me suis perdue dans les ruelles en suivant un papillon… je ne trouve pas ma maman ni mon papa… Onii-chan, Onee-chan… vous avez l’air gentil vous voulez bien m’aider ? » demanda-t-elle sur un ton implorant qui aurait suffit à faire fondre n’importe quelle personne dotée de sentiments.

Haruhiro agita le bras pour l’obliger à relâcher son étreinte.

« L-lâche moi, satanée môme, va voir ailleurs ! »

La petite blonde partit alors se réfugier derrière Cho et l’attrapa par la taille.

« Onii-chan fait peur… mais il est courageux et toi aussi, Onee-chan. Vous avez battu les méchants pas vrai ? »

Haruhiro regarda un instant Cho qui semblait aussi surprise que lui avant de jeter un coup d’œil en direction des trois hommes étalés sur le sol. Comment cette fillette avait-elle pu se retrouver aussi près d’une transaction qui aurait pu mal tourner au beau milieu de Strange ? Avait-elle seulement conscience de ce à quoi elle venait d’assister ? Dans les sacs de sport se trouvaient des armes à feu ainsi que des équipements à la pointe de la technologie de la cité Scolaire. Tant qu’il ne révélait pas son nom tout irait bien, probablement. Aucun de ses contrats dans le passé n’avait impliqué la mort d’une fillette et l’assassin commençait à se demander si la petite n’allait pas devenir sa première cible du genre.

L’adolescent marmonna quelque chose d’inintelligible avant d’attraper les deux sacs et de les porter à bouts de bras en empruntant et de marcher droit devant, laissant Cho le suivre et se débrouiller avec la petite blonde. Il leur fallait sortir rapidement des ruelles sous peine de se faire attaquer de nouveau. Le jeune assassin savait pertinemment qu’il ne pourrait plus affronter qui que ce soit dans son état actuel. Non seulement chaque parcelle de son corps le faisait souffrir mais sa tête le lançait également. La télépathe était comme lui et ne pouvait pas non plus utiliser son pouvoir. Le moment était vraiment mal choisi pour s’occuper d’une gamine venue de nulle part, ils devaient l’abandonner au plus vite sous peine de s’attirer encore plus de problèmes.

L’adolescente avait enfin atteint le dixième district, elle consulta d’un rapide coup d’œil l’un des deux gantelets métallique qu’elle avait aux avant-bras puis balaya la foule du regard, en regardant à travers la lunette de son fusil sniper. Un petit sourire en coin se dessina sur ses lèvres.

« Trouvé. »

A la sortie d’une ruelle, trois personnes discutaient. L’une était un adolescent brun à l’air grognon qui portait deux sacs visiblement lourds puisqu’il semblait essoufflé. A côté de lui se trouvait une jeune fille portant une casquette des plus originales sur la tête. Enfin, une petite fillette fermait le cercle en s’exclamant joyeusement. La jeune fille au fusil zooma sur les trois visages, passant son viseur sur le visage du garçon d’abord, confirmant son identité ainsi que son appartenance au Dark Side. Vint ensuite le tour de l’adolescente, son visage lui rappela vaguement quelque chose, elle avait dû être présente lorsque l’autre assassin, Ishida, avait foncé sans prévenir sur Haruhiro. Le viseur se posa finalement sur la fillette, elle zooma encore de quelques crans pour bien voir les traits de son visage enfantin.

« Impossible ! Ca ne peut pas être... ?! »

Haruhiro râlait, il avait finalement porté les sacs sur tout le chemin du retour dans les ruelles. Cho quand à elle avait du s’occuper de la petite qui s’exclamait dans tous le sens avec beaucoup plus de joie que nécessaire, ce qui commençait à taper sur les nerfs de l’adolescent qui ne pouvait pas calmer son mal de tête. Elle les avait arrêtés sans prévenir à la sortie de la ruelle en riant  sans se retenir… qu’est ce que c’était que cette joie de vivre excessive ?

« Désolée Onii-chan, Onee-chan… je vous ai un peu menti. » elle se tourna alors vers l’assassin et le regarda droit dans les yeux, montrant son véritable visage en affichant un sourire malicieux.

« Même toi tu n’as rien vu pas vrai, Haruhiro-kun ?~ »

Les yeux de l’adolescent s’écarquillèrent alors, tout en calculant une compression sur la paume de sa main, il tenta d’attraper la tête de la fillette qu’il venait d’identifier comme un ennemi mortel. Cette dernière ne réagit qu’au dernier moment, plaquant sa main contre celle de Haruhiro et entremêlant ses doigts à ceux du garçon.

« Bordel… qu’est ce qu-»

« Tu ne peux rien contre moi, je peux annuler tes compressions. J’ai été envoyée exprès pour te battre tu sais ? Je suis parfaite pour ça. »


Haruhiro sentit soudain qu’il ne pouvait plus bouger, ce n’était pas comme quand le gamin de Nagatenjouki l’avait immobilisé, c’était comme si quelque chose de solide l’enveloppait entièrement. Soudain en proie à la panique, ses yeux se mirent à bouger dans toutes les directions, croisant plusieurs fois le regard de Cho. La fillette se retourna vers cette dernière et planta un regard glaçant dans celui de la jeune fille.

« Je te déconseille de bouger, il est complètement inoffensif maintenant alors je peux en finir avec lui quand je veux. Et c’est pareil pour toi, Nakamura Chō c’est bien ça ? »

Elle relâcha son pouvoir, libérant ainsi Haruhiro qui manqua de tomber en avant puis repris la parole :

« Vous avez tous les deux été en contact physique avec moi, je peux vous immobiliser quand je veux alors n’essayez même pas de m’attaquer. Vous aviez prévu d’enquêter, pas vrai Onii-chan ?~ » ajouta-t-elle en exagérant sur sa voix en agitant une clé USB sous le nez de Haruhiro.

« Cette histoire est intéressante… là dedans il y a la raison pour laquelle Aku-chan est visée à ce point. J’ai fait les recherches pour vous et j’ai découvert pas mal de choses… je fais ça dans mon propre intérêt, tu devrais comprendre. Il y a quelque chose que je veux récupérer. Si je te donne cette clé je veux que tu m’aides à reprendre l’objet que je cherche. Onee-chan c’est valable pour toi aussi, tu  es impliquée de toute façon. »

Elle se tourna ensuite vers la rue  et tendit le bras dans une direction, imitant un pistolet avec sa main  et mima un tir.

« On dirait que tout le monde est là. Alors, vous acceptez mon offre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 18
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Sam 18 Fév - 2:06

« Aaah, bon sang ! Mince alors, quelle malchance ! »

Le garçon au chapeau appuya sur les boutons de son téléphone en grognant légèrement, les yeux posés sur l’écran tandis qu’il tirait toujours Akutoku par le poignet, le duo ne s’étant pas arrêté de courir dans la ruelle.

« Qu’est ce qu’il se passe, sempai ? »

« J’ai perdu le signal du téléphone de Nakamura-kun… Heureusement j’ai toujours la zone où j’ai reçu le signal pour la dernière fois, mais j’ai un mauvais pressentiment. Quand on doit se contacter, elle n’éteint jamais son téléphone. »

La jeune fille se pinça les lèvres en voyant l’air embêté de l’étudiant de Nagatenjouki au chapeau. Même si la moue embêtée du garçon aurait presque put paraître être une mimique comique de théâtre, Akutoku remarquait bien que cela différait du sourire qui était accroché à son visage habituellement. Le fait que quelque chose semble être arrivé à l’une des personnes qui l’avait aidée en plus… L’étudiante espérait au plus profond d’elle-même que tout se passait pour le mieux. Elle ferma les yeux pendant un instant, puis releva la tête.

« Est-ce… Est-ce que tu crois que Nakamura-san est en danger ? »

Une lueur dans les ténèbres apparue de nouveau, illuminant les yeux d’Aku en les remplissant d’étoiles. Le garçon au chapeau se remettait à sourire avec aplomb, son regard déterminé tourné vers le chemin qu’ils étaient en train d’emprunter.

« Ahah, non. Elle est le genre de fille à être la dernière pour laquelle on devrait s’inquiéter. Et pas seulement parce qu’elle est très intelligente… Mais parce que c’est la fille la plus forte que je connaisse. Non… La personne la plus forte que je connaisse. Quoi qu’il se passera… Elle trouvera un moyen de faire en sorte que tout tourne pour le mieux. Fait-moi confiance ! »




♦♦♦




« … Et donc, tu es aussi voleur de vêtement, en plus d’être un kidnappeur d’étudiante de première année ? J’avoue avoir été un peu étonné de pas avoir vu de fringue pour fille, je me disais qu’a force d’attraper des gamines tu aurais finis par avoir une vrai garde robe. »

{{ Retrouvez Reitoko-chan, hein… Je doute qu’il lui soit arrivé quoi que ce soit. Si elle à été escortée par Anti-Skill… Et puis, d’une façon ou d’une autre je sais que quelqu’un est là bas pour s’assurer que tout se passe bien. Mais ce qui est sûr, c’est que je dois trouver de quoi il retourne vraiment… }}


Nakamura  Chō tira sur un pan de sa veste brune un peu trop grande en laissant sortir un petit grognement. Elle devait admettre qu’elle avait eu de la chance de pouvoir s’en sortir de cette situation de crise, et plus que tout elle savait qu’elle était redevable au garçon pour le fait qu’elle soit en train de marcher tranquillement à ses côtés. Mais c’est justement ça qui la dérangeait, et bien plus que de porter des vêtements miteux. Avoir une « dette » envers des personnes prêt à en tuer d’autres, c’était un peu la pire des idées, surtout que la membre de Judgment était plutôt du genre à essayer de compter le moins possible sur les autres, quitte à agir d’elle-même dans certaines situation. Et c’était justement ce qu’il s’était passé, puisqu’elle avait décidé d’en apprendre plus elle-même en saisissant l’occasion d’aller avec le fourgon plutôt que d’attendre son camarade pour échanger des informations.

« Ah, j’avais oublié que tu étais aussi un délinquant-assassin. Je t’avais dit que j’aurais- Que NOUS aurions dû rester à ton sale trou miteux un instant de plus. J’ai besoin de récupérer mes batteries. »

{{ Pfff, parfait. Et avec ça, mes blessures n’auront pas le temps de guérir. Je ne peux toujours pas utiliser mon pouvoir avec efficacité... }}

« De toute façon dès que je peux je te capture de nouveau. Je suis une membre de Judgment depuis déjà quatre ans, alors ne crois pas que tu vas arriver à m’échapper. Hooy, tu m’écoutes, Haru « hero »-kun ? Je suis sûr que tu te prends pour un héros… Mais au final, ta place est vraiment au reformatory, j’ai vu dans ta tête ce à quoi tu penses ! »

« Et où est ce qu’on va, de toute façon ? »


« Quelle plaie…. D’abord l’autre avec ses couettes et maintenant toi et ta casquette. Je suis quoi moi ? Une babysitter ? »

« Écoute moi bien, je te demande pas de me faire confiance et je pense pas pouvoir te faire confiance non plus. Garde juste en tête que quand la loli aux cheveux bleus vous a contacté ça nous a mené à cette situation. Alors même si ça t’enchante pas plus que ça, pour le moment va falloir que tu traines avec moi. Nos objectifs ne sont peut-être pas exactement les mêmes mais ils coïncident, et j’ai besoin d’informations donc ta capacité va nous être utile... Rentrer dans la tête des gens, c’est bien ça ? »


Chō souffla en détournant la tête sur le côté, elle n’avait vraiment aucune envie de passer plus de temps avec ce garçon, surtout qu’elle était sûr qu’elle ne pouvait en aucun cas lui faire confiance. Si il l’avait sauvé, c’était sûrement pour une bonne raison qui le ferait profiter lui et surtout lui, elle en était persuadée. Peut-être même, comme elle le pensait, était-elle son otage comme Akutoku aurait put l’être avant. Mais se mesurer à lui maintenant n’avait aucun intérêt, à part empirer les choses. De plus, elle n’était pas sûr de pouvoir l’égaler en close combat. Elle aura son occasion, elle avait juste à attendre. Oui, attendre. Le suivre. Si elle ne le considérait pas comme un alliée, elle tenta de réfléchir d’une façon plus neutre, la chose la plus importante pour l’instant était de retrouver l’usage de son pouvoir et de trouver les réponses de cette histoire. Elle fronça légèrement les sourcils en le voyant sourire de façon narquoise dans sa direction.

« Alors, tu viens ? On va faire un peu de shopping~ »

L’étudiante de Judgment donna un coup de pied mental à Haruhiro et fut un peu déçu que son pouvoir ne soit pas actif pour qu’il puisse le ressentir. Elle se contenta de lui présenter son visage le plus agacé histoire qu’il comprenne à quel point elle ne l’aimait pas, en le suivant néanmoins dans la ruelle dans laquelle il s’enfonçait.

« J’ai passé un coup de fil avant de rentrer à la planque. On a quelques rendez-vous dans le coin. Si tu veux ressortir de ces ruelles en un seul morceau tu ferais mieux de ne pas t’éloigner… »

« Bah alors vous deux, vous vous êtes perdus ? C’est mignon comme tout… maintenant videz vos poches et on vous laissera partir sans abimer vos jolis visages. »

« Comme si ma tronche avait pas prit assez cher comme ça… »

La membre de Judgment suivit les délinquants du regard. Ils étaient au niveau de Strange, après tout, alors ce n’était pas du tout une rencontre fortuite. Elle connaissait bien les skill-out et autre délinquants, elle s’était occupé d’eux de nombreuses fois, de fouiller leurs têtes autant que de la leurs plaquer au sol. Mais là, c’était différent. Elle n’était pas seulement affaiblie, elle n’était pas en patrouille. Oui, la situation n’était pas du tout comparable. Mais ce n’était pas le seul élément qui distordait le moment. Elle posa finalement son regard sur le garçon avec une certaine appréhension. Elle savait de quoi il était capable, après tout.

« Regarde, voilà comment ça marche par ici… »

{{ Hugh, qu’est ce qu’il va… }}

Un bruit de pistolet à air comprimé retentit, tandis que des petites goutelettes de sang voletaient devant la vision de l’étudiante. Elle se crispa en entendant l’un des hommes se tordre de douleur en retenant sa main. Oui, voilà la manière de faire de la personne avec qui elle marchait. La manière de faire de ce genre de personne. Oui.. Ce n’était vraiment pas une situation comparable.

« Cassez. Vous. Oh attends, toi, oui toi là... j’aime bien ton manteau... »


...


{{ Que… Qu’est ce que c’est ? }}

L’adolescente retint sa casquette à deux doigts, en serrant les dents, les yeux posés sur la malette grise qu’Haruhiro lui levait devant les yeux. Qu’est ce que ça pouvait bien être, qui pouvait donc coûter autant d’argent ? Nakamura ne voulait même pas savoir comment le garçon avait gagné cet argent, ce qu’elle savait c’est que quel que soit la façon dont il s’y soit pris elle allait le mettre hors d’état de nuire de nouveau. Mais ce qui dérangeait vraiment la membre de Judgment, c’était le contenu de cette malette, et l’utilisation que l’assassin allait en faire. Car quoi que ce soit, celle-ci doutait de pouvoir l’en empêcher. Finalement, la bouche du garçon se mit à bouger.

« Oui, c’est illégal. Honnêtement on a de la chance que ces types n’écoutent pas les rumeurs sinon on aurait eu du mal à les avoir. »

« …C’est des médicaments. Des substances expérimentales avec généralement des effets secondaires. Enfin si on fait attention il ne devrait pas y avoir de problème. »


{{ Je ne lui fait déjà pas confiance, mais des substances expérimentales… Non, ce n’est pas bon. }}

La jeune fille attrapa la malette grise à contrecoeur, elle était un peu lourde et poussait sur des douleurs qu’elle ressentait aux épaules. Elle planta ses canines dans sa lèvre inférieur en fermant un œil. Décidément, ce sale kidnappeur d’ado n’était pas non plus un gentleman. Avec un petit effort, Nakamura réussit finalement à porter la malette sans trop d’effort, en usant de ses deux mains. Elle suivit le garçon du regard, il allait visiblement piquer la cosette avec les « vendeurs » de ses dites substances. Tout ça était très très louche, et ça semblait ne pas vraiment s’arranger, vue le visage du garçon. Chō entendit des pas venir de son côté gauche, dans sa direction. Elle fronça les sourcils. Elle avait un mauvais pressentiment tel qu’elle en avait déjà ressentie en mission chez Judgment.

« Casquette-chan. Explose le. »

Nakamura laissa échapper un soupire en fermant les yeux, puis tourna sur elle-même en utilisant la force centrifuge pour parer à sa faiblesse du moment. En un seul tour, elle envoya tout le poids gagné par la rotation et celui déjà présent dans la valise pour venir frapper de plein fouet l’homme en essayant de viser en hauteur pour l’assomer. Une fois la rotation terminée durant laquelle elle avait pu entendre des hurlements de douleur du côté de son « camarade », elle souffla en posant un doigt sur sa casquette, regardant l’homme qu’elle avait visée tomber au sol.

{{ Je vais finir par prendre plaisir à être du mauvais côté… Arrrgh, on va dire que j’ai jamais dit ça. }}

Elle ne tourna même pas la tête derrière elle, se contentant de se remettre à la suite d’Haruhiro en prenant soin de lui envoyer un regard noir pour lui reprocher au maximum la façon dont les choses s’étaient déroulée, faisant mine de ne pas voir l’homme qu’elle avait assommée en l’ayant frappé en pleine tête avec une malette.

« Bon ça pèse une tonne comme prévu. On va prendre un raccourcit pour rentrer à la planque mais va falloir porter tout ç- »

« Onii-chan, Onee-chan ! »

{{ Nani ? }}

« Je me suis perdue dans les ruelles en suivant un papillon… je ne trouve pas ma maman ni mon papa… Onii-chan, Onee-chan… vous avez l’air gentil vous voulez bien m’aider ? »

{{ Un « papillon », hein. Huu… Attends une seconde, encore une jeune fille ? Est-ce que ça serait une connaissance d’Haruhiro ? « Enkō » ? Non… Ou alors, c’est une autre fille qu’il a ou compte kidnapper, ce sale pervers… }}

Nakamura tourna un regard accusateur et totalement gratuit en direction d’Haruhiro, saisissant visiblement toute les chances pour en faire le bouc émissaire. Mais d’une façon ou d’une autre, elle savait qu’elle devait lui reprocher quelque chose quand à cette très jeune fille. Elle reposa son regard sur celle-ci, d’ailleurs. Qu’est ce qu’elle pouvait bien faire si loin de chez elle, dans un endroit comme Strange ? C’était vraiment très étrange. La membre de Judgment renifla légèrement en se posant cette question en s’arrêtant tout juste dans sa course, alors qu’elle comptais rassurer la jeune fille comme elle le faisait habituellement dans la Cité Académique, car c’était très souvent que des jeunes enfants se perdaient dans les rues. Elle grogna en fronçant les sourcils, voyant Haruhiro se débattre.

« L-lâche moi, satanée môme, va voir ailleurs ! »

« Onii-chan fait peur… mais il est courageux et toi aussi, Onee-chan. Vous avez battu les méchants pas vrai ? »

« Hu ? »

Nakamura Chō laissa la jeune fille placer ses bras autour de son corps sans vraiment essayer de lutter, ce n’était qu’une petite fille après tout. N’est-ce pas ? Ce que Nakamura devait faire était très simple : d’abord connaître l’établissement de la fillette ou son lieu de résidence, puis la rassurer, et enfin appeler Judgment ou l’emmener elle-même si la zone n’était pas trop éloignée. C’était la procédure de base. Elle caressa la tête de la gamine pendant que celle-ci bougeait dans tout les sens, le trio continuant à s’avancer dans la rue. Etrangement, quelque chose l’empêchait de lui parler. Elle soupira de nouveau, puis pris sa respiration. Apparemment, son abilité à scanner était revenue, c’était déjà ça. Elle ouvrit finalement la bouche, préférant parler directement à la jeune fille plutôt que de rentrer dans son cerveau.

« Excuse-moi, au fait, il faudrait que tu nous dises d’où tu viens. Tu ne devrais pas rester ici toute seule, c’est très dangereux. En tout cas tu as raison, tant que nous sommes là, tu n’as pas à avoir peur. »

L’adolescente se plia pour se baisser et retira un pins de sa casquette, le tendant à la fillette qui s’était finalement arrêtée de courir partout pour la regarder.

« Où sont tes parents ? »

« …Désolée Onii-chan, Onee-chan… je vous ai un peu menti. »

« Même toi tu n’as rien vu pas vrai, Haruhiro-kun ?~ »


L’adolescente cligna des yeux, sans vraiment comprendre la situation. Désormais, c’était le garçon qu’elle regardait, comme si elle n’existait plus. Un bruit d’explosion d’air comprimé la fit sursauter, tandis qu’elle ouvrit la bouche en se relevant, levant une main vers Haruhiro son visage déformé par la terreur, pensant qu’il allait s’apprêter à lui faire du mal. Nakamura n’allait pas hésiter. Si c’était le moment où elle devait en finir avec Haru, alors elle le ferait. Si elle devait se prend un coup de poing dans les tripes pour protéger la jeune fille, elle le ferait. Mais elle s’arrêta en chemin en voyant que le garçon s’était arrêté en chemin. Il tenait la main de fillette entre ses doigts.

{{ Que… }}

« Tu ne peux rien contre moi, je peux annuler tes compressions. J’ai été envoyée exprès pour te battre tu sais ? Je suis parfaite pour ça. »

Nakamura commença lentement à reprendre sa respiration, totalement dépassée. Cette jeune fille n’était pas ce qu’elle prétendait être. Elle ne scanna même pas dans sa tête. Sa façon de parler avait changée. Mais pas seulement ça… Sa gestuelle, sa façon de regarder Haruhiro… La membre de Judgment plissa les yeux en regardant le duo. Elle vit Haruhiro sans pouvoir se décider à agir dans une telle situation, avant de finalement poser ses yeux sur ceux de la fillette. Le regard que celle-ci plantait dans les yeux de Nakamura n’avait rien de comparable à avant, ce qui lui glaça le sang.

« Je te déconseille de bouger, il est complètement inoffensif maintenant alors je peux en finir avec lui quand je veux. Et c’est pareil pour toi, Nakamura Chō c’est bien ça ? »

« Vous avez tous les deux été en contact physique avec moi, je peux vous immobiliser quand je veux alors n’essayez même pas de m’attaquer. Vous aviez prévu d’enquêter, pas vrai Onii-chan ?~ »


Le regard dépassé de la membre de Judgment se posa sur la clé USB brandit par la jeune mercenaire. La situation avait pris une horrible tournure, le genre de moment où tout ce qu’elle croyait savoir était réduit à néant. Elle ne savait même plus qui était ses alliés et qui était ses ennemis. Mais plus encore, elle ne savait pas ce qu’elle devait faire. Qu’est ce qu’elle pouvait faire ? Elle qui avait toujours tenté d’agir par elle-même, en réglant les choses du mieux possible… En tentant de faire le bien autant qu’elle le pouvait, dans la moindre petite action… Qu’est ce qui était la bonne chose à faire dans une situation pareille ?

« Cette histoire est intéressante… là dedans il y a la raison pour laquelle Aku-chan est visée à ce point. J’ai fait les recherches pour vous et j’ai découvert pas mal de choses… je fais ça dans mon propre intérêt, tu devrais comprendre. Il y a quelque chose que je veux récupérer. Si je te donne cette clé je veux que tu m’aides à reprendre l’objet que je cherche. Onee-chan c’est valable pour toi aussi, tu  es impliquée de toute façon. »

{{ Ce n’est pas bon… Tout ça… Ca devient totalement hors de contrôle… Même Haruhiro ne semble pas pouvoir faire quoi que ce soit… }}

L’adolescente suivit le doigt de la petite fille tandis qu’elle se retournait en leurs tournant le dos. Visiblement, elle pointait quelque chose à présent, avant de relever la main en soufflant.

« On dirait que tout le monde est là. Alors, vous acceptez mon offre ? »

Nakamura ferma un œil et activa sa Telepathy. Un câble invisible et intangible traversa le crâne de la jeune fille et fonçait dans la direction où elle pointait le doigt. Elle put voir ce qui gravitait distraitement dans l’esprit de la jeune fille. Elle put ressentir et entendre le même mot retentir dans sa tête. « Dark Side ». Donc même aussi jeune… Même cette enfant semblait véritablement être une mercenaire. La membre de Judgment eut du mal à se faire réellement à cette idée, même si c’était la seule explication possible à toute sa façon d’agir.

Apparemment, elle aussi voulait récupérer quelque chose en échange des infos de cette clé USB… Malheuresement, Chō ne réussit pas à récupérer la moindre information sur celle-ci. Mais quelque chose de bien pire lui tordit l’estomac. Son canal télépathique avait frappé un autre cerveau dans la direction qu’avait pointé la jeune fille. Impossible d’y farfouiller à cause de l’état de son pouvoir, mais elle savait ce qu’il en était. Nakamura serra les dents et ferma le canal avec les deux autres cerveaux en se connectant avec celui d’Haruhiro.

{{ Tch… Haruhiro, tu m’entends ? Il y à une autre personne, là-bas. Elle est peut-être dangereuse, peut-être armée… Nous devons être très prudent. La meilleure chose à faire… C’est peut-être de faire ce que cette petite fille veut pour l’instant. Je ne suis pas capable d’utiliser trop mon pouvoir, et il m’est totalement impossible de les empêcher d’agir. }}

{{ Cette petite fille veut quelque chose en échange… L’autre personne est peut-être son complice. J’ai eu un peu de mal à la débusquer, alors elle devait connaître sa position. Le mieux, c’est qu’on lui fasse… « croire » qu’on va le lui donner. Si elle ne nous considère plus comme une menace mais comme quelque chose sous son contrôle, alors on pourra espérer agir. }}

Nakamura souffla légèrement en baissant la tête, puis se massa la nuque.

{{ Je suis connecté avec leurs cerveaux, mais surtout celui de cette petite fille. Si jamais elle compte agir, je le saurais, et si j’arrive à reprendre le contrôle sur ma télépathie, j’arriverais peut-être à aussi prédire les mouvements de l’autre personne. Dès qu’elle pense à tenter quelque chose, je te préviens en détail avant. L’important, c’est que quoi que tu fasse, tu essayes de lui faire le moins de mal possible. }}

L’adolescente ferma ses deux mains sur le manche de la malette et avala sa salive, avant de poser son regard à présent un peu plus déterminé sur la petite fille.

« … Parfait… Tu as gagné. Nous allons faire ce que tu veux. »

{{ …Oui, je sais que jusqu’à maintenant, ta façon d’agir « brutale » et éclair s’est révélée efficace, mais pas dans le bon sens du terme. Dans une situation comme celle-ci, il vaut mieux que tu agisses seulement une fois que je t’aurais prévenu. Et je n’attends pas vraiment ton accord, de toute façon. Nous ne sommes pas alliés, après tout. Mais on va s’en sortir tout les deux, parce que l’on à besoin d’aller jusqu’au bout de cette histoire. Je sais que toi aussi, c’est ce que tu veux. Haruhiro-kun… Faisons équipe. }}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 18
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Dim 19 Fév - 18:10

{{ Tch… Haruhiro, tu m’entends ? Il y à une autre personne, là-bas. Elle est peut-être dangereuse, peut-être armée… Nous devons être très prudent. La meilleure chose à faire… C’est peut-être de faire ce que cette petite fille veut pour l’instant. Je ne suis pas capable d’utiliser trop mon pouvoir, et il m’est totalement impossible de les empêcher d’agir. }}

La voix de Cho dans sa tête sortit Haruhiro de sa surprise, il cligna deux fois les yeux et faillit regarder dans sa direction avant de se raviser, se rappelant la situation.

{{ Cette petite fille veut quelque chose en échange… L’autre personne est peut-être son complice. J’ai eu un peu de mal à la débusquer, alors elle devait connaître sa position. Le mieux, c’est qu’on lui fasse… « croire » qu’on va le lui donner. Si elle ne nous considère plus comme une menace mais comme quelque chose sous son contrôle, alors on pourra espérer agir. }}

[ Pourquoi t’es dans ma tête toi ? Merde, je dois avouer que c’est pratique… Tu veux la duper ? Elle est impliquée dans le Dark Side, et pas qu’un peu à mon avis. Tu peux me croire quand je te dis que ça va nous retomber dessus si on lui ment.]

{{ Je suis connecté avec leurs cerveaux, mais surtout celui de cette petite fille. Si jamais elle compte agir, je le saurais, et si j’arrive à reprendre le contrôle sur ma télépathie, j’arriverais peut-être à aussi prédire les mouvements de l’autre personne. Dès qu’elle pense à tenter quelque chose, je te préviens en détail avant. L’important, c’est que quoi que tu fasse, tu essayes de lui faire le moins de mal possible. }}

Haruhiro ricana imperceptiblement et lui jeta un coup d’œil [ Fais attention, cette fillette est dangereuse, vraiment dangereuse. Mon pouvoir ne lui fait rien, elle a été envoyée exprès pour moi et t’es hs pour l’instant. A mon avis elle a fait exactement comme moi, elle s’est écartée du contrat pour son propre profit. Je veux bien jouer le jeu mais n’attends pas de pitié de ma part.]

« … Parfait… Tu as gagné. Nous allons faire ce que tu veux. »

{{ …Oui, je sais que jusqu’à maintenant, ta façon d’agir « brutale » et éclair s’est révélée efficace, mais pas dans le bon sens du terme. Dans une situation comme celle-ci, il vaut mieux que tu agisses seulement une fois que je t’aurais prévenu. Et je n’attends pas vraiment ton accord, de toute façon. Nous ne sommes pas alliés, après tout. Mais on va s’en sortir tout les deux, parce que l’on à besoin d’aller jusqu’au bout de cette histoire. Je sais que toi aussi, c’est ce que tu veux. Haruhiro-kun… Faisons équipe. }}


[Ben quoi, je suis plus un kidnappeur-voyeur-voleur de vêtements pervers ? Ok on va faire équipe, ça pourrait marcher, Chō-chan. Tu permets que je t’appelle Chō-chan hein ?]

Alors qu’il venait juste de formuler sa dernière pensée, l’adolescent sentit quelque chose lui frôler la joue droite. C’était une sensation brève et extrêmement désagréable qui le fit grimacer. Enfin qui l’aurait fait grimacer si il en avait eu le temps ; à peine avait-il réalisé la chose que la fillette blonde juste devant lui dérapa en arrière sur quelques mètres, les bras croisés sur le devant du corps. Lentement, elle releva la tête, dévoilant un regard d’un bleu acier et un sourire presque hystérique.

« Khhhh c’était puissant… heureusement que je me suis renseignée sur toi aussi. »

L’adolescente avait tiré, sans hésiter même une seconde, elle avait appuyé sur la détente en visant la petite blonde, entre l’assassin et la membre de Judgement. Lorsqu’elle avait compris qu’elle était débusquée depuis longtemps, elle avait immédiatement changé de chargeur en poussant un juron, préférant des balles discrètes et un tir silencieux. Malgré le silencieux et le nouveau type de munition, le tir restait assez puissant pour au moins entamer un mur, cependant la fillette y avait visiblement résisté.

« Tch ! Très bien ! »


L’adolescente se  leva et disparu de son toit en courant, provoquant un nouveau sourire chez la petite fille.

« Bien, revenons en à notre affaire, si vous acceptez c’est beaucoup plus simple pour moi je vous en suis reconnaissante, Onii-chan, Onee-chan. »


Elle s’étira tranquillement sous le regard étonné des deux fugitifs « Au fait, il y a une probabilité non négligeable qu’une tueuse extrêmement compétente nous rejoigne dans les prochaines secondes, pour nous tuer bien sûr. Enfin nous deux, toi Nakamura-chan elle devrait te laisser tranquille, je pense »

« Oi, c’est quoi cette histoire encore ? On a accepté alors donne moi simplement cette clé qu’on en finisse » lâcha Haruhiro sur un ton impatient. Ils ne pouvaient pas risquer de se confronter à une nouvelle machine à tuer dans leur état actuel c’était perdu d’avance.

La fillette aux couettes blondes leva son index devant son visage et fit « non » avec « Tss tss tss tss… par comme ça non, j’aimerai bien qu’elle se joigne à moi aussi. Mais ne t’inquiètes pas je pense pouvoir trouver un arrangement qui conviendra à tout le monde. »

Juste au dessus de leurs têtes, l’adolescente au fusil les regardait, une lueur de destruction dans les yeux. Elle avança un pied dans le vide et se laissa tomber, atterrissant juste derrière sa cible et posa sa main sur sa tête. La petite sursauta et se dégagea avec une vitesse et une facilité qui l’étonna visiblement, pour aller rapidement se réfugier derrière Haruhiro.

« Kyaaaa ! Au secours Onii-chan, protège-moi ! » cria-t-elle avant de le pousser en direction de la nouvelle arrivante.

« Erghh qu-quoi ? » s’étrangla Haruhiro en jetant un regard paniqué à Chō. La fillette avait le don de le prendre au dépourvu, comment était-il supposé se battre, là, tout de suite ?

[Merde elle m’a eu, ça faisait longtemps qu’on s’était pas foutu de ma gueule comme ça… je vais lui faire regretter… ouais… mais en attendant… ]


Son regard se posa sur l’adolescente. Elle le fixait d’un air supérieur, comme si il ne méritait même pas de vivre. Son regard était étrange, ses yeux étaient dorés, presque jaunes. Des lentilles ? A bien y regarder elle semblait porter un arsenal complet. Sous son long manteau on pouvait voir une ceinture avec divers objets high-techs inconnus à Haruhiro, il reconnu seulement ce qui s’apparentait à un chargeur, non, deux ? Mais ce qui était le plus notable en dehors du fusil était bel était bien la présence de ses deux gantelets métalliques gris et noirs d’une taille démesurée sur ses avants bras, englobant ses mains. Ses bottes étaient étranges aussi, la semelle était anormalement épaisse et quelque chose disait à l’assassin que ce n’était pas pour lui faire gagner des centimètres…

Grognant un juron, il s’élança de la jeune fille, mains écartées et prêt à calculer une compression si nécessaire, bien qu’il préférait éviter vu les efforts que cela lui demandait actuellement. L’adolescente ne fit qu’un très léger mouvement de sourcil avant de pivoter sur elle-même, lui balayant le visage avec le bout du canon de son fusil. Pendant qu’il reprenait son équilibre, une main sur la joue, elle mit tranquillement son arme en bandoulière et lui attrapa le cou avec sa main gauche, le plaquant contre le mur de la ruelle, à une vingtaine de centimètres du sol et apparemment sans aucun effort. Elle se tourna vers Chō et la petite blonde et regarda cette dernière après avoir croisé le regard de la jeune fille à la casquette.

« A quoi tu joues ? Qu’est-ce que quelqu’un comme toi vient faire ici ? Et en quoi es-tu liée à cette affaire ? » demanda-t-elle du voix grave, son regard toujours inchangé.

« Ara ara ne malmène pas Haruhiro-kun comme ça, j’en ai besoin encore. Mais je vais te répondre parce que tu m’intéresses aussi. On peut faire un marché tous les quatre, laisse moi t’expliquer. Et lâche-le j’en ai besoin je te dis. »


L’adolescente posa de nouveau son regard sur l’assassin qui tenait le gantelet à deux mains, essayant de respirer. Elle lui lâcha le cou, le laissant s’affaler contre le mur en toussant avant de frapper un coup dans le mur avec son poing droit, juste à côté de sa tête. Haruhiro tourna légèrement la tête pour voir un poing métallique deux fois plus grand que les siens enfoncé dans le mur de deux centimètres. Le message était clair « Tu bouges, tu meurs ».

[Chō… celle là est balèze… ]

« Et qu’est-ce qu’un monstre comme toi pourrait m’offrir, exactement ?  Si ta spécialité est bel et bien la recherche d’informations alors tu dois savoir ce que je veux, il n’y a qu’une seule chose qu’une petite meurtrière comme toi peut me donner. » dit-elle de sa voix froide.

La blondinette sourit, satisfaite « Ma vie, oui. C’était compliqué de trouver des informations sur toi, il n’y a pas grand-chose malheureusement. Mais et si je t’offrais plein de vies en échange d’un service ? Je parle de nettoyer un peu les rangs d’une grosse organisation. De plus, si tu es vraiment une petite justicière prête à tout pour son but, sauver la petite qui est au centre de tout ça devrait t’arranger pas vrai ? Si tu ne te dépêches pas elle va mourir. »

Haruhiro se fit malgré lui la réflexion que même Akutoku était plus grande que cette gamine.

[ C’est comme ça que ça marche, dans le Dark Side si tu as une bonne offre ça peut te sauver la vie. C’est rarement un joli échange par contre. Hé ho, t’es toujours dans mon crâne toi ? ]


L’adolescente retira son poing du mur, faisant dégringoler quelques petits débris et toisa la fillette du regard « Je t’écoute. »

Cette dernière sortit un téléphone portable et pianota rapidement dessus avant de se retourner et de sortir dans la rue. Moins de dix secondes plus tard, une camionnette blanche et recouverte de stickers s’arrêta juste devant elle.

« Venez, on va parler affaire. »


Haruhiro leva un sourcil et se releva, passant juste devant l’adolescente.

« C’est de plus en plus bordélique cette histoire. Entre les ruelles et les camionnettes y a de quoi devenir fou » Il ramassa les deux sacs et se dirigea vers la rue sans prendre la peine de consulter Chō.


***


C’est ainsi que quelques instants plus tard, ils étaient tous réunis dans le compartiment arrière du fourgon, garé près d’un immeuble abandonné. Sur un banc était assise la fille au fusil et sur celui d’en face Haruhiro et Chō, enfin sur le troisième banc au fond du compartiment se trouvait la petite fille, affichant un sourire d’ange.

« Booooon ! C’est étrange comme ambiance, vous n’êtes pas très bavards. » commença-t-elle en frappant dans les mains. Elle se pencha un peu en avant :

« Je vais vous expliquer la situation. Vous pouvez m’appeler Lily, ça sera plus simple. On a tous un point commun, nous sommes liés par cette affaire d’assassinat dont la cible est Akutoku Reitōko. Moi l’affaire m’a intressée alors j’ai enquêté dessus, Haruhiro parce qu’il était chargé de la tuer, Chō car elle devait la protéger et toi… toi je ne suis pas sûre, tu as été beaucoup plus discrète qu’Onii-chan, A-za-mi~ » dit-elle en se tournant vers l’adolescente à la chevelure sombre qui soupira, voyant que tous les regards étaient tournés vers elle.

« Azami Miura. Je me suis infiltrée dans le groupe de Saitō Ishida quand tous ces contrats sur la vie d’Akutoku-san ont commencé à apparaître. N’importe qui aurait trouvé ça louche mais come beaucoup ils ont juste sauté sur l’occasion, et Ishida voulait à tout prix réussir le contrat pour battre Haruhiro. Enfin bref, mon but était de profiter de leur négligence pour les éliminer mais en voyant que Haruhiro n’avait pas tué Akutoku et qu’il l’avait protégé de Ogawa, celui que tu as écrasé contre un mur… » précisa-t-elle en jetant un coup d’œil à l’assassin, « … j’ai décidé d’attendre pour voir comment ça allait évoluer. Ishida a finalement agit quand cette fille, Judgement et Anti-Skill sont allés vous coincer dans la planque de Manzo, j’ai pas mal hésité à vous descendre sur place mais j’ai naïvement pensé que vous resteriez enfermés. » Elle transperça Haruhiro de son regard « Ce que tu as fait à Ishida dans ce fourgon, tu vas le regretter, sois en sûr »

Elle décrocha une petite sphère argentée de la taille d’une pomme de sa ceinture et la posa sur le sol du fourgon à côté des sacs noirs et appuya sur l’unique bouton circulaire à son sommet, laissant son doigt dessus.

« Je ne suis pas venue pour discuter joyeusement avec vous alors dévoile tes cartes ou je laisse ceci s’activer. Cet objet libère des arcs électriques qui seraient suffisants pour griller les organes d’un rhinocéros, j’y suis immunisée et même ta barrière ne pourra pas t’en protéger, dépêches-toi, Lily. »

[Bord-eel quoi ? Encore ? Merde mais ça va faire deux fois qu’on me met un truc dans le genre sous le nez dans un fourgon, en à peine quelques heures. ]


La fillette blonde fit un terrifiant sourire en coin qui laissa de Azami de marbre, c’était comme si elle ne ressentait aucune émotion.

« Bien, entrons dans le vif du sujet alors. Chō-chan je sais que tu l’as laissée avec tes camarades de Judgement mais elle est très certainement en danger actuellement, peut-être même qu’elle est déjà morte. Un gros poisson a commencé à bouger, une adolescente de sa classe particulièrement puissante. Et pas seulement elle. Mais il faut que vous regardiez ça pour comprendre. »

Elle brancha sa clé USB sur une tablette puis ouvrit un fichier et la tendit à Haruhiro « Voilà ce que j’ai pu trouver sur Akutoku, ça rend tout plus clair tu devrais comprendre. »

La jeune fille fit tourner le haut de la petit sphère, la désamorçant et la replaça à sa ceinture, prête à la ressortir si besoin et regarda Haruhiro. L’assassin prit la tablette entre ses mains et y découvrit un document aux bordures noires et à plusieurs pages, le dossier d’Akutoku. Ses yeux s’écarquillèrent soudain. Pas le dossier d’Akutoku, le dossier d’une expérience ayant pour sujet Akutoku. Mais pourquoi voulait-on la voir morte si elle était le sujet d’une expérience ? Ca n’était pas logique. Il fit glisser son doigt de droite à gauche sur l’écran et continua à lire, sentant la rage monter en lui, petit à petit. Lorsqu’il arriva à la fin de la dernière page, il laissa tomber la tablette sur le côté, entre les mains de Chō et frappa du poing contre la paroi du fourgon, tremblant de rage.

« Ils veulent la tuer pour s’en protéger ? Pour empêcher ceux qui ont simulé l’expérience de créer quelque chose de trop puissant… l’expérience touche à plusieurs domaines mais principalement à décupler ses capacités d’esper et de les relâcher sur la Cité Scolaire. D’après les calculs, avec un traitement adéquat et le matériel suffisant il serait possible de figer une zone dépassant la taille de la Cité dans le temps, en la congelant. En élevant ses capacités d’Esper à un niveau de SuperEsper pendant un court laps de temps, ça produirait un genre de super arme à usage unique. L’utiliser pourrait anéantir un pays ou au moins suffisamment l’affaiblir pour le détruire ensuite, en créant de graves troubles météorologiques irréversibles. » la voix de l’adolescent n’était pas stable, comme si une force invisible lui étranglait la gorge, cette force était une colère noire, une émotion qu’il ne connaissait que trop bien.

Sur la dernière page du dossier était inscrit le paragraphe suivant :

« Le sujet présentant un haut niveau de compatibilité, l’ensemble de la simulation a été basée sur le pouvoir « Cryogénisation » au niveau du sujet Akutoku Reitōko, étudiante à Nagatenjouki. Au vu des paramètres physiques et psychologiques du sujet, l’expérience lui infligerait un stress physique et psychologique suffisant pour provoquer une congélation interne des molécules ainsi qu’une destruction de sa personnalité, rendant l’expérience unique et par conséquent non renouvelable. Tout retour à l’état physique et psychologique précédent la phase 2 de l’expérience a été déterminé impossible. Il a également été relevé que le déroulement de la phase 3, provoquant la destruction de personnalité, ainsi que la congélation de l’intérieur du corps du sujet vers l’extérieur, pouvait donner lieu à des complications dû au fait que l’opération ne serait pas indolore malgré toutes les substances administrables dans le cadre de la préparation à l’expérience. Il a donc été déterminé qu’un respect absolu des doses durant les phases de préparations, 1, 2 et 3 pourrait permettre d’amorcer l’ultime phase n°4. Un non respect des doses et des précautions détaillées pourrait a contrario conduire à la mort du sujet par la douleur, voir par la destruction prématurée de son corps ou de son esprit, provoquant alors un échec immédiat de l’expérience. Il a cependant été notifié que si le sujet était mis en état de mort cérébrale, l’expérience aurait 12,457969 % de chances de réussir mais avec une baisse drastique de l’efficacité du résultat final recherché. »

« Qu’est-ce qui s’est passé, comment des informations concernant une expérience comme celle là ont pu fuiter des labos, qu’est-ce qui a créé la brèche ? » demanda le jeune assassin d’une voix rauque.

Lily haussa les épaules et écarta les mains d’un air indifférent « Aucune idée, c’était là alors je l’ai pris. C’était pas si bien dévoilé mais normalement les labos du rang de celui où je suis allée farfouiller n’ont pas ce genre d’infos, soit il y a eu une erreur soit une attaque informatique, une vengeance… il y a plein de possibilités. »

Haruhiro serra les dents puis pris la mallette sur ses genoux et l’ouvrit. Dedans se trouvaient quatre petits sachets contenant quelques comprimés de différentes couleurs, il en prit deux, les ouvrit et versa quelques médicaments bleutés dans sa main avant d’y rajouter ceux du deuxième sachet, verdâtres.

« Chō, tu vois maintenant le véritable visage de la cité Scolaire. Si tu veux laisser tomber maintenant tu peux, Aku ne t’en voudra pas. »

Lily lui tendit une bouteille d’eau minérale en souriant, il la prit avant de continuer « Moi je vais aller chercher les responsables de ces conneries et je vais leur offrir un aller simple vers l’enfer. »

Il versa ensuite la douzaine de comprimés dans sa bouche et vida la bouteille d’eau d’une traite. Azami prit la tablette des mains de Chō qui était devenue livide et commença à lire le document à son tour, prenant un air de plus en plus dégouté au fur et à mesure de sa lecture.

[ Ces types… je vais les déchiqueter, tous.  Bordel, c’est quoi cette histoire ? Merde merde merde ! Je vais tous les tuer !]

Il ne se souciait même plus de si Chō écoutait ses pensées ou non, c’était le cadet de ses soucis. C’était la seule et unique fois où il s’était posé la question où il s’était demandé « pourquoi », pourquoi sa cible devait mourir, pourquoi quelqu’un comme elle devait perdre la vie ? La découverte de la raison l’avait mis dans un état dans lequel il n’aurait jamais pensé se retrouver.

« Si tu prends des comprimés, tu seras à fond aussi bien physiquement que pour utiliser ton pouvoir d’ici une heure et pour les heures à suivre. Ne les prends pas si tu veux te retirer- Urrrgghhh ! »

L’adolescent se plia soudainement en deux et tomba du banc avant de se rouler en boule sur le sol du fourgon, les mains sur le ventre. Azami ouvrit de grands yeux en le voyant sur le sol.

« Q-qu’est ce que c’était que ces comprimés ?! »

Ce fut Lily qui prit la parole, regardant aussi Haruhiro avec un léger sourire :

« Ce sont des médicaments expérimentaux c’est bien ça ? Ils sont efficaces mais assez violents pour l’organisme. Il les a tous pris d’un coup, ça ne va rien arranger. Les bleus sont pour les capacités d’Esper, ça permet de booster ton cerveau les calculs en quelque sorte mais ça ne te rendra pas plus fort, c’est juste un stimulant. Les verts sont pour le corps, ils permettent une régénération cellulaire accélérée pour quelques heures et remettent sur pied, globalement. C’est assez risqué parce que les deux rendent accros et favorisent le développement de tumeurs, d’où le fait qu’ils soient interdits. »

Un sourire sur les lèvres, elle posa son regard sur Chō qui fixait toujours l’adolescent étendus sur le sol.

« Alors Onee-chan, quel est ton choix ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 18
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Lun 6 Mar - 23:08

Les sons des voitures en bordure du District 7 semblaient presque assourdies par le silence, des sons lointains mais bien présent comme ceux des cigales à la nuit tombée. Akutoku commençait à fatiguer un peu, à force de courir. Même si le leurs, à elle et son sempai chapeauté, ne pouvait être que peu comparé aux courses poursuite de la jeune fille et d’Haruhiro, bien plus intenses et stressantes. Qu’est ce qu’il avait bien pu arriver à Cho, et est ce que tout cela avait un rapport avec elle ? Avec Sumire-kun et l’homme au pistolet ? Mais la jeune fille fut arrêter net dans sa réflexion par le garçon au chapeau qui se stoppa violemment dans sa course.

« Huuaa… Qu’est ce qu’il se passe, sempai ? »

« Mhhh… On devrait être bien assez loin de tout ça… Je pense que c’est le moment. »

« Le… Moment ? »

« Oui… Le moment pour… ça ! »

Le garçon au chapeau souriant attrapa le menton de la jeune fille et lui déposa un baiser sur les lèvres. Il retira sa bouche de celle de la jeune fille en la laissant, toute rouge et totalement perdue, essayer de reprendre le moindre repère dans son environnement, prête à simplement tomber dans les pommes. Le garçon éclata d’un grand rire et posa deux doigts sur son front.

« Ahah, je plaisante, désolé. Avec un pouvoir comme le mien, tu devrais imaginer que c’est sacrément tentant, de saisir une occasion en sachant qu’on peut tout effacer après… Et puis, ta tête était vraiment impayable haha… Excuse-moi encore, mais quand je te l’aurais fait oublier ça ne comptera plus pour ton premier baiser dans ta réalité, ne t’inquiète pas. »

Les yeux de la jeune fille se reperdirent dans le lointain, tandis que le pouvoir du garçon faisait effet et supprimait ce souvenir à jamais de sa mémoire. Elle cligna des yeux après un instant, puis releva la tête comme si de rien n’était vers le garçon qui réajustait son chapeau en souriant, prêt à répondre à la question qu’elle allait poser.

« Le… Moment ? »

« Oui, je commence à accumuler beaucoup d’informations dans ma mémoire… Beaucoup de souvenirs, en fait. Je pense que tu as des souvenirs dans la tienne qui pourront beaucoup nous servir à faire avancer cette histoire. Alors, pendant que nous sommes arrêtés… »

L’étudiant de Nagatenjouki passa sa main dans son chapeau et en sorti une sorte de petite puce. Avec son pouce, il ouvrit l’arrière de son portable et la plaça dans une des autres zones qui s’offraient à lui. Visiblement, ce téléphone portable était fait spécialement pour les utilisateurs de son pouvoir, ou quelque chose comme ça. Cela intrigua beaucoup Aku qui avait de toute façon l’impression d’avoir quelques minutes de retard, sans savoir pourquoi.

« Que… Qu’est ce que c’est ?»

« C’est une copie des informations éléctriques qu’on appelle « souvenir »,  même si je préfère appeler ça « indices ». Ce sont des indices que j’ai accumulé jusqu’à maintenant et je vais les stocker dans mon portable pour pouvoir en emmaganiser d’autre, après que je me les soit fait oublier moi-même. Je ne suis pas un ordinateur après tout, et ce serait bête de perdre toute ses données importante. »

« C’est une genre de… Sauvegarde ? »

Le garçon aquiesça en replaçant bien son chapeau après vérifié visiblement des informations dans son portable. Il réouvrit l’image qui montrait la dernière prise de position du portable de Nakamura et émit un petit « tic » sonore. C’était sur le pont menant au district 10, ça signifiait que son téléphone s’était arrêté d’émettre avant d’arriver au Reformatory. C’était vraiment mauvais, ça montrait que quelque chose n’allait pas comme il l’avait pressenti. Il rangea son portable dans sa poche et tapota la tête de la jeune fille, ce qui la fit rougir légèrement.

« Hm, l’important c’est que toi aussi tu restes droite dans tes baskets. Le cerveau et la mémoire sont deux outils super important, et si l’un d’entre eux ralentit ta route tu n’iras pas loin. Hey, j’ai une devinette, qu’est ce qui est mieux que Dieu, pire que le Diable, les pauvres en ont mais les riches en manque ? »

Akutoku cligna des yeux avec un regard interrogateur, sans visiblement comprendre le pourquoi du comment. En voyant les yeux sérieux du garçon au chapeau posé sur son visage à elle, la jeune fille détourna le regard et se mit à réfléchir, sans visiblement trouver quoi que ce soit.

« Je… Je ne… Je sais pas… ? »

« Parfait ! Réfléchit-y sur la route, et répète-toi la question dans la tête pour ne pas l’oublier. Allez, on se remet en route ! »

La main de l’étudiant de Nagatenjouki se referma sur celle d’Aku tandis qu’il se remit à courir un sourire aux lèvres, allez, ça allait bien se terminer. Ils n’avaient assurément plus personne à leurs trousses et si ils se pressaient ils allaient après une petite pause pouvoir rattraper Nakamura-san en quelques heures. Tout ce qu’il fallait faire, c’était continuer à avancer et ne pas s’arrêter, sans pour autant se fatiguer pour rien en essayant de faire empirer les choses. Il extracterait les souvenirs d’Aku une fois avoir retrouvée la télépathe, et tout rentrera dans l’ordre avant que le soleil ne se lève. Ils se mirent à courir plus lentement en voyant qu’ils étaient à présent sur une zone en construction, et que la fin de celle-ci tombait à pic vers le sol à 5 mètres en dessous.

« Hé bhé, si on ne veut pas perdre de temps il faudrait quand même descendre par là. Tu peux créer un passage pour descendre grace à de l’eau avec ton pouvoir, nan ? »

« Oui… Il me suffit d’assez d’eau et je créer n’importe quoi avec ma capacité. »

L’étudiant passa une main dans sa chemise sous sa veste et en sortit une petite briquette de jus de fruit, le genre de récipient miniature dans un espèce de plastique/carton qu’on vendait à la Cité Académique pour le goûter des plus jeunes. Cela fit sourire la jeune fille tandis qu’elle passa devant, prête à le récupérer au vol ne lâchant un léger « ça suffira sûrement » sans s’arrêter pour autant de sourire. Oui, quand ce garçon était à côté, même sans rien faire, il arrivait à rendre n’importe quelle situation comique. Le garçon hocha la tête en lui donnant la briquette tandis qu’une grande ombre s’étendait au dessus d’eux deux.

« Reitoko-kun, attention ! »

Ambiance:
 

Le garçon projeta la jeune fille devant lui avec empressement tout en reculant, tandis que la chute de quatres poutres en métal les sépara en soulevant la poussière sans même que l’un d’eux n’eut le temps de dire « ouf ». L’ombre d’un genre de tentacule bouillonnant s’étendit  derrière eux et revint à son point de départ. Le garçon au chapeau se retourna en posant la main sur son couvre chef, regardant en direction des deux yeux violets qui se découpaient dans la poussière. D’un coup semblable à celui d’une épée, la poussière se dissipa pour laisser entrevoir Otaki Sumire loin derrière le duo.

« Le jeu s’arrête là. »

« Mhh… Tu es plus rapide que je le pensais… Otaki Sumire-kun. …Donc, ton pouvoir à une distance inférieur à 35 mètres. »

Un sourire forcé se dessina sur le visage de l’étudiant au chapeau alors qu’il se releva, se plaçant devant Akutoku en faisant face à la jeune fille de première année aux cheveux et yeux violets, le duo toujours séparé par les poutres en métal. Il étendit un bras pour faire signe à Aku de s’éloigner, même si à quelques mètres derrière elle se trouvait la fin du chemin.

« Huuurgh… C’est… C’est bien elle… La fille dans ma classe… »

« Akutoku. Reste où tu es. »

« Reitoko-chan, vas-y ! Va chercher Nakamura-kun et donne lui mon téléphone ! Je vais m’occuper de la repousser et de venir vous rejoindre. »

Akutoku attrapa le téléphone que le garçon lui lança au dessus des poutres en métal avec difficultées, se remettant à grelotter. Le soleil se levait derrière les immeubles dans son dos, mais il ne parvenait pas à la réchauffer. Elle avait vu de quoi Sumire-chan était capable, et même si elle avait confiance en le garçon elle savait que ça ne pourrait jamais être aussi facile… Mais elle croisa son regard confiant et son sourire. Il leva la tranche de son chapeau à deux doigts comme pour la saluer.

« Ne t’inquiète pas. Je serais derrière toi. Contente-toi de courir… Une fois que tu auras trouvé Nakamura-kun alors nous arriveront à tout remettre en place. Je te laisse la suite, Reitoko-chan. »
« S… Sempai… »

Tandis que le vent se mettait à souffler sur sa jupe, Aku fit un pas en arrière, puis un deuxième, sans même regarder le vide derrière elle, serrant les dents les larmes aux yeux. Sumire s’avança en levant la main, mais déjà la jeune fille se laissait tomber en arrière dans le vide en fermant les yeux. Un fin toboggan de glace se découpa sur sa route et la laissa descendre en faisant résonner ses chaussures contre la glace tout droit sortie de la brique au jus de fruit du garçon au chapeau. Elle enfonça ses dents sur sa lèvre inférieur en serrant fort le téléphone dans sa main gauche.

Une volute d’air chaud s’échappa de la bouche d’Otaki Sumire qui baissa la main en serrant les dents, voyant Aku disparaître derrière le garçon au chapeau. Elle ouvrit cette même main tandis qu’un tentacule d’eau bouillonnante s’étendait déjà devant elle.

« Je regrette mais… Je crains que je ne vais pas pouvoir te laisser passer. »

« Ks ks ks… Sempai, ne rends pas les choses plus difficile. Je suis la numéro 3 du top de Nagatenjouki, tu n’as aucune chance contre moi avec ton pouvoir. Je n’ai qu’un mouvement à faire pour que tu te transforme en bombonne de gaz bien avant que tu n’arrives ne serait-ce qu’à me toucher.»

La jeune fille n’avait pas tort, cependant, ce qui n’empêcha pas le garçon d’arriver à garder un sourire incertain. Il savait bien qu’il n’arriverait jamais à poser son doigt sur sa peau. Son pouvoir était très rapide et puissant à distance comme à mi distance, il n’y avait aucune chance qu’il réussisse à créer une ouverture dans une zone comme celle-là, et il ne serait de toute façon pas assez rapide. Il soupira en baissant la tête, puis la releva, semblant plus souriant que jamais. Il leva une main vers l’étudiante en posant l’autre sur son chapeau.

{{ Pas le choix… Je vais devoir l’utiliser… }}

« Hé bien… Tu n’as pas vraiment tort. Mais tu me sous-estime grandement. On dirait que je vais être obligé d’utiliser ma technique spéciale de combat tactique… »

{{ Il prépare quelque chose... }}

Otaki se mit en garde en retenant sa respiration, prête à riposter. Elle ne conaissait pas toutes les facettes de Mind Hound et ne savait pas du tout ce qu’il s’apprêtait à faire. Mais ce qui était sûr c’est qu’elle craignait de devoir affronter un ennemi plus puissant que prévu. C’était tout de même un niveau 4 de Nagatenjouki, comme elle, mais de deuxième année. Elle se crispa presque quand il leva la main un peu plus haut en inspirant avant de prendre la parole.
Ambiance... 2:
 

« Quelle est la couleur de tes sous-vêtements ??! Et par là j’entends, quelle serait aussi celle que tu aimerais mettre ? En général on parle de sous-vêtements noirs qui seraient plutôt destinés aux adultes mais j’ai entendu dire que les sous-vêtements sombre comme violet et bleu foncés sont classés dans le même registre, quand on sait que tout ce qui est blanc ou rayé est plutôt destinés aux enfants il y à de quoi se poser une réelle question ! »

La poussière emportée par le vent entre Sumire et le garçon au chapeau fut la seule à occuper le silence pendant un court instant, avant que l’étudiante se mette elle aussi à parler en regardant le sourire jusqu’aux oreilles du garçon.

« … Tu te fiche de moi ?»

L’étudiant attrapa son chapeau à partir de la tranche et le retint à deux doigts, fermant un œil en direction de la jeune fille.
«Ahah ! Désolé, je ne voulais pas être indiscret ou paraître bizarre... Mais avec mon pouvoir j’ai pris l’habitude de demander des choses comme ça pour voir la réaction des gens puisque de toute façon, je peux leurs faire oublier après ! Enfin… J’imagine que c’est quelque chose de rayé, non ? »

Un craquement se fit entendre, tandis que l’eau bouillante derrière Otaki se mit à tourner et retourner, formant une genre de scie circulaire. Elle serrait les dents et, totalement décontenancée, ne savait même plus par où commencer, les poings serrées et prête à attaquer. Cependant, elle n’arrivait même pas à se concentrer tant tout cela n’avait guère de sens. Le garçon éclata d’un nouveau rire bruyant en retenant son chapeau avant de rediriger son regard dans sa direction, en tapant l’un de ses doigts sur sa tempe.

« Ahah, gomen gomen… Ça fait bizarre quand une situation sérieuse devient amusante et ridicule, pas vrai ? C’est comme si dans un film d’horreur un clown se mettait à apparaître en jouant avec le monstre… La situation, l’état d’esprit… Tout ça, c’est lié à la réalité personnelle. Alors si une situation sérieuse devient ridicule… Ca devient plus difficile de tuer quelqu’un, pas vrai ? »

Avant même que la jeune fille ne puisse l’insulter ou faire quoi que ce soit, il retira sa veste en levant à nouveau sa main dans sa direction, tout sourire.

« Et voici ma deuxième technique spéciale de combat tactique contre un esper en situation précaire ! « Le pain est du pain, mais quel pain est immangeable » ? »

Il toussota en fermant un oeil, avant de reprendre :

« « Quel genre de véhicule se nourrit de tigre » ? »

« Qu- Tu… »

«Ce sont des devinettes. Si tu me tues, tu ne connaîtra jamais la réponse. Alors, tu serais capable de vivre en te posant à jamais ses questions, Sumire-kun ? »

La jeune fille serrait les dents en fermant les yeux. Elle leva une main, tandis que la scie tourbillonnante de vapeur d’eau derrière elle se levait au dessus de celle-ci. Otaki ouvrit finalement les yeux et tandis la main en direction du garçon au chapeau. La scie accéléra sa rotation, prête à foncer en direction du garçon.
Ambiance. This is the end.:
 

«Ca suffit. Tu cherches simplement à faire gagner du temps à Akutoku. Tu aurais dû t’enfuir plutôt que de rester là. Pour quelle raison est-ce que tu la protège de toute façon ? »

Un nouveau rire franc et clair résonna en même temps que le soleil se levait entre les immeubles, faisant passer ses rayons de soleil au dessus des épaules de l’étudiant de Nagatenjouki. Il sourit à Otaki et dirigea un regard calme dans sa direction, avec une nouvelle détermination qui fit redevenir sérieuse Sumire en une seule seconde.

« Je n’ai pas besoin de raison pour aider quelqu’un d’autre. L’homme est un animal social après tout. Toi aussi, je veux t’aider, Otaki Sumire-kun… Je ne te laissera pas te faire engloutir par les ténèbres. »

« C’est toi que tu devrais sauver. »

La scie de vapeur accéléra de plus en plus jusqu’à être projetée vers le garçon au chapeau. Une goutte de sueur glissa le long de sa tempe, tandis qu’il attrapa son chapeau à deux doigts, voyant l’inutilité même d’essayer d’éviter le projectile qui fonçait vers lui à une vitesse incroyable en dévorant l’asphalte. Il souffla doucement en fermant les yeux, souriant légèrement.

{{ Désolé, Reitoko-kun. Je ne vais peut-être pas pouvoir revenir si vite…  }}

{{ Naka-… Chō-chan. Je te laisse tout ça. Je suis sûr que tu feras le bon choix, tu le fais toujours. Au final, je n’aurais pas pu te l’annoncer ce soir alors… J’attraperais un autre papillon sur la route. }}




Tenant fermement le téléphone contre sa poitrine, la jeune fille courrait dans la rue, sans se retourner, ne faisant même plus attention à sa respiration, plus attention à ses battements de cœurs, plus attention à la route. Tout ce qui importait maintenant était qu’elle retrouve Nakamura-san et Haruhiro-kun, que tout ce cauchemard s’arrête enfin. Cette fois, elle devait atteindre la sortie, d’une manière ou d’une autre. Et elle ferait tout pour réussir à ne rien perdre à la fin.

« Haruhiro-san… Nakamura-san… Sempai… Tenez-bon !  »




♦♦♦



Une goutte de sueur s’écoula lentement sur la joue de Nakamura Chō. Les lèvres pincées, elle regardait attentivement autour d’elle. Tout ça c’était passé bien trop vite… Qui pouvaient bien être ses gens ? Etait-ce vraiment des mercenaires ? Le lien télépathique était toujours en standby, mais elle ne pouvait plus trop en être totalement sûr elle-même… Ce n’était pas vraiment l’idée que la jeune membre de Judgment s’en faisait, dans tout les cas. D’abord cette petite fille, et l’adolescente portant le fusil de précision… Et maintenant, le « grand secret allait être révélé » ? Non, Nakamura ne se sentait pas vraiment à l’aise dans le fourgon. Pour une raison étrange d’ailleurs, qu’elle n’arrivait pas vraiment à cerner.

{{  Yeah, je me demande si ça a un rapport avec le fait qu’il y a une BOMBE juste devant mes pieds.  }}

« Bien, entrons dans le vif du sujet alors. Chō-chan je sais que tu l’as laissée avec tes camarades de Judgement mais elle est très certainement en danger actuellement, peut-être même qu’elle est déjà morte. Un gros poisson a commencé à bouger, une adolescente de sa classe particulièrement puissante. Et pas seulement elle. Mais il faut que vous regardiez ça pour comprendre. »

{{ … Tout ça… La raison pour laquelle Aku est traquée… La raison pour laquelle sempai et moi faisions des recherches, ça y serait lié ? En tout cas… pour avoir autant de gens concernés, ça ne doit pas être n’importe quoi… Quelque chose d’important, quelque chose de dangereux. Ce qui est sûr, c’est que je suis sûr qu’Aku-chan va bien… Croire le contraire ne ferait que créer plus d’embêtement qu’autre chose. De toute façon, elle aura sûrement Mind Hound de son côté. Je pari que ce pseudo détective n’a pas eu la patience de m’attendre. Allons-y.  }}

 « Parfait j- »

« Voilà ce que j’ai pu trouver sur Akutoku, ça rend tout plus clair tu devrais comprendre. »
Les mains tendues devant elle, Nakamura regarda la tablette passer en direction d’Haruhiro. Elle resta un instant dans cette position, mais visiblement personne n’avait prêté attention à l’horrible affront qu’il venait de se passer. La jeune femme essuya une larme du coin de l’œil et s’adossa à la paroie, baissant sa casquette pour cacher son visage dans l’ombre, articulant un espèce de sourire d’une personne ayant abandonné toute foi en l’humanité.

{{ Que quelqu’un active cette foutue bombe… }}

Mais malheuresement pour Chō, la bombe fut rapidement rentrée d’où elle était venue. Elle inspira légèrement, et reprit un peu de sérieux, fusillant Haruhiro du regard avant de s’intéresser à ce qu’il tenait en main.

{{ Après tout, est-ce vraiment important que je vois ce dossier ? Si vous ne voulez pas me le donner, ne me le- }}
Une ombre fugace passa dans le champ de vision de Chō. Elle put de loin entendre le lointain gong de son grand père. Des souvenirs de sa vielle chambre qui sentait la paille, des rires qu’elle échangeait avec lui. Elle senti l’alégresse de son premier amour, la fois où elle avait embrassé le poster de son groupe de k-pop préféré. Une larme étincelante s’écoula sur sa joue, tandis qu’elle ferma les yeux, resserant ses mains sur la tablette. Elle savoura ce moment avant de se faire interrompre par Haruhiro frappant le mur en brisant son rêve sentant la fleur d’orangé.

{{ Ara- ? }}

« Ils veulent la tuer pour s’en protéger ? Pour empêcher ceux qui ont simulé l’expérience de créer quelque chose de trop puissant… l’expérience touche à plusieurs domaines mais principalement à décupler ses capacités d’esper et de les relâcher sur la Cité Scolaire. D’après les calculs, avec un traitement adéquat et le matériel suffisant il serait possible de figer une zone dépassant la taille de la Cité dans le temps, en la congelant. En élevant ses capacités d’Esper à un niveau de SuperEsper pendant un court laps de temps, ça produirait un genre de super arme à usage unique. L’utiliser pourrait anéantir un pays ou au moins suffisamment l’affaiblir pour le détruire ensuite, en créant de graves troubles météorologiques irréversibles. »

Le sourire de Nakamura-san disparue aussitôt. Elle apporta la tablette vers son visage et commença à en lire le contenu, les phrases d’Haruhiro retentissaient dans son esprit en même temps. Qu’est ce que c’était que tout ça ? La jeune fille se crispa en balayant les lettres noires sur le fond blanc. Tout ça… Des sortes… D’expériences sur les esper ? Mais tout ça… C’était au-delà de son champ de connaissance. Non, la Cité Académique ne pouvait pas volontairement faire expérimenter des choses aussi dangereuses sur des enfants… N’est-ce pas ? Mais aucune voix réconfortante ne résonna dans la tête de la membre de Judgment, qui commençait à respirer un peu plus lentement, comme si quelque chose commençait à l’étouffer. Elle arriva en bas et baissa la tête vers le sol, ne tenant plus l’outil éléctronique qu’a une main. Visiblement, quelque chose en Chō avait disparu.

« Chō, tu vois maintenant le véritable visage de la cité Scolaire. Si tu veux laisser tomber maintenant tu peux, Aku ne t’en voudra pas. »

« Moi je vais aller chercher les responsables de ces conneries et je vais leur offrir un aller simple vers l’enfer. »


« … »

Des vibrations grouillantes s’échappaient de la tête du jeune garçon après qu’il eu avalé les pilules en prenant une rasade d’eau. Les pensées d’Haruhiro tiraient férocement sur la ligne d’onde AIM qui le liait à Chō. Le regard toujours tourné vers le sol, elle activa le loquet de son esprit pour partager ses pensées avec  l’adolescent.

{{ Ces types… je vais les déchiqueter, tous.  Bordel, c’est quoi cette histoire ? Merde merde merde ! Je vais tous les tuer ! }}

{{ Haruhiro…-kun.  }}

« Si tu prends des comprimés, tu seras à fond aussi bien physiquement que pour utiliser ton pouvoir d’ici une heure et pour les heures à suivre. Ne les prends pas si tu veux te retirer- Urrrgghhh ! »

Mais tout d’un coup, avant même que Nakamura-san ne puisse entendre quelque chose de plus, le mercenaire s’écroula au sol, tandis qu’un flot d’un brouhaha, une énorme vague incompréhensible déchira l’esprit de Chō qui sursauta en fermant un œil, regardant l’adolescent au sol, au moins aussi désemparée que lui.

{{ …Hoy ! Haruhiro ! Qu’est-ce qu- ??  }}

« Ce sont des médicaments expérimentaux c’est bien ça ? Ils sont efficaces mais assez violents pour l’organisme. Il les a tous pris d’un coup, ça ne va rien arranger. Les bleus sont pour les capacités d’Esper, ça permet de booster ton cerveau les calculs en quelque sorte mais ça ne te rendra pas plus fort, c’est juste un stimulant. Les verts sont pour le corps, ils permettent une régénération cellulaire accélérée pour quelques heures et remettent sur pied, globalement. C’est assez risqué parce que les deux rendent accros et favorisent le développement de tumeurs, d’où le fait qu’ils soient interdits. »

« Alors Onee-chan, quel est ton choix ? »


Les yeux de l’étudiante de Nagatenjouki se retirèrent d’Haruhiro alors qu’elle tenait sa main, accroupie au sol. Elle releva son regard vers la jeune fille qui avait prononcée ses mots. Tout n’était plus, de la même qu’Haruhiro, qu’un océan trouble et agité dans son esprit. Plus rien n’y était clair, et cette sensation faisait vraiment du mal à la membre de Judgment. Elle regarda en direction des gélules. Si elle les ingéraient, alors elle pourrait de nouveau utiliser son pouvoir à 100%, voir même l’améliorer… Mais serait-elle vraiment utile au trio ? Elle n’avait plus aucun repère, de la même façon qu’Aku. Elle se sentait comme la victime de la situation, même si elle n’était qu’un élément extérieur qui ne s’était trouvé qu’au mauvais endroit au mauvais moment. Elle avala sa salive.

« Je… Je ne peux pas vous aider… Je ne sais même plus déceler la gauche de la droite, là tout d’suite… Mais je ne peux pas abandonner Reitouko-chan. S’il vous plait, aidez-la. Je sais qu’il n’y a peut-être pas de raison pour que vous le fassiez mais… Je vous en prie, venez-lui en aide. Ce n’est plus une question d’argent, si elle se fait tuer impunément alors… »

Nakamura baissa la tête vers le sol, sa caquette remettant son visage dans l’ombre. Elle parlait de sauvetage et de crime impuni à trois mercenaires. Ils étaient prêt il y a un moment à tuer, à lui tirer dessus comme un lapin. Il y avait une bombe dans la poche de l’une d’elle, un fusil de combat dans l’autre. Il y avait les pilules, et le fourgon, et l’expérience. Il n’y avait plus de logique à prendre en compte. Si Chō sortait de la partie maintenant, qu’est ce qui lui prouvait qu’ils réagiraient ? Elle souffla lentement, reprenant son calme. Elle se baissa et attrapa une pilule bleue qu’elle avala sans même regarder les autres. Après un instant, chacun d’entre eux purent sentir une nouvelle connexion dans leurs cerveau, comme un téléphone décrochant doucement dans leurs têtes.

{{ … Qui s’occupe de la logique, franchement ? Vous allez devoir faire avec ma présence jusqu’à ce que je retrouve tout mes camarades sains et saufs. Et si l’un d’entre vous, pour quelque raison que ce soit, se met à faire le malin, je n’hésiterais pas à lui griller le cerveau. Vous êtes des mercenaires, et je ne vous fait pas du tout confiance. Alors j’ai besoin de plus d’explications sur toute ces histoires farfelues. Et j’ai besoin d’un téléphone. }}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 18
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Dim 12 Mar - 16:15

Un grognement se fit entendre à l’avant du fourgon, depuis l’autre côté de la petite vitre. Quelque chose comme: « Laissez moi en dehors de vos trucs, je veux personne dans ma tête ! Casse-toi, gamine ! »

Le chauffeur ne semblait pas apprécier le fait qu’on se ballade dans son esprit sans restrictions.

Azami regarda un moment l’esper devant elle d’un air étonné. La jeune fille venait de parler directement dans sa tête. Une télépathe donc. Si elle avait bien suivit les informations qui avaient été lâchées au fur et à mesure de la discussion, cette adolescente devait faire partie de Judgement. Elle souhaitait vraiment aider la jeune Akutoku, elle n’était donc pas comme les deux autres, des tueurs impitoyables et pourris jusqu’à la moelle… Peut-être que ça valait le coup d’essayer alors ? Mais pas maintenant, Si elle leur parlait à tous en même temps peut-être que tout ce qu’elle émettrait par la pensée à la jeune fille à la casquette serait également retransmis aux autres. Il allait falloir attendre et saisir sa chance le moment venu.

Lily quand à elle semblait bien trop heureuse pour la situation, affichant un visage d’enfant gâté un matin de Noël :

« Aaaaah c’est géniaaaal ! Je savais qu’on pouvait compter sur toi Onee-chan ! Mais ne rentre pas dans ma tête comme ça voyons ! Ce n’est pas très poli tu devrais avoir des manières de lady. Mais bon, comme je t’aime bien je te pardonne ! »

Elle regarda Haruhiro étendu au sol métallique du fourgon, inconscient ou du moins pas vraiment présent mentalement et afficha un sourire malicieux.

« Oh je vois, tu veux plus d’informations sur Onii-chan ? »


Elle baissa légèrement la tête et releva ses yeux mystérieux vers Chō, la transperçant du regard.

« Pour en revenir au véritable sujet, la cité scolaire n’est pas aussi belle et pure que tu le crois. Il a raison, voilà ce qui se passe réellement dans l’ombre et voilà pourquoi il existe des gens comme nous. Apprendre qu’il y a des expériences sur les espers te choque peut-être mais il y en a beaucoup qui se font dans l’ombre. Hum… je me demande si c’est une bonne chose de t’en dire plus, tu es une membre de Judgement après tout. »

Son regard se posa ensuite sur l’adolescent brun « Il est vraiment sans cœur de t’avoir entrainé à ce point dans cette affaire, tu aurais pu continuer de vivre tranquillement ta vie de lycéenne mais maintenant tu découvres des choses que tu n’aurais jamais du savoir. Enfin, il n’est peut-être pas si insensible que ça, il vous a tout de même sauvées toi et Akutoku-chan… Je te conseille quand même de te méfier, garde en tête que c’est un assassin. »

« Je pourrai te vendre des informations sur lui si tu veux, je connais tout ou presque de son passé. Du moins, si tu survis bien sûr »
ajouta-t-elle avec un sourire en coin avant de faire signe au chauffeur de démarrer.

Elle prit un téléphone portable et le retourna dans sa main, comme pour le détailler sous tous les angles puis regarda de nouveau la jeune fille.

« Malheureusement je ne peux pas te donner de téléphone, on risquerait de voir Anti-Skill débarquer à tout moment tu comprends ? Les systèmes de géolocalisation de la cité sont très performants et toutes les unités doivent être en alerte maintenant, l’enlèvement d’Akutoku puis le tien on provoqué un joli remue-ménage, sans parler des divers morts et attaques en tout genre au passage… enfin bon, tout ça pour dire que je suis désolée mais je ne peux pas prendre ce risque. Oh ! Ne me dis pas que tu voulais appeler ton petit copain ? –Si c’est ça je veux bien faire une petite exception sinon...- »


L’adolescent brun commençait lentement à reprendre ses esprits. Enfermé dans les ténèbres de son propre esprit, il avait passé presque une heure à revoir les moments les plus sombres de sa vie. Mêlant imagination et réalité, des cauchemars nés de ses souvenirs se créaient les uns après les autres, le condamnant à revivre des passages de son enfance. Il se retrouva un moment dans une salle sombre, forcé d’utiliser son pouvoir encore et encore sur des petits objets. L’instant d’après l’espace autour de lui était devenu une cuisine où deux personnes étaient présentes, sans qu’il puisse en discerner les visages. L’ambiance chaleureuse qui régnait dans cet endroit  lui permit de se détendre petit à petit. L’une des deux personnes, celle à l’allure féminine se retourna vers lui. Un sourire. Le petit Haruhiro resta figé devant le sourire, tandis que la pièce se mettait à tourner, se transformant en spirale sombre et irréelle. Il finit allongé sur le dos, complètement désorienté. En face de lui se tenait un homme dont le visage était obscurcit, même remplacé par un trou noir. La seule chose qui était visible sur sa face était les lunettes à verres ronds qu’il portait, le reflet des verres cachant ses yeux. L’homme se retourna, détournant le regard du garçon puis commença à s’éloigner doucement, disparaissant lentement mais irrémédiablement dans la pénombre. Haruhiro tendit le bras, ouvrant de grands yeux apeurés et ouvrit la bouche, voulant crier quelque chose. Un appel à l’aide, une plainte, une imploration, peut-être tout cela à la fois. Ou peut-être un seul mot. « Papa ». Et il ouvrit les yeux.

Le jeune homme grogna en remuant légèrement. Le sol du fourgon était froid, inconfortable, sale et pas particulièrement agréable au toucher. Il se redressa péniblement avant de s’asseoir et de s’adosser contre les portes arrière du fourgon sous les yeux des trois jeunes filles.

« B- hrgm… Bwordel, c’est puissant ces trucs… »


Azami changea son fusil de position et colla le bout du canon contre le front de l’assassin, d’un air nonchalant.

« Si tu veux mourir à ce point je peux arranger ça ici et maintenant. Pas besoin de t’empoisonner. »

Haruhiro décala le bout du canon avec deux doigts, émergeant à peine de son sommeil forcé.

« La ferme. J’ai encore du mal à bien percevoir ce qu’il y a autour de moi mais il semble que les médocs commencent à faire effet. »


L’assassin reprenait lentement ses esprits, encore dans le brouillard il perçu cependant une connexion avec son cerveau. Sa tête se pencha sur le côté pour faire face à Chō, les yeux mi-clos et un faible sourire sur le visage.

« ...Soka… »


La jeune fille avait donc pris sa décision : continuer avec eux pour secourir Akutoku. [Elle a des trippes.] fut la pensée qui lui vint à l’esprit. Avoir le courage de collaborer avec des tueurs était la preuve d’une grande force. Elle n’avait vraiment peur de rien, l’adolescent allait devoir faire attention. Il se surprit à se demander comment réagirait Akutoku en apprenant que Nakamura aurait été blessée ou se serait faite tuer par sa faute.

[ Pfff, tu réfléchis trop. ]

Il repensa pourtant à ses rêves et aux images qu’il avait vues. Son père ? Qu’est-ce qu’il venait faire là dedans ? Sa main gauche glissa vers sa poche et en sortit un petit médaillon qu’il contempla un instant, l’air pensif. Il le replaça immédiatement après être sortit de ses pensées et bascula sa tête en arrière, la collant contre la porte.

« Merde. »

Lily n’en avait pas raté une miette et le regardait d’un air grave. C’est parce qu’elle connaissait son passé qu’elle avait une petite idée de ce à quoi avait pensé Haruhiro. Elle jeta un coup d’œil vers Chō. Sa capacité télépathique pourrait lui être tellement utile… d’après ce qu’elle avait lu sur la membre de Judgement et son pouvoir, Chō pouvait voir, dans une certaine mesure, ce que pensaient les personnes autour d’elle. Ca voulait également dire que Lily devait redoubler de prudence et faire attention à ce à quoi elle pensait, afin de limiter les fuites d’information.

Azami ne quittait plus l’assassin du regard. Elle avait hésité à l’abattre quelques secondes plus tôt. Il avait pourtant été à sa merci. Eliminer ce dangereux individu aurait normalement dû être sa priorité. Alors pourquoi ne l’avait-elle pas fait ? Affaiblit comme il l’était elle pouvait encore s’en débarrasser sans problème. Avait-elle hésité à cause de Lily et de son pouvoir ? Non, l’utilisation qu’elle en faisait nécessitait un contact physique préalable pour immobiliser quelqu’un. Et même si elle l’avait touché sans qu’elle ne le remarque, elle avait toujours la bombe électrique qu’elle avait sortit un peu plus tôt. L’appareil était nettement moins puissant que ce qu’elle avait laissé entendre mais puisque son coup de bluff avait fonctionné, ça pourrait lui laisser le temps de mettre la jeune fille hors d’état de nuire. Restaient le chauffeur et Nakamura Chō. Elle réfléchit un instant, gardant son visage imperceptible. Se débarrasser du chauffeur ne serait probablement pas bien compliqué si ce n’était pas un esper et juste un simple pion jetable et facilement remplaçable. Tuer la jeune fille à la casquette était cependant hors de question. Elles se battaient toutes les deux pour la même chose au fond. De toutes les personnes qu’elle avait côtoyées récemment elle était certainement celle qui lui ressemblait le plus. Alors pourquoi n’avait-elle pas agit ? Elle voulait la confiance de l’adolescente et faire d’elle son alliée. Pour une raison qui lui échappait, Chō avait décidé de suivre Haruhiro et faisait équipe avec lui. C’était pourtant quelqu’un de violent, impulsif et dangereux pour tout ce qui respirait autour de lui. Mais malgré tout Chō avait placé ses espoirs en lui pour secourir Akutoku, peut-être même lui faisait-elle confiance, qui sait ? C’est ce qu’il semblait en tout cas.

La jeune fille au fusil se tourna vers Chō qui lui faisait face, les sourcils froncés et une expression sérieuse sur le visage. Elle n’avait pas de temps à perdre, peut-être qu’elle n’aurait pas d’autre occasion comme celle là et peut-être même que la télépathe avait écouté ses pensées. Auquel cas, il était encore plus important pour elle de la contacter maintenant, elle devait tenter sa chance !

[ N-Nakamura-san ? Nakamura-san ! Je ne sais pas si tu m’entends  mais si c’est le cas j’aimerais que tu m’écoutes attentivement. Personne d’autre ne doit entendre ce que je vais te dire.]

Sans vraiment attendre de confirmation et faisant semblant de vérifier si son fusil n’était pas abîmé, elle continua d’émettre ce qu’elle pensait à la jeune fille.

[ Il n’y a peut-être pas de différence à tes yeux mais je ne suis pas comme Lily ou ce garçon. Je pense que les meurtriers ne méritent pas de vivre. J’essaye de débarrasser la Cité Scolaire de ces pourritures, allant moi-même jusqu’à me transformer en tueuse. Un tueur ne mérite pas de vivre mais il en faut un autre pour l’éradiquer, j’ai donc accepté de jouer ce rôle et d’en devenir un pour rendre sa tranquillité à la Cité. Je ne sais pas ce que t’as dit Lily ou pourquoi est-ce que tu suis ce garçon mais tu sais très bien que l’un et l’autre sont dangereux non ? Tu les as vu à l’œuvre ce ne sont pas des gens ordinaires. Tu ne devrais même pas être impliquée dans une affaire comme celle là, si tu as rejoint les rangs de Judgement pour participer au maintient de l’ordre dans la cité et assurer la sécurité des étudiants tu ne mérites pas de te retrouver dans cette situation. Je vais te protéger, car c’est le but que je me suis fixé. Mais toi, vas-tu m’aider à renverser la situation ? C’est l’occasion de mettre derrière les barreaux un bon nombre de membres du Dark Side, ceux qui ont fait toutes ces recherches sur Akutoku, leurs sous- fifres, Lily, Haruhiro… on peut en coincer une bonne partie sinon tous. Si tu veux éviter de tuer ce garçon j’accepte de l’épargner mais tu sais bien qu’il ne peut pas rester en liberté !



Alors, Nakamura-san ? Je jure de vous protéger toi et Akutoku et de vous ramener saines et sauves chez vous, c’est ma priorité. Feras-tu équipe avec moi ?]


Miyamoto Inoue, l’homme qui conduisait le fourgon, s’ennuyait à mourir. Il écoutait d’une oreille les conversations étouffées qui lui provenait du compartiment arrière mais n’y prêtait pas vraiment d’attention. Ils étaient bruyants et c’était tout ce qu’il avait besoin de savoir pour l’instant. Miyamoto était un homme dans la trentaine, aux cheveux châtains clair et aux yeux marron. Les trois boucles d’oreilles en forme d’anneaux qu’il avait sur son oreille gauche s’entrechoquaient parfois quand il tournait la tête un peu brusquement, produisant un petit son métallique qu’il aimait bien entendre et les bagues métalliques qu’il avait aux doigts produisaient un son similaire lorsqu’il laissait ses tics nerveux prendre le dessus et ses doigts s’entrechoquer à répétition. Il tira une cigarette de son paquet en froissé et l’alluma avant de baisser la fenêtre. Expirant longuement la fumée en savourant l’instant présent.

« Aaaah ce travail peut être vraiment chiant par moments… j’sais même pas où on va là »

Il s’arrêta à un feu rouge, juste devant le pont. Il semblait y avoir des travaux, la barrière avait été trouvée, comme si un véhicule avait foncé dedans et plongé dans l’eau. Probablement un accident. A moins que c’était de ça dont lui avait parlé Lily un peu plus tôt ? Une attaque pour éliminer des témoins ou quelque chose comme ça. L’homme ne l’écoutait jamais vraiment avec toute son attention, cette fillette partait souvent trop vite et trop loin dans ses idées et quand elle avait une idée en tête, impossible de lui faire penser à autre chose ou de la dissuader. De toute façon, et aussi incroyable que ça pouvait paraître, elle était sa boss, donc lui donner un ordre voir un conseil n’était même pas envisageable. Cette petite n’écoutait personne donc même essayer était peine perdue.

Le feu passa enfin au vert et Miyamoto passa la vitesse puis remis le fourgon en route, regardant d’un œil distrait les pauvres barrières de sécurité qui avaient été positionnée ça et là autour de la zone de danger. Quelque chose attira soudain son attention, il ouvrit de grands yeux et sortit son téléphone portable pour afficher une photo. Ses yeux firent cinq allers-retours successifs du pont à la photo. Pas de doute, c’était bien elle. Une jeune fille aux cheveux bleus, à l’air fatigué et agité semblait chercher quelque chose, regardant un peu partout sur le pont.

Miyamoto cracha sa cigarette entamée par la fenêtre et se retourna d’un seul coup, forçant à deux mains sur la petite vitre qui séparait les deux compartiments du fourgon jusqu’à ce que la rouille et la crasse cèdent et qu’il réussisse à la baisser.

« O-O-Oi ! Lilyyyyy ! Je l’ai trouvé ! Elle est là, la gamine est sur le pont ! C’était quoi son nom ? A-A-Akutoku est sur le pont ! »


La fillette se retourna d’un seul coup, affichant une expression de surprise jusque là non révélée.

« A.. heeeee ?! »


Haruhiro se redressa d’un seul coup, essayant de défaire le verrou intérieur des portes avec empressement. Finalement, une porte s’entrouvrit sur quelques centimètres. Il se recula en grognant un juron énervé et administra un solide coup de pied dans la porte qui s’ouvrit d’un coup et sauta hors du fourgon qui ne s’était même pas complètement arrêté. Il déambula au milieu de la route, regardant partout sur le pont avant de trouver ce qu’il et de se figer un instant avant d’hurler aussi fort qu’il le pouvait, comme pour relâcher tout le stress, les émotions, la colère, la rage, la haine qu’il avait en lui d’un seul coup.

« AKU !!! »



***



Une escouade de cinq hommes en tenues paramilitaires attendait dans l’appartement, fusils automatiques en bandoulière. Un sixième portant le même équipement sombre parlait dans sa radio :

« Ici l’équipe de reconnaissance, l’appartement est vide, et depuis quelques heures déjà, quels sont les ordres ? »

La radio crachouilla quelques instants avant qu’une voix grave ne se fasse entendre.

« Revenez ici, ils ont reçu des alliés et ils se dirigent par ici,  en revenant, vérifiez si ils ont la fille avec eux avant »


L’homme qui dirigeait les opérations se tenait devant un grand bâtiment, dans un carrefour. Derrière lui et tout autour, cachés, se trouvaient plusieurs escouades similaires à celle qui avait fouillé l’appartement quelques instants plus tôt. Un chef d’escouade portant le même équipement que les autres, avec un large casque sur la tête s’approcha et lui chuchota quelque avant de retourner vers son escouade dans une ruelle juste quelques mètres plus bas.
L’imposant personnage à la radio renifla et recontacta l’escouade :

« Oubliez mes ordres, ramenez vous en vitesse sans vous soucier de qui vous croisez. A moins que vous ne tombiez sur la gamine ou sur Sumire. Si c’est le deuxième cas signalez le et retenez là. Maintenant grouillez vous. Endo, fin »

Un large sourire se dessina sur la large mâchoire du mastodonte aux cheveux ras.

« On va vous cueillir juste ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 18
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Dim 12 Mar - 22:15

Un rayon de soleil se refléta sur une des vitres du bâtiment en face du site de construction, courrant sur les poutrelles en métal. Il vint passer sur un chapeau qui voletait dans les airs, descendant vers le sol comme une feuille d’automne. Il se posa finalement tout doucement dans une flaque de sang. Sumire Otaki enjamba le chapeau, tandis que la vapeur revenait vers elle, tournant et retournant jusqu’à former un genre de ressort bouillonnant et transparent autour de son bras gauche. Un souffle s’échappa d’une bouche. Mais ce n’était pas celle de la fille aux cheveux violets. Se tenant son épaule droite ensanglantée, le garçon au chapeau fermait un œil, les genoux contre le sol.

{{ Ce n’est même pas… Une blessure létale… }}

« … Pourquoi tu… Tu ne m’as pas tué… ? »

Des cheveux violets voletaient avec le vent, tandis que la jeune étudiante s’arrêta de marcher, face à la descente à pic à plus de cinq mètres, voyant Reitoko-kun courir au loin. Elle souffla de l’air chaud en la suivant des yeux.

« Tu es un étudiant de Nagatenjouki Academy. Ce serait totalement stupide et contre productif de tuer un génie tel que toi. Tu apportes beaucoup à l’établissement. »

Les yeux du garçon au chapeau s’ouvrirent grand pendant un instant de réalisation, tandis qu’il pivota avec difficultée sa tête sur le côté, encore à moitié paralysé par la peur de la scie de vapeur qui lui avait foncé dessus, sa main pleine du rouge qui suintait de sous sa veste.

« Tu ne veux pas… Tu ne vas pas tuer Reitoko-kun ? »

« C’est normal que tu sois perdu. Tout cela ne te concerne pas, sempai. Mais Reitoko-kun est très importante elle aussi. Ils n’ont aucune raison de la tuer, bien au contraire. Tu sais que la chose la plus importante c’est de retrouver tes amis. Tu ferais mieux de te faire et de leur faire oublier tout ça à la fin. Tu sais que j’ai raison. »

« …« Ils » … A-Attends ! »

Mais tandis que le garçon étendait une main vers Otaki en serrant les dents à cause de la douleur, elle sauta du ponton en métal en faisant trembler la structure. Une langue de vapeur solidifiée se forma sur son chemin plus rapidement que sa chute alors qu’elle, les mains dans les poches, dévalait la surface comme une pente qui repoussait ses pieds. Aku avait déjà prise une énorme avance. Ses chaussures s’étaient transformées en véritables patins à glace, et la surface d’eau entre la couche gelée touchant le sol et l’asphalte lui procurait presque une vitesse à zéro friction avec le sol comme sur un lac gelé et lisse.

{{ Tu es perdue aussi, Reitoko-kun. Mais le Bloc te redonneras ta vrai utilité. En attendant, suis ton chemin… Mène-moi aux autres mercenaires. }}

Otaki ralentissa doucement la cadence en levant son bras gauche. Elle étendit tout les doigts de sa main, tandis que la vapeur bouillonnante se rassemblait de nouveau en un genre de ressort tournant autour de son bras. Mais le ressort grossis, enfla, se tortilla jusqu’à former une sorte d’immense griffe translucide et palpitant dans l’air. Les yeux de Sumire suivait toujours les cheveux bleus rebondissant à distance comme une lumière dans la nuit. Elle allait rendre Aku aux scientifiques du Bloc et faire d’une pierre deux coups en tuant aussi les mercenaires restant qui allaient lui tomber dessus sur son chemin. Quel qu’était leur nombre, si elle en était obligée, elle les massacreraient jusqu’au dernier.



                                                                     
♦♦♦




{{ Ils ne veulent pas d’Anti-Skill. J’avais presque de nouveau oublié. Je suis actuellement entourée de trois tueurs.  }}

Adossée à la paroie sa casquette tenue à deux doigts, Chō regardait le sol en faisant la moue, le visage caché dans l’ombre de celle-ci. Cette situation était vraiment compliquée, dans quoi est ce qu’elle s’était fourrée, encore ? Des cables immatériels reliaient toujours chacun des occupants du véhicule, venant remplir le cerveau de Nakamura avec des impulsions électriques qui ne lui appartenaient pas. Chacun semblait vouloir suivre un intérêt personnel dans cette foutue camionette. Malgré ses efforts, elle n’arrivait à rien capter d’empatique, chaque personne présente semblait totalement imperméable aux sentiments des autres.

{{ Bon sang, ça aurait été si facile si Horikawa-kun, les autres et lui étaient là… Enfin, si facile… Judgment est un organisme fait pour fonctionner en groupe et régler les petits problèmes de la Cité en équipe organisée… Mais là, ça n’a plus rien à voir… Ce qu’a dit cette fille… La Cité Académique serait vraiment aussi… C’est tellement difficile à croire. Je vie ici depuis si longtemps… J’ai partagé les pensées de tant de personne... Est-ce que tout cela est-il vraiment réel ? Ce qui est sûr c’est qu’en tout cas je n’aurais jamais assez d’imagination pour que ce soit un rêve…  }}

Malgré l’avoir dit, la jeune fille tenta de prouver la véracité de ce qui l’entourait une bonne fois pour toute, venant se pincer le bras. Elle serra les dents, pas de doutes, ses ongles mal coupés étaient bien en train d’âbimer le vieux sweat qu’elle avait enfilée dans la réserve d’Haruhentai-kun le kidnappeur d’étudiantes. Non, tout cela, c’était vraiment hors de son contrôle. Qu’est ce qu’une seule personne pouvait bien pouvoir faire, non, qu’est ce qu’elle pouvait faire ? Elle se demanda si Reitoko-chan s’était posée la même question, puis recentra ses pensées sur son visage en fronçant les sourcils. Pourquoi fallait-il que ça tombe sur la plus naïve et la plus positive de toute ?
Chō ferma les yeux et posa un doigt sur son front, entendant Haruhiro et la tueuse « communiquer » entre eux en même temps que le bruit d’une arme claquer doucement dans l’air. Les effets de la gélule bleue était incroyable. Sa maîtrise de la Telepathy était revenue comme par enchantement. Elle se figurait encore avec un appétit impossible à expliquer à des personnes n’utilisant pas de pouvoirs mentaux les masses d’informations plates qui arrivaient en continu à travers ses cables. Visiblement, il n’y avait pas grand-chose à tirer des quatres cerveaux, même si Haruhiro le voleur de vêtement semblait, de tous, le plus agité. Tout d’un coup, son propre visage lui apparu dans sa tête. Mais il ne venait pas de son flux à elle de pensées. Elle ouvrit les yeux et sursauta presque en faisant tinter ses pin’s en voyant le visage de la sniper devant le sien.

[ N-Nakamura-san ? Nakamura-san ! Je ne sais pas si tu m’entends  mais si c’est le cas j’aimerais que tu m’écoutes attentivement. Personne d’autre ne doit entendre ce que je vais te dire.]


Nakamura ferma un œil, visiblement un peu embêtée. Tout ça n’annonçait rien de bon, mais visiblement celle qui se dénommait elle-même dans sa tête comme « Azami » ne connaissait pas réellement les ficelles de son pouvoir. Elle n’avait pas créée de canal en série, mais bien formée des cables à une seule entrée dans chaque personne en direction de son cerveau à elle. Elle fit mine de légèrement ajuster sa casquette pour répondre à Azami, puis se dit que si elle jouait la carte du bluff quand elle en avait occasion, elle pourrait peut-être les prendre par surprise en cas de rebellion. Elle retira le lien télépathique avec Azami puis le remit pour donner l’impression à la sniper que quelque chose s’était coupé d’elle un instant.

{{ C’est bon, on est seul, je t’écoute. Mais je ne suis pas vraiment fan des menaces de mort télépathiques, si tu veux tout savoir… Enfin, vas-y. }}

[ Il n’y a peut-être pas de différence à tes yeux mais je ne suis pas comme Lily ou ce garçon. Je pense que les meurtriers ne méritent pas de vivre. J’essaye de débarrasser la Cité Scolaire de ces pourritures, allant moi-même jusqu’à me transformer en tueuse. Un tueur ne mérite pas de vivre mais il en faut un autre pour l’éradiquer, j’ai donc accepté de jouer ce rôle et d’en devenir un pour rendre sa tranquillité à la Cité. Je ne sais pas ce que t’as dit Lily ou pourquoi est-ce que tu suis ce garçon mais tu sais très bien que l’un et l’autre sont dangereux non ? Tu les as vu à l’œuvre ce ne sont pas des gens ordinaires. Tu ne devrais même pas être impliquée dans une affaire comme celle là, si tu as rejoint les rangs de Judgement pour participer au maintient de l’ordre dans la cité et assurer la sécurité des étudiants tu ne mérites pas de te retrouver dans cette situation. Je vais te protéger, car c’est le but que je me suis fixé. Mais toi, vas-tu m’aider à renverser la situation ? C’est l’occasion de mettre derrière les barreaux un bon nombre de membres du Dark Side, ceux qui ont fait toutes ces recherches sur Akutoku, leurs sous- fifres, Lily, Haruhiro… on peut en coincer une bonne partie sinon tous. Si tu veux éviter de tuer ce garçon j’accepte de l’épargner mais tu sais bien qu’il ne peut pas rester en liberté !



Alors, Nakamura-san ? Je jure de vous protéger toi et Akutoku et de vous ramener saines et sauves chez vous, c’est ma priorité. Feras-tu équipe avec moi ? ]

C’était mauvais. Le groupe était déjà en train de se déliter de lui-même, tandis que certains membres cherchaient déjà à jouer « solo ». Nakamura se sentit un peu plus en sécurité en remarquant qu’elle était visiblement une menace autant qu’un pilier pour les autres visiblement, et qu’ils préféraient s’allier à elle plutôt que de trouver une façon de la contrecarrer. En un sens, les valeurs d’Azami n’étaient pas fondamentalement basées sur des idées brouillonnes et chaotiques. Mais la façon dont elle tentait d’atteindre ses objectifs transformaient ses idéaux carrés et bons en losanges déchirants les autres formes avec lesquelles elles entraient en contact. On ne faisait pas la justice en tuant, car comme disait le héros préféré de la télépathe, tuer un tueur ne fait pas baisser le nombre de meurtrier. Il fallait absolument cependant, qu’elle garde le groupe de gros bras accrochés les uns aux autres pour espérer pouvoir s’en servir. Elle soupira légèrement dans la réalité avant de rouvrir le contact.

{{ Je suis plutôt contente d’entendre que je suis pas la seule sensé ici… Je ne suis pas fan de ton idée de meurtre, mais c’est sûr qu’en travaillant ensemble on pourrait aussi espérer mettre ses dangers hors d’états de nuire. Mais je leurs donne pour l’instant le bénéfice du doute, n’accélérons pas les choses, on pourrait le regretter toutes les deux. On agit qu’après avoir prévenue l’autre et avoir reçue son approbation, okay ? Il vaut mieux qu’on se synchronise pour que ça marche, mais faisons équipe. }}
Soudain, une lourde vibration d’une des cordes reliées à Nakamura la fit lever le nez. Elle tourna la tête vers la place du conducteur en l’entendant s’esclaffer tout juste après sa pensée à haute voix en direction des places assises.

« O-O-Oi ! Lilyyyyy ! Je l’ai trouvé ! Elle est là, la gamine est sur le pont ! C’était quoi son nom ? A-A-Akutoku est sur le pont ! »


{{ A… Akutoku… Reitoko ?!! }}

Elle se leva en un instant, mais bien après la tornade transsonique qu’était devenu Haruhiro le délinquant tournant. Elle cligna des yeux en le voyant forcer sur la porte, puis suivre son flux de pensée, un véritable maelstrom sans nom, un chaos tourbillonnant sans début ni fin. Qu’est ce que c’était que ça au juste ? Ah oui, il voulait empocher le pactole pour Aku… Non, des amis… De la lumière ? Une… Femme ? Des flammes ? … Son père ? Du plastique ? De la cendre ? Du bleu ? Du rouge ? Une vérité, un mensonge ? Une étincelle, des mains tendues ? Un doigt, du sang ? Un cœur ? Une larme coula sur la joue de Nakamura. Elle venait de se prendre en pleine face une telle quantité de pensée sans qu’elle s’y attende du tout en se penchant un tout petit peu sur le cerveau d’Haruhiro le perturbé. Qu’est ce que c’était que tout ça ? Visiblement, son esprit avait été un peu touché par la drogue, mais ce n’était pas tout… Ce dont Chō était sûr, c’est qu’elle n’avait aucune idée de ce qu’Haruhiro le garçon voulait.

« AKU !!! »

Haruhiro put voir le visage de la jeune fille aux vêtements en mauvais état et à la poussière sur la figure tourner sa tête de gauche à droite, comme si tout d’un coup sa vie en dépendait. Et puis, Haruhiro put voir de beaux yeux bleu plonger dans les siens avec une émotion indescriptible.

« Haru… Haruhiro-kun ! »



                                                                   
♦♦♦





« Oubliez mes ordres, ramenez vous en vitesse sans vous soucier de qui vous croisez. A moins que vous ne tombiez sur la gamine ou sur Sumire. Si c’est le deuxième cas signalez le et retenez là. Maintenant grouillez vous. Endo, fin »

L’homme qui portait la radio dans sa main grogna, visiblement plutôt emmerdé par les ordres en pagailles. Il souffla dans l’air entre ses mains en regardant le soleil battre son plein en bas, dans les ruelles. C’était beaucoup plus simple d’attraper quelqu’un de nuit, c’était sûr. Mais ce qu’il voulait le plus au monde, c’était ne pas tomber sur la « patate chaude » de l’opération, le monstre à zéro point. C’était fou ce qu’il faisait chaud, d’un coup. Une goutte d’eau bouillante se posa sur sa joue, lui arrachant un petit cri, avant qu’il ne lève la tête vers le haut. Violet. Puis rouge. La vapeur continua de vibrer comme une tronçonneuse avant de s’arrêter enfin, tandis qu’Otaki Sumire récupérait la radio tâchée de sang au sol.

« Peignons la ville. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 18
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Lun 13 Mar - 22:03

Dès qu’il aperçut Akutoku, Haruhiro se figea. Elle allait bien, pas de bras arraché, blessure ou sang qui coulait… Pourtant il ne comprenait pas, pourquoi était-il soulagé à ce point ? Ce qu’il éprouvait était beaucoup plus grand que prévu. Etait-ce à cause des médicaments ? Ou n’était-il influencé par rien ? Ca venait-il de lui ? Il devait trouver le pourquoi du comment, c’était comme si la chose lui était vitale tout à coup. Il devait savoir. Il repensa au tout début, lorsqu’il scrutait Aku à travers ses jumelles. Il était alors encore le tueur imperturbable, au sang froid et aux assassinats parfaits. Alors qu’est-ce qui avait changé ? C’était au moment où il avait décidé de la garder en vie pour un meilleur prix ? Non, il le savait. Peut-être qu’il se mentait à lui-même après tout. Quand avait-il réellement cessé d’être l’assassin impitoyable qu’il était ? Le N°1 de la sombre agence qui l’employait depuis si longtemps. L’inconscient. Peut-être que c’était ça ? Lorsqu’il avait attaqué Akutoku pour la première fois, s’élançant derrière elle la seule chose qu’il voulait était la tuer. Vraiment ? Ou bien y avait-il quelque chose de différent à ce moment là déjà ? Les pensées de l’adolescent le ramenèrent en arrière, lorsqu’il avait visé son cou avec son couteau, se propulsant en avant pour tuer. Ses pensées exactes lui revinrent en mémoire, l’immergeant parfaitement dans la scène. A ce moment là, propulsé à quelques cinquante kilomètres heure, le temps passait au ralentit. Il voyait la nuque d’Akutoku se rapprocher petit à petit. Il décidait de l’angle de son couteau, pour la tuer d’un unique coup.

[ Un angle comme celui-là suffira]

Puis le couteau avait éraflé la surface de glace solide que la jeune fille avait alors créée de justesse. Haruhiro fut ramené dans le présent, ses yeux s’agrandissant légèrement. Du soulagement. C’était ce qu’il avait ressentit lorsque sa lame avait rayé la surface semi-transparente qui avait sauvé la vie d’Akutoku. Dès lors, il avait su qu’elle ne mourrait pas de ses mains. Il demeura un instant immobile et muet, la tête inclinée en avant, son visage masqué par ses cheveux lui retombant sur le front.

Akutoku arriva finalement devant lui, penchée en avant, les mains sur les cuisses et à bout de souffle. L’adolescent se redressa et leva un peu la tête, la dominant de toute sa hauteur. Il posa une main sur son épaule et contracta ses muscles.

« Où est-c- »


« Reitoko-chan, tu vas bien ? Qu’est-ce qui s’est passé ? »

La jeune fille à la chevelure bleutée regarda avec étonnement Chō qui venait de sortir du fourgon. Elle se mit à parler très vite tandis que Haruhiro grognait légèrement pour s’être fait couper la parole.

« Ah, j’ai été attaquée par une fille de ma classe, O-Otaki Sumire… un garçon m’a sauvée, il m’a dit que c’était ton ami Nakamura-san ! Et il m’a dit de te donner ça au plus vite ! J-je ne sais pas si il va bien... il m’a dit qu’il me rejoindrait mais.. »


Tandis que Cho prenait le téléphone des mains d’Akutoku, Lily et Azami sortirent à moitié du fourgon.

« Akuuuuuuu-chaaaaa-aaaaaan~ !! »

Haruhiro regarda rapidement autour de lui puis les poussa toutes les quatre à l’intérieur du compartiment.

« Tout le monde rentre, on bouge. Lily je veux un maximum d’informations sur cette Otaki, si elle se pointe j’ai pas envie de jouer aux devinettes. Chō, on n’a pas le temps de s’occuper de ton pote, il a beau l’avoir aidé on ne peut pas se permettre d’aller le chercher. Sniper-chan, prépare ton équipement, elle est pas loin. Si c’est un assassin elle est déjà sur nous. »

Il se tourna ensuite vers Akutoku qui s’était assise à côté de Chō, une bouteille d’eau gracieusement offerte par Lily entre les mains. « Les gens de ta classe sont des personnes plutôt perturbantes, faut croire. »

« Onii-chan a trop la classe lorsqu’il prend un air sérieux ! Mais demande le avec plus de gentillesse, normalement je fais payer ces informations à prix d’or. Elles ne sont pas faciles à obtenir tu sais ? »


Elle cessa cependant de jouer la plaintive en voyant le regard sérieux de l’adolescent et reprit sa tablette pour farfouiller dans ses dossiers après avoir fait signe au chauffeur de se remettre en route, affichant une petite moue insatisfaite.

« Oh bon d’accord… Miyamoto, bon travail. On y va. »


Haruhiro avait reprit ses esprits, comme si son cerveau s’était réactivé d’un seul coup et fonctionnait désormais à 100%. Toutes les douleurs que lui provoquaient ses blessures avaient maintenant disparues ou presque. Même la coupure de son ancien rival ne le lançait presque plus, se contentant de le picoter désagréablement en continu. Son corps et son esprit étaient de nouveau disponibles au maximum de leurs capacités. Même si le contre coup des la prise de ces médicaments allait se faire sentir, c’était maintenant qu’il avait besoin de sa force. Au diable les effets secondaires. Il s’agenouilla au milieu du compartiment et dézippa la fermeture éclair de l’un des deux sacs de sport. Tout le monde autour de lui s’activait ou presque. A sa gauche, Chō s’occupait du téléphone de celui qui avait sauvé Akutoku. Cette dernière semblait complètement épuisée, si elle n’avait fait que fuir toute la nuit alors elle devait être à bout de force. Lily quand à elle faisait furieusement glisser ou tapoter ses doigts sur sa tablette, rassemblant toutes les informations dont elle disposait.

Azami regardait les autres membres de son « équipe » faire chacun leurs choses dans leur coin. Son regard passa sur Akutoku et elle détailla la jeune fille. Elle correspondait vraiment à la description qu’elle avait reçue : une adolescente qui semblait plus naïve que n’importe quelle autre et qui avait l’air complètement incapable de s’énerver vraiment. Sans parler du fait que malgré son level 4, elle ne pouvait pas se défendre d’elle-même. C’était donc pour cette fille que Haruhiro avait risqué sa vie, ayant décidé de la protéger à la fois contre le Dark Side et les autorités de la Cité Scolaire, et contre lui-même aussi, probablement. Quelque chose ne devait pas tourner très rond chez ce garçon, pour le tueur qu’il était du moins. Cherchait-il à se racheter pour ses crimes passés ? En sauvant une jeune fille qu’il était censé éliminer ? Ca ne suffirait pas, rien ne suffirait. Un tueur devait passer le reste de sa vie enfermé, au minimum. La punition la plus juste et la plus immédiate était la mort, c’était là ce que pensait la jeune fille au fusil.

Son regard se posa ensuite sur Chō qui semblait très concentrée sur le téléphone. Elle remarqua que Lily lui jetait des petits coups d’œil de temps à autre, vérifiant qu’elle ne passait aucun appel ou qu’elle ne contactait personne. Discrètement, Azami fit glisser son index jusqu’à son poignet et pressa un bouton sur son gantelet, allumant un petit voyant rouge qui disparut après avoir clignoté rapidement pendant deux secondes. Elle expira longuement. Avec ça, les choses bougeraient et elle pourrait mettre son plan à exécution. Elle n’était pas parfaitement convaincue par la confiance que lui accordait la jeune membre de Judgement mais elle avait tout de même décidé de lui expliquer son plan, du moins en partie et lorsque le moment serait venu. Elle avait plus d’un tour dans son sac de toute façon donc peu importe ce qui pouvait arriver, elle avait confiance en ses capacités. Si Chō récoltait des informations sur son téléphone, elle espérait sincèrement qu’elle les partagerait, ça serait une première preuve de confiance.

[ Et ensuite il faudra que je trouve un moyen de les écarter toutes les deux d-Wheeeeeeee !!! Qu’est-ce qu’il fout ce type ??! ]

Elle fronça les sourcils en se décalant sur le côté, regardant Haruhiro qui venait de se mettre torse nu au milieu de ce petit monde exclusivement féminin.

Le jeune homme retirait ses bandages et examinait ses plaies, constatant avec stupéfaction que même les entailles les plus profondes étaient devenues des petites coupures. Le seul « effet secondaire » qu’il ressentait pour l’instant était une grande faim, conséquence directe de sa régénération subitement accélérée.

Il releva la tête, toujours à genoux et regarda autour de lui, voyant quatre paires d’yeux qui le fixaient avec des expressions plus ou moins choquées. Evidemment, il n’y avait pas pensé. Autour de lui se trouvaient quatre filles. Il soupira.

« C’est chiant. »

Ce fut avec une expression légèrement blasée qu’il accueillit les réactions plus ou moins gênées des jeunes filles. Il pu par ailleurs très distinctement entendre dans son esprit ce qu’avait pensé Chō avec une mine visiblement dégoutée.

{{ Sale Haruhentai }}

« J’ai mon équipement là dedans, ne vous faites pas de fausses idées, franchement… »

Il retourna le sac et en vida son contenu sur le sol. Des couteaux, une arme de poing, des chargeurs, un genre de T-shirt sombre, un câble gris et des gants durs qui ne recouvraient pas les phalanges, sans oublier une quantité non négligeable de ce qui semblait être des protections faites sur mesure. De nouveaux vêtements ainsi que des bottes tombèrent également du sac, recouvrant le reste.

Le jeune assassin s’équipa rapidement, enfilant d’abord son T-shirt à la forme et à la texture étranges puis les protections qu’il accrocha par-dessus, sur ses avant-bras. Une fois complètement changé, il ouvrit le second sac et en sortit un fusil d’assaut, puis deux, puis trois. Suivirent les chargeurs et deux armes de poing et les balles qui allaient avec. Il se tourna vers Akutoku et Chō, un pistolet dans chaque main.

[ La dernière fois que je lui ai donné une arme elle m’a trahis… mais elle doit avoir compris maintenant. De toute façon si on n’arrive pas à dégager ces types alors ça sera finit pour nous tous, trahison ou non.]

« Voilà les jouets, vous deux, prenez ça pour vous défendre, j’aimerai éviter que vous ayez à tuer quelqu’un mais si les informations de Lily sont vraies alors vous allez avoir du mal à vous défendre avec vos petits poings. En somme ne les sortez que s- »

« Mes informations de sont jamais fausses, Haruhiro-kun, tiens regarde ça. Je suis Lily, Aku-chan. J’aime beaucoup tes cheveux, cette couleur te va vraiment bieeeeen ! »

[ Haruhiro-kun ? Qu’est-ce qui la rend aussi polie d’un seul coup ? ]

Il tendit un pistolet chacune aux deux adolescentes avant de prendre la tablette que lui tendait la petite blonde. Malgré le fait qu’elle faisait désormais joyeusement la causette à Akutoku, probablement pour la détendre un peu et lui expliquer la situation, Haruhiro savait très bien que son brusque changement de ton ne s’était pas produit pour rien. Il commença à lire les informations affichées à l’écran et serra les dents au bout du deuxième paragraphe comprenant désormais l’attitude de Lily. Cette fille était extrêmement dangereuse. Il jeta un coup d’œil à Chō.

« Quoi qu’il arrive, vous deux ne vous approchez pas de cette fille. Si vous la voyez barrez-vous en vitesse. »


Le jeune homme se retourna ensuite et tendit la tablette à Azami.

« J’imagine que ça t’enchante pas beaucoup mais si on tombe sur elle, va falloir que tu me files un coup de main. Autant que tu saches de quoi il retourne. »


Miyamoto baillait. Finalement ils étaient tombés sur Akutoku et maintenant il avait encore plus de chance de se faire attaquer d’une minute à l’autre vu le petit monde qu’il transportait à l’arrière. Génial. Son téléphone se mit à vibrer, lui arrachant un soupire fatigué.

« Ptain je travaille quoi, sérieux… »

Ignorant l’appel et se concentrant d’avantage sur la route, il ne remarqua pas la petite tache bleue qui s’était dessinée dans son rétroviseur. Quelques mètres derrière eux, deux yeux violets scrutaient la camionnette couverte de stickers depuis le trottoir.

« Mitsuketa… » murmura la jeune fille tandis que dans sa main la radio de l’escouade de reconnaissance crachouillait faiblement des transmissions.



***




L’homme aux muscles saillants et aux cheveux ras raccrocha et rangea son petit téléphone rouge à clapet dans sa poche avant d’appuyer sur un bouton de sa radio pour parler à ses escouades.

« Ici Endo, préparez-vous ils sont en chemin. La situation est plus compliquée que prévu, on a identifié l’un des ennemis comme était Azami Miura et l’escouade envoyée dans l’appartement a servit de pâtée à Otaki. Je veux que vous soyez prêts à leur sauter dessus, Otaki est aussi sur le menu. Appelez les deux jokers aussi, qu’ils soient prêts à l’heure. »


Le gaillard vérifia une dernière fois les positions de ses hommes, partout autour et dans le carrefour du District 7, à seulement quelques centaines de mètres du pont menant au district 10. Les escouades qu’il commandait étaient toutes parées à lancer l’opération, il ne restait plus qu’à sauter sur la proie dès qu’elle entrerait dans le périmètre des opérations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 18
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Mar 14 Mar - 22:36

« Qui… Qui sont tout ses gens ? »

Akutoku cligna de ses yeux fatigués en posant l’arme froide donnée par Haruhiro à côté d’elle, en passant les yeux sur les deux jeunes femmes qui semblaient au moins autant la scruter qu’elle le faisait. Elle rougit légèrement en le remarquant et détourna le regard. Non, elle devait se reconcentrer sur tout ce qu’il s’était passé. Il y avait cette fille dangereuse à ses trousses, et si jamais son sempai n’avait pas réussi à… La jeune fille aux cheveux bleus baissa la tête et posa la paume de sa main sur son front. Ce n’était vraiment pas le moment d’avoir ce genre de pensées, mais Aku ne put s’empêcher de se mettre à douter. Et si jamais elle… Un contact chaud sur son épaule la fit relever la tête vers la gauche. C’était la main de Chō.

« Il faudra que tu lui fasse une petite représentation de danse quand tout ça sera terminé, je pense qu’il l’aura amplement mérité, ce pseudo détective de mes deux. »

Le regard calme et plein de douceur de sa sempai fit revenir des couleurs au visage d’Akutoku tandis qu’elle levait la tête, lui souriant en retour. C’était un peu comme avec le garçon au chapeau, mais au lieu d’être électrique, enfantin, malicieux et amusant, le sourire de Nakamura pouvait être doux comme le sucre, frais comme la brise le matin, et légèrement acidulé comme un zeste de citron. Un peu de chaleur commença à rerentrer dans les poumons d’Aku alors qu’elle pris une plus grande inspiration, se vidant la tête. Pendant ce temps, Nakamura extrayait les informations de la puce téléphonique, celui-ci plaqué sur son front après qu’elle l’ai inspecté un moment. Elle avait à présent toute les informations sur Otaki qu’elle devait avoir. Elle n’eut même pas besoin de tourner la tête pour savoir que Lily s’assurait qu’elle ne passait pas d’appel. Elle tritura dans ses pensées à elle un instant, puis revint au téléphone. Nakamura ferma les yeux, se remettant à sourire en essayant de le camoufler quelque peu, même si Aku le remarqua.

{{ Comme si j’avais besoin d’un téléphone pour appeler quelqu’un. C’est moi, le téléphone. }}

La télépathe appuya sur le bouton pour activer la connexion du téléphone, et se concentra au maximum. Si son sempai et Horikawa étaient trop loin de sa zone de contact, alors c’était peine perdue. Mais elle devait essayer. Parce qu’elle savait que c’était pour cette raison que son ami au chapeau avait donné le téléphone à Aku. Parce qu’il savait qu’il allait en être séparé à un moment ou à un autre. Ce garçon était vraiment incroyable, elle avait eut raison, il avait toujours un coup d’avance. Deux câbles invisibles traversaient la ville comme ils l’avaient fait quelques 28 heures auparavant pour retrouver Akutoku lorsqu’elle avait été enlevée. Mais cette fois, Chō  n’avait pas l’aide de terminaux, elle devait entièrement compté sur le boost des gélules bleus et sur son pouvoir. Rien. Dépasse tes limites. Rien. Rien. Rien. Dépasse tes limites ! Rien. Rien. Rien. Rien. Nakamura, dépasse tes limites ! Elle serra les dents, tandis que le téléphone se mit finalement à s’éteindre, les yeux de la télépathe s’ouvrant en grand dans l’ombre de sa casquette.

{{ …Vous connaissez la devinette du papillon dans la tête ? }}

{{ Tu peux pas te passer de moi hein, Nakamura-san ? Ishika va devenir jalouse à force ! }}

La télépathe ferma les yeux en faisant réapparaitre son sourire en baissant sa casquette pleine de pins du bout des doigts, visiblement de nouveau pleine d’émotion, ce qui fit cligner Aku des yeux de nouveau, se demandant pas mal ce qu’il pouvait se passer dans la tête de sa sempai.

{{ Vous deux… Vous êtes vraiment les pires. Je vous envois ce que j’ai et ma position. Je vous rappelle dès que j’ai un pépin. Ah et aussi… Si il vous arrive quelque chose, je vous baffe ! Alors revenez me chopper en un seul morceaux, bande de gros bétas. }}

{{ Ahah, toi aussi. Si tu croises l’autre gamine, ne réfléchit pas et zap là tout de suite. Un seul choc mental devrait suffire, elle n’est pas du genre bulky. Et surtout, protège Aku. On prépare votre retour à toutes les deux. }}

« Mes informations de sont jamais fausses, Haruhiro-kun, tiens regarde ça. Je suis Lily, Aku-chan. J’aime beaucoup tes cheveux, cette couleur te va vraiment bieeeeen ! »

Les deux jeunes filles sursautèrent en même temps, en voyant Lily s’approcher, tandis que la télépathe referma ses canals télépathiques avec les deux garçons, en les gardant actif cependant. Aku la remercia doucement en fermant les yeux, les petites filles joignant un instant les mains en s’échangeant quelques mots pleins de douceur. Akutoku fut rassurer en voyant que la jeune fille blonde n’était pas une assassin ou quelque chose du genre, même si elle en était déjà persuadée depuis le début. En voyant passer ça dans sa tête, Nakamura tiqua de la bouche, mais laissa la chose en suspend. Il n’y avait aucune raison de lui faire peur, surtout en sachant la personne qu’ils avaient tous au train. Cette Otaki était extrêmement dangereuse. Elle leva la tête en voyant le regard d’Haruhiro sur elle.

« Quoi qu’il arrive, vous deux ne vous approchez pas de cette fille. Si vous la voyez barrez-vous en vitesse. »

« Ça c’est sûr… Mais Haruhiro, tu ne devrais pas nous fournir des armes. Je ne pense pas que ce soit la bonne tactique de répondre contre elle avec la violence. Enfin, tu as raison. Le mieux, c’est de faire en sorte de ne pas lui donner l’occasion pour nous embêter de nouveau ! Tant qu’on est dans le camion en plein jour, ça devrait aller, mais soyons sur nos gardes. »

Aku secoua la tête de bas en haut à une vitesse incroyable, visiblement d’accord pour éviter le plus possible de penser à son ancienne camarade de classe aux dents pointues. Nakamura regarda le pistolet qu’elle avait toujours dans son autre main, calé contre la banquette. Aucune chance qu’elle ne l’utilise, pas son genre. Elle lâcha l’arme en la laissant à sa place, puis passa ses yeux doucement en direction d’Aku, qui elle avait toujours le pistolet en main, parlant un peu avec Lily qui avait de nouveau attirée son attention sur ses vêtements « jolis » cette fois. Après avoir reçu le petit message mental de Nakamura, la fille aux cheveux bleu grelotta légèrement, puis se massa la nuque en reposant l’arme sur la banquette. Il n’y avait aucune violence dans l’esprit de la étudiante de Nagatenjouki, mais Chō préférait qu’elle n’ait pas le doigt sur la gâchette. La télépathe soupira légèrement. Au moins, elle savait que tant qu’elle était là il n’y avait aucune crainte à avoir. A l’instant même où elle verrait Otaki, elle utiliserait son pouvoir et l’incapaciterait directement comme elle l’avait fait pour Haru ou Ishida. Sauf qu’elle allait utilisée toute sa puissance cette fois, et que sur une jeune fille, c’était assez pour l’assommer totalement. Oui, pas de doute, aucune chance qu’ils se fassent prendre par surprise.

« En… En tout cas… Je voulais tous vous remercier de… De me venir en aide ! Je suis sûr qu’on pourra faire… Si on s’entraide… Qu’on pourra tout faire revenir comme avant ! Et que ce sera plus… Qu’un mauvais souvenir quand on reviendra tous en classe ! »

Nakamura souffla doucement en souriant. Oui, c’était sûr que ça devait bien finir. Elle ne pouvait tout simplement pas imaginer ce petit visage amical se déformer. Akutoku devait rester comme elle était, et ne jamais changer. Parce que malgré ce que pourrait dire n’importe qui, pour Chō, c’était une très bonne personne. Elle passa son regard sur Haruhiro, puis les deux autres. Elle ne fouilla pas dans leurs tête, la sienne commençait à lui faire mal à force de communiquer en même temps avec Kousuke et son camarade. Mais ce qu’elle voyait bien, c’est qu’indirectement, la bonne humeur et les intentions pures d’Aku diluait les pensées des personnes qui l’accompagnait. Tout d’abord, évidemment, il y avait Haruhiro. L’assassin qui l’avait capturé. Elle en était de plus en plus sûr. Ce qu’elle avait vu, quand elle était rentré dans sa tête lorsque la jeune fille était réapparue. C’était un attachement profond envers la jeune fille. Oui, tout ça ne pouvait pas mal finir. Aucune chance ! Nakamura s’avança vers Aku et retira un de ses pins préférés de sa casquette. Elle l’accrocha à la veste de la fille aux couettes bleues, qui elle semblait surprise.

« Et hop… Avec ça, tu seras géniale et toute mignonne. Les pin’s, c’est un vrai trésor qu’il faut chérir, tu sais, c’est pas rien. C’est un porte bonheur de ta sempai, alors garde-le sur toi tout le temps ! »

« Huu… Me… Merci Nakamura-san ! Je ne peux pas accepter… »

Le fourgon passa dans un tunnel, tandis que les yeux d’Aku s’ouvrirent en grand.

« HO ! »

Nakamura leva sa casquette en regardant vers Akutoku, se demandant la raison de sa soudaine interjection, en soufflant par le nez un petit instant.

« Muh ? »

« La réponse à la devinette de sempai ! Qu’est ce qui est mieux que dieu, pire que le diable, les pauvres en ont et les riches en manque… La réponse, c’est rien ! Rien n’est mieux que dieu, rien n’est pire que le diable, les pauvres n’ont rien et les riches ne manquent de rien… »

Ah, ce devait sûrement être une devinette de son sempai à elle aussi, ce qui fit ricaner doucement Nakamura.  La télépathe soupira puis ouvrit la bouche. Mais aucun bruit ne sorti de celle-ci. Elle se sentit un peu lourde pendant un instant, puis regarda son ventre. Une pointe en ressortait, engorgeant le tee-shirt d’Haruhiro de liquide en le peignant en rouge. Akutoku poussa un énorme cri déchirant le silence en portant ses mains à sa bouche, tandis que Nakamura fut levée au dessus du sol du fourgon à l’aide de la tentacule au crochet enfoncée dans son estomac. celle-ci tenta de dire quelque chose, incapable de parler à cause du sang dans sa gorge, bougeant ses mains en les ouvrant puis les serrant devant la lame de vapeur d’eau solidifiée la traversant, de façon impuissante en voyant ses pieds battre dans les airs.

{{ Ghhhrk- }}

Le camion fit un virage forcé sur le côté, après un braillement du conducteur, tandis que l’avant du véhicule vient se fracasser contre une paroie du tunnel. La tentacule se leva avec force dans les airs en tirant la télépathe, le plafond du véhicule se fracassant en deux comme une coque de noix. Otaki Sumire sauta du toit déchiqueté en faisant battre son tentacule bouillonnant dans les airs, avant de le ramener derrière puis de nouveau devant elle en laissant Nakamura tomber au sol en tremblant à ses pieds. Le sang de la télépathe se répandit jusqu’aux chaussures d’Otaki Sumire qui souffla une volute d’air chaud, deux immenses masses de vapeur vibrantes et miroitante comme l’eau d’un lac dans son dos.

« Quel gâchis de potentiel. Mais si je ne m’étais pas occupé de toi, alors tu m’aurais rendue la tâche difficile. Parfois, il faut faire des sacrifices pour sauver le plus de personne. »

Une gouttelette du sang de Chō coula sur la joue de la fille aux cheveux violets et aux lentilles magenta perçante comme les yeux d’un tigre. Elle étendit son bras gauche dans un craquement en faisant tourner de la vapeur autour de celui-ci jusqu’à former un genre de ressort vibrant dans l’air comme une moissonneuse, celle-ci regardant les occupants du fourgon encore totalement sous le choc en sortir finalement.

« … Ne vous inquiétez pas mercenaires, vous allez rapidement la rejoindre… Je vais vous purger de ce monde. Je suis… La Reine de Vapeur de Nagatenjouki. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 18
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Jeu 16 Mar - 10:26

« Chef, chef ! Chef Endo ! Otaki vient de leur tomber dessus, elle a attaqué le fourgon ! »

Les yeux du mastodonte humain s’écarquillèrent un instant.

« Quoi ? Mais bordel comment c’est possible ?! Merde merde merde ! »

La main de l’homme se crispa sur sa radio, faisant craquer le plastique dont était composée la coque.

« A toutes les unités, on bouge ! Aujourd’hui on bouffe du level 4 ! »

Endo couru vers un fourgon de couleur sombre et s’y engouffra sans attendre alors que le chauffeur démarrait déjà « Voilà pourquoi je déteste les gamines rebelles »



***



« En… En tout cas… Je voulais tous vous remercier de… De me venir en aide ! Je suis sûr qu’on pourra faire… Si on s’entraide… Qu’on pourra tout faire revenir comme avant ! Et que ce sera plus… Qu’un mauvais souvenir quand on reviendra tous en classe ! »

Tous levèrent les yeux vers la jeune fille, même Miyamoto depuis le compartiment du conducteur jeta un coup d’œil derrière son épaule, à travers la vitre de séparation désormais baissée.

Alors que Chō accrochait un pins sur la veste d’Akutoku sous l’œil amusé de Lily, Haruhiro regardait dans le vide, pensant à la suite des événements. Akutoku semblait beaucoup moins effrayée maintenant, presque tranquille au milieu de tous ces tueurs en série. Il esquissa un léger sourire à cette idée, c’était le monde à l’envers, et pourtant, pourtant ça pouvait marcher ! La petite Lily semblait ne s’intéresser qu’à son profit personnel mais elle était indubitablement une alliée de choix. Azami quand à elle n’était pas non plus à prendre à la légère. Entre son arsenal mystérieux et toutes les informations qu’elle possédait elle pouvait s’avérer extrêmement utile en groupe, sans parler de ses capacités. Venait ensuite Nakamura Chō, la membre de Judgement avec qui il avait fait équipe pendant quelques heures. Une jeune fille étrange mais juste et également une alliée de choix, sa capacité de « fouillage de crâne » et de télépathie étant particulièrement utile.

Akutoku eut soudain comme une révélation, sur une devinette ou quelque chose qui retint très peu l’intérêt du jeune assassin. Si on enlevait le caractère louche de la situation ainsi que les armes qui trainaient un peu partout dans le fourgon, la scène aurait presque pu être normale. Une rencontre entre étudiants peut-être. Une sortie entre amis qui ne s’était pas vu depuis longtemps voir un anniversaire, avec pas mal d’imagination. Mais c’est toujours dans les moments où on s’y attend le moins que tout bascule, tout se détruit, souvent d’un seul coup. Et la chose arriva. Soudain, Aku poussa un hurlement. Une plainte qui déchira la tranquillité, la gratitude et tout ce qui avait pu exister de positif dans l’espace étroit du fourgon. Haruhiro vit avec horreur Chō se soulever dans les airs, une pointe sortant de son ventre et une tache rouge aussi grande qu’une assiette se répandre rapidement sur son T-shirt. La jeune fille voulu dire quelque chose mais tout ce qui sortit de sa bouche fut un épais filet de sang qui s’écrasa sur le sol métallique. Le visage tordu par la douleur, et probablement par la peur et l’incompréhension, son regard croisa celui de l’assassin l’espace d’un quart de seconde. Les yeux de la jeune fille le tétanisèrent. Il ne pouvait plus bouger, parler ou réfléchir, un unique mot raisonnait dans sa tête « Pourquoi ? »

Mais rapidement son cerveau s’embrouilla, un titanesque flot de pensées désordonnées se déversait désormais dedans à toute vitesse « Pourquoi ? Comment ? Encore ? Ca arrivait une nouvelle fois ? Qu’est-ce qu’il avait raté ? Il avait fait attention pourtant, il n’avait accordé sa confiance à personne. Non ? Comment était-ce possible ? Non pas comment, pourquoi, pourquoi est-ce que ça arrivait ? Malgré le temps qui semblait figé autour de lui, Haruhiro sentait son cœur battre à toute vitesse, frappant tellement fort qu’il semblait pouvoir lui rompre la poitrine et en bondir. Dans son esprit, la même question se répétait encore et encore, de plus en plus fort, allant même jusqu’à couvrir le bruit assourdissant des chocs rapides dans sa poitrine « Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? » Son esprit s’enflamma, ne pouvant plus contenir le tremblement intense de cette pensée toujours plus forte, toujours plus puissante « Mais pourquoi est-ce que ça arrive ??!! Bordel de merde, POURQ- »

D’un seul coup, tout se calma. En l’espace d’un instant, les explosions de pensées dans la tête de l’adolescent se stoppèrent, laissant place à un vide libérateur. Il n’entendait rien, ne voyait rien, ne pensait rien. Lorsqu’il ouvrit enfin les yeux, il se trouvait contre la paroi du fond du fourgon. En face de lui d’une des deux portes arrières était tordue et entrouverte. Juste à sa droite se trouvait Lily, un mince filet de sang lui coulant sur le front. La fillette clignait frénétiquement des yeux et regardait partout, complètement prise au dépourvu. Voilà donc ce que donnait son regard effrayé lorsque le masque de tranquillité tombait. Elle n’avait pas prévu ce coup là visiblement.

L’adolescent laissa son regard dévier vers la droite, là où regardait la petite blonde désormais. La banquette, un trou dans la paroi, du sang. Beaucoup de sang. Haruhiro écarquilla les yeux, comprenant ce qui s’était passé à peine quelques secondes plus tôt. A sa gauche, Azami s’était relevée en grimaçant et tripotait furieusement son gantelet droit au niveau du poignet, appuyant sur des sortes de voyants colorés qui émettaient des petits « bip » à chaque pression. Mais cela ne l’intéressait pas, il se leva d’un coup et manqua de marcher sur Akutoku qui rampait vers les portes, toujours sonnée. Frappant d’un coup sec du pied dans la porte tout en relâchant une compression sous sa semelle, il envoya voler la porte à moitié tordue avant de sortir de la carcasse du fourgon et de se retourner pour faire face à deux yeux violets qui n’inspiraient qu’une seule chose : la peur.

Un tentacule bouillonnant  se tortilla dans les airs, secouant Chō Nakamura comme un déchet avant que finalement elle ne s’en décroche d’un seul coup après un mouvement plus sec. La jeune fille tomba au sol dans un bruit mat, aux pieds de celle qui venait de quasiment lui ôter la vie.

« Quel gâchis de potentiel. Mais si je ne m’étais pas occupé de toi, alors tu m’aurais rendue la tâche difficile. Parfois, il faut faire des sacrifices pour sauver le plus de personne. »


Haruhiro serra les dents, tremblant de rage [ Du gâchis ? Un sacrifice ? ]

« … Ne vous inquiétez pas mercenaires, vous allez rapidement la rejoindre… Je vais vous purger de ce monde. Je suis… La Reine de Vapeur de Nagatenjouki. »


De l’air commença à se rassembler lentement autour de Haruhiro, dans les petits bruits d’aspiration et de « pshht ». Derrière lui, Lily et Akutoku sortaient du fourgon, des expressions effarées sur le visage. Azami sortit en trombe, actionnant le mode mitraillette de son fusil et pris la fille aux yeux violets en joue.

« Décales-toi ! Il faut l’abattre ! »


Le jeune assassin tourna lentement la tête en arrière, une lueur terrifiante dans le regard.

« Non, tu vas les sortir de là. Ne l’attaque pas, ça sera un duel. Entre elle, et moi. »

Sa voix était rauque, un peu tremblante. Quelque chose de nouveau venait d’apparaître chez le garçon. Non, pas nouveau,  plutôt quelque chose d’ancien qui refaisait surface. Si ça avait été possible, Azami aurait pu discerner l’aura sombre qui s’échappait du corps du jeune homme. Elle fit un petit signe de la tête pour montrer son acquiescement. Ca n’était pas le moment de discuter, la seule chose dont la snipeuse était sûre était que l’adolescent qui se tenait devant elle allait se battre, et qu’on essaye de l’en empêcher ou non n’y changerait rien. Elle se pinça les lèvres, serrant son arme un peu plus fort dans ses mains. Si elle avait agit plus tôt peut-être que la jeune fille ne serait pas étendue là bas, se vidant de son sang. Si elle lui avait dévoilé son plan peut-être qu’elles auraient pu faire quelque chose toutes les deux. Si elle avait… Azami s’arrêta brusquement de réfléchir, voyant les yeux de l’assassin qui la dévisageait toujours. Cette lueur dans son regard… elle n’annonçait qu’une seule chose, le danger.

Haruhiro regarda un instant Lily qui lui renvoya un regard sérieux, montrant qu’elle reprenait ses esprits petit à petit et cherchait un moyen de reprendre le contrôle de la situation. Son regard se posa ensuite sur Akutoku qui affichait une expression désemparée. La bouche ouverte et les yeux horrifiés elle semblait vouloir dire quelque chose sans y parvenir. L’adolescent recentra son regard sur sa nouvelle ennemie. Oui, ça suffisait, il fallait que ça s’arrête. Il retroussa les lèvres, dévoilant ses dents et relâchant ses compressions en même temps que sa rage dans une puissante explosion d’air qui couvrit une voix derrière lui. En une seconde, il était devant elle, à presque deux mètres du sol. Son corps incliné en diagonale et partiellement tourné sur le côté, le poing droit en arrière et la jambe droite tendue, il lui hurla dessus de toutes ses forces.

« OOTAKIIIII ! »

Son corps entier pivota brusquement vers la droite en amorçant une vrille, il abattit son poing vers le bas, visant le visage de la jeune fille aux cheveux violets. Mais déjà elle s’était décalée et amorçait une contre-attaque brûlante avec son bras gauche, prête à lui transpercer le côté avec sa foreuse de vapeur. Continuant sa vrille, Haruhiro relâcha toutes les autres compressions de son corps, envoyant de puissantes rafales de vent autour de lui, sans perturber sa rotation. La jeune fille aux cheveux violets fut repoussée sur quelques mètres, les bras en croix devant le visage. Haruhiro atterrit sur le sol, juste au dessus de Chō et lui plaqua directement la main droite sur le ventre, sans résister à son élan.

« Merde… reste en vie espèce d’idiote. »

Appuyant à deux mains sur la plaie, il s’efforçait de réduire l’écoulement de sang et il grimaça lorsqu’il sentit le liquide rouge lui couler entre les doigts. Azami, qui s’était élancée en même temps que lui, venait d’arriver au chevet de Chō et ne bougeait plus, ne pouvant détacher son regard de la blessure qui continuait de saigner entre les doigts de l’adolescent.

« Oi ! Réveilles toi un peu la justicière ! Arrête de penser à autre chose et emmène la en lieu sûr, appelle les secours, fais ce que tu veux mais ne la laisse pas mourir. »


Il se releva tandis que la jeune fille prenait Chō dans ses bras.

« Grouilles-toi, moi je vais m’occuper de cette petite merde ambulante. »


Azami se redressa et se mit à courir vers l’entrée du tunnel, limitant au maximum les secousses pour la blessée qu’elle portait dans ses bras. Elle dépassa Lily et Akutoku sans s’arrêter, continuant de courir aussi vite que possible. Elle voulait la sauver, il fallait la sauver ! Cette fille ne méritait pas ça, après tout ce qu’elle avait fait… ce n’était pas comme ça que ça devait se passer. Chō, Nakamura Chō devait vivre !

Lily avait mis du temps à réagir mais elle avait finit par reprendre le contrôle de son corps. Ca faisait une éternité qu’elle n’avait pas été prise au dépourvu de la sorte. Il semblait à la jeune fille que Haruhiro aussi avait eu un moment d’absence après ce qu’il venait de se passer. Cette Otaki Sumire… elle était définitivement très dangereuse, elle se demanda un instant si Haruhiro était en mesure de la battre. Non, pouvait-il seulement la repousser ?

[ Tu n’as pas intérêt à te rater, on a un contrat toi et moi. ]

Se retournant, elle attrapa la main d’Akutoku et couru à son tour vers la lumière du tunnel, entraînant l’adolescente derrière elle.

« Ne t’arrêtes pas, on va te protéger mais continue de courir. Et ne t'en fais pas pas pour lui, c’est un dur à cuire. »

Elle n’était pas certaine que ces paroles serviraient à calmer la jeune fille étant donné le fait qu’elles ne suffisaient même pas à la rassurer elle. Malgré le potentiel destructeur d’Azami, Haruhiro était probablement le seul du groupe à pouvoir combattre Otaki sans risquer de se faire couper en deux... du moins pas dans l’immédiat. Akutoku n’utilisait pas sa capacité pour se battre et elle-même n’avait pas réellement envie de combattre la puissante level 4. Oh il y avait bien l’autre là mais il ne serait pas bien utile face à son pouvoir donc tant qu’Otaki Sumire serait debout, leur dernier rempart contre la jeune esper serait Haruhiro.

Le jeune assassin et l’étudiante de Nagatenjouki se faisaient face. La luminosité mauvaise du tunnel rendait certes l’affrontement compliqué, pour lui comme pour elle, mais les deux adolescents n’étaient pas des amateurs. Otaki fixait l’adolescent, mesurant peut-être sa valeur entant que « talent ». Haruhiro quand à lui regardait sa main droite, couverte du sang de la membre de Judgement. Il serra le poing de toutes ses forces, le liquide poisseux coula entre ses phalanges jusqu’à se réunir et de gouter petit à petit sur l’asphalte à ses pieds. Il se baissa lentement pour ramasser quelque chose au sol.

« Tu sais, il s’est passé pas mal de choses ces derniers jours. Et je pense qu’il est temps que je décide définitivement à quel camp appartenir. Mais avant ça, il faut que je finisse ce que j’ai commencé. Tu n’auras pas Akutoku, ça je te le garantis.»

Il se redressa de toute sa hauteur et mit sur sa tête une casquette couverte de pins en esquissant un sourire en coin en la tapotant du bout de l’index, mettant un peu de sang sur la visière.

« Et tu vois, cette fille, plus j’y pense et plus je me dis qu’elle est comme Akutoku. Sans aucun lien avec le Dark Side et avec toutes ces conneries. Et pourtant elle a un pied dans la tombe à cause de toi. »

L’adolescent réajusta la casquette avec deux doigts, baissant légèrement la visière sur ses yeux.

« Et ça ma petite, ça tu peux être sûre que tu vas le regretter »



***

             

Lily atteignit enfin l’entrée du tunnel, tenant toujours la main d’Akutoku, et plissa les yeux, momentanément éblouie par la luminosité extérieure. Lorsqu’enfin elle pu voir ce qu’il y avait devant elle, elle se figea, bouche-bée. De multiples fourgons étaient stationnés, les plus proches à peine à quelques mètres devant elle. Elle tourna la tête à droite pour voir qu’Azami était aussi perdue qu’elle.

« Mais qu’est-ce que… »

Soudain, Azami s’élança et se remit à courir à toute vitesse. Juste derrière la première ligne de fourgons se trouvaient une vingtaine d’hommes en tenue paramilitaire. Lily comprit soudain pourquoi la jeune fille au sniper avait décidé de foncer sans s’arrêter. Pas moins d’une centaine de mètres plus loin, d’autres fourgons étaient stationnés ça et là au travers de la route. Anti-Skill. Les deux organisations se faisaient face, les membres de l’une ayant les membres de l'autre dans leur viseur. Sans hésiter, la petite blonde tira Akutoku de plus belle et suivit Azami entre les deux petites armées sous les yeux ronds des membres des deux camps.

Soudain, Azami s’effondra à peine à quelques mètres de la ligne de défense d’Anti-Skill, tombant sur les genoux et serrant Chō dans ses bras, ruisselante de sueur.

« S’il vous plait… aidez la »

Lily quand à elle ne s’arrêta qu’au milieu de l’espace qui séparait les deux camps. Elle avait compris quelque chose de crucial, désormais il fallait qu’elle laisse tomber le masque ou elle risquait de se faire tuer.

« Lily ?! Qu’est-ce que ça veut dire ? »

La jeune fille baissa la tête et, sourde aux interventions d’Akutoku, la poussa en direction d’Azami et du camp d’Anti-Skill, derrière la ligne invisible qui séparait les deux côtés. La justice contre les mercenaires.

[ Ne franchis pas cette ligne, reste là bas. J’ai rempli ma part du marché. A toi de remplir la tienne, Onii-chan. ]

La fillette se retourna en direction du camp des mercenaires et regarda un homme précisément parmi tous ceux qui avaient désormais leurs armes pointées sur elle. Reprenant son ton habituel, elle inclina la tête sur le côté avant de dire, toute sourire :

« Ohayooo ! Ca faisait un bail ! Ne t’inquiète pas, je suis en train de faire mon travail comme il faut, Haruhiro est à la merci d’Otaki Sumire, juste là bas. Tu n’avais pas précisé comment je devais l’éliminer alors tout va bien, n’est-ce pas Moguzo Endo-san ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 18
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Jeu 16 Mar - 21:13

« OOTAKIIIII ! »

Un bruit de fusil à air se déclencha alors que le garçon devant Otaki abaissait le poing dans sa direction. La vapeur d’eau se mit à vibrer sur le côté, faisant éviter de plusieurs centimètres l’attaque à l’esper aux cheveux violets, sans la faire sourciller, tandis qu’elle amorça le bras droit pour venir le cueillir dans sa descente, avec son ressort tournoyant. Mais un puissant souffle d’air renvoya la jeune fille beaucoup plus loin ce qui la fit fermer un œil, ses bras en croix devant elle. Deux immenses lames d’eau dépréssurisée s’était placée devant elle en même temps que ses bras, lui assurant une protection totale contre le contrecoup de ce genre d’onde de choc. Elle baissa les bras tandis que les lames se redressaient sur les côtés, regardant Haruhiro se précipiter au sol pour retrouver Nakamura-san.Pendant ce temps, les deux yeux violets collés sur le garçon commençait à emmagasiner toutes les informations qu’il lui avait donné durant cette petite « entrevue ».

{{ Son pouvoir lui permet d’utiliser l’air comme vecteur et de se projeter dans de multiples directions tout en assurant ses mouvements dans les airs comme sur terre. Sa portée est majoritairement au corps à corps, mais il peut aussi se défendre en retirant l’effet de sa capacité pour relâcher l’air préssurisé. Il est obligé de m’approcher pour pouvoir me faire du mal à moins d’être capable de projeter un objet. Son rayon d’action doit être inférieur à un mètre. Il n’a pas assez de puissance pour que ma vapeur dépréssurisée en mode réaction soit dissipée par ses attaques. Donc, il ne pourra jamais traverser mon mode prise en charge. Je vais utiliser mon mode réaction pendant une portion de temps puis j’utiliserais mon mode prise en charge pour l’épuiser. Je le finirais avec une attaque surprise de mon bras articulé. }}

La jeune fille souffla une volute d’air chaud en toisant le garçon de haut en bas avant de figer son regard dans le sien. Sa petite analyse terminée, elle imagina cinq scénarios plus ou moins rapide ou le garçon se retrouvait séparé d’assez de membre ou assez profondément troué pour qu’elle puisse avoir son sang en visuel et le vaporiser instantanément. Après un petit un instant, elle détourna le regard de celui-ci comme ci elle avait déjà « perdue tout intérêt dans quelqu’un qui allait déjà mourir ». Elle regarda avec un air visiblement plutôt ennuyée les mercenaires s’enfuir avec les deux étudiantes de Nagatenjouki Academy. Mais le garçon vint lui cacher la vue, en faisant passer l’arrière plan en flou. Elle releva légèrement la tête, faisant tourner sa foreuse à la main droite tout en concentrant de nouveau la vapeur autour d’elle sur le garçon à la casquette.


« Tu sais, il s’est passé pas mal de choses ces derniers jours. Et je pense qu’il est temps que je décide définitivement à quel camp appartenir. Mais avant ça, il faut que je finisse ce que j’ai commencé. Tu n’auras pas Akutoku, ça je te le garantis.»

« Et tu vois, cette fille, plus j’y pense et plus je me dis qu’elle est comme Akutoku. Sans aucun lien avec le Dark Side et avec toutes ces conneries. Et pourtant elle a un pied dans la tombe à cause de toi. »

« Et ça ma petite, ça tu peux être sûre que tu vas le regretter »


« … »

Le regard visiblement désintéréssé, la jeune esper cligna des yeux, en laissant ses deux pupilles violettes répondre à Haruhiro. Pour l’instant, tout se déroulait comme elle l’avait prévu avant d’attaquer le fourgon. Une explosion d’air ne la surprit même pas tandis qu’Haruhiro fonçait vers elle. Elle bougea légèrement un doigt de son autre main, tandis qu’un tentacule de vapeur se détâcha sur le côté et fonça vers Haruhiro avec comme objectif principal de lui passer au travers. Mais le garçon utilisa plusieurs compressions de façon à contourner l’obstacle et même utiliser sa position comme tremplin et ainsi se projeter vers Otaki en grognant quelque chose. Visiblement, il était très en colère. Sumire leva une main tandis que la vapeur se concentra en une boule se posant contre l’estomac d’Haru après avoir encaissé sans aucun dommages son coup, le projetant au loin en même temps que de lui envoyer un bon choc. Mais le garçon utilisa plusieurs mouvements dans les airs pour retomber au sol comme si de rien n’était, prêt à foncer tout aussi vite de nouveau.

{{ … Il utilise plusieurs mouvements différents mais coordonnés. Il ne fait pas qu’éviter, il prépare en même temps sa prochaine attaque, si bien qu’il a toujours un instant d’avance. Prendre de vitesse son adversaire avec de la préparation… C’est de la technique d’assassinat. Cependant… }}

« Tu es faible. »

Visiblement, l’esper ne l’écoutait même pas et fonça de nouveau. Se déplaçant avec habilité dans l’air, il arriva à faire un tour assez grand sur le côté pour passer dans un angle mort d’Otaki. Il utilisa une sacré puissance pour se projeter dans sa direction en se arquant son poing, une feinte puisqu’il utilisa ce même poing pour se projeter et se retrouver en l’air derrière Otaki, prêt à lui loger un monstrueux coup-de-pied-sauté giratoire. Mais la vapeur s’était déjà rassemblé à l’endroit du choc et il fut ammortis comme une balle de basket contre un matelas de sport, en même temps qu’il frotta les phalanges d’Haruhiro. Celui-ci fit quelques pas en arrière pour se remettre en position de combat, un genou arqué et une main au sol. Otaki détourna lentement la tête vers lui, visiblement toujours aussi calme et blasée.

« Tu veux que je te dise pour quelle raison tu es faible ? »


Le sang de Cho sur la main d’Haruhiro se mit à vibrer, puis bouillonna avant de s’évaporer, laissant au garçon une brûlure à cet endroit qui se marqua comme au fer rouge tout en faisant échapper la soudaine chaleur entre ses doigts, en le faisant produire un bruit en réponse à la douleur.

« La personne dont tu parles… Celle dont tu portes la casquette. Ce qui lui arrive est entièrement de ta faute. »

« Si tu n’avais pas enlevé Akutoku, alors Nakamura sempai n’aurait jamais eu à être impliquée. Elle ne serait jamais allé aussi loin et je n’aurais eu aucune raison de la blesser si tu ne l’avais pas ramené dans le fourgon. Tout est arrivé par ta faute, tu es celle qui l’a presque tuée. Oui, presque, car elle n’est pas morte. Je l’ai juste trouée assez pour que l’hémorragie te fasse réagir instantanément et que tu perde ton sang froid pour venir m’attaquer. Je n’avais juste pas prévu que tu serais le seul. »

Otaki fit quelques pas et projeta son tentacule de vapeur qui se planta devant Haruhiro dans le sol, qui l’esquiva en poussant un juron.

« Tu es faible, Haruhiro-san. Tu es faible parce que tu ne tues plus. Tu as sauvé Akutoku-kun, tu as sauvé Nakamura sempai… Oui, je suis au courant de tes actions.La fille aux cheveux violets fit quelques pas et jeta une radio détruite au sol, celle des hommes armés qui suivait le garçon depuis un moment.

« Tu t’es affaibli. Tu n’es plus un assassin Haruhiro-san. Mais moi, je peux tuer. C’est pourquoi je vais te tuer, Haruhiro-san. Puis je tuerais cette fille avec le fusil à qui tu parlais. Puis je tuerais la petite fille aux cheveux blonds. Ensuite je tuerais tout les gens dehors. Puis je ramènerais Akutoku. A cause de toi, elle va avoir tout ses morts sur la conscience. Je veux que tu meurs en pensant à ça. »

Le garçon plein de rage s’élança vers Otaki Sumire. Visiblement, il n’arrivait même plus à parler clairement peut-être à cause de la douleur, mais sûrement plutôt à cause des paroles de la jeune fille. Il s’élança avec une vitesse et une force inouïe, enfonçant son poing dans la vapeur devant Otaki, restant à deux mètres d’elle en la regardant à travers son bouclier translucide. Elle cligna des yeux tandis qu’il fut projeté avec violence dans les airs. Un tentacule de vapeur s’élança dans sa direction prêt à lui trancher la jambe, il utilisa cependant une compression dessus juste au bon moment pour l’éviter totalement. Mais une nouvelle pointe s’étira de la tentacule qu’il avait évité, s’élança vers lui pour lui transpercer le cœur alors que son visage était visiblement mué par la surprise.

« Adieu, Haruhiro-kun. »




♦♦♦



Le vent souffla en faisant voleter les cheveux bleus d’Akutoku Reitoko. Sur ses vêtements, il y avait un peu du sang de Nakamura-san. Sa jupe froissée claquait avec le vent. Elle regarda en direction de Lily qui venait de la repousser loin des hommes armés. Son visage se déforma encore plus quand elle vit les armes se lever vers Lily. Une question tarauda son esprit, alors que la tristesse commençait à remplacer l’incompréhension.

« … P-Pourquoi ?... »

Elle leva une main vers Lily. Elle ne pouvait pas l’abandonner. Non, elle ne pouvait pas s’y résigner. Elle allait la sauver. La sauver au moins elle. Tant pis si elle devait mourir. Deux flammes s’élevèrent de nouveau dans les yeux de la jeune fille tandis qu’elle s’élança vers les hommes armés en levant d’autant plus la main vers la jeune fille aux cheveux blonds, prête à crier son nom. Mais elle s’arrêta de courir finalement, ses jambes ne lui répondant plus, elle resta debout au milieu de la route, le regard perdu.

« … Qu’est ce que… Je ne peux plus… Bouger ? »

Tout d’un coup, elle se mit à faire un pas délicat derrière elle, en marchant en arrière le regard toujours tourné vers Lily. Puis elle fit un nouveau pas, puis un autre, et encore un autre, se mettant à marcher à reculon en direction d’Anti-Skill. Elle tenta de lutter, mais rien n’y faisait. Pourquoi ? Pourquoi tout ça arrivait ? Pourquoi Nakamura ? Pourquoi Lily ? Pourquoi Haruhiro ? Pourquoi tout le monde ? Elle ferma les yeux, tandis que des larmes commencèrent à y couler. Mais tout d’un coup, sans le contrôler, la jeune fille arqua ses jambes vers le sol en pliant les genoux, comme une athlète des J.O. Elle se projeta avec une force incroyable en arrière. Elle regarda le monde tourner autour d’elle. Elle voulait juste revenir chez elle. Si elle devait mourir en frappant le sol, qu’il en soit ainsi. Mais elle ne toucha jamais le sol. A la place, elle tomba doucement dans des bras.

« Je t’ai attrapé, Aku-chan. Tu n’as plus à t’en faire, maintenant. »

La jeune fille toute éberluée tourna la tête vers son sauveur et croisa le visage d’Hiroto Nakayama, le class rep’ de sa classe. Il ferma les yeux et lui sourit, tandis qu’ils étaient tout les deux derrière les rangs armés d’Anti-Skill et de leurs fourgons, en sécurité. Juste à côté, Azami leva la tête vers la personne aux cheveux rose et portant un serre-tête et un brassard de Judgment qui lui tendait la main. La jeune fille aux cheveux rose lui sourit avec chaleur en inclinant légèrement la tête.

« Merci d’avoir aidé Nakamura-san. Je m’appelle Ishika ! »




♦♦♦




« IRRRUPTION FRACASSANTE !!!!! »


Le tentacule de vapeur d’eau fut littéralemment coupé en deux dans les airs avant même qu’il n’atteigne Haruhiro-kun dans une explosion de pression de l’air incroyable. Un garçon à lunettes fracassa son poing contre le sol en y laissant un énorme impact, faisant trembler tout le pont. Le visage déformé par la surprise, Otaki vit le garçon se lever en même temps qu’Haruhiro attérissait derrière lui en freinant sa descente avec une compression, visiblement tout aussi étonné qu’Otaki de le voir. Portant un brassard de Judgment, le bras qu’il avait utilisé pour attérir avait été déboité par la force de rotation, et il possédait visiblement des contusions sur tout le corps du au frottement de la friction transformée en force circulaire. Il avait dû utiliser son pouvoir de façon répété pour arriver ici le plus rapidement possible.

« Au nom de Judgment, je suis ici pour mettre fin à cet affrontement et faire respecter la justice et l’ordre dans la Cité Scolaire ! Je m’appelle Horikawa Kousuke ! »

« Tch, toi ! »

La vapeur se concentra devant Otaki, en formant une gigantesque barrière de vapeur extrêmement épais, pouvant être tout aussi rapidement transformé en arme pour perforer sans aucune difficultées les deux étudiants. Elle grinça des dents, puis porta une attention à ses blessures et à son bras déboité avant de revenir regarder le duo d’esper.

« Tu penses que tu pourras faire quoi que ce soit ? Si il le faut, je vous tuerais tout simplement tout les deux ! Avec ton pouvoir, tu n’arriveras jamais à me toucher avant d’être réduit en une centaines de morceaux ! »

Un sourire se forma sur le visage du garçon devant Haruhiro, avant qu’il ne prenne la parole bien fort comme un élève modèle qui donnait la réponse, même si il avait plutôt l’air là maintenant d’être un genre de héros de BD.

« C’est vrai que je n’arriverais jamais à te battre avec ma capacité ! Mon pouvoir n’est pas fait pour le combat, car c’est un pouvoir utilitaire ! Mais ça veut dire qu’il est aussi parfait pour créer des diversions ! »

Otaki ouvrit grand les yeux comme si elle venait de réaliser quelque chose, avant que deux mains venu de derrière elle, là où elle venait d’enlever sa vapeur, se posent sur ses tempes. Le bruissement d’une veste et d’un nouveau chapeau retentirent doucement avec le vent.

« Le pain (Pan) qu’on ne peut pas manger est la poële à frire (furaipan). Et c’est le camion (torakku) qui mange les tigres (tora). Ce sont les réponses de mes devinettes. Maintenant, je vais avaler assez de souvenir pour que tu puisses repayer en yen le chapeau que m’a offert  Chō-chan. J’ai dis que je te sauverais, Otaki Sumire-kun alors… Prépare-toi ! »

Les yeux d’Otaki se perdirent dans le lointain avant même qu’elle ne puisse dire la moindre chose, le pouvoir du garçon au chapeau s’activant au contact de la tête de la jeune fille, commençant à lui aspirer ses souvenirs. Mais un cri déchira le silence, et la vapeur se mit à bouilloner, puis tourner et retourner jusqu’à former un ouragan de pression qui projeta les trois esper au loin. Après le choc de pression de l’air, la vapeur se rassembla de nouveau autour d’Otaki qui était pliée en deux avec les mains sur son visage, ayant apparemment perdu le contrôle de son pouvoir de vaporisation qui était en train de l’asphixier dans un sauna où la pression se rapprochait petit à petit de celle du vide spatial. La vapeur tourna jusqu’à former une véritable sphère emprisonnant Otaki tout en continuant à tourner et à dépréssurisée la jeune fille, des gouttelettes de son sang s’échappant de ses oreilles se mettant à venir rejoindre la vapeur d’eau qui tournait autour d’elle. Kousuke Horikawa, ses lunettes aux verres cassés, se leva en même qu’Haruhiro, et passa devant lui. Il souffla tandis qu’un filet de sang coula entre ses deux yeux, avant qu’il ne tende la main sur le gauche en direction d’Haruhiro, pour l’empêcher d’avancer.

« Haruhiro-kun, ne la tue pas ! Elle est en train de perdre le contrôle mais même si tu essayes, vous allez mourir tout les deux, tu vas te faire dépréssurisé aussi, tu sais que t’es pas capable de passer au travers ! Ce n’est pas ce qu’Akutoku voudrait, Haruhiro-kun !  »

Mais sous les yeux d’Haruhiro, Kousuke tourna son bras de façon à ce que la main qui semblait lui barrer le passage se transforme en main tendue. Comme Haruhiro ne l’empoignait pas directement, Horikawa tourna la tête vers Otaki qui était en train de perdre de plus en plus le contrôle, si bien qu’il semblait qu’elle allait emporter tout le monde dans sa chute. « Hrrgh… Horikawa-kun, Haruhiro-san, on ne peut plus attendre ! »

Kousuke croisa le regard du garçon au chapeau loin derrière, qui était crispé lui aussi, blessé au bras et dans la zone de la perte de contrôle de Sumire, mais semblait lui aussi prêt à tout pour en finir avec cette histoire. Horikawa ouvrit la main qu’il tendait vers l’ancien esper assassin.

« Haruhiro… Nakamura nous a informé que tu avais voulu protégé Aku au final, et que tu lui as sauvé la vie. Je ne sais pas pour toi, mais moi j’ai décidé de te faire confiance. C’est vrai que tu n’es peut-être plus un assassin... Mais ça ne veut pas dire que tu es faible. Ça veut dire que tu es assez fort pour choisir ton propre chemin. »

Horikawa cru entendre quelque chose de la part du garçon derrière lui et souria en fermant les yeux, tandis que la main du garçon se refermait sur la sienne. Il inspira, puis toucha son torse de son autre main.

« Ne t’occupes pas de moi, Haru-kun. Fonce. Avec l’inertie que je vais te donner, tu auras assez de vitesse et de puissance pour passer au travers de sa vapeur et faire revenir la pression de l’air. Ça sera assez pour la sonner et nous envoyer valdinguer. »

Sans même attendre une réponse de sa part, Horikawa utilisa son pouvoir sur son propre corps, alors qu’il se mit à voleter au dessus du sol légèrement, avant de se mettre à tourner de plus en plus vite. Sa rotation continua d’accélérer alors qu’il tenait Haruhiro, jusqu’à se transformer en une vrai tornade en accumulant l’énergie de sa rotation en prenant soin de ne pas trop faire de mal à la personne qu’il emportait dans celle-ci, avant de désactiver son pouvoir en un instant, retransformant toutes les forces appliquées sur lui en force de base et plus en force de rotation, projetant Haruhiro à une vitesse incroyable vers l’avant, en direction d’Otaki.



♦♦♦



Un bruit assourdissant retentit, tandis qu’une onde de choc gigantesque se déclencha, projetant une vague d’air et de pression dans tout les alentours du pont en le faisant trembler dangereusement, jusqu’à le craqueler de toute part. Les cheveux d’Akutoku, d’Ishika, de Lily, d’Hiroto, et d’Asami ainsi que tout les gens dans le périmètres durent se crisper pour soutenir la violence de la véritable explosion qui venait d’opérer et qui continuait de faire effet en projetant les feuilles d’arbres et les petits gravats avec une force inouïe. Les bras devant son visage en ayant des difficultées à rester debout, Akutoku leva la tête vers l’endroit d’où venait le choc d’air énorme.

« … Ce type… »

Nakamura Chō ouvrit lentement les yeux, réussissant à articuler quelques mots les cheveux ballotés par le vent.

« Ha… Haru… »

Les yeux tournés vers le pont, Akutoku retenait une mèche de cheveux, tandis que le souffle s’arrêta enfin.

« Haruhiro…-kun ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 18
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Dim 19 Mar - 23:29

« Tu veux que je te dise pour quelle raison tu es faible ? »

Haruhiro se tenait le poignet droit, plié en deux sur le sol. C’était comme si sa main était recouverte de charbons ardents, le sang de Chō s’évaporant dans un horrible bruit de brûlure.

« Aaarrrrgghhh ! »

« La personne dont tu parles… Celle dont tu portes la casquette. Ce qui lui arrive est entièrement de ta faute. »

« Si tu n’avais pas enlevé Akutoku, alors Nakamura sempai n’aurait jamais eu à être impliquée. Elle ne serait jamais allé aussi loin et je n’aurais eu aucune raison de la blesser si tu ne l’avais pas ramené dans le fourgon. Tout est arrivé par ta faute, tu es celle qui l’a presque tuée. Oui, presque, car elle n’est pas morte. Je l’ai juste trouée assez pour que l’hémorragie te fasse réagir instantanément et que tu perde ton sang froid pour venir m’attaquer. Je n’avais juste pas prévu que tu serais le seul. »

« Tu es faible, Haruhiro-san. Tu es faible parce que tu ne tues plus. Tu as sauvé Akutoku-kun, tu as sauvé Nakamura sempai… Oui, je suis au courant de tes actions. »


L’adolescent se jeta in extremis en arrière pour éviter un tentacule mortel, mementanément figé par les mots de la jeune fille.

« Tu t’es affaibli. Tu n’es plus un assassin Haruhiro-san. Mais moi, je peux tuer. C’est pourquoi je vais te tuer, Haruhiro-san. Puis je tuerais cette fille avec le fusil à qui tu parlais. Puis je tuerais la petite fille aux cheveux blonds. Ensuite je tuerais tout les gens dehors. Puis je ramènerais Akutoku. A cause de toi, elle va avoir tout ses morts sur la conscience. Je veux que tu meurs en pensant à ça. »

Les yeux de l’esper devinrent vides l’espace d’un instant, les mots d’Otaki Sumire l’avaient transpercé. Elle avait raison. S’il avait fait comme d’habitude… s’il ne les avait pas sauvées, s’il avait juste tué Akutoku comme son contrat lui demandait… Il se redressa légèrement et releva la tête, verrouillant un regard emplit de haine sur l’étudiante de Nagatenjouki.

« Fermes-la, je vais t’étriper… »
lâcha-t-il sans desserrer les dents avant de se projeter vers elle, soudain habité d’une colère noire. Son poing gauche s’enfonça légèrement dans un mur translucide et chaud, juste devant la jeune fille, sans parvenir à le traverser. L’instant d’après il volait, quelques mètres au dessus du sol et quasiment à hauteur du plafond du tunnel. Encore un tentacule, encore des compressions encore des propulsions. Il allait la démolir, lui détruire le visage à mains nues, la tuer ! Mais l’adolescent vit quelque chose lui foncer dessus depuis un angle qu’il n’avait pas prévu. Le temps s’arrêta. Mais c’était différent des autres fois : la pointe se rapprochait, preuve que les secondes se suivaient toujours, que les horloges fonctionnaient et que son cœur battait. Cependant, d’ici une fraction de seconde ce même cœur ne battrait plus, transpercé par un tentacule d’eau pressurisée, détruit par le Dark Side. Contrairement à ce qu’il aurait pensé, rien n’apparu dans son esprit. Aucun moment de sa vie ne défila devant ses yeux et aucun souvenir ne refit surface. Rien de triste. Rien de joyeux. Rien.

[Une coquille vide, hein…]


« IRRRUPTION FRACASSANTE !!!!! »

Ces deux mots braillés à plein poumons simultanément avec  l’apparition d’un puissant souffle d’air et un d’un tremblement tirèrent Haruhiro de ses pensées, lui faisant écarquiller des yeux stupéfaits. Projeté vers le sol, il calcula une compression pour modifier sa trajectoire de chute et fit quelques roulés-boulés sur le sol avant de se redresser à moitié pour voir l’élément perturbateur continuer de hurler comme si sa vie –ou son honneur- en dépendait :

« Au nom de Judgment, je suis ici pour mettre fin à cet affrontement et faire respecter la justice et l’ordre dans la Cité Scolaire ! Je m’appelle Horikawa Kousuke ! »

[ Et qu’est-ce que tu comptes faire avec un bras en moins exactement ? Abrutit. ]
pensa Haruhiro en reconnaissant l’adolescent tandis qu’Otaki formulait sa pensée à voix haute.

« C’est vrai que je n’arriverais jamais à te battre avec ma capacité ! Mon pouvoir n’est pas fait pour le combat, car c’est un pouvoir utilitaire ! Mais ça veut dire qu’il est aussi parfait pour créer des diversions ! »

« Ne dis pas ça si fièrement… bakayaro… »


Cependant, l’esper brun tiqua. Juste derrière la jeune fille qui leur faisait face venait d’apparaître un type à l’allure louche portant un chapeau. Soudain, Otaki se plia en deux en hurlant et avant de comprendre ce qui se passait, Haruhiro heurtait violement le goudron froid avec sa joue gauche, de minuscules morceaux de route lui rentrant dans la peau. Les pieds en l’air et le corps à la verticale, il s’effondra sur lui-même et rebondit sur plusieurs mètres tandis que l’enfer se déchainait autour de son ancien adversaire.

« Haruhiro-kun, ne la tue pas ! Elle est en train de perdre le contrôle mais même si tu essayes, vous allez mourir tout les deux, tu vas te faire dépréssurisé aussi, tu sais que t’es pas capable de passer au travers ! Ce n’est pas ce qu’Akutoku voudrait, Haruhiro-kun !  »

« Haruhiro… Nakamura nous a informé que tu avais voulu protégé Aku au final, et que tu lui as sauvé la vie. Je ne sais pas pour toi, mais moi j’ai décidé de te faire confiance. C’est vrai que tu n’es peut-être plus un assassin... Mais ça ne veut pas dire que tu es faible. Ça veut dire que tu es assez fort pour choisir ton propre chemin. »


Le garçon aux lunettes aux verres brisés lui tendait la main, l’invitant à lui prêter main-forte. Haruhiro cligna des yeux.

[Ce qu’Akutoku voudrait ? Faire confiance ? Pfff... franchement…]

Il baissa son regard sur la main tendue avant de finalement la serrer avec sa main brûlée.

« On remet ça, Tatsumaki. »


« Ne t’occupes pas de moi, Haru-kun. Fonce. Avec l’inertie que je vais te donner, tu auras assez de vitesse et de puissance pour passer au travers de sa vapeur et faire revenir la pression de l’air. Ça sera assez pour la sonner et nous envoyer valdinguer. »

« Je t’interdis de m’appeler Haru-kun, c’est clair ? »

Et le monde se mit à tourner encore une fois. Sans prévenir, Horikawa lâcha Haruhiro qui se retrouva en un instant contre la bulle pressurisée créée par Otaki. Rencontrant une faible résistance, il la traversa presque immédiatement, se retrouvant soudain soumis à la pression intérieure avant que la bulle n’éclate finalement, produisant une secousse surpuissante.




***




Azami jeta un dernier regard à Chō qu’elle venait de déposer sur une civière pendant que la dénommée Ishika, une jeune fille aux cheveux roses, la remerciait vivement d’avoir sauvé celle qui semblait être sa camarade en affichant un sourire angélique. Elle ne posait aucune question sur l’arme que la jeune fille portait en bandoulière, ni même sur ses gantelets métalliques, probablement pour la mettre en confiance. Azami expira lentement. Tout allait bien, avec les techniques de la Cité Scolaire, la membre de Judgement vivrait… probablement.

La jeune fille marchait d’un pas déterminé en direction de la ligne de défense d’Anti-Skill, Ishika sur ses talons. C’était elle qui avait signalé leur position à Anti-Skill en leur envoyant un signal avec sa position GPS et une alerte à l’aide de ses gantelets. Elle n’avait cependant pas prévu que les camarades de Chō viendraient également. Mais ça ne changerait pas grand-chose au final. Elle arriva au niveau des camions et vit un membre d’Anti-Skill se mettre devant elle pour l’empêcher de passer mais le décala simplement d’un mouvement ample vers la gauche, une main sur le torse de l’homme. L’agent manqua de perdre l’équilibre mais recula sans pouvoir résister à la force de la jeune fille. Fixant Lily qui se tenait toujours au milieu du champ de tir entre les deux camps, Azami leva son fusil et enjamba un robot appartenant aux soldats de la Cité Scolaire qui se tenaient là, alignés et fusils en main, prêts à tirer. L’un d’eux brailla quelque chose à la jeune fille qui se contenta de l’ignorer, avançant vers la jeune blonde en la tenant en joue avec son sniper et laissant la membre de Judgement aux cheveux roses derrière elle, s’efforçant de ne pas entendre toutes les voix qui venaient de son dos.

[ Toi, je ne vais pas te laisser te faire tuer, je vais t’arrêter moi-même si il le faut. Tu vas croupir dans une cellule le reste de ta vie, Lily !]


La jeune fille blonde vit Azami s’approcher du coin de l’œil. Elle sourit et dit sans se retourner.

« Araa… ça fait un canon de plus tourné vers moi. Je suis vraiment une fille si dangereuse, neeee ? »

Prenant une voix  faussement étonnée et outrée, elle jouait la comédie. La fillette avait finit par reprendre le contrôle de la situation. Elle avait été surprise par l’intervention sanglante d’Otaki Sumire mais en fin de compte, son prochain mouvement déciderait de la suite. Elle avait une quarantaine d’armes tournées dans sa direction sans compter tous les mercenaires embusqués près du pont. Mais Endo et ses soldats ne l’inquiétaient pas plus que ça, Azami en revanche pouvait déclencher la fusillade. Le sourire de Lily s’élargit. Une fusillade, le chaos. C’était exactement ce dont elle avait besoin.

Azami qui était maintenant juste derrière la fillette baissa son fusil et se prépara à assener un poing métallique de presque vingt centimètres de large sur le crâne de la petite blonde qui se tourna sur le côté pour la regarder avec un petit sourire malicieux sur les lèvres.

« Qu’est-ce que tu fais, baka ? Tu  vas me laisser longtemps en danger comme ça ? »

Izami abattit son poing vers la jeune fille, voulant l’assommer d’un seul coup. Mais alors qu’elle allait la cogner en plein visage, son attaque fut stoppée net dans un bruit métallique, la laissant stupéfaite. Devant elle venait d’apparaître un homme. Cheveux en pétards et la dominant d’une bonne tête, il avait bloqué son attaque avec la paume de sa main, visiblement sans aucun effort.
Ses yeux s’agrandirent et sa bouche s’ouvrit tandis qu’elle se prenait une bourrasque en plein visage, ses cheveux volant en arrière.

« I…impossible !  Ces gants me donnent une force comparable à celle conférée par le Hard Taping. C-comment... ? »

Miyamoto sourit : « Désolé, ojou-chan, mais je ne peux pas te laisser faire du mal à ma boss. »

Derrière  l’homme et son sourire, les mercenaires se hurlaient les uns sur les autres lorsqu’une explosion en balaya cinq, l’un d’entre eux se retrouvant projeté dans les airs. Au même moment, une puissante onde de choc provenant de la même direction déstabilisa tout le monde. Le pont trembla et la route se craquela par endroits, des fissures se propageant dans le sol tels des serpents enragés.

Lily se tourna vers l’ancien chauffeur du fourgon et fronça les sourcils

« Aaah ! Mais qu’est ce que t’as fait enfin ! »


« C’est pas moi, ça vient du tunnel. Quand je suis sorti du fourgon des gars se battaient avec la découpeuse là. Mais pour l’instant, on bouge ! »

Il prit Lily sous le bras et jeta Azami sur son épaule avant de se mettre à courir avant de se jeter sur le côté, au bord de la zone d’échange de tirs tandis que les balles fusaient dans tous les sens. Au moment de dépasser les mercenaires, il avait lâché quelques grenades sous leurs yeux pour éviter d’être pris en joue et de se prendre des balles dans le dos. Cependant, cette action avait déclenché les hostilités.

« Qu’est ce que c’est que ce bordel ?! Lily tu ne t’en tireras pas comme ça, petite peste ! Qu’as-tu fait ?! »

Mais la jeune fille ne l’écoutait pas, bras écartés et dents serrées, elle venait d’ériger une barrière invisible qui accueillait les balles. Concentrée à soin maximum, elle s’efforçait  de la renouveler au fur et à mesure que les balles des mercenaires s’écrasaient sur son mur invisible. Derrière elle, Miyamoto la tirait tout en avançant tout en poussant sans ménagement l’adolescente au sniper devant lui. Même si Anti-Skill ne les attaquerait pas, il s ne pouvaient pas rester sous le feu ennemi.

« Ca suffit ! Il faut qu’on se planque on ne peut pas rester là ! »

Au grand soulagement de l’homme aux boucles d’oreille, Anti-Skill se décida enfin à réagir, arrosant les mercenaires d’une pluie de balles.




***




Allongé sur le sol, face contre terre, Haruhiro posa une main au sol en grognant. Il releva lentement la tête, les yeux entrouverts en faisant de même avec la main gauche pour se redresser l’entement. Quelques mètres devant lui se trouvait la jeune fille aux cheveux violets, étendue sur le dos et inconsciente. L’adolescent se releva en titubant et se précipita sur elle, sans prêter attention à ce que pouvaient ben dire les deux gars arrivés un peu plus tôt. Il se laissa tomber sur elle, son genou s’enfonça dans le ventre de l’adolescente qui gémit en remuant un peu. Son corps était couvert de  blessures et son sang coulait sur le sol. Lentement, Haruhiro se pencha en avant, ses yeux grands ouverts plongés dans ceux de la jeune fille qui reprenait difficilement conscience. Ses mains se refermèrent sur le cou brûlant d’Otaki. Petit à petit, il resserra son étreinte, l’empêchant de respirer.

« Je suis faible tu dis ? C’est toi qui es faible. Tu n’es rien. Rien du tout. Ne prend pas les autres de haut parce que tu es level 4. Tu vas mourir Otaki, tu m’entends ? Je vais te tuer de mes propres mains. »

La jeune fille essaya de se débattre faiblement, sans parvenir à rien. Haruhiro pu la voir tourner de l’œil.

« Oi, reste avec moi, je veux voir tes yeux me supplier quand je t’ôterai la vie » s’énerva l’esper avant de lui lâcher le cou et de poser une main sur l’épaule de l’étudiante. Il relâcha une compression, produisant un craquement sinistre dans l’épaule de l’adolescente qui hurla de douleur. Malgré son cri qui résonna dans le tunnel, Haruhiro tourna la tête en arrière, entendant des tirs provenant de l’extérieur.

« Tch ! »

Il reposa son regard sur son adversaire qui était de nouveau tombée dans les pommes et grogna pour manifester son mécontentement.

« Vous deux, occupez-vous d’elle et sortez la d’ici, je sors de ce putain de tunnel. » lâcha-t-il en se redressant.

« J’en ai pas encore fini avec toi. Je te tuerai, tu peux en être sûre. » ajouta-t-il en lançant un regard à la jeune fille étendue sur le sol.

L’esper brun essuya le sang qui coulait sur son visage et se dirigea vers l’entrée du tunnel, grognant une phrase en dépassant Horikawa.

« Si tu t’attendais à des remerciements, tu as aidé la mauvaise personne. »

[ Et je n’ai pas oublié l’affront que tu m’as fait avant qu’on m’embarque. ]

Dehors, un véritable affrontement avait lieu entre les deux camps, chacun visant ses chargeurs sur ses ennemis. Il y avait certes de nombreuses pertes chez les mercenaires mais les soldats de Moguzo n’abandonnaient pas et continuaient de cribler de balle les boucliers et les camions d’Anti-Skill.

« Merde c’est pas vrai ! Que font les renforts ? Et les deux jokers ils sont où ? Ramenez-les en vitesse ! »


Haruhiro tourna la tête vers l’homme de presque deux mètres de haut et presque autant de large qui aboyait des ordres sur ses hommes. Voilà donc le chef des mercenaires. Mais à peine réfléchissait-il à comment agir que déjà son regard fut attiré par un mouvement un peu plus à gauche.
His theme:
 
Au niveau de la barrière du pont, quelqu’un venait d’apparaître, atterrissant lentement au sol en descendant de quelques centimètres. De taille moyenne, il portait une chemise noire, un costume et une cravate blanche, le tout surmonté d’un manteau noir à l’intérieur vert. Réajustant ses gants noirs, il affichait un air fatigué, blasé. Ses yeux verts ne regardaient aucun des deux camps, il fixait simplement un point fixe, devant lui. Ignorant les balles qui fusaient juste devant lui, il marchait droit devant lui, un faible vent faisant voler ses cheveux verdâtres.

« Vous êtes bruyants. »


Feel the power:
 

Il leva simplement le bras droit, tendu et main ouverte. Sans que son regard ne change, les tirs cessèrent soudain des deux côtés. Non pas par choix mais parce que les armes, balles, douilles et chargeurs convergeaient vers un seul point, un peu plus d’un mètre au dessus de la main du nouvel arrivant. Bientôt, tous les objets métalliques des environs furent attirés à une vitesse folle par ce même point, formant une sphère sombre grouillante d’objets métalliques. Les boucliers ainsi que les robots et les armes d’Anti-Skill s’envolèrent également vers le point d’attraction. Plus les objets rejoignaient la sphère plus elle grossissait et s’élevait dans les airs, faisant maintenant près de trois mètres de diamètre. Bientôt, aucun des deux camps n’était armé. Les membres d’Anti-Skill avaient reculés derrière leurs camions et Haruhiro pu voir Lily Azami et le chauffeur du fourgon en profiter pour faire de même.

« Les voila ! Qu’est-ce que vous foutiez ?! Tu nous as privés de nos armes espèce d’incapable ! »

Le jeune homme qui devait être un peu plus âgé que Haruhiro tourna légèrement la tête vers Moguzo, le regardant avec ses yeux blasés.

« Si vos indications avaient été plus claires on serait arrivé bien plus tôt. Vos problèmes ne m’intéressent pas, il y avait du bruit alors je suis intervenu, sore dake da. »

Il balaya le côté d’Anti-Skill du regard et crispa sa main levée d’un seul coup, augmentant de plusieurs crans la puissance de son point d’attraction. L’expression de son visage demeura inchangée.

« Humpf ! »

La sphère grouillante de métaux en mouvement se mit à remuer plus rapidement, les objets se concassant sur le point central. Lentement, les camions d’Anti-Skill pivotèrent et se mirent à glisser sur le sol, les pneus crissant sur le goudron. En face, un bruit de carcasse métallique se tordant fut émis par deux fourgons des mercenaires.

Moguza recula de quelques pas.

[ Ce… ce type est un monstre… ]

Ne se préoccupant pas des deux membres de Judgement dont l’un deux portait Otaki, Haruhiro se mit à courir sur la route, tous les mercenaires étaient maintenant groupés derrière les deux fourgonnettes encore stationnée perpendiculairement au sens de la route. Il avait donc le champ libre, ses nouveaux acolytes se débrouilleraient s’ils voulaient vivre.

Le regard de l’esper à la capacité si puissante vint se poser sur l’adolescent mais il se contenta de relâcher  l’emprise de son pouvoir et de laisser tomber lourdement la sphère de métaux compressés sur la route, produisant un petit cratère dans un bruit métallique.

Sans s’arrêter de courir vers le camp d’Anti-Skill, le détenteur d’Instant Shift regardait l’étrange personnage au visage inexpressif ou presque, puisqu’il affichait la même expression blasée de puis son arrivée.

[ Ce gars est surpuissant… l’emprise de son pouvoir est énorme. Il agit sur les forces magnétiques. Mais quelque chose cloche, tous les objets n’ont pas été attirés, j’ai toujours mon arme et mes lames. Mais c’est un pouvoir de zone, il n’y a pas besoin de contact visuel alors pourquoi ? Il aurait attiré certains objets et pas d’autres ? Il peut vraiment faire ça ? Mais pourquoi ? Dans quel but il- ]

Deux lumières provenant de sa droite et se rapprochant à grande vitesse sortirent soudain Haruhiro de ses pensées. Il plongea les mains sous sa veste et tira ses deux couteaux d’un seul mouvement. Parant un coup dont il connaissait déjà l’origine. La violence du choc le balaya et Haruhiro heurta violement l’arrière d’un fourgon d’Anti-Skill. Ses couteaux en croix, il releva lentement les yeux vers son agresseur, une lueur rougeâtre dans le regard. Il connaissait déjà son identité.

« C’est moi qui te tue ! »


Un sourire carnassier se dessina sur le visage de l’esper brun.

« Ishida. »

Haruhiro calcula des compressions sur l’avant de son corps, repoussant son rival sur quelques mètres.

« Tu m’as humilié Haruhiro. Et pour ça je vais te tuer. J’ai toujours été le meilleur, je vais le prouver ici et maintenant ! »


Haruhiro fut ramené dans le passé. Sur ce même pont, sous le ciel sombre de la nuit, il avait faillit mourir avec son rival et Chō. En, y repensant il s’était même préparé à mourir et avait accepté son sort à ce moment là.



La camionnette glissa encore, restant suspendue seulement à la glissière de sécurité qui se tordait en grinçant, Haruhiro sortit Chō de l’habitacle au moment où deux joints de la glissière de cédaient sous le poids de la camionnette. Il se retourna en direction de son rival qui ne le quittait pas du regard. Ce regard était vide, Ishida peinait à rester conscient, sinon il aurait continué de se débattre pour se sortir de là. Haruhiro se baissa et ramassa un petit bout de métal noircit. Partiellement fondu, la forme du morceau de carrosserie faisait une pointe triangulaire avec un côté tranchant. Tendant le bras, il le glissa dans les liens de son rival dont les yeux s’allumèrent d’une lueur qu’il fut incapable de définir.

« Allez, me regarde pas comme ça. T’aurais fait la même chose pour moi. »




Le jeune homme rouvrit les yeux qu’il avait fermés pour se remémorer cette nuit froide où il avait certainement commis une erreur. La fille au sniper le lui avait dit, elle savait ce qui s’était passé.
« Ce que tu as fait à Ishida dans ce fourgon, tu vas le regretter, sois en sûr » Avait-elle dit. Un sourire crispé se dessina sur les lèvres de Haruhiro.

[ Ouais... pas faux.]

Ishida prépara sa trajectoire mais déjà Haruhiro était devant lui. Il eut seulement le temps de parer un coup à la gorge que son couteau lui glissa de la main à cause du choc. Une lame acérée sous la gorge, Ishida se figea.

L’esper brun  jeta un coup d’œil à Horikawa mais s’adressa à son rival.

« La dernière fois qu’on a combattu on n’a pas pu te battre, même à deux. Mais j’ai récupéré mes forces depuis. Tu n’es pas si fort que ça, tu n’as jamais été à la hauteur, Shida. »


[ Lui en revanche, c’est un autre histoire.]

Laissa l’assassin sur place, Haruhiro se propulsa à gauche vers l’individu aux yeux verts. Pivotant sur lui-même, il planta son couteau dans la gorge du jeune adulte. Ou du moins il voulu, mais la lame ne toucha jamais le cou de l’esper. Purement et simplement tordue, la lame pointait désormais vers la droite, rendant le couteau inutile de part sa forme en angle droit. Haruhiro avait beau pousser de toutes ses forces, même le plat de la lame ne toucha pas la peau de son adversaire. Finalement, sans qu’il puisse le contrôler, le couteau fut projeté en dehors du pont par magnétisme. Touchant le sol et prenant deux appuis solides, le jeune brun attaqua encore une fois, plongeant sur son ennemi. Mais sans que l’esper aux pouvoirs magnétiques n’esquisse un geste, son couteau droit s’envola de la même façon que le premier et ses bras se levèrent simultanément, exposant son ventre comme si il était suspendu à deux chaines invisibles. Haruhiro leva les yeux vers ses poignets : les menottes ! Il avait prit le contrôle des menottes ! Le jeune homme arqua son poing et le frappa en plein ventre, faisant voler le détenteur d’Instant Shift sur deux mètres avant que les deux menottes ne le freinent pour le ramener vers son opposant.

Un filet de salive s’écoulant de sa bouche, Haruhiro passa lentement devant l’esper, toujours suspendu à deux chaines invisibles qui le déplaçaient comme si elles étaient accrochées à des rails. Tout en stoppant le déplacement des menottes de Haruhiro, l’individu au regard blasé tendit sa main gauche vers la sphère métallique qu’il avait créée un peu plus tôt et, retournant sa main vers le haut en ramenant les doigts vers l’intérieur, il sépara un morceau de métal rectangulaire du reste et le ramena devant le ventre de l’adolescent en le faisant léviter. Il ferma le poing droit sans dire un mot, arquant son dos et tout en mimant une frappe vers le cube sans le toucher, le propulsa par magnétisme en ligne droite, emmenant Haruhiro dans le mouvement.

L’adolescent disparu littéralement de sa position, un pavé métallique de la taille d’un parpaing à moitié enfoncé dans le ventre. Il heurta un soldat d’Anti-Skill dans sa trajectoire avant de s’encastrer dans la paroi d’un fourgon, non loin d’Akutoku et de Nakayama. La casquette de Chō tomba au sol.

« Bien que tu lui aies dit ça à ton rival, tu ne vaux pas mieux que lui, Haruhiro. Mais je pense qu’il est trop tard pour te faire comprendre tes points faibles. Je suis Kimura Eitarō, si Ishida ne peut pas te vaincre alors je t’écraserai. Tu as perdu ton pari, assassin. »

Le projectile métallique tomba sur le sol et Haruhiro glissa vers le bas. Cependant il ne tomba pas, ses pieds arrêtèrent sa chute et soutinrent son poids. Il resta un instant adossé contre le camion puis tourna la tête sr le côté pour cracher un filet de sang. Il esquissa un sourire sanguinolent, la tête baissée.

« Ça commence à faire beaucoup de menaces de mort en quelques heures… Ouais, j’ai perdu mon pari. Mais c’est parce qu’il y a des monstres surpuissant comme toi qui veulent l’enlever que je vais me relever et vous mettre la misère. Vous ne pourrez pas m’abattre, personne ne le peut. Je me relèverais toujours. » Il releva la tête en disant ces derniers mot.

Lentement, l’adolescent se décolla du fourgon et commença à marcher en direction d’Ishida et d’Eitarō. Personne n’avait visiblement l’intention de s’interposer. Un peu plus loin un officier d’Anti-Skill braillait dans sa radio et demandait des renforts de toute urgence, se plaignant de la longueur du processus. Mais plus aucun son ne parvenait à Haruhiro, son esprit entièrement focalisé sur les souvenirs qui venaient former un genre de diaporama animé dans sa tête.

D’abord, Akutoku apparu, elle le regardait et bredouillait des paroles, visiblement hésitante.

« Et... Et... Et je me demandais si hum... Si tu avais des amis, juste comme ça...

Je... Je te fais confiance. Je crois... C'est difficile, mais, j'ai l'impression que tu es de mon côté maintenant. »


Vint ensuite le tour de Chō qui soupirait d’un air agacé.

« Et donc, tu es aussi voleur de vêtement, en plus d’être un kidnappeur d’étudiante de première année ? J’avoue avoir été un peu étonné de pas avoir vu de fringue pour fille, je me disais qu’a force d’attraper des gamines tu aurais finis par avoir une vrai garde robe.

De toute façon dès que je peux je te capture de nouveau. Je suis une membre de Judgment depuis déjà quatre ans, alors ne crois pas que tu vas arriver à m’échapper. Hooy, tu m’écoutes, Haru « hero »-kun ? Je suis sûr que tu te prends pour un héros… Mais au final, ta place est vraiment au reformatory, j’ai vu dans ta tête ce à quoi tu penses ! »


Ce souvenir fit légèrement sourire l’adolescent. Un héro, hein ?

« Mais on va s’en sortir tout les deux, parce que l’on à besoin d’aller jusqu’au bout de cette histoire. Je sais que toi aussi, c’est ce que tu veux. Haruhiro-kun… Faisons équipe. »


L’image de Chō changea dans son esprit, l’adolescente agacée laissa place à une jeune fille étendue sur le sol et couverte de sang, un trou béant dans le ventre. Ses pensées s’accélérèrent.

«Si on s’entraide… Qu’on pourra tout faire revenir comme avant ! Et que ce sera plus… Qu’un mauvais souvenir quand on reviendra tous en classe ! »

« Ce qui lui arrive est entièrement de ta faute. »

Tu es faible, Haruhiro-san. Tu es faible parce que tu ne tues plus.

Tu t’es affaibli. Tu n’es plus un assassin Haruhiro-san. »


Puis, le flux de pensées ralentit sur le souvenir de Horikawa qui lui tendait la main.

« Je ne sais pas pour toi, mais moi j’ai décidé de te faire confiance. C’est vrai que tu n’es peut-être plus un assassin... Mais ça ne veut pas dire que tu es faible. Ça veut dire que tu es assez fort pour choisir ton propre chemin. »


Akutoku réapparu ensuite, les yeux fermés et un sourire sur le visage Quand avait-elle sourit comme ça ? Il ne s’en souvenait plus. L’avait-elle réellement fait ? Elle avait l’air... heureuse. Ce fut ce qui traversa l’esprit du jeune homme.

« Haruhiro-kun ! »

Ambiance:
 

Peut-être que la voix provenait de sa tête ou peut-être qu’Akutoku l’avait vraiment appelé à l’instant. Peut-être les deux. Haruhiro ne se retourna pas pour vérifier, il avait pris sa décision. Il se mit à parler pour lui-même, peut-être que ses paroles seraient entendues, ça n’avait pas d’importance.

« Non Aku’,  je n’ai aucun ami, je n’en ai jamais eu. Chō, faire équipe n’était pas une mauvaise idée mais tu l’as payé cher. Voilà pourquoi il est impossible de se rapprocher de moi, tous finissent par mourir. Me faire confiance n’est donc pas une bonne idée, je n’apporte rien de bon. Malgré ce que tu m’as dit, Horikawa-tatsumaki-kun, Otaki a raison. Je suis faible car je ne tue plus, or tout ce que je sais faire est tuer. Sans ça, je ne suis rien car je ne sais rien faire d’autre. Et pourtant, ce que tu as dit n’était peut-être pas faux non plus. Peut-être ai-je été capable de choisir mon chemin au moins une fois, cette fois dans la ruelle. Mais depuis ce moment je n’ai plus été un assassin, je n’ai plus rien pu faire. Est-ce que tu te souviens de ce que je t’ai dit Aku’ ? Sinon ce n’est pas grave. Ce que j’ai voulu dire ce jour là c’est que seul un loup peut battre un autre loup. Autrement dit, seul un assassin peut battre ces deux là. »

Sans s’en rendre compte, Haruhiro avait élevé la voix au fur et à mesure qu’il parlait, rendant son discours audible par tous. Il s’arrêta de marcher et mit sa main de sa poche pour en sortir le médaillon qu’il avait regardé dans le fourgon. Il se retourna et adressa un sourire honnête à Akutoku qui le regardait. Pas l’un de ses sourires malicieux ou effrayant qu’il avait déjà affiché mais un sourire véritable. L’adolescent jeta un dernier coup d’œil au pendentif que lui avait donné son père lorsqu’il était petit. Il jeta le médaillon et la chaînette qui y était accrochée à la jeune fille à la chevelure bleue.

« Au cas où. »
dit-il simplement avant de se retourner vers les deux assassins.

Akutoku ne comprendrait probablement pas le sens de ces dernières paroles mais c’était sans réelle importance. Il inspira un bon coup avant de dire.

« Ne t’inquiètes pas, Akutoku Reitōko, je te protégerai. »


L’adolescent avait pris sa décision. De tous ceux qui étaient présents, il était le seul à pouvoir arrêter Ishida et ce Eitarō. Anti-Skill était littéralement désarmé et les renforts n’arriveraient pas à temps. Chō et son équipe étaient trop blessés ou  en tout cas plus en état de vaincre les deux espers et il était hors de question qu’Akutoku essaye de les vaincre. Quand au class rep’ de sa classe, même si il était puissant, rien n’indiquait qu’il pouvait immobiliser les deux ennemis à la fois. Restaient Lily et Azami. Mais l’arsenal d’Azami serait inutile contre les pouvoirs magnétiques et Lily ne pourrait certainement pas vaincre les deux assassins avec son pouvoir. La seule personne restante était donc lui-même. Cependant, afin de vaincre ses opposants, il devait se battre avec l’intention de les tuer.

Le jeune homme inclina la tête sur le côté et regarda Ishida et Eitarō, un œil entrouvert et l’autre normal. Son regard était différent, il était redevenu ce qu’il était avant. Un assassin.

Il sortit ses deux autres couteaux de son manteau et le laissa tomber au sol, dévoilant sa combinaison de protection craquelée au niveau du ventre. Haruhiro esquissa un sourire en coin et écarta légèrement les bras, positionnant les lames de ses couteaux vers l’extérieur.

« Préparez-vous, vous deux. A partir de maintenant j’y vais à pleine puissance. »


Et l’assassin s’élança.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 18
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Mar 25 Avr - 8:35

« Si tu t’attendais à des remerciements, tu as aidé la mauvaise personne. »

« Hey, Haruhi- ! »

Alors qu’Haruhiro s’éloignait vers l’une des entrées du tunnel, Horikawa-kun tenta de lever une main pour lui attraper l’épaule. Il y avait encore bien des choses qu’il avait à lui dire. Et il s’était permis de déboiter l’épaule d’Otaki comme ça ! Qu’elle soit une tueuse ou pas, ça ne lui laissait pas le droit de lui faire du mal gratuitement de cette manière… Oui, Horikiwa, maintenant que le combat était terminé, avait encore besoin de s’assurer que ce n’était pas une erreur qu’Haruhiro soit relâché dehors. La vrai question est… Qu’aurait fait Chō dans cette situation ? Il se mordit les lèvres sans arriver à faire avancer un peu plus sa main, alors qu’Haruhiro disparaissait déjà dans la lumière du tunnel.

« Viens plutôt m’aider ici, Kousuke... »

L’étudiant à lunette les réajusta du doigt puis vint poser un genou à terre pour se mettre à la hauteur de son sempai, qui avait visiblement arrêté de retirer des souvenirs à la jeune femme qui avait perdu connaissance après la blessure que lui avait infligé Haruhiro-kun. Le garçon au chapeau inspira un instant puis sous le regard totalement pris au dépourvu d’Horikawa, il retira avec précaution les lentilles de couleur violettes d’Otaki Sumire. Après les avoir examinées un instant, il les écrasa entre ses doigts, enfournant les restes dans ses poches avant d’utiliser ses deux mains pour réajuster son chapeau.

« Qu’est ce que-… Pourquoi tu fais ça, au juste ? »

Le jeune homme au chapeau leva la tête vers Kousuke et lui présenta les restes d’une des lentille écrasée entre son pouce et son index. « J’ai des raisons de penser que ce sont des traqueurs…  ça expliquerait pourquoi Aku, qui porte les mêmes, à pu se faire courser jusqu’à ce que je détruise les siens. »

« Attends, Reitōko-kun possède les mêmes ? Est-ce que ça veut dire que… »

« Non, c’est très peu probable. Peut-être qu’elle les as reçue à son insu. Mais je doute qu’elle est quelque chose à avoir avec ce groupe… Surtout qu’elle les auraient retirés d’elle-même si elle savait que sa localisation était traquée. … Aide-moi à la porter, on à pas le choix, il faut la sortir d’ici, je ne peux pas stocker plus d’information pour l’instant. »

Le duo d’étudiants se releva afin de supporter le mieux possible le poids de la jeune fille, afin de la transporter hors du tunnel, laissant la possibilité au garçon au chapeau de voir l’étendu des blessures d’Horikawa. Si son bras avait été totalement déboité et couvert de traces rouges, c’est tout le reste de son épaule et ce qui était visible de son torse à cause de sa veste déchirée par l’explosion générée par Haruhiro et Otaki, qui était tout autant couvert de contusions et de traces de friction. Pour permettre de « voler », ou du moins se déplacer dans les airs, Horikawa était obligé de se mouvoir comme un hélicoptère (car il ne pouvait utiliser que de la rotation circulaire pour se déplacer), et donc changer l’axe central de sa rotation pour lui servir de rotor anti couple. Ses multiples changements d’axe central de rotation, dispersé sur tout son corps pour le faire se déplacer précisément, pouvait rapidement entraînés de nombreuses blessures physiques car son pouvoir n’était pas « fait »pour cela à la base et Horikawa manquait d’entraînement.

« Ne me dit pas que tu as fait tout ça simplement pour l’impressionner… »

« Qu’est ce que tu racontes ? J’ai ju- Hm, qu’est ce que ça ?! »

Le garçon au chapeau releva la tête pour voir ce qui semblait avoir autant surpris Kousuke, et serra les dents se faisant. Une équipe entière de mercenaires armés jusqu’au dents leurs barraient la route, tournés dans l’autre sens en visant visiblement une équipe éloignée d’Anti-Skill derrière leurs propres camions. Alors que le sempai d’Horikawa s’arrêta de marcher, il du s’obliger à garder la cadence en voyant que l’étudiant à lunette n’avait lui pas stoppé son avancée. Le soleil passa un instant sur ses lunettes avant qu’on puisse distinguer derrière celles-ci un regard visiblement déterminé.

« Kousuke, tu-… ? »

« Tu l’as dis non ? On a pas le choix. Je vais utiliser mon pouvoir. »

« Tu rigoles, t’as vu ton état ? Il n’y a pas moyen qu’on puisse voler de nouveau ! »

Horikawa se massa la nuque avant qu’un des mercenaires ne le remarque et  se tourne dans la direction du petit groupe, faisant se crisper le garçon au chapeau, le bras d’Otaki sur son épaule. Mais Kousuke ne semblait pas autant effrayé, visiblement. Il tourna la tête vers le garçon au chapeau et inclina la tête. Après un instant, celui-ci lui répondit par le même signe, visiblement toujours dubitatif. Après un instant où un cri menaçant des mercenaires sembla ricocher dans leurs direction, le bruit de l’air se mettant à tourner transforma tout les sons aux alentours en simple vrombissement. Le garçon au chapeau serra un peu plus Otaki en ouvrant enfin les yeux. C’était incroyable comme les gens pouvaient être petit, vu d’aussi haut. Et puis le « mouvement du rotor » pivota de quelques degrés sur le côté, puis changea encore de direction, et encore une fois jusqu’à ce que le garçon au chapeau ne puisse plus vraiment distinguer la gauche de la droite. Des petites gouttelettes de sang voletaient en rythme devant sa vision.

{{ Le sang… De Sumire-kun ? }}

« Hhhrgh, on atterrit ! »

Le sempai de Nagatenjouki souffla légèrement dans l’air froid, relevant la tête vers Horikawa, qui se remit droit en portant plus de la moitié du poids d’Otaki sur ses épaules. Il posa deux doigts sur son oreille gauche et ferma un œil en titubant, lâchant un sourire plein de dents alors qu’il se remettait à marcher en direction des brigades d’Anti-skill. Le sang semblait apparemment s’écouler de son oreille, mais l’étudiant à lunette n’y fit pas attention, au contraire de son sempai à ses côtés.

« Kousuke… Tout va bien ? »

« Haha, pour un premier de la classe comme moi, c’est plutôt amusant de jouer au casse-cou, pour une fois… T’inquiètes pas, ce doit simplement être mon oreille interne… J’ai plus le sens de l’équilibre. »

Une main de soutien vint se poser sur le côté d’Horikawa pour l’empêcher de tomber, alors qu’il continuait de s’avancer tout les deux en direction des camions des protecteurs de la paix de la cité Académique. Kousuke avait réussi à les faire atterrir bien assez sur le côté du pont pour qu’ils ne soient pas atteint par des tirs si un des groupes se mettait à prendre l’ascendant sur l’autre. Mais ce qui était sûr, c’est que lui et Otaki avaient absolument besoin de soins, et le plus rapidement possible. Alors que son sempai fronçait les sourcils en regardant vers les lignes alliées, Horikawa souffla puis sembla s’inquiéter encore une fois d’autre chose que lui. Il regarda derrière lui et remarqua qu’Haruhiro se trouvait au centre de l’action, mais qu’un duo d’adversaires semblaient avoir fait leurs apparitions.

« … Et … Haruhiro ? »

Après un instant de silence, le regard tourné vers Anti-skill, son sempai reprit la parole.

« … Il a décidé de marcher de lui-même vers les ennemis. Et dans ton état, tu ne feras que le ralentir, Kousuke. En tout cas… Grâce à lui, nous avons gagné. »

« … Gagné ? »

« Akutoku est de notre côté, et maintenant qu’Anti-Skill est réellement mobilisé… Kousuke, ce n’est plus un simple enlèvement ou une prise d’otage. Cette fois, c’est une attaque terroriste. Qui que ça soit, plus personne n’aura de chance d’attraper Akutoku après cet affrontement… Maintenant qu’ils ont causés autant de problèmes, Academy City ne leur laissera plus aucun moyen de retenter. Autant dire qu’Akutoku est saine et sauve cette fois… Les seuls qui peuvent lui nuire doivent être les deux derniers au centre. Mais leurs buts est sûrement d’en finir le plus rapidement possible, et  si Haruhiro, au contraire, les occupent, alors ça laissera à Anti-Skill le temps de la rapatrier. Et là, plus aucune chance pour eux. C’est comme aux échecs… Si leurs pièces les plus importantes sont occupées, alors tout ce qu’ils voudront, c’est faire marche arrière. »

Horikawa du se résoudre à baisser la tête, voyant que visiblement son camarade avait raison. Mais et Haruhiro ? On pouvait simplement le laisser comme ça ? Ça ne semblait pas être un choix cool du tout, dans la tête de l’étudiant à lunette. Il retint son bras déboité en serrant les dents vers la grosse boule de métal qui tournait non loin d’un des ennemis devant Haruhiro. D’une façon ou d’une autre, ça ne ressemblait pas à une victoire. Et ce que celui-ci n’avait donc jamais le droit de se retrouver du côté de la lumière aux yeux de tous ? Là… On aurait pu tout simplement le prendre pour un autre mercenaire.

« … Bordel… »




♦♦♦




« Nakayama-san, fait quelque chose !  Elle va se faire tirer dessus ! »

Ishika semblait totalement paniquée derrière les lignes d’Anti-Skill, tenant d’une main Nakamura Chō qui avait perdue de nouveau connaissance après l’onde de choc qui s’était échappée du pont. Mais là où regardait la jeune fille aux cheveux rose et au serre-tête, c’était en direction d’Azami, la fille qui avait quitté le groupe d’Anti-Skill avec un fusil et semblait se diriger vers les mercenaires de l’autre côté en l’utilisant pour en abattre un. Mais la main du délégué de la classe 1-A de Nagatenjouki se posa doucement sur l’épaule d’Ishika qui tourna son regard effrayé vers lui, Akutoku restant au chevet de Nakamura en regardant le duo interagir.

« … Ishika, tu l’as bien vu, non ? Elle… Portait une arme. C’est sûrement elle aussi une mercenaire, ou quelque chose du genre. Le mieux qu’on puisse faire, c’est éloigner Akutoku-chan  et Nakamura-san de tout ça, fait moi confiance. »

Ishika eut tout juste le temps d’essuyer ses yeux avec son avant bras avant qu’un bruit de crissement terrible se fasse entendre. Elle releva la tête pour remarquer le regard surpris de Nakayama. Elle détourna les yeux et remarqua que deux gros fourgons d’Anti-Skill s’étaient effondrés sur le sol et frottaient le sol en direction du centre du pont dans un horrible bruit métallique. L’étudiant à l’oreillette grimaça en regardant Haruhiro se placer devant deux espers, dont l’un d’eux, semblant contrôler une sphère de métal, devait sûrement être l’auteur du déplacement des camions.

{{ … Tch, ce salopard… Il ose encore me voler la lumière des projecteurs. Après l’humiliation qu’il m’a fait subir devant Akutoku… Heureusement d’ici, c’est juste un autre mercenaire pour tout le monde…  }}

Nakayama lâcha la jeune fille aux cheveux roses et vint s’approcher d’un membre d’Anti-Skill, avant de lui indiquer du doigt les trois personnes au centre du pont. Il se racla la gorge et commença à parler, prenant un air encore plus sérieux et posé que d’habitude.

« Ses trois étudiants au centre…  D’après ce qu’on a pu voir, ce sont tous des mercenaires au même titre que les autres… Faites bien attention à ne pas qu’ils approchent vers nous ! »

Mais juste après qu’il eut terminé sa phrase, l’un des garçons qu’il montrait fusa vers les camionnettes d’Anti-Skill et faucha un autre homme non loin d’eux, l’obligeant à lever un bras pour ne pas recevoir de la poussière. Akutoku sursauta et tenta de s’élancer vers celui-ci mais se fit retenir par Ishika, les lèvres pincées. Nakayama fit quelques pas en arrière en grimaçant, alors qu’Haruhiro, le projectile de métal toujours encastré dans le ventre, se releva finalement pour de nouveau s’avancer vers l’esper qui l’avait attaqué, en lui répondant sans sembler entendre ce qu’il se passait autour de lui. Le délégué se retourna et leva une main en direction de la jeune fille aux cheveux rose et d’Akutoku.

« Ishika, vite, ne restons pas là ! Il y a sûrement un véhicule qui va pouvoir nous aider ! »

Akutoku lâcha Nakamura à contre cœur, et regarda en direction d’Haruhiro alors qu’Ishika prononçait des paroles réconfortantes en la guidant vers le véhicule qui allait les emmener hors de la zone de combat. Elle renifla et s’assit aux côtés de Nakayama, qui semblait lui plutôt soulagé de la tournure de la situation, une fois que la portière se referma à côté de lui. Il posa sa main sur celle d’Akutoku sans qu’elle ne le regarde, ses yeux bleus à elle tournés en direction de la silhouette d’un étudiant qui se rapprochait du centre du pont.

«Tu n’as plus d’inquiétude à avoir, Reitōko-chan. On est totalement en sécurité, maintenant. »

« Oui, tu n’as plus rien à craindre, Reitōko-chan ! Tout va bien se passer à présent. Tu veux boire quelque chose ? »

Ishika attrapa un sachet rempli de petites bouteilles d’eau minérale, et en tendit une vers la jeune fille aux cheveux bleus. Mais Akutoku ne semblait pas non plus faire attention à ce qui l’entourait. Tout ça… Oui, ça ne semblait pas être terminé du tout. Ce qu’elle voulait, c’était que tout le monde s’en sorte sain et sauf… Pourtant, là bas, Haruhiro semblait encore se battre. Tout n’était pas encore terminé. Et si cela continuait comme ça… Est-ce qu’il allait s’en sortir ? Est-ce qu’il pouvait vraiment survivre face à ses deux adversaires, dans l’état où il était ? Qu’est ce qui avait bien pu se passer sous le pont, après cette explosion ? Non, ce n’était décidément pas destiné à se finir comme ça… Ce n’était pas la fin que souhaitait Aku, celle là.

« Sauver tout le monde… C’est ce que j’avais dit… Et… Nakamura-san avait dit que c’était possible… Alors pourquoi… »


Akutoku essuya une larme en fermant les yeux, serrant ses doigts sur la bouteille que lui tendait la membre de Judgment. Elle rouvrit les yeux en regardant vers le pont. Non, il n’y avait qu’un seul moyen que ça finisse de la façon dont Aku et Nakamura voyaient les choses. Il n’y avait qu’une seule personne qui pouvait faire ce choix, une seule personne en qui Haruhiro pourrait faire assez confiance et une seule personne qui pourrait inverser la tendance.

« Tout ça …  L’attaque de Sumire-chan…  La blessure de Nakamura-san… La situation d’Haruhiro-kun… Tout ça… C’est ma faute… Si j’avais simplement agis normalement, alors rien de tout cela ne se serait passé…  »

« … Nakamura-san… Ishika-san… Merci pour tout… »

« Hm ? »

« Reitōko-chan ? »

La jeune fille se baissa en un éclair en échappant à l’emprise de Nakayama-san, attrapant de son autre main le sachet de bouteilles d’eau minérale. Elle serra les dents en le tira de toute ses forces pour le ramener vers elle, alors que le conducteur leva son regard dans sa direction. Elle posa la bouteille sur la banquette en ouvrant la fenêtre de la portière alors que Nakayama se leva en tentant de l’attraper. Mais avant qu’un des passagers de la voiture ne puisse faire quoi que ce soit, une explosion d’air les projeta de l’autre côté. Quand Nakayama ouvrit enfin les yeux, une grande masse de glace transparente lui bouchait le passage, la portière s’étant arrachée sous la force d’apparition de la création tandis qu’ Akutoku en avait profité pour s’échapper du véhicule immobilisé.

« Bon sang une… Fleur de glace ? »

« Ha… Haruhiro-kun… S’il te plait… Attends-moi !  Je vais tout régler… Je ne te laisserais pas tout seul… Pas maintenant… Je ne te laisserais pas tomber ! »

Devant les regard abasourdis des membres d’Anti-Skill, un genre d’immense toboggan de glace avait apparu derrière leurs lignes, descendant presque jusqu’au niveau de la zone de combat où se trouvait les trois adolescents. Sur celui-ci, une jeune fille aux cheveux et aux yeux bleus dévalait la pente, le filet en plastique retenant les bouteilles d’eau restantes dans l’autre main. Elle fronça les sourcils en se pinçant les lèvres, alors qu’elle entamait sa descente, projetant ses bouteilles dans les airs.

« …Je ne vous laisserais pas ! »

De grandes ombres se dessinèrent sur le sol, au niveau d’Haruhiro, d’Ishida et d’Eitarō, les obligeant à lever la tête vers le ciel. Mais avant que l’un d’eux n’eut le temps de prononcer le moindre mot, les engins de glaces dans les airs prirent de plus en plus de vitesse avant de venir s’écraser contre le sol. D’immenses fleurs de lotus entièrement faites de glace vinrent s’écraser en marquant une séparation entre de le duo de mercenaire et Haruhiro. Mais une autre ombre plus petite vint apparaître près du garçon, alors que le bruit de ses cheveux battant dans l’air arriva aux oreilles d’Akutoku, tandis que ses chaussures quittaient le sol.

« HARUHIROOOOO ! »

Les imposantes fleurs de glace se mirent à vrombir, avant d’exploser en une espèce de très légère bruine d’eau et de glace, une petite pluie de vapeur d’eau qui se leva et qui retomba comme des précipitations dans un petit cercle autour de la zone du trio de garçon, le tout venant accompagner la descente d’Akutoku aux côtés d’Haru, ses chaussures transformées en patin à glace. Elle attrapa son courage à deux mains, alors que son cœur battait à la chamade, puis elle leva ses doigts de la main gauche vers les deux mercenaires, alors que l’humidité gelait dans leurs direction, pas seulement celle restée au sol, mais tout ce qui se trouvait dans leurs direction grâce à la petite bruine. Ils semblèrent réussirent à échapper à la glace avant qu’elle ne les atteignent, ce qui permit à Aku un instant de répit. Elle attrapa le bras d’Haru et leva son regard déterminé dans sa direction, semblant heureuse d’avoir réussi à le retrouver.

« Haruhiro ! Partons d’ici ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 18
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Sam 20 Mai - 15:02

Sans trop comprendre le pourquoi du comment, Azami s’était retrouvée sur l’épaule du chauffeur du fourgon, sous une pluie de balles, puis ce type aux cheveux verts était arrivé et avait stoppé l’affrontement net avec un pouvoir énorme. Le plus étrange était qu’il n’évoquait rien à la jeune fille, même son nom lui était totalement inconnu. Ce Kimura Eitarō était forcément quelqu’un qui avait des liens avec le Dark Side donc elle aurait normalement du avoir des informations sur lui, non ? Le problème était sa puissance, une escouade entière d’Anti-Skill avait été désarmée en quelques secondes et aucun esper présent ne pourrait seulement lui tenir tête. Il était vraiment à un tout autre niveau…

Et puis Ishida avait refait son apparition, si seulement cet imbécile de Haruhiro avait agit comme d’habitude,  l’autre allumé n’aurait  plus été un problème. Le regard d’Azami se posa sur Akutoku plus loin derrière les lignes de défenses d’Anti-Skill qui s’apprêtait à monter dans un fourgon pour être mise à l’abri, probablement. Depuis que Haruhiro l’avait rencontrée il était devenu tellement étrange, il n’avait plus du tout agit comme l’assassin qu’il était, l’abruti… à cause de tout ce qui s’était passé ensuite elle ne savait plus si elle devait l’éliminer ou non. Elle secoua la tête, faisant voler ses cheveux sombres. Non, peu importaient ses actions récentes, il faisait partie de tout ce monde sombre, ce type était dangereux et il devait au moins finir au reformatory pour ses crimes passés ! Le regard déterminé de la jeune fille repassa sur Haruhiro qui s’était de nouveau précipité sur Ishida comme un fou furieux ou un crétin, au choix. Elle soupira, à ce rythme il n’allait plus rester grand-chose de lui à ramener au reformatory.

Soudain, une explosion se fit entendre sur la gauche et Azami pu voir Akutoku sauter hors de son fourgon, des bouteilles d’eau entre les mains.

« Bon sang… ceux deux là sont devenus suicidaires ou quoi ? Si l’un des deux meurt je peux dire adieu à ma promesse. »


Lily, les cheveux en bataille et une goutte de sueur descendant de son front regardait avec un sourire inquiet Akutoku se précipiter vers l’endroit le plus dangereux du pont. Elle serra les dents sans changer d’expression.

« Merde, on est inutiles, les renforts d’Anti-Skill vont débarquer d’une seconde à l’autre, on ferait mieux de déguerpir d’ici en vitesse. »

Azami écarquilla les yeux en voyant la jeune fille aux cheveux bleus s’élancer sur son toboggan de glace. Elle avait bien compris, ses actions avaient été inutiles et au final elle n’avait pas pu coffrer Lily ou Haruhiro. Lorsque les renforts arriveraient, a leurs yeux elle ne serait pas différente des autres et ils la mettraient dans le même panier avant de l’enfermer elle aussi. Elle n’avait plus d’option, elle devait s’inquiéter pour sa propre sécurité et fuir en même temps que cette petite blonde si irritante, pas le temps de chercher à la freiner.

« Game Over »
murmura-t-elle pour elle-même.

« Miyamoto, on y va, vite ! »
lâcha Lily en se redressant brusquement. Ils devaient faire vite, elle pouvait déjà entendre les sirènes se rapprocher du pont, les renforts étaient là.

[ Onii-chan, Aku, faites en sorte de rester en vie, j’ai encore besoin de vous.]


« HARUHIROOOOO ! »


L’adolescent eut tout juste le temps de se retourner que les fleurs de lotus qui venaient d’atterrir devant lui explosèrent simultanément, le plongeant dans un brouillard humide. Mais l’instant d’après une petite main lui attrapa le bras et un visage d’ange plongeait ses deux yeux bleus dans les siens.

« Haruhiro ! Partons d’ici ! »

« A-Akutoku ?! Mais qu’est-ce que ? Bouge de là c’est dangereux, idiote ! »

Mais déjà elle le tirait vers la ligne de défense d’Anti-Skill tandis que le nuage gelait derrière eux. Que s’était-il passé ? Pourquoi était-elle intervenue, elle était venue le sauver ? Lui ? A quel point pouvait-elle être bête ?

Eitarō avait reculé par instinct, un avant bras devant le visage. Une fois sorti du brouillard généré par la jeune fille, il poussa un juron avant d’écarter les bras d’un air furieux.

« Bordel ! »

Immédiatement, les barres de métal qui composaient la barrière du pont se mirent à vibrer puis s’arrachèrent les unes après les autres de leurs joints pour entourer l’esper avant de foncer telles des flèches acérées vers le duo qui s’éloignait déjà.

Haruhiro pivota sur lui même une fraction de seconde avant qu’une barre émergeant de la bruine ne lui déchire le côté, transperçant sa protection et rouvrant la blessure infligée par Ishida lors de leur affrontement devant la maison de Manzo. Une grimace sur les lèvres, il entoura Akutoku de son bras droit et se propulsa en avant dans une vrille tandis que des barres métalliques se plantaient dans le goudron à une vitesse fulgurante, juste derrière eux. S’il n’avait pas réagit à l’instant, tous deux auraient été transpercés à de multiples reprises et cloués au sol, littéralement. Mais ils n’avaient pas le temps de se réjouir car déjà Haruhiro parait une attaque d’Ishida qui, aussi énervé que d’habitude, avait visiblement utilisé son pouvoir pour traverser la bruine d’Akutoku comme en témoignaient les traces de gel sur son visage.

Sans perdre d’élan, l’adolescent brun se propulsa une seconde fois pour éviter la suite d’attaques meurtrières de son rival, serrant toujours Akutoku contre lui. Une fois assez près des premiers fourgons d’Anti-Skill, il posa un pied au sol et, utilisant l’élan gagné, pivota sur lui-même en poussant la jeune fille du plat de la main. Il connaissait trop bien Ishida pour savoir qu’il ne s’arrêterait pas d’attaquer, même au milieu des forces ennemies. Sa seule option était de mettre Aku hors de sa portée et de l’arrêter, définitivement cette fois. Après tout c’était sa faute si il était toujours en train d’essayer de les tuer tous les deux.

Eitarō reprit le contrôle des barreaux et les fit léviter d’un simple mouvement de doigts vers le haut. Il s’apprêtait à les envoyer une seconde fois en direction de Haruhiro, il pourrait plus ou moins aisément éviter Ishida selon sa position mais cela ne l’inquiétait guère, s’occuper de son « allié » n’était pas sa priorité. Garantir la capture d’Akutoku l’était en revanche. Il amorça le mouvement de bras qui enverrait ses projectiles mais se stoppa net, s’immobilisant soudain en écarquillant les yeux. Des sirènes. Les renforts d’Anti-Skill étaient là. Il plissa les yeux, que devait-il faire ? Ils avaient perdu trop de temps, la mission était compromise.

Quelques mètres devant lui, Ishida suivit une trajectoire en arc de cercle et rejoignit Haruhiro presque immédiatement. Ce dernier avait seulement eu le temps de repousser Akutoku derrière lui et était toujours emporté par son propre élan. Il avait lâché l’un de ses couteaux pour éviter l’attaque d’Eitarō. La situation était dangereuse, il était clairement désavantagé. Déséquilibré et partiellement désarmé tandis qu’Ishida lui fonçait dessus à pleine vitesse, une lame dans chaque main. Au dernier moment, l’assassin aux yeux noirs fit apparaitre deux petites courbes blanches invisibles qui prenaient la forme d’un S et activa son pouvoir pour en suivre la trajectoire. Il se glissa tel un serpent devant Haruhiro pour passer sur la gauche et d’un geste rapide lui enfonça son couteau dans le côté droit. Les yeux du jeune brun s’écarquillèrent soudain et il cracha un filet de sang en constatant avec un air horrifié qu’une lame de presque quinze centimètres lui avait pénétré entre les côtes.

Ça brûlait, c’était froid, il ne savait pas. La seule chose dont Haruhiro était convaincu était que c’était horriblement douloureux, comme si quelque chose le rongeait ou bouillonnait à l’intérieur de son corps. Le rapide aller-retour que firent ses yeux du manche de la lame au visage de son rival lui confirma deux choses. La première était que l’épaisseur de la combinaison avait bloqué le manche et donc également la lame, lui évitant deux centimètres de métal acéré déchirant ses organes internes. La seconde était qu’il avait sous-estimé son rival, le visage tordu et souriant que ce psychopathe d’Ishida arborait ne le montrait pas mais c’était un tueur compétent, un parfait assassin. Il avait parfaitement su où viser avec son couteau pour que la lame traverse la combinaison, entre les plaques de protection. Haruhiro serra les dents, une lueur s’alluma dans ses yeux, c’était une blessure mortelle mais tant qu’à faire, il emmènerait son rival avec lui dans sa tombe. Le bras droit d’Ishida s’abattait déjà sur lui, s’apprêtant à l’achever avec son deuxième couteau.

[Comme si…]


Une propulsion sous son pied gauche lui permit de retrouver l’équilibre momentanément et de bloquer l’attaque d’Ishida en enroulant son bras autour du sien et en lui agrippant l’épaule aussi fermement que possible. Haruhiro devait faire vite, son temps se comptait en secondes. Attrapant Ishida par le col avec son autre main, il se propulsa sur la droite, contre un fourgon stationné trois mètres plus loin. L’impact le fit hurler, avant de lui faire perdre momentanément connaissance. Le bout du manche du couteau toujours planté dans son côté avait heurté la paroi en même temps qu’Ishida qui fut sonné sur le moment. Haruhiro raffermit sa prise sur l’épaule de son rival et attrapa le manche sortant d’entre ses côtes de sa main droite.

[Vu la blessure l’hémorragie importe peu, je serais incapable de bouger d’ici 4 secondes, je dois le tuer]

« Je vais t’emmener avec moi, Ishida ! On ira en enfer ensemble ! »


D’un unique geste circulaire, Haruhiro tira le couteau de son côté, lame vers le bas, et trancha la gorge d’Ishida. Ou du moins c’est ce qu’il voulut faire mais le bout de la lame ne fit que lui couper superficiellement la peau, provoquant un léger écoulement de sang. Au dernier moment, Ishida s’était courbé en arrière et avait relevé la tête, esquivant la mort de quelques millimètres. Ses yeux se baissèrent pour transpercer Haruhiro.

« Tu vois Haru ? Je te tue ! »


Sa voix était rauque mais mielleuse et il avait toujours ce sourire effrayant sur le visage. Pour la première fois, Haruhiro eut peur de son rival.

Ishida dégagea son bras droit en lacérant celui du jeune brun avec son couteau puis abattit ce dernier vers le bas, le coup final était en mouvement, il allait mettre fin à la vie de son plus grand ennemi, enfin.

L’adolescent était figé, encore une fois rien n’apparaissait dans son esprit. Et pourtant, il allait mourir, tué pour ses erreurs et ses crimes. Au fond, n’était-ce pas ce qu’il méritait ? Il avait fait tant de mal dans sa vie en obéissant à ses employeurs, en se faisant utiliser par le Dark Side, c’était une fin naturelle pour quelqu’un comme lui. Oui, c’était la fin qu’il méritait.

Soudain, quelque chose apparu dans son esprit. Bleu. Des cheveux bleus. Cela lui fit l’effet d’un coup de poing dans l’estomac. Juste derrière se trouvait Akutoku, il ne savait pas si elle assistait à la scène mais ça ne changeait de toute façon rien. Il ne pouvait pas l’abandonner, la laisser se faire tuer par la pourriture qui allait lui arracher sa vie à lui.

Tandis que la lame d’Ishida lui rentrait déjà dans la peau de l’épaule, Haruhiro baissa son bras et attrapa de sa main ensanglantée sa dernière arme, son pistolet. Il releva la main aussi rapidement que possible et pressa la détente à trois reprises, du liquide poisseux lui coulant entre les doigts et sur la détente. Ishida s’interrompit et se figea à son tour, trois tâches rouges commençant à se former sur son torse et son ventre. Il baissa lentement la tête d’un air stupéfait tandis que l’utilisateur d’Instant Shift rabattait son bras droit sur la gauche, lui transperçant la gorge avec son couteau d’un revers.

Les lèvres d’Ishida remuèrent doucement, sans qu’aucun son ne sorte de sa bouche. Malgré cela, Haruhiro y déchiffra les derniers mots de l’assassin avant qu’il ne s’effondre sur le sol.

« J’ai failli t’avoir cette fois. »

Un léger sourire se dessina sur le visage du jeune brun :

« Ouais... je n’aurais pu rêver d’un meilleur adversaire. »
murmura-t-il en un souriant légèrement avant de s’effondrer à son tour.

Etendu sur le dos, Haruhiro sentait son sang se répandre sur le sol depuis sa blessure, il ne ressentait plus grand-chose à part le froid maintenant. C’était étrange, il ne comprenait pas, il n’était pas en colère ou triste, seulement… nostalgique. Celui qui avait infligé la mort tant de fois se retrouvait finalement face à elle, prêt à donner sa vie à son tour. Ses yeux s’agrandirent légèrement lorsque des images commencèrent à défiler dans son esprit, ses entrainements, ses combats, ses rencontres, toute sa vie défilait enfin devant ses yeux. Il ricana intérieurement et sourit légèrement, les deux dernières fois alors qu’il était sur le point de mourir, rien n’était apparu. Ca voulait dire quoi ? Qu’il avait encore une tâche à accomplir ou quelque chose dans le genre ? C’était stupide.

[ Alors quoi ? C’est le destin c’est ça ? Franchement… ]


L’adolescent sentait ses forces le quitter peu à peu, il ne pouvait plus bouger et ses sens commençaient à lui faire défaut. Un sentiment le remplit peu à peu, de la tristesse. Peinant à garder conscience, il murmura quelque chose de presque inaudible.

« A.. Aku »




Eitarō fronça les sourcils, il avait vu le bref combat entre les deux assassins, c’était un match nul aucun des deux n’avait vaincu l’autre. En revanche, Akutoku était désormais hors d’atteinte et les nouvelles troupes d’Anti-Skill étaient présentes, c’était fini. Usant de son pouvoir, il planta les barres métalliques toujours en lévitation dans le sol, perpendiculairement au pont pour en barrer la route temporairement. La mission était un échec et pour l’heure il devait partir.

« Vous feriez mieux de partir aussi, dit-il à Moguzo en arrivant à sa hauteur, leurs renforts sont là. »

Le chef des mercenaires était rouge de colère, Ishida avait tout juste réussi à éliminer l’autre assassin mais n’avait pas ramené Akutoku et Eitarō, qui était sa seule chance, s’en allait. Pas le choix, ils devaient partir aussi.

« Merde, cette fois on a échoué mais la prochaine fois on t’aura, saleté d’esper level 4. »

Il se tourna ensuite vers ses hommes restants : « On s’en va, les renforts d’Anti-Skill sont arrivés il faut qu’on disparaisse. »

Aussitôt, les derniers hommes se mirent en mouvement et commencèrent à s’engouffrer dans leurs fourgons ou plutôt dans ce qu’il en restait mais déjà des unités d’Anti-Skill arrivaient du tunnel, ils avaient bloqué leur seul point de retrait.

« Et merde... on est pris au piège ! »

Ancien membre de l’armée et soldat aguerri, Moguzo Endo savait très bien que la seule solution qui lui restait était de se rendre s’il voulait rester en vie. Une fois enfermé peut-être serait-il libéré ensuite. Probablement pas. Il soupira en laissant tomber ses armes sur le sol et leva les mains au dessus de la tête pour montrer qu’il n’opposerait aucune résistance. Cette histoire était du grand n’importe quoi, même lui qui était chef des escouades n’avait pas eu toutes les informations. Peut-être même que leur échec avait été prévu. Il regarda autour de lui mais ne vit pas l’esper aux pouvoirs magnétiques, il s’était volatilisé.

« Allez tous vous faire foutre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 18
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Dim 21 Mai - 2:28

« Où… »

Blanc. Des lumières chaleureuses caressaient le visage de Nakamura Chō, la télépathe de Judgment. Tout s’était passé si vite, et ça restait encore un grand brouillon d’idées qui n’arrivaient pas à se former en une image claire. Haruhiro. Aku. Du sang. Le sol qui s’éloignait. De la chaleur. Un cri. Et puis le noir. Et cette grande explosion qui lui avait vrillé les tympans. L’adolescente se frotta les yeux après les avoir fermés et s’être crispée un peu en tentant de lever la tête. Une affreuse douleur dans son ventre la lançait. C’était comme si de multiples aiguilles s’étaient enfoncées toutes ensemble dès le moment où elle avait faite courir le mouvement de redressement dans son échine. Une main se posa sur son épaule pour la faire se baisser. Elle rouvrit les yeux vers cette personne. Un sourire lui apparut.

« Quand tu n’es pas en colère, tu ressembles presque à une personne normale, Nakamura-san. »

« Bōshi… »

« Akutoku est hors de danger dans un camion escorté par Ishika et Nakayama. Horikawa-kun est mal en point mais il a directement été mis en soin et il s’en tirera parfaitement sans séquelles, et c’est pareil pour toi. Anti-skill s’est rassemblé et la situation est totalement sous contrôle. Tout ça grâce au message que tu nous as envoyé et aux coordonnés que tu nous as communiquée. Tout s’est réglé grâce à toi. Nakamura-san… Gokurosama. ☆ »

Un long soupire s’échappa d’entre les lèvres de la jeune femme. Du soulagement, peut-être. C’était presque incroyable de voir une personne avec une blessure aussi importante, non seulement réussir à reprendre connaissance de cette façon mais en plus à avoir le culot d’être soulagée. Mais peut-être qu’à la fin de la journée d’hier et au début de celle-ci, Nakamura était en quelque sorte heureuse que tout cela soit enfin fini. Même si elle doutait que tout se termine aussi bien, on semblait enfin s’être arrêté à un moment de calme. Elle s’apprêta à resombrer avant que la porte ne s’ouvre en grand pour laisser entrevoir un membre de Judgment visiblement essoufflé.

« Ishika-san a appelé ! Aku s’est enfuit ! »





♦♦♦





Le sol était froid. L’air aussi. Des gouttes de pluie tombaient devant les mains posée contre les dalles du pont d’Akutoku Reitoko. Des gouttes de pluie rouge sang. Haruhiro avait tiré avec le pistolet, et Ishida, le monstre qui faisait tout autant peur à la jeune fille, lui rappelant la première rencontre avec Haruhiro, celui qui semblait si puissant, si inaccessible dans son combat effréné contre l’adolescent au moins aussi impressionnant que celui du jour et de la nuit, oui, Ishida l’assassin s’écroula au sol comme un pantin. Les jambes d’Aku étaient paralysées sur place, alors qu’un cri lui échappa quand Haruhiro tituba puis s’écroula à son tour. Il n’y avait plus d’excuse, plus de belles paroles. « Je sauverais tout le monde. » C’était ce qu’Akutoku s’était dit. Mais un grand sentiment d’impuissance s’empara de son estomac.

« Non… Non… Ce n’est pas possible… »

L’adolescente enfouit sa tête dans ses mains, ses cheveux venant caresser ses doigts. Qu’est ce qu’elle pouvait bien pouvoir faire à présent ? Qu’est ce qu’elle pouvait bien arranger maintenant ? Mais une goutte d’eau tomba dans son esprit et fit vibrer toute la mare. Non, elle avait déjà pensée comme cela, elle s’était déjà cachée dans ce sentiment de ne pouvoir rien faire. Mais elle était arrivée jusqu’ici. Elle avait laissée les gens se battre pour elle, saigner pour elle, tomber pour elle. Ça ne devait pas s’arrêter là, juste ici, avec elle enfermer dans ses mains. Elle devait agir. Elle devait se lever et affronter ce monde qui tentait de la détruire. Se tenir droite, serrer les poings. Comme Nakamura. Ne pas abandonner. Des cheveux bleus voletaient avec la brise. Sans attendre, la jeune fille couru vers Ishida et s’approcher de lui en se baissant. Elle grimaça en voyant les blessures faites par l’arme à feu.

« Une hémorragie… Il… Il va mourir ! Les médecins de la Cité Académique ne peuvent pas soigner quelqu’un qui est déjà mort… Mais… Si je peux l’empêcher de mourir, le mettre sous stase, alors ! »

Il n’y avait pas un instant de plus à attendre. Akutoku Reitoko activa son pouvoir en se concentrant au maximum de ses capacités, tandis que le sang s’écoulant des blessures d’Ishida s’arrêta de s’écouler. Tout son corps sembla subir un très léger soubresaut alors que sa peau elle-même sembla lentement refroidir. Ses battements de cœurs ralentirent dans le même temps alors qu’il apparaissait comme si il dormait, dans cet état comparable à un sommeil cryogénique. La jeune fille soupira doucement en posant une main sur le front du garçon qui avait tenté de la tuer elle plusieurs, et de tuer Haruhiro pour de bon. Pendant un instant, elle pria de tout son cœur pour qu’il survive en attendant les secours.

« Toi aussi… Toi aussi, je te sauverais. Ce n’est pas ta faute… Alors tiens bon, s’il te plaît ! »


Un murmure paru aux oreilles de la jeune fille, comme un tintement de grelot lointain. Elle se leva en laissant le jeune homme au sol. Le rouge revint hanter son regard. Il s’étalait sur le sol comme le contenu d’un vase brisé. Les lèvres et les yeux d’Aku tremblèrent de façon incontrôlable. Haruhiro était étendu au sol, on aurait dit qu’il dormait. Il souriait presque. L’adolescente chercha la main du garçon en utilisant son pouvoir pour transformer l’hémorragie en une couche de gel qui refermait la plaie du jeune homme. Des larmes s’écrasèrent dans de petit « plics » « plocs » sonores sur la glace rouge.

« Huu… Je… Je suis… Je suis tellement désolé… Haruhiro-kun… Je suis tellement désolé… S’il te plaît… Je t’en prie… Reste avec moi… Reste avec moi encore un peu…  »

La petite main se serra un peu plus contre celle de l’adolescent. La tête de la jeune fille se baissa légèrement alors que les gouttes d’eau salées continuaient de résonner contre la glace. Akutoku s’accrochait à la main de l’assassin qui avait essayé de la tuer. Il avait levé son couteau, il aurait levé son pistolet, il aurait levé ses mains. Mais ce n’était pas le vrai Haruhiro. Le vrai Haruhiro était celui qui avait marché devant les ennemis tout seul. Qui n’avait pas regardé derrière lui. Le vrai Haruhiro était celui qui voulait protéger ceux qui avaient été entraînés dans ce chaos sans le vouloir. Dans l’ombre, il avait guidé Akutoku. Mais sa lumière était si faible, si petite dans cette immensité. Et pourtant, il continuait à briller. Dans sa main, une arme à feu. Pour tout le monde, il était peut-être un tueur, un monstre. Mais pour la jeune fille, il s’appelait Haruhiro.

« Hugg… … Je ne… Je ne veux pas te perdre… On a encore tellement de choses… Tellement de choses… A-Alors… Alors… Ne me laisse pas… Haruhiro… »

« Je sais que tu n’es pas comme ça… Ce n’est pas ta faute… C’est toi qui m’a sauvé, Haruhiro… Tu as sauvé tout le monde… Tu as vu ? Tu as vu, tu es un héros, Haruhiro… Tu es le héros de Nakamura sempai, tu es le héros de Horikawa-kun, tu es… Tu es mon héros, Haruhiro-kun ! Alors ne me laisse pas… Ne me laisse pas toute seule…  »

Un bruit de crissement de pneu se fit entendre derrière Akutoku. Une camionnette blanche avait passé les fourgons d’anti-skill qui ne s’étaient pas avancés pour aller porter assistance aux blessés et à Aku. La camionnette blanche fit un virage sur le côté et s’arrêta devant l’étudiante de Nagatenjouki qui tenait toujours la main d’Haruhiro, les yeux encore humides. La porte coulissante s’ouvrit pour laisser place à des scientifiques en blouse blanches, interloquant la jeune fille sans qu’elle puisse savoir ce que tout ça pouvait signifier. Une jambe s’arqua et un des scientifiques tendit la main à la jeune fille.

« Tu n’as plus rien à craindre, Reitoko-chan. C’est finis. Nous allons te ramener chez toi. »

Mais l’adolescente semblait totalement perdu, elle était totalement sûr de n’avoir jamais vu cette personne. Et qui pouvaient ils être ? Ils avaient pu passer du côté d’Anti-Skill, alors ils ne pouvaient pas être mauvais, n’est-ce pas ? Et pourtant… Quelque chose de froid, d’effrayant s’empara d’Aku et la fit frissonner. Un sentiment étrange, comme un déclic d’instinct de survie qui lui indiquait qu’il y avait un danger. A vrai dire, elle pouvait ressentir la même chose qu’en voyant Otaki Sumire. Ses gens dégageaient le même aura austère et insensible. Qu’allaient ils faire d’Ishida et d’Haruhiro ? Et qu’allaient ils faire d’elle ? La jeune fille essuya ses larmes avec sa manche, puis attrapa une bouteille d’eau qu’elle gela et brandit vers l’homme qui fit un pas de recul.

« N-N’approchez pas ! »

Alors qu’elle tenta de créer une construction de glace en lançant la bouteille sur le fourgon pour pouvoir s’enfuir vers Anti-Skill, quelque chose s’arrêta. Le monde entier autour d’Aku s’arrêta de bouger. La bouteille qu’elle avait dans la main glissa de ses doigts et roula sur le sol. Elle se crispa pour essayer de bouger, mais c’était totalement impossible. Comme enroulée dans ses chaînes invisibles, la jeune fille semblait totalement paralysée. Un sentiment de peur commença à s’étendre dans tout son corps, la faisant frissonner. Mais sa peau ne frissonna pas en réponse à son cerveau. Sa peau était totalement bloquée. C’est alors qu’elle réussit à cibler cette sensation. Ce n’était pas comme des chaînes. C’était comme des bras qui retenaient sur ses muscles. C’était comme des fils qui tiraient sur ses membres.

« Kh, quelle plaie, p’tain. »

La jeune fille pivota sur elle-même pour regarder face à la personne qui venait de sauter d’un fourgon renversé, les mains dans les poches. Il continua à avancer, avant d’en sortir une pour se masser la nuque, la tête baissée. Il émit un léger grognement d’inconfort. Il leva un visage dédaigneux dans sa direction. Akutoku n’avait jamais vu cette personne. Ou plutôt, elle avait déjà vu ce corps. Mais la personne qui se tenait devant elle était totalement différente de celle qui aurait dû l’habiter.

« Na… Nakayama sempai ? »

« Et dire que tout ça ai du finir comme ça… C’était si simple au départ, pourquoi est ce que ça ne peut jamais se passer comme prévu ? J’avais presque réussi à continuer à tenir mon putain de sourire jusqu’à la fin…  »

L’un des scientifiques réajusta ses lunettes et leva légèrement une main en voyant le class rep’ de la classe d’Akutoku s’avançer dans leurs directions sous le visage décomposé par la surprise de celle-ci.

« Si tu nous avais signalés l’erreur dès le début, ça ne serait pas arrivé, Hiroto. C’est plus ou moins toi qui nous a forcé à employer la manière forte une fois que la situation était hors de contrôle… Otaki n’aurait pas dû être activée. »

« Parce que vous pensez que c’est aussi simple ??! Avec cette foutue télépathe et ses salopards de Judgment, j’avais pas un seul instant pour pouvoir faire quoi que ce soit de moi même… Enfin bref, c’est bon. Vous l’avez, alors arrêtez de chouiner. »

Le jeune homme posa un pied sur Ishida en regardant Akutoku de haut, se mettant à articuler un rictus.

« Et toi, tu ne pouvais pas simplement rester dans le véhicule ? Tu te prends pour quoi au juste, une privilégiée ? Une super héroïne ? Les filles qui me résistent comme ça, ça me casses les couilles. Et pourtant, je peux les voir, tu sais ? Les fils. »

Après avoir marché sur l’assassin, Le garçon au petit micro cravate pointé sur la joue continua d’avancer vers Aku et Haruhiro. Avec lui s’approchait le même aura de terreur que celui qu’aurait pu inspiré Otaki bien avant. Quelque chose de tournant, de bouillonnant, de viscéral. Quelque chose qui n’avait pas lieu d’être, et pourtant, il était là. Et avec lui, les tripes de la jeune fille semblaient se tordre dans tout les sens. « Plus. Aucun. Espoir. » C’était ce qui s’affichait en lettres de feu dans son esprit.


« Vous êtes tous des marionnettes, rien que des putains de marionettes. Piégés dans vos petits mondes, à piétiner les autres pour avancer sans même regarder sous vos pieds. L’amitié, l’amour, la joie. Vous pensez vraiment que vos pathétiques constructions illusoires ont avoir avec tout ça ? Mais tu sais, en un sens, j’adore vous regarder. Vous regarder continuer à avancer dans vos petits mondes trafiqués en vous cachant les yeux et en affichant un grand sourire. Mais ce que j’adore voir plus que tout au monde, c’est le visage que vous faites quand vous voyez le marionnetiste… Celui qui tire les ficelles. Oui, c’est ça… du Désespoir.  »

Alors que le visage d’Akutoku se déformait, celui d’Hiroto afficha un léger sourire. Mais ce n’était pas un sourire pervers, ou un sourire de psychopathe, ou encore de fou. C’était un sourire calme et froid, le sourire du représentant des élèves qu’Aku avait pu voir toutes ses fois dans la salle de classe. Mais dans ces conditions, il n’y avait plus qu’une chose qu’il pouvait signifier pour la jeune fille. De la terreur.

« Bien, Nakayama, on va pouvoir embarquer Reitoko-chan. Tu as réussis à éloigner Judgment ? On laissera les deux mercenaires à Anti-Skill, autant ne pas nous mêler du reste. »

« Ouais, c’est bon, j’ai dis à Ishika d’aller rejoindre les autres pour leurs informer qu’Aku s’était enfuit. Heee, j’arrive pas à croire que je vais devoir tout recommencer à zéro… Si seulement je pouvais effacer la mémoire de tout le monde. Tu vois, à cause de toi Akutoku, tout cela est arrivé. J’espère que tu as mal. Tiens, d’ailleurs… »

Akutoku tenta de lâcher un cri, mais ses cordes vocales ne lui appartenaient plus. Le pieds de Nakayma s’écrasa contre les côtes d’Haruhiro en fracturant son sang gelé. Il donna un deuxième coup en faisant voler les morceaux de glaces fragiles formés par Aku et commença a faire briser tout ce qu'elle avait construite devant ses yeux.

« Bah alors quoi, t’es en train de crever ? Hey, c’était moi qui devait te buter, sale petite merde… Pour m’avoir humilié comme ça… Mais on dirait bien que les rôles sont inversés, haha. Essayer de sauver une fille ? Tu te prends pour quoi au juste ? T’es qu’un assassin, tu penses que tu peux juste tirer un trait sur tout ce que t’as fait ? Mais c’est pas comme ça que le monde marche… Alors fais-moi plaisir… Crève comme tu as vécu… Seul.  »

Les mains froides et sans émotion des scientifiques se posèrent sur la jeune fille qui pleurait sans pouvoir bouger. Apparemment, la seule fonction réponse que Nakayama lui avait donné était ses glandes lacrimales et ses yeux pour pouvoir le voir piétiner le corps d’Haruhiro. Elle voulait crier, elle voulait se débattre. Mais c’était comme si les mains qui s’accrochaient sur elle tentaient de lui arracher toute volonté de lutter plus. Elle sentit quelque chose d’aigre dans son corps, et elle se sentait sale, comme si elle se faisait abuser, alors que le pouvoir de Nakayama continuait de faire action sur tout son corps à la manière d’un objet coulé dans du béton. Alors qu’une larme coula de la joue de la jeune fille pour tomber au sol, un bruit de vêtement se fit entendre derrière Nakayama. Celui-ci émit un petit grognement et tourna la tête derrière lui alors qu’il avait toujours le pieds sur Haruhiro. Des cheveux roses et un brassard de judgment lui apparurent. Le regard déterminé, la jeune femme fit un pas de plus vers le groupe.

« Nakayama-san, qu’est ce que ça signifie ? »

« … I… Ishika… -san... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 18
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Dim 21 Mai - 18:26

Haruhiro sombrait. C’était comme si il était étendu à la surface d’une étendue d’eau sombre et qu’il coulait lentement, tout autour de lui devenait noir, noir et complètement vide. Un contact contre sa main droite ralluma une faible lumière blanche, comme si une lampe venait d’être allumée. Il ouvrit légèrement les yeux et posa son regard fatigué sur le visage en pleurs de la jeune fille qui se tenait à ses côtés.

« Huu… Je… Je suis… Je suis tellement désolé… Haruhiro-kun… Je suis tellement désolé… S’il te plaît… Je t’en prie… Reste avec moi… Reste avec moi encore un peu…  »


[Pourquoi tu pleures ? C’est enfin fini, c’est une fin logique… Réjouis-toi un peu au moins, tu vas pouvoir vivre ta vie.]

« Hugg… … Je ne… Je ne veux pas te perdre… On a encore tellement de choses… Tellement de choses… A-Alors… Alors… Ne me laisse pas… Haruhiro… »

[J’ai essayé de la tuer…]

« Je sais que tu n’es pas comme ça… Ce n’est pas ta faute… C’est toi qui m’a sauvé, Haruhiro… Tu as sauvé tout le monde… Tu as vu ? Tu as vu, tu es un héros, Haruhiro… Tu es le héros de Nakamura sempai, tu es le héros de Horikawa-kun, tu es… Tu es mon héros, Haruhiro-kun ! Alors ne me laisse pas… Ne me laisse pas toute seule…  »

[…c’était ma mission. Alors pourquoi ? ]


Haruhiro fut soudain empli d'un sentiment qu'il ne connaissait pas, qu'il ne comprenait pas.
Et le monde ne fut plus qu’obscurité.

Pourtant Haruhiro émergea des eaux noires, comme si quelque chose l’en avait tiré, comme si quelqu’un refusait de le laisser partir et s’agrippait à lui en refusant obstinément de le lâcher.

« …salopards de Judgment, j’avais pas un seul instant pour pouvoir faire quoi que ce soit de moi même… Enfin bref, c’est bon. Vous l’avez, alors arrêtez de chouiner. »


[Le crâne d’œuf ?]


« Et toi, tu ne pouvais pas simplement rester dans le véhicule ? Tu te prends pour quoi au juste, une privilégiée ? Une super héroïne ? Les filles qui me résistent comme ça, ça me casses les couilles. Et pourtant, je peux les voir, tu sais ? Les fils. »


L’adolescent commença de nouveau à distinguer faiblement son environnement, comme si il était entièrement engourdit. Le visage terrifié d’Akutoku, des types en blanc, le crâne d’œuf qui braillait avec un ton désagréable.

Garder conscience demandait des efforts herculéens à l’assassin qui ne percevait qu’une partie des sons autour de lui. Quelque chose était bizarre, pourquoi avait-elle cette expression ? Il voulu serrer sa main droite pour répondre au contact d’Akutoku mais sa main et sa chaleur n’y étaient déjà plus.

« … tous des marionnettes, rien que des putains de marionettes …ondes, à piétiner les autres pour avancer sans même regarder sous vos pieds. …adore vous regarder. Vous regarder continuer à avancer dans vos petits mondes … tout au monde, c’est le visage que vous faites quand vous voyez le marionnetiste… Celui qui tire les ficelles. Oui, c’est ça… du Désespoir.  »

[Qu’est-ce que tu sais du désespoir ?]


C’était donc ça. Même à l’agonie Haruhiro avait compris. Nakayama était de l’autre côté, c’était un ennemi.

« Bien, Nakayama, on va pouvoir embarquer Reitoko-chan. Tu as réussis à éloigner Judgment ? On laissera les deux mercenaires à Anti-Skill, autant ne pas nous mêler du reste. »

Le regard de l’adolescent se posa sur l’un des hommes en blanc, lui aussi avait l’air louche. Il était médecin ? Si c’était le cas pourquoi est-ce qu’il ne les soignait pas ? L’adolescent aurait serré les dents s’il en avait eu la force, il n’arrivait plus à réfléchir.

Ses yeux se bloquèrent un instant sur l’image floue d’Akutoku qui semblait encore plus terrifiée et désemparée qu’avant. Puis il posa son regard sur le sourire malfaisant qu’arborait Nakayama. Ses mots étaient devenus qu’un simple brouillard sonore incompréhensible mais ce sourire semblait déchirer la réalité elle-même. Le monde sombre dans lequel se trouvait Haruhiro se déchira comme si c’était du papier, laissant entrer la lumière de l’extérieur.

[Je pensais qu’il y avait pas de pire situation que la mort. Mon cul ouais.]

Quelque chose frappa Haruhiro sur le côté, faisant remuer son corps contre le goudron. La pluie l’avait déjà entièrement trempé et les petites gouttes continuaient de s’écraser sur lui. Une voix désagréable retentit sur sa droite.

« Bah alors quoi, t’es en train de crever ? Hey, c’était moi qui devait te buter, sale petite merde… Pour m’avoir humilié comme ça… Mais on dirait bien que les rôles sont inversés, haha. Essayer de sauver une fille ? Tu te prends pour quoi au juste ? T’es qu’un assassin, tu penses que tu peux juste tirer un trait sur tout ce que t’as fait ? Mais c’est pas comme ça que le monde marche… Alors fais-moi plaisir… Crève comme tu as vécu… Seul.  »

[Tu révèles enfin ton vrai visage, pourriture…]


Quelque chose sembla attirer l’attention générale vers l’arrière. Une voix que Haruhiro avait déjà entendue se fit entendre, réveillant soudain ses sens.

« Nakayama-san, qu’est ce que ça signifie ? »


Tremblant sous l’effort que ça lui demandait, Haruhiro bougea sa tête comme quelqu’un le ferait pour regarder le ciel, se cabrant et levant les yeux au maximum pour pouvoir voir la silhouette de la jeune fille derrière lui. La tête à l’envers  et la vision inversée, il planta son regard dans celui de la jeune fille. Il espérait qu’elle comprendrait. Il fallait qu’elle comprenne ce qu’il voulait lui dire.

« Akutoku est en danger. Ce sont nos ennemis. Va prévenir quelqu’un ! Vite ! »

Haruhiro ignorait si la membre de Judgement avait compris son message, ou seulement qu’il fallait éloigner Aku de ces types en blanc… Le pied du class rep’ était sur son côté mais il était évident pour tout le monde que Nakayama ne l’appréciait pas. Ishika avait-elle entendu ses paroles ? Et s’il l’immobilisait à son tour ? Sentant qu’il allait perdre connaissance à nouveau, Haruhiro se concentra au maximum, repoussant encore ses limites déjà trop repoussées. Il devait empêcher cet enfoiré d’agir, il devait faire quelque chose, il allait faire quelque chose et il allait lui donner une bonne leçon.

Mobilisant toutes ses forces restantes, il releva son bras gauche et le ramena vers la droite, faisant buter le canon de son arme qu’il tenait encore contre le genou de l’esper.

« Ordure ! »

Une détonation se fit entendre, l’articulation de Nakayama explosa en sang devant le rictus indéfinissable sur le visage de Haruhiro. Son regard se posa sur Akutoku tandis qu’il disait aussi fort que possible et qu’il hurlait avec son âme :

« I…Ishik..a… »

La dernière lumière s’éteignit.

Haruhiro ne savait pas si Akutoku ou Ishika avaient compris son message, il avait fait tout ce qu’il avait pu.  Le genou de Nakayama pourrait ne jamais être réparé mais ce qui avait le plus importé à l’adolescent sur le moment avait été d’offrir un peu de temps aux jeunes filles. Il fallait qu’Akutoku s’en sorte.




***




L’officier d’Anti-Skill qui s’apprêtait à passer les menottes à Moguzo fut soudain repoussé en arrière de quelques dizaines de centimètres, une tache rouge au niveau de l’épaule gauche. Il tituba un instant avant de trébucher et de s’effondrer sur le sol en hurlant de douleur.

« C’est quoi ça… encore .. ? »


Des tirs silencieux frappaient l’asphalte, juste aux pieds des policiers de la Cité Scolaire, les forçant à reculer sans les blesser.

La radio que portait toujours le chef des mercenaires crachota des interférences avant qu’une petite vois féminine ne se fasse entendre.

« Yo Endo-san, j’ai un boulot pour toi et tes hommes. »

« L-Lily ?! »

L’homme aux cheveux ras attrapa la radio puis fronça les sourcils.

« Qu’est ce que ça veut dire ? »


« On a des tireurs embusqués, Anti-Skill n’est plus un problème pour l’instant. Mobilise tes hommes. »

Un membre de la police de la Cité Scolaire raffermit sa prise sur son fusil d’assaut et se prépara à lancer la contre offensive. De son point de vue, ces personnes ne pouvaient pas agir à leur guise et si ses collègues étaient effrayés par un ou deux snipers, lui ne l’était pas assez pour rester là à rien faire. Prenant son courage à deux mains, il fit un pas en avant et ouvrit la bouche pour donner ses ordres. Mais avant que le moindre son ne puisse en sortir, son arme fut transpercée par une balle de 89 millimètres de longueur. Le fusil se brisa en deux et tout le système électronique grilla complètement, produisant des arcs électriques qui firent lâcher l’arme à l’homme d’une trentaine d’années.

« Hugh... quoi ? »

A 638 mètres de là, en haut d’un immeuble se tenait Azami, allongée et l’œil collé à la lunette de son sniper amélioré.

« Mattaku’, je bosse pour quoi et dans l’intérêt de qui là ? » lâcha-t-elle encore un peu essoufflée par la course qu’elle avait du faire pour arriver jusqu’à l’immeuble en un temps plus que réduit.

La jeune fille venait de finir d’installer ses six leurres qui consistaient en de petits boitiers noirs rectangulaires qui émettaient des lasers semblables à celui d’un fusil sniper. Les membres de Judgement n’oseraient pas bouger avec un point rouge pointant sur leur torse et même si c’était le cas, elle couvrait la zone avec sa lunette.

Lily quand à elle marchait à un rythme rapide vers les fourgons rassemblés d’Anti-Skill, un air sérieux sur le visage et un téléphone plaqué contre l’oreille droite.

« Ecoute moi bien Moguzo, débrouilles toi pour sortir Akutoku de là, si elle ou Haruhiro meurent tu devras me le payer c’est bien clair ? »

Ils n’avaient qu’une seule chance, la petite blonde savait que Moguzo et ses hommes étaient des professionnels, si tout se passait bien et qu’ils agissaient assez vite, il serait peut-être encore temps de sauver l’assassin suicidaire. De son côté, Azami leur assurait un soutient à distance. Le problème était de maintenir Haruhiro en vie assez longtemps pour qu’Anti-Skill comprenne ce qui était en train de se passer puis qu’ils reprennent le contrôle de la situation et enfin que l’équipe médicale n’arrive. Pour que ce plan réussisse, elle devait s’occuper de ce Nakayama, il risquait encore de tout réduire à néant. Elle n’avait pas enquêté sur lui, trop concentrée sur Akutoku et Haruhiro et ceux qui les accompagnaient. La fillette se mordit la lèvre inférieure, elle avait été négligente.

Moguzo accrocha de nouveau la radio à son gilet pare-balle, au niveau de la poitrine et ramassa son fusil qu’il avait lâché seulement quelques minutes plus tôt.

« Donc je dois juste bloquer ces types et assurer une fuite aux gamins tout en pensant à ma propre échappatoire, c’est ça ? » Déduisit-il en se redressant avant d’afficher un sourire satisfait. « C’est pas du gâteau, j’espère juste que la paye est bonne. »

Arrivant au niveau des derniers fourgons, Lily tapota quelques instants sur son téléphone avant de le serrer dans sa main gauche. Elle se mit soudain à courir et activa son pouvoir pour créer des plateformes d’air solidifié dans les airs, lui permettant de passer au dessus des troupes d’Anti-Skill et de rejoindre Akutoku et Haruhiro le plus rapidement possible. En sautant de plateforme en plateforme à trois mètres du sol, elle les rejoint en quelques secondes seulement et redescendit progressivement sans freiner sa progression. Elle croisa Ishika du regard, et, profitant qu’elle l’ai remarquée, lui jeta son téléphone avant de se laisser tomber sur Nakayama en utilisant l’élan qu’elle avait accumulé. Son petit poing s’écrasa en premier contre la joue du garçon en lui détournant la tête alors qu’elle atterrissait juste devant lui.

« Touché ! »

Instantanément, elle activa son pouvoir, immobilisant complètement le garçon, son poing toujours enfoncé dans sa joue. Elle le fixa, une lueur froide dans le regard.

« Tu peux m’immobiliser si tu veux, même me contrôler si tu en es toujours capable avec une douleur pareille. Mais regarde bien, moi je peux te priver d’air, Marionnettiste ! »

Tout en prononçant ces mots, elle referma complètement sa cage d’air autour du corps de Nakayama, l’empêchant de respirer en bloquant l’arrivée d’air.

Juste derrière elle, Ishika pouvait lire un message sur l’écran du téléphone de Lily.

« Sauve Akutoku, Hiroto Nakayama est dangereux, lien avec le Dark Side sans doute. Et faites venir les secours, j’ai besoin que Haruhiro reste en vie s’il n’est pas déjà mort. Si il meurt c’est peut-être toi que je vais devoir utiliser, qui sait ? Wink »

Moguzo apparu au coin de la camionnette blanche, désactivant la sécurité de son fusil d’assaut et prenant en joue l’un des hommes en blouse, un sourire narquois sur le visage.

« La fête n’est pas finie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 18
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Lun 22 Mai - 22:29

« -HUUARRGH ! »

Un œil fermé, Nakayama Hiroto regarda son genou gauche éclater sur le côté en tapissant le sol et ses vêtements de sang. Le monde tourna autour de lui alors que la douleur insoutenable lui fit presque perdre connaissance. Il tomba en arrière contre le sol alors que sa jambe désarticulée comme celle d’une marionnette en bois tirait un peu sur le côté, maintenant que l’articulation principale de celle-ci avait été désarçonnée par le coup de pistolet tirée à bout portant. Les dents serrées et le visage crispé, ses mains levées comme si elles tentaient d’attraper quelque chose d’invisible, Ishika, Akutoku et les scientifiques de la camionettes étaient quand à eux tous pétrifiés en le regardant pendant un instant, incapable de réaliser la situation.

« I…Ishik..a… »

« Oh mon dieu, non ! Nakayama-san !! »

La membre de judgment au serre tête doré s’élança vers Hiroto pour poser ses mains sous sa tête en l’empêchant de se blesser en retombant, totalement désemparée. Akutoku, les mains sur la bouche, commençait à avoir la nausée à cause de tout ce sang versé. Celui de Nakamura, celui d’Ishida, même Haruhiro, et maintenant Nakayama-sempai ! Combien d’autres devaient être blessé à ce point dans cette histoire ? Le regard de Nakayama retenant sa jambe rencontra celui de la jeune fille. Qu’importe si il était mauvais, qu’importe ce qu’il avait fait. Personne ne méritait de subir une telle souffrance. Akutoku leva sa main en formant comme pour les deux assassins, une couche de glace solide sur la blessure ouverte d’Hiroto pour l’empêcher de se vider de son sang. Celui-ci émit un nouveau gémissement en ressentant le froid lui brûler la peau autour de sa blessure.

« B-Bordel fait chier, ce connard… Huuuargh, merde fait ch-… Ma jambe gauche est HS… Impossible de me concentrer… La douleur est tellement intense… Hrrrgh bon s-… »

« Nakayama-sempai, tenez bon ! Anti-Skill, de l’aide, de l’aide, vite ! Il y a trois individus gravement blessés ici !! »

Alors que les scientifiques en blanc restaient à une distance raisonnable du désormais champ de bataille à part celui qui se tenait à côté d’Akutoku, Ishika serrait les dents alors que des membres d’Anti-Skill commençaient à venir derrière elle. Qu’est ce que le regard du garçon pouvait bien vouloir dire ? Est-ce que c’était de la douleur, de la haine ou… Non, elle ne devait pas penser à ça. Elle ne connaissait pas le visage de celui que Kousuke et le garçon au chapeau devaient aider durant l’affrontement contre Sumire, et c’était tout sauf le moment de faire de conclusions hâtives. Et c’était la même chose pour Nakayama-san. Tout ce qui importait pour une membre de Judgment comme elle, c’était qu’il y avait trois blessés critiques autour d’elle et il fallait absolument leurs porter assistance.

Ishika activa son pouvoir sur la blessure d’Hiroto. Son fémur et sa rotule avaient été fracturés par la balle, et ses ligaments croisés totalement déchiquetés. Même si Akutoku avait pu arrêter hémorragie, les plus grandes blessures internes étaient encore plus importante. Sans une prise en charge directe de la Cité Académique, la restructuration de son genou pourrait prendre encore plus de temps. Alors que la jeune femme désactiva sa Clairvoyance en se relevant pour tourner le regard vers Anti-Skill qui devait arriver, elle croisa le regard de deux beaux yeux bleus. Elle cligna des yeux en attrapant le portable qu’on lui jetait, avant de voir la jeune fille se projeter contre son sempai à toute vitesse.

« Touché ! »

« Buaarrgh-… »

« Tu peux m’immobiliser si tu veux, même me contrôler si tu en es toujours capable avec une douleur pareille. Mais regarde bien, moi je peux te priver d’air, Marionnettiste ! »


« Ho ! Lily !! »


La jeune fille étouffa de nouveau un cri en voyant la petite blonde loger un coup de poing au visage de Nakayama en prononçant ses mots. Qu’est ce que c’était que tout ça au juste ? Même Akutoku semblait totalement perdue, malgré le fait qu’elle semble reconnaître la jeune fille. Qui étaient ses alliés, qui étaient ses ennemis ? Rapidement, la jeune femme agita la tête et se recentra sur ses objectifs : sécuriser Akutoku et les blessés. Le visage d’Hiroto était passé de la douleur à la lutte, il semblait suffoquer comme si il manquait d’air, les mains sur son cou et le visage livide. Et ce que c’était ce que cette jeune fille voulait dire par « te priver d’air » ? Ishika se mordit la lèvre puis leva la main vers la jeune fille maîtrisant Nakayama en haussant la voix, peinant à rester calme dans une telle situation, pendant que l’un des scientifiques de la camionnette blanche derrière Akutoku peinait à se faire entendre dans sa radio.

« Arrêtez !! Au nom de Judgment, plus un geste, cessez les… Cessez les hostilités, c’est un ordre !! »

« La fête n’est pas finie. »

Au moment où elle disait ça, le claquement d’une arme se fit entendre plus loin devant alors que la voix grave supplantait la sienne. Un mercenaire levait son fusil mitrailleur en direction de l’un des scientifiques le plus proche d’Akutoku. Ishika fronça les sourcils avant de jeter un coup d’œil à un message qui s’illuminait sur le portable que la jeune fille lui avait lancé. Elle survola rapidement le message avant que tout autour d’elle, les mêmes bruits de levés d’armes à feu se firent entendre. Mais cette fois, c’était les armes d’Anti-Skill, qui mettaient en joue la jeune fille chevauchant Nakayama et le mercenaire armé. Le chef d’escouade d’Anti-Skill pencha la tête sur le côté sans cesser de diriger son canon vers Moguzo Endo.

« C’est l’un des mercenaires !! Baissez vos armes ! Vous êtes en infériorités numériques, ne nous obligez pas à employer la force ! Contrôle terrain, on a besoin de renforts, j’ai trois blessés et les terroristes en visuel ! »




♦ ♦ ♦




« Je leurs avaient bien dit que lâcher #AA2 aussi tôt était totalement débile, tsseeuh… Ils ont beau faire ce qu’ils veulent, on revient toujours aux levels 0 de toute façon.  »


Un bâton de Dango entre les dents, une jeune adolescente jouait des doigts sur un clavier d’ordinateurs autour de trois écrans dans le noir d’un fourgon blanc éloigné de la zone de combat. Un scientifique derrière elle lorgna sur les boulettes de riz colorées autour d’elle et des multiples bâtons de brochettes jonchant le plancher du fourgon, avant de tousser pour prendre la parole.


« Nonoka-chan, Anti-Skill a demandé du renfort, autant dire que l’on a le feu vert pour agir… Tu as déjà toutes les données récupérées par Sumire-chan, on te laisse le reste.  »

Un grand sourire remplie de dents blanches apparue à l’homme, alors que l’étudiante penchait la tête derrière elle, visiblement sacrément de bonne humeur tout d’un coup. Elle cracha le bâton de sa bouche et attrapa une autre brochettes de boulettes de riz sucré en se remettant à taper sur le clavier une séquence d’initialisation avant d’appuyer sur le bouton entrée. Un bruit de verrous mécaniques puis de bras articulés se fit entendre, alors que le toit de la camionnette blanche s’ouvra pour laisser sortir une sorte d’antenne satellites et des rangés d’une douzaine de ce qui semblait être des caisses blanches en métal et en plastique munies de quatre protubérances rectangulaires.

« Bon sang, ça fait deux ans que j’attends de pouvoir enfin tester mes prototypes en condition réelle ! Ahahah, c’est parti ! Unité Hornet, déploiement ! »


Les caisses en métal se mirent à s’ouvrir puis s’agencer à la manière de rubix cubes, avant que les quatres protubérances ne se lève pour laisser entrevoir des hélices. Les douze machines blanches s’élevèrent dans les airs en faisant tourner leurs rotors à une vitesse incroyable en fendant l’air, quittant rapidement le contact de la camionnette pour monter à plus d’une quarantaine de mètres du sol. Comme des insectes compactes et véloces, les drones se mirent à se séparer en deux groupes, alors que l’un deux tourna vers la gauche pour s’avancer vers le pont, l’autre pris un chemin légèrement différent en passant au dessus du tunnel.




♦ ♦ ♦




Les membres d’Anti-Skill n’attendirent pas une seconde de plus pour s’élancer vers le mercenaire et la jeune fille pour la maîtriser le plus rapidement possible. Des tirs de sommations fusèrent à côté du mercenaire alors que des boucliers se levèrent pour tenter de l’isoler du groupe d’adolescents. Deux membres d’Anti-Skill tentèrent quand à eux d’attraper la jeune fille avec moins de force qu’ils auraient du sûrement, puisqu’ils furent sans vraiment réussir à le comprendre rapidement éloignés par quelque chose d’invisible avant même qu’ils ne réussissent à toucher la petite fille. Mais une ombre s’éleva au dessus d’elle l’obligeant à lever la tête alors qu’une pression changea la trajectoire de l’objet volant pour l’empêcher de la toucher. C’est à ce même moment qu’une main empoigna l’épaule de la petite blonde. Si elle tenta de se défendre, les doigts retenant son épaule se resserrèrent sur un muscle à la jonction de son petit cou et de son trapèze en la faisant se crisper légèrement. Avant qu’elle ne puisse localiser la douleur précise, une autre main l’attrapa avec une maîtrise totale et la retourna à la manière d’une prise de judo en soulevant son poids sans trop de difficultés.

Une nouvelle pression sur l’un de ses muscles intercostaux l’empêcha de se concentrer, avant que Lily ne fussent finalement plaquée au sol en un éclair, deux doigts contre sa nuque et une autre main lui maintenant le poignet. Celle-ci tourna la tête pour voir des cheveux roses ballotés par le vent et des cils délicats froncés dans sa direction. En un temps record, Ishika avait réussie à la maîtriser en couplant le contrôle de sa Clairvoyance en localisant les muscles de la jeune fille et les techniques de self-defense de Judgment afin de mettre hors d’état de nuire la jeune fille. Ishika savait que si la petite était capable de supprimer l’air et de maîtriser deux membres d’Anti-Skill à mi distance, cela risquait peut-être de ne pas être assez, mais elle avait confiance dans le fait que la jeune fille ne tenterait pas directement d’atteindre à sa vie, en plus de la menace de ses doigts sur les muscles de la petite blonde.

« Dark Side, m’utiliser… Je ne sais pas trop ce que tu veux dire, mais je ne te laisserais pas blesser quelqu’un. Si tu veux m’expliquer tout cela, alors fait-le, mais tant que tu es en position d’attaque envers mes camarades, alors je ne peux pas te considérer comme autre chose que comme une menace ! »


« Non, Ishika, c’est- »


Mais avant qu’Akutoku ne puisse se faire remarquer de la membre de Judgment, un tissu se posa sur sa bouche, alors que la main du scientifique à lunettes derrière elle ne l’empoigne pour la maintenir contre lui. Après un instant de lutte pour se dégager, la jeune fille ferma finalement les yeux en perdant connaissance, alors que le scientifique ne la récupère doucement avant qu’elle ne s’écroule, aidé par les deux autres hommes en blouse blanche derrière lui. L’un d’eux tourna la tête vers la gauche pour voir que Moguzo ne semblait pas vraiment faire attention à Anti-Skill mais se préparer déjà à les abattre en les voyant emporter Akutoku.

« M-merde !! Qu’est ce que fait Moriyama bon sang, on va se faire- »

Une rafale de balles fit fermer les yeux et lever les épaules à l’homme un peu bouffi en blanc qui venait de prononcer ses mots. Mais en relevant la tête, il remarqua que la volée de balles n’étaient pas celle du mercenaire. De multiples munitions avaient été tirées d’en haut, fracturant légèrement le sol autour de celui-ci en lui laissant une trace rouge sur le bras. Un bruit d’hélices fendant l’air se fit entendre au dessus du champ de bataille que formait le pont, faisant lever la tête à Ishika et Anti-Skill. Quatre drones blancs munis de ce qui semblait être des petites tourelles mitrailleuses amovible venaient de viser en direction de celui-ci dans un vol stationnaire à 30 mètres du sol. L’une d’elle se détacha du groupe et revint piquer légèrement vers le sol en crachant une volée de balles perforantes dans la direction du mercenaire qui réussit dans un déclic à en abattre un qui tourna un instant dans les airs avant de s’écraser derrière les lignes d’Anti-Skill.

Les scientifiques profitèrent de cet instant de distraction pour emporter Akutoku dans la camionnette blanche et fermer la porte coulissante, démarrant l’engin sous le regard totalement perdu d’Ishika.

« …Non… Qu’est ce que… ? »



♦ ♦ ♦


« Ahah, j’ai bien fait d’approcher Hornet-4. Je me demandais si il était du genre à viser juste comme le disait les infos. Ce vieux est bon ! Raison de plus pour passer à la deuxième phase du plan, gnom. »

L’adolescente cligna des yeux et tira avec ses dents pour arracher la dernière boulette de riz sucrée en appuyant sur une nouvelle série de touches, enclenchant une nouvelle fonctionnalités chez deux engins en vol stationnaire.
« Pfouahaha, c’est quoi ces jouets ? Ses modèles sont ul-tra-dé-mo-dés. Je sais pas ce qu’elle essaye de faire, mais elle à l’air sacrément pressée. Tu permets , je t’emprunte ça… »

Les drones se posèrent finalement sur les boitiers noirs fixés pendant un temps par leurs caméras, avant de déployer de nouveaux appendices mécaniques en se fixant aux machines. Une fois plantés sur les leurres d’Azami, une petite minute suffit à Nonoka pour les hacker et faire apparaître de nouvelles interfaces sur ses écrans. Elle émit un petit sourire et joua de sa souris, avant de changer l’orientation des lasers pour les pointer sur de nouvelles cibles. Les points rouges des boitiers noirs se dirigèrent chacun sur Endo, comme si de multiples sniper le prenait en joue.

« Je retire ce que j’ai dis, c’est peut-être les derniers modèles… De toute façon, il n’y a pas grand-chose qui puisse résister à mes logiciels de hacking. Ouaaais… Ils sont sacrements frais. J’ai bien fait de les réquisitionner ! En parlant de réquisition… C’est Azami, pas vrai ? »

L’adolescente croqua sur le bâton en souriant, regardant l’image qui s’agrandissait sur son écran. L’une des caméras d’un drone commença à faire la mise au point sur le visage qui semblait pris au dépourvu de la jeune fille aux cheveux noirs portant le fusil sniper, alors que celui-ci se pencha sur le côté pour prendre un autre angle de vue, pendant que trois autres drones ne commencèrent à suivre la même ligne.

« Aaaah ! Je sens que je vais m’amuser, avec toi… Casser du mercenaire trop confiant avec mes bijoux, c’est mon sport favoris ! Hornet-5, 6,7 et 9, en mouvement ! »

Avant même qu’Azami ne puisse se lever, la jeune fille derrière l’écran ferma les dents sur le bâton dans sa bouche en appuyant sur le bouton entrée. Une volée de balles fusèrent en tout sens autour de la jeune fille, la blessant sûrement à plusieurs endroits. L’un des drones fusa vers le bâtiment et lâcha un genre de petit dispositif qui tomba proche de la jeune femme. Malgré sa manœuvre d’évitement, l’objet n’explosa pas et lâcha à la place une onde de choc électromagnétique en bousillant tout l’équipement électronique qu’elle pouvait avoir sur elle. Une volée de balle perforantes déchira le béton proche de la jeune femme là où elle s’était placée après sa manœuvre d’évitement, comme si la distance de son saut avait été calculée pour cette deuxième attaque éclair.

« Ahahaha !! Voilà ce qui arrive quand on touche à des forces qui nous dépasse ! Retenez la leçon dans votre autre vie, les loosers ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 18
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Dim 28 Mai - 21:23

Alors qu’elle venait de repousser deux agents d’Anti-Skill à l’aide de deux plateformes  rectangulaires verticales, Lily se fit littéralement retourner avant de se retrouver sur le sol, une jeune fille aux cheveux roses la maitrisant après l’avoir quelque peu maltraitée.

« Dark Side, m’utiliser… Je ne sais pas trop ce que tu veux dire, mais je ne te laisserais pas blesser quelqu’un. Si tu veux m’expliquer tout cela, alors fait-le, mais tant que tu es en position d’attaque envers mes camarades, alors je ne peux pas te considérer comme autre chose que comme une menace ! »

« Iteeee, c’est pas super agréable ! Oh… tu es jolie onee-chan ! J’aime beaucoup tes cheveux. »


La fillette fronça légèrement les sourcils en regardant Ishika, des mèches roses lui tombant sur le visage.

[Tch, si elle était intervenue deux secondes plus tard, l’autre taré serait inconscient. Bah, c’est pas comme si il pouvait faire grand-chose mais quand même.]

La petite blonde soupira.

« Ces t- »

Un bruit de mitrailleuse se fit entendre, coupant Lily dans sa phrase et lui faisant tourner la tête vers Muguzo. Le mercenaire grimaça en faisant quelques pas en arrière puis tira une rafale par pur réflexe vers la chose qui lui fonçait dessus depuis les airs.

« P’tain, mon employeur est une petite fille et je me fais trouer par un jouet télécommandé pour enfant aussi armé qu’un soldat. J’espère vraiment que la paye en vaut la peine, c’est le moment de prendre sa retraite ! »

La camionnette contre laquelle il venait de s’adosser pour se mettre à couvert démarra en trombe, provoquant un hoquet de surprise chez le vétéran. Avant que quatre lasers ne viennent converger vers son torse.

« Qu’est ce que c’est que ce bordeeel ?! » hurla-t-il avant de se jeter sur le sol pour effectuer une roulade d’évitement.

« …Non… Qu’est ce que… ? »

Lily serra les dents en voyant la camionnette partir à toute vitesse, se mettant à gigoter en criant, visiblement en colère.

« Rhaa espèce d’imbécile ! Qu’est ce que tu fous à danser comme ça ?! C’est des faux ! Et pousse toi de là toi, tu pèses trois tonnes ! » ajouta-telle dans la foulée à l’attention d’Ishika.

Joignant le geste à la parole, la jeune esper créa un petit mur rectangulaire dans le petit espace qui la séparait du corps d’Ishika pour se procurer plus d’espace pour bouger. Arrivant enfin à récupérer une marge de manœuvre, elle profita du fait qu’Ishika soit distraite pour se dégager et la repousser en arrière.

[Oops, on oublie les manières de lady, restons concentrée.]

« Ishika-san, on va avoir besoin de ton aide pour sauver Akutoku. »




L’œil collé à sa lunette et entièrement focalisée sur ce qui se passait se le pont, Azami n’avait pas remarqué les drones qui s’étaient rapprochée d’elle et qui avaient piraté ses leurres. Elle ne les avait remarqués que trop tard, lorsque leurs tirs fusaient déjà dans tous les sens, comme des centaines d’attaques mortelles. Lorsqu’elle avait voulu en abattre un qui s’était rapidement rapproché, le drone avait brusquement changé de trajectoire en lâchant un petit objet.

« Une grenade ! » s’était-elle écriée, se jetant se le coté et se couvrant la tête tandis que les balles fusaient de nouveau tout autour d’elle. Mais l’impulsion électromagnétique que provoqua l’objet lui fit comprendre qu’elle s’était trompée, et que son équipement était fichu.

Soudain, ses oreillettes ne diffusèrent plus rien d’autre qu’un bip continu et très désagréable, elle les arracha immédiatement en grimaçant avant de rouler sur le côté pour éviter une nouvelle volée de balles. Ses mouvements étaient devenus lents et difficiles. Ce que ces gants pouvaient être lourds une fois hors d’usage… ses bottes et ses nombreux projectiles et gadgets étaient tous ko, le toit sur lequel elle se trouvait était devenu un véritable enfer. Les balles déchiquetaient tout sur leur passage, de nombreuses égratignures recouvraient le corps de la jeune femme, laissant s’écouler son sang de part et d’autre. Un nuage de poussière avait fini par se créer autour d’Azami , interrompant brièvement la pluie de balles continue infligée au sommet du bâtiment. Si elle ne voyait plus rien, les drones non plus ne la voyaient plus. Momentanément du moins, s’ils étaient équipés de capteurs thermiques elle devait agir très vite.

« Vous… vous êtes qui… exactement ? » articula-t-elle péniblement, un œil fermé et ses mains fouillant sa ceinture, toujours accroupie.

« Probablement des meurtriers, encore des saletés de monstres sans âme qui tuent sans distinction. Vous me dégoutez. Mais par chance, vos petits jouets ne visent pas très bien et vos IEM sont un peu pourries. » La jeune fille avait ricané en prononçant sa dernière phrase, elle ajouta après quelques secondes, alors que le nuage de poussière commençait à se dissiper :

« Parce que vous voyez, mes jouets à moi marchent toujours ! »


Azami s’élança, elle lança trois petites sphères dans les airs alors qu’elle sortait du nuage gris épais en courant, penchée en avant. Elle avait plus ou moins pu situer la position des drones autour d’elle et avait ajusté ses lancés en conséquence. Mais ses sphères n’exploseraient ni ne produiraient de décharges électriques, c’était un simple bluff. Elle ignorait si son ennemi tomberait dans le panneau mais de toute façon, elle n’avait pas le temps d’y penser d’avantage. La jeune fille tira quelque chose de sa ceinture alors qu’elle se rapprochait à grande vitesse du bord du toit. Si la majorité de son équipement avait en effet grillé, une partie de son attirail était exclusivement mécanique et ne nécessitait aucun circuit imprimé ou apport en électricité. Arrivant au bord de l’immeuble, Azami sauta en se retournant, plantant un crochet dans la bordure intérieure du muret qui entourait le toit.

Elle tombait, la jeune fille avait sauté d’une hauteur se situant entre soixante et cent mètres avec pour seule sécurité un câble dont l’épaisseur n’excédait pas celle d’une brosse à dent émergeant de sa ceinture, accroché au rebord d’un toit réduit en miette par d’innombrables tirs perforants. Si le câble ou le crochet planté dans le muret lâchaient, elle perdrait la vie à coup sûr. De même, le câble tressé se déroulait à toute vitesse de sa ceinture et le mécanisme d’arrêt ne lui permettrait pas de s’arrêter comme elle le voudrait puisqu’une balle avait partiellement ouvert l’épaisse ceinture de métal, découvrant le mécanisme caché à l’intérieur en le rendant partiellement inutilisable par la même occasion. Son arrêt –si arrêt il y avait- serait donc brutal et il n’y avait plus qu’à prier pour que la longueur du câble l’arrête en face d’une fenêtre et non pas du mur. Soudain, alors que la jeune fille réfléchissait à tout ça en tombant en arrière, bras et jambes écartés et la tête en face du ciel, le déroulement du câble se stoppa net, lui coupant le souffle et lui arrachant un cri de douleur. Les lanières du baudrier camouflé sous ses vêtements s’enfoncèrent brutalement dans ses cuisses et sa peau en l’arrêtant. Pourtant, il semblait qu’une bonne étoile veillait sur la jeune fille car tandis qu’elle se tenait au câble désormais aussi raide qu’une barre en métal, elle fonçait droit vers un morceau de la façade du mur qui était percé d’une fenêtre. Jambes levées et pieds joints en avant, Azami traversa la fenêtre dans un bruit de verre volant en éclat puis s’écroula sur le sol du couloir, entre les escaliers permettant soit de descendre à l’étage inférieur soit de monter au suivant.

« Argkh… »

La jeune fille aux cheveux noirs roula contre le mur et se recroquevilla sur elle-même, les avants bras plaqués sur les oreilles, juste en dessous de la fenêtre tandis que déjà des tirs provenant de l’extérieur terminaient de détruire la fenêtre et de perforer le mur tout autour. Le câble de sa ceinture avait lâché au moment où elle avait atterrit sur le sol carrelagé. Ses gants et ses bottes étaient toujours hors service, leurs batteries avaient probablement lâchées. Maintenant non seulement les objets accrochés dessus étaient inutilisables mais également sa ceinture elle-même et chaque parcelle de son corps la faisait atrocement souffrir. Lorsqu’elle tombait et même avant ça, lorsqu’elle avait sauté du toit, les drones avaient continué de faire feu, c’était un miracle qu’il n’y ait aucune balle logée dans son corps. Ou bien peut-être qu’il y en avait déjà une ou deux ? C’était fort possible au vu la douleur qu’elle ressentait à la cuisse droite et sur son côté. Son épaule gauche et son bras droit étaient couverts de sang et tout le reste de son corps était couvert d’égratignures, coupures et ecchymoses en tout genre. Allongée contre le sol, le dos plaqué contre le mur, la jeune fille descendit sa main jusqu’au holster à sa cuisse pour en tirer une arme à feu. Elle avait perdu son sniper sur le toit. Outre ses deux pistolets noirs, il ne lui restait guère autre chose que ses lentilles qui venaient de se réactiver, la plongeant dans un univers de réalité augmentée en lui affichant diverses informations dans son champ de vision. Elle regarda le Colt M1911 noir dans sa main droite.

« Va falloir se débrouiller pour survivre, hein. »




***




Descendant du ciel tout en avançant comme s'il était sur une plateforme mouvante invisible, un jeune homme à l’air fatigué arriva au niveau d’un Moguzo un peu désemparé, un bras tendu vers l’avant, en direction de la camionnette blanche qui s’éloignait déjà au milieu des fourgons d’Anti-Skill.

Rangeant son téléphone dans sa poche avec sa main droite, Eitarō réactiva son pouvoir devant lui, faisant brusquement freiner la camionnette  qui avançait toujours petit à petit, ses pneus crissant contre le sol en produisant de la fumée à cause des frottements.

« Je viens d’avoir un appel important, ma paye est plus que doublée si je ramène cette fille. » Il sourit légèrement, dévoilant un peu ses dents d’un blanc immaculé. « Vu les sommes d’argent je considère que ça vaut le coup de tenter une deuxième capture, désolé pour vous. »

Faisant un mouvement vers la droite avec son bras, il dévia les armes des agents d’Anti-Skill dans la même direction sans les arracher de leurs mains comme la première fois et bloqua leur position. Il s’avança de quelques pas en direction de la camionnette sous les yeux de Moguzo qui ne semblait pas vouloir le tenir en joue après l’avoir vu à l’œuvre une première fois. Les deux bras tendus en avant, il exerça une puissante force magnétique sur le fourgon qui commença à grincer. Cependant, quelque chose attira l’attention du jeune homme, des rotors. Juste avant que l’un des drones ne se mette à tirer, Eitarō concentra son pouvoir sur l’une des portières arrière de la camionnette, l’arrachant de ses gonds et lui faisant parcourir les quelques mètres qui le séparait d’elle en moins d’une seconde pour accueillir la rafale de balles perforantes.

« Ne me gêne pas. »


Tendant de nouveau les deux bras en avant mais en gardant un contrôle sur la portière qui flottait à côté de lui comme un bouclier, l’esper aux cheveux verts calcula une puissante force de poussée vers le bas au niveau de la camionnette. Les vitres explosèrent d’abord, puis les pneus également, enfin, ce qui restait des roues se tordit vers l’extérieur, rendant tout déplacement impossible. Dans un crissement métallique, les parois de la camionnette ainsi que le toit se détachèrent les uns des autres pour ne laisser que le sol du véhicule, le reste convergeant autour de l’esper qui tourna la tête en direction des drones derrière lui dans les airs.

« A environ quarante mètres hein ? Je ne sais pas si tu es particulièrement bien informé ou juste très prudent mais si tu penses que ces petits engins vont me gêner tu te trompes. »

Un rapide coup d’œil vers la porte qui lui avait servit de bouclier lui fit lever un sourcil puis lever les yeux vers l’une des caméras qu’il transperça du regard.

« On aurait pas déjà travaillé ensemble ? Pas que j’aurais des remords à casser tes drones, ils sont assez bruyants, mais j’ai connu quelqu’un qui utilisait des méthodes similaires pour travailler. »

Tandis que l’une des parois blanche lévitant à côté de lui se déchirait en deux dans un autre crissement métallique, il reprit la parole, un léger rictus sur les lèvres.

« Bah, de toute façon ma paye est trop bonne pour que je laisse ces gadgets me tourner autour avec leur attirail. »

Les deux parties rectangulaires de la paroi blanche se mirent soudain à tournoyer et fendirent les airs en direction de deux drones à haute vitesse. Si les drones eux-mêmes étaient trop hauts pour qu’il puisse les manipuler par magnétisme, un projectile ayant gagné de l’énergie cinétique pouvait les atteindre. Cependant, les deux drones évitèrent les rectangles métalliques aisément, trop aisément même.

« Je déteste qu’on me gêne, mais il va visiblement falloir que je mette la main à la pâte plus sérieusement. »

Un morceau de paroi descendit au niveau du sol avant qu’Eitaro ne monte dessus, les mains plongées dans ses poches. Les plaques métalliques dans ses semelles s’aimantèrent contre la paroi qui s’éleva lentement dans les airs, en même temps que les autres morceaux de la camionnette qui lévitaient autour de lui à la manière de multiples boucliers de métal, couvrant ses angles morts et son dos sans obstruer son champ de vision.

Bientôt arrivé au niveau d’altitude des drones, Eitarō les regardait d’un air hautain, les mains toujours dans les poches. Son regard se posa sur le drone central, quelques mètres devant lui. Il gardait un air impassible, indéchiffrable. Soudain, quelque chose fonça sur le drone à droite de celui que fixait l’esper, lui détruisant un rotor seulement grâce à la manœuvre d’évitement de l’appareil. La vitesse de réaction de l’engin était stupéfiante, malgré la vitesse de projection de la barre métallique, le drone avait pu esquiver in extremis et avait pu éviter de se faire empaler par l’attaque surprise d’Eitarō. Il avait concentré son regard sur le drone central pour leurrer leur pilote et pourtant il n’avait pas réussi à détruire l’autre drone du premier coup en le transperçant. Ce n’était pas seulement le système, la personne qui pilotait ces engins à distance était très douée. Eitarō pencha très légèrement la tête sur le côté, sans quitter la caméra du drone central des yeux. Si un projectile plus fin et plus petit était plus rapide et facile à manier, une fois endommagés les drones ne pourraient plus faire grand-chose pour esquiver ses attaques, même si il fallait se méfier de ces mitraillettes extrêmement puissantes. L’un des boucliers qui lévitait autour du jeune homme s’éloigna de lui en se séparant en deux en direction du drone endommagé. C’était un test pour les deux adversaires. Pour jauger la puissance de chacun. Les deux plaques métalliques entourèrent le drone qui avait plus ou moins réussi à se stabiliser puis foncèrent simultanément sur lui, l’écrasant d’un seul coup en se collant l’une contre l’autre.

Eitarō regarda rapidement ses deux plaques qui se décollèrent l’une de l’autre pour laisser tomber du métal et du plastique écrasé avant de reposer son regard sur le même drone tandis que ses plaque revenaient vers lui pour compléter son bouclier.

« Bien, devrions nous commencer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 18
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Mar 30 Mai - 0:57

Les doigts de la jeune fille courraient sur son clavier. Ses yeux quand à eux sautaient de gauche à droite puis en bas et en haut sur les quatre écrans qui l’entourait dans le noir de la fourgonnette. Le scientifique assigné au véhicule la regardait faire en restant silencieux. Il était vrai que les esper de très haut niveaux et aux pouvoirs flamboyants étaient sacrément impressionnant, mais ce genre de capacités là l’étaient tout autant. La quantité d’information que le cerveau de Nonoka était capable d’assimiler et de développer en même temps était incalculable. Son cerveau avait été transformé en un espèce de superordinateur quantique pour lequel un amas de donnés en 2D apparaissant sur l’écran était instantanément permuté en informations en trois dimensions.


« Heee, elle est rapide. Ça la sauvera pas ceci dit. »


« Vous… vous êtes qui… exactement ? »

La vision thermique des deux drones poursuivant  Azami mirent un instant à s’activer, alors que les capteurs avaient déjà triangulés sa position grâce à sa voix et ses battements de cœur, après une fraction de seconde presque infime qui fit rouspéter Nonoka, qui semblait ressentir cette durée comme si elle équivalait à une minute. Sans même regarder sa main, elle attrapa sa boisson gazeuse et tira sur la paille avec ses lèvres pour aspirer le liquide chimique. Le scientifique derrière elle s’avança rapidement avec une nouvelle boîte en plastique remplie de brochettes de Dango. Le cerveau de l’adolescente travaillait tellement qu’il fallait l’alimenter avec de grosses quantités de sucre afin qu’elle puisse être au maximum de ses capacités.

« Probablement des meurtriers, encore des saletés de monstres sans âme qui tuent sans distinction. Vous me dégoutez. Mais par chance, vos petits jouets ne visent pas très bien et vos IEM sont un peu pourries. »


« … ? »



« Parce que vous voyez, mes jouets à moi marchent toujours ! »


Nonoka cligna des yeux en calculant une manœuvre d’évitement après que les capteurs de ses drones avaient détectés les projectiles. Elle savait très bien que sa décharge IEM avait fait le travail mais elle n’était pas totalement sûr de l’équipement que possédait la tireuse sniper. Des explosifs non électroniques comme des grenades étaient le genre d’armes auquel la jeune femme avait pensé. Dans tout les cas, même si c’était un bluff ça ne parviendrait pas vraiment à détourner son attention, étant donné qu’après avoir été lock sur une cible, les drones Hornet l’aurait poursuivit même si elle se déplaçait en usant de la 11ème dimension. C’était du matériel anti-esper par excellence et elle n’avait aucun doute que le combat serait rapidement terminé. Cependant, elle n’imaginait pas qu’elle allait sauter par la fenêtre.


« … Olooo. »


Les sulfateuses des drônes chauffèrent en un instant en criblant le trajet de leurs proie d’impacts profonds, les éclats de béton faisant parfait office de projectiles tranchant pour la blesser sur son chemin. Hornet 5, 6 et 7 localisèrent en un instant le bruit produit par la vitre volant en éclat alors qu’ils étaient déjà devant le cadre de celle-ci. Nonoka sifflota en appuyant sur un bouton, déchaussant les bords de la fenêtre, avant d’entamer de déchiqueter le murs à coups de balles perforantes projetées à la vitesse du son. Les rotor de ses drones faisaient écho dans la pièce en béton, leurs ombres passant sur le murs alors qu’ils déchargeaient de nouveau leurs chargeurs contre une zone précise du mur.

« Battements de cœurs… Détectés. Hop, Localisé. Bonne tactique en tout cas ! Mais ça fera que ralentir ta mort, tu sais ? Enfin, t’as raison, « Azami-san »… Tant qu’on y est, rendons ça le plus fun possible ! »



***



« Ishika-san, on va avoir besoin de ton aide pour sauver Akutoku. »

{{ He… Heiiin ? Alors, elle était bien du côté de Judgment … ? Argh, et dire que je l’ai prise pour une adversaire… Non attends, ce n’est pas le moment de m’empêtrer avec ça… Plus important, qu’est ce que c’est que ses robots pistolet ?! Ce n’est pas les renforts demandés par Anti-Skill, si ?- }}
« Huu ? »


Ishika suivait du regard le nouvel arrivant passer à côté du mercenaire et devant Anti-Skill, après avoir été repoussée par la petite fille blonde sans ménagement –elle semblait ne plus trop y faire attention-. L’adolescente aux mèches roses tourna enfin son regard vers la camionnette blanche qui avait emportée Akutoku. Elle semblait avoir été bloquée dans son avancée, comme si une force d’attraction la tirait vers eux. Les pneus patinaient sur la piste sans faire avancer le véhicule, chauffant l’asphalte. La membre de Judgment mis un petit instant avant de comprendre que c’était sous l’effet du nouvel arrivant, le visage tourné vers le mercenaire portant le nom de Moguzo.

« Je viens d’avoir un appel important, ma paye est plus que doublée si je ramène cette fille… Vu les sommes d’argent je considère que ça vaut le coup de tenter une deuxième capture, désolé pour vous. »

Les membres d’Anti-Skill levèrent leurs armes par réflexes, avant qu’ils ne se firent mettre hors d’état de nuire en un éclair par le pouvoir du jeune homme. Déjà, il s’apprêtait de nouveau à attirer le véhicule vers lui, mais c’était sans les tirs de mitrailleuses venant d’en haut, faisant lever les bras en croix à Ishika, surprise une deuxième fois par les tirs de munitions perforantes venu du ciel.

« Haaaa ! »

Pendant qu’Anti-Skill, désarmé, tentait de rapatrier les trois blessés, Nakayama suivait les drônes du regard, un œil fermé à cause de la douleur, et pourtant, il souriait. Si Nonoka avait pris en charge la suite avec tout son matériel, alors ça voulait dire que la partie était déjà finis, même cet esper au pouvoir magnétique n’avait aucune chance. Mais lui et Ishika se mirent à changer d’expression en voyant la silhouette non loin se remettre à agir. Visiblement, c’était  l’esper aux cheveux verts que l’un des drones dont la carcasse était affublé d’un petit « 10 » avait visé, mais il avait raté sa cible.

« Ne me gêne pas. »






***





« Donc tu t’es finalement décidé à ramener ta frimousse, Eitarō Kimura-san. Heeeerk… Il pleut des level 4 en ce moment, c’est une véritable infection… »


Derrière son écran, Nonoka agrandissait le feedback renvoyé par la caméra d’Hornet 10, clignant des yeux d’un air peu impressionné en direction de l’esper qui semblait pourtant aisément pouvoir rapatrier Akutoku tout en se protégeant des tirs des sulfateuses embarqués des drônes. Elle activa d’un doigt la réception audio tout en manipulant ses drones dans le bâtiment où se trouvait Azami en même temps, déchirant les murs en la poursuivant, évitant ses tirs à l’arme de poing sans aucune difficultés.

« A environ quarante mètres hein ? Je ne sais pas si tu es particulièrement bien informé ou juste très prudent mais si tu penses que ces petits engins vont me gêner tu te trompes. »

« On aurait pas déjà travaillé ensemble ? Pas que j’aurais des remords à casser tes drones, ils sont assez bruyants, mais j’ai connu quelqu’un qui utilisait des méthodes similaires pour travailler. »

Nonoka articula un sourire en suçotant les restes sur le bâtonnet en bois de la brochette qu’elle avait dans la bouche, le zoom de l’un de ses écrans totalement pris par le visage d’Eitaro, pendant que celui-ci projetait les parties de la portière en métal sur son drône. Un simple tour sur le côté et un contrebalancement de la dérive pour stabiliser de nouveau Hornet 10, et celui-ci était de nouveau comme neuf. L’adolescente passa son regard sur les zones où se trouvaient les autres unités Hornet avant de suivre du regard l’esper qui s’élevait dans les airs. Son visage stoïque sur l’écran de gauche souleva de nouveau une petit sourire à la jeune fille qui s’attaquait à sa dernière brochette de sucreries.

« T’es vachement confiant dis donc… Ce regard imperturbable… C’est l’armature en métal des unités Hornet qui te rend si sûr de toi ? Évidemment que tu les as déjà vu… Mais ici c’est la dernière version avec tout les programmes que j’ai ajouté là, pas les jouets traceurs que j’ai prêté au organisations du Dark Side… Et cette fois on dirait bien que mes armes sont tournées vers toi ! Ahah, alors sourit un peu, compris, Onii-san ? »


La jeune fille aux cheveux verts plus foncés que ceux d’Eitaro vint se gratter le cou en voyant Hornet 11 se faire déstabiliser. Elle avait mis une mili seconde de plus à envisager les possibilités, et visiblement ce coup surprise avait réussis à passer. Elle enclencha un autre système de backup pour faire en sorte de compenser la perte d’un rotor, faisant tout pour qu’ Hornet 11 soit stabilisé le plus possible en usant un peu plus de la batterie sur les capteurs environnementaux avant que celui-ci ne se fasse écraser entre deux pièces de métal par l’effet du pouvoir du jeune homme. Nonoka émit un rictus tinté d’une fausse amertume comme si Kimura pouvait la voir, pendait qu’elle faisait tourner et retourner Hornet 10 autour de lui en tirant sur ses boucliers volants.


« Argh, et il fallait que tu bousilles Hornet 11 ! Il avait encore pleins de balles… Tu sais que c’est difficile à construire, ses drônes de combat anti-esper… »


« …Ahah, just kidding. »


ambiance:
 


Hornet 11, en morceaux, explosa violemment dans les airs en transformant le plastique brûlé et le métal chauffé en une véritable vague d’énergie assez forte pour lever les cheveux d’Eitaro, pendant que de l’autre côté, un drone abattu par Azami à l’aide de son pistolet déclencha la même explosion en envoyant la sniper valdinguer au loin sans trop la blesser. Un sourire démoniaque s’étira sur le visage de Nonoka, alors que l’ombre de ses cheveux ne rende rapidement son visage encore plus effrayant. D’un nouveau jeu de touche, elle activa un programme qui apparu en une petite fenêtre sur tout ses écrans à la fois, affublé du sigle « DART ». Une lumière rouge clignotante s’activa sur tout ses drones actifs, avant qu’elle n’appuie sur le bouton entrée.

« Tu pensais vraiment que j’aurais pris autant de risques si mon équipement était aussi important ? Les drones Hornet sont fabriquable en série et ont un coût de production plus qu’insignifiant. La vrai technologie se trouve entièrement dans les programmes installés sur mes ordinateurs. »


Ishika, loin du combat entre Eitaro et les drônes de Nonoka, cligna des yeux en voyant le drone abattu par Moguzo, lui aussi clignoter d’une lueur rougeâtre.


« Le système « DART ». Si les Hornets ont des capteurs et des priorités d’intégrité physiques aussi importante, c’est pour les rendre plus efficaces et mortelles, mais aussi pour cacher leur véritable  atout. Si ils fonçaient tout simplement sur leurs cibles, ce serait plutôt facile à deviner non ? »


Le bruit d’un système de câbles et de bras articulés se fit entendre alors qu’un drone silencieux se posa sur le bras d’Ishika. Celle-ci, totalement pris au dépourvu, observa le drone affublé du numéro « 12 » s’accrocher à son avant bras doucement et se plaquer contre sa peau avant d’arrêter de bouger. Les deux membres d’Anti-Skill qui portaient Haruhiro se crispèrent alors qu’Hornet 10 s’accrochait à son épaule. La membre de Judgment tenta de retirer le drone de son bras sans succès, avant de voir que Moguzo aussi avait été accroché au niveau de l’épaule par le drône numéro 4 qu’il avait réussit à abattre plus tôt, et qui lâchait encore quelques grésillements électroniques.Une femme membre d’Anti-Skill s’esclaffa de surprise elle aussi quand un drône accrocha les bras articulés qu’il avait déployé sur son crâne. Après un instant, Nonoka appuya sur une nouvelle touche en faisant se lever les sulfateuses des drones accrochés aux gens, qui se mirent à tirer en direction d’Eitaro des salves de balles sans interruptions sans que les victimes qui y étaient enchaînées ne puissent faire quoi que ce soit.


« Les charges IEM dont sont équipés les Hornets ne sont pas faites que pour le brouillage… Si elles se déclenchent trop proche du moteurs et des circuits principaux, ça créé une réaction en chaîne en transférant la chaleur dans la partie plastique de l’armature. En clair, les Hornets… Sont fait pour être disposés entièrement une fois avoir été mis HS... En se transformants en bombes. »



« Azami-san, Kimura-san, vous tous … On dirait bien que vous avez réussit à éviter les explosions… Mais qu’est ce que vous allez faire pour les autres ? Essayez de les endommager, et ils exploseront en tuant leurs cibles, n’en faites rien et ils auront leurs mitrailleuses braquées sur vous !! »


Le scientifique derrière Nonoka enfouit ses mains dans ses poches en se penchant un peu sur le côté, l’écoutant parler dans son micro malgré le fait que personne ne l’entendait. Il savait depuis le début que ça allait se terminer et comme ça, mais son attitude semblait démontrer que ça ne contrecarrait en rien les plans de bases de son organisation. Nonoka quand à elle continuait de jubiler en serrant les dents sur son bâtonnet de Dango.


« Dommages collatéraux, innocents abattus ? Qu’est ce que vous pouvez y faire ? Vous faites partie du Dark Side, pas vrai, hahahaha !! Esper de niveau 2, 3, 4, 5… Cachez-vous derrière les numéros que vous voulez, au final vous n’êtes que des humains ! Et ses armes sont entièrement basées sur le fait de tuer, alors allez-y, démenez-vous ! Ici, les prédateurs se mangent entre eux… Et ceux qui ne peuvent pas suivre meurt ! C’est la loi de la jungle ! »


Les scientifiques qui portaient Akutoku s’échappèrent du véhicule à grande vitesse vers le tunnel bouclé par Anti-Skill en regardant vers le haut en direction d’Eitaro, qui se faisait tirer dessus à répétitions par les armes de guerre de Nonoka. Dans l’esprit de Nakayama, qui se forçait à sourire malgré le grand nombre de bombes potentielles autour de lui, c’en était totalement finis. C’était dommage d’en arriver à de telles extrémités, mais les opposants au Bloc l’avait bien cherché, en continuant de faire front à l’unisson. C’était tôt ou tard que ce genre de mesures devaient être prises. Il finit par regarder, comme Lily, vers Ishika qui semblait tout de même plutôt calme, malgré le fait qu’elle avait déjà vu les drones exploser et que l’un d’eux était accroché à son bras.

« Mh, c’est embêtant ça… »

« Tsssk, Ishika, quelle imbécile… Toujours à sourire et à être surprise par tout et n’importe quoi… C’est tout de même dommage qu’elle finisse comme ça, il me semble qu’elle sortait avec cet imbécile d’Horikawa... Enfin bon… On dirait qu’elle ne comprend même pas qu’elle a une bombe accroché au bras, cette abrut- »

ambiance:
 

Et soudain, le visage de Nakayama se décomposa. Après avoir activé sa Clairvoyance pour voir à l’intérieur du robot, Ishika avait ouvert sur un compartiment supérieur du drone puis débranché deux câbles. Comme un insecte privé de ses ailes, le drone lâcha sa prise sur son bras et tomba au sol, inerte.

« Yosh ! »

La jeune fille aux cheveux roses inspira puis couru vers Lily pour s’assurer qu’il ne lui était rien arrivé. Après avoir rapidement vérifier qu’elle allait bien et avoir regardé derrière elle les blessés dont Haruhiro qui avait un drone d’accroché, elle serra le poing d’un air déterminé en levant la tête vers la petite fille aux cheveux blonds.

« Gomenasai ! Je ne savais pas du tout que tu étais du côté d’Akutoku ! Je vais t’aider, mais d’abord il faut absolument qu’on neutralise ses drones ! Je vais avoir besoin de ton aide, si tu veux bien. Je pense même que le pilote ne doit pas être loin pour qu’il puisse opérer avec autant d’efficacité. Il faut sécuriser tout le monde avant de tenter quoi que ce soit, Alors faisons-le ! Sauvons Akutoku Reitoko-chan ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruhiro Wilkowski

avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 18
Localisation : Quelque part à Gakuen Toshi, à une vitesse respectable. Bien sûr.

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Sam 3 Juin - 2:46

L’explosion du drone et le souffle de chaleur qui en suivit agrandirent un instant les yeux d’Eitarō tandis que ses cheveux étaient soufflés vers l’arrière et vers le haut. L’effet de surprise momentané fut vite oublié puisqu’il plissa les yeux en remarquant d’autres drones s’accrocher aux personnes au sol y compris Moguzo, l’assassin, une membre d’Anti-Skill et même la jeune fille qui faisait partie de Judgement.

L’esper réajusta la position de ses boucliers pour bloquer les balles arrivant de toutes les directions, les drones disposaient d’un stock important de munition et la puissance de ces dernières faisait qu’elles endommageaient sérieusement les morceaux de fourgon, obligeant le jeune homme à froisser le métal et à le plier pour que les plaques gardent une épaisseur suffisante. Une balle traversa cependant l’une des parois et vint se loger dans le bouclier d’en face, passant à seulement une dizaine de centimètres de la tête d’Eitarō, le faisant accélérer ses manipulations.

« Yokaro. »

L’esper sorti la main droite de sa poche et tendit les doigts, faisant taire d’un seul coup les mitrailleuses des deux drones à sa hauteur. Il replaça ses boucliers de façon à avoir un champ de vision dégagé tout en optimisant sa défense des côtés des tirs qui continuaient depuis le sol.

« Des bombes hein ? Tu prends des otages, mais en contrepartie tu sacrifies la mobilité de tes drones. Ça ne te pose pas de problème puisque je ne peux pas les blesser sans tuer les personnes auxquelles ils sont accrochés. Certes, mais si tu ne peux plus me toucher avec alors c’est inutile et je n’aurai qu’à attendre qu’il n’y ait plus de balles. Évidemment, tu pourrais menacer de faire exploser tes engins, ça serait une menace à prendre au sérieux si l’on veut éviter que ces personnes ne meurent. Très belle démonstration de force. »

Ecartant encore un peu les boucliers sur ses côtés, Eitarō tendit le bras vers le drone auquel il s’adressait pour communiquer avec son adversaire.

« Tu m’entends n’est-ce pas ? A mon tour de faire une démonstration à ta hauteur. »

Aussitôt qu’il eut finit sa phrase, les rotors du drone s’arrêtèrent d’un seul coup mais l’engin resta dans les airs, retenu par magnétisme. De petits cliquetis métalliques se firent entendre tandis que, petit à petit et de plus en plus vite, les vis, écrous et attaches se séparaient du corps principal du drone. Vinrent ensuite les plaques extérieures, qui laissèrent l’armature interne et le dispositif électro-informatique à l’air libre. Chaque pièce métallique se sépara des autres et s’éloigna du point central jusqu’à ce qu’il ne reste plus que des pièces détachées, comme en vue explosée à l’emplacement du drone.

« Mes calculs sont si puissants et précis que c’est comme si je contrôlais le métal en lui-même, alors même faire quelque chose comme ça, c’est trivial. »

Eitarō esquissa un large mais fin sourire en regardant les pièces métalliques qui flottaient dans les airs et s’adressa au drone à sa gauche.

« Je comprends mieux comment fonctionnent tes drones, c’est assez ingénieux. »

L’esper referma sa main en la tournant sur elle-même de façon à ce que sa paume soit vers le ciel, faisant craquer sa quatrième phalange en appuyant dessus avec son pouce.

Aussitôt, toute les pièces du drone désassemblé convergèrent et se concassèrent en un seul point central pour former une boule sombre de métal qui fut projetée au loin par magnétisme d’un mouvement de bras du level 4. Il plissa ensuite les yeux et posa son regard sur la caméra de l’engin restant.

« Les charges IEM de tes autres drones ne s’activeront plus, tu sais pourquoi ? C’est tout simple, j’ai fait la même chose que pour les mitraillettes. Il suffit de savoir comment fonctionne un objet pour bloquer un percuteur, par exemple. Manque de chance, il se trouve que ceux là sont en métal. Tu ne l’as peut-être pas remarqué mais notre altitude a baissé également, tous tes drones sont désormais dans mon rayon d’action, Nonoka-san. »

Eitarō fixait la caméra sans ciller pendant qu’il parlait. Au vu des talents de pilote et de la sophistication des engins, l’identité de son adversaire ne laissait plus de doute. Malgré cela, il ne savait pas si la jeune fille mordrait à l’hameçon, la vérité était que deux des drones étaient trop loin pour qu’il puisse agir sur eux. Moguzo ainsi que la membre d’Anti-Skill étaient hors de son rayon d’action et les drones qui s’étaient accrochés à eux pouvaient exploser à n’importe quel moment si Nonoka décidait de « tester » le blocage des percuteurs. L’esper aux pouvoirs magnétiques n’avait pas agit sur les mitrailleuses des drones au sol afin de leurrer son adversaire, ces dernières continuaient de tirer des balles dans ses boucliers de fortune qui rapetissaient de minute en minute.



« Gomenasai ! Je ne savais pas du tout que tu étais du côté d’Akutoku ! Je vais t’aider, mais d’abord il faut absolument qu’on neutralise ses drones ! Je vais avoir besoin de ton aide, si tu veux bien. Je pense même que le pilote ne doit pas être loin pour qu’il puisse opérer avec autant d’efficacité. Il faut sécuriser tout le monde avant de tenter quoi que ce soit, Alors faisons-le ! Sauvons Akutoku Reitoko-chan ! »

Lily regardait la jeune fille, la bouche entrouverte dans une grimace tordue et un sourcil levé.

« N-nani… ? »


L’adolescente s’était débarrassée du drone explosif en quelques secondes, sans même sembler inquiète ou paniquée un seul instant. Elle sortait d’où exactement celle là ?

« Hum… d’accord… je t’aime bien toi, tu es originale on peut dire… »

[ Insouciante au-delà du possible… ]


Un sourire en coin se forma sur les lèvres de la fillette blonde alors qu’elle se redressait, les mains sur les hanches.

« Ton pouvoir d’esper, c’est ce que tu as utilisé n’est-ce pas ? Sur moi et sur cette machine. Si je me base sur ce que j’ai vu, ça va nous être utile. Une localisation ou un genre de vision ciblée je pense. Si tu veux aider Akutoku alors on doit s’occuper de la personne qui pilote ces drones explosifs qui tirent dans tous les sens en premier lieu. »


Lily leva un pouce par-dessus son épaule, désignant Eitarō dans les airs un peu plus loin.

« Ce gars devrait pouvoir s’occuper des drones et nous offrir la diversion nécessaire, nous on va attaquer directement à la source, pour éviter que d’autres de ces engins ne débarquent. »


La fillette attrapa la main d’Ishika et se mit à courir, la tirant derrière elle en direction des multiples fourgons stationnés les uns derrière les autres. Derrière elles, la voix d’Eitarō retentit après un soupir de sa part.

« Enfin un adversaire qui en vaille la peine, c’est dommage que tu utilises des moyens détournés pour arriver à tes fins, j’aurais vraiment apprécié un affrontement en face à face avec toi, sans que tu ne te terres dans ton coin en te croyant à l’abri. »

Lily accéléra sa course, tenant toujours sa nouvelle acolyte par la main et fonçant en direction des fourgons maintenant à seulement quelques mètres devant elles.

« Ishika-san, je vais nous faire un chemin, fais moi confiance et pose le pied exactement là où je prends appuis ! » cria-t-elle en activant son pouvoir pour créer une passerelle carrée sous son pied, à quelques dizaines de centimètres du sol. Ses passerelles faisaient près de deux mètres carré mais étant totalement invisibles, il valait mieux que l’adolescente aux cheveux roses pose le pied là où il fallait sous peine de rater la plaque d’air ou d’en heurter le côté.

Powerful Theme:
 

De nouveau, la voix de l’esper aux cheveux verts se fit entendre dans leur dos, presque comme un rugissement cette fois tant elle devenait agressive.

« Je n’aime pas les morts inutiles, daga na… si tu m’y obliges, je devrais tuer tous les gens ici pour t’avoir !!! »

Eitarō sortit sa main gauche de sa poche et leva les bras au dessus de sa tête comme s’il tenait quelque chose de la taille d’une balle de handball entre les mains. Ses neuf boucliers furent éjectés de leurs positions d’un seul coup et la plaque qui lui servait de plateforme se pencha en avant et piqua une descente fulgurante vers le sol. A peine l’esper entama sa descente que le drone à sa gauche qui avait esquivé l’un de ses boucliers explosa dans les airs. Les balles des drones restants fusèrent droit vers le jeune homme qui fonçait vers le sol à pleine vitesse sans s’en préoccuper, il ne ressentit pas la douleur lorsque quelque chose lui déchira les vêtements et la peau au niveau de l’épaule gauche, projetant un filet de sang dans les airs. Le morceau de paroi métallique heurta le sol en premier dans un grand fracas métallique et se planta le goudron en projetant des petits morceaux noirs tout autour. Mais une fraction de seconde plus tard, une onde de choc balaya le pont, accompagnée de bruissements métalliques venant de tous les côtés. Les barrières se mirent à vibrer, les fourgons à se froisser comme si ils étaient en papier, leurs vitres explosèrent et ce jusqu’aux véhicules les plus éloignés. Le drone accroché à Haruhiro fut littéralement déchiré de ses bras articulés et projeté dans les airs où il explosa avec seulement un quart de seconde de retard, lui évitant à lui et aux membres d’Anti-Skill à ses côtés une mort certaine.
Juste à côté se tenait Eitarō, accroupi à côté de la plaque de métal plantée dans le sol qui avait été tordue vers la droite. Il avait les mains plaquées sur l’asphalte et surtout, il affichait un large sourire et de grands yeux aux pupilles rétractées au maximum.

« Une onde de choc magnétique à grande envergure, avec ça tu devrais réagir comme il se doit, n’est-ce pas ? J’espère vraiment que tu as mieux à m’offrir que tes misérables jouets. J’entends bien m’amuser jusqu’au bout avant de récupérer mon colis. »

Hey, b#tches:
 

Le téléphone dans la main de Lily s’écrasa sur lui-même en émettant des arcs électriques qui manquèrent de brûler l’oreille de la fillette qui pesta, coupée en plein milieu de sa phrase. Sans s’arrêter de courir au dessus de vide, Ishika au bout du bras, elle serra les dents et jeta le portable ailleurs puis cria pour couvrir les bruits de grincements métalliques des fourgons, juste sous ses pieds

« Vite ! Trouve la personne qui pilote ces drones, il a une case en moins ce type ! »



***



Azami posa une main sur le sol poussiéreux et froid en bas des marches. Elle avait été projetée dans les escaliers et avait heurté le mur en bas de ces derniers lorsque l’un des drones avait explosé juste après qu’elle l’ait touché, la prenant au dépourvu. Un gémissement douloureux sortit de la bouche de la jeune fille qui tentait péniblement de relever. Elle finit par s’adosser contre le mur sans parvenir à poser un pied au sol. Outre ses innombrables blessures, son côté lui faisait atrocement mal et sa cuisse la lançait tellement qu’elle se sentait sur le point de s’évanouir à n’importe quel moment. La seule chose qui la maintenait éveillée était l’adrénaline mêlée à l’envie de vivre. Non, elle ne voulait pas mourir. Pas ici, pas comme ça. Elle avait accepté de s’allier à Lily car elle se sentait coupable pour cette jeune fille de Judgement qui avait seulement quelques années de moins qu’elle, Chō Nakamura. Mais elle ne pouvait pas mourir ici, elle n’en avait pas le droit… elle avait encore tant de choses à faire, nettoyer cette cité de toutes ces mauvaises personnes, rendre l’environnement des étudiants meilleur… Pour cela elle avait accepté de vendre son âme au diable et de tuer, de vivre dans l’ombre. C’était sa mission. Oui, c’était cela, c’était sa mission, son devoir.

Azami ferma un œil et tira quelques balles vers le haut des escaliers pour faire reculer un drone qui s’approchait déjà. A bout de force, elle laissa retomber son bras qui tenait toujours le pistolet. Il était devenu si lourd, même par rapport à tout à l’heure…

Soudain, le canon  d’une mitraillette apparu en haut des marches, écarquillant les yeux, la jeune fille aux cheveux sombres poussa de toutes ses forces sur sa jambe droite, se faisant glisser vers la gauche, derrière le mur séparant les deux quinzaines de marches. Les balles criblèrent un moment le mur à l’endroit où elle se trouvait l’instant d’avant tandis qu’elle tentait de se mettre à couvert. Un hurlement sortit de sa bouche alors qu’elle s’adossait difficilement contre le mur perpendiculaire au précédent. Azami fronça les sourcils, les yeux à moitié fermés et les dents serrées. Raffermissant la prise de sa main désormais nue sur son dernier pistolet, elle prit sa décision : Non, elle n’allait décidément pas mourir ici, ça n’allait pas se finir ici comme ça. Et si elle devait mourir, alors elle ferait en sorte de détruire tous ces drones un par un.

« Viens… je t’attends… »




***



Moguzo était tombé en arrière, sur les fesses, lorsque l’onde magnétique l’avait heurté ou plutôt lorsqu’elle avait heurté tout ce qui était en métal sur lui. Ses yeux se baissèrent sur la grenade qu’il avait à la ceinture, la goupille avait volé et le levié était tordu. Le corps était quand à lui tout concassé et abimé, recouvert de creux et de bosses. Prit de panique, il arracha la grenade de sa ceinture et la jeta le plus loin possible, écarquillant d’autant plus les yeux en la voyant exploser avant même de toucher le sol. Il s’empressa d’arracher sa ceinture et tout le matériel accroché dessus, sans oublier sa radio qui vint rejoindre son fusil déformé sur le sol à quelques mètres de lui. Se rendant compte qu’un drone prêt à exploser était toujours accroché à son épaule, le mercenaire tourna lentement la tête vers la caméra dont l’objectif était fêlé. L’onde provoquée par Eitarō avait endommagé encore plus l’engin, froissant son armature et en pliant une partie vers l’extérieur qui avait percé la carrosserie en plastique. Malgré tout, le drone commandé à distance semblait toujours fonctionner plus ou moins.

« J’apprécierais… que tu n’exploses pas sur moi. » Dit-il avec une pointe d’humour avant de passer sa main par la fente ouverte sur le côté de la carrosserie et d’y attraper ce qu’il pouvait pour l’arracher et ainsi désactiver le robot. Il détacha la carcasse métallique de son épaule et la jeta au sol avant d’observer son entourage. Derrière lui, ses hommes et les membres d’Anti-Skill semblaient plus perdus les uns que les autres et personne ne savait comment réagir. Pas d’armes, pas de véhicules, un esper qui se déchainait à quelques pas… pas si étonnant.

Sur sa droite gisait Haruhiro avec ses deux « brancardiers » d’Anti-Skill. Etait-il seulement en vie ? Le gamin au genou en sang était là aussi et Ishida gisait au sol, probablement mort une centaine de fois depuis tout à l’heure. Lily et la jeune fille aux cheveux roses avait quand à elles disparues. Un peu plus loin devant lui, Eitarō semblait relâcher ses pouvoirs, continuant de malmener tout ce qui était métallique sur le pont. Moguzo avait lu dans le dossier qu’on lui avait fournit sur le jeune homme que c’était quelqu’un d’avide de pouvoir et de puissance, de supériorité. Actuellement, il imposait littéralement sa volonté sur tout le pont.

« Qu’est ce que… c’est vraiment un bordel sans nom… »


Encore un peu plus loin, quelque chose attira le regard de l’homme. Une jeune fille était étendue sur ce qui semblait être un sol de fourgon posé à même le sol et à côté d’elle se trouvaient deux personnes en blouses blanches qui semblaient un peu dépassées par les évènements. Les cheveux bleus de la jeune fille rendirent un genre de sourire crispé au mercenaire.

« On dirait que la chance ne m’a pas encore quittée. »


Moguzo se leva pour se diriger vers les trois personnes et posa son énorme main sur l’épaule de l’un des deux scientifiques après avoir soigneusement contourné Eitarō.

« Yo, j’espère que je ne vous dérange pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Akutoku Reitōko

avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/03/2016
Age : 18
Localisation : In ya freeza

MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   Dim 4 Juin - 2:40

« Tout ce matériel a été entièrement fabriqué pour parer à des éventualités comme celles-ci ! Et vous pensez que vous, en acceptant tout juste de changer de chemise, vous pourrez ne serait-ce que nous faire de l’ombre ??! Vous êtes des pièces remplaçables ! Dark Side ? Ceux qui sont assez fous pour s’abandonner au mercenariat aveugle n’ont rien compris ! De l’argent ? De la notoriété, non, de la puissance ? Vous n’avez aucun réel but… Vous n’êtes que des pions ! »

La voix de Nonoka se répercutait contre ses écrans clignotant des réceptions visuelles de ses drones. Sentant une douleur dans ses tempes, elle ferma un œil en se crispant, puis baissa la tête en posant sa main sur son front. C’était comme si un concert assourdissant de casseroles se répercutaient dans son crâne et lui vrillait les tympans. Elle avait commencé à abuser un peu de ses capacités de calcul et l’accélération de son rythme cardiaque empirait son contrôle sur les fonctions de son cerveau. Elle farfouilla sur la table, ouvrant frénétiquement une boîte en faisant tomber des baguettes en bois au sol, elle n’avait plus de sucreries à porter de main. Le scientifique s’approcha d’elle en retirant une petite boîte de bento bleue derrière une pile de câble, la posant à côté d’elle.

« D… Désolé. Je me suis emportée. J’ai perdu du temps… Je vais essayer de terminer ça plus rapidement, j’ai été négligente. »

Nonoka souffla doucement en reprenant son souffle, après avoir calculé que son nombre de battements par minute avait augmenté. D’un regard furtif, elle regarda un écran sur lequel une fenêtre lui indiquait ses fonctions vitales.Elle serra les dents en s’apprêtant à ouvrir la boîte de la main gauche sans s’arrêter de piloter ses drônes de la droite, avant de remarquer que la caméra du drône numéro 12 avait été mise HS. Elle se gratta le cou avant de faire courir ses doigts sur le clavier. Quelque chose n’allait pas, elle avait encore besoin de celui-ci pour la suite. Qu’est ce qui avait bien pu se passer ? C’était le drône qui avait pris la membre de Judgment pour cible.

« C’est pas possible… J’ai encore le feedback visuel de Hornet 4 et 12 est… Il est au sol… Indemne ? Non… J’ai plus aucun contact. Le système de contrôle à distance a été déchaussé ?? Comment est-ce possible ? Non, il est trop proche de la charge IEM dans le compartiment, il aurait fallu avoir un bras articulé de chirurgie pour le retirer sans faire éclater le moteur principal… Attends, cette fille… »

Tout en arrosant Eitaro et Azami d’une pluie de balles meurtrières, Nonoka rouvrit une fenêtre sur les informations qu’elle avait récupérée sur la jeune fille sans faire attention à l’esper qui s’adressait à la caméra de son drône. Elle l’avais ciblée simplement parce qu’elle semblait être totalement innocente en tant que membre de Judgment, mais avait-elle fait un mauvais calcul ? En faisant courir son doigt sur la mollette, elle tiqua légèrement.

« Ishikawa Michi de l’établissement privé de Shidarezuka Academy… Une étudiante de niveau 2 Clairvoyante possédant la capacité « Radiography » … Elle ne devrait pas être capable de faire quoi que ce soit, alors pourquoi… EH ? Une erreur dans la notation des derniers System Scan de son établissement… Elle devrait être niveau 3 mais l’erreur n’avait pas encore été corrigé sur mes infos… Attends, meeeerde ! »

La jeune adolescente approcha son visage déformé par la surprise de son écran en voyant son drône se faire écraser par l’esper et sa caméra disparaître en un gros sigle rouge « No Signal ». Elle activa dans l’instant la réception sonore du dernier Hornet proche d’Eitaro Kimura.

« Les charges IEM de tes autres drones ne s’activeront plus, tu sais pourquoi ? C’est tout simple, j’ai fait la même chose que pour les mitraillettes. Il suffit de savoir comment fonctionne un objet pour bloquer un percuteur, par exemple. Manque de chance, il se trouve que ceux là sont en métal. Tu ne l’as peut-être pas remarqué mais notre altitude a baissé également, tous tes drones sont désormais dans mon rayon d’action, Nonoka-san. »

« Saleté de balet à chiotte ! Tu vas te prendre une balle dans le buffet oui ? »

« Enfin un adversaire qui en vaille la peine, c’est dommage que tu utilises des moyens détournés pour arriver à tes fins, j’aurais vraiment apprécié un affrontement en face à face avec toi, sans que tu ne te terres dans ton coin en te croyant à l’abri. »

« Ouais c’est ça, bien sûr, tu veux que je te ramène un café au lait aussi ? »

Nonoka continuait de tenter d’abattre Kimura, mais voyant que les balles ne l’empêchait pas de garder un air réservé, elle jeta un regard vers le programme DART qui était toujours en fonction sur ses drônes.

« Je n’aime pas les morts inutiles, daga na… si tu m’y obliges, je devrais tuer tous les gens ici pour t’avoir !!! »

« … ? »
Le fourgon dans lequel se trouvait Nonoka dansa pendant un instant, faisant s’écrouler tout ce qui se trouvait en hauteur tout en malmenant ses écrans. Les caméras d’un drône, puis un autre, puis encore un autre sur le feedback de ses ordinateurs s’éteignaient les uns après les autres. La jeune fille se retint à sa chaise vibrant sous l’onde de choc qu’il avait déclenché en atterrissant, alors qu’un nouveau drône à l’armature tordue vint foncer dans l’eau et faire disparaître une nouvelle fenêtre de l’écran de Nonoka. Le scientifique qui l’accompagnait vint se masser la nuque en se relevant, avant de regarder que la jeune fille avait totalement changée d’expression. Deux de ses écrans avaient été fracturés, et dans l’écran noir de ceux-ci, il put voir que la jeune fille souriait de manière crispée.

« D’accord. Maintenant c’est devenu une affaire personnelle. »



***


« Vite ! Trouve la personne qui pilote ces drones, il a une case en moins ce type ! »

{{  Ou… Ouah, qu’est ce qu’il est fort… Je suis contente qu’il n’ait pas l’air d’en avoir après nous, brrrr. }}

Ishikawa frissonna en regardant derrière elle, se faisant toujours tirer par la jeune fille aux cheveux blonds sur ses plateformes invisibles. Mais ce n’était pas pour admirer le paysage qu’Ishika était là –ou peut-être que si en fait, en y repensant-. Elle vint se claquer les joues avec ses mains en lâchant celle de Lily, closant ses paupière. Elle rouvrit les yeux après un instant, venant activer son pouvoir alors que ses pupilles se dilataient. Les parois des fourgons d’Anti-Skill s’effaçaient doucement alors qu’elle faisait courir ses yeux pour balayer le plus de zone possible. Mais les couches des véhicules d’Anti-Skill étaient blindés avec des matériaux extrêmement spéciaux qui étaient extrêment difficile à percer avec un balayage aussi imprécis. Le pouvoir d’Ishika n’était malheuresement efficace qu’une fois qu’il était focalisé sur un endroit précis.

{{  Argh, mes yeux… Je commence à fatiguer… Je n’arrive même à passer totalement toutes les couches… Je vais jamais y arriver…  }}

{{  Mince… Mince… Encore un effort… Encore un petit effort… }}


[ 4 heures plus tôt. ]



« Dans tout les cas, on a plus le temps d’attendre… On a déjà un plan d’action, grâce aux informations données par Nakamura-kun et de ses « alliés ». On devrait être capable de récupérer Reitoko-kun et de lui prêter main forte une fois qu’ils seront sous ce pont. Alors ne t’inquiètes pas, je reviens le plus vite possible ! »

Réajustant ses lunettes en lui lançant un sourire, Kousuke se retourna vers la porte, avant que la main d’Ishikawa ne se referme sur son poignet. Surpris, celui-ci tourna la tête vers la jeune fille aux cheveux rose, qui baissait la tête, le regard fixé dans celui d’Horikawa.

« Kousuke… N’y vas pas tout seul. Je peux t’accompagner… C’était un coup de malchance la dernière fois je… Je peux t’aider. Je peux t’aider à retrouver Reitoko-kun. »

L’adolescent cligna des yeux, puis serra le poing en détournant légèrement le regard.

« Michi… C’est dangereux… Je veux dire, encore plus que l’autre fois. Je ne veux pas qu’il t’arrive quelque chose maintenant. Je veux juste finir ça le plus rapidement possible, qu’on puisse tous enfin faire un trait sur cette histoire. Nakamura-kun, et sempai… Je les connais et ils me font confiance alor- »

« Moi aussi je te fais confiance, Kousuke. Mais toi… Est-ce que toi tu me fais confiance ? On est partenaire jusqu’au bout, non ? On fait toutes les choses ensembles, même celles qui sont dangereuses… Je peux t’aider. S’il te plaît. Je ne peux pas juste attendre là sans rien faire et sans agir… Et si il t’arrivais quelque chose ? Je… Je veux être là. Je veux te prêter main forte. Moi aussi j’ai intégré Judgment pour protéger la Cité Scolaire… Alors laisse-moi faire partie de l’équipe ! »

Le regard déterminé et le visage légèrement levé comme pour arriver à la hauteur de son compagnon qui était plus grande qu’elle, Ishika retenait toujours le poignet d’Horikawa, une main fermée proche de son cœur. Nakayama, adossé contre un mur proche de la porte du bureau de Judgment -malgré qu’il n’était pas membre lui-même-, les mains dans les poches regardait d’un air distrait le duo, mâchonnant quelque chose en rangeant son téléphone dans sa poche. Kousuke ferma les yeux puis se mit à sourire en envoyant une pichenette sur le front de l’adolescente.

« Ahah… Ouais, je me doutais que tu dirais ça. En tout cas… Je ne peux rien refuser à ses yeux là. Donnons tout ce qu’on a, okay ? Partenaires jusqu’au bout. »



***


{{ Encore un effort… Encore un effort…  }}

La fréquence éléctro-magnétique qu’Ishika utilisait frappait continuellement le métal, traversait les couches et les plaques alors qu’elle gardait les yeux qui commençait à lui brûler totalement ouverts. Elle ne savais pas ce qui se passait derrière elle, ni ce qui se passait devant elle, ni même si Lily avait perdu espoir en ses capacités. Plus loin en dessous, les membres d’Anti-Skill profitaient du fait que les drônes aient presque tous été mis hors service pour rapatrier Ishida et Haruhiro dans des brancards de nouveau, commençant à se retirer de la zone. Sans armes ni véhicules fonctionnels, ils repartaient du côté gauche du pont pour retrouver les renforts qui devaient arriver.

L’impulsion électrique qui servait à Ishika d’alternateur dans sa rétine commença à saturer, alors que ses yeux perdaient peu à peu leurs faculté extrasensorielle. A l’instant où elle fermait les yeux, elle allait devoir attendre quatre minutes pour pouvoir réutiliser son pouvoir, quoique vu l’utilisation qu’elle en faisait, ça pouvait rapidement grimper à une demie-heure. En clair, elle ne pouvait pas se permettre de cligner des yeux ou de battre des paupières une seule seconde. Et tout d’un coup, elle repassa son regard vers un fourgon blanc bien moins blindé que ceux d’Anti-Skill. Dedans, des tas d’ordinateurs et de câbles semblaient obéir aux doigts d’une adolescente accompagné d’un Scientifique. Et dans le véhicule, il y avait des genre de drônes.

« Ici ! Trouvé ! Des terminaux et des machines… Le fourgon blanc ! »

« Hiii- ! »

Alors qu’Ishika en profitait pour fermer ses paupières brûlantes, Lily avait sauté vers le sol en direction du véhicule indiqué par la membre de Judgment. Grâce à son pouvoir, celle-ci réussit à déchosser assez la porte arrière pour que celle-ci se détache de ses gonds et vienne rouler sur le côté. Le scientifique en blouse blanche le plus proche de celle-ci sursauta en se retournant, en même temps que Nonoka sautait de sa chaise. Un Hornet piqua vers Lily en hauteur alors que sa charge IEM s’activa dans l’instant avant de l’avoir atteinte, envoyant des morceaux de plastique brûlé, de métal et de la fumée grise vers le sol en bloquant la vision des deux jeunes filles pendant un instant. Une fois que la fumée s’était dissipée, le scientifique avait fermé son bras sur le cou d’Ishika, la maintenant contre lui en tremblant légèrement, un pistolet planté sur la tempe de la fille aux cheveux roses. Nonoka, elle, était assise sur sa chaise éloigné du trio en fâcheuse posture.

« Comme si ça pouvait être aussi facile ! »

Nonoka attrapa un sac à dos semblant rempli qu’elle lança sur ses épaules avant d’empoigner deux grandes mallettes blanches plus imposantes que celles de déploiement des Hornet. La jeune fille se mit à courir à reculons, sauta sur son bureau avant de se projeter en l’air pendant que le toit mécanique du fourgon s’ouvrait. Dans son dos, quatre réacteurs blancs déchirèrent le sac qu’elle portait sur les épaules et lui firent quitter le sol en un clin d’œil, ses cheveux virevoltant dans la poussée que lui avait donné ce qui ressemblait le plus proche à des genre de petits réacteurs de fusée. La jeune fille appuya sur un bouton sous la poignée d’une de ses mallettes blanche, puis la lança en l’air devant elle pendant qu’elle décollait. La mallette se déclencha en descendant, avant de développer quatre réacteurs identiques à ceux qui étaient sortis de son dos.

« COMME SI J’AVAIS SIMPLEMENT 12 DRONES SOUS LA MAIN ! WASP-1, DÉPLOIEMENT ! »

Un drône entièrement blanc d’au moins 1 mètre de long couvert d’une armature de plastique piqua vers le sol avant d’actionner ses quatre réacteurs vers le sol, faisant apparaître une légère flamme bleue lui permettant de se projeter vers le ciel en soufflant la poussière vers les gens d’en dessous pour décoller au dessus d’Anti-Skill et de leurs fourgons. Derrière ce qui ressemblait au « cockpit » de l’appareil, une opercule de verre tintée vers le nez arrondi du drône, les caméras de la machine se mettaient en marche en localisant Eitaro Kimura. Après l’avoir ciblé, le véhicule parti sur le côté. De son côté, Nonoka s’envolait vers l’arrière en direction d’un building de la Cité Académique non loin du pont. Le drône Wasp dans son dos actionna une poussée supplémentaire puis ralentit pour laisser à la jeune fille la possibilité de poser les chaussures contre le sol du toit du building de verre. L’adolescente s’empressa de passer sa main dans son sac pour l’ouvrir, laissant sortir Wasp-2 de celui-ci, qui s’approcha du sol en usant de son pilote automatique.

La jeune fille aux cheveux verts retira une tablette de son sac qu’elle alluma d’un geste de la main au dessus. L’interface de ses drônes Hornet restant et de ses deux drônes Wasp en activité apparu sur l’écran en même temps qu’une minicarte de la zone. D’un geste de la main, elle activa une fonctionnalité de Wasp-1 en soupirant par le nez, un sourire joueur aux lèvres.

« Tu voulais un combat digne de ce nom, Eitaro-kun ? C’est la dernière fleur que je te fais… Crève en beauté ! »

Wasp-1 ouvrit deux compartiments sur les côtés de sa longueur, laissant sortir deux tout petits drônes semblable à de minuscules hélicoptères formé d’une grosse sphère à l’avant et d’une dérive à l’arrière munie d’une hélice. Les deux petits drônes en plastique blanc de la même matière que le drône Wasp-1 foncèrent vers le bas après avoir pris Eitaro pour cible.

« Évidemment, l’équipement de la Cité Scolaire anti-esper devrait de base être en mauvaise posture face à des esper Electromaster ou possédant des pouvoirs de Psychokinésie avancée… C’est pour ça que la ligne Wasp-mark et les drônes Bee ont été mis au point ! Le drône Bee n’est pas équipé d’un quelconque armement, et il n’est pas fait pour exploser non plus… Mais ce sont des leurres ! Ils sont équipés d’un diffuseur spécial qui envoi une séquences d’ondes électromagnétiques. C’est parfait pour perturber les calculs des esper qui ont besoins de précision… Quand au drône Wasp… »

Les deux petits drônes Bee descendirent vers Eitaro avant de lui tourner autour à grande vitesse, déchargeant leurs fréquences d’ondes électromagnétique dans la zone pendant que Wasp-1 prenait un peu de hauteur en visant Eitaro. Un déclic retentit, alors qu’un genre d’appendice se déploya de sous le drône Wasp. Une charge électrique s’accumula au bout du genre de dard, accumulant de la chaleur et de l’énergie jusqu’à prendre une teinte verte pendant un court instant qui suivi la projection du tir d’un laser de la même couleur. Eitaro Kimura réussit à éviter le rayon qui couru le long du pont jusqu’à passer derrière lui avant de s’estomper enfin. Sur tout le chemin qu’avait fait le laser, une trace de brûlure se dessinait à l’endroit où le laser avait fait mouche, la plaque de métal tordu non loin de l’esper ayant été tout simplement découpée en deux et le pont percé de part en part. Déjà, une nouvelle charge électrique s’accumulait au bout du dard du drône Wasp-1 qui pencha sur le côté pour un nouvel angle d’attaque.

« Leurs technologies viennent des données de la numéro 4 qui ont été récupérées par la Cité Académique. Là, tu touches carrément à du matériel dont j’ai seulement conçu les systèmes de guidage… Tout le reste vient de tes potes du Dark Side ! Voyons qui de vous deux est le plus à même de tuer l’autre, EI-TA-RO-KUN~ »


***


Cela faisait déjà deux minutes que tout les sons avaient cessés. En levant la tête, Azami pouvait voir que tout les drônes Hornet avaient cessés d’agir, bloqués en vol stationnaire au dessus du sol. Encore une seconde, puis une autre, avant que le déchaînement du rotor de deux des trois Drônes ne se fasse entendre. Les deux Hornet détruisirent une vitre et s’échappèrent en vitesse de celle-ci. Visiblement, Azami n’était plus une cible si importante puisque quiconque semblait piloter ses drônes privilégiait l’utilisation de ses machines pour une autre tâche, visiblement.

Hornet 3 fondit sur le côté sans prévenir et déchargea sa tourelle à l’endroit où se trouvait Azami en filant dans les marches à vive allure. Le bip rouge indiquant que la charge IEM était prête à être activée se déclencha. Les balles perforantes d’Hornet 3 fusaient en tout sens, déchiquetant tout les matériaux avec lesquels elles entraient en contact, bois, béton, poutrelles en métal, verre et marches. Mais dans une dernière manœuvre parfaitement calculée, Hornet 3 détâcha sa tourelle de ses bras articulés alors qu’Azami tirait dessus. Les balles de la jeune fille frappèrent la tourelle qui tombait vers le sol alors qu’Hornet 3 avait réussi à passer derrière elle. Une seconde, et puis le bip rouge s’arrêta. Une violente déflagration enchaîna l’explosion du moteur d’Hornet, transformé en bombe.

Loin de là les scientifiques du fourgon détruit se relevèrent, l’un d’entre eux tenant Akutoku Reitoko. Moguzo avait réussi à arriver parfaitement à temps.

« On dirait que la chance ne m’a pas encore quittée. »


Le scientifique le plus loin de la formation sursauta en sentant la main du mercenaire se poser sur son épaule.


« Yo, j’espère que je ne vous dérange pas. »


« Bon- Bon sang, le mercenaire… Même avec l’artillerie de Nonoka, alors… Oh ! »

L’un des hommes en blouse à lunette un peu rondouillard s’épongea le front en regardant derrière Moguzo. Malgré le chaos, quelque chose semblait enfin bien tourner pour une fois. Les scientifiques se remirent à foncer vers un nouveau fourgon blanc sous le pont. Celui que Moguzo retenait avait réussit à s’échapper de sa prise comme si elle n’était rien d’autre qu’une feuille sur son épaule. Alors que le mercenaire tenta sans trop capter le pourquoi du comment d’attraper les fuyards, son corps ne répondit pas à l’action, comme pétrifié par une voix venant de derrière.

« Comme si le Bloc K pouvait être déstabilisé par une bande de gus avec des flingues en mains… Je parie que vous ne savez même plus pourquoi vous vous battez, sérieusement… »

Nakayama Hiroto se tenait derrière Moguzo, souriant légèrement en se tenant débout malgré son genou éclaté recouvert de sang gelé et de peau à demi retirée. Normalement, rien n’aurait pu permettre à Nakayama de se lever. Ses muscles et la douleur lui aurait tout simplement empêché de faire ce mouvement en temps normal, ou quelque qu’autre mouvement que ce soit. Mais la logique physiologique n’était plus à tenir en compte quand une force télépathique tirait sur ses tendons et ses fibres musculaires, prenant le contrôle de son propre corps comme si ce n’était qu’une marionnette à déplacer.

« Qu’est ce que tu braillais, déjà ? Ah ouais, « la fête n’est pas finie ». C’est plutôt ironique, non ? Allez… Jette-toi du pont. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Alter Fofo ] Une Aku cute et en danger ! (pv Akutoku)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le palais Sans-souci en Danger
» Grippe Porcine: Attention Danger!
» GANDHI caniche abricot 8 ans danger Lille (59) AVANT 31/10
» La démocratie est en danger
» [Love & Pets] Une démone en danger ( suite des ruelles ) [PV: Lucy & Jérémy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
To Aru Majutsu no Index RP :: En dehors du Rp :: To Aru no Alter World :: Upside Down-
Sauter vers: